Ouvrir le menu principal

Herleville

commune française du département de la Somme

Herleville
Herleville
Église Saint-Aubin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Ham
Intercommunalité Communauté de communes Terre de Picardie
Maire
Mandat
Philippe Sy
2014-2020
Code postal 80340
Code commune 80432
Démographie
Population
municipale
187 hab. (2016 en augmentation de 12,65 % par rapport à 2011)
Densité 31 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 51′ 46″ nord, 2° 45′ 09″ est
Altitude Min. 48 m
Max. 91 m
Superficie 6,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Herleville

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Herleville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Herleville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Herleville
Liens
Site web http://herleville.chez.com/

Herleville est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Sommaire

GéographieModifier

Ce village rural picard du Santerre est desservi par l'ancienne route nationale 29 (actuelle RD 1029). Il est aisément accessible par les autoroutes A1 et A29. Situé à 16 km à l'ouest de Péronne, par la route, le village se trouve à 34 km d'Amiens, chef-lieu du département[1].

Communes limitrophesModifier

Neuf communes limitent le territoire.

Transports en commun routiersModifier

La localité est desservie par les autocars du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France (ligne no 59, Harbonnières - Péronne)[2].

Sol, relief, hydrographieModifier

Surtout dans la plaine, le sol est argileux sur les trois-quarts du territoire. Le quart restant est formé de petites collines crayeuses peu fertiles[3].

Le terrain est presque entièrement plat. La partie ouest est limitée par une colline d'une quinzaine de mètres de haut, bordant une vallée sèche se dirigeant vers la Somme[3].

En 1899, l'eau des puits est tirée dans une nappe située à une trentaine de mètres de profondeur[3].

ToponymieModifier

Herlivilla est relevé en 1098 et 1111 dans le cartulaire de Lihons. La forme actuelle, Herleville est citée dès 1214 dans un dénombrement de Philippe-Auguste[1],[4].

HistoireModifier

Une voie romaine dénommée chaussée Brunehaut traverse le village[3].

Durant une partie du Moyen Âge, le village dépend de la seigneurie de Framerville.

En 1869, l'abbé Poire découvre un cimetière mérovingien au lieudit les Monts de Rainecourt, dans lequel se trouvent de nombreux sarcophages. Il y recueille des vases en verre, des boucles de ceinturons, des boucliers, des bijoux, des armes et d'autres objets[5].

Au XVIe siècle, Charles de Baynast, seigneur du lieu et capitaine au régiment de Lannoy, s'illustre au siège de Péronne (1536)[3].

En 1899, la commune comptait un seul hameau, se trouvant au lieu-dit le Moulin, comptant alors deux habitants[3].

Première Guerre mondialeModifier

Durant la Première Guerre mondiale, le village est complètement détruit. Le , un bombardement anéantit le clocher, la toiture et incendie une partie du mobilier de l'église. Le village, comme les villages avoisinants, est libéré par des soldats australiens en août 1918[5]. Le village est classé dans la zone rouge[6].

La commune est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [7]. La reconstruction dure pendant tout l'entre-deux-guerres et celle de l'église se termine en 1929[5].

Deuxième Guerre mondialeModifier

Le village est à nouveau détruit pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses souffrances lui valent une Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze le [5].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Péronne du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la cinquième circonscription de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Chaulnes[8]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est intégrée au canton de Ham.

IntercommunalitéModifier

La commune était adhérente de la communauté de communes de Haute-Picardie créée en 1994 sous le nom de Communauté de communes de Chaulnes et environs, et qui a pris sa dénomination de Communauté de communes de Haute-Picardie en 1999.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, la préfète de la Somme propose en octobre 2015 un projet de nouveau schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit la réduction de 28 à 16 du nombre des intercommunalités à fiscalité propre du département[9].

Le projet préfectoral prévoit la « fusion des communautés de communes de Haute Picardie et du Santerre », le nouvel ensemble de 17 954 habitants regroupant 46 communes[10],[11],[12]. À la suite de l'avis favorable de la commission départementale de coopération intercommunale en janvier 2016[13], la préfecture sollicite l'avis formel des conseils municipaux et communautaires concernés en vue de la mise en œuvre de la fusion le [14].

Cette procédure aboutit à la création au de la communauté de communes Terre de Picardie, dont la commune est désormais membre[15].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[16]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2008 Gérard Proot    
mars 2008[17] En cours
(au 6 mai 2014)
Philippe Sy sans Réélu pour le mandat 2014-2020[18]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2016, la commune comptait 187 habitants[Note 1], en augmentation de 12,65 % par rapport à 2011 (Somme : +0,27 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
360371448380433419456432429
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
411412404375336351329324327
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
321318287111158162168163158
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
15914211910911399118121183
2016 - - - - - - - -
187--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Ces tableaux (en référence) regroupent les chiffres-clés de l'économie communale[22].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Aubin[23] dont le chœur et l'abside datent de la période gothique. La nef a, quant à elle, été construite en 1728, au XVIIIe siècle. L'édifice comprend une chaire en chêne de la même époque, sculptée de bas-reliefs, qui aurait été exécutée dans le Nord, à Séchin ou à Lille et qui est classée monument historique en 1905[24]. De gros dommages ont été subis au cours de la Première Guerre mondiale[25],[26] et seront réparés après le conflit[6].
  • Oratoire à la Vierge, à l'intersection de la rue du Maréchal et de la rue Verte[27].
  • Muches (refuges souterrains) qui aboutissent à l'église[3].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  • Paul Decagny, L'arrondissement de Péronne, ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, Péronne, J. Quentin, , 607 p. (lire en ligne), « IVe canton - Chaulnes : Paroisses et communes », p. 296-297 sur Google books.
  • La Picardie historique et monumentale, t. VI : Arrondissement de Péronne, Amiens, Impr. de Yvert & Cie, 1923-1931, 322 p. (lire en ligne), p. 195-200 sur Gallica.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, tome 1, numérisé, Archives départementales de la Somme, Amiens, p.478, vue 243/268.
  2. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  3. a b c d e f et g Notice historique et géographique réalisée par l'instituteur d'Herleville, M. Coquelle, 1899, Archives départementales de la Somme, Lire sur le site des Archives départementales.
  4. La section Herleville du Dictionnaire topographique, sur le site des archives départementales.
  5. a b c et d « Historique », Mairie de Herleville (consulté le 10 juin 2017).
  6. a et b Panneau d'informations communal.
  7. Journal officiel du 30 octobre 1920
  8. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Vincent Fouquet, « Vers un mariage de la communauté de communes de Haute-Picardie avec celle de Rosières ? : Le conseil communautaire, qui s’est déroulé jeudi soir à Soyécourt, a été l’occasion d’annoncer la volonté de l’intercommunalité de fusionner avec celle de Rosières-en-Santerre », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  10. « Coopération intercommunale : La préfète présente un nouveau schéma départemental » [doc], Communiqué de presse, Préfecture de la Somme, (consulté le 15 mai 2016).
  11. Vincent Fouquet et Cécile Latinovic, « Haute-Somme : La nouvelle carte du territoire fait réagir les présidents : La révélation de la nouvelle carte du département, et des découpages des intercommunalités fait réagir les présidents, qui sont majoritairement satisfaits », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne).
  12. « Un mariage entre Chaulnes et Rosières-en-Santerre est prévu pour 2017 : L’annonce a été faite jeudi 1er octobre à Rosières-en-Santerre : les communautés de communes de Haute Picardie (CCHP) et du Santerre (CCS) souhaitent fusionner. Voici leurs arguments », Le Courrier picard, édition du Santerre,‎ (lire en ligne).
  13. « Somme, la CDCI valide des projets de fusion d’ECPI », Décideurs en région,‎ (lire en ligne).
  14. « Arrêté préfectoral du 15 avril 2016 portant projet de périmètre de la communauté de communes issue de la fusion de la communauté de communes de haute Picardie avec la communauté de communes du Santerre », Recueil des actes administratifs de la préfecture de la Somme, nos 2016-031,‎ , p. 78-79 (lire en ligne [PDF]).
  15. « CC Terre de Picardie (N° SIREN : 200070928) », Fiche BANATIC, Ministère de l'intérieur, (consulté le 10 juin 2017).
  16. « Les maires de Herleville », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 10 juin 2017).
  17. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 5 septembre 2008)
  18. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  19. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  22. Les données de l'Insee sur le village.
  23. Paul Roger, Bibliothèque historique, monumentale, ecclésiastique et littéraire de la Picardie et de l'Artois, Amiens, Typ. de Duval et Herment, , 368 p. (lire en ligne), p. 161 sur Google books.
  24. « Chaire à prêcher », notice no PM80000758, base Palissy, ministère français de la Culture.
  25. Agence de presse Meurisse, « Dans la Somme : l'église d'Herleville : [photographie de presse] », (consulté le 10 juin 2017) sur Gallica.
  26. Section photographique de l'armée, « Photo : Herleville. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 40, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le 24 juin 2017).
  27. André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 241 (ASIN B000WR15W8).