Ouvrir le menu principal

Au Mexique, le sport est très diversifié et au fil des années, plusieurs personnalités ont excellé, tant au niveau national qu’international, dans les sports professionnels et amateurs. En outre, le pays a accueilli différents événements de classe mondiale, notamment deux coupes du monde de football (1970 et 1986)[1] et les Jeux olympiques d'été de 1968[2]. Il hébergera également une partie des matchs de la coupe du monde de football de 2026, en partenariat avec les États-Unis et la Canada[3].

Sommaire

Événements multi-sportsModifier

Jeux olympiques d'étéModifier

Le Mexique est représenté par le Comité olympique mexicain. Sa capitale, Mexico, est le site des 19eJeux olympiques, en 1968[2]. Il est ainsi le premier pays d'Amérique latine et le premier pays hispanophone à organiser un événement olympique[4],[5].

La première participation d'athlètes mexicains a lieu aux Jeux olympiques de Paris 1900 avec les membres de l'équipe de la polo, appelée Amérique du Nord[6]. Cependant, ce n’est qu’à partir des Jeux olympiques de Paris de 1924 que le Mexique envoie une délégation olympique officielle représentée par un comité olympique[7]. Depuis lors, le Mexique participe à 22 éditions consécutives et remporte, jusqu'à maintenant, 67 médailles dont 13 en or, 24 en argent et 30 en bronze[8],[9]. Sur toute son histoire, il présente 1 962 athlètes, y compris les Jeux olympiques de Rio de Janeiro 2016[8].

Jeux olympiques d'hiverModifier

La première apparition du Mexique aux Jeux olympiques d'hiver a lieu à St. Moritz 1928. Il participe à huit éditions, présente 42 athlètes et n'obtient aucune médaille[10].

Jeux olympiques de la jeunesseModifier

La délégation mexicaine participe aux Jeux olympiques de la jeunesse depuis sa première édition à Singapour en 2010, y envoyant un total de 213 athlètes, dans les deux éditions et obtient 38 médailles: 6 d'or, 12 d'argent et 20 de bronze[11].

Jeux paralympiques d'étéModifier

Le Mexique participe à toutes les éditions des Jeux paralympiques d'été depuis 1972 et fait ses débuts aux Jeux paralympiques d'hiver à Turin 2006[12],[13]. Il remporte un total de 288 médailles paralympiques, dont 97 d'or, 90 d'argent et 101 de bronze[12],[14]. À ses débuts aux Jeux paralympiques de Heidelberg, il ne remporte pas de médaille[15].

Jeux paralympiques d'hiverModifier

Les délégations mexicaines aux Jeux paralympiques d'hiver sont petites, Armando Ruiz en 2006 et 2010, Arly Velásquez en 2010, 2014 et 2018, et elles n'ont remporté aucune médaille[16],[17].

Jeux panaméricainsModifier

Le Mexique participe aux Jeux panaméricains sans interruption depuis la première édition, tenue en Argentine en 1951[18]. C'est le premier pays à accueillir trois fois (1955, 1975 et 2011)[19]. À ce jour, la délégation mexicaine a obtenu un total de 1 011 médailles: 221 médailles d'or, 288 médailles d'argent et 502 médailles de bronze[20].

Jeux d'Amérique centrale et des CaraïbesModifier

Le Mexique participe aux Jeux d’Amérique centrale et des Caraïbes depuis la première édition, qui se tient à Mexico en 1926[21]. Le pays est représenté par le Comité olympique mexicain et accueille les première, septième et seizième éditions de la manifestation sportive à Mexico 1926, Mexico 1954 et 1990 respectivement. Il a obtenu 3 537 médailles, 1 235 d'or, 1215 d’argent et 1 087 de bronze[21].

Athlétisme Athletics pictogram.svgModifier

 
Ana Gabriela Guevara aux championnats du monde d'Osaka en 2007.

Ce sport est régi par la Federación Mexicana de Asociaciones de Atletismo (FMAA) (fédération mexicaine des associations d'athlétisme), basée à Mexico. Fondé en 1925[22] (affilié à l'IAAF depuis 1933)[22], il est intégré par 35 associations, soit 31 États, le Distrito Federal (la capitale, Mexico) et 3 par des institutions publiques, l'IMSS (Instituto Mexicano del Seguro Social), l'UNAM et l'IPN[22].

Les athlètes mexicains ayant participé aux championnats du monde d’athlétisme ont obtenu 13 médailles (3 médailles d’or, 2 médailles d’argent et 8 médailles de bronze)[23],[24]. Aux Jeux Olympiques, 11 des 67 médailles du Mexique proviennent de ce sport, soit la récolte de 3 médailles d'or, 5 d'argent et 3 de bronze[25]. La plupart d’entre elles, dans les deux compétitions, viennent de la marche, soit dans sa modalité de 20 km ou 50 km. Dans le cas des Jeux Olympiques, seule la médaille d’argent du 400 m à Athènes en 2004, remportée par Ana Gabriela Guevara, est remportée dans une catégorie différente[25]. Aux championnats du monde, une médaille d’argent au marathon est obtenue par Dionicio Cerón à Göteborg en 1995[26], une médaille de bronze au 400 m pour Alejandro Cárdenas à Séville en 1999[27], trois gagnées par Ana Gabriela Guevara au 400 m féminin: bronze à Edmonton en 2001[28], or à Paris en 2003[28] et bronze à Helsinki en 2005[29]; ainsi que le bronze au saut en longueur par Luis Rivera à Moscou en 2013[30].

En marche, Ernesto Canto est premier sportif mexicain à obtenir la double couronne (champion du monde à Helsinki en 1983 et champion olympique à Los Angeles en 1984), sur 20 km[31]. Daniel Bautista (20 km à Montréal en 1976)[32] et Raúl González Rodríguez (50 km à Los Angeles en 1984)[33] se parent également d'or olympique et Daniel García est champion du monde à Athènes en 1997[34]. Jusqu'à 7 fois, le record du monde des 20 km (Daniel Bautista[35] - 4 fois - Domingo Colín (es)[36], Carlos Mercenario[37] et Bernardo Segura[38]) est entre les mains d'un marcheur mexicain et il faut y ajouter 2 records du monde des 50 km (tous deux de Raúl González[39]). La dernière médaille olympique obtenue dans cette discipline est remportée par María Guadalupe González à Rio 2016[40].

Au World Marathon Majors (marathons de New York, Boston, Chicago, Berlin et Londres), 10 éditions sont remportées par les marathoniens mexicains: Dionicio Cerón remporte l'édition de Londres en 1994, 1995 et 1996[41], Adriana Fernández gagne à New York en 1999[42], Germán Silva est en première place à New York en 1994 et 1995[43], tout comme Salvador García (es) en 1991[44] et Andrés Espinosa (en) en 1993[45], tandis que Alejandro Cruz en 1988[46] et Martin Pitayo (en) en 1990[46], s'imposent dans celui de Chicago.

Le marathon international de Mexico est l'événement sportif international le plus important du pays. Il est célébré chaque année depuis 1983 dans les rues de la ville. La course a généralement lieu début septembre. L’itinéraire du circuiti commence sur le Zócalo (la place de la Constitution)), puis le Paseo de la Reforma, s’étend dans la région de Polanco, Chapultepec et de nombreux lieux importants et historiques de la ville tels que l’Ange de l’indépendance et le palais des Beaux Arts, entre autres. Plus tard la route va au sud de la ville jusqu'à Mixcoac, où elle revient par l'avenue Insurgentes, revenant jusqu'à Reforma, l'arrivée étant finalement au Zócalo. À partir de l'édition 2013, le parcours du marathon olympique de Mexico 1968 est répété avec le stade universitaire olympique comme ligne d'arrivée[47].

Automobilisme Race-car-309123 960 720.pngModifier

L'un des sports pratiqués de manière professionnelle au Mexique est le sport automobile. Sa scène principale est l'Autodromo Hermanos Rodríguez, lieu du Grand Prix du Mexique, course faisant partie du championnat du monde de Formule 1, organisé pour la première fois en tant qu'événement non valable pour le titre en 1962[48], et inclus dans la championnat entre 1963 et 1970, puis entre 1986 et 1992 et de nouveau à partir de 2015[49].

 
Pedro Rodríguez sur BRM en 1968.

Outre la Formule 1, d'autres événements ont lieu au Mexique comme la Champ Car World Series (Mexico 1980-1981[50],[51], 2002-2007[52] et Monterrey 2001-2006)[53], la NASCAR Mexico (en) depuis 2004[54] et la série NASCAR Nationwide ( 2005-08)[55]. En termes de courses sur route, la Baja 1000, le Rallye du Mexique et, auparavant, la course panaméricaine se distinguent comme des compétitions internationales.

Les grandes figures de ce sport au Mexique sont les frères Rodriguez. Pedro Rodríguez de la Vega participe à la Formule 1 de 1963 à 1971 pour Ferrari, Lotus, Cooper Car Company et BRM[56]. Au total, il a participé à 55 grands prix, obtenant deux premières places, pour être jusqu'à présent le seul Mexicain à avoir vu le drapeau à damier. En 1967, il remporte le Grand Prix d'Afrique du Sud[57] et en 1970 avec BRM, il gagne le Grand Prix de Belgique[58]. En plus, il s'impose quatre fois aux 24 Heures de Daytona[59].

Ricardo Rodríguez de la Vega est entré en Formule 1 avec Ferrari, il court 4 grands prix et termine avec quatre points, les premiers d'un pilote mexicain dans la catégorie reine. Il gagne également la Targa Florio 1950 avec Ferrari. En 1960, il termine deuxième des 24 heures du Mans, faisant équipe avec le Belge André Pilette, ce qui attire l'attention de la Scuderia Ferrari[60].

Le plus grand pilote mexicain est actuellement Sergio "Checo" Pérez, qui réalise huit podiums depuis 2012[61]. Plusieurs pilotes mexicains ont excellé dans le sport automobile américain. Adrián Fernández termine deuxième dans la catégorie des monoplaces CART en 2000, remportant également 8 victoires[62]. Il gagne ensuite en 2009 la catégorie LMP2 de l'American Le Mans Series, un championnat de prototypes de sport[63]. De même, Memo Rojas excelle dans la catégorie des prototypes Daytona de la Rolex Sports Car Series depuis 2007, remportant quatre championnats et étant deux fois vice-champion[64],[65]. Luis Diaz y est également deux fois vice-champion[66] et champion de la série American Le Mans 2009 avec Fernandez[63]. Le championnat mexicain de rallye est le principal événement de la spécialité du pays. Certains des champions concourent au niveau international, tels que Benito Guerra Jr., vainqueur du Championnat du monde de rallye WRC-3[67], et Ricardo Triviño, multiple vainqueur du Championnat NACAM des rallyes[68].

Basket-ball Olympic pictogram Basketball.pngModifier

Le troisième sport d'équipe pratiqué professionnellement au Mexique est le basket-ball. Actuellement, la ligue la plus importante du pays dans ce sport est la Ligue nationale de basketball professionnel (LNBP) et la féminine, la Ligue mexicaine de basketball professionnel féminin (LMBPF). La plus grande réussite internationale de ce sport au Mexique est la médaille de bronze des Jeux olympiques de 1936 à Berlin.

Quatre basketteurs mexicains ont participé à la NBA:

Palmarès de la sélection masculine
Tournoi Champion Finaliste Bronze Année Réf
Tournoi olympique - - 1 (Médaille de Bronze) 1936 [69]
Championnat FIBA Amériques 1 - 2013 [70]
Tournoi panaméricain - 3 1 (Médaille de Bronze) 1967, 1991, 2001 (argent)

1983 (bronze)

[71],[72],[73],[74]
Tournoi centraméricain - 1 - 2010 [75]
Centrobasket (es) 3 4 8 1965, 1975, 2014 (or)

1973, 1991, 2001, 2016 (argent)

1967, 1977, 1981, 1985, 1989, 1997, 2004, 2006 (bronze)

[76],[77]
FIBA COCABA Championship (en) 4 - - 2006, 2007, 2009, 2013 [78],[79],[80],[81]
Coupe William Jones 1 - - 1990 [82]
Coupe Stanković - 1 - 2015 [83]
Palmarès de la sélection féminine
Tournoi Champion Finaliste Bronze Année Réf
Centrobasket (es) 2 8 4 1973, 1977 (or)

1971,1975, 1981, 1985, 1993, 2001, 2006, 2017 (argent)

1989, 1999, 2010, 2018 (bronze)

[84]
Tournoi panaméricain - 2 1975, 2011 [85],[86]
FIBA COCABA Championship (en) 3 - 2009, 2013, 2015 [87],[88],[89]

Baseball Olympic pictogram Baseball.pngModifier

Article détaillé : Baseball au Mexique.

Le baseball est un autre sport de tradition. Il est le troisième sport le plus populaire au Mexique selon les derniers sondages[90]. Le baseball est le sport le plus populaire dans les régions du nord et du sud-est[91]. Le Mexique compte plusieurs ligues professionnelles, parmi lesquelles se distinguent la Ligue mexicaine de baseball (LMB) et la Ligue mexicaine du Pacifique (LMP).

La popularité de la LMB est due au fait que ses équipes sont réparties dans presque tout le pays, c’est celle qui a la plus longue tradition, depuis sa fondation en 1925[92]; la plupart des joueurs de baseball mexicains qui se rendent dans les ligues majeures en viennent. La LMB est affilié aux ligues mineures des États-Unis sous la classification AAA[93] et possède sa propre académie de développement des talents située à El Carmen (es) au Nuevo León[94]. Elle est actuellement composée de 16 équipes réparties en 2 zones (Zona Norte et Zona Sur)[95].

La LMP se joue en hiver, sa saison est donc plus courte et accueille certains joueurs (Mexicains et étrangers) qui jouent l’été dans les ligues majeures[96]. L'équipe championne représente le Mexique dans le plus grand événement de baseball de la région, la Série des Caraïbes, dans lequel les champions des ligues de Cuba, Porto Rico, la République dominicaine et le Venezuela. Cette compétition a attribué 9 championnats régionaux au baseball mexicain[97].

Le palmarès de l'équipe nationale mexicaine de baseball
Tournoi Champion Finaliste Demi-finaliste Année Réf
Coupe du monde de baseball - 4 4 1943, 1944, 1961, 1965 (argent)

1941 (bronze)

1942, 1947, 1948 (4e)

[98]
Tournoi panaméricain - - 4 1951, 1963, 2003, 2007 (bronze) [99]
Tournoi centre-américain et des Caraïbes - 7 3 1926, 1930, 1935, 1950, 1954, 1993, 2010 (argent)

1962, 1970, 2006 (bronze)

[100]

Boxe Boxing pictogram.svgModifier

 
Marco Antonio Barrera, «Baby-Faced Assassin», multiple champion du monde.

Le Mexique est le berceau de grands boxeurs et la pépinière de nombreux champions qui ont laissé une marque dans leur histoire sportive, à la fois professionnelle et amateur. C'est la deuxième puissance mondiale en boxe et, au cours de son histoire, selon ESPN, en 2014, compte 150 titres de champions du monde[101]. Rien qu'en 2017, 8 boxeurs aztèques remportent le titre suprême[102].

Quelques mexicains qui ont marqué l'histoire:

Aujourd'hui, il y a de nouvelles promesses du monde telles que Saul "El Canelo" Alvarez, champion du monde dans trois catégories à 28 ans[123] et Julio César Chávez Jr., champion du monde des poids moyens jusqu'en 2012[124].

Charrería Equestrian pictogram.svgModifier

Article détaillé : Charrería.
 
Charrería à Tequixquiac.

Le sport national mexicain est la charrería. Ce sport est dérivé du travail des cow-boys dans les haciendas. Son origine date de l'ère coloniale, et à Maximilien de Habsburg, deuxième empereur du Mexique, est attribué la création du costume de charro dans sa forme définitive[125]. La pratique de la charrería est limitée à une très petite partie de la population, en raison du coût élevé de l'entretien du cheval et des outils nécessaires (vêtements, accessoires)[126]. La reconnaissance en tant que sport national est accordée par décret présidentiel en 1933 par le général Abelardo L. Rodríguez, président de la République[127]. Ses variantes comme le rodéo et le jaripeo ranchero sont communes dans les fêtes des villes.

En tant qu'école rurale équestre, la charrería prend sa source dans la Valle de Apan (es), au Mexique[128]. Comme sport, elle apparaît après la réforme agraire du début du XXe siècle, lorsque les anciens propriétaires terriens migrent vers les villes, principalement Mexico et Guadalajara[129]. Ils sont organisés en associations «charro» qui se répandent progressivement dans tout le pays, donnant naissance à la Charrería Organizada[130].

Depuis le , la charrería est inscrite sur la Liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité de l'UNESCO lors de la 11esession de cette organisation à Addis-Abeba, en Éthiopie[131].

Cyclisme Cycling (road) pictogram.svgModifier

 
Raúl Alcalá, double vainqueur d'étape, au Tour de France 1993.

Le Tour du Mexique est la plus importante compétition cycliste du pays. Elle est créée en 1948 par la Fédération mexicaine de cyclisme (avec diverses suspensions) en coordination avec la Commission nationale de la culture physique et du sport (CONADE)[132]. Le trajet total est de 943 kilomètres et se fait dans six états de la République mexicaine[133].

Le Mexique obtient 12 médailles aux championnats du monde de cyclisme sur piste, 1 d'or, 7 d'argent et 4 de bronze[134], une médaille de bronze aux Jeux olympiques de la jeunesse de 2010 grâce à Ingrid Drexel[135].

Peu de cyclistes mexicains font une carrière internationale. On peut par exemple citer Raúl Alcalá, deux fois huitième du Tour de France et vainqueur de deux étapes[136],[137], meilleur jeune et neuvième du Tour en 1987[138] et vainqueur de la Classique de Saint Sébastien en 1992[139].

Julio Alberto Pérez Cuapio s'illustre sur le Tour d'Italie, remportant le classement de la montagne et deux étapes en 2002[140], la 13e et la 16e ainsi qu'une autre étape du Giro, l'année précédente[141].

Football Football pictogram.svgModifier

Article détaillé : Football au Mexique.

Régi par la Fédération du Mexique de football (Federación Mexicana de Fútbol Asociación), fondée en 1922 et affiliée à la FIFA en 1929[142]. Professionnellement, le sport qui a plus de diffusion est le football. La ligue mexicaine est composée de quatre divisions. À la fin d'un cycle (consistant en un tournoi d'ouverture - Apertura - et de clôture - Clausura), l'équipe avec le pourcentage le plus faible de chaque division passe au niveau inférieur, et le champion accède à l'échelon supérieur[143].Le tournoi Liga MX (la première division) est celui qui attire l'attention des médias. Il est composé de dix-huit équipes, dont les huit meilleures à la fin de la phase régulière, jouent la liguilla (un tournoi à élimination directe, joué en aller-retour) pour déterminer le titre de champion. Dans le même temps, la Coupe du Mexique se joue avec les clubs de la Liga de Ascenso (la deuxième division), le Campeón de Campeones voit s'affronter les vainqueurs des deux tours du championnat et la Supercoupe du Mexique, les vainqueurs de la coupe lors des deux tournois.

 
Carlos Vela, à la Coupe du Monde 2018, en Russie, remporte le titre mondial U-17 en 2005.

L'América (13 ligues, 5 coupes et 5 Campeón de Campeones)[144] et les Chivas de Guadalajara (12 ligues, 4 coupes et 7 Campeón de Campeones)[145] figurent parmi les clubs les plus titrés du pays. Simultanément, des clubs mexicains participent à des compétitions internationales telles que la Ligue des champions de la Concacaf, la Copa Libertadores de la CONMEBOL et la Copa Sudamericana. Dans les tournois internationaux, les clubs mexicains ont obtenu les résultats suivants:

Le palmarès international des clubs mexicains
Tournoi Titres Finales Réf
Ligue des champions de la CONCACAF 33 18 [146]
Coupe des géants de la CONCACAF 1 - [147]
Copa Interamericana 3 5 [148]
Coupe des vainqueurs de coupe de la CONCACAF 3 - [149]
Copa Sudamericana[Note 1] 1 2 [150]
Copa Libertadores[Note 1] - 3 [151]

L’équipe nationale mexicaine de football masculine participe à 15 Coupes du monde dans lesquelles elle s’est produite avec des performances discrètes, obtenant deux sixièmes places atteintes dans les éditions de la Coupe du monde qu'elle joue en tant qu'équipe locale: 1970 et 1986. Il participe aux tournois d'équipes nationales organisés par sa confédération (CONCACAF), étant couronnés champions de 10 éditions; 3 de la défunte Coupe CONCACAF en 1965, 1971 et 1977 et 7 de la Gold Cup actuelle en 1993, 1996, 1998, 2003, 2009, 2011 et 2015. Cependant, son plus grand succès international est le titre de Coupe des Confédérations de la FIFA 1999 et les finales de la Copa América en 1993 et 2001. L’équipe de football mexicaine U-17 est couronnée à la Coupe du Monde organisés au Pérou en 2005 et à celle de 2011 au Mexique. De plus, l'équipe des moins de 23 ans a remporté la médaille d'or au tournoi olympique de football des Jeux de Londres en 2012. En bref, voici le bilan de toutes leurs équipes nationales:

Le palmarès des sélections nationales mexicaines
Tournoi Sélection Vainqueur Finaliste Réf
Coupe des Confédérations 1re 1 1 [152]
Gold Cup 1re 7 1 [153]
Coupe CONCACAF[Note 2] 1re 3 1 [153]
Coupe NAFC[Note 3] 1re 3 1 [154],[155]
Tournoi olympique U-23 1 - [156]
Tournoi panaméricain[Note 4] Panaméricaine 4 4 [157],[158]
Tournoi Espoirs de Toulon[Note 5] U-23 1 - [159]
Tournoi U-20 CONCACAF[Note 6] U-20 13 - [160]
Coupe du Monde U-20 U-20 - 1 [161]
Championnat U-17 CONCACAF U-17 6 1 [162],[163]
Coupe du Monde U-17 U-17 2 1 [164],[165],[166]

Football américain American football pictogram.svgModifier

Le football américain au Mexique est le cinquième sport le plus populaire du pays. La plus haute compétition est la Ligue mexicaine de football américan professionnel (LFA) et, au niveau universitaire, l’Organisation nationale des étudiants de football américain (ONEFA) et la Commission nationale du sport étudiant des institutions privées de football américain (CONADEIP). En outre, le football américain est à côté du baseball, l’un des deux sports d’équipe ayant donné le plus de satisfaction au pays. Il est probable que le football américain soit venu au Mexique au début du siècle dernier grâce de jeunes Mexicains rentrés des États-Unis et qui ont mis ce sport en pratique. Le représentant maximum de ce sport au Mexique est le lagon Raul Allegre, qui remporte deux Super Bowls avec les Giants de New York.

Tournoi Sélection Vainqueur Finaliste Demi-finaliste Réf
Coupe du monde de football américain 1re - 2 2 [167]
NFL Global Junior Championship Jeune 2 1 4 [168]
Championnat du monde universitaire (en) Universitaire 3 - - [169]
Coupe du monde IFAF U-19 (en) U-19 1 - 3[Note 7] [170]

Golf Picto Golf.pngModifier

Les meilleurs joueurs de golf mexicains à travers l'histoire sont Esteban Toledo (en) dans la catégorie hommes et Lorena Ochoa dans la catégorie femmes, vainqueurs de tournois dans les circuits PGA et LPGA. Toledo remporte par exemple l'Allianz Championship (en) de 2016[171] et Ochoa est numéro 1 mondiale pendant trois ans, de 2007 à 2010[172]. De nationalité américaine, mais d'origine mexicaine et multiple vainqueur de tournois majeurs, on peut également compter Lee Trevino[173].

Depuis 2017, le WGC-Mexico Championship se déroule dans le pays, c'est l'un des quatre tournois annuels du World Golf Championships[174].

Hockey sur glace Ice hockey pictogram.svgModifier

Le Mexique rejoint la Fédération internationale de hockey sur glace en avril 1985. L'équipe de hockey mexicaine dispute son premier match international aux Championnats du monde de hockey sur glace 2000, battus 5-0 par l'équipe nationale belge[175]. L’équipe féminine joue son premier match contre l’Argentine en 2012[176].

La Liga Mexicana Elite de Hockey (Ligue mexicaine de hockey élite mexicaine - LMEH) est inaugurée le 2 octobre 2010 dans le but d'établir le hockey sur glace au Mexique à un niveau international élevé[177]. Ceci est réalisé avec la participation conjointe d'investissements privés et des équipes de hockey professionnelles déjà existantes dans le pays[178].

Équipe nationale mexicaine de hockey sur glaceModifier

Palmarès sélection masculine
Tournoi Sél Champion Finaliste Demi-finaliste Réf
Championnat du Monde IIHF division III 1re 1 - 1 [179]
Championnat du Monde IIHF division IIB 1re - 2 2 [180]
Tournoi panaméricain de hockey sur glace 1re - 3 1 [181]
Championnat du Monde junior IIHF division III U-20 3 - 2 [182]
Championnat du Monde Jeunes IIHF division III U-18 2 4 1 [183]
Tournoi Sél Champion Finaliste Demi-finaliste Réf
Campeonato Mundial de IIHF División IIB Absoluta 1 1 - [184]
Torneo Panamericano de Hockey Sobre Hielo Absoluta 2 1 2 [185]

Jeu de balleModifier

Article détaillé : Jeu de balle (Mésoamérique).
 
La balle de la pelota mixteca de forro.

Certains sports ont une origine préhispanique. Au Michoacán, on pratique la pelota tarasca qui[186], à l'instar de la pelota mixteca d'Oaxaca[187] et de l'ulama de Sinaloa[188], est lié à l'ancien jeu de balle pratiqué par les peuples mésoaméricains. Ce jeu de balle simule le mouvement des étoiles dans le ciel et, en théorie, leurs descendants le font aussi[189]. Bien sûr, maintenant les équipes défaites ne sont pas sacrifiées aux dieux[190]. Au Chihuahua, les Tarahumaras exécutent des courses rituelles appelées rarajípara et ariweta. La première est destiné aux garçons et se joue en équipes qui se relaient pour terminer un parcours de plusieurs kilomètres en frappant une petite balle dans la montagne[191]. La deuxième est destinée aux femmes et elles doivent faire le voyage en poussant un cerceau[191].

Le jeu de balle mésoaméricain est un jeu rituel dont la pratique s’est étendue tout au long des trois mille ans d’histoire précolombienne mésoaméricaine, dans toutes les cultures de la région et même dans des sites oasis-américains comme Paquimé et une partie de la Culture Fremont.

Actuellement, il est pratiqué dans trois domaines: autochtone, rural et urbain, y participent des adultes et des jeunes, principalement issus des communautés mixtèques d'Oaxaca, de Guerrero et de Puebla. Il a 3 modalités: pelota Mixteca de Hule[192], la pelota Mixteca de Forro[193] et la pelota Mixteca del Valle[194].

Lacrosse Lacrosse pictogram.svgModifier

La crosse est un sport relativement nouveau au Mexique. Actuellement, la Fédération mexicaine de crosse cherche à être officiellement reconnue comme un régulateur de ce sport[195]. Au Mexique, il existe plusieurs équipes de crosse au niveau universitaire, parmi lesquelles se distinguent les Lobos de l'Université ibéro-américaine de Mexico, les Pumas de l'UNAM et les ânes blancs de l'Institut polytechnique national[196]. L'équipe mexicaine de crosse dispute pour la première fois le championnat du monde de crosse à Manchester, en Angleterre, en 2010[196]. En juillet 2014, elle participe au championnat du monde de crosse à Denver, au Colorado[197].

Lucha Libre Wrestling pictogram.svgModifier

Article détaillé : Lucha libre.

Elle est connue sous le nom de lucha libre mexicaine, la version locale de la lutte professionnelle pratiquée au Mexique, caractérisée par son style aérien et de clés[198]. De là émergent des personnages mythiques de la culture populaire, tels que El Santo, Blue Demon ou Mil Máscaras[199].

Le catch mexicain est un mélange de séquences sportives et théâtrales qui, au Mexique, est le spectacle sportif le plus populaire, juste après le football[200]. La principale caractéristique de la lutte mexicaine sont les séquences acrobatiques de sauts et de clés[201], en plus du fait que beaucoup de leurs combattants sont masqués, c’est-à-dire qu’ils utilisent un masque pour cacher leur véritable identité et créer une image qui leur donne une personnalité spéciale[202]. Les lutteurs peuvent mettre leur masque en jeu lors d'un combat contre un autre combattant masqué (máscara contra máscara) ou avec un non masqué (máscara contra cabellera)[203], mais en le perdant, ils ne peuvent plus le porter dans leur carrière sportive, bien qu'il y ait eu des cas de combattants qui se sont à nouveau masqués[204].

Pelote basque Basque pelota pictogram.svgModifier

La pelote basque au Mexique est pratiquée depuis environ 1895 et est représentée par la Fédération mexicaine de Fronton[205]. Au Mexique émerge, en 1916, une nouvelle spécialité de la balle, le frontenis. Depuis sa création, les représentations mexicaines remportent toutes les éditions des championnats du monde organisés à ce jour, à l'exception de celui de La Havane 1990[206].

Le Mexique est l’une des trois puissances mondiales de ce sport, avec l’Espagne et la France, avec lesquelles il dispute toujours la médaille des championnats du monde de la spécialité. C'est une discipline d'exhibition aux Jeux olympiques de Mexico de 1968 et aux Jeux olympiques de Barcelone de 1992. À ces occasions, le Mexique obtient deux médailles d'or et trois de bronze en 1968, ainsi que trois médailles d'or, deux d'argent et deux de bronze en 1992[207].

Rugby Olympic pictogram Rugby union.pngModifier

Le rugby apparaît au Mexique dans les premières décennies du XXe siècle dans des champs de pétrole concédés à des sociétés anglaises, où les travailleurs le pratiquent pendant leur temps libre, en souvenir de leur patrie[208].

Le rugby universitaire, masculin et féminin, de rugby est l'un des projets lancés par la Fédération mexicaine de rugby dans le développement de ce sport au Mexique[209]. Il y a 3 tournois annuels de rugby universitaire:

  • Tournoi universitaire FMRU, organisé par la Fédération mexicaine de rugby, depuis 2011[210].
  • Tournoi CONADEIP, organisé par la Commission nationale du sport des institutions privées, depuis 2012. Le rugby est un sport officiel du CONADEIP[211].
  • Tournoi d’exhibition CONDDE, organisé conjointement par la FMRU et la Commission nationale du sport de l’éducation, une seule édition a été jouée à ce jour en 2012. La FMRU poursuit ses efforts pour faire du rugby un sport officiel de la CONDDE[209].

Le championnat national de rugby à quinze est une compétition de ligue amateur, le plus haut niveau du système de compétition de rugby à quinze du Mexique et, par conséquent, l'un des principaux tournois de rugby du pays. La compétition se joue à partir de la saison 1972-1973[212].

Palmarès des équipes nationales mexicaines de rugby
Tournoi Sél Vainqueur Finaliste Demi-finaliste Réf
NACRA Championship Rugby 15 Masculine 1 1 - [213]
Tournoi d'Amérique centrale et des Caraïbes Rugby 7 Masculine - 1 - [214]
NACRA Sevens (en) Rugby 7 Masculine - 1 1 [215]
Tournoi d'Amérique centrale et des Caraïbes Rugby 7 Féminine - - 1 [214]
NACRA Sevens (en) Rugby 7 Féminine 1 2 2 [216]

Tennis Olympic pictogram Tennis.pngModifier

La Fédération mexicaine de tennis, créée le 21 avril 1953, compte plus de 30 000 membres et 33 associations dans tous les États de la République[217],[218].

L'Abierto Mexicano de Tenis (AMT) est l’un des événements les plus prestigieux et les plus importants du sport en Amérique latine. Le tournoi fait partie des activités menées par l'ATP et la WTA. L'AMT se dispute dans la ville d'Acapulco sur un terrain en dur du complexe appelé Princess Mundo Imperial[219]. Les joueurs avec plus de titres de l’AMT sont l’Autrichien Thomas Muster et l’Espagnol David Ferrer avec 4 chacun[220].

Le plus grand succès de l’histoire du tennis mexicain remonte à la Coupe Davis 1962, lorsque l’équipe mexicaine dirigée par Rafael Osuna atteint la finale après avoir battu les États-Unis au premier tour 3-2, la Yougoslavie 4-1 en huitièmes de finale, la Suède 3-2 en quarts de finale et parvient à s'imposer 5-0 en tant que visiteur en Inde en demi-finale. En grande finale, ils rencontrent le champion en titre Australie, devant lequel l'équipe intégrée d'Antonio Palafox, Mario Llamas et Pelón Osuna ont succombé 5-0[221].

Quelques-uns des meilleurs joueurs de tennis mexicains:

Taekwondo Taekwondo pictogram.svgModifier

Le Mexique a une importante participation internationale aux Jeux Olympiques avec les médaillés suivants:

Le Mexique accueille trois Coupes du monde, Puebla 2013 et deux par équipes, Querétaro 2014 et Mexico City 2015 et a accueilli à deux reprises la finale du Grand Prix en 2014 et 2015[233],[234].

Volley-ball Volleyball (indoor) pictogram.svgModifier

Le volley-ball est l’un des sports les plus populaires au Mexique et se pratique comme l’une des disciplines de base au niveau scolaire. Il existe actuellement deux circuits professionnels de ce sport, à la fois dans la division masculine, la Ligue mexicaine de volleyball (LMV), et la ligue féminine, la Ligue mexicaine de volleyball féminin (LMVF). Les deux circuits sont créés dans le but de servir de base à l'intégration d'équipes nationales pour le cycle olympique de Rio de Janeiro 2016, puisque des équipes de différentes régions du pays sont constituées afin de les observer. Cependant, ce n'est pas la première tentative d'une ligue de volleyball professionnel au Mexique, car auparavant, la Liga Premier de volley-ball (LPV) est également développée dans les deux branches[235].

Palmarès sélection masculine
Tournoi Sél Champion Finaliste Demi-finaliste Réf
Tournoi panaméricain 1re 0 1 5 [236],[237]
Championnat NORCECA 1re - 3 9 [238]
Championnat NORCECA Junior U-21 - - 1 [239]
Championnat NORCECA Jeunes U-19 1 2 5 [240]

Records du monde mexicainsModifier

  • Saúl Mendoza Hernández - athlétisme, 5 000 m en chaise roulante, 10:01:47 à Atlanta, EU[245].
  • Esther Rivera Robles - lancer du javelot catégorie 33/34/52/53 aux jeux para-panaméricains de Río 2007, 11,87 m, record du monde qui appartenait auparavant à sa compatriote Estela Salas[247].

Champions du monde mexicainsModifier

Au total, 10 sports différents et différentes catégories ont eu un champion du monde mexicain. Cette liste n'inclut pas les catégories de jeunes.

Voir la catégorie : Champion du monde mexicain de boxe.
  • Pelote basque
    • José Núñez-Jorge Garibay; Frontenis, Saint Sébastien 1952[258]
    • Jorge Garibay-Jaime Becerril; Frontenis Montevideo 1955[258]
    • Roberto Montes-Alfonso López; Cesta punta Montevideo 1955[259],[Rem 1]
    • Jorge Garibay-José Beltrán; Frontenis, Biarritz 1958[259],[Rem 2]
    • José Hamui-Azcue; cesta punta, Biarritz 1958[259],[Rem 2]
    • Raúl Sánchez-Miguel Salazar; Frontenis cuir, Biarritz 1958 et Pampelonne 1962[259],[Rem 2],[Rem 3]
    • Adrián Zubikarai - José Hamui; Cesta punta, Pampelonne 1962[259],[Rem 3]
    • Jorge Loaiza - J. Etcheverria; Frontenis, Montevideo 1966[259],[Rem 4]
    • José Becerra - Rubén Rendón; Paleta gomme creuse, Montevideo 1966 et Saint Sébastien 1970[259],[Rem 4],[Rem 5]
    • José Hamui - Adrián Zubikarai; Cesta punta, Montevideo 1966[259],[Rem 4]
    • Jorge Loaiza - Hernando; Frontenis, Saint Sébastien 1970[259],[Rem 5]
    • A. Becerra - M. Becerra; Frontenis, Montevideo 1974[259],[Rem 6]
    • Jorge Marrón - Carlos Chávez; Frontenis, Biarritz 1978[259],[Rem 7]
    • Manuel Beltrán - Pepe Musi; Paleta cuir, Biarritz 1978[259],[Rem 7]
    • Carlos Chávez - Jaime Suárez; Frontenis, México 1982[259],[Rem 8]
    • Jorge Marrón - José Becerra Torres; Frontenis, Vitoria 1986[259],[Rem 9]
    • Jaime Salazar Sepúlveda - Edgar Salazar Sepúlveda; Paleta gomme creuse, Vitoria 1986[259],[Rem 9]
    • Alfredo Zea; main nue, Santiago de Cuba 1990[259],[Rem 10]
    • Miryam Muñoz - Rosa Mª Flores; Frontenis, Santiago de Cuba 1990[259],[Rem 10]
    • Raúl Flores - José Luis Flores Torres; Paleta gomme creuse, Santiago de Cuba 1990[259],[Rem 10]
    • Edgar Salazar - Jaime Salazar; Frontenis, San Juan de Luz 1994[259],[Rem 11]
    • Miryam Muñoz - Rosa Mª Flores; Frontenis, San Juan de Luz 1994[259],[Rem 11]
    • Homero Hurtado - Edgar Salazar; Paleta gomme creuse, San Juan de Luz 1994[259],[Rem 11]
    • Sergio Beltrán - Pedro Santamaria; main nue, México 1998[259],[Rem 12],[Rem 12]
    • Edgar Salazar - Jaime Salazar; Frontenis, México 1998[259],[Rem 12]
    • Miryam Muñoz - Rosa Mª Flores; Frontenis, México 1998[259],[Rem 12]
    • Sergio Beltrán - Pedro Santamaria; main nue, Pampelonne 2002[260],[Rem 13]
    • Alberto Rodríguez - Gustavo Miramontes; Frontenis, Pampelonne 2002 y Mexico 2006[260],[Rem 14],[261]
    • Paulina Castillo - Guadalupe Hernández; Frontenis, Pampelonne 2002, Mexico 2006 y Pau 2010[260],[Rem 15],[262]
    • Heriberto López Molotla; main nue, Mexico 2006[263]
    • Pedro Santamaría - Ángel Serralde de Tapia; main nue, Mexico 2006[264]
    • Rodrigo Ledesma - Francisco Mendiburu; Pelota cuir, México 2006[265]
    • Homero Hurtado - Alberto Rodríguez; Paleta gomme creuse, Mexico 2006[261]
    • Martín Cabello Tello; main nue, Pau 2010[266]
    • Ángel Serralde de Tapia - Heriberto López Molotla; main nue, Pau 2010[267]
    • Héctor Rodríguez Gasca - Alberto Rodríguez Faisal; Frontenis, Pau 2010[261]
    • Arturo Rodríguez Faisal; 30 Metros Paleta gomme creuse, Zinacantepec 2014[268]
    • Heriberto López Molotla; Trinquet main, Zinacantepec 2014[267]
    • Héctor Rodríguez Gasca - Arturo Rodríguez Faisal; Frontenis, Zinacantepec 2014[269]
    • Ariadna Cepeda - Guadalupe Hernández; Frontenis, Zinacantepec 2014[270]
    • Martín Cabello Tello - Orlando Díaz; Trinquet main, Zinacantepec 2014[271]
    • Rosa Mª Flores - Paulina Castillo; Paleta gomme creuse, Zinacantepec 2014[270]
    • Carlos Torres - Héctor Rodríguez; Frontenis, Barcelone 2018[272]
    • Guadalupe Hernández - Ariadna Cepeda; Frontenis, Barcelone 2018[273]
    • Arturo Rodríguez; Paleta gomme creuse, Barcelone 2018[274]
  • Racquetball
    • Álvaro Beltrán; individuel, Mexico 2000[275]
    • Luis Bustillo - Javier Moreno; double, Mexico 2000[276]
    • Leopoldo Gutiérrez - Gilberto Mejía; double, Puerto Rico 2002[277]
    • Álvaro Beltrán - Javier Moreno, double, République Dominicaine 2006, République Dominicaine 2012 et Colombie 2016[278]
    • Paola Longoria (es) - Samantha Salas; double, Corée du Sud 2010, République Dominicaine 2012 et Canada 2014[279]
    • Paola Longoria; individuel, République Dominicaine 2012, Canada 2014 et Colombie 2016[280]
  • Tir
    • Nuria Ortiz, Skeet, Saint Sébastien 1969[285]
    • Rafael Carpio, pistolet feu rapide 25 m, Phoenix 1970[286]
    • Nuria Ortiz, Skeet, Bologne 1971[285]
    • Alejandra Zavala, rifle à air 10 m, Grenade 2013[287]

Notes et référencesModifier

RemarquesModifier

  1. Historia de los Mundiales page 7
  2. a b et c Historia de los mundiales pg 11
  3. a et b Historia de los mundiales pg 15
  4. a b et c Historia de los mundiales pg 18
  5. a et b Historia de los mundiales pg 22
  6. Historia de los mundiales pg 26
  7. a et b Historia de los mundiales pg 30
  8. Historia de los mundiales pg 34
  9. a et b Historia de los mundiales pg 38
  10. a b et c Historia de los mundiales pg 42
  11. a b et c Historia de los mundiales pg 46
  12. a b c et d Historia de los mundiales pg 50
  13. Medallero 2002 pg 22
  14. Medallero 2002 pg 7
  15. Medallero 2002 pg 9

NotesModifier

  1. a et b Les équipes mexicaines étaient invitées par la CONMEBOL.
  2. La coupe des nations de la CONCACAF est l'ancienne dénomination de la Gold Cup.
  3. Les éditions 1990 et 1991 s'appelaient Coupe des Nations nord-américaines.
  4. Le titre de 1975 est attribué aux deux finalistes, le Brésil et le Mexique, suite au match nul, 1-1, après prolongations.
  5. La même équipe remportera le titre olympique aux JO de Londres.
  6. Qualificatif pour le Mondial U-20
  7. Deux médailles de bronze et une quatrième place.


RéférencesModifier

  1. « Après 1970 et 1986, le Mexique veut la Coupe du monde 2026 », sur Francetvsport (consulté le 20 février 2019)
  2. a et b « 50 ans après, les JO de 1968 ont été commémorés à Mexico », sur Francetvsport (consulté le 20 février 2019)
  3. « Le trio Etats-Unis-Mexique-Canada organisera le Mondial 2026 », sur www.20minutes.fr (consulté le 20 février 2019)
  4. Laurent Favre, « Mexico 68: et la femme entra enfin dans le stade », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le 20 février 2019)
  5. (es) « México suma 5 medallas en Río; su mejor año olímpico fue 1968 con 9 preseas », sur lasillarota.com (consulté le 20 février 2019)
  6. (es) « 8 datos para conocer la historia de México en los Juegos Olímpicos », sur www.mexico.mx (consulté le 20 février 2019)
  7. (es) « México en la historia de los Juegos Olímpicos », sur Imagen Radio 90.5, (consulté le 20 février 2019)
  8. a et b (es) « Las medallas que ha ganado México en Juegos Olímpicos (Infografía) - Aristegui Noticias », sur aristeguinoticias.com (consulté le 20 février 2019)
  9. (es) noticias.universia.net.mx, « Los resultados de México en los Juegos Olímpicos de Río 2016 », sur Noticias Universia México (consulté le 20 février 2019)
  10. (es) « México en los Olímpicos de Invierno: De Saint Moritz 1928 a Pyeongchag 2018 », sur MARCA Claro México, (consulté le 20 février 2019)
  11. (es) « Culmina México con histórica actuación los Juegos Olímpicos de la Juventud Argentina 2018 (Video) - Aristegui Noticias », sur aristeguinoticias.com (consulté le 20 février 2019)
  12. a et b (es) Consejo Nacional para el Desarrollo y la Inclusión de las Personas con Discapacidad, « Participación de México en los Juegos Paralímpicos. », sur gob.mx (consulté le 20 février 2019)
  13. (es) Elizabeth Patricia Pérez, « ¿QUÉ SON LOS JUEGOS PARALÍMPICOS? », sur Revista Enheduanna, (consulté le 20 février 2019)
  14. (es) « Paralímpicos de Río: México gana 6 medallas menos que en Londres », sur Animal Político, (consulté le 20 février 2019)
  15. (es) « México, el gigante Paralímpico en ascenso - Aristegui Noticias », sur aristeguinoticias.com (consulté le 20 février 2019)
  16. (es) « México participa por tercera vez en Paralímpicos de Invierno », sur El Universal (consulté le 20 février 2019)
  17. (es) Grupo SIPSE, « Cancunense es el único mexicano en Pyeongchang », sur SIPSE.com, (consulté le 20 février 2019)
  18. (en) « Revista Vida Olímpica número 21 pg 5 », sur Issuu (consulté le 20 février 2019)
  19. « Foire aux questions : Que sont les Jeux panaméricains ? », sur Équipe Canada | Site officiel de l'équipe olympique, (consulté le 20 février 2019)
  20. (en) « Top Performing Countries At The Pan American Games », sur WorldAtlas (consulté le 20 février 2019)
  21. a et b (es) « Historia de México en los Juegos Centroamericanos y del Caribe », sur Periódico Novedades, (consulté le 20 février 2019)
  22. a b et c (es) « ¿Los récords en México son historia? », sur El Informador :: Noticias de Jalisco, México, Deportes & Entretenimiento (consulté le 20 février 2019)
  23. (es) « México en Campeonatos Mundiales de Atletismo », sur El Informador :: Noticias de Jalisco, México, Deportes & Entretenimiento (consulté le 20 février 2019)
  24. (es) « Colombia y México triunfan en el Mundial de Atletismo en Londres », sur CNN, (consulté le 20 février 2019)
  25. a et b (es) « Los 68 medallistas de México en Juegos Olímpicos », sur AS México, (consulté le 20 février 2019)
  26. (es) Semana, « EL SUEÑO OLIMPICO », sur EL SUEÑO OLIMPICO (consulté le 20 février 2019)
  27. (es) « “No es prioridad el deporte en México” », sur El Universal, (consulté le 20 février 2019)
  28. a et b (es) « A 10 años del oro mundial de Ana Guevara », sur Excélsior, (consulté le 20 février 2019)
  29. (es) « Ana Gabriela Guevara, una deportista ejemplar », sur MARCA Claro México, (consulté le 20 février 2019)
  30. (es) « El mexicano Luis Rivera gana bronce en el Mundial de Atletismo en Moscú », sur Expansión (consulté le 20 février 2019)
  31. (es) « Brilla como nunca Ernesto Canto en Los Angeles 1984 », sur www.mediotiempo.com (consulté le 20 février 2019)
  32. (es) « Un día como hoy Daniel Bautista se imaginó e hizo 'cosas chingonas' con un histórico oro olímpico », sur El Financiero (consulté le 20 février 2019)
  33. (es) « Marcha mexicana alcanza la cumbre en Los Ángeles 1984 », sur Excélsior, (consulté le 20 février 2019)
  34. (es) « Daniel García, en pos de una medalla olímpica - Proceso », (consulté le 20 février 2019)
  35. (es) « DANIEL BAUTISTA, FONDISTA » (consulté le 20 février 2019)
  36. (es) « Domingo Colin, gloria del deporte tabasqueño – Oro Negro Diario » (consulté le 20 février 2019)
  37. (es) Periódico am | MELBA VIDALES | irapuato guanajuato, « ¿Practicas la Marcha?, entonces checa el curso gratuito que dará este medallista olímpico », sur Periódico am (consulté le 20 février 2019)
  38. (es) « Mexicano Bernardo Segura descalificado tras ganar oro en 20km de marcha olímpica », sur La Nación, Grupo Nación (consulté le 20 février 2019)
  39. (es) Verónica Villalvazo, « El ex marchista Raúl González dará conferencia en Oaxaca », sur www.nssoaxaca.com (consulté le 20 février 2019)
  40. (es) « Cómo una lesión convirtió a Lupita González en la marchista de plata de México en las Olimpiadas de Río 2016 », BBC Mundo,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2019)
  41. (es) « 9 datos curiosos sobre el Maratón de Londres », sur hubsports.mx (consulté le 20 février 2019)
  42. (es) Casa Editorial El Tiempo, « MÉXICO Y KENIA GANARON EL MARATÓN DE NUEVA YORK », sur El Tiempo, (consulté le 20 février 2019)
  43. (es) Redacción Elcomercio.pe, « Germán Silva: el atleta dos veces ganador de la maratón de NY », sur El Comercio, (consulté le 20 février 2019)
  44. (es) « Salvador "El halcón" García, primer mexicano en ganar el maratón de Nueva York », sur Correr Me Ha Enseñado, (consulté le 20 février 2019)
  45. (es) LaInformacion, « El mexicano Andrés Espinosa buscará récord mundial de maratón para veteranos », sur La Información (consulté le 20 février 2019)
  46. a et b (es) Alejandro Yanun, « Mexicoamericano triunfa en el Maratón de Chicago », sur Hoy (consulté le 20 février 2019)
  47. (es) Ago 10 et 2015 | Deportes |, « Conoce todo sobre el Maratón de la Ciudad de México », sur PortaVox, (consulté le 21 février 2019)
  48. (es) « La historia del Gran Premio de México », sur El Universal, (consulté le 21 février 2019)
  49. « Jim Clark, le maître du Grand Prix du Mexique de Formule 1 (course F1) », sur RDS.ca, (consulté le 21 février 2019)
  50. (en) « 1980 Mexico City Champ Cars | Motor Sport Magazine Database », sur Motor Sport Magazine, (consulté le 21 février 2019)
  51. (en) « 1981 PPG Indy Car World Series », sur www.champcarstats.com (consulté le 21 février 2019)
  52. (es) alonsomanso, « Retro: Gran Premio de México de la CART del 2002 – La carrera de las despedidas », sur El Otro Lado De Las Carreras, (consulté le 21 février 2019)
  53. (en) « Fundidora Park », sur Motor Sport Magazine, (consulté le 21 février 2019)
  54. (en) « NASCAR Peak Mexico Series Page - Racing-Reference.info », sur www.racing-reference.info (consulté le 21 février 2019)
  55. (en) « IndyCar wants to add Mexico City to 2018 slate; resolution needed in two weeks », sur USA TODAY Sports, (consulté le 21 février 2019)
  56. (es) « Scuderia Hermanos Rodríguez », sur www.scuderia.com.mx (consulté le 21 février 2019)
  57. (en) « Pedro Rodriguez reigns in race of attrition », sur ESPN UK (consulté le 21 février 2019)
  58. (en) « 1970 Belgian Grand Prix | Motor Sport Magazine Database », sur Motor Sport Magazine, (consulté le 21 février 2019)
  59. (es) « 45 datos sobre Pedro Rodríguez en su aniversario luctuoso », sur ESPNdeportes.com, (consulté le 21 février 2019)
  60. (es) « Ricardo Rodríguez; trágico fin de un campeón », sur Excélsior, (consulté le 21 février 2019)
  61. (es) Diego Mancera, « ‘Checo’ Pérez alcanza el podio en Bakú », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 21 février 2019)
  62. (es) « Fuera Adrián de CART; competirá en serial IRL », sur www.elsiglodedurango.com.mx (consulté le 21 février 2019)
  63. a et b (es) « Adrián Fernández y Luis Díaz se coronan en Canadá :: Deportes », sur televisadeportes.esmas.com (consulté le 21 février 2019)
  64. (en) « Pruett, Rojas win Grand-Am Rolex Series title », sur USA TODAY (consulté le 21 février 2019)
  65. (es) « Guillermo Rojas », sur EL PAÍS con tu futuro (consulté le 21 février 2019)
  66. (es) « Smart Speakers: Luis 'Chapulin' Díaz conferencista motivacional », sur www.smartspeakers.co (consulté le 21 février 2019)
  67. (es) « Benito Guerra logra el Campeonato Mundial de Rallies de autos de producción (PWRC) », sur noticias.autocosmos.com.mx (consulté le 21 février 2019)
  68. (es) cnrmcom, « Triviño usará un Citroen DS3 en el NACAM 2016 – CNRM – Comisión Nacional de Rallies México » (consulté le 21 février 2019)
  69. (es) « México ganó tres bronces en Berlín 1936 », sur Excélsior, (consulté le 21 février 2019)
  70. (es) « México campeón del FIBA Américas 2013 », sur El Informador :: Noticias de Jalisco, México, Deportes & Entretenimiento (consulté le 21 février 2019)
  71. (es) « Todos en un solo organismo, solución de Pontvianne », sur www.elsiglodetorreon.com.mx (consulté le 21 février 2019)
  72. (es) « Baloncesto - Juegos Panamericanos masculinos 1991 - Competición corriente », sur www.los-deportes.info (consulté le 21 février 2019)
  73. (es) « Definida la selección mexicana de baloncesto para Juegos Panamericanos », sur Deporte Digital MX, (consulté le 21 février 2019)
  74. (es) « El día en que Michael Jordan enfrentó a México | NBA.com », sur El sitio oficial de la NBA | NBA.com (consulté le 21 février 2019)
  75. (es) « Puerto Rico amanece de fiesta, México sigue baño de oro en Mayagüez 2010 – Prensa Libre » (consulté le 21 février 2019)
  76. (es) « México, Campeón del Centrobasket 2014 », sur www.mediotiempo.com (consulté le 21 février 2019)
  77. (en) « archive.fiba.com: Teams », sur archive.fiba.com (consulté le 21 février 2019)
  78. (en) « Mexico | 2006 COCABA Championship for Men | ARCHIVE.FIBA.COM », sur archive.fiba.com (consulté le 21 février 2019)
  79. (en) « Mexico wins COCABA 2007 - EUROBASKET NEWS », sur www.eurobasket.com (consulté le 21 février 2019)
  80. (es) « MEX - México campeón del Campeonato Centroamericano: », sur FIBA AMERICAS (consulté le 21 février 2019)
  81. (es) « 13COCABA – México se corona Campeón », sur FIBA AMERICAS (consulté le 21 février 2019)
  82. (es) « Basquetbol: grupos en conflicto », sur El Universal (consulté le 21 février 2019)
  83. (es) « México se llevó la plata en la Copa Borislav Stanković 2015 », sur SportsNet, (consulté le 21 février 2019)
  84. (es) « México ganó bronce en Centrobasket con Pardo », sur Al Día Noticias, (consulté le 21 février 2019)
  85. (es) « Oro para Puerto Rico en baloncesto femenino », sur El Nuevo Dia, (consulté le 21 février 2019)
  86. (es) « La gesta heróica de las basquetbolistas mexicanas », sur El Informador :: Noticias de Jalisco, México, Deportes & Entretenimiento (consulté le 21 février 2019)
  87. (es) « NOTICIAS COCABA », sur www.basketenlinea.net (consulté le 21 février 2019)
  88. (es) Comisión Nacional de Cultura Física y Deporte, « Conquista México el oro en el Campeonato COCABA 2013 en El Salvador », sur gob.mx (consulté le 21 février 2019)
  89. (es) « México campeón del COCABA 2015 Femenil al vencer a Guatemala », sur Vanguardia (consulté le 21 février 2019)
  90. (es) « Los deportes más populares en México son... », sur ESPN.com.mx, (consulté le 21 février 2019)
  91. (es) « Expansión de MLB: ¿Por qué la Ciudad de México pude ser una perspectiva o un fracaso? », sur ESPNdeportes.com, (consulté le 21 février 2019)
  92. (es) « ¡Qué brillen estrellas en 90 Aniversario LMB! », sur ESPNdeportes.com, (consulté le 22 février 2019)
  93. (es) « LIGA MEXICANA DE BÉISBOL - LMB EN VIVO », sur I.TV DEPORTES, (consulté le 22 février 2019)
  94. (es) « Academia de la Liga Mexicana de Béisbol », sur Regio Deporte (consulté le 22 février 2019)
  95. (es) Yesme Cortés, « 16 equipos jugarán en la LMB », sur El Economista (consulté le 22 février 2019)
  96. (es) Yesme Cortés, « Grandes Ligas cuida a sus joyas cada invierno », sur El Economista (consulté le 22 février 2019)
  97. (es) « Ganadores Campeones Serie del Caribe - Lista de Coronas del Caribe | Conectate.com.do » (consulté le 22 février 2019)
  98. (es) « Baseball - Coupe du Monde : Palmarès et présentation de l'épreuve », sur www.les-sports.info (consulté le 22 février 2019)
  99. (es) « Béisbol Panamericano: Recuento del béisbol en los juegos | BaseballdeCuba », sur www.baseballdecuba.com (consulté le 22 février 2019)
  100. (es) « Resultados del Béisbol en los Juegos Centroamericanos y del Caribe »
  101. (es) « México: 150 campeones mundiales de boxeo », sur ESPN.com.mx, (consulté le 22 février 2019)
  102. (es) jguzman, « México cierra 2017 con ocho campeones mundiales de boxeo », sur enfoquenoticias.com.mx, (consulté le 22 février 2019)
  103. (en-US) The Associated Press, « Raúl Macías, a World Bantamweight Champion, Dies at 74 », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 22 février 2019)
  104. Encyclopædia Universalis, « JULIO CÉSAR CHÁVEZ », sur Encyclopædia Universalis (consulté le 22 février 2019)
  105. a et b « Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur la boxe sans jamais oser le demander », sur ladepeche.fr (consulté le 22 février 2019)
  106. (en) « Julio César Chávez | Mexican boxer », sur Encyclopedia Britannica (consulté le 22 février 2019)
  107. (en) « Longest winning streaks of all time | Deseret News », sur DeseretNews.com (consulté le 22 février 2019)
  108. « PREMIERE DEFAITE EN 91 COMBATS: FRANKIE RANDALL A DETRONE JULIO CESAR CHAVEZ », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  109. « La fiche de JULIO CESAR CHAVEZ. BOXE - L'Equipe.fr », sur www.lequipe.fr (consulté le 22 février 2019)
  110. « Morales suspendu deux ans - Fil info - Boxe », sur Sport24, 2013-03-23cet13:23:26+0100 (consulté le 22 février 2019)
  111. (en) Adam Pitluk, Standing Eight: The Inspiring Story of Jesus "El Matador" Chavez, Hachette Books, (ISBN 9780786733767, lire en ligne)
  112. « Morales devient champion poids plume de la WBC », sur RDS.ca, (consulté le 22 février 2019)
  113. « Eric Morales bat Carlos Hernandez aux points », sur RDS.ca, (consulté le 22 février 2019)
  114. « Mayweather-Ortiz, la honte », sur Eurosport, (consulté le 22 février 2019)
  115. (en) « Manny Pacquiao names the 7 best fighters he has fought in his career », sur Mail Online, (consulté le 22 février 2019)
  116. (en) « ESPN.com: ALL-TIME GREATEST BOXERS », sur www.espn.com (consulté le 22 février 2019)
  117. (es) « Marco Antonio Barrera inducido al Salón de la Fama del Box », sur Excélsior, (consulté le 22 février 2019)
  118. « Naseem Hamed, «prince» déchu », sur Libération.fr, (consulté le 22 février 2019)
  119. 12rounds.ca, « Une grande rivalité mexicaine : Barrera-Morales », sur Boxe québécoise pour tous les amateurs francophones – 12rounds.ca, (consulté le 22 février 2019)
  120. « Boxe : mort de Lionel Rose, premier Aborigène champion du monde », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 22 février 2019)
  121. (en-US) « Ruben Olivares KOs Zensuke Utagawa This Day July 9, 1974 Wins Featherweight Crown – Boxing Hall of Fame » (consulté le 22 février 2019)
  122. « Marquez, Diaz et Juarez s'entraînent en public »
  123. « Canelo Alvarez titré sans forcer chez les super-moyens », sur L'ÉQUIPE (consulté le 22 février 2019)
  124. « Chavez tombe sur un os », sur Eurosport, (consulté le 22 février 2019)
  125. (es) « El traje charro: orgullo mexicano - México al Máximo », sur www.vmexicoalmaximo.com (consulté le 22 février 2019)
  126. (es) sustam.com ®, « México Vivo », sur mexicovivo.mx (consulté le 22 février 2019)
  127. (es) « 1934: Se celebra el primer Día del Charro en México », sur www.elsiglodetorreon.com.mx (consulté le 22 février 2019)
  128. (es) « La charrería. Representación simbólica de lo mexicano », sur México Desconocido, (consulté le 22 février 2019)
  129. (es) « Cuna de la Charrería », sur Turística Hidalgo| Pagina de atractivos, diversión, restaurantes, hoteles y más de Hidalgo (consulté le 22 février 2019)
  130. (es) Secretaría de Turismo, « La Charrería Mexicana, Patrimonio Inmaterial de la Humanidad: UNESCO », sur gob.mx (consulté le 22 février 2019)
  131. (es) « Patrimonio Inmaterial | Organización de las Naciones Unidas para la Educación, la Ciencia y la Cultura », sur www.unesco.org (consulté le 22 février 2019)
  132. (es) La Redacción, « En 1948, primera Vuelta a México; Eduardo Aguilar se adjudicó el título », sur www.launion.com.mx (consulté le 22 février 2019)
  133. (es) « Vuelta Ciclista México - Fundacion Telmex Telcel », sur www.fundaciontelmextelcel.org (consulté le 22 février 2019)
  134. (es) « Ciclista mexicano obtiene histórica medalla en Campeonato Mundial de Pista », sur federacionmexicanadeciclismo.com.mx (consulté le 22 février 2019)
  135. (es) « Ganó ciclista Drexel quinta medalla de México en Singapur 2010 », sur www.mediotiempo.com (consulté le 22 février 2019)
  136. « 76ème Tour de France 1989 - 3ème étape », sur www.memoire-du-cyclisme.eu (consulté le 23 février 2019)
  137. « Etape 7 : Vittel - Epinal (c.l.m.) - La Grande Boucle », sur www.lagrandeboucle.com (consulté le 23 février 2019)
  138. « Palmarès du classement du meilleur jeune du Tour de France », sur www.sport-histoire.fr (consulté le 23 février 2019)
  139. « Palmarès - Statistiques Clasica San Sebastian », sur Sports.fr (consulté le 23 février 2019)
  140. « Julio Perez Cuapio, meilleur grimpeur du Giro », sur RDS.ca, (consulté le 23 février 2019)
  141. « Vainqueurs d'étapes du Tour d'Italie (Le Giro) », sur www.cyclisme-sport.fr (consulté le 23 février 2019)
  142. (es) « Historia de la Federación Mexicana del Fútbol », sur www.fmf.com.mx (consulté le 23 février 2019)
  143. (es) « Que reforma el artículo 295 de la Ley Federal del Trabajo, a cargo de la diputada Claudia Delgadillo González, del Grupo Parlamentario del PRI », sur gaceta.diputados.gob.mx, Gaceta Parlamentaria, Número 3892-VI, (consulté le 23 février 2019)
  144. (es) « Cuántos títulos tiene América en su historia | Goal.com », sur www.goal.com (consulté le 23 février 2019)
  145. (es) « ¿Cuántos títulos nacionales e internacionales tiene Chivas? | Goal.com », sur www.goal.com (consulté le 23 février 2019)
  146. « Football - Ligue des Champions de la CONCACAF : Palmarès et présentation de l'épreuve », sur www.les-sports.info (consulté le 23 février 2019)
  147. (es) « ¿Es América el "Gigante" de CONCACAF? », sur www.foxsports.com.mx (consulté le 23 février 2019)
  148. (es) « Fútbol: Copa Interamericana, Campeones Año por Año », sur www.sobrefutbol.com (consulté le 23 février 2019)
  149. (es) « Fútbol: Recopa de la CONCACAF, Campeones Año por Año », sur www.sobrefutbol.com (consulté le 23 février 2019)
  150. « Football - Copa Sudamericana : Palmarès et présentation de l'épreuve », sur www.les-sports.info (consulté le 23 février 2019)
  151. « Palmarès Copa Libertadores », sur France Football (consulté le 23 février 2019)
  152. « Football - Coupe des Confédérations 1999 - Résumé de la compétition en cours », sur www.les-sports.info (consulté le 23 février 2019)
  153. a et b (es) « México y su décima Copa Oro », sur futbolete.com (consulté le 23 février 2019)
  154. (es) Luis Pablo Beauregard, « México - Estados Unidos, más que una rivalidad », El País,‎ (ISSN 1134-6582, lire en ligne, consulté le 23 février 2019)
  155. (es) « ¿Cuando surgió la rivalidad futbolística entre México y Estados Unidos? », sur López-Dóriga Digital, (consulté le 23 février 2019)
  156. « JO - Football : le Mexique crucifie le Brésil », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  157. (es) « México-Argentina… Por la revancha, 16 años después », sur www.mediotiempo.com (consulté le 23 février 2019)
  158. (es) « ¡¿Dos campeones?! La final de futbol México-Brasil en los Juegos Panamericanos de 1975 », sur Relatos e Historias en México, (consulté le 23 février 2019)
  159. « Le titre pour le Mexique », sur L'ÉQUIPE (consulté le 23 février 2019)
  160. (es) « Mi Selección MX », sur Selección Nacional de México, (consulté le 23 février 2019)
  161. (es) « TUNEZ 1977, LOS MEXICANOS TAMBIÉN SABEMOS GANAR (1a y 2a parte) », sur www.mediotiempo.com (consulté le 23 février 2019)
  162. (es) « Mi Selección MX », sur Selección Nacional de México, (consulté le 23 février 2019)
  163. (es) « México venció a Panamá y clasificó al Mundial Sub-17 », sur www.concacaf.com (consulté le 23 février 2019)
  164. FIFA.com, « Pérou 2005 : Le Mexique champion du monde U-17 - FIFA.com », sur www.fifa.com (consulté le 23 février 2019)
  165. « Le Mexique sacré », sur Eurosport, (consulté le 23 février 2019)
  166. « Nigéria-Mexique 3-0 : Les Green Eaglets champions du monde des -17 ans », sur Eurosport, (consulté le 23 février 2019)
  167. « Football Américain - Mexique : palmares, résultats et identité », sur www.les-sports.info (consulté le 23 février 2019)
  168. (en-US) Michael Preston, « Remembering The Global Junior Championship | Global Football » (consulté le 23 février 2019)
  169. (en-US) « Mexico wins university football championship for third time », sur Mexico News Daily, (consulté le 23 février 2019)
  170. (es) « Transmisión: México va por el título del Mundial Sub 19 de Futbol Americano », sur UNAM Global, (consulté le 23 février 2019)
  171. (en) « Esteban Toledo Tops Billy Andrade in Allianz Championship Playoff », sur Golf Channel (consulté le 27 février 2019)
  172. « Golf : après trois ans au sommet, la numéro 1 mondiale se retire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2019)
  173. François-David Rouleau, « Lee Trevino: encore la tête à la Vallée du Richelieu », sur Le Journal de Montréal (consulté le 27 février 2019)
  174. (en) Alex Myers, « The unusual problem PGA Tour pros will face at this week's WGC-Mexico Championship », sur Golf Digest (consulté le 27 février 2019)
  175. « Championnats du Monde 2000 de hockey sur glace », sur www.hockeyarchives.info (consulté le 27 février 2019)
  176. (es) Jorge Arangure Jr, « Hockey femenino sobre hielo... ¿En México? Sí, hockey femenino sobre hielo en México », sur Sports, (consulté le 27 février 2019)
  177. (es) « Presentan Liga Mexicana de Hockey sobre Hielo :: Deportes », sur televisadeportes.esmas.com (consulté le 27 février 2019)
  178. (es) admin, « México tendrá su primera liga oficial de hockey sobre hielo », sur La Prensa US, (consulté le 27 février 2019)
  179. (en) « 2005 IIHF World Championship Division III », sur Ice Hockey Wiki (consulté le 27 février 2019)
  180. (es) Comisión Nacional de Cultura Física y Deporte, « Plata para México en Mundial de Hockey sobre Hielo en España », sur gob.mx (consulté le 27 février 2019)
  181. (es) « México va a la final panamericana de hockey sobre hielo ante Canadá », sur Expansión, (consulté le 27 février 2019)
  182. (en-US) « Mexico wins gold in world hockey championships », sur Mexico News Daily, (consulté le 27 février 2019)
  183. (es) admin, « México es campeón del Mundial de Hockey Sub 18 », sur Mugs Noticias, (consulté le 27 février 2019)
  184. (es) « México gana Mundial femenil de hockey División IIB », sur Excélsior, (consulté le 27 février 2019)
  185. (en) « Mexico Women Official Results » [PDF], sur nationalteamsoficehockey.com
  186. (es) « Juegan regional de pelota tarasca », sur www.elsiglodetorreon.com.mx (consulté le 27 février 2019)
  187. (es) « El juego de pelota mixteca despierta pasiones en Oaxaca », sur Noticieros Televisa, (consulté le 27 février 2019)
  188. (es) « Ulama. El juego de pelota prehispánico que sobrevivió hasta nuestros días », sur Arqueología Mexicana, (consulté le 27 février 2019)
  189. (es) « El Deporte En Mexico Y El Espiritu Competitivo - Trabajos - paugarza », sur www.clubensayos.com (consulté le 27 février 2019)
  190. (es) Alcántara Manuel, García Montero Mercedes et Sánchez López Francisco, Estudios culturales: Memoria del 56.º Congreso Internacional de Americanistas, Ediciones Universidad de Salamanca, (ISBN 9788490129210, lire en ligne)
  191. a et b (es) ldelpino, « Deporte en México », sur PorConocer, (consulté le 27 février 2019)
  192. (es) Leobardo Daniel Pacheco Arias, « El juego de la Pelota Mixteca de Hule en Oaxaca », academie.edu,‎ (lire en ligne, consulté le 27 février 2019)
  193. (es) Secretaría de Cultura, « Pelota mixteca, tradición e identidad recuperadas », sur gob.mx (consulté le 27 février 2019)
  194. (es) Walter Thompson-Hernández, « Un deporte mesoamericano que mantiene vivas una cultura y una lengua », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 27 février 2019)
  195. (es) « INICIATIVA QUE REFORMA Y ADICIONA DIVERSAS DISPOSICIONES DE LA LEY GENERAL DE CULTURA FÍSICA Y DEPORTE, A CARGO DE LA DIP. JACQUELINE NAVA MOUETT (PAN) » [PDF]
  196. a et b (es) « Equipo de lacrosse, a demostrar sus avances », sur El Universal (consulté le 28 février 2019)
  197. (es) « México, al Mundial de Lacrosse », sur www.milenio.com (consulté le 28 février 2019)
  198. (es) MXCity, « Lucha Libre Mexicana: Patrimonio Cultural Intangible de la Ciudad de México », sur MXCity | Guía de la Ciudad de México, (consulté le 28 février 2019)
  199. (es) W. Radio Mexico, « Todo lo que debes saber sobre la lucha libre mexicana », sur W Radio México, (consulté le 28 février 2019)
  200. Aurelio Moreno, « Lucha libre, fantasía detrás de las máscaras », sur El Sentinel (consulté le 28 février 2019)
  201. (es) « "En esta esquina"... - Noroeste », sur www.noroeste.com.mx (consulté le 28 février 2019)
  202. (es) « La lucha libre, pancracio mexicano donde la máscara transforma a sus exponentes », sur emsavalles.com (consulté le 28 février 2019)
  203. (es) « Máscara contra cabellera; la lucha libre en México », sur visionmx.com (consulté le 28 février 2019)
  204. (es) « Volver a usar la máscara en la lucha libre », sur www.mediotiempo.com (consulté le 28 février 2019)
  205. (es) La Fundación es una organización establecida en favor de las causas y objetivos de la Universidad Nacional Autónoma de México y para fortalecer su imagen como nuestra Máxima Casa de Estudios et tanto en México como en el extranjero, « » Jai Alai: la tradición de la pelota » (consulté le 28 février 2019)
  206. (es) « .:FEDERACIÓN MEXICANA DE FRONTÓN, A.C.:. », sur web.archive.org, (consulté le 1er mars 2019)
  207. (es) « LA PELOTA VASCA EN LOS JUEGOS OLIMPICO » [PDF]
  208. (es) Comisión Nacional de Cultura Física y Deporte, « La evolución del Rugby en México », sur gob.mx (consulté le 1er mars 2019)
  209. a et b (es) « Rugby Universitario en México », sur mexrugby.com (consulté le 1er mars 2019)
  210. (es) Reto Diario, « EDUCACIÓN | IBERO Puebla, sede del Campeonato Nacional Universitario de Rugby », sur Reto Diario (consulté le 1er mars 2019)
  211. (es) « Noticias », sur Agencia MasQueFut :: Todo el deporte en un solo lugar :: (consulté le 1er mars 2019)
  212. « Campeonato Nacional de Rugby 15s », sur mexrugby.com (consulté le 1er mars 2019)
  213. « Rugby : compétitions internationales - Tournoi NACRA - Caraïbes », sur www.rugby-encyclopedie.com (consulté le 1er mars 2019)
  214. a et b (es) « Juegos Centroamericanos - Barranquilla 2018: Plata y bronce para México dentro del rugby », sur MARCA Claro México, (consulté le 1er mars 2019)
  215. (es) Alexei Garcia, « México conquista Copa Plata de Rugby Sevens », sur www.esportes.mx, (consulté le 1er mars 2019)
  216. (en) worldrugby.org, « Jamaica and Mexico win RAN Sevens », sur www.world.rugby (consulté le 1er mars 2019)
  217. (es) « Benemérita Universidad Autónoma de Puebla », sur cmas.siu.buap.mx (consulté le 1er mars 2019)
  218. (es) Juan Carlos González César, « ¿Hay crisis en el tenis mexicano? », sur Deportes Inc, (consulté le 1er mars 2019)
  219. (es) Juan Pablo García Noriega González y Lizandro Rodríguez Bárcena, « El otro abierto: la infraestructura del Abierto Mexicano de Tenis - La Jornada », sur www.jornada.com.mx, (consulté le 1er mars 2019)
  220. Le Point magazine, « Tennis: Ferrer bat Nishikori en finale à Acapulco », sur Le Point, (consulté le 1er mars 2019)
  221. (es) « México lució en la Davis 1962 », sur El Universal, (consulté le 1er mars 2019)
  222. (en) « International Tennis Hall of Fame », sur www.tennisfame.com (consulté le 1er mars 2019)
  223. (en) By Paul Gittings CNN, « The original Rafa: The best tennis player you never knew », sur CNN (consulté le 1er mars 2019)
  224. (es) TennisLife México, « Yola Ramírez, la mejor tenista mexicana en la historia y sus hermosos 81 años », sur Tennis Life Magazine México (consulté le 1er mars 2019)
  225. (en) « Antonio Palafox », sur The MY HERO Project (consulté le 1er mars 2019)
  226. (es) « Raúl Ramírez rememora sus años dorados », sur El Universal (consulté le 1er mars 2019)
  227. « Taekwondo à Seoul 1988 - Résultats & Vidéos », sur International Olympic Committee, (consulté le 1er mars 2019)
  228. (es) « Juegos Olímpicos de Barcelona 1992 », sur mastkd.com, (consulté le 1er mars 2019)
  229. (es) « Sydney 2000, gran cosecha; redonda actuación », sur Excélsior, (consulté le 1er mars 2019)
  230. « JO Athenes 2004, Mexique : toutes les médailles par sport », sur www.lequipe.fr (consulté le 1er mars 2019)
  231. (es) « El taekwondoísta Guillermo Pérez consiguió el primer oro en Pekín - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 1er mars 2019)
  232. (en-GB) « Río 2016: María del Rosario Espinoza cierra con medalla de plata una jornada de éxitos para México », bbc.com,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2019)
  233. (en-US) Ramiro Gonzalez via Facebook says, « WTF World Taekwondo Grand Prix Final, Queretaro 2014 », sur mastkd.com, (consulté le 1er mars 2019)
  234. (en-US) Tania Honorat via Facebook says, « World Taekwondo Grand Prix Final, Mexico City 2015 », sur mastkd.com, (consulté le 1er mars 2019)
  235. (es) Notimex, « Crean Liga Mexicana de Voleibol », sur El Economista (consulté le 2 mars 2019)
  236. (es) « Juegos Panamericanos de Rio - Competencia femenina », sur TODOVOLEY (consulté le 2 mars 2019)
  237. (es) « ALPERIN: Historia de los Panamericanos, Chicago 1959 », sur ESPNdeportes.com, (consulté le 2 mars 2019)
  238. (es) « Campeonato NORCECA de Voleibol Masculino - EcuRed », sur www.ecured.cu (consulté le 2 mars 2019)
  239. (es) « Busca México ser finalista en el Norceca Sub 21 de voleibol », sur Deporte Digital MX, (consulté le 2 mars 2019)
  240. (es) Notimex, « México consigue título y confirma plaza mundialista de voleibol », sur Publimetro México (consulté le 2 mars 2019)
  241. (es) « A 45 años del récord de Guillermo Echevarría », sur Excélsior, (consulté le 2 mars 2019)
  242. (es) « Quince años de abandono dañaron todo - Proceso », (consulté le 2 mars 2019)
  243. a b et c (en) « Track and Field Statistics 20 km marche », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 2 mars 2019)
  244. (en) « Track and Field Statistics 50 km marche », sur trackfield.brinkster.net (consulté le 2 mars 2019)
  245. (en-US) « The best Mexican athletes of today », sur rankuzz.com (consulté le 2 mars 2019)
  246. (es) « México suma cuatro preseas de oro en el tercer día de parapanamericanos », sur Expansión, (consulté le 2 mars 2019)
  247. (es) « Esther Rivera y María Estela Salas hacen el 1-2 en jabalina - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  248. (es) « ¡Una gigante! Amalia Pérez logra medalla de oro y récord en halterofilia de Paralímpicos #Rio2016 », sur www.periodicocentral.mx (consulté le 2 mars 2019)
  249. « Les meilleurs athlètes mexicains d'aujourd'hui », sur rankuzz.com (consulté le 2 mars 2019)
  250. « Athlétisme - Ernesto Canto (Mexique) », sur www.les-sports.info (consulté le 2 mars 2019)
  251. « Athlétisme : Championnats du Monde 1997 - Résultats Hommes », sur www.les-sports.info (consulté le 2 mars 2019)
  252. (es) « Ana Guevara, campeona Mundial de los 400m | La Crónica de Hoy », sur www.cronica.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  253. (es) « José Cristóbal, primer mexicano campeón en Mundial de Canotaje - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  254. « La fiche de NANCY CONTRERAS. CYCLISME SUR PISTE - L'Equipe.fr », sur www.lequipe.fr (consulté le 2 mars 2019)
  255. (es) « Paola Espinosa obtuvo el Título mundial en Roma », sur www.mediotiempo.com (consulté le 2 mars 2019)
  256. (es) « Yadira Lira obtuvo el Campeonato Mundial de Karate », sur www.mediotiempo.com (consulté le 2 mars 2019)
  257. (en) Karate Spartak Hradec Kralove, « World Championship 2010 - Karate results and charts », sur www.karaterec.com (consulté le 2 mars 2019)
  258. a et b (es) « Septiembre 2010. Revista Frontenis, número 18 pg 24 », sur Issuu (consulté le 2 mars 2019)
  259. a b c d e f g h i j k l m n o p q r s t u v w et x (es) « Historia de los mundiales » [PDF]
  260. a b et c (es) « Medallero 2002 » [PDF]
  261. a b et c (es) « Alberto Rodríguez Faisal », sur Los diccionarios y las enciclopedias sobre el Académico (consulté le 2 mars 2019)
  262. (es) « Las parejas de frontenistas dieron a México el primer título por naciones - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  263. (es) « Heriberto Loquillo López da primer oro a México - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  264. (es) « Santamaría, primer pelotari en el mundo con tres títulos al hilo - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  265. (es) « México campeón del Mundo de Pelota Vasca », sur Amateur: Pelota Vasca Aficionada (consulté le 2 mars 2019)
  266. (es) « México obtuvo su segundo oro en Pelota Vasca », sur www.mediotiempo.com (consulté le 2 mars 2019)
  267. a et b (es) « Heriberto López Molotla », sur Los diccionarios y las enciclopedias sobre el Académico (consulté le 2 mars 2019)
  268. (es) « México, campeón en el Mundial de Pelota Vasca - Tabasco Hoy », sur www.tabascohoy.com (consulté le 2 mars 2019)
  269. (es) « Rodríguez Faisal, feliz por su oro en frontón », sur El Informador :: Noticias de Jalisco, México, Deportes & Entretenimiento (consulté le 2 mars 2019)
  270. a et b (es) Comisión Nacional de Cultura Física y Deporte, « Logra México campeonato absoluto en Mundial de Pelota Vasca », sur gob.mx (consulté le 2 mars 2019)
  271. (es) « México, campeón en Mundial de Pelota Vasca | La Crónica de Hoy », sur www.cronica.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  272. (es) « El potosino Carlos Torres “Chiquis” es campeón del mundo en frontenis », sur pulsoslp.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  273. (es) « Leonés Héctor Rodríguez, se corona en Mundial de Frontenis Barcelona 2018 », sur Deporte Digital MX, (consulté le 2 mars 2019)
  274. (es) « México y Francia, los reyes de la paleta goma frontón de Barcelona 2018 », sur Campionats del món de pilota, (consulté le 2 mars 2019)
  275. (es) « ÁLVARO BELTRÁN : Paseo de la Fama de Tijuana » (consulté le 2 mars 2019)
  276. (en) « Racquetball Magazine - Sept/Oct 2000 », sur Issuu (consulté le 2 mars 2019)
  277. (en) « RACQUETBALL - International Racquetball Federation - IRF », sur web.archive.org, (consulté le 2 mars 2019)
  278. (es) Juan Carlos Cerda, « Dupla mexicana se corona en el Mundial de Raquetbol », sur Publimetro México (consulté le 2 mars 2019)
  279. (es) « Paola Longoria se vuelve a coronar », sur El Informador :: Noticias de Jalisco, México, Deportes & Entretenimiento (consulté le 2 mars 2019)
  280. (es) Redacción, « Paola Longoria, tricampeona del Mundo », (consulté le 2 mars 2019)
  281. (es) Comisión Nacional de Cultura Física y Deporte, « Destacado año para el taekwondo mexicano », sur gob.mx (consulté le 2 mars 2019)
  282. (es) « Tres campeones del mundo, tres sueños olímpicos », sur mastkd.com, (consulté le 2 mars 2019)
  283. (es) « Rosario Espinoza, campeona mundial en taekwondo; Guillermo Pérez, plata - La Jornada », sur www.jornada.com.mx (consulté le 2 mars 2019)
  284. (es) Comisión Nacional de Cultura Física y Deporte, « Uriel Adriano, campeón en el Mundial de Taekwondo Puebla 2013 », sur gob.mx (consulté le 2 mars 2019)
  285. a et b (en) « Olympic skeet », sur ipfs.io (consulté le 2 mars 2019)
  286. (en) « 40th World Shooting Championships », sur www.wwmcmillan.info (consulté le 2 mars 2019)
  287. (en) « Result 10m Air Pistol Women », sur www.issf-sports.org (consulté le 2 mars 2019)