Ouvrir le menu principal

Taylor Phinney

coureur cycliste américain
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Phinney.
Taylor Phinney
Informations
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (29 ans)
BoulderVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Spécialité
Équipes amateurs
Équipes professionnelles
Principales victoires

Taylor Phinney, né le à Boulder, est un coureur cycliste américain, professionnel de 2011 à 2019. Il est le fils de Connie Carpenter-Phinney et Davis Phinney. Il est notamment double champion du monde de poursuite en 2009 et 2010 et champion du monde du contre-la-montre par équipes avec BMC Racing en 2015. Il a également remporté une étape du Tour d'Italie 2012. Considéré à ses débuts comme un coureur très prometteur, il a eu du mal par la suite à répondre aux attentes suscités par les suiveurs. Une grave chute en 2014 l'a éloigné des courses pendant plus d'un an.

BiographieModifier

Catégories de jeune et première sélection olympiqueModifier

 
Lors de la coupe du monde sur piste à Los Angeles (2008)

Taylor Phinney naît le à Boulder. Il est le fils de deux anciens champions cyclistes : Connie Carpenter, championne du monde de poursuite en 1983 championne olympique sur route en 1984, et de Davis Phinney, champion des États-Unis sur route, médaillé aux Jeux olympiques de 1984 et vainqueur de 2 étapes du Tour de France en 1986 et 1987.

Il commence le cyclisme à 15 ans, en 2005[2]. En 2007, Phinney commence à courir avec l'équipe junior du Team Slipstream. Le manager de l'équipe, Jonathan Vaughters, a recruté Phinney dans l'équipe sans qu'il n'ait participé à une seule course, après avoir entendu des rumeurs au sujet de la capacité de Phinney lors d'entrainement en groupe à Boulder. C'est à cette époque que Phinney découvre la piste. En août 2007, il devient champion du monde du contre-la-montre juniors. Il se classe septième de la poursuite individuelle aux Jeux olympiques d'été de 2008. Plus tard dans la même année, aux championnats nationaux sur piste, il remporte des médailles d'or dans les épreuves élites du kilomètre contre-la-montre, de la poursuite individuelle et de la poursuite par équipes.

Titres mondiaux sur piste (2009-2010)Modifier

En 2009, il rejoint à 19 ans l'équipe Trek Livestrong (réserve de l'équipe ProTour RadioShack) et remporte le , le titre de champion du monde de poursuite. Il conserve son titre l'année suivante. Ses qualités de rouleur et de sprinteur lui ont permis de remporter Paris-Roubaix espoirs en 2009 et 2010, ainsi que quatre étapes de l'Olympia's Tour et le classement final en 2010. Il est alors très suivi par les médias américains qui voient en lui un futur champion[2]. L'équipe RadioShack lui a proposé une place de stagiaire à partir du mois d'août 2010[3]. Il rejoint finalement pour sa première saison au haut-niveau l'équipe américaine BMC Racing[4], avec le plus haut salaire offert pour un néo-professionnel et un statut de grand espoir. À la fin de la saison 2010, il est sélectionné pour participer au championnat du monde dans la catégorie espoirs (moins de 23 ans) à Melbourne, en Australie. Grand favori, il devient champion du monde du contre-la-montre[5], trois ans après son titre acquis chez les juniors. Il prend deux jours plus tard, la médaille de bronze sur la course en ligne. Il est désigné coureur américain de l'année par la fédération américaine[6]. Il est alors considéré comme un grand espoir du cyclisme américain, un « nouveau Lance Armstrong »[7]

BMC Racing (2011-2016)Modifier

Lors de sa première année dans le WorldTour avec BMC Racing, il remporte à 21 ans le prologue de l'Eneco Tour et prend la quatrième place du classement final. Il se classe quinzième de son premier Paris-Roubaix en 2012. En mai 2012, il remporte la première étape du Tour d'Italie, disputée contre-la-montre, ce qui lui permet de porter le maillot rose pendant trois jours. Il termine à la 155e du classement général. Ensuite, il termine entre autres 4e de la course en ligne et du contre-la-montre des JO et médaille d'argent aux championnats du monde du contre-la-montre.

Début 2013, il termine troisième du Tour du Qatar. Dans des conditions dantesques, il prend la septième place de Milan-San Remo. Plus tard, fin juillet, il remporte sa première et seule victoire de l'année lors de la 4e étape du Tour de Pologne après s'être échappé dans les derniers kilomètres et avoir finalement résisté aux équipes de sprinteurs pour franchir seul devant le peloton la ligne d'arrivée[8].

Lors de la saison 2014, il gagne le prologue et le général du Dubaï Tour, puis s'adjuge une étape du Tour de Californie après une échappée en solitaire. En mai 2014, il est champion des États-Unis du contre-la-montre. Sur la course en ligne de ces mêmes championnats, il subit une grave chute qui l'éloigne des courses pendant plus d'un an. À la jambe gauche, il est atteint de fractures au tibia, à la rotule ainsi qu'une rupture du tendon rotulien qui mettent fin à sa saison[9]. Il reste alors six mois sans bouger, puis doit passer par des séances de rééducation.

Il reprend la compétition en août 2015, lors du Tour de l'Utah[10]. Sa jambe gauche conserve toutefois un déficit de puissance de 25 % par rapport à la droite[7]. En fin de saison, Phinney est sélectionné par les États-Unis pour le contre-la-montre et la course en ligne des championnats du monde de Richmond[11]. Avec BMC Racing, il remporte le championnat du monde du contre-la-montre par équipes. Il participe à sa première course en Europe depuis sa blessure lors de Gand-Wevelgem en mars 2016[12]. En mai, il est pour la troisième fois champion des États-Unis du contre-la-montre, en devançant Tom Zirbel de plus d'une minute. Phinney est sélectionné pour les Jeux olympiques, mais malgré ses espoirs de médaille, il ne termine que 22e du contre-la-montre, avec plus de cinq minutes de retard sur le vainqueur Fabian Cancellara[13]. En fin d'année, il obtient avec BMC la médaille d'argent du championnat du monde du contre-la-montre par équipes.

Fin de carrière précoce chez Cannondale/EF (2017-2019)Modifier

En septembre 2016, il confirme avoir signé un contrat initial de deux ans avec Cannondale-Drapac pour la saison 2017. Son programme est axé sur les classiques et le Tour de France. En juillet, il participe à son premier Tour de France. Dans une interview avant la course, il déclare continuer à suivre un traitement pour traiter les conséquences de ses blessures et que la puissance délivrée par son côté gauche était de près de 25% inférieure à celle de son côté droit lors d'un effort explosif[14]. Il porte le maillot à pois du leader du classement de la montagne lors de la deuxième étape.

En trois saisons dans l'équipe de Jonathan Vaughters, il ne gagne aucune course, mais parvient à terminer huitième de Paris-Roubaix de 2018.

Fin 2019, il annonce à 29 ans mettre un terme à sa carrière qui s'annonçait prometteuse, mais qui a été freinée par un accident qui a changé sa vie. Il déclare s'éloigner du sport pour poursuivre de nouvelles passions créatives, notamment l'art et la musique.[15].

Palmarès sur pisteModifier

 
Casque de contre-la-montre utilisé par Taylor Phinney lors du prologue du Tour de Romandie 2011.

Jeux olympiquesModifier

Championnats du mondeModifier

Coupe du mondeModifier

  • 2007-2008
    • 1er de la poursuite à Los Angeles
  • 2008-2009
    • 1er de la poursuite à Copenhague
    • 1er du kilomètre à Copenhague

Championnats du monde juniorsModifier

Championnats des États-UnisModifier

 
Taylor Phinney aux mondiaux 2013

Palmarès sur route et classements mondiauxModifier

Palmarès par annéesModifier

Résultats sur les grands toursModifier

Tour d'ItalieModifier

2 participations

Tour d'EspagneModifier

1 participation

Tour de FranceModifier

2 participations

Classements mondiauxModifier

Année 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016
UCI World Tour 67e[16] 118e[17] 96e[18] nc[19] nc[20] nc[21]
UCI Europe Tour 199e[22] 43e[23] 1 551e[24]
UCI Oceania Tour 10e[25]
Légende : nc = non classé

Palmarès en cyclo-crossModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Taylor Phinney », sur bmcracingteam.com (consulté le 22 février 2014)
  2. a et b Vélo Magazine de septembre 2017
  3. (en) « Phinney open to joining Armstrong as a stagiaire », sur cyclingnews.com, (consulté le 9 juin 2010)
  4. « BMC officialise la venue de Phinney », sur cyclismactu.net, (consulté le 22 septembre 2010)
  5. De la graine de champion sur velo101.com
  6. (en) « Abbott and Phinney named USA Cycling's best », sur cyclingnews.com, (consulté le 29 octobre 2010)
  7. a et b Sylvain Mouillard, « Taylor Phinney : «Je suis vraiment tombé amoureux du vélo après m’être cassé la jambe» », Libération,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Stephen Farrand, Phinney solos to victory in stage 4 at the Tour of Poland, sur cyclingnews, le 31 juillet 2013
  9. (en) Pat Malach, « Phinney hopes to recover in time for Tour de France and Worlds in 2015 », sur cyclingnews.com,
  10. Taylor Phinney de retour sur lequipe.fr
  11. (en) « Craddock gets final US spot for World Championships », sur cyclingnews.com,
  12. (en) No pressure on Phinney at the Classics sur cyclingnews.com
  13. "Taylor Phinney finishes 22nd in Olympic time trial cycling event"
  14. Taylor Phinney: I have to be happy with whatever level I get back to
  15. Phinney: There's power in recognising you no longer have passion for what you do
  16. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2011 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  17. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2012 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  18. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2013 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  19. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2014 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  20. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2015 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  21. (en) « UCI WorldTour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  22. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2009 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  23. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  24. (en) « UCI Europe Tour Ranking - 2016 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)
  25. (en) « UCI Oceania Tour Ranking - 2010 - Individual », sur dataride.uci.ch, UCI (consulté le 15 août 2017)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :