Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir América.
Copa América
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo de la Copa América.
Généralités
Sport Football
Création
Organisateur(s) CONMEBOL
Éditions 45
Participants 10 équipes qualifiées
plus 2 invitations
Site web officiel http://conmebol.com/es/copa-america

Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Brésil Brésil (2019)
Plus titré(s) Drapeau : Uruguay Uruguay (15 titres)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Argentine Norberto Méndez
Drapeau : Brésil Zizinho
(17 buts)[1]
Plus d'apparitions Drapeau : Chili Sergio Livingstone
Drapeau : Brésil Zizinho
(34 matchs)[1]
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition à venir voir :
Copa América 2020

La Copa América (en espagnol : Campeonato Sudamericano Copa América, en portugais : Campeonato Sul-Americano Copa América), la Coupe d'Amérique en français, est la plus importante compétition internationale de football organisée par la CONMEBOL (avec des invitations pour des équipes de la CONCACAF). Elle a lieu alternativement tous les deux, trois ou quatre ans depuis la première édition en 1916. Depuis 1984 et la disparition du British Home Championship, la Copa América est le plus vieux tournoi continental de l'histoire du football. L'actuel tenant du titre est le Brésil, vainqueur en 2019.

Le trophée créé en 1916. Les noms des pays vainqueurs sont inscrits sur le pied.

Le format actuel du tournoi implique douze équipes nationales en compétition sur les sites d'un pays hôte au cours d'une période d'environ un mois. La confédération sud-américaine ne compte que dix membres, des équipes nationales des autres confédérations de la FIFA sont donc invitées à combler les deux places vacantes. Le Mexique, membre de la CONCACAF, est ainsi régulièrement convié depuis sa première participation en 1993. Depuis 1999, des équipes de la Confédération asiatique de football sont également conviées, comme c'est le cas pour le Japon et le Qatar en 2019. En 45 éditions, huit équipes nationales ont remporté le titre. L'Uruguay mène au nombre de victoires avec 15 titres. L'Argentine en possède 14, le Brésil a remporté neuf trophées, le Chili, le Paraguay et le Pérou suivent avec deux titres chacun. Les deux autres champions sont la Bolivie et la Colombie, avec un titre chacun.

La Copa América est un des événements sportifs mondiaux les plus suivis. L'édition 2007 a eu une audience estimée à 530 millions de téléspectateurs en Amérique latine et une audience mondiale cumulée de quatre milliards de personnes à travers 185 pays. Le tenant du titre de la Copa América était invité à participer à l'édition suivante de la Coupe des confédérations[2] avant la suppression de cette dernière en 2019.

HistoireModifier

DébutsModifier

Le football fait son apparition en Amérique du Sud à la fin du XIXe siècle, notamment en Argentine et en Uruguay, par l'intermédiaire des marins et cheminots britanniques. Le premier club de football sud-américain, Gimnasia y Esgrima de La Plata, est créé en 1887. Au début du XXe siècle, le football est de plus en plus populaire. En 1910, une première compétition internationale est organisée entre des équipes nationales du continent à l'occasion du centenaire de la révolution de Mai. Le Chili et l'Uruguay y participent, mais cet événement n'est pas considéré comme officiel par la Confédération sud-américaine de football (fondée en 1916). Pour la célébration du centenaire de son indépendance, l'Argentine organise un nouveau tournoi en juillet 1916, avec le Chili, l'Uruguay et le Brésil. Ce Campeonato Sudamericano de Selecciones (« championnat sud-américain des nations ») est la première édition de ce qui est actuellement connu sous le nom de « Copa América ». L'Uruguay emporte le trophée après un score nul 0-0 avec les hôtes argentins lors du match décisif, joué à l'Estadio Racing Club (en) d'Avellaneda.

 
L'Uruguay remporte les deux premières éditions de la Copa América, la première en 1916 à Buenos Aires et la seconde en 1917 à Montevideo (photo).

Devant le succès du tournoi, un membre de la fédération uruguayenne, Héctor Rivadavia Gómez (en), propose la création d'une confédération regroupant les associations d'Argentine, du Brésil, du Chili et d'Uruguay, et le 9 juillet, jour de l'anniversaire de l'indépendance de l'Argentine, la CONMEBOL est fondée. L'année suivante, la compétition est jouée à nouveau, cette fois-ci en Uruguay. L'Uruguay gagne le titre à nouveau après avoir battu l'Argentine 1-0 lors du dernier match. Le succès du tournoi sur le sol Charrúan aide à sa consolidation. Une épidémie de grippe à Rio de Janeiro conduit au report de l'édition 1918, le Brésil accueille finalement le tournoi en 1919 et est couronné pour la première fois en venant à bout des champions en titre 1-0 grâce à un but d'Arthur Friedenreich au terme d'une finale qui dure 150 minutes. La ville chilienne de Viña del Mar accueille l'événement en 1920, remporté à nouveau par l'Uruguay.

Lors de l'édition 1921, le Paraguay participe pour la première fois après que sa fédération s'est affiliée à la CONMEBOL plus tôt la même année. L'Argentine remporte la compétition pour la première fois grâce aux buts de Julio Libonatti. Dans les années suivantes, l'Uruguay domine le tournoi, qui est à l'époque le plus grand tournoi de football au monde avec celui des Jeux olympiques. Cependant, l'Argentine n'est pas loin derrière et conteste la suprématie de la Celeste. Après avoir perdu la finale des Jeux olympiques de 1928 à Amsterdam, l'Argentine se venge lors de la Copa América 1929 en battant les Uruguayens dans le dernier match décisif. Pendant cette période, la Bolivie et le Pérou font leurs débuts dans le tournoi respectivement en 1926 et 1927.

Désorganisation et intermittenceModifier

Après la première Coupe du monde disputée en Uruguay en 1930, l'inimitié entre les fédérations d'Uruguay et d'Argentine empêche le déroulement de la compétition continentale pendant plusieurs années. Il faut attendre 1935 pour voir se jouer une édition spéciale de l'événement, officiellement rétabli en 1939. Le Pérou est le pays hôte de l'édition 1939 et remporte le titre pour la première fois après une victoire 2-1 sur l'Uruguay. L'Équateur fait ses débuts à cette occasion.

Le Chili accueille l'édition de 1941 à l'occasion du quatrième centenaire de la fondation de Santiago pour lequel la capacité de l'Estadio Nacional est passée de 30 000 à 70 000 spectateurs. Malgré d'importants investissements et une première victoire en ouverture, les Chiliens sont battus lors du dernier match par les futurs champions, l'Argentine. L'Uruguay accueille et remporte l'édition 1942. Le Chili est à nouveau l'hôte en 1945 et passe tout près de disputer le titre avec l'Argentine, mais le Brésil ruine les espoirs chiliens lors du dernier match, l'Argentine remporte le tournoi une fois encore sur le sol chilien.

 
Les Carasucias (« visages sales »), surnom de l'Argentine qui remporte la Copa América 1957.

La compétition entre ensuite dans une période de grand bouleversement. Le championnat n'est pas joué sur une base régulière et de nombreuses éditions sont dites non officielles, n'étant considérées comme officielles que bien plus tard par la CONMEBOL. L'Argentine est la première (et jusqu'ici la seule) équipe à gagner trois titres consécutifs en remportant les championnats de 1945, 1946 et 1947. Après ces trois tournois annuels, la compétition reprend son rythme bisannuel, puis sur trois voire quatre ans. Il y a même deux tournois organisés en 1959, un en Argentine et un second en Équateur. Pendant cette période, certaines équipes nationales délaissent le tournoi, d'autres ne participent pas chaque année, d'autres envoient des équipes de jeunes. Lors de l'édition de 1959 qui s'est tenue en Équateur, le Brésil présente une équipe de l'État du Pernambouc. La Bolivie remporte pour la première fois le tournoi qu'elle accueille en 1963, mais elle est défaite lors du tournoi 1967 par les néophytes vénézuéliens. En 1959, la création de la Copa Libertadores affecte également la façon dont le tournoi est perçu par ses participants.

Après huit ans d'absence, la compétition reprend en 1975 et est officiellement nommée « Copa América ». Le tournoi n'a alors pas de pays hôte, tous les matchs sont joués sur toute l'année dans chaque pays. Neuf équipes participent à la phase de groupes, les champions en titre étant directement qualifiés pour les demi-finales. Le tournoi a par la suite lieu tous les quatre ans, utilisant ce système jusqu'en 1987.

La nouvelle Copa AméricaModifier

En 1986, la CONMEBOL décide le retour à un pays hôte et à un calendrier bisannuel. Depuis la Copa América 1987, l'événement est organisé tous les deux ans à tour de rôle par les dix membres de la confédération. Le format reste inchangé avec une première phase de groupes, mais la phase finale varie entre un nouveau groupe final de format « toutes rondes » ou un système à élimination directe pour déterminer le vainqueur. Ce renouvellement aide le tournoi, qui commence une couverture télévisuelle en Europe et en Amérique du Nord. L'édition 1987 a lieu en Argentine, qui n'avait plus abrité la compétition depuis 28 ans. Malgré son statut de favoris en tant que championne du monde en titre, l'Argentine termine à une décevante quatrième place, battue par les champions continentaux en titre uruguayens en demi-finale. L'Uruguay bat une surprenante équipe chilienne qui parvient en finale après avoir surclassé le Brésil 4-0 en phase de groupes.

 
Entrée des joueurs en demi-finale de la Copa América 2007, pour la première fois au Venezuela.

Le Brésil soulève son premier titre international officiel depuis la Coupe du monde 1970 en remportant la Copa América 1989 sur son sol. L'Argentine, à son tour, remporte la Copa América 1991 au Chili, après 32 ans d'attente, grâce à une équipe rajeunie menée par le prolifique buteur Gabriel Batistuta. La Copa América 1993 en Équateur fait prendre au tournoi sa forme actuelle. En plus des dix équipes habituelles, la CONMEBOL invite deux pays de la CONCACAF, le Mexique et les États-Unis. L'Argentine défend son titre avec succès.

L'Uruguay parvient à gagner la compétition à domicile en 1995, mettant fin à une période de déclin pour le football uruguayen. Avec la mise en œuvre de la rotation des pays hôtes, la Colombie, le Paraguay et le Venezuela accueillent le tournoi pour la première fois. Le Brésil entre dans une période faste, remportant quatre des cinq titres continentaux entre 1997 et 2007. Le premier, en 1997, est gagné en battant l'hôte bolivien par trois buts à un. Le Brésil défend son titre avec succès en 1999 en battant l'Uruguay 3-0 à Asuncion. Cependant, la Copa América 2001 voit l'une des plus grandes surprises de l'histoire du tournoi avec l'élimination du Brésil par le Honduras en quart-de-finale. La Colombie, pays hôte, remporte la compétition pour la première fois.

Après la contre-performance de 2001, le Brésil se rétablit dans le panthéon sud-américain en disposant de l'Argentine aux tirs au but en finale de la Copa América 2004 au Pérou. Trois ans plus tard, les deux équipes se rencontrent à nouveau en finale, cette fois au Venezuela. Encore une fois, le Brésil sort vainqueur en écrasant l'Argentine 3-0.

L'Argentine accueille la compétition de 2011 et est sortie par l'Uruguay en quarts de finale aux tirs au but. L'Uruguay vainc le Pérou en demi-finale pour atteindre la finale et corriger le Paraguay 3-0, remportant ainsi le trophée sur le sol argentin pour la troisième fois et la deuxième fois de rang. À noter qu'au cours de cette édition, le Paraguay parvient en finale sans avoir gagné un seul match, et en ne marquant aucun but après être sorti des poules.

L'édition 2015 voit le premier sacre continental du Chili, pays organisateur du tournoi, qui s'impose en finale face à l'Argentine (0-0 a.p. 4 tab 1). L'histoire se répète l'année suivante puisque le Chili retrouve l'Argentine lors de la finale de la Copa América Centenario et s'impose à nouveau après la séance des tirs au but (0-0 a.p. 4 tab 2). C'est la quatrième finale ratée par les Argentins depuis 2004.

Trente ans après le tournoi de 1989, le Brésil accueille pour la cinquième fois la compétition et remporte la Copa América 2019 en battant le Pérou en finale (3-1). En outre, la CONMEBOL décide que la Copa América se déroulerait suivant le même calendrier que l'Euro à partir de 2020. Elle confie l'organisation de ce prochain tournoi conjointement à l'Argentine et à la Colombie[3].

PalmarèsModifier

Palmarès du Championnat sud-américain de football (1916-1967) puis de la Copa América (depuis 1975)
Édition Année Hôte(s) Vainqueur   Score Finaliste   Troisième   Score Quatrième Buteur
1re 1916   Argentine   Uruguay 0-0   Argentine   Brésil 1-1   Chili   Isabelino Gradín (3)
2e 1917   Uruguay   Uruguay (2) 1-0   Argentine   Brésil 5-0   Chili   Ángel Romano (4)
3e 1919   Brésil   Brésil 1 - 0 ap   Uruguay   Argentine 4-1   Chili   Neco
  Arthur Friedenreich (4)
4e 1920   Chili   Uruguay (3) 1-1   Argentine   Brésil 1-0   Chili   Ángel Romano
  José Pérez (3)
5e 1921   Argentine   Argentine 1-0   Brésil   Uruguay 1-2   Paraguay   Julio Libonatti (3)
6e 1922   Brésil   Brésil (2) 3 - 0   Paraguay   Uruguay 1-0   Argentine   Julio Francia (4)
7e 1923   Uruguay   Uruguay (4) 2-0   Argentine   Paraguay 1-0   Brésil   Pedro Petrone
  Vicente Aguirre (3)
8e 1924   Uruguay   Uruguay (5) 0-0   Argentine   Paraguay 3-1   Chili   Pedro Petrone (4)
9e 1925   Argentine   Argentine (2) 4-1

2-2

  Brésil   Paraguay   Manuel Seoane (6)
10e 1926   Chili   Uruguay (6) 2-0   Argentine   Chili 5-1   Paraguay   David Arellano (7)
11e 1927   Pérou   Argentine (3) 3-2   Uruguay   Pérou 3-2   Bolivie   Roberto Figueroa (4)
12e 1929   Argentine   Argentine (4) 4-1   Paraguay   Uruguay 4-1   Pérou   Aurelio González Benítez (5)
13e 1935   Pérou   Uruguay (7) 3-0   Argentine   Pérou 1-0   Chili   Herminio Masantonio (4)
14e 1937   Argentine   Argentine (5) 2 - 0 ap   Brésil   Uruguay 2-4   Paraguay   Raúl Toro (7)
15e 1939   Pérou   Pérou 2-1   Uruguay   Paraguay 5-1   Chili   Teodoro Fernández (7)
16e 1941   Chili   Argentine (6) 1-0   Uruguay   Chili 1-0   Pérou   Juan Marvezzi (5)
17e 1942   Uruguay   Uruguay (8) 1-0   Argentine   Brésil 1-1   Paraguay   Herminio Masantonio
  José Manuel Moreno (7)
18e 1945   Chili   Argentine (7) 3-1   Brésil   Chili 1-0   Uruguay   Norberto Méndez
  Heleno de Freitas (6)
19e 1946   Argentine   Argentine (8) 2-0   Brésil   Paraguay 2-1   Uruguay   José María Medina (7)
20e 1947   Équateur   Argentine (9) 6-0   Paraguay   Uruguay 6-0   Chili   Nicolás Falero (8)
21e 1949   Brésil   Brésil (3) 7 - 0   Paraguay   Pérou 3-0   Bolivie   Jair Rosa Pinto (9)
22e 1953   Pérou   Paraguay 3 - 2   Brésil   Uruguay 2-3   Chili   Francisco Molina (7)
23e 1955   Chili   Argentine (10) 1-0   Chili   Pérou 2-1   Uruguay   Rodolfo Micheli (8)
24e 1956   Uruguay   Uruguay (9) 2-1   Chili   Argentine 0-1   Brésil   Enrique Hormazábal (4)
25e 1957   Pérou   Argentine (11) 3-0   Brésil   Uruguay 5-3   Pérou   Humberto Maschio
  Javier Ambrois (9)
26e 1959   Argentine   Argentine (12) 1-1   Brésil   Paraguay 2-1   Pérou   Pelé (8)
27e 1959   Équateur   Uruguay (10) 5-0   Argentine   Brésil 3-1   Équateur   José Sanfilippo (6)
28e 1963   Bolivie   Bolivie 2-0   Paraguay   Argentine 3-0   Brésil   Carlos Alberto Raffo (6)
29e 1967   Uruguay   Uruguay (11) 1-0   Argentine   Chili 4-2   Paraguay   Luis Artime (5)
30e 1975   Pérou (2) 0 - 1

2 - 1
1 - 0[4]

  Colombie   Brésil

  Uruguay

  Leopoldo Luque
  José Ernesto Díaz (4)
31e 1979   Paraguay (2) 3 - 0

0 - 1
0 - 0 ap[4],[5]

  Chili   Brésil

  Pérou

  Jorge Peredo
  Eugenio Morel (4)
32e 1983   Uruguay (12) 2 - 0

1 - 1

  Brésil   Paraguay

  Pérou

  Carlos Aguilera
  Jorge Burruchaga
  Roberto Dinamite (3)
33e 1987   Argentine   Uruguay (13) 1 - 0   Chili   Colombie 2 - 1   Argentine   Arnoldo Iguarán (4)
34e 1989   Brésil   Brésil (4) 1-0   Uruguay   Argentine 0-0   Paraguay   Bebeto (6)
35e 1991   Chili   Argentine (13) 3-2   Brésil   Chili 1-1   Colombie   Gabriel Batistuta (6)
36e 1993   Équateur   Argentine (14) 2 - 1   Mexique   Colombie 1 - 0   Équateur   José Luis Dolgetta (4)
37e 1995   Uruguay   Uruguay (14) 1 - 1
5 − 3 tab
  Brésil   Colombie 4 - 1   États-Unis   Gabriel Batistuta
  Luis García Postigo (4)
38e 1997   Bolivie   Brésil (5) 3 - 1   Bolivie   Mexique 1 - 0   Pérou   Luis Hernández (6)
39e 1999   Paraguay   Brésil (6) 3 - 0   Uruguay   Mexique 2 - 1   Chili   Rivaldo
  Ronaldo (5)
40e 2001   Colombie   Colombie 1 - 0   Mexique   Honduras 2 - 2
5 − 4 tab
  Uruguay   Víctor Aristizábal (6)
41e 2004   Pérou   Brésil (7) 2 - 2
4 − 2 tab
  Argentine   Uruguay 2 - 1   Colombie   Adriano (7)
42e 2007   Venezuela   Brésil (8) 3 - 0   Argentine   Mexique 3 - 1   Uruguay   Robinho (6)
43e 2011   Argentine   Uruguay (15) 3 - 0   Paraguay   Pérou 4 - 1   Venezuela   Paolo Guerrero (5)
44e 2015   Chili   Chili 0 - 0
4 − 1 tab
  Argentine   Pérou 2 - 0   Paraguay   Paolo Guerrero
  Eduardo Vargas (4)
45e 2016   États-Unis   Chili (2) 0 - 0
4 − 2 tab
  Argentine   Colombie 1 - 0   États-Unis   Eduardo Vargas (6)
46e 2019   Brésil   Brésil (9) 3 - 1   Pérou   Argentine 2 - 1   Chili   Paolo Guerrero
  Everton (3)
47e 2020   Argentine
  Colombie
48e 2024   Équateur

En italique : les scores obtenus lors d'éditions disputés en formule "championnat". Il peut s'agir du dernier match, mais pas forcément, donc le terme de "finale" est souvent impropre. Cependant le résultat du match "au sommet" entre le premier et le second a presque toujours été décisif pour l'attribution du titre. Le score entre le troisième et le quatrième en revanche est parfois moins significatif.

StatistiquesModifier

Classement perpétuel 1916-2019Modifier

Points (*) Part. Matchs Buts Niveau atteint dans le top 4
Rang Équipe Total Pts/mat. J G N P p. c. diff. Titre finale 1/2 f.
1   Argentine 285 1,46 42 195 123 39 33 462 179 +283 14 28 35
2   Uruguay 256 1,27 44 201 110 36 55 406 220 +186 15 21 35
3   Brésil 243 1,32 36 184 103 37 44 418 201 +217 9 20 30
4   Paraguay 166 0,97 37 172 62 42 68 256 297 -41 2 8 22
5   Chili 163 0,89 39 183 66 31 86 288 311 -23 2 6 22
6   Pérou 149 0,97 32 154 56 37 61 220 241 -21 2 3 16
7   Colombie 115 0,98 22 117 45 25 47 135 184 -49 1 2 8
8   Bolivie 66 0,57 27 115 20 26 69 106 288 -182 1 2 4
9   Équateur 55 0,45 28 121 16 23 82 129 318 -189 2
10   Mexique 51 1,06 10 48 19 13 16 66 62 +4 2 5
11   Venezuela 31 0,47 18 66 8 15 43 50 174 -124 1
12   Costa Rica 13 0,76 5 17 5 3 9 17 31 -14
13   États-Unis 12 0,67 4 18 5 2 11 18 29 -11 2
14   Honduras 7 1,17 1 6 3 1 2 7 5 +2 1
15   Japon 3 0,50 2 6 0 3 3 6 15 -9
16   Panama 2 0,67 1 3 1 0 2 4 10 -6
17   Qatar 1 0,33 1 3 0 1 2 2 5 -3
18   Jamaïque 0 0 2 6 0 0 6 0 9 -9
19   Haïti 0 0 1 3 0 0 3 1 12 -11

(*) Victoire = 2 points, nul = 1 point (y compris pour les matchs conclus par une séance de tirs au but), défaite = 0 point

Classement selon le tour atteintModifier

Rang Équipe Vainqueur Finaliste 3e place 4e place Titres remportés
1   Uruguay 15 6 9 5 1916, 1917, 1920, 1923, 1924, 1926, 1935, 1942, 1956, 1959, 1967, 1983, 1987, 1995 et 2011
2   Argentine 14 14 5 2 1921, 1925, 1927, 1929, 1937, 1941, 1945, 1946, 1947, 1955, 1957, 1959, 1991 et 1993
3   Brésil 9 11 7 3 1919, 1922, 1949, 1989, 1997, 1999, 2004, 2007 et 2019
4   Paraguay 2 6 7 7 1953 et 1979
5   Chili 2 4 5 11 2015 et 2016
6   Pérou 2 1 8 5 1939 et 1975
7   Colombie 1 1 4 2 2001
8   Bolivie 1 1 0 2 1963
9   Mexique 0 2 3 0
10   Honduras 0 0 1 0
11   Équateur 0 0 0 2
-   États-Unis 0 0 0 2
13   Venezuela 0 0 0 1

Pays ayant déjà participéModifier

En tant que membre de la CONMEBOLModifier

En tant qu'invitéModifier

Depuis 1993, la CONMEBOL invite des sélections étrangères à participer à la Copa América. En tout, dix sélections différentes se sont vues invitées et concourir dans ce tournoi :

Plusieurs sélections ont dû par contre décliner l'invitation :

  • Les États-Unis furent invités entre 1997 et 2007 mais durent décliner l'invitation car cela posait des problèmes de calendrier avec celui de la MLS. Cependant le 30 octobre 2006, la fédération américaine confirma sa participation pour le tournoi 2007.
  • Pour l'édition 2001, le Canada fut invité mais se retira à cause d'un manque de sécurité. Il a finalement été remplacé par le Honduras.
  • En 2011, le Japon renonça à cause de difficultés pour récupérer les joueurs japonais évoluant en Europe et aussi en raison du tremblement de terre qui a touché le Japon cette même année. La CONMEBOL invita à nouveau le Japon pour la Copa América 2015 qui déclina l'invitation au profit de la Chine[6]. Mais la Chine fut dans l'impossibilité d'y répondre car cela tombait aux mêmes dates que les éliminatoires de la Coupe du monde de football 2018. Finalement c'est la Jamaïque qui hérita de la place offerte[7].
  • L'Espagne, invitée pour 2011 en tant que championne du monde, déclina l'invitation pour ne pas interrompre les vacances de ses joueurs[8].

Meilleurs buteursModifier

Note: En gras les joueurs encore en activité.
Classement mis à jour après l'édition 2019.

 
L'Argentin Norberto Méndez est l'un des buteurs historiques du tournoi avec 17 réalisations lors du triplé de l'Argentine en 1945, 1946 et 1947.
Joueur Sélection Buts Éditions disputées
Norberto Méndez   Argentine 17 1945, 1946, 1947
Zizinho   Brésil 17 1942, 1945, 1946, 1949, 1953, 1957
Teodoro Fernández   Pérou 15 1935, 1937, 1939, 1941, 1942, 1947
Severino Varela   Uruguay 15 1937, 1939, 1942
Paolo Guerrero   Pérou 14 2007, 2011, 2015, 2016, 2019
Gabriel Batistuta   Argentine 13 1991, 1993, 1995
José Manuel Moreno   Argentine 13 1941, 1942, 1947
Jair   Brésil 13 1945, 1946, 1949
Ademir   Brésil 13 1945, 1946, 1949, 1953
Héctor Scarone   Uruguay 13 1917, 1919, 1923, 1924, 1926, 1927, 1929
Eduardo Vargas   Chili 12 2015, 2016, 2019
Roberto Porta   Uruguay 12 1939, 1941, 1942, 1945
Ángel Romano   Uruguay 12 1916, 1917, 1919, 1920, 1921, 1922, 1924, 1926
Herminio Masantonio   Argentine 11 1935, 1942
Didi   Brésil 11 1953, 1957, 1959 (A)
Víctor Ugarte   Bolivie 11 1947, 1949, 1953, 1959 (A), 1963
Javier Ambrois   Uruguay 10 1956, 1957
Ángel Labruna   Argentine 10 1946, 1955, 1956
Ronaldo   Brésil 10 1995, 1997, 1999
Enrique Hormazábal   Chili 10 1953, 1955, 1956
Óscar Gómez Sánchez   Pérou 10 1953, 1955, 1956, 1959 (A)
Héctor Castro   Uruguay 10 1926, 1927, 1929, 1935
Pedro Petrone   Uruguay 10 1923, 1924, 1927, 1929
Arnoldo Iguarán   Colombie 10 1979, 1983, 1987, 1989, 1991

Sélectionneurs vainqueursModifier

Année Sélectionneur vainqueur Champions
1916   Alfredo Foglino /   Jorge Pacheco   Uruguay
1917   Ramón Platero   Uruguay
1919   Haroldo Domingues   Brésil
1920   Ernesto Fígoli   Uruguay
1921   Pedro Calomino   Argentine
1922   Laís   Brésil
1923   Leonardo De Lucca   Uruguay
1924   Ernesto Meliante   Uruguay
1925   Américo Tesoriere   Argentine
1926   Ernesto Fígoli /   Andrés Mazali   Uruguay
1927   José Lago Millán   Argentine
1929   Francisco Olazar /   Juan José Tramutola   Argentine
1935   Raúl Blanco   Uruguay
1937   Manuel Seoane   Argentine
1939   Jack Greenwell   Pérou
1941   Guillermo Stábile   Argentine
1942   Pedro Cea   Uruguay
1945   Guillermo Stábile   Argentine
1946   Guillermo Stábile   Argentine
1947   Guillermo Stábile   Argentine
1949   Flávio Costa   Brésil
1953   Manuel Fleitas Solich   Paraguay
1955   Guillermo Stábile   Argentine
1956   Hugo Bagnulo   Uruguay
1957   Guillermo Stábile   Argentine
1959   Victorio Spinetto /   José Della Torre /   José Barreiro   Argentine
1959   Juan Carlos Corazzo   Uruguay
1963   Danilo Alvim   Bolivie
1967   Juan Carlos Corazzo   Uruguay
1975   Marcos Calderón   Pérou
1979   Ranulfo Miranda   Paraguay
1983   Omar Borrás   Uruguay
1987   Roberto Fleitas   Uruguay
1989   Sebastião Lazaroni   Brésil
1991   Alfio Basile   Argentine
1993   Alfio Basile   Argentine
1995   Héctor Núñez   Uruguay
1997   Mário Zagallo   Brésil
1999   Vanderlei Luxemburgo   Brésil
2001   Francisco Maturana   Colombie
2004   Carlos Alberto Parreira   Brésil
2007   Dunga   Brésil
2011   Óscar Tabárez   Uruguay
2015   Jorge Sampaoli   Chili
2016    Juan Antonio Pizzi   Chili
2019   Tite   Brésil

Records individuelsModifier

L'attaquant uruguayen du Nacional Angel Romano est le seul joueur à avoir été champion d'Amérique du Sud à six reprises (en 1916, 1917, 1920, 1923, 1924 et 1926, finaliste en 1919). Les suivants Héctor Scarone et José Nasazzi avec quatre victoires (1917, 1923, 1924 et 1926 pour l'un ; 1923, 1924, 1926 et 1935 pour l'autre), ainsi que Pascual Somma (1916, 1917, 1920 et 1923, finaliste en 1919). Scarone a en plus disputé un total de six finales et Nasazzi dut attendre six années entre 1929 et 1935 pour rejouer dans cette compétition.

Guillermo Stábile a remporté six titres en tant qu'entraîneur (1941, 1945, 1946, 1947, 1955 et 1957).

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) « Most matches in the Copa América », sur rsssf.com
  2. (en) 2005/2006 season: final worldwide matchday to be 14 May 2006, FIFA.com. 19 décembre 2004.
  3. (es) Rob Harris, « Argentina-Colombia, sede conjunta para Copa América 2020 », sur www.elnuevoherald.com, (consulté le 14 mars 2019).
  4. a et b Match d'appui.
  5. Le Paraguay est déclaré vainqueur à la différence de buts
  6. La Chine invitée, https://www.lequipe.fr, 3 mars 2014.
  7. Copa América 2015: le Mexique et la Jamaïque invités, http://www.sambafoot.com, 31 mai 2014.
  8. Espagne : Pas de Copa America, http://www.football365.fr, 14 octobre 2011.

Voir aussiModifier