Ouvrir le menu principal

Lanouée

ancienne commune française du département du Morbihan

Lanouée
Lanouée
Le bourg vu du cimetière
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bretagne
Département Morbihan
Arrondissement Pontivy
Canton Ploërmel
Intercommunalité Ploërmel communauté
Maire délégué Gérard Granvalet
Code postal 56120
Code commune 56102
Démographie
Gentilé Lanouéen, Lanouéenne
Population 1 776 hab. (2016 en augmentation de 3,92 % par rapport à 2011)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 00′ 10″ nord, 2° 34′ 50″ ouest
Altitude 68 m
Min. 32 m
Max. 117 m
Superficie 43,76 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Forges de Lanouée
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte administrative du Morbihan
City locator 15.svg
Lanouée

Géolocalisation sur la carte : Morbihan

Voir sur la carte topographique du Morbihan
City locator 15.svg
Lanouée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Lanouée

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Lanouée

Lanouée [lanwe] est une ancienne commune française située dans le département du Morbihan, en région Bretagne, devenue, le , une commune déléguée de la commune nouvelle de Forges de Lanouée.

GéographieModifier

La commune est située au nord du Morbihan, à la limite des Côtes-d'Armor, au cœur du Centre-Est Bretagne. Elle fait partie du canton de Josselin et de l'arrondissement de Pontivy. Elle est bordée, au nord, par la forêt de Lanouée, forêt de 4 000 ha et deuxième plus grand massif forestier de Bretagne. Malgré son nom, la forêt n'est située que marginalement sur le territoire de la commune, sa plus grand superficie se trouvant sur le territoire de la commune voisine des Forges, commune issue d'une scission de celle de Lanouée. Au sud, Lanouée est bordée par la rivière de l’Oust, qui est canalisée sur une bonne partie de son cours, constituant une section du canal de Nantes à Brest.

D’une superficie totale de 4 376 ha, Lanouée s’étend sur une longueur de 10 km de l’est à l’ouest et d'environ 8 km du nord au sud.

La forêt de Lanouée est principalement située dans la commune des Forges.

ToponymieModifier

Le nom de la localité est mentionné sous les formes in plebe nuncupante lanoes en 820 ; Lanoes plebs en l'an 830[1] ; Lannois en 1082, Lannoez en 1239[2].

Le nom breton de la commune est Lannoez.

Lanouée est formé du radical Lan- désignant un ermitage originel, datant sans doute de l'arrivée des Bretons, et de Oez ou Ouez que l'on retrouve aussi dans le nom de famille Houé.

HistoireModifier

On[Qui ?] pense que la forêt abritait en son sein un ermite dans les temps reculés, mais aucune preuve ne nous le confirme. Cependant si l'on prend la toponymie du village, un lieu-dit appelé « l'ermitage » existe bel et bien sur la route qui relie Mohon à Josselin. En ce qui concerne l'existence d'un monastère, le lieu-dit de « la ville ès moines » laisse suggérer un établissement pérenne ou de courte durée d'une communauté monastique dans les parages.

Révolution françaiseModifier

Lanouée en 1789Modifier

« La paroisse contient 2926 habitants, dans ce nombre, il y a 35 individus ne payant pas de taxes, 28 vieillards hors d’état de travailler, 36 infirmes, 242 enfants au-dessous de 14 ans, 306 individus qui ont besoin d’assistance et par ailleurs 200 vagabonds et mendiants qui se trouvent dans cette situation, quelques-uns par défaut de travail, d’autres y ont été amenés par l’ivrognerie ou la chicane, 600 habitants ne paient que pour une ou deux journées de travail, de sorte que les impôts retombent sur ce qui reste »[3].

Le XIXe siècleModifier

L'insurrection légitimiste de 1832Modifier

Lors de l'insurrection légitimiste de 1832, cinquante chouans mirent en déroute une colonne du 43e régiment d'infanterie en forêt de Lanouée. Leur chef, Jean-Marie Caro, né le à Lanouée, scieur de long à Lanouée, fut condamné à mort le pour « avoir fait partie de bandes armées contre l'autorité royale ». Il fut guillotiné le à Rennes[4] ; il était alors âgé de 52 ans[5].

Le XXIe siècleModifier

La commune fusionne avec la commune des Forges au sein de la commune nouvelle de Forges de Lanouée le [6].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790   François Le Gal    
1790 1791 François Marie Guilloux    
1791 1792 Yves DUVERGER    
1792 1797 Jean CHATEL    
1797   François LE GAL    
1797 1800 François Guilloux    
1800 1800 Noël Nagat    
1799 1803 Hamon    
1803 1808 Jean Mathurin Guillemin    
1808 1814 François Marie Guilloux    
1814 1821 Paul Pierre Louis François de Nouquer du Camper    
1821 1828 François Jouan    
1828 1830 Nicolas Marie Bonnet    
1830 1837 Hubert Jollivet    
1837 1843 François Marie Couespel    
1843 1848 Nicolas Marie Bonnet    
1848 1864 Julien Marie Jouan    
1864 1873 Paul Prosper Le Sage    
1873 1878 Mathurin Pichot    
1878 1880 Aimé Jeglot    
1880 1884 Louis Marie Le Breton    
1884 1893 Julien Marie Renaud    
1893 1900 Alexis GUYOT    
1900 1918 Henri Guilloux    
1919 1971 Eugène DENIS    
1971 1977 Joseph DANO    
1977 1989 Joseph GAUTIER    
1989 2008 René Jolivet    
2008 Mars 2009 Joël Guillot    
2009 31 décembre 2018 Gérard Granvalet    
Les données manquantes sont à compléter.

La création de la commune nouvelle de Forges de Lanouée entraîne la création d'une commune déléguée gérée par un maire délégué :

Liste des maires délégués
Période Identité Étiquette Qualité
1er janvier 2019 En cours Gérard Granvalet -  
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 1 776 habitants[Note 1], en augmentation de 3,92 % par rapport à 2011 (Morbihan : +2,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 1242 7792 9023 1103 0523 5503 2133 2813 267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 1873 2203 3423 2133 2183 1882 3522 4032 440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 3202 3042 3052 0582 1072 0782 0021 9261 903
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 8451 8091 7101 7311 6371 6441 6371 6781 763
2016 - - - - - - - -
1 776--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Dans le cartulaire de l'abbaye de Redon, n°50.
  2. « Étymologie et Histoire de Lanouée », sur infobretagne.com (consulté le 23 novembre 2019).
  3. Archives municipales de Lanouée
  4. Joseph Chardonnet, "Rennes et la Haute-Bretagne", éditions France-Empire, 1980
  5. "Détails sur la Vendée. Exécution des deux chefs des chouans, Caro et Guérineau", consultable https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5551249t/f2.image
  6. Arrêté portant création de la commune nouvelle de Forges de Lanouée (publié le 28 décembre 2018)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier

Michel Priziac, Les noms racontent la nature, Kidour-éditions, (ISBN 978-2-917574-27-0), p. 18-19