Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Coupe du monde de football de 2018

compétition de football
Coupe du monde de la FIFA 2018
Description de l'image FIFA World Cup 2018 Logo.png.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA
Édition 21e
Lieu(x) Drapeau de la Russie Russie
Date Du
au
Participants 32 équipes
210 en phases qualificatives
Épreuves 64 rencontres
Site(s) 12 stades
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Allemagne Allemagne (4 titres)

Navigation

La Coupe du monde de football de 2018 est la 21e édition de la Coupe du monde de football masculin, compétition organisée par la FIFA et qui réunit les meilleures sélections nationales. Elle se déroulera en Russie du 14 juin au [1]. Le coup d'envoi du match d'ouverture (Russie-Arabie Saoudite) et de la finale sera donné à 18 h[2] (heure de Moscou) ou 17 h (heure de Paris).

Le tirage au sort des qualifications a eu lieu le à Saint-Pétersbourg. Le tirage au sort du tournoi a eu lieu le au Kremlin à Moscou. Outre la Russie, qualifiée d'office en tant que pays organisateur, le Brésil est la première équipe qualifiée sur le terrain en s'assurant dès le de figurer parmi les quatre premiers de la zone Amérique du Sud. Le Brésil reste ainsi la seule équipe à n'avoir jamais manqué une édition de la Coupe du monde (21e participation)[3].

La phase qualificative a vu un renouvellement important des participants par rapport aux dernières éditions. Si le Brésil, l'Allemagne (17 participations consécutives), l'Argentine (12 participations consécutives), l'Espagne (11 participations consécutives) et la Corée du Sud (9 participations consécutives) ont à nouveau validé leur qualification pour cette édition russe, de nombreux absents des précédentes compétitions effectuent leur retour. C'est notamment le cas du Pérou, dont la dernière participation remontait à 1982, et dont la qualification met ainsi un terme à une série de huit éditions manquées, mais aussi de l'Arabie saoudite, de la Pologne, de la Tunisie et de la Suède, toutes absentes depuis 2006, et également de la Serbie et du Danemark, absents en 2014. La France, l'Angleterre, le Mexique, le Japon et le Portugal, régulièrement présents en phase finale ces vingt dernières années, se sont également qualifiés. Alors que l'Afrique avait envoyé les cinq mêmes participants en 2010 et 2014, l'édition 2018 voit le retour du Sénégal (dernière participation en 2002), du Maroc (dernière participation en 1998) et de l'Égypte (dernière participation en 1990). L’Islande et le Panama, qui étaient passés près de la qualification quatre ans plus tôt, participent à leur première Coupe du monde.

En revanche, les éliminatoires ont été marqués par les nombreuses difficultés rencontrées par les champions continentaux. Le Chili, double tenant du titre de la Copa América (2015 et 2016), les États-Unis, champions d'Amérique du Nord, le Cameroun, champion d'Afrique, et la Nouvelle-Zélande, championne d'Océanie, ont tous échoué à se qualifier. L'Australie, championne d'Asie, n'a terminé que troisième de son groupe et ne s’est qualifiée qu'en avant-dernière position après deux barrages difficilement remportés. La Coupe du monde se disputera en l'absence de plusieurs habitués comme le Paraguay pour la deuxième fois consécutive, la Côte d'Ivoire, l'Algérie et le Ghana, mais aussi deux autres grandes nations européennes du football : les Pays-Bas, finalistes en 2010 et troisièmes en 2014, et l'Italie, l'un des pays les plus titrés avec quatre trophées (1934, 1938, 1982 et 2006), et qui n'avait manqué aucune édition du Mondial depuis 1958.

Le tirage au sort des huit poules du premier tour a eu lieu au Kremlin à Moscou, le 1er décembre 2017. Sur le papier, les groupes les plus difficiles sont ceux de l'Allemagne (poule F avec le Mexique, la Suède et la Corée du Sud), de la Belgique (poule G avec l'Angleterre, la Tunisie et le Panama), de l'Argentine (groupe D avec l'Islande, la Croatie et le Nigéria) ou encore du Portugal (groupe B avec l'Espagne, l'Iran, et le Maroc). La poule C de la France comprend l'Australie, le Danemark et le Pérou, alors que le groupe E du Brésil compte la Suisse, le Costa Rica et la Serbie. Enfin, la Russie, tête de série du groupe A, jouera contre l'Arabie Saoudite, l'Egypte et l'Uruguay, tandis que la Pologne, dans le groupe H, se frottera à la Colombie, au Sénégal et au Japon.

Sommaire

Préparation de l'événementModifier

Sélection du pays organisateurModifier

Fin de la rotationModifier

Le principe de rotation continentale institué par Sepp Blatter aurait dû amener à une organisation en Amérique du Nord, ainsi qu'il l'explique le 28 février 2007 à Londres lors d'une rencontre avec des officiels anglais :

« Si le comité exécutif de la FIFA décide plus tard que la politique de rotation est maintenue, selon la stricte procédure, elle devra être en Amérique du Nord en 2018 et ainsi trois pays peuvent l'organiser — les États-Unis, le Mexique et le Canada[4]. »

La FIFA a cependant annoncé la fin du principe.

Dépôt des candidaturesModifier

Début 2008, l'Angleterre et l'association Belgique–Pays-Bas sont les seuls pays officiellement candidats pour l'édition 2018. Une candidature Espagne-Portugal, s'ajoute en janvier 2009. Le , l'Égypte, les États-Unis et la Corée du Sud entrent en course pour obtenir l'organisation de la Coupe du monde 2018. Le , ils sont rejoints par l'Australie, qui se porte candidate à l'organisation d'une Coupe du monde en 2018 ou 2022.

Le problème des candidatures conjointesModifier

Sepp Blatter a eu plusieurs positions sur les candidatures conjointes.

Le 28 avril 2008, il déclare qu'il souhaite que l'Espagne se porte candidate à l’organisation de la Coupe du monde 2018, peut-être conjointement avec le Portugal. Selon la presse espagnole, le président de la Fédération royale espagnole de football (RFEF), Angel Maria Villar, n'écarte pas l'idée d'une candidature[5]. Le , Villar annonce officiellement la candidature de l'Espagne conjointement avec le Portugal comme organisateurs de l'événement en 2018.

Le , Gilberto Madail et Ángel María Villar, représentants des fédérations portugaise et espagnole de football, signent un protocole d'accord visant à définir les grandes lignes du dossier de candidature pour l'organisation de la Coupe du monde 2018.

Le , Joseph Blatter déclarait que les candidatures conjointes ne seraient plus souhaitées pour l'organisation de la Coupe du monde[6].

Le , l'Espagne et le Portugal se portent officiellement candidats auprès de la FIFA à titre conjoint.

Le , Blatter donne également des précisions quant aux candidatures conjointes, nuançant ses propos tenus un an et demi plus tôt :

« La Coupe du monde en Corée du Sud et au Japon était scindée en deux centres de presse et deux comités d’organisation. C'est pour cette raison que nous avions déclaré que cela ne serait plus jamais le cas. La Belgique et les Pays-Bas ne sont pas dans cette configuration puisque les deux pays possèdent un comité d’organisation unique[7]. »

Les candidatures belgo-néerlandaise et hispano-portugaise conservaient donc leurs chances, jusqu’au vote inattendu du qui désigna finalement la Russie comme pays hôte de la compétition[8].

CongrèsModifier

 
Délégation russe après l'annonce des résultats du vote.
Nombre de voix[9]
Fédération Tour 1 Tour 2
  Russie 9 13
  Espagne -   Portugal 7 7
  Belgique -   Pays-Bas 4 2
  Angleterre 2 -
Total 22 22
Légende :
  •      Victoire
  •      Élimination

La FIFA de Sepp Blatter a décidé de combiner la sélection du pays hôte de la Coupe du monde 2018 à celle pour la Coupe du monde 2022. Pas moins de onze déclarations de candidatures[10] furent émises, dont deux conjointes. Le Mexique, touché par la crise économique, se retire rapidement de la course (annonce le ) tout comme l'Indonésie. Puis le Qatar, la Corée du Sud, le Japon, l'Australie et les États-Unis décident de ne rester candidats que pour la Coupe du monde 2022 devant la certitude que l'Europe accueillerait l'événement en 2018. Joseph Blatter avait finalement annoncé le ne vouloir que des candidatures européennes pour cette édition[11].

Il ne restait donc plus, pour 2018, que l'Angleterre, la Russie et deux candidatures conjointes, respectivement de l'Espagne et du Portugal et de la Belgique et des Pays-Bas.

Le 22 octobre 2010, la Russie se retire de la candidature à l'organisation de la Coupe du monde 2022 pour se concentrer sur celle de 2018, pour laquelle elle finit par être désignée.

Modifier

Le logo officiel de la compétition est révélé le depuis la Station spatiale internationale par les trois cosmonautes russes : Elena Serova, Aleksandr Samokoutiaïev et Maxime Souraïev. Il est imaginé par Brandia Central (de), une agence de conseil en stratégie de marque basée au Portugal, dans le cadre d’un appel d’offres auquel ont pris part huit agences russes et internationales[12]. Le design « se fonde sur les lignes universellement reconnaissables du trophée de la compétition, tandis que l’utilisation du rouge, du doré, du noir et du bleu dans sa palette de couleurs s’est inspirée des techniques ancestrales de l’art russe depuis les premières peintures d’icônes »[13].

MascotteModifier

 
La mascotte officielle pour la Coupe du monde 2018 en Russie.

La mascotte officielle de la Coupe du monde 2018 est Zabivaka un loup. Zabivaka signifie “celui qui marque" en russe.

Musique officielleModifier

Ballon officielModifier

Le , Adidas dévoile le ballon de la compétition qui se nomme Telstar 18.

Villes et stadesModifier

La Russie propose une liste provisoire de douze enceintes sportives en vue d'être utilisées durant la Coupe du monde. Les stades se situant en Russie européenne sont : Kaliningrad, Kazan, Moscou, Nijni Novgorod, Rostov-sur-le-Don, Saint-Pétersbourg, Samara, Saransk, Sotchi et Volgograd. La seule ville de Russie asiatique participante est celle de Iekaterinbourg[14]. Deux stades sont prévus à Moscou, les autres villes présentant chacune un stade.

Les stades choisis sont répartis en 4 pôles géographiques lors de la phase de poules afin de limiter les déplacements des équipes :

  • Région Nord-ouest : Kaliningrad, Saint-Pétersbourg ;
  • Région Centre : Moscou, Nijni Novogorod ;
  • Région Est : Saransk, Kazan, Samara, Iekaterinbourg ;
  • Région Sud : Volgograd, Rostov-sur-le-Don, Sotchi.

Le 14 décembre 2012, le comité exécutif de la FIFA décide de faire jouer le match d’ouverture, une demi-finale et la finale au Stade Loujniki de Moscou et l'autre demi-finale au Stade Krestovski à Saint-Pétersbourg[15].

Saint-Pétersbourg Moscou Nijni Novgorod
Stade Krestovski Stade Loujniki Otkrytie Arena Stade de Nijni Novgorod
Capacité : 69 500
(nouveau stade)
Capacité : 81 000
(rénové)
Capacité : 46 990
(nouveau stade)
Capacité : 44 899
(nouveau stade)
     
Kaliningrad Iekaterinbourg
Stade de Kaliningrad lekaterinbourg Arena
Capacité : 35 000
(nouveau stade)
Capacité : 35 000

(rénové)

   
Saransk Kazan
Stade de Mordovie Kazan-Arena
Capacité : 45 015

(nouveau stade)

Capacité : 45 015
(nouveau stade)
   
Rostov-sur-le-Don Sotchi Volgograd Samara
Rostov Arena
(nouveau stade)
Stade Ficht
(nouveau stade)
Volgograd Arena
(rénové)
Cosmos Arena
(nouveau stade)
Capacité : 43 702 Capacité : 47 659 Capacité : 45 015 Capacité : 44 918
       

Procédure d'entrée en RussieModifier

Selon la loi du 4 juillet 2016 promulguée par Vladimir Poutine, la carte d'identité de spectateur — ou « passeport du supporter », ou encore ID-fan, sera valide dix jours avant le début du tournoi et expirera dix jours après le dernier match de la compétition. Les supporters étrangers devront également présenter une pièce d'identité approuvée par la Russie et le billet pour l'événement sportif auquel ils vont assister.

Cette loi dispose que les membres des délégations officielles, les sportifs, les personnes incluses dans les listes de FIFA, les supporters munis du laissez-passer et les volontaires pourront utiliser les moyens de transport urbains et suburbains, y compris les trains de banlieues et le métro en fonction de l'itinéraire des compétitions sportives.

Acteurs de la Coupe du mondeModifier

Équipes qualifiéesModifier

Les 32 équipes nationales qualifiées pour la phase finale par confédération et par expérience.
Carte Europe (UEFA)
14 places dont une au pays hôte
Amérique du Sud (CONMEBOL)
4 ou 5 places[16]
Afrique (CAF)
5 places

  Russie, pays hôte : 11e phase finale[17]

  Allemagne : 19e phase finale[18]

  Angleterre : 15e phase finale

  Espagne : 15e phase finale

  France : 15e phase finale

  Belgique : 13e phase finale

  Serbie : 12e phase finale[19]

  Suède : 12e phase finale

  Suisse : 11e phase finale

  Pologne : 8e phase finale

  Portugal : 7e phase finale

  Danemark : 5e phase finale

  Croatie : 5e phase finale

  Islande : 1re phase finale

  Brésil : 21e phase finale

  Argentine : 17e phase finale

  Uruguay : 13e phase finale

  Colombie : 6e phase finale

  Pérou : 5e phase finale

  Nigeria : 6e phase finale

  Maroc : 5e phase finale

  Tunisie : 5e phase finale

  Égypte : 3e phase finale

  Sénégal : 2e phase finale

Océanie (OFC)
0 ou 1 place[16]
Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes

(CONCACAF)
3 ou 4 places[16]

Asie (AFC)
4 ou 5 places[16]

  Mexique : 16e phase finale

  Costa Rica : 5e phase finale

  Panama : 1re phase finale

  Corée du Sud : 10e phase finale

  Japon : 6e phase finale

  Arabie saoudite : 5e phase finale

  Australie : 5e phase finale

  Iran : 5e phase finale

Comme lors de l'ensemble des Coupes du Monde précédentes, au moins un pays fêtera sa première participation; il s'agit en 2018 du Panama et de l'Islande.

Les grands absents de cette coupe du monde sont les Pays-Bas, demi-finalistes de l'édition précédente et 3es de leur groupe derrière la France et la Suède, le Chili, vainqueur de la Copa América 2015 et 2016 et 6e de la zone Amérique du Sud, les États-Unis, vainqueurs de la Gold Cup 2017 et 5es de la finale tour de la zone Amérique du Nord, et l'Italie, vainqueur de l'édition 2006 et éliminée en barrages par la Suède. L'Italie est d'ailleurs la seule nation déjà championne du monde à ne pas se qualifier à ce mondial.

Tirage au sortModifier

Le tirage au sort de la phase finale de la Coupe du monde 2018 a lieu le 1er décembre 2017 à 18h (heure de Moscou) au Kremlin, à Moscou. Le maître de cérémonie est l'Anglais Gary Lineker[20]. L'ambassadrice de la Coupe du monde en Russie est Victoria Lopyreva[21].

La répartition des équipes qualifiées dans chacun des quatre chapeaux a été décidée le 14 septembre 2017 par la FIFA[22]. Pour le Mondial en Russie, sauf pour le pays organisateur, la fédération internationale a constitué pour la première fois de son histoire ses quatre chapeaux en se basant uniquement sur le classement FIFA. Cependant les critères géographiques n'ont pas disparu pour le tirage ; c’est-à-dire qu'il n'a pu y avoir plus d’une sélection par confédération dans un même groupe à l’exception de l’UEFA autorisée à placer deux de ses équipes dans un même groupe car il y a plus d’équipes qualifiées (14) pour cette confédération que de groupes (8). Il y a donc six groupes du premier tour avec deux nations UEFA. Le tirage au sort n'est donc pas intégral puisqu’il a fallu jongler avec ces critères géographiques.

Les sept nations qualifiées les mieux placées au classement FIFA d’octobre 2017 (publié le 16 octobre) et la Russie, pays le moins bien classé au moment du tirage[23], sont donc dans le premier chapeau. C’est le classement d’octobre qui est pris en compte et non celui de novembre, pourtant en vigueur lors du tirage, pour ne pas favoriser les équipes ayant dû passer par les barrages.

Répartition des équipes avant le tirage au sort
Entre parenthèses, le classement FIFA au 16 octobre 2017[24]
Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4

  Russie (pays hôte) (65)
  Allemagne (1)
  Brésil (2)
  Portugal (3)
  Argentine (4)
  Belgique (5)
  Pologne (6)
  France (7)

  Espagne (8)
  Pérou (10)
  Suisse (11)
  Angleterre (12)
  Colombie (13)
  Mexique (16)
  Uruguay (17)
  Croatie (18)

  Danemark (19)
  Islande (21)
  Costa Rica (22)
  Suède (25)
  Tunisie (28)
  Égypte (30)
  Sénégal (32)
  Iran (34)

  Serbie (38)
  Nigeria (41)
  Australie (43)
  Japon (44)
  Maroc (48)
  Panama (49)
  Corée du Sud (62)
  Arabie saoudite (63)

Phase de groupesModifier

Groupe AModifier

Classement et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Russie 0 0 0 0 0 0 0 0   Russie - - -
2   Arabie saoudite 0 0 0 0 0 0 0 0   Arabie Saoudite - -
3   Égypte 0 0 0 0 0 0 0 0   Égypte -
4   Uruguay 0 0 0 0 0 0 0 0   Uruguay

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 1 Russie   -   Arabie saoudite Stade Loujniki, Moscou

18:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 2 Égypte   -   Uruguay lekaterinbourg Arena, Iekaterinbourg

17:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 17 Russie   -   Égypte Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

21:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 18 Uruguay   -   Arabie saoudite Rostov Arena, Rostov-sur-le-Don

18:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 33 Uruguay   -   Russie Samara Arena, Samara

17:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 34 Égypte   -   Arabie saoudite Volgograd Arena, Volgograd

17:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe BModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Portugal 0 0 0 0 0 0 0 0   Portugal - - -
2   Espagne 0 0 0 0 0 0 0 0   Espagne - -
3   Maroc 0 0 0 0 0 0 0 0   Maroc -
4   Iran 0 0 0 0 0 0 0 0   Iran

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 3 Maroc   -   Iran Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 4 Portugal   -   Espagne Stade Ficht, Sotchi

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 19 Portugal   -   Maroc Stade Loujniki, Moscou

15h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 20 Iran   -   Espagne Kazan Arena, Kazan

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 35 Iran   -   Portugal Stade de Mordovie, Saransk

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 36 Espagne   -   Maroc Stade de Kaliningrad, Kaliningrad

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe CModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   France 0 0 0 0 0 0 0 0   France - - -
2   Australie 0 0 0 0 0 0 0 0   Australie - -
3   Pérou 0 0 0 0 0 0 0 0   Pérou -
4   Danemark 0 0 0 0 0 0 0 0   Danemark

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 5 France   -   Australie Kazan Arena, Kazan

12h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 6 Pérou   -   Danemark Stade de Mordovie, Saransk

19h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 21 France   -   Pérou Iekaterinbourg Arena, Iekaterinbourg

17h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 22 Danemark   -   Australie Samara Arena, Samara

14h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 37 Danemark   -   France Stade Loujniki, Moscou

17h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 38 Australie   -   Pérou Stade Ficht, Sotchi

17h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe DModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Argentine 0 0 0 0 0 0 0 0   Argentine - - -
2   Islande 0 0 0 0 0 0 0 0   Islande - -
3   Croatie 0 0 0 0 0 0 0 0   Croatie -
4   Nigéria 0 0 0 0 0 0 0 0   Nigéria

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 7 Argentine   -   Islande Stade du Spartak, Moscou

16h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 8 Croatie   -   Nigeria Stade de Kaliningrad, Kaliningrad

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 23 Argentine   -   Croatie Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 24 Nigeria   -   Islande Volgograd Arena, Volgograd

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 39 Nigeria   -   Argentine Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 40 Islande   -   Croatie Rostov Arena, Rostov-sur-le-Don

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe EModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Brésil 0 0 0 0 0 0 0 0   Brésil - - -
2   Suisse 0 0 0 0 0 0 0 0   Suisse - -
3   Costa Rica 0 0 0 0 0 0 0 0   Costa Rica -
4   Serbie 0 0 0 0 0 0 0 0   Serbie

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 9 Costa Rica   -   Serbie Samara Arena, Samara

16h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 10 Brésil   -   Suisse Rostov Arena, Rostov-sur-le-Don

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 25 Brésil   -   Costa Rica Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

15h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 26 Serbie   -   Suisse Stade de Kaliningrad, Kaliningrad

20h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 41 Serbie   -   Brésil Stade du Spartak, Moscou

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 42 Suisse   -   Costa Rica Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe FModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Allemagne 0 0 0 0 0 0 0 0   Allemagne - - -
2   Mexique 0 0 0 0 0 0 0 0   Mexique - -
3   Suède 0 0 0 0 0 0 0 0   Suède -
4   Corée du Sud 0 0 0 0 0 0 0 0   Corée du Sud

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 11 Allemagne   -   Mexique Stade Loujniki, Moscou

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 12 Suède   -   Corée du Sud Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod

15h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 27 Allemagne   -   Suède Stade Ficht, Sotchi

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 28 Corée du Sud   -   Mexique Rostov Arena, Rostov-sur-le-Don

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 43 Corée du Sud   -   Allemagne Kazan Arena, Kazan

17h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 44 Mexique   -   Suède Iekaterinbourg Arena, Iekaterinbourg

19h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe GModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Belgique 0 0 0 0 0 0 0 0   Belgique - - -
2   Panama 0 0 0 0 0 0 0 0   Panama - -
3   Tunisie 0 0 0 0 0 0 0 0   Tunisie -
4   Angleterre 0 0 0 0 0 0 0 0   Angleterre

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 13 Belgique   -   Panama Stade Ficht, Sotchi

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 14 Tunisie   -   Angleterre Volgograd Arena, Volgograd

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 29 Belgique   -   Tunisie Stade du Spartak, Moscou

15h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 30 Angleterre   -   Panama Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod

15h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 45 Angleterre   -   Belgique Stade de Kaliningrad, Kaliningrad

20h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 46 Panama   -   Tunisie Stade de Mordovie , Saransk

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Groupe HModifier

Classements et résultatsModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)        
1   Pologne 0 0 0 0 0 0 0 0   Pologne - - -
2   Colombie 0 0 0 0 0 0 0 0   Colombie - -
3   Sénégal 0 0 0 0 0 0 0 0   Sénégal -
4   Japon 0 0 0 0 0 0 0 0   Japon

     Équipe qualifiée ou victorieuse; Pts = points; J = joués; G = gagnés; N = nuls; P = perdus;
Bp = buts pour; Bc = buts contre; Diff = différence de buts

Détails des matchsModifier

Match 15 Pologne   -   Sénégal Stade du Spartak, Moscou

15h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 16 Colombie   -   Japon Stade de Mordovie, Saransk

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 31 Pologne   -   Colombie Kazan Arena, Kazan

21h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 32 Japon   -   Sénégal Iekaterinbourg Arena, Iekaterinbourg

20h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 47 Japon   -   Pologne Volgograd Arena, Volgograd

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 48 Sénégal   -   Colombie Samara Arena, Samara

18h00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Phase à élimination directeModifier

Format et règlementModifier

Les matches de la phase finale (à partir des huitièmes de finale avec un match pour la troisième place) sont à élimination directe. En cas de match nul à la fin du temps réglementaire, une prolongation de deux fois quinze minutes est jouée − une victoire après prolongation est indiquée par (a.p.) dans le tableau. Une pause de cinq minutes est d'abord observée entre le temps réglementaire et la prolongation. Aucune pause n'est prévue entre les deux périodes de la prolongation. Les règles dites du but en or ou du but en argent ne s'appliquent pas. Si les deux équipes sont toujours à égalité à la fin de la prolongation, une séance de tirs au but (t.a.b) détermine le vainqueur de la rencontre.

Tableau finalModifier

  Huitièmes de finale
  Quarts de finale
  Demi-finales
  Finale
                             
  30 juin à Sotchi     6 juillet à Nijni Novgorod     10 juillet à Saint-Pétersbourg     15 juillet à Moscou
 
    A1  
 
    B2    
    W49  
  30 juin à Kazan
      W50    
    C1  
  6 juillet à Kazan
    D2    
    W57  
  2 juillet à Samara
      W58    
    E1  
  11 juillet à Moscou
    F2    
    W53  
  2 juillet à Rostov-sur-le-Don
      W54    
    G1  
  7 juillet à Sotchi
    H2    
    W61  
  1 juillet à Moscou
      W62  
    B1  
   
    A2    
    W51  
  1 juillet à Nijni Novgorod
      W52    
    D1  
  7 juillet à Samara
    C2    
    W59  
  3 juillet à Saint-Pétersbourg
      W60    
    F1  
   
    E2     Match pour la 3e place
    W55  
  3 juillet à Moscou 14 juillet à Saint-Pétersbourg
      W56    
    H1     L61  
   
    G2       L62  
 

Huitièmes de finaleModifier


Match 49 A1   -   B2 Stade Ficht, Sotchi

21:00 heure locale
(-) Arbitrage :  

Match 50 C1   -   D2 Kazan Arena, Kazan

17:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 51 B1   -   A2 Stade Loujniki, Moscou

17:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 52 D1   -   C2 Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod

21:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 53 E1   -   F2 Stade de Samara, Samara

18:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 54 G1   -   H2 Rostov Arena, Rostov-sur-le-Don

21:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 55 F1   -   E2 Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

17:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 56 H1   -   G2 Stade du Spartak, Moscou

21:00 heure locale
Arbitrage :  


Quarts de finaleModifier


Match 57 W49   -   W50 Stade de Nijni Novgorod, Nijni Novgorod

17:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 58 W53   -   W54 Kazan-Arena, Kazan

21:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 59 W51   -   W52 Stade Ficht, Sotchi

21:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 60 W55   -   W56 Samara Arena, Samara

18:00 heure locale
Arbitrage :  


Demi-finalesModifier


Match 61 W57   -   W58 Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

21:00 heure locale
Arbitrage :  

Match 62 W59   -   W60 Stade Loujniki, Moscou

21:00 heure locale
Arbitrage :  


Match pour la troisième placeModifier


Match 63 L61   -   L62 Stade Krestovski, Saint-Pétersbourg

17:00 heure locale
Arbitrage :  


FinaleModifier


Match 64 - Stade Loujniki, Moscou

18:00 heure locale


Statistiques, classements et buteursModifier

StatistiquesModifier

Les 32 équipes présentes disputent un total de 64 rencontres : 48 au premier tour et 16 dans la phase à élimination directe.

Nombre d'équipes par confédération et par tourModifier

Confédération Phase de groupes Huitièmes

de finale

Quarts

de finale

Demi-finales Finale (dont champion)
UEFA 14
CONMEBOL 5
CONCACAF 3
CAF 5
AFC 5
OFC Aucune équipe
Total 32 16 8 4 2 (1)

Classement de la compétitionModifier

Le classement complet des 32 équipes ayant participé au tournoi prend en compte, en plus du stade de la compétition atteint, le nombre total de points obtenus, puis la différence de buts et enfin le nombre de buts inscrits. Le nombre de points est calculé de la même manière que pour le premier tour, à savoir en attribuant 3 points pour un match gagné, 1 point pour un match nul et 0 point pour une défaite[25].

Classement de la Coupe du monde[26]
Place Nation Stade de la compétition
 
vainqueur
 
finale
 
demi-finale
4
demi-finale
5
quarts de finale
6
7
8
9
huitièmes de finale
10
11
12
13
14
15
16
Place Nation Stade de la compétition
17
premier tour
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
32

Nombre de buts par tourModifier

Tour 1 Tour 2 Tour 3 Sous-total Huitièmes Quarts Demies 3e place Finale Sous-total Total
Buts
Matches 16 16 16 48 8 4 2 1 1 16 64
Moyenne

Nombre de matches par résultatModifier

  • Phase de poules
    • Victoires :
    • Nuls :
  • Phase à élimination directe
    • Temps réglementaire :
    • Prolongation seule :
    • Tirs au but :

Résumé par équipeModifier

Équipe Matches Victoires Nuls Défaites BP BC Diff.     Class. FIFA

avant CDM

Class. FIFA

après CDM

Progression CDM
Vainqueur
finaliste
3e
4e
quarts de finale
quarts de finale
quarts de finale
quarts de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
huitièmes de finale
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour
premier tour

Ballon d'or du meilleur joueurModifier

Le Ballon d'or Adidas est la récompense attribuée au meilleur joueur de la Coupe du monde 2018. Les deuxième et troisième joueurs reçoivent respectivement les Ballons d’Argent et de Bronze.

Place Joueur
 
 
 

Soulier d'or du meilleur buteurModifier

Le Soulier d'or est attribué au meilleur buteur de la compétition. Deux joueurs ou plus à égalité à la fin de la compétition sont départagés au nombre des passes décisives et s’ils sont toujours ex æquo, c’est le joueur ayant passé le moins de temps sur le terrain qui reçoit la récompense[27]. Le nombre de matchs joués et de pénalties sont là uniquement à titre d’information. La colonne « pénalties » indique les pénalties transformés pendant le temps réglementaire ou durant les prolongations : les tirs au but ne sont pas des pénalties. Le trophée représente une chaussure de football de couleur dorée.

Classement du Soulier d'or[28]
Place Joueur Buts marqués Passes déc. Matches joués Minutes jouées Pénalty
 
 
 
4
5
6
7
8
9
10

Équipes-typesModifier

La FIFA en elle-même n’a pas donné d’équipe-type pour la compétition toutefois, deux équipes-types ont été publiées sur le site de la FIFA :

  • Castrol, sponsor de la Coupe du monde, a dévoilé son équipe ;
  • il était également possible de voter pour la Dream Team sur le site de la FIFA.

Top 11Modifier

Castrol, sponsor officiel de la Coupe du monde, a déterminé une équipe de onze joueurs (appelée Castrol Index Top 11) avec le gardien, les quatre défenseurs, les quatre milieux de terrain et les deux attaquants les mieux classés dans un classement constitué à partir de statistiques de jeu (tacle, passe, appel…) recueillies tout au long de la Coupe du monde.

Castrol Index Top 11[29]
Gardiens Défenseurs Milieux Attaquants

Dream TeamModifier

À l’issue d’un vote en ligne ouvert à tous, une équipe appelée Dream Team a été donnée quelques jours après la fin de la compétition.

Dream Team[30]
Gardiens Défenseurs Milieux Attaquants Entraîneur

Récompenses annexesModifier

Prix annexes[31]
Prix Lauréat
Meilleur gardien
Meilleur jeune joueur
Prix du fair-play
But du tournoi[32]
Classement But et buteur
1
2
3

Critiques et contestationsModifier

Tout comme pour les Jeux olympiques d'hiver de 2014 à Sotchi, le choix de la Russie comme pays organisateur de la Coupe du monde de football de 2018 a été critiqué et plusieurs demandes de changement de pays hôte ont été émises, en général par des politiciens de pays occidentaux, mais systématiquement refusées par la FIFA.

Conditions d'attributionModifier

Alors qu'elle est saluée par de nombreuses fédérations nationales de football, la désignation de la Russie pour l'organisation de la Coupe du monde 2018 est suivie de plusieurs polémiques, et ce dès l'annonce du résultat du vote. En effet, le dossier russe est celui qui nécessite le plus d'investissements en termes d'infrastructures, ce qui laisse un doute sur le fait que le pays sera prêt en 2018. L'influence de Vladimir Poutine semble avoir été grande, lui qui était alors Premier ministre russe, a notamment soutenu publiquement la FIFA, dont certains membres ont été accusés de corruption dans le processus de désignation. Des enquêtes réalisées à ce sujet par plusieurs médias anglais comme la BBC ou le Sunday Times pourraient ainsi avoir joué en défaveur de la candidature anglaise. Celle-ci ne récolta que deux voix et fut éliminée dès le premier tour du scrutin.

Il est annoncé en 2015 que les Pays-Bas et la Belgique étudient l'opportunité de déposer une plainte commune contre la FIFA[33]. La KNVB se dit biaisée par le système, car elle avait procédé de manière transparente[34].

Accusations de discriminationModifier

Racisme dans les stadesModifier

Après l'annonce de la désignation de la Russie en tant que pays hôte de la Coupe du monde 2018, Rafal Pankowski, secrétaire général de l'organisation FARE (« le football contre le racisme en Europe »), affiliée à l'UEFA, a accusé la Fédération russe de football de minimiser les chants racistes dans les stades[35]. En octobre 2013, après avoir reçu des chants racistes lors d'un match de Ligue des champions entre le CSKA Moscou et Manchester City, le footballeur ivoirien Yaya Touré a déclaré que les joueurs noirs pourraient boycotter la Coupe du monde 2018 si la Russie n'aborde pas le problème du racisme dans les stades de football[36].

Le , lorsque la Coupe du monde a été remise entre le Brésil et la Russie, le président russe Vladimir Poutine a déclaré : « Le président Blatter met beaucoup d'effort personnel dans les problèmes sociaux et nous espérons que les préparatifs pour la Coupe du monde en Russie contribueront également à des tâches telles que la lutte contre la drogue, le racisme et les autres défis auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui[37]. ».

Iekaterinbourg ArenaModifier

Le stade de Iekaterinbourg ayant été jugé trop petit par la FIFA, son propriétaire a décidé d'installer des tribunes temporaires à l'extérieur du stade faisant peser de sérieux doutes sur les conditions de sécurité.

Liste des diffuseursModifier

  • En Italie, le groupe privé Mediaset (détenu par Silvio Berlusconi) remporte les droits de diffusion pour un montant de 78 millions d'euros. C'est la première fois que la télévision publique, la RAI, ne sera pas autorisée à diffuser des images du mondial[38].

Notes et référencesModifier

  1. « Les dates du match d'ouverture et de la finale du Mondial-2018 », sur Mondial de Football, (consulté le 22 décembre 2014)
  2. « Mondial-2018 : on connait désormais les horaires des matchs », sur Mondial de football, https://plus.google.com/u/0/b/118044244879501073514/+Mondial-de-football (consulté le 5 décembre 2015)
  3. Eurosport, « Le Brésil tient déjà son billet pour la Russie après sa nouvelle démonstration face au Paraguay », sur Eurosport, (consulté le 29 mars 2017)
  4. (en) Blatter: 2018 World Cup should be in N. America, Reuters via espn.com, 28 février, 2007.
  5. « Blatter espère l'Espagne », sur L'Equipe.fr,
  6. « Mondial 2018 : Blatter rejetterait les candidatures conjointes », sur RTBF Sport (rtbf.be), (consulté le 7 juin 2010)
  7. « Bonnes nouvelles pour le comité belgo-hollandais », sur footgoal.net, (consulté le 7 juin 2010)
  8. « La FIFA a choisi la nouveauté avec la Russie en 2018 et le Qatar en 2022. », sur rfi.fr,
  9. « La Russie et le Qatar accueilleront respectivement les Coupes du monde de la FIFA 2018 et 2022 », sur fr.fifa.com,
  10. Michael Bloomberg soutient la candidature américaine, article sur www.rtlinfo.be, consulté le
  11. « Blatter ne veut que des candidatures européennes pour 2018 », sur www.goal.com, (consulté le 27 janvier 2010)
  12. « Présentation de l’emblème officiel depuis la Station spatiale internationale », sur fifa.com,
  13. « L’emblème officiel », sur fifa.com,
  14. « 2018 FIFA World Cup Bid Evaluation Report: Russia », site de la FIFA.
  15. « Le Comité Exécutif se réunit pour la dernière fois de l’année à Tokyo », sur fifa.com, (consulté le 15 décembre 2012)
  16. a, b, c et d Les mentions de nombre de places « 0 ou 1 », « 3 ou 4 » ou « 4 ou 5 » correspondent aux zones où une équipe a joué, avec succès ou non, sa qualification sur un barrage intercontinental. Ainsi, le représentant asiatique, l’Australie, a battu en barrages le représentant nord-américain, le Honduras, et le représentant sud-américain, le Pérou, a battu, toujours en barrages, le représentant océanien, la Nouvelle-Zélande.
  17. 11e phase finale en prenant en compte l’Union soviétique dont elle est l’héritière historique et statistique selon la FIFA mais 4e sans.
  18. La 9e comme Allemagne, les 10 autres comme Allemagne de l'Ouest.
  19. 12e phase finale en prenant en compte la Yougoslavie depuis 1930 dont elle est l’héritière historique et statistique selon la FIFA mais 4e sans la Yougoslavie et 2e sans la Serbie-et-Monténégro.
  20. https://www.tdg.ch/sports/actu/lineker-conduira-tirage-sort-moscou/story/31128761
  21. http://rmcsport.bfmtv.com/football/video-rencontre-avec-victoria-lopyreva-ambassadrice-de-la-coupe-du-monde-2018-1190943.html
  22. « La Commission d’Organisation des Compétitions de la FIFA approuve les procédures du tirage au sort final de Russie 2018 », sur fifa.com, (consulté le 11 octobre 2017)
  23. Gaëtan Willemsen, « Tirage au sort de la Coupe du Monde: les 10 choses à savoir pour épater vos collègues pendant le tirage », sur rtl.be, (consulté le 13 décembre 2017).
  24. « Classement Masculin », sur fifa.com, (consulté le 16 octobre 2017)
  25. « Allemagne 2006 : le classement définitif », sur fifa.com, (consulté le 30 avril 2009)
  26. FIFA p. 101
  27. Règlement d'attribution du Soulier d'Or.
  28. « Le soulier d'or », sur fr.fifa.com, FIFA
  29. Castrol Index Top 11
  30. La Dream Team
  31. « Prix », sur fr.fifa.com, FIFA
  32. « La volée de Rodriguez élue But du Tournoi », sur fr.fifa.com, FIFA
  33. La Belgique et les Pays-Bas envisagent d'attquer la FIFA, L'Équipe, consulté le 28 novembre 2015.
  34. Mondial 2018 : la Belgique et les Pays-Bas n'ont pas effectué de versements illégaux, 7sur7, consulté le 6 juillet 2016.
  35. Syal, « World Cup 2018 win raises Russian racism fears », sur theguardian.com, (consulté le 19 juin 2016)
  36. « Yaya Touré veut boycotter le Mondial russe en 2018 - Football », sur lefigaro.fr, (consulté le 19 juin 2016)
  37. « Russia 2018: Major challenges for next World Cup hosts - BBC News », sur bbc.com (consulté le 19 juin 2016)
  38. « Médias : Pas de Mondial sur la télé publique en Italie ! », sur Sports.fr (consulté le 22 décembre 2017)

Voir aussiModifier