Josselin de Porhoët

Josselin de Porhoët
Titre de noblesse
Vicomte
Biographie
Décès
Sépulture
Père
Enfants

Josselin Ier (de son nom latin Goscelinus ou franc Gauzilin) est vicomte de Rennes et seigneur de Porhoët de 1032 environ à sa mort en 1074. Il est inhumé à Redon.

BiographieModifier

Fils et successeur de Guethenoc de Porhoët et de son épouse Alarun, Josselin donne son nom à la nouvelle ville de Josselin[1] édifiée autour de son château[2] et de sa fondation religieuse.

Evoluant sous le règne d'Alain III de Bretagne, puis, à partir de 1040, de Conan II de Bretagne, il participe à la bataille d'Hastings et à la conquête de l'Angleterre de Guillaume le Conquérant. Il reçoit des terres dans le Bedfordshire, le Buckinghamshire et le Gloucestershire, et la ville de Caerwent. Il est encore souvent mentionné dans les actes avec le titre de « vicomte de Rennes ». Il est de plus le fondateur vers 1050/1060 du prieuré de Sainte-Croix implanté à proximité de son château et crée en faveur de l'Abbaye Saint-Sauveur de Redon[3]. Il apparaît dans l'acte de donation avec ses fils Mainguy, évêque de Vannes, Roger et Eudon, ainsi que Perennès, l'abbé de Redon.

Profitant de son influence, mais également d'un affaiblissement du pouvoir ducal à partir de Conan II, il a probablement obtenu son accord afin de construire un château sur ses terres familiales de Josselin[4].

Union et descendanceModifier

Il aura pour descendants[5]:

Notes et référencesModifier

  1. Hervé Abalain, Noms de lieux bretons, Éditions Jean-Paul Gisserot, , p. 74.
  2. Augustin Déchaussé (père Anselme), Histoire généalogique et chronologique de la maison royale, vol. 4, Firmin Didot freres, 857 p., p. 50
  3. André Chédeville Noël-Yves Tonnerre La Bretagne féodale XIIe – XIIIe siècle éditions Ouest(France Rennes 1987 (ISBN 9782737300141) p. 158
  4. Arnaud Bourriquen, « Les vicomtes de Rennes et leurs descendants les Porhoët/Rohan face au pouvoir ducal », mémoire de master, 2008, p. 66 à 70.
  5. Guy-Alexis Lobineau, Histoire de Bretagne, vol. 1, veuve François Muguet, (lire en ligne), p. 118

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Article connexeModifier