Burnhaupt-le-Haut

commune française du département du Haut-Rhin

Burnhaupt-le-Haut est une commune de la couronne périurbaine de Mulhouse située dans la circonscription administrative du Haut-Rhin et, depuis le , dans le territoire de la Collectivité européenne d'Alsace, en région Grand Est.

Burnhaupt-le-Haut
Burnhaupt-le-Haut
La mairie-école avant sa rénovation de 2019.
Blason de Burnhaupt-le-Haut
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Collectivité territoriale Collectivité européenne d'Alsace
Circonscription départementale Haut-Rhin
Arrondissement Thann-Guebwiller
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée de la Doller et du Soultzbach
Maire
Mandat
Véronique Sengler-Waltz
2020-2026
Code postal 68520
Code commune 68060
Démographie
Gentilé Burnhauptois
Population
municipale
1 731 hab. (2021 en diminution de 4,21 % par rapport à 2015)
Densité 139 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 51″ nord, 7° 08′ 46″ est
Altitude Min. 290 m
Max. 338 m
Superficie 12,49 km2
Type Bourg rural
Unité urbaine Burnhaupt-le-Haut
(banlieue)
Aire d'attraction Mulhouse
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Masevaux
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Burnhaupt-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Burnhaupt-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : Haut-Rhin
Voir sur la carte topographique du Haut-Rhin
Burnhaupt-le-Haut
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
Burnhaupt-le-Haut

Cette commune se trouve dans la région historique et culturelle d'Alsace.

Ses habitants sont appelés les Burnhauptois[1].

Géographie

modifier

Localisation

modifier

Burnhaupt-le-Haut fait partie de l'arrondissement de Thann-Guebwiller, du canton et de la vallée de Masevaux. Située à quelques centaines de mètres du lit de la Doller à la porte du Sundgau, sur son ban existe un nœud routier et autoroutier plaçant idéalement la commune. Cernay est à 9 km, Thann à 13 km, Masevaux à 14 km, Mulhouse à 16 km. Le village de Burnhaupt-le-Haut se trouve à trois kilomètres de la zone industrielle du Pont d'Aspach et tout près de la voie rapide A36 reliant Strasbourg-Colmar-Sélestat-Mulhouse-Belfort-Lyon.

Communes limitrophes

modifier
Communes limitrophes de Burnhaupt-le-Haut
Guewenheim Aspach-le-Bas Schweighouse-Thann
 
Soppe-le-Bas Burnhaupt-le-Bas

Géologie et relief

modifier

La superficie de la commune est de 1 249 hectares ; l'altitude varie entre 290 et 338 mètres[2].

Hydrographie

modifier

Réseau hydrographique

modifier

La commune est dans le bassin versant du Rhin au sein du bassin Rhin-Meuse. Elle est drainée par la Doller, le Krebsbach, le Hahnebach[3], le Michelbach[4] et le ruisseau Gross Runzgraben[5],[6],[Carte 1].

La Doller, d'une longueur de 46 km, prend sa source dans la commune de Dolleren et se jette dans l'Ill à Mulhouse, après avoir traversé 17 communes[7]. Les caractéristiques hydrologiques de la Doller sont données par la station hydrologique située sur la commune. Le débit moyen mensuel est de 4,19 m3/s[Note 1]. Le débit moyen journalier maximum est de 93,5 m3/s, atteint lors de la crue du . Le débit instantané maximal est quant à lui de 134 m3/s, atteint le [8].

Le Krebsbach, d'une longueur de 15 km, prend sa source dans la commune de Soppe-le-Bas et se jette dans la Largue à Heidwiller, après avoir traversé sept communes[9].

 
Réseau hydrographique de Burnhaupt-le-Haut[Note 2].

Gestion et qualité des eaux

modifier

Le territoire communal est couvert par le schéma d'aménagement et de gestion des eaux (SAGE) « Doller ». Ce document de planification concerne le bassin versant de la Doller dont le territoire s’étend sur 280 km2. Il a été approuvé le . La structure porteuse de l'élaboration et de la mise en œuvre est le syndicat mixte « Rivières de Haute-Alsace »[10].

La qualité des cours d’eau peut être consultée sur un site dédié géré par les agences de l’eau et l’Agence française pour la biodiversité[Carte 2].

En 2010, le climat de la commune est de type climat des marges montargnardes, selon une étude du Centre national de la recherche scientifique s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[11]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat semi-continental et est dans la région climatique Vosges, caractérisée par une pluviométrie très élevée (1 500 à 2 000 mm/an) en toutes saisons et un hiver rude (moins de °C)[12].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,2 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 17,7 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 876 mm, avec 10,3 jours de précipitations en janvier et 9,6 jours en juillet[11]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Bits.-lès-Thann », sur la commune de Bitschwiller-lès-Thann à 12 km à vol d'oiseau[13], est de 10,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 1 309,4 mm. La température maximale relevée sur cette station est de 38,9 °C, atteinte le ; la température minimale est de −19,5 °C, atteinte le [Note 3],[14],[15].

Les paramètres climatiques de la commune ont été estimés pour le milieu du siècle (2041-2070) selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre à partir des nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020[16]. Ils sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[17].

Voies de communication et transports

modifier

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Au , Burnhaupt-le-Haut est catégorisée bourg rural, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[18]. Elle appartient à l'unité urbaine de Burnhaupt-le-Haut[Note 4], une agglomération intra-départementale regroupant deux communes, dont elle est une commune de la banlieue[Note 5],[19],[20]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Mulhouse, dont elle est une commune de la couronne[Note 6],[20]. Cette aire, qui regroupe 132 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[21],[22].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (40,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (44,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (36 %), terres arables (29,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (10,5 %), zones urbanisées (8,6 %), prairies (5,9 %), zones agricoles hétérogènes (5 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (4,1 %)[23]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 3].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Morphologie urbaine

modifier

Logement

modifier

En 2009, le nombre total de logements dans la commune était de 666, alors qu'il était de 541 en 1999[a 1].

Parmi ces logements, 92,5 % étaient des résidences principales, 0,9 % des résidences secondaires et 6,6 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 83,5 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 16,2 % des appartements[a 2].

La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 80,5 %, quasiment identique à 1999 (81,5 %), la commune ne propose pas de logements HLM loués vides (logements sociaux)[a 3].

Projets d'aménagements

modifier

Toponymie

modifier

Le nom Burnhaupt provient de l'étymon Bornopenno, terme celte désignant la tête (-penno) de la source (borno-). Le suffixe a été germanisé en -haupt[24].
En allemand : Ober-Burnhaupt. En alsacien : Ewer-Burnhaiupt[25].

La dépendance de Pont d'Aspach, s'appelle en 784 Agaisheim, ce qui peut se traduire par « la maison située dans un lieu impénétrable ». La racine 'Ag' ou 'Ak' pour désigner une haie de ronces ou de buissons épineux utilisée pour délimiter, en particulier, les endroits sacrés se retrouve dans plusieurs toponymes alsaciens (Haegen, Haguenau, mais aussi Hegenheim, Hagenthal, Hengwiller...).

Histoire

modifier

Burnhaupt-le-Haut fait partie au début de son existence de la seigneurie de Thann et de la prévôté supérieure de Burnhaupt. Jusqu'au XVe siècle, il n'existe qu'une seule église paroissiale pour les deux Burnhaupt, sans doute celle du haut du village, puisque cette église en a longtemps été une filiale. Le village ne se trouve pas très loin du Pont d'Aspach où passe la Doller et qui était un ancien péage, peut-être créé par les comtes d'Eguisheim, d'où sans doute le nom d'Exenbruckh qui a cours en 1545.

Le village et son annexe sont totalement détruits pendant la Première Guerre mondiale.

Politique et administration

modifier

Tendances politiques et résultats

modifier

Administration municipale

modifier

Le nombre d'habitants au dernier recensement étant compris entre 1 500 et 2 499, le nombre de membres du conseil municipal est de 19[26].

Liste des maires

modifier

Depuis 1940, quatre maires seulement se sont succédé :

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1940 1972 Émile Fassnacht    
1972 2001 Gérard Kieffer    
mars 2001 2014 Antoine Muller    
mars 2014 En cours
(au 31 mai 2020)
Véronique Sengler-Waltz[27]
Réélue pour le mandat 2020-2026
   

Instances judiciaires et administratives

modifier

Burnhaupt-le-Haut relève du tribunal d'instance de Thann, du tribunal de grande instance de Mulhouse, de la cour d'appel de Colmar, du tribunal pour enfants de Mulhouse, du conseil de prud'hommes de Mulhouse, du tribunal administratif de Strasbourg et de la cour administrative d'appel de Nancy[28].

Politique environnementale

modifier

Population et société

modifier

Évolution démographique

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[29]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[30].

En 2021, la commune comptait 1 731 habitants[Note 7], en diminution de 4,21 % par rapport à 2015 (Haut-Rhin : +0,59 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7787819361 0071 1621 1331 1591 2201 171
1856 1861 1866 1871 1875 1880 1885 1890 1895
1 0601 0851 1401 0791 0011 042957906903
1900 1905 1910 1921 1926 1931 1936 1946 1954
864886918744773788800834873
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
9009771 0841 2961 4261 5051 5501 5991 596
2014 2019 2021 - - - - - -
1 7751 7491 731------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[31] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement

modifier

Burnhaupt-le-Haut est située dans l'académie de Strasbourg.

Elle administre une école maternelle et une école élémentaire communales[33].

Le département gère un collège : le collège Nathan Katz (ci-dessous)[34],[35]. Le collège accueille une population de plus de 500 élèves et propose depuis septembre 2010 une unité localisée pour l'inclusion scolaire (ULIS) qui accompagne l'intégration des élèves avec handicap.

Manifestations culturelles et festivités

modifier

Chaque année se déroule dans le village la Ronde du Tilleul, une course populaire. En 2017, cette manifestation a fêté ses 25 ans.

Médias

modifier

Économie

modifier

Revenus de la population et fiscalité

modifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 38 083 , ce qui plaçait Burnhaupt-le-Haut au 3 709e rang parmi les 31 525 communes de plus de 39 ménages en métropole[36].

En 2009, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 1 045 personnes, parmi lesquelles on comptait 75,4 % d'actifs dont 71,4 % ayant un emploi et 4,0 % de chômeurs[a 4].

On comptait 1 193 emplois dans la zone d'emploi, contre 931 en 1999. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 750, l'indicateur de concentration d'emploi[Note 8] est de 159,0 %, ce qui signifie que la zone d'emploi offre trois emplois pour deux habitants actifs[a 5].

Entreprises et commerces

modifier

Au 31 décembre 2010, Burnhaupt-le-Haut comptait 152 établissements : 10 dans l’agriculture-sylviculture-pêche, 23 dans l'industrie, 18 dans la construction, 83 dans le commerce-transports-services divers et 18 étaient relatifs au secteur administratif[a 6].

En 2011, 14 entreprises ont été créées à Burnhaupt-le-Haut[a 7], dont 8 par des autoentrepreneurs[a 8].

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier
 
Orgue de l'église Saint Boniface.

L'Inventaire général du patrimoine culturel de la France répertorie l'ensemble des éléments patrimoniaux dans la commune : patrimoine mobilier, patrimoine immobilier et immeubles par destination (les orgues) :

  • ancienne ferme[37] ;
  • église paroissiale Saint-Boniface[38] et son orgue[39],[40],[41],[42],[43] ;
  • gare, actuellement maison[44] ;
  • ferme Grund[45] ;
  • mairie-école[46] ;
  • ferme actuellement restaurant[47] ;
  • moulin du Pont-d'Aspach[48] ;
  • presbytère[49] ;
  • bureau d'octroi[50] ;
  • croix de chemin[51] et calvaire[52].

On peut également citer le moulin Walch[53], le monument de la tranchée d'Elbé (1920)[54] et le sentier des Bunkers[55].

Collège Nathan Katz

modifier

Ouvert aux élèves en septembre 2009, le collège Katz a intégré une partie des élèves et enseignants du collège Conrad Alexandre Gérard de Masevaux, du collège Charles Walch de Thann, et du collège Jean Monnet de Dannemarie. D'abord surnommé « le Boomerang » en raison de sa forme, il a été définitivement baptisé du nom du poète sundgauvien Nathan Katz le 13 octobre 2010, par le président du Conseil Général, le Préfet et quelques représentants des enseignants et des élèves. D'autres noms avaient été proposés : « collège Joseph Schultz » (personnalité locale), « collège de la Paix » et même « collège Jean Ferrat » (décédé peu auparavant)[56].

 
Collège Nathan Katz vu depuis les champs.

Le collège Katz est l'œuvre de l'architecte Jean-Marie Martini, concepteur en 1997 du collège de Bourtzwiller, assez voisin du point de vue architectural. Le plan des bâtiments semble une évocation du Plan Pilote de la ville de Brasilia, avec ses deux ailes courbes croisant un bâtiment rectiligne. L'édifice béton / ossature bois respecte la norme HQE (Haute qualité environnementale). Le choix du parement bois pour l'extérieur n'a pas été sans conséquence : le vieillissement rapide des boiseries de l'annexe sportive en témoigne. Durant les premières années, des mises au point ont été nécessaires pour pallier des pannes de chauffage, des bugs de domotique, des fuites de toiture ou le tassement du bâtiment, qui a provoqué la détérioration de plusieurs fenêtres.

Le chantier initial du collège, d'un coût de 16,5 millions d'euros[57], a été filmé par une webcam accessible en ligne. Les images ont permis de réaliser un clip vidéo montrant l'édification progressive des bâtiments[58]. La face avant du bâtiment, courbe, est visible de la voie rapide D 83. Sur sa face arrière (parking, salles de classe), de larges baies vitrées donnent sur les Vosges et le Grand Ballon d'Alsace.

 
Une signalétique multilingue.

Une signalétique multilingue (français, anglais, allemand) indiquant infirmerie, secrétariat, CDI... a été inaugurée lors des portes ouvertes du samedi 21 juin 2014 par le président du Conseil général[59]. Le projet d'une signalétique en alsacien n'a pas été retenu, pour éviter d'alourdir visuellement des panneaux déjà riches en informations.

Le collège est dimensionné pour une population d'environ 550 élèves répartis dans vingt classes environ, et possède depuis septembre 2010 une classe ULIS[60] qui accompagne l'intégration des élèves avec handicap. Une nouvelle rue a été ouverte spécifiquement pour l'accès au collège : la Route de l'Avenir, actuellement une impasse.

Tourisme et patrimoine ferroviaire

modifier

Personnalités liées à la commune

modifier
  • Conrad Alexandre Gérard (1729-1790), diplomate connu pour son travail relatif à la reconnaissance officielle des États-Unis par la France. Sa mère, Marie-France Wetzel, était née à Burnhaupt-le-Haut.
  • Jean Thiébault Silbermann (1806-1865), physicien, né à Burnhaupt-le-Haut.

Héraldique

modifier


Les armes de Burnhaupt-le-Haut se blasonnent ainsi :
« D'azur au sautoir d'argent accompagné de quatre étoiles à cinq rais de même. »

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. Les moyennes interannuelles (écoulements mensuels) ont été calculées le 21/05/2024 à 02:05 TU à partir des 301 QmM (débits moyens mensuels) les plus valides du 01/01/1963 au 01/04/2024.
  2. Les ruisseaux intermittents sont représentés en traits pointillés.
  3. Les records sont établis sur la période du au .
  4. Une unité urbaine est, en France, une commune ou un ensemble de communes présentant une zone de bâti continu (pas de coupure de plus de 200 mètres entre deux constructions) et comptant au moins 2 000 habitants. Une commune doit avoir plus de la moitié de sa population dans cette zone bâtie.
  5. Dans une agglomération multicommunale, une commune est dite de banlieue lorsqu'elle n'est pas ville-centre, à savoir que sa population est inférieure à 50 % de la population de l’agglomération ou de la commune la plus peuplée. L'unité urbaine de Burnhaupt-le-Haut comprend une ville-centre et une commune de banlieue.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  8. L'indicateur de concentration d'emploi est égal au nombre d'emplois dans la zone pour 100 actifs ayant un emploi résidant dans la zone, selon la définition de l'Insee.
  1. « Réseau hydrographique de Burnhaupt-le-Haut » sur Géoportail (consulté le 14 juin 2024).
  2. « Qualité des eaux de rivière et de baignade. », sur qualite-riviere.lesagencesdeleau.fr/ (consulté le )
  3. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. LOG T1M - Évolution du nombre de logements par catégorie.
  2. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  3. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2010.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2011.
  8. DEN T2 - Créations d'entreprises individuelles par secteur d'activité en 2011.

Autres références

modifier
  1. « Burnhaupt-le-Haut (68520) », sur le site habitants.fr de David Malescourt (consulté le ).
  2. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne]
  3. Sandre, « le Hahnebach »
  4. Sandre, « le Michelbach »
  5. Sandre, « le ruisseau Gross Runzgraben »
  6. « Fiche communale de Burnhaupt-le-Haut », sur le système d'information pour la gestion des eaux souterraines Rhin-Meuse (consulté le )
  7. Sandre, « la Doller »
  8. « Station hydrométrique La Doller à Burnhaupt-le-Haut [Pont d'Aspach] », sur l'Hydroportail, Ministère de la transition écologique et de la cohésion des territoires, (consulté le )
  9. Sandre, « le Krebsbach »
  10. « SAGE Doller », sur https://www.gesteau.fr/ (consulté le )
  11. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  12. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  13. « Orthodromie entre Burnhaupt-le-Haut et Bitschwiller-lès-Thann », sur fr.distance.to (consulté le ).
  14. « Station Météo-France « Bits.-lès-Thann », sur la commune de Bitschwiller-lès-Thann - fiche climatologique - période 1991-2020. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Station Météo-France « Bits.-lès-Thann », sur la commune de Bitschwiller-lès-Thann - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  16. « Les nouvelles projections climatiques de référence DRIAS-2020. », sur drias-climat.fr (consulté le )
  17. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.com, (consulté le )
  18. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  19. « Unité urbaine 2020 de Burnhaupt-le-Haut », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  20. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Burnhaupt-le-Haut ».
  21. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Mulhouse », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  22. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  24. Lieux dits dictionnaire étymologique et historique des noms et lieux d'alsace, Michel Paul Urban, Editions du Rhin 2003
  25. Georges Stoffel, Dictionnaire topographique du département du Haut-Rhin, 1868.
  26. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  27. « Répertoire national des élus (RNE) - version du 24 juillet 2020 », sur le portail des données publiques de l'État (consulté le )
  28. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et ds libertés (consulté le ).
  29. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  30. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  31. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  33. « Haut-Rhin (68), Burnhaupt-le-Haut, écoles », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  34. « Haut-Rhin (68), Burnhaupt-le-Haut, collège », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  35. « Collège Nathan Katz », sur le site de l'académie de Strasbourg (consulté le ).
  36. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  37. « Ferme, maison », notice no IA68004700, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. « Église paroissiale Saint-Boniface », notice no IA68004697, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. Inventaire de l'orgue de église paroissiale Saint-Boniface
  40. Notice no PM68000878, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune
  41. Notice no PM68000665, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : buffet d'orgue
  42. Notice no PM68000516, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture orgue de tribune : partie instrumentale de l'orgue
  43. Notice no IM68008126, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture Orgue
  44. « Gare, actuellement maison », notice no IA68004725, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  45. « Ferme Grund », notice no IA68004726, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  46. « Mairie-école », notice no IA68004698, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  47. « Ferme actuellement restaurant », notice no IA68004701, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  48. « Moulin du Pont-d'Aspach », notice no IA68004702, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  49. « Presbytère », notice no IA68004699, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  50. « Bureau d'octroi », notice no IA68004703, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  51. Notice no IM68008130, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture Croix de chemin
  52. Notice no IM68008129, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture Calvaire
  53. « Moulin du Pont-d'Aspach », notice no IA68004702, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  54. Le lac de Michelbach et le train de la Doller
  55. Le sentier des Bunkers : Un circuit pour découvrir 14 bunkers datant de la Grande Guerre
  56. Dernières Nouvelles d'Alsace du 8 octobre 2010.
  57. Haut-Rhin magazine n°36 (septembre 2011). Coût identique à celui du collège de Buhl, du collège Bel Air 2 de Mulhouse, légèrement inférieur au coût du nouveau collège Jules Verne d'Illzach (17,25 millions d'euros).
  58. Voir le clip vidéo de l'édification des bâtiments
  59. L'Alsace du 24 juin 2014 (édition de Thann), p.25.
  60. Unité Localisée pour l'Inclusion Scolaire (anciennement UPI, Unité Pédagogique d'Intégration)