Wimereux

commune française du département du Pas-de-Calais

Wimereux (prononcé /vimʁø/ ou /ɥimʁø/) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Wimereux
Wimereux
La digue.
Blason de Wimereux
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Boulogne-sur-Mer
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Boulonnais
Maire
Mandat
Jean-Luc Dubaele
2020-2026
Code postal 62930
Code commune 62893
Démographie
Gentilé Wimereusiens
Population
municipale
6 358 hab. (2021 en diminution de 9,62 % par rapport à 2015)
Densité 825 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 46′ 14″ nord, 1° 36′ 38″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 71 m
Superficie 7,71 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Wimereux
(ville-centre)
Aire d'attraction Boulogne-sur-Mer
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Boulogne-sur-Mer-1
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Wimereux
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Wimereux
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Wimereux
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Wimereux
Liens
Site web ville-wimereux.fr

Elle se trouve à la frontière nord-ouest de la ville de Boulogne-sur-Mer, au bord de la Manche et à l'embouchure du Wimereux, fleuve qui a donné son nom à la commune.

Wimereux est une station balnéaire située à l'entrée sud du grand site des Deux Caps et dans le parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Géographie

modifier

Localisation

modifier

Située dans le nord de la France, sur la Côte d'Opale, Wimereux est limitrophe, au sud, de Boulogne-sur-Mer.

Wimereux se trouve à environ 40 km des côtes anglaises à vol d'oiseau ainsi qu'à 27 km de Calais, 100 km de Lille et 220 km de Paris.

 
Carte interactive (double-cliquer sur la carte).

La commune appartient au territoire du Boulonnais et au parc naturel régional des Caps et Marais d'Opale.

Représentations cartographiques de la commune
Carte OpenStreetMap
Carte topographique

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de trois communes :

Communes limitrophes de Wimereux
Ambleteuse
Manche   Wimille
Boulogne-sur-Mer

Géologie et relief

modifier
 
La pointe de la Crèche.
 
Le site préhistorique de la Pointe aux Oies (l'estuaire du Wimereux fut peut être le « site originel des premières implantations humaines sur cette côte »[1]).

La superficie de la commune est de 7,71 km2 ; son altitude varie de 0 à 71 mètres[2].

La ville est située à basse altitude, avec des différences de relief relativement faibles par rapport au reste du Boulonnais. Elle est organisée le long de la plage, avec une digue qui arrête les vagues à marée haute. La plage est composée de sable fin et pour partie de galets. La plage de Wimereux est l'une des rares plages à disparaître quasiment intégralement à marée haute, ce qui donne un sable régulièrement humide.

Wimereux est entourée par deux ensembles de falaises : la pointe de la Crèche au sud vers Boulogne-sur-Mer, et la pointe aux Oies au nord vers Ambleteuse. Au nord, les falaises continuent vers les caps Gris-Nez et Blanc-Nez. Par beau temps, on peut voir les falaises des côtes anglaises. Les sols anglais et ceux du territoire appartiennent au même bassin géologique.

Les périphéries de la commune sont situées plus en hauteur, sur des collines qui résultent de la formation géologique de la boutonnière du Boulonnais.

Hydrographie

modifier

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie[3].

 
Le Wimereux se jette dans la Manche à Wimereux.

Le Wimereux est un fleuve côtier de 22 km de long, qui prend sa source à Colembert et traverse la commune de Wimereux avant de se jeter dans la Manche en y apportant ses matières en suspension et une partie de ses sédiments. Il existait autrefois un barrage et des vannes, qui y maintenaient un volume d'eau beaucoup plus important, et atténuaient l'effet des marées, permettant d'y circuler avec de petits bateaux. Les ruines en sont encore visibles des deux côtés du lit majeur près de l'embouchure.

Depuis la suppression du barrage, le cours d'eau a été réduit en largeur et canalisé entre deux rangées de palplanches métalliques et le reste de l'ancien lit mineur et une partie du lit majeur ont été comblés par une épaisse couche de sédiments, localement stabilisés par une résille plastique et aujourd'hui couverts dans la ville de plantes halophiles (qui s'accommodent des taux de sel liés aux marées).

Par ailleurs, la commune est également traversée par le petit fleuve côtier, la Slack, cours d'eau naturel de 21,78 km, qui prend sa source dans la commune de Hermelinghen et qui se jette dans la Manche au sud d'Ambleteuse[4].

Paysages

modifier
 
Une vue de ces « paysages des falaises d’Opale » et le cap Blanc-Nez.

La commune s'inscrit dans les « paysages des falaises d’Opale » tels qu’ils sont définis dans l’atlas de paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[5].

Ces paysages, qui concernent 30 communes, s’étendent le long de la côte, d’Équihen-Plage à Sangatte, sur une bande d’environ 50 kilomètres de long et d’un maximum de 5 kilomètres de large, l'autoroute A 16 étant la frontière à l'est. Ils sont constitués, d’une part, par les falaises d’Opale où se trouve le grand site des Deux Caps qui, avec le cap Blanc-Nez, culmine à 150 mètres, ces falaises offrent un belvédère sur le pas de Calais avec la possibilité de voir les côtes d’Angleterre, et d’autre part, vers l’intérieur des terres, avec les paysages littoraux qui jouxtent ceux des coteaux calaisiens et du pays de Licques, d'un paysage alternant collines, vallons et bocages.

L’occupation des sols se répartit en 43 % de cultures pour les paysages arrière-littoraux, 20 % de sols artificialisés, 20 % de prairies et forêts et 10 % de plage.

Les crans constituent une des particularités de ces côtes à falaises. Les crans sont des vallées suspendues qui se sont retrouvées le « nez en l’air », soit du fait de l’affaissement du pas de Calais[Note 2], soit par la baisse du niveau de la mer[Note 3] comme le cran d’Escalles, le cran Mademoiselle, le cran Poulet, le cran Barbier, le cran des Sillers, le cran de Quette et le cran aux Œufs, situés, eux, sur la commune d’Audinghen[6].

Ces paysages sont traversés par trois fleuves côtiers, la Liane (Boulogne-sur-Mer), le Wimereux (Wimereux) et la Slack (Ambleteuse), et par le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral, appelé aussi sentier des douaniers, qui chemine le long de ces paysages et offre un magnifique panorama.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique altéré, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,2 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 826 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 7,8 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Boulogne-sur-Mer à 5 km à vol d'oiseau[9], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 824,5 mm[10],[11]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[12].

Statistiques 1991-2020 et records BOULOGNE-SEM (62) - alt : 73m, lat : 50°43'57"N, lon : 1°35'58"E
Records établis sur la période du 01-01-1947 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3,4 3,4 5 7 9,8 12,5 14,7 15,3 13,2 10,3 6,8 4,1 8,8
Température moyenne (°C) 5,3 5,4 7,4 9,8 12,7 15,3 17,4 18 15,8 12,6 8,8 6 11,2
Température maximale moyenne (°C) 7,1 7,3 9,7 12,7 15,6 18,1 20,1 20,7 18,5 14,9 10,8 7,9 13,6
Record de froid (°C)
date du record
−13,4
12.01.1987
−13,6
01.02.1956
−7,8
07.03.1971
−2
14.04.1966
1,6
07.05.1997
4
02.06.1962
8
04.07.1965
9
31.08.1956
5,8
22.09.1979
−1
29.10.1947
−5,6
30.11.1978
−9,6
29.12.1996
−13,6
1956
Record de chaleur (°C)
date du record
16,4
01.01.22
18,9
26.02.19
22,7
30.03.17
26
16.04.1949
31,2
27.05.05
33,3
29.06.19
39,6
19.07.22
34,8
11.08.03
32,6
10.09.23
27,2
01.10.1985
19,1
01.11.15
17,2
10.12.1978
39,6
2022
Précipitations (mm) 77 56 48 48,1 54,6 48 54,3 63,2 69,6 95,8 106,8 103,1 824,5
Source : « Fiche 62160001 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité

modifier

Espaces protégés

modifier

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[13]. Dans ce cadre, la commune fait partie de quatre espaces protégés :

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique

modifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal comprend cinq ZNIEFF de type 1[Note 4] :

  • la Pointe de la Crèche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux[18] ;
  • les dunes de la Slack, la pointe aux Oies, la pointe de la Rochette et l’estuaire du Wimereux, d’une superficie de 474 hectares et d'une altitude variant de 3 à 38 mètres. Ce site présente un intérêt écologique et biologique de niveau européen, il est composé de dunes calcarifères récentes et de dunes plus anciennes ayant comblé une partie de l’estuaire et de la basse vallée de la Slack[19] ;
  • l'estuaire de la Slack, d’une superficie de 72 hectares et d'une altitude variant de 0 à 20 mètres. C’est un petit massif dunaire fossile plaqué sur une ancienne falaise du jurassique[20] ;
  • les prairies de la Warenne, d’une superficie de 46 hectares et d'une altitude variant de 8 à 33 mètres[21] ;
  • le bocage au sud de Wimereux, d’une superficie de 22 hectares et d'une altitude variant de 15 à 35 mètres[22].
 
Carte des ZNIEFF sur la commune.

Site Natura 2000

modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de sonservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[23].

Sur la commune, un site Natura 2000 de type B est défini en site d'importance communautaire (SIC) : les falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, garennes et communaux d'Ambleteuse-Audresselles[24].

Inventaire national du patrimoine géologique

modifier

Les formations kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la pointe de la Crèche sont inscrites à l'inventaire national du patrimoine géologique. L'altitude de ces falaises varient de 6 m, au nord avant Wimereux, à 33 m au sommet du pli de la Crèche[25].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Wimereux est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 5],[26],[27],[28]. Elle appartient à l'unité urbaine de Wimereux, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[29] et 10 658 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[30],[31].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer, dont elle est une commune de la couronne[Note 6]. Cette aire, qui regroupe 80 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[32],[33].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[34]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[35],[36].

Le SCOT (schéma de cohérence territoriale) du Boulonnais (CAB et communauté de communes de Desvres-Samer) a été approuvé en septembre 2013[37]. Un PLU (plan local d'urbanisme) et un PLH (plan local de l'habitat) sont en vigueur sur la commune. Un PLU intercommunal est en cours d'élaboration en 2014.

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (37 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (41,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (37 %), zones urbanisées (25 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (19,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (8 %), forêts (5,9 %), zones humides côtières (4,9 %)[38]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Voies de communication et transports

modifier
 
Le pont ferroviaire qui enjambe le Wimereux et sur lequel circulent les trains entre Calais et Boulogne.

Voies de communication

modifier

La commune est traversée par la route départementale RD 940 qui longe le littoral de Berck à Calais.

L'autoroute A16 dessert Wimereux par le biais des sorties   32 et   33. Elle permet de rejoindre Calais (en 25 min) et Dunkerque (en 50 min) au nord ainsi que Amiens (en h 20 min) et Paris (en h 30 min) vers le sud.

Au sein de la commune, les rues sont organisées selon des parallèles. Plusieurs ponts permettent de passer le Wimereux, dont l'un (rejoignant les deux parties de la digue) est uniquement piéton et peut être très exposé aux vagues lors des grandes marées, voire submergé en cas de surcote.

Transport ferroviaire

modifier

Une gare ferroviaire dessert la station, la gare de Wimille-Wimereux, desservie par des trains TER entre Boulogne-sur-Mer et Calais. Les grandes gares à proximité sont celles de Boulogne-Ville (à 15 min) et de Calais-Fréthun (à 20 min, par l'A16).

Dans la commune fonctionnait, de 1909 à 1914, la ligne de tramway d'Aubengue à Wimereux, une ancienne ligne de tramway qui circulait de Wimereux jusqu’au golf d'Aubengue.

Transports en commun

modifier

Wimereux est desservie par les lignes A, F et 210 du réseau urbain Marinéo. Elle est également desservie par la ligne 427 du réseau interurbain du Pas-de-Calais.

Risques naturels et technologiques

modifier
 
Digue de Wimereux, 25 décembre 2014, lors d'une marée avec surcote.

Comme toutes les villes littorales, Wimereux, comme Wissant est fortement exposée aux tempêtes. La commune est en outre vulnérable au phénomène d'érosion du trait de côte[1] ; on observe notamment un recul relativement rapide de la falaise au nord et la digue est périodiquement dégradée ou localement détruite par les vagues et la baisse du niveau de sable de la plage[39]. À long terme, une partie au moins de la commune est menacée de submersion marine à la suite de l'élévation du niveau de la mer. Le risque de tsunami est faible mais non nul. Selon une enquête de perception des risques conduite sur la côte d'Opale publiée en 2010, Wimereux et Wissant sont considérées par les personnes sondées comme les deux communes les plus à risque pour la Côte d'Opale. Lors de cette enquête, 43,5 % des sondés estimaient les mesures de protection (digues, enrochements, épis...) efficaces, et 40,9 % estimaient qu'elles étaient « inefficaces voire inutiles ». 15,7 % ne se prononçant pas[40].

Toponymie

modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Wimerenc au XIIIe siècle ; Wimerreue en 1305 ; Wimereue en 1338 ; Wimerrewe en 1416 ; Wymereue en 1506[41] et Wimereux depuis 1899, date à laquelle ce hameau de Wimille est érigé en commune[2].

Au XXe siècle, on la surnommait la « Nice du Nord »[42].

Toponyme dérivé d'un hydronyme, celui du cours d'eau du même nom, la ville ayant été construite à son embouchure. Wimereux tire son nom du fleuve situé à l'emplacement où la ville a été construite. À ses origines, Wimereux était lié à la commune de Wimille dont il s'est détaché en 1899. Wimereux ou Wimerive avait été nommée ainsi du fait que ce lieu était le rivage de la Wime, Wimii-ripa. Cette rivière s'appelait autrefois la Vime (écrit avec un V).

Prononciation

modifier

Tout comme les communes proches de Wimille ou Wissant, la prononciation du nom de la commune (« huimereux », « vimereux » ou « ouimereux ») n'est pas strictement définie et aucune n'est donc réellement incorrecte.

La prononciation locale est /ɥimʁø/ (huimereux). La prononciation ancienne est /wimʁø/ (ouimereux) conformément à la façon de prononcer la lettre W en picard, en flamand et en vieux néerlandais (semblable à l'anglais dans week-end). De la même manière, de nombreux Boulonnais prononcent encore aujourd'hui, par exemple, le mot wagon « ouagon » et non pas « vagon » comme en français standard. Tandis que la prononciation avec /v/ initial articulé reflète une francisation.

Histoire

modifier

Premières occupations humaines

modifier

À Wimereux, les premières traces relevées sont datées vers 500 000/700 000 av. J.-C. (silex, bifaces)[43]. Le climat est chaud (présence d'éléphants, félins…) ; les Hommes vivent de chasse, pêche et cueillette.

Le territoire est touché par le maximum glaciaire de la glaciation de Würm il y a environ 20 000 ans. Le climat s'adoucit ensuite aux alentours de 8 000 av. J.-C.

Différents envahisseurs celtes (les Morins) s'implantent dans la région et développent le commerce avec les îles Britanniques.

Puis, à la suite de la guerre des Gaules, les Romains occupent la Gaule durant près de 300 ans. Le Boulonnais est inclus dans la Gaule belgique.

Les invasions barbares détruisent Boulogne (Bolonia) au IIIe siècle. La ville est reconstruite au IVe siècle, l'économie locale renaît. Au début du Ve siècle, les Germains envahissent la Gaule. Vers 481, Clovis devient roi des Francs et unifie les territoires (Nord de la France et Belgique, puis une grande majorité du périmètre actuel de la France).

Moyen Âge

modifier

La dynastie mérovingienne qui succède aux Francs, puis l'empire carolingien (Charlemagne) couvrent le début de la période médiévale. Wimille est rattachée au comté de Boulogne, la région est convertie au christianisme, puis subit plusieurs guerres. Philippe-Auguste (dynastie des Capétiens) gagne la bataille de Bouvines en 1214 et reprend le nord de la France.

Il s’ensuit une paix durable, jusqu'à la guerre de Cent Ans. À partir de 1347, Wimille a des voisins britanniques, Calais devenant anglaise jusqu'en 1559. La région est ainsi l'objet de fréquentes batailles. La peste noire frappe de plus le Boulonnais de 1347 à 1350, avec environ 32 % des foyers touchés[43].

Époque moderne

modifier
 
La commune fut desservie par le Tramway d'Aubengue à Wimereux et le tramway de Boulogne-sur-Mer, dont on voit ici une rame rue Carnot, avant la Première Guerre mondiale.
 
Villa Le bon accueil.

À l'embouchure du Wimereux, Vauban a construit au XVIIe siècle l'un des forts de protection du littoral dont les ruines, qui se dressaient encore au milieu de la mer jusqu'aux années 1940, se sont effondrées depuis.

Les aéronautes Jean-François Pilâtre de Rozier et Pierre-Ange Romain tombent et se tuent à Wimereux en 1785 dans le premier accident aérien de l'histoire.

 
Fort Vimieux,1831
William Turner
Collection privée

Le peintre anglais William Turner dans son tableau intitulé Fort Vimieux fait référence à une action navale au large de Wimereux. Une des divisions rassemblées par Napoléon en 1804 et 1805 pour l'invasion de la Grande-Bretagne, celle commandée par le capitaine Daugier, occupait le port. La flotte britannique, le 18 juillet 1805 avec une escadre des navires l'Immortalité, le Hebe et l'Arabe, incitait les navires français à s'aventurer au-delà de la portée des batteries le long de la côte.

Turner s'est probablement rendu à Wimereux en 1829 alors qu’il rassemblait du matériel pour son projet ambitieux d’illustrer le paysage des «Grands fleuves d’Europe», finalement limité aux fleuves français[44].

Au XIXe siècle, l'arrivée du train bouleverse l'économie et les paysages (dans ce paysage vallonnée, coupée de vallées profondes et composés de substrats géologiques localement complexes, il faut creuser des tunnels (tunnel de Malbrouck), construire des remblais et des ponts notamment au-dessus du fleuve Wimereux. Dans les années 1830, on s'est demandé [45]« s'il ne convenait pas de traverser le Wimereux un peu plus bas, en augmentant la pente au-delà de Malbrouck, laquelle n'atteindrait pas encore 3 millièmes » pour notamment avoir sur le Wimereux et la Slaque des « remblais moins dispendieux », mais le parcours en aurait été augmenté au moins de 5 800 m et imposé une pente de 5 millièmes pour la descente de Calais[45]. Il aussi été envisagé une ligne plus courte entre Calais et Boulogne, mais il aurait fallu « traverser Wimereux à une plus grande hauteur » et construire « à Maninghen entre le Wimereux et la Selaque un souterrain de 1500 mètres ».

En 1840, lors de sa tentative de coup d'État pour réimplanter l'Empire, Louis Napoléon Bonaparte, futur Napoléon III, débarque à Wimereux avec l'intention de soulever la garnison de Boulogne-sur-Mer. La tentative échoue[46].

C'est aussi à Wimereux qu'on installe début 1899 une antenne pour permettre les communications radio avec South Foreland, établissant un nouveau record (48 km) de distance[47]. Avant cela une communication avait pu être établie entre l'antenne de Wimereux et l'Ibis (un Aviso de la marine française, équipé pour la circonstance d'une antenne de 22 m) qui avait été positionné à 19 km de là, de manière que les hauteurs des falaises du Cap Gris-Nez soit situé entre ces deux points. On a montré à cette occasion qu'un obstacle matériel de ce type ne s'opposait pas à la communication par onde radioélectrique. C'est aussi Wimereux qui est choisi pour faire avec la côte anglaise les expériences de syntonisation (1er dispositif de protection d'une communication radio par le choix d'une fréquence identique pour l'émetteur et le récepteur) proposés par M. Marconi qui avait nommé ce dispositif jigger lors d'une conférence faite le 2 février 1900 devant la Royal Institution de Londres. L'expérience fut interrompue à peine commencée « suite à un accident survenu à l'inventeur », mais a eu le temps de prouver qu'au-delà d'une certaine distance le système fonctionnait.

Époque contemporaine

modifier

Station balnéaire créée sous le Second Empire, Wimereux a pris le nom du fleuve qui se jette dans la mer à l'endroit où la ville a été construite. Le territoire de Wimereux appartenait à l'origine à la commune de Wimille dont Wimereux s'est détaché en 1899.

Wimereux constitue un ensemble architectural remarquable de maisons et d'immeubles typiques de la Belle Époque qui continuent à être entretenus.

Les parents de Charles de Gaulle avaient coutume d'y effectuer des séjours avec leurs enfants, et le général y passa donc plusieurs vacances en famille durant son enfance.

La station balnéaire de Wimereux a été en partie ravagée en 1945.

À l'origine résidence secondaire des familles aisées de Lille et de Paris, Wimereux est devenue depuis une vingtaine d'années[C'est-à-dire ?] la banlieue résidentielle de l'agglomération de Boulogne-sur-Mer. Wimereux attire aussi des Britanniques, des Belges qui viennent s'y installer.

Politique et administration

modifier

Découpage territorial

modifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Boulogne-sur-Mer du département du Pas-de-Calais.

Commune et intercommunalités

modifier

Wimereux fait partie de la communauté d'agglomération du Boulonnais (CAB) et du regroupement de trois structures intercommunales appelé Pays Boulonnais. Le siège de ces deux regroupements est Boulogne-sur-Mer.

Circonscriptions administratives

modifier

La commune est rattachée au canton de Boulogne-sur-Mer-1.

Circonscriptions électorales

modifier

Pour l'élection des députés, la commune fait partie de la cinquième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires

modifier

Le vote des 6 358 Wimereusiens suit globalement le vote des Français.

Francis Ruelle devient maire à la suite des élections municipales de mars 2001[48]..

Aux élections présidentielles de 2002, Jacques Chirac arrive en tête au premier tour dans la commune avec 18,80 % des voix, devant Jean-Marie Le Pen et Lionel Jospin. Aux élections de 2007, Nicolas Sarkozy recueille 30,39 % des votes au premier tour devant Ségolène Royal, et 53,91 % au second tour. Aux élections de 2012, c'est le socialiste François Hollande qui s'impose d'une courte tête devant Nicolas Sarkozy avec 28,17 % des voix au premier tour et 51,75 % au second.

Les Wimereusiens soutiennent Emmanuel Macron à la présidentielle de 2017, en le mettant en tête des votes au premier comme au second tour. Le candidat du parti d'Emmanuel Macron aux législatives, Jean-Pierre Pont, arrive également en tête avec 36,76 % à Wimereux.

Le maire sortant Francis Ruelle annonce dès juillet 2019 qu'il ne se représente pas[48]. Le premier tour des élections municipales de 2020 se déroule le . Six listes s'affrontent[48].

Le confinement lié à la pandémie de Covid-19 retarde de trois mois la tenue du second tour, qui a lieu le . Celui-ci se solde par une quadrangulaire, comme trois autres communes du département du Pas-de-Calais : Marœuil, Dourges, et Meurchin[49].

S'y affrontent Aurélien Portuese (divers centre, 32,46 % au premier tour), Jean-Luc Dubaele (divers droite, 23,52 %), Catherine Papyle-Lefebure (liste écologiste, 18,77 %) et Joël Fernagut (divers droite, 11,51 %).

Soutenu par l'ancien Maire Francis Ruelle, Jean-Luc Dubaele est élu avec 45,43 % des suffrages[50].

Derrière lui, Aurélien Portuese avec 31,34 % des voix, Catherine Papyle Lefebure avec 16,55 % et Joël Fernagut avec 6,68 %

La participation au second tour à Wimereux, s’élève à 53,75 %.

Liste des maires

modifier
Liste des maires successifs [51]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1899 1900 Dagobert Soehnlin    
1900 1902 Polux Pajot    
1902 1908 Léon Delcourt    
1908 1910 Ernest Verbeke   Médecin
1910 1912 Théophile Dobelle    
1912 1916 Eugène Leroy   Entrepreneur
1919 1922 Maurice Dibos[52]
(1855-1931)
  Ingénieur maritime
Chevalier de la Légion d'honneur
1922 1928 François Mahieu   Médecin
1928 1931 Eugène Leroy   Entrepreneur
1932 1935 François Mahieu   Médecin
1935 1941 Henri Cacan    
1942 1945 Désiré Potterie    
1945 mars 1959 Henri Sagnier    
mars 1959 1967 Marie-Émile Poirot   Colonel
1967 mars 1977 Jean Herlem   Entrepreneur en travaux publics
mars 1977 juin 1978 Georget Caux PS Directeur commercial
juin 1978[53] mars 1989 Jacques Bresson DVD Docteur en médecine, maire honoraire (2020)
mars 1989 juin 1995 Dominique Dupilet PS Directeur de maison de jeunes
Député du Pas-de-Calais (6e circ.) (1977 → 1986 et 1988 → 2002)
Conseiller général de Boulogne-sur-Mer-Nord (1979 → 1985)
Conseiller général de Boulogne-sur-Mer-Nord-Ouest (1985 → 2015)
Président du conseil général (2004 → 2014)
juin 1995 mars 2001 Marc Choain
(1927-2012)
PS  
mars 2001 juin 2020 Francis Ruelle DVD Médecin généraliste[54],[55],[56]
juillet 2020 En cours
(au 31 mars 2022)
Jean-Luc Dubaële DVG Commerçant[57],[58]
Conseiller départemental de Boulogne-sur-Mer-1 (2021 → )

Jumelages

modifier

La commune est jumelée avec :

 
Jumelages et partenariats de Wimereux. 
Jumelages et partenariats de Wimereux. 
VillePaysPériode
Herne Bay[59] Royaume-Unidepuis
 Schmallenberg[59] Allemagnedepuis

Équipements et services publics

modifier

Eau et déchets

modifier

Espaces publics

modifier

La ville de Wimereux a obtenu trois fleurs au Concours des villes et villages fleuris[60].

Enseignement

modifier

La ville abrite deux écoles maternelles et trois écoles primaires. L'enseignement secondaire et supérieur le plus proche se fait à Boulogne-sur-Mer.

Wimereux accueille également une antenne du Conservatoire à Rayonnement Départemental du Boulonnais, établissement d'enseignement de musique et de danse également implanté à Boulogne-sur-Mer et à Saint-Martin-Boulogne.

Enseignement supérieur et recherche

modifier

Il existait au XIXe siècle un « laboratoire maritime » situé à la Pointe aux Oies, qui fut détruit durant la Seconde Guerre mondiale (en 1940). C'est grâce à lui qu'à Wimereux en 1879 a débuté l'algologie du Nord de la France, grâce à un ouvrage intitulé « liste d'algues observées à Wimereux » publié par le botaniste Monnier (1879). Selon le Pr Géhu (1964), cette liste était très incomplète et comportait quelques erreurs de nom d'espèces mais elle est la première à citer précisément les sites de récolte de la plupart des algues décrites[61].
Dix ans plus tard (1890), c'est le professeur Giard qui a complété les observations de Monnier (son élève) dans un rapport d'activité de la station, mais entre-temps, Ferdinand Debray avait publié en 1883 un fascicule intitulé Les algues marines du nord de la France puis (en 1885) un Catalogue des algues marines du nord de la France, puis en 1897 un guide de l'algologue et un recueil intitulé Florule des algues du nord de la France[62].

Wimereux accueille encore aujourd'hui des bâtiments universitaires : la station marine de Wimereux, Département de la Faculté des Sciences et Technologies de l'université de Lille, et la Maison de la Recherche en Environnement Naturel (MREN), centre de recherche dépendant de l'université du Littoral-Côte-d'Opale. Les recherches effectuées dans ces deux bâtiments se font en commun, au sein du Laboratoire d’Océanologie et de Géosciences (LOG), unité mixte de recherche (UMR) du centre national de la recherche scientifique (CNRS). Le LOG est la seule UMR de la Côte d'Opale. Environ 100 personnes travaillent quotidiennement dans ce laboratoire (35 chercheurs, 20 personnels techniques et administratifs, 25 doctorants et 20 CDD). Les recherches effectuées portent sur l'océanologie (biologie, chimie, physique, géologie).

Postes et télécommunications

modifier

Un centre hospitalier est présent à Boulogne-sur-Mer et une polyclinique à Saint-Martin-Boulogne.

Justice, sécurité, secours et défense

modifier

Population et société

modifier

Démographie

modifier

Évolution démographique

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1901. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[63]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[64].

En 2021, la commune comptait 6 358 habitants[Note 7], en diminution de 9,62 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1091 3701 4982 2082 3352 4342 5742 8293 734
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
4 1985 2416 7127 0237 1097 4937 4107 3867 010
2018 2021 - - - - - - -
6 3566 358-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[65].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

modifier

En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 29,9 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,7 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 32,0 % la même année, alors qu'il est de 24,9 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 2 985 hommes pour 3 371 femmes, soit un taux de 53,04 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,50 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[66]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ou +
2,4 
6,3 
75-89 ans
10,8 
21,2 
60-74 ans
22,6 
23,0 
45-59 ans
22,6 
15,5 
30-44 ans
15,1 
16,0 
15-29 ans
11,6 
17,6 
0-14 ans
15,0 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2020 en pourcentage[67]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ou +
1,6 
5,5 
75-89 ans
8,9 
16,4 
60-74 ans
17,8 
20,3 
45-59 ans
19,3 
19,1 
30-44 ans
18,2 
18,1 
15-29 ans
16,2 
20,2 
0-14 ans
18,1 

Manifestations culturelles et festivités

modifier
  • La fête du nautisme
  • Le week-end de l'air
  • La fête de la moule
  • Les concerts sur la digue

Sports et loisirs

modifier
 
La digue de Wimereux et la plage.

Le Club Nautique de Wimereux (CNW) permet la pratique de l'optimist, de la planche à voile (plusieurs champions de renommée internationale sont issus du club, comme Pascal Maka, ou plus récemment Alice Arutkin et Jules Denel), du catamaran, du kayak de mer, du char à voile et du kitesurf[68].

Le golf de Wimereux, parcours de 18 trous, est l'un des plus anciens de France. Wimereux possède également des équipements permettant la pratique de nombreux autres sports (tennis, sports collectifs…).

Des sentiers de randonnées parcourent également le territoire, notamment le GR120 le long de la côte.

Les 10 et , la commune et les 2 Caps, cap Gris-Nez et cap Blanc-Nez, accueillent la 15e édition du trail national Côte d'Opale et l'arrivée des deux journées. Le départ des épreuves de ces deux journées a lieu à Audinghen[69].

Pistes cyclables

modifier

La piste cyclable « La Vélomaritime », partie côtière française de la « Véloroute de l’Europe - EuroVelo 4 », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 5 100 km, traverse la commune, en venant de Boulogne-sur-Mer pour desservir Ambleteuse[70],[71].

Sentier pédestre

modifier

Le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral (partie du sentier européen E9 allant du Portugal à l'Estonie), appelé aussi sentier des douaniers, traverse la commune en longeant la côte[72].

L'église de l'Immaculée-Conception.

Économie

modifier

Tourisme

modifier
 
Le marché de Wimereux.

La station balnéaire de Wimereux rencontre un succès important l'été. Elle attire de nombreux Français (Boulonnais, Nordistes, Parisiens…) mais aussi des Britanniques, des Belges ou encore des Russes. On dénombre beaucoup de résidences secondaires.

De nombreux commerces (alimentaires, vêtements, boutiques souvenir…), des banques, des restaurants et bars sont implantés dans le centre de Wimereux et le long de la digue.

Elle est classée « station de tourisme » par décret du [73].

Revenus de la population et fiscalité

modifier

En 2009, le revenu fiscal médian par ménage était de 18 127 , ce qui est supérieur à la moyenne du Nord-Pas-de-Calais (16 001 ) et équivalent à celle nationale (18 355 )[74].

Entreprises et commerces

modifier

Culture locale et patrimoine

modifier

Lieux et monuments

modifier

Site classé

modifier

Un site classé ou inscrit est un espace (naturel, artistique, historique…) profitant d'une conservation en l'état (entretien, restauration, mise en valeur...) ainsi que d'une préservation de toutes atteintes graves (destruction, altération, banalisation...) en raison de son caractère remarquable au plan paysager. Un tel site justifie un suivi qualitatif, notamment effectué via une autorisation préalable pour tous travaux susceptibles de modifier l'état ou l'apparence du territoire protégé[75].

Dans ce cadre, la commune présente un site classé par arrêté du  : le fort de Croÿ, sis sur la plage[76],[77].

Monuments historiques

modifier

Sur la commune se trouve deux monuments historiques :

  • le mémorial de la Légion d'honneur dit pierre Napoléon. Ce monument fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le [78] ;
  • la villa Les Mauriciens possède une façade et une toiture remarquables. On peut également noter le décor intérieur des pièces du rez-de-chaussée, le vestibule, la cage d'escalier et l'escalier ainsi que la salle de billard au premier étage. Cette villa fait l’objet d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [79].

Autres lieux et monuments

modifier
 
Falaises au sud de Wimereux.

Galerie de villas

modifier

Patrimoine culturel

modifier

L'association « Le Charme de Wimereux » dont le but est de protéger le patrimoine bâti et paysager organise des circuits commentés des villas de la ville chaque semaine de la période estivale, un repas de rue ouvert à tous et une manifestation musicale et théâtrale à l'occasion des Journées Européennes du Patrimoine chaque mois de septembre.

Gastronomie

modifier

Un fromage local porte le nom de la commune : l'écume de Wimereux.

Wimereux au cinéma et à la télévision

modifier

Personnalités liées à la commune

modifier
 
La tombe de John McCrae à Wimereux.
 
Première liaison par TSF à partir de Wimereux - 1899.

Héraldique, logotype et devise

modifier
  • Le blason de la ville :
  Blason
Tranché : au 1er d'azur à un ballon monté d'argent, au 2d de sinople à une sirène d'argent ; à la bande de gueules chargée de trois abeilles d'or, brochant sur la partition[87].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1939-1945
Détails
Le port de Wimereux a été fondé par Napoléon en 1805, cet héritage napoléonien est symbolisé par les trois abeilles. La montgolfière rappelle que, le , les aéronautes Jean-François Pilâtre de Rozier et Pierre-Ange Romain tombent et se tuent à Wimereux dans ce qui deviendra le premier accident aérien de l'histoire. Enfin, la sirène symbolise les rapports importants qui lient Wimereux à la mer.

Adopté le .
 
Armes de la paroisse de Saint-Jean-du-Wimereux.
  • Le blason de la paroisse : Parti : au 1er d'azur à une fleur de lys d'or ; au 2d de gueules à un puits d'argent maçonné de sable surmonté d'une couronne comtale d'or.

Où le premier rappelle la Vierge Immaculée à qui l'église est consacrée, le second où le puits évoque le souvenir de la statue miraculeuse de Notre-Dame qui fut cachée dans le puits de la ferme d'Honvault, et enfin la couronne comtale rappelle que le roi Louis XI a conféré la dignité de comtesse de Boulogne à Notre-Dame.

Pour approfondir

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie

modifier

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Notes et références

modifier
  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Ce détroit cénozoïque s'est ouvert au Paléogène puis refermé à l'Éocène et se serait à nouveau ouvert au Quaternaire
  3. Depuis la dernière glaciation, la mer a remonté de plus de 100 m de hauteur dans cette région. Lors de la dernière déglaciation le détroit a été rouvert il y a 9 000 ans environ
  4. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  5. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  6. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  7. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. a et b Meur-Férec, C., & Morel, V. (2004). L'érosion sur la frange côtière: un exemple de gestion des risques. Natures Sciences Sociétés, 12(3), 263-273 (résumé).
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. « Données de la commune », sur le site du service d'administration nationale des données et référentiels sur l'eau (Sandre) (consulté le ).
  4. Sandre, « Fiche cours d'eau - Slack (E5100570) » (consulté le )
  5. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  6. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages des falaises d’Opale », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  9. « Orthodromie entre Wimereux et Boulogne-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  10. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  11. « Station Météo-France « Boulogne-Sem » (commune de Boulogne-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  12. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  13. « Les espaces protégés. », sur le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  14. « ZNIEFF FR8000007 - Caps et Marais d'Opale », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « ZNIEFF FR1100136 - baie de la Slack », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « Espace protégé FR1100135 - Pointe de la Crèche », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « Espace protégé FR3801059 - pointe de la Crèche », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. ZNIEFF de la « Pointe de la Crèche et falaise entre Boulogne-sur-Mer et Wimereux ». Cette zone concerne les communes de Boulogne-sur-Mer et de Wimereux.
  19. « ZNIEFF 310007283 - Dunes de la Slack, Pointe aux Oies, Pointe de la Rochette et estuaire du Wimereux », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « ZNIEFF 310007284 - Estuaire de la Slack », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « ZNIEFF 310013751 - Prairies de la Warenne », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF 310030065 - Bocage au Sud de Wimereux », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. (en) « The Natura 2000 protected areas network », sur European Environment Agency (consulté le ).
  24. Zone Natura 2000 des « Falaises et dunes de Wimereux, estuaire de la Slack, Garennes et Communaux d'Ambleteuse-Audresselles ». Fiche Natura 2000.
  25. « Patrimoine géologique NPC0009 - formations kimméridgiennes et tithoniennes des falaises de la Pointe de la Crèche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  26. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  27. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  28. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « Unité urbaine 2020 de Wimereux », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  30. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  31. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  32. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Boulogne-sur-Mer », sur insee.fr (consulté le ).
  33. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  34. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  35. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  36. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  37. « Scot du Boulonnais, actualités », sur scot-boulonnais.fr (consulté le ).
  38. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  39. Battiau-Queney Y (2010) La pénurie sédimentaire des plages en érosion de la Côte d’Opale. Roland Paskoff et les littoraux: regards de chercheurs, 153.
  40. tableau 10, in petit, Olivier (2010) Risque environnemental et action collective (Livre numérique Google) ; Ed:Lavoisier, 12 avril 2010 - 160 pages
  41. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais : comprenant les noms de lieu anciens et modernes, Paris, Imprimerie nationale de Paris, , 499 p. (lire en ligne sur Gallica), p. 403.
  42. Benoit Guglielmi, Ces villes qu'on surnomme « Nice » dans le monde dans Nice-Matin, le 6 septembre 2014.
  43. a et b La Drôle d'Histoire du Nord-Pas-de-Calais, des origines à nos jours, Trinka, la ligne pourpre, 2009, 175 p.
  44. Turner, Catalogue Sotheby's
  45. a et b L.-L. Vallee (1837) Exposé général des études faites pour le tracé des chemins de fer de paris. voir Page 57 et suivantes
  46. Yves-Marie Hilaire, « Chapitre XI. De la monarchie à la république. Un siècle de vie politique boulonnaise (1814-1914) », dans Alain Lottin (dir.), Histoire de Boulogne-sur-Mer,‎ (lire en ligne).
  47. Turpain A.C () Les Applications Pratiques Des Ondes électriques", voire page 122 et suivantes
  48. a b et c « Treize villes où tout peut arriver », La Voix du Nord, édition Douaisis, no 24268,‎ , p. 4-5.
  49. Sébastien Leroy, « Municipales : le casting est finalisé, c'est reparti pour un tour », La Voix du Nord, édition Hainaut-Douaisis, no 24244,‎ , p. 3.
  50. « - Qui est Jean-Luc Dubaele, «l’enfant du pays» qui vient de remporter la mairie de Wimereux ? », sur La Voix du Nord, (consulté le ).
  51. Liste des maires de Wimereux et de Wimille
  52. Fiche généalogique Maurice DIBOS, sur le site Geneanet
  53. Élu à la suite d'une élection municipale partielle
  54. Patricia Noël, « Wimereux : « Il reste encore du travail à faire d’ici les élections municipales » : Francis Ruelle ne répond ni oui, ni non quand on lui demande s’il se représentera devant les électeurs en mars prochain. Il rappelle qu’il a annoncé sa candidature de 2008 au moment des vœux de janvier, une façon pour lui de réclamer un peu de patience à tous ceux qui se demandent s’il briguera un troisième mandat. Il dresse le bilan des cinq années passées dans le fauteuil de maire et met en exergue sa fierté d’avoir assaini les finances de la commune. « C’était notre principale préoccupation. » », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. P. N., « Wimereux : et de trois pour Francis Ruelle, réélu maire pour six ans », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  56. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  57. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur https://www.data.gouv.fr, (consulté le ).
  58. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  59. a et b « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrance.html?criteres.collectiviteId=25105 »
  60. Wimereux sur le site des Villes et Villages Fleuris.
  61. Géhu, J. M. (1964). L'algologie marine dans le Nord de la France. Bulletin de la Société Botanique de France, 111(sup3), 357-379
  62. Dubray F (1897) "Florule des algues du nord de la France", in Bulletin Scientifique du Nord de la France et de la Belgique 1897, 193 pages
  63. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  64. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  65. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  66. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Wimereux (62893) », (consulté le ).
  67. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Pas-de-Calais (62) », (consulté le ).
  68. (fr) Club Nautique de Wimereux
  69. Sylvain Liron (photogr. Sébastien Jarry), « Départ à 5h30, retour du 62 km, ce trail Côte d’Opale va avoir de la gueule », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  70. « Boulogne-sur-Mer / Calais - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  71. « EuroVelo 4 - Véloroute de l'Europe Centrale », sur eurovelo.com (consulté le ).
  72. Fédération française de randonnée, GR 120 : De la Flandre à la baie de Somme, Hauts-de-France, imprimerie Corlet, coll. « Topoguides », 2022 pages totales=96 (ISBN 978-2-7514-1221-9)
  73. http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do;jsessionid=?cidTexte=JORFTEXT000027800058
  74. « Chiffres clés : Communes de Wimereux (62893), Département du Pas-de-Calais, Région du Nord-Pas-de-Calais, France métropolitaine », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  75. Articles L. 341-1 à 22 du code de l'environnement
  76. « Bilans annuel de la politique de classement des sites », sur ecologie.gouv.fr (consulté le ).
  77. « Fort de Croÿ », notice no IA62000691, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  78. « Mémorial », notice no PA00108446, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « Villa Les Mauriciens », notice no PA62000062, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. Christian Canivez, « Journées du patrimoine Nos dix coups de cœur », dans La Voix du Nord du 11 septembre 2020, p. 46.
  81. Christian Canivez, « Grande Guerre: 20 sites du Nord et du Pas-de-Calais désormais inscrits à l’UNESCO », sur lavoixdunord.fr, La Voix du Nord, .
  82. Générique de fin de film.
  83. VH.-M., « Capitaine Marleau tourne au café du Moulin-Wibert pendant toute la journée », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  84. J. W., « Wimereux : le tournage de la série « HPI », avec Audrey Fleurot, est lancé », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  85. Patricia Noël (photogr. Sébastien Jarry), « Wimereux est au cœur du nouveau polar de Rosalie Lowie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  86. « « Stève le phoque », nageur de combats », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  87. « 62893 Wimereux (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).