Josselin (Morbihan)

commune française du département du Morbihan

Josselin [ʒɔslɛ̃] Écouter est une commune française, située dans le département du Morbihan en région Bretagne.

Josselin
Josselin (Morbihan)
Le cœur historique de Josselin, avec son château des Rohan sur les rives de l'Oust.
Blason de Josselin
Blason
Josselin (Morbihan)
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Intercommunalité Ploërmel Communauté
Maire
Mandat
Nicolas Jagoudet
2020-2026
Code postal 56120
Code commune 56091
Démographie
Gentilé Josselinais, Josselinaise
Population
municipale
2 535 hab. (2021 en augmentation de 1,6 % par rapport à 2015)
Densité 566 hab./km2
Population
agglomération
11 700 hab.
Géographie
Coordonnées 47° 57′ 24″ nord, 2° 32′ 50″ ouest
Altitude 30 m
Min. 32 m
Max. 93 m
Superficie 4,48 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Josselin
(ville isolée)
Aire d'attraction Josselin
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Ploërmel
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Josselin
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Josselin
Géolocalisation sur la carte : Morbihan
Voir sur la carte topographique du Morbihan
Josselin
Géolocalisation sur la carte : Bretagne (région administrative)
Voir sur la carte administrative de Bretagne (région administrative)
Josselin
Liens
Site web Site officiel de la commune

La commune de Josselin est labellisée Petite Cité de caractère[1], villes et villages fleuris quatre fleurs ainsi que Village étape depuis 2012.

Géographie

modifier

Localisation

modifier

La ville de Josselin est située sur les rives de l'Oust, une rivière dont le cours canalisé constitue une section du canal de Nantes à Brest. Josselin se situe à 12 km à l'ouest de Ploërmel, à 34 km à l'est de Pontivy, à 44 km au nord de Vannes, à 73 km au nord-est de Lorient et à 81 km à l'ouest de Rennes[2]. La voie express Lorient-Rennes (Nationale 24) contourne l'agglomération par le nord. La commune a une superficie de seulement 4,48 km2 et son territoire se limite pour l'essentiel à l'agglomération proprement dite.

 
Carte de Josselin et des communes avoisinantes.
Communes limitrophes de Josselin
Forges de Lanouée La Croix-Helléan
 
Guégon Guillac
 
Carte de Josselin (contours de la commune en orange).

Relief et hydrographie

modifier
 
L'Oust à Josselin.

La ville de Josselin est située de part et d'autre de la vallée de l'Oust, la partie principale étant sur la rive gauche, au nord de la vallée (le site a probablement été choisi à l'origine pour son intérêt défensif) ; seul l'ancien faubourg de Sainte-Croix est sur la rive droite, au sud de la vallée. La commune est vallonnée, présente un dénivelé important d'environ 60 mètres entre les hauteurs du plateau (93 mètres pour l'altitude maximale située dans la quartier de Sainte-Croix au niveau de la Butte Saint-Laurent, moins pour le centre-ville situé vers 60 à 70 mètres d'altitude) et la vallée de l'Oust, le cours d'eau coulant vers 35 mètres d'altitude. Le château a été construit directement sur la rive gauche de l'Oust tandis que la cité médiévale s'est développée à proximité du château, sur la colline cernée au sud par l'Oust, à l'ouest par le Crasseux et à l'est par un petit cours d'eau, la Minette, sur les rives duquel se trouve le principal jardin public de la ville, vaste de 6 hectares, le Jardin du Bois d'Amour, qui contient notamment un conservatoire de rhododendrons ; ces deux derniers cours d'eau étant des affluents de rive gauche de l'Oust. L'île de Beaufort, enserrée entre deux bras de l'Oust, se situe au sud-ouest de la ville.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[3]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Bretagne orientale et méridionale, Pays nantais, Vendée, caractérisée par une faible pluviométrie en été et une bonne insolation[4]. Parallèlement l'observatoire de l'environnement en Bretagne publie en 2020 un zonage climatique de la région Bretagne, s'appuyant sur des données de Météo-France de 2009. La commune est, selon ce zonage, dans la zone « Intérieur Est », avec des hivers frais, des étés chauds et des pluies modérées[5].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,5 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 860 mm, avec 12,9 jours de précipitations en janvier et 6,6 jours en juillet[3]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Ploërmel à 12 km à vol d'oiseau[6], est de 12,0 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 767,2 mm[7],[8]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[9].

Transports

modifier
 
Le canal de Nantes à Brest au début du XXe siècle près du château de Josselin (carte postale, collection Émile Hamonic).

Le canal de Nantes à Brest (Oust canalisé) traverse la ville, passant dans sa partie sud. Deux écluses se trouvent sur le territoire de Josselin, dont celles de Josselin (écluse n° 35), de Beaufort (écluse n° 36)[10] ; celle de Caradec (écluse n° 37) se trouve proche de la limite ouest de la commune, mais sur le territoire de Lanouée. Le port fluvial de Josselin est une escale touristique ; on peut y accéder depuis Arzal, via Redon en remontant la Vilaine, puis l'Oust, ou depuis Lorient, via le Blavet, Pontivy et le canal de Nantes à Brest.

Par voie routière, Josselin est desservie par la voie expresse RN 24 qui vient de Rennes, contourne la ville par le nord et continue en direction de Lorient ; trois échangeurs desservent Josselin : La Belle Alouette (Josselin-est), Josselin Nord (Josselin-centre) et La Rochette (Josselin-ouest). La ville est aussi traversée par la D 764 (en direction de Pontivy) et par la D 793 vers Mohon en direction du nord et la D 4 vers Val d'Oust en direction du sud-est.

Josselin a été desservie par voie ferroviaire par la Compagnie des Chemins de fer du Morbihan, la ville se trouvant sur la ligne à voie métrique allant de Ploërmel à Pontivy via Moulin-Gilet (en Moréac) où un embranchement permettait de se diriger vers Locminé, puis Baud ou Vannes mais cette ligne, ouverte en 1902, ferma en 1947.

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier
 
Josselin vue depuis le clocher de la basilique.

Josselin est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13]. Elle appartient à l'unité urbaine de Josselin, une unité urbaine monocommunale[14] de 2 495 habitants en 2017, constituant une ville isolée[15],[16].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Josselin, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 4 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[17],[18].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires artificialisés (61,1 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (49,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones urbanisées (47,8 %), zones agricoles hétérogènes (14,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (13,3 %), terres arables (12,1 %), prairies (8,3 %), forêts (4,3 %)[19]. L'évolution de l'occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie

modifier

Josselin doit son nom à Josselin de Porhoët, vicomte de Rennes et seigneur de Porhoët, bâtisseur du château. Son père, Guethenoc, en avait quant à lui édifié l'abbaye.

Les attestations anciennes sont Goscelinus castellum en 1066[20], Castrum et castellum de Goscelini en 1080[21], Castro et Castellanum Joscelini au XIe siècle[22], Castrum Guoscelini en 1129, Castri Iocelini en 1371, puis Jocelin en 1406, Jocelyn en 1453, Josselino en 1453 et enfin Gosselin en 1630[23].

Le nom en gallo de la commune est Jocelein, Jocelin ou Joczelein[réf. souhaitée], la forme Josilin[24],[23] se fonde sur la phonétique française.

Histoire

modifier

Moyen Âge et Renaissance

modifier
 
Le château vu des quais de l'Oust.
 
La découverte de la statue de Notre-Dame du Roncier (vitrail de la basilique Notre-Dame du Roncier).
 
Château de Josselin vu depuis le clocher de la basilique.

Josselin est une ville probablement créée aux alentours de l'an mil par Guethenoc, vicomte de Porhoët[25], bien qu'une voie gallo-romaine traversait déjà la ville pour faire la jonction avec les plus importantes cités gallo-romaines d’Armorique. Le vicomte de Porhoët aurait fait construire en ce lieu un premier château en bois vers l'an et qui sera détruit, comme la basilique et l'ensemble de la ville, par le roi Henri II Plantagenêt en [26]. Son fils Goscelinus, dit aussi Josselin de Porhoët, donne son nom à la nouvelle forteresse, Castellum Goscelini, d'où Château-Josselin puis Josselin, le bourg castral qui offre une relative sécurité.

Selon la légende, en , un laboureur découvre une statue de bois dans les ronces (Notre-Dame-du-Roncier) qui permit à sa fille, aveugle de naissance, de retrouver la vue[27]. À la suite de ce miracle, une chapelle (les premiers documents la désignent sous le nom de « Notre-Dame du Château »[28]), puis une église (dont il reste certains chapiteaux datant du XIIe siècle) et enfin une basilique sont construites à l'endroit de cette découverte.

Le c'est dans l'église Notre-Dame que Beaumanoir et ses chevaliers vinrent prier la Madone avant d'engager le Combat des Trente qui se déroula à mi-chemin entre Josselin et Ploërmel lors de la guerre de Cent Ans[29]. Dans cette église, reconstruite au XVe siècle par Marguerite de Rohan[Note 3] (veuve de Jean IV de Beaumanoir et remariée avec Olivier V de Clisson), devenue basilique au XIXe siècle, une fresque rappelle ce combat des Trente. Malgré la conversion des Rohan au protestantisme, cette église est sans conteste le premier lieu de pèlerinage de Bretagne méridionale jusqu'à la construction du sanctuaire de Sainte-Anne-d'Auray au XVIIe siècle[28].

Olivier V de Clisson (sa fille Béatrix de Clisson épouse Alain VIII de Rohan) acquiert la seigneurie en 1370 et fait construire une imposante citadelle munie de huit tours et d'un donjon haut de 90 mètres. Son arrière-petit-fils, Jean II de Rohan la transforme en un logis de style Renaissance remarquable notamment par sa façade de granit sculpté.

La pauvreté documentaire de cette période ne permet pas de bien saisir le rythme et les étapes de cet encellulement lié à la construction de ce château et au pardon de Notre-Dame du Roncier, mais il correspond à une entreprise des Rohan de défrichement, de concentration et de domination des hommes[30].

Grâce à une conjoncture économique favorable, au développement d'un espace géographique immédiat, aux moyens d'accès et de sécurité et à ses capacités d'accueil, la cité devient un centre commercial important. L'afflux de marchands et de paysans nécessite l'édification d'une cohue[31]. Ville drapante renommée, elle a le privilège de députer aux états de Bretagne sous l'Ancien Régime[32].

En 1488 le duc François II fit démanteler le château, mais on le fortifia à nouveau en 1589 ; ce qui n'empêcha pas, lors des Guerres de la Ligue, les troupes de la Ligue de s'en emparer et le duc de Mercœur d'en faire une de ses principales places d'armes[33].

Temps modernes

modifier

Bannis de Josselin en raison de leur conversion à la religion protestante (c'est la vicomtesse douairière de Rohan, Isabeau d'Albret, veuve de René Ier de Rohan et sœur du roi de Navarre Henri II, qui favorisa la propagation du calvinisme dans ses domaines en 1560), les Rohan perdent un temps leurs droits sur le fief de Josselin, mais Henri IV les leur restitue.

En 1629 Richelieu, qui menait une politique visant à assurer la suprématie du pouvoir royal au détriment des Grands, fit démanteler le donjon du château. La famille de Rohan, convertie au protestantisme sous l'influence de Marguerite de Navarre, sœur du roi François Ier, s'oppose au pouvoir royal. Pour punir Henri II de Rohan, le cardinal de Richelieu ordonne le démantèlement du château et fait démolir le donjon, ainsi que trois tours. Croisant le duc Henri de Rohan dans l'antichambre du roi, il lui dit victorieux : « Monsieur le duc, je viens de jeter une bonne boule dans votre jeu de quilles ! »

 
Les fortifications de Josselin vers 1750 (collection de Robien, Bibliothèque municipale de Rennes).

La ville qui était fortifiée depuis le XIe siècle, voit ses murailles reconstruites au gré des destructions dues aux attaques que subit la ville au cours des siècles. Ces fortifications qui tombaient en ruine sont finalement démolies dans la seconde partie du XVIIIe siècle.

On pénétrait dans Josselin par plusieurs portes :

  • au nord par la porte Saint-Martin qui était également appelée porte de Haut. Elle donnait accès au faubourg Saint-Martin par un pont dormant enjambant les douves. Elle était flanquée de deux tourelles, appelées casemates, qui étaient couvertes d'ardoises et sa voûte abritait en temps de paix de petites boutiques ;
  • à l'est, la porte Saint-Nicolas qui donnait accès au faubourg Saint-Nicolas. Cette porte est détruite, en 1777, afin d'élargir la route reliant Ploërmel à Pontivy ;
  • à l'ouest, la porte du Lion qui conduisait au faubourg de Glatinier ou étaient regroupés un grand nombre d'artisans drapiers. Les riches marchands de toile du Pays de Léon séjournaient à Josselin et y envoyaient leurs enfants apprendre le commerce et la langue française. Le nom de porte du Léon transformé au fil du temps en porte du Lion vient probablement de cette présence et du titre de prince de Léon que portait le duc de Rohan.

Un couvent des Ursulines est fondé en 1646[34].

 
Carte de Cassini de Josselin (1789).

Jean-Baptiste Ogée écrit en 1778 que Josselin compte alors 3 500 habitants et quatre paroisses : Notre-Dame, Sainte-Croix, Saint-Martin et Saint-Nicolas. Il précise aussi que la cure de Notre-Dame est à l'alternative, celles de Saint-Martin et Saint-Nicolas présentées par l'évêque et que Sainte-Croix est un prieuré desservi par un prêtre séculier à portion congrue et qu'on trouve à Josselin, les abbayes de chanoines réguliers (en plus l'abbaye de Saint-Jean-des-Prés se trouvait à proximité, mais sur le territoire de la paroisse de Guillac), de bénédictines, les couvents des Carmes et des Ursulines, un hôpital, une communauté de ville avec droit de député aux États de Bretagne, une subdélégation, une brigade de maréchaussée, deux postes, l'une aux lettres, l'autre aux chevaux et un marché tous les samedis ». Il narre aussi de manière détaillée l'histoire de Josselin[35].

Révolution française

modifier

Josselin est chef-lieu du district de Josselin de 1790 à 1795, où siégeait une commission militaire révolutionnaire.

L'église Notre-Dame du Roncier est pillée et la statue miraculeuse livrée aux flammes lors de la Terreur ; quelques fragments de la statue furent sauvés[29].

En , une bande de Chouans conduite par de Boulainvilliers coupa les Arbres de la liberté dans les paroisses autour de Montfort, Josselin et Ploërmel[36]. Le une troupe d'insurgés, vêtue de rouge, forte de 100 à 150 hommes, fit le siège de Josselin ; la ville n'était plus guère fortifiée, mais ses portes tenaient encore debout et ses murs d'enceinte, vieux et branlante, étaient encore continus ; les Chouans, au nombre probablement de 4 500 environ, commandés par le Chevalier de Tinténiac, s'emparèrent des faubourgs Saint-Nicolas et Saint-Martin, les pillant et incendiant quelques maisons ; mais la garnison défendant la ville, aidée par des colonnes de secours venues de Ploërmel et Loudéac parvint finalement à les repousser ; les combats auraient fait 6 morts et 15 blessés graves dans les rangs des « Bleus » et 8 morts et 7 « charretées » de blessés chez les « Rouges », lesquels furent soignés dans des hôpitaux improvisés, notamment au château de Kerguéhennec[37].

Les aboyeuses de Josselin

modifier
 
Une « aboyeuse » de Josselin (carte postale ND Photo, avant 1918).

Les aboyeuses de Josselin étaient des femmes qui entraient en transe lors du pèlerinage de Notre-Dame du Roncier à Josselin. Les sons rauques, animaux, semblables à des aboiements, qu'elles produisaient pendant leur crise sont à l'origine de cette appellation.

Selon la légende, en 808, un paysan découvrit une statue de la Vierge dans un champ de ronces, près de Josselin. La statue aurait provoqué la guérison de sa fille, puis d'autres personnes. Notre-Dame du Roncier devint vite célèbre et fut richement dotée dès le Moyen Âge par les seigneurs du Porhoët, puis par les Rohan ; au XVIIe siècle, le pèlerinage attire des milliers de pèlerins le jour de la Pentecôte. En 1728, des enfants de Camors, victimes d'un mal étrange (ils crient en aboyant comme des chiens) sont guéris, puis d'autres personnes, des femmes principalement (« en proie à de curieuses crises de folie, la bouche écumant, les yeux à demi-fermés, émettant des râles ressemblant à des aboiements de chien »), d'où le nom de « pardon des aboyeuses ». Ce mal non identifié par la médecine subsiste jusque vers 1950[38].

Ce phénomène, parfois vu comme un mouvement d'hystérie collective[39], est étayé par de nombreux témoignages, de 1728 à 1953. Notre-Dame du Roncier était jadis invoquée contre les crises d'épilepsie. De nos jours, le « pardon des aboyeuses » reste fréquenté, mais les autorités religieuses l'ont déplacé au 8 septembre.

Le XIXe siècle

modifier

Bonaparte, alors Premier Consul, demande le 15 prairial an XI ( à son ministre de la justice Régnier de demander des renseignements sur les maires et curés de Josselin et des communes voisines, « ainsi que sur la situation de l'esprit public de ces communes et ceux des habitants qui pourraient être soupçonnés » de correspondre avec Georges Cadoudal[40].

 
La statue (refaite) de Notre-Dame du Roncier.

Au XIXe siècle, deux curés s'efforcent de ressusciter le pèlerinage, tombé en désuétude depuis la Révolution française : Maingu fit couronner le sous le pontificat de Pie IX la statue (refaite) de Notre-Dame du Roncier et Louis Simon obtint le du pape Léon XIII un bref d'érection de l'église en basilique mineure[29].

A. Marteville et P. Varin, continuateurs d'Ogée, indiquent en 1843 que la commune est « formée des quatre anciennes paroisses de Josselin » ; pour une superficie totale de 454 ha, les terres labourables occupaient 231 ha, les prés et pâturages 72 ha, les bois 7 ha, les vergers et jardins 36 ha, les landes et incultes 31 ha et la superficie bâtie 10 ha ; deux moulins à eau Beaufort et Craneuc (l'inventaire du patrimoine culturel breton a recensé 7 moulins à eau et un à vent ayant existé à un moment ou à un autre sur le territoire de Josselin[41]). Ils écrivent aussi que « Josselin a perdu sous le rapport de l'industrie ; comme toute la Bretagne, il a été laissé de côté par les nouvelles inventions ; cependant il y existe encore des tanneries, des moulins à tan, quelques fabriques de gros draps et de chandelles. Ces fabriques ont des débouchés dans toute la Basse Bretagne et précisent aussi qu'il y a foire le dernier samedi de chaque mois et grande foire la veille de la Pentecôte[42].

L'hôpital-hospice de Josselin était tenu par les Sœurs de la Sagesse. En 1885, sœur Saint-Fortunat[Note 4] en fut nommée directrice et le resta au moins jusqu'en 1910, date à laquelle est fut décorée de la Médaille de l'Assistance[43] en raison de son zèle et de son dévouement pendant toutes ces années au chevet des malades[44].

Le XXe siècle

modifier

La Belle Époque

modifier

Une épidémie de scarlatine se produit à Josselin fin mai 1900[45]. Le pardon de Notre-Dame du Roncier attirait de nombreux pèlerins : par exemple l'assistance à celui du , présidé par l'évêque de Vannes, Mgr Latieule, est évaluée à plus de 10 000 personnes. « À la procession de l'après-midi, on remarquait au premier rang M. le duc de Rohan, maire, accompagné de ses adjoints. La décoration des rues de Josselin était splendide. Le soir, les illuminations étaient magnifiques »[46].

En 1908, la construction d'un abattoir municipal est demandée car les abattoirs privés de certains bouchers sont « de véritables cloaques infectant leur quartier. (...) La santé des habitants l'exige et leur intérêt aussi de toute façon. Car si Josselin attire tant de touristes chaque année, si bon nombre de retraités y élisent domicile pour leurs vieux jours, ce n'est pas précisément la propreté qui les y engage »[47].

En 1905, 14 religieuses de l'établissement de Josselin des Filles de la Sagesse furent poursuivies devant les tribunaux pour « infraction à la loi sur les congrégations » car elles continuaient à vivre en commun, mais elles furent finalement acquittées[48].

La Première Guerre mondiale

modifier

Le monument aux morts de Josselin porte les noms de 104 soldats morts pour la France pendant la Première Guerre mondiale ; parmi eux 2 (Eugène Bouix et François Layeux) sont morts en Belgique dès 1914 ; Henri Guillois et Louis Martin sont morts de maladie alors qu'ils étaient en captivité en Allemagne ; tous les autres sont morts sur le sol français, huit d'entre eux (Henri Allain, Frédéric Billy, Armand Brajeul, Joseph Grandvalet, Lucien Le Coq, Georges Le Gall, Emmanuel Nouvel, Georges Philippe ) ayant été décorés à la fois de la Médaille militaire et de la Croix de guerre et deux (Josselin de Rohan-Chabot[49], député, et Alain Jamyot de la Haye) de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre ; Alphonse Bernalin a été fait officier de la Légion d'honneur[50].

L'Entre-deux-guerres

modifier
 
Le monument aux morts de Josselin : le coq sommital.
 
Le monument aux morts de Josselin : vue d'ensemble.

Le monument aux morts de Josselin date de 1920 ; conçu par l'architecte A. Lafargue, il est édifié par l'entrepreneur M. Tripon Joubard, de Josselin ; surmonté d'un coq en bronze, il porte l'inscription : « La ville de Josselin à ses enfants morts pour la France »[51].

En 1926, « le vieux dôme d'ardoises coiffant disgrâcieusement la tour-forteresse de la basilique menace ruine » et il faut démolir le tiers de la superficie de l'église ; mais l'argent manque pour procéder à une véritable restauration : le chanoine Lanco parcourt le pays du Porhoët et parvient à obtenir des dons en nature (notamment les chênes et châtaigniers nécessaires à la reconstruction, amenés à pied d'œuvre par les donateurs ou leurs voisins), la main-d'œuvre étant en partie fournie par des corvées volontaires de fidèles[29].

Le pardon de Notre-Dame du Roncier est alors très fréquenté comme en témoigne par exemple celui du  : le journal L'Ouest-Éclair titre : « Le grand pardon de Josselin. Une foule immense a participé aux fêtes du 68e anniversaire du couronnement de N.-D. du Roncier »[52].

Josselin est alors une ville dont les foires et marchés restent très animés.

La Seconde Guerre mondiale

modifier
 
La réunion du « Comité consultatif de Bretagne » tenue au château de Josselin le (journal L'Ouest-Éclair du ).

Le monument aux morts de Josselin porte les noms de 14 personnes mortes pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale ; parmi elles François Rouxel, mort des suites de ses blessures aux Pays-Bas au printemps 1940 ; cinq résistants FFI : Ernest Coquentin et Joseph Hedan (morts accidentellement), Adolphe Gabellec (adjudant de gendarmerie à Josselin, mortellement blessé lors des combats du maquis de Saint-Marcel)[53], Georges Le Berd (fusillé), Alphonse Texier (déporté et mort au camp de concentration de Neuengamme le )[54] ; Robert Moisan (membre des Forces aériennes françaises libres, disparu au large de la Hollande le ) et René Michel (saint-cyrien, combattant des Forces françaises libres, tué le lors de la Campagne d'Italie), tous deux décorés de la Légion d'honneur et de la Croix de guerre)[50].

Des résistants furent torturés dans la clinique Saint-Martin en 1943 et 1944. Un monument commémoratif « aux fusillés et aux résistants », situé place Saint-Martin, rappelle le souvenir de 14 personnes[55], dont 7 furent fusillées par les Allemands le dans la cour de la clinique Saint-Martin et du sergent parachutiste SAS Jacques Detroy[56] tué le à Josselin[57].

L'après Seconde Guerre mondiale

modifier

Deux soldats originaires de Josselin sont morts pour la France pendant la guerre d'Indochine et un pendant la guerre d'Algérie[50].

Économie

modifier
 
Les abattoirs JPA.

L'économie de Josselin repose essentiellement sur deux secteurs : l'agro-alimentaire grâce à la présence d'un établissement des abattoirs JPA [Josselin porc abattage une filiale du groupe Les Mousquetaires] (ex-Gad), et le tourisme favorisé par l'organisation d'une fête médiévale tous les deux ans, et la présence du château et de nombreux bâtiments anciens. Le centre-ville est consacré au tourisme, avec de nombreux restaurants et des boutiques d'artisans et d'artistes.

Politique et administration

modifier
 
La mairie de Josselin.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? octobre 1947 Henri Chérel    
octobre 1947 mars 1959 Georges Lamour   Pharmacien
mars 1959 mars 1965 Armand Ollitrault   Négociant en métaux
mars 1965 mars 2001 Josselin de Rohan RPR puis
UMP
Administrateur civil
Sénateur du Morbihan (1983 → 2011)
Conseiller général (1982 → 1998)
mars 2001 28 mai 2020 Joseph Séveno RPR puis
UMP-LR
Principal de collège
28 mai 2020 En cours Nicolas Jagoudet[59] LR[60] Chef d’entreprise
Conseiller départemental (2021 → )

Population et société

modifier

Démographie

modifier

Évolution démographique

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[61]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[62].

En 2021, la commune comptait 2 535 habitants[Note 16], en augmentation de 1,6 % par rapport à 2015 (Morbihan : +3,21 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 1122 5592 6922 7402 6542 8792 7563 0912 808
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 6453 1512 7662 6042 7122 6512 6312 4482 453
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 5002 2542 3512 1352 2382 0992 1952 2602 328
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 2312 2832 6112 5482 3382 4192 5822 4692 504
2021 - - - - - - - -
2 535--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[63] puis Insee à partir de 2006[64].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges

modifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 27,4 %, soit en dessous de la moyenne départementale (31,2 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 40,1 % la même année, alors qu'il est de 31,3 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 174 hommes pour 1 324 femmes, soit un taux de 53 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,51 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[65]
HommesClasse d’âgeFemmes
2,9 
90 ou +
5,8 
13,0 
75-89 ans
19,8 
19,5 
60-74 ans
18,8 
19,6 
45-59 ans
17,7 
14,7 
30-44 ans
13,1 
14,0 
15-29 ans
11,6 
16,3 
0-14 ans
13,4 
Pyramide des âges du département du Morbihan en 2020 en pourcentage[66]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,8 
90 ou +
2,1 
8,2 
75-89 ans
11,5 
20,1 
60-74 ans
21,1 
20,8 
45-59 ans
20,2 
17,2 
30-44 ans
16,4 
15,5 
15-29 ans
13,1 
17,4 
0-14 ans
15,5 

Culture et patrimoine

modifier

Langue bretonne

modifier

À la rentrée 2017, 74 élèves étaient scolarisés dans la filière bilingue catholique[67].

Lieux et monuments

modifier

Josselin adopte une structure fréquente dans les villes bretonnes qui se développent aux XIe et XIIe siècles : un château, une église castrale dédiée à Notre-Dame comme Vitré, Lamballe ou Moncontour, une enceinte urbaine et, dans les différents faubourgs, des fondations monastiques.

Patrimoine religieux

modifier
  • La Fontaine Notre-Dame-du-Roncier encore dénommée « Fontaine Miraculeuse », datée de 1675 et restaurée en 1958, est une fontaine-mur inscrite monument historique en 1928.
  • La chapelle Sainte-Croix fondée en 1060 au lieu-dit le prieuré par Josthon de Porhoët dont la nef du XIe siècle à chevet plat, la tour massive et la chapelle latérale ont été inscrites monuments historiques le [74]. Elle possède un patrimoine mobilier religieux important (maître-autel, statues, bénitier, etc.[75]).
  • L'église Saint-Martin, qui dépendait du prieuré Saint-Martin de Josselin fondé en 1105, est devenue paroissiale vers 1400. Elle est très remaniée au XVIIe siècle, la nef est détruite au XIXe siècle et une chapelle est reconstruite à sa place. Elle est importante pour l'architecture romane bretonne car reproduit le véritable plan bénédictin. Elle est inscrite monument historique le [76].
  • Le couvent de Carmes Saint-Joachim dit de la Retraite, des Sœurs de la Sagesse, est construit à partir de 1640, agrandi en 1750 et la chapelle est reconstruite en 1975[77].
  • Il ne reste que des vestiges restaurés du couvent des Ursulines Notre-Dame qui se sont établies en 1646.
  • La chapelle de bénédictins, dite de la Congrégation, a été construite à partir de 1702 et surmontée d'un clocheton au XIXe siècle.

Patrimoine civil

modifier

Dans le château se trouve le musée des poupées et des jouets de Josselin.

Le centre de la ville entre la basilique et le château est constitué de maisons médiévales à colombages et de maisons en pierres.

 
L'Office du tourisme.

Ont été inscrits monuments historiques :

Certains autres bâtiments sont datés de 1538, 1634, 1653, 1680, 1683, 1754, 1769

Patrimoine environnemental

modifier
 
L'Oust et la rue du Canal en amont du Château.

L'Oust forme, avec les anciens remparts, la limite de la ville médiévale.

Le Mail constitue une promenade arborée en cœur de ville.

Josselin possède quatre fleurs au concours national des villes et villages fleuris depuis 2020[93],[94]. Ce concours prend en compte les efforts menés par la ville dans le cadre de l'embellissement des espaces publics mais aussi pour son engagement écologique.

La commune ne compte aucune zone ou espace protégé que ce soit une zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF), un site Natura 2000, etc.[95]. Cela s’explique par la faible superficie du territoire de la commune conjuguée à son importante urbanisation.

Équipements de proximité

modifier

La ville de Josselin dispose d'équipements sportifs en libre accès, comme un terrain multisports en aluminium[96].

Héraldique

modifier

Les armoiries de Josselin se blasonnent ainsi :
parti au un de Clisson, et au deux du comté de Porhoët c'est-à-dire parti, au un de gueules au lion d’argent couronné et lampassé d’or ; au deux, aussi de gueules au château d’or de trois tours, ajouré de sable, au franc-canton d’hermine.

Personnalités liées à la commune

modifier

Jumelages

modifier

Notes et références

modifier
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Marguerite de Rohan, fille d'Alain VII de Rohan.
  4. Désirée Corbière, en religion sœur Saint-Fortunat, née le aux Moutiers-sur-le-Lay (Vendée).
  5. Joseph Yves Roüault de Couësquélan, né le à Loudéac, décédé le au château de Saint-Jean-des-Prés en Guillac
  6. Jean-Baptiste Chaye, né le à Ménéac, décédé le à Rennes.
  7. Joachim Gaillard, né le à Ploërmel, décédé le à Josselin.
  8. Antoine Dominique Le Cottier, né le à Josselin, décédé.
  9. Philippe Joseph Bourgogne, né le à Méounes-les-Montrieux (Var), décédé le à Josselin.
  10. Alphonse Le Gal, né le à Josselin, décédé le à Josselin.
  11. Paul Paulus, né le à Wantzenau (Bas-Rhin), décédé le à Josselin.
  12. Auguste Pierre Danet, né le à Josselin, décédé.
  13. Ferdinand Bourgogne, né vers 1833, décédé.
  14. Aristide Delebecque, né le à Josselin, décédé le à Josselin.
  15. Jean-Marie Le Maignan de Kerangat, né le à Josselin, décédé le à Josselin.
  16. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. « Josselin », sur Petites cités de caractère (consulté le ).
  2. sur le site Lion 1906 : Localisation Interactive Orthodromie et Navigation
  3. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  4. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  5. « Les zones climatiques en Bretagne. », sur bretagne-environnement.fr, (consulté le )
  6. « Orthodromie entre Josselin et Ploërmel », sur fr.distance.to (consulté le ).
  7. « Station Météo-France « Ploërmel » (commune de Ploërmel) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  8. « Station Météo-France « Ploërmel » (commune de Ploërmel) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  9. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  10. « Site de l'écluse de Beaufort (écluse n° 36 du Canal de Nantes à Brest, située à Josselin) », sur pop.culture.gouv.fr, (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Unité urbaine 2020 de Josselin », sur insee.fr (consulté le ).
  15. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. Vianney Costemalle, « Toujours plus d'habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Josselin », sur insee.fr (consulté le ).
  18. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l'aire d'attraction d'une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  20. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France: Tome 3, page 1698 (ISBN 2600028846).
  21. Dans le cartulaire de Redon.
  22. Dans les archives du Prieuré de Saint-Martin situé à Josselin.
  23. a et b « Résultats concernant « Laillé » », sur la base KerOfis, Office public de la langue bretonne (consulté le ).
  24. Fiche descriptive de la ville de Josselin sur Geobreizh.
  25. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 74.
  26. « Le château de Josselin et sa cité de caractère - Vos Plus Belles Destinations », Vos Plus Belles Destinations,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. Charles Jeannel, Les aboyeuses de Josselin, 1855, rééd. 2019 Stéphane Batigne Éditeur (ISBN 9791090887671).
  28. a et b « Église paroissiale, dite basilique Notre-Dame-du-Roncier (Josselin) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  29. a b c et d « Le chanoine Lanco et la basilique du Roncier », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le ).
  30. Daniel Pichot, « Encellulement et villages de l'ouest français (XIe-XIIIe s.)», dans C. Laurent, B. Merdrignac, D. Pichot (sous la direction de), Mondes de l'Ouest et villes du monde. Regards sur les sociétés médiévales. Mélanges en l'honneur d'André Chédeville, Presses universitaires de Rennes, 1998, p. 445-456
  31. Le duc Jean V, en 1429, autorise Alain VIII de Rohan à y édifier une cohue. Le duc de Bretagne a en effet le privilège d'instituer un marché ou une foire. Il s'y intéresse de très près car on y perçoit des droits variés (droits de cohuage et d'estalage) et ces lieux privilégiés de négoce permettent une surveillance et une juridiction spéciales. Les grands seigneurs, tels les Rohan, avides de profits, sont eux-mêmes désireux d'obtenir concession de foires puis de les gérer au mieux.
  32. Michel Duval, Foires et marchés en Bretagne à travers les siècles, Editions Breizh hor bro, , p. 154.
  33. François-Marie Cayot-Délandre, Le Morbihan. Son histoire et ses monuments, Les Éditions du Bastion, , page 355.
  34. « Les Ursulines de Josselin », sur infobretagne.com (consulté le ).
  35. Jean-Baptiste Ogée, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, vol. 2, Nantes, Vatar Fils Aîné, (lire en ligne), pages 213 à 238.
  36. Jean Gallet, "Les paysans en guerre", éditions Ouest-France, 1988 (ISBN 2-7373-0157-2).
  37. J. Le Falher, Le siège de Josselin, juillet 1795 : épisode de l'histoire de l'"Armée rouge" d'après des documents inédits, Vannes, (lire en ligne), pages 8 à 16.
  38. Erwan Chartier-Le Floch et Christian Le Corre, "Clichés armoricains (1870-1930). Une Bretagne pittoresque et insolite", Coop Breizh, 2017, (ISBN 978-2-84346-822-3).
  39. Yves-Marie Bercé, Esprits et démons. Histoire des phénomènes d'hystérie collective, Librairie Vuibert, 2018 (ISBN 9782311101645).
  40. Napoléon Ier, Correspondance de Napoléon I, t. 8, 1858-1869 (lire en ligne), page 427.
  41. « Les moulins sur la commune de Josselin », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  42. A. Marteville et P. Varin, Dictionnaire historique et géographique de la province de Bretagne, t. 1, Rennes, Molliex, (lire en ligne), pages 370-371.
  43. « Médaille d'honneur de l'Assistance publique », sur france-phaleristique.com (consulté le ).
  44. « Josselin. Une religieuse décorée », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , page 3 (lire en ligne, consulté le ).
  45. « Josselin. Mesures préventives », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  46. « Les fêtes de Josselin », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , p. 3 (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Josselin. On demande un abattoir municipal », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , page 4 (lire en ligne, consulté le ).
  48. « Les congrégations et l'amnistie », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , page3 (lire en ligne, consulté le ).
  49. « Un service à Josselin à la mémoire du duc de Rohan », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , p. 2 (lire en ligne, consulté le ).
  50. a b et c https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?act=view&insee=56091&pays=France&dpt=56&idsource=1484&table=bp&lettre=&fusxx=&debut=0
  51. « France (Morbihan) JOSSELIN (56120) », sur monument morts.univ-lille.fr, (consulté le ).
  52. « Le grand pardon de Josselin. Une foule immense a participé aux fêtes du 68e anniversaire du couronnement de N.-D. du Roncier », Journal L'Ouest-Éclair,‎ , page 5 (lire en ligne, consulté le ).
  53. « GABELLEC Adolphe, Joseph », sur maitron.fr (consulté le ).
  54. « Liste de déportés politiques nés ou arrêtés dans le Morbihan », sur memoiredeguerre.free.fr (consulté le ).
  55. « Josselin (Morbihan), clinique Saint-Martin, 3 août 1944 », sur maitron.fr (consulté le ).
  56. https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=75579&dpt=56
  57. https://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/resultcommune.php?idsource=75261&dpt=56
  58. « Josselin. Les obsèques de M. le docteur Attila maire de Josselin », Le Ploërmelais,‎
  59. « Municipales à Josselin. Nicolas Jagoudet nouveau maire de la commune », sur Ouest-France, 29ami 2020 (consulté le ).
  60. Élections sénatoriales de 2017- Morbihan, sur Politiquemania, août 2017
  61. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  62. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  63. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  64. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  65. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Josselin (56091) », (consulté le ).
  66. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département du Morbihan (56) », (consulté le ).
  67. http://www.opab-oplb.org/98-kelenn.htm
  68. « Eglise Notre-Dame-du-Roncier », notice no PA00091312, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  69. « Eglise Paroissiale Notre-Dame-du-Roncier », notice no IA00121572, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Église paroissiale, dite basilique Notre-Dame-du-Roncier (Josselin) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  70. « tombeau d'Olivier de Clisson, connétable de France et de Marguerite de Rohan, sa femme », notice no PM56000409, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  71. « tombeau (gisant, grandeur nature), d'olivier de Clisson, de marguerite de Rohan », notice no IM56003462, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  72. Joseph-Marie Le Mené, Histoire archéologique, féodale et religieuse des paroisses du diocèse de Vannes, .
  73. « Étymologie et histoire de Josselin. Patrimoine de Josselin », sur infobretagne.com. com (consulté le ).
  74. « Eglise Sainte-Croix », notice no PA00091313, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Chapelle Sainte-Croix (Josselin) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  75. « Le patrimoine mobilier de la chapelle Sainte-Croix (Josselin) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  76. « Eglise Saint-Martin », notice no PA56000057, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture et « Église paroissiale Saint-Martin (Josselin) », sur patrimoine.bzh, (consulté le ).
  77. « Couvent de Carmes Saint-Joachim, puis de Soeurs de la Sagesse, dite de La Retraite, actuellement Maison Saint-Louis-Marie (Josselin) », sur pop.culture.gouv.fr, (consulté le ).
  78. « Maison du XVe siècle », notice no PA00091318, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  79. « Maison datée de 1538 », notice no PA00091317, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  80. « Maison datée de 1602 », notice no PA00091316, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  81. « Maison du XVIe siècle, dite Maison Morice », notice no PA00091320, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  82. « Vieilles maisons », notice no PA00091319, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  83. « Maison du XVIe siècle en bordure de la ruelle prolongeant la rue des Sorciers », notice no PA00091322, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  84. « Maison à pans de bois », notice no PA00091324, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  85. « Deux maisons en pans de bois », notice no PA00091323, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  86. « Maison, 5 rue des Trente », notice no IA00121548, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  87. « Maison, 7 rue des Trente », notice no IA00121515, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  88. « Deux maisons », notice no PA00091321, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  89. « Immeuble, 3 rue des Devins », notice no PA00091315, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  90. « Maison dite Hôtel d'Aumont », notice no PA56000062, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  91. « Hôtel, 4 rue Olivier-de-Clisson », notice no PA56000007, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  92. « Manoir des Cruyères », notice no IA00121518, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture
  93. « Fleurissement. Une 4è fleur pour Josselin, Missiriac garde la sienne », sur Les Infos du pays gallo, (consulté le ).
  94. « Josselin. Décrocher la 4e fleur, « le fruit d’un travail collectif » », Ouest-France,‎ (lire en ligne).
  95. Pas de résultat pour Josselin sur le site de l’Inventaire national du patrimoine naturel du Muséum national d'histoire naturelle.
  96. http://3rplayground.weebly.com/blog/terrain-multisports-josselin-56

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier