Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Porhoët (homonymie).
vicomté, puis comté de Porhoët

Xe siècle – 1604

Informations générales
Statut Vicomté, puis comté
Capitale Josselin
Langue Breton, Gallo
Superficie
Superficie ≈ 4 000 km2
Histoire et événements
Xe siècle Constitution de la vicomté sur les terres du comté de Rennes
XIe siècle La vicomté est érigée en comté
1127 Premier morcellement du comté : création de la vicomté de Rohan
1407 Mariage de Béatrix de Clisson et d'Alain VIII de Rohan : le comté passe aux mains de la maison de Rohan
1604 Érection de la vicomté de Rohan en duché-pairie, dans lequel se fond le comté de Porhoët
Vicomtes, puis comtes de Porhoët
1008 - v.1030 Guéthénoc
1040 - 1074 Josselin Ier
1370 - 1407 Olivier V de Clisson
Comtes de Porhoët et vicomtes de Rohan
(1er) 1407 - 1429 Alain VIII de Rohan
(Der) 1579 - 1604 Henri II de Rohan

Entités précédentes :

Entités suivantes :

La vicomté puis comté de Porhoët a pour origine un fief constitué dans l'ouest du comté de Rennes par le vicomte Eudes ou Eudon cité en 987 qui vivait sous le règne de Conan Ier de Bretagne.

Sommaire

Histoire de la vicomtéModifier

Elle apparaît au XIe siècle regroupant plus de 140 paroisses et couvrant près de 4.000 km²[1]. Le premier seigneur dont on connaît le nom s'appelle Guezenoc ou Guéthénoc et construit une motte féodale à Château-Trô dans l'actuelle commune de Guilliers. Il est cité en 1008 au temps du duc Geoffroi Ier.

Son fils, dénommé Josselin (i.e Gauzlin), construit le château qui est à l'origine de la ville du même nom. Le fait que la lignée du breton Guéthénoc/Guézenoc et son épouse Alarun ait utilisé les noms Rorgonides de "Gauzlin (Josselin)" et " Eudes" pour les descendants permet de penser que leur famille était apparentée par les femmes avec cette famille d’origine franque.

Geoffroi de Porhoët, fils d'Eudon Ier qui a succédé à son frère Josselin II, accepte en 1127 de donner à son cadet, Alain la partie occidentale du comté sur la rive droite de l'Oust, sauf Ploërmel et les environs de Josselin, ce qui devient alors la vicomté de Rohan.

Le fils de Geoffroy, Eudon II de Porhoët est le gendre du Duc Conan III de Bretagne et régent à la mort de celui-ci, mais il échoue dans sa tentative d'empêcher Henri II Plantagenêt de prendre pied en Bretagne et de la contrôler définitivement en 1167.

Partition de Porhoet 1239/1240Modifier

 
Domaines des Porhoët au XVe siècle.

Eudon III († 1231), fils de Eudon II ultime représentant de la lignée mâle des Porhoet, ne laisse que de filles pour lui succéder. Le Porhoët est donc partagé entre elles :

Les partages du comté eurent lieu en 1239 et 1240.

  • Raoul III de Fougères obtient 2/3 du Porhoët y compris Josselin et son château, Lanouée et sa forêt avec la paroisse de Mohon.
  • Aliénor et son second époux Pierre de Chemillé eurent les villes de La Trinité-Porhoët de La Chèze avec son château et de Loudéac avec la forêt de ce nom, soit 1/6 de Porhoët.
  • Rien n’indique le nom des propriétés échues à Jeanne de Porhoët et à son mari Montauban qui cependant eurent leur sixième du Porhoët comme Aliénor et Pierre de Chemillé.

Le duc Jean Ier de Bretagne confirma ces partages par une lettre datée de Ploërmel au mois de février 1248.

La part dévolue à Aliénor de Porhoët revint d'abord au fils de son deuxième mariage, Thomas de Chemillé, duquel Alain VI de Rohan - fils du 1er mariage - par l'accord de 1284 acquit son sixième qui de ce fait fut incorporée dans le patrimoine de la Maison de Rohan.

Actuellement on ne connaît pas le sort du sixième de Porhoët accordé à Jeanne et son mari Olivier Ier de Montauban, qui sans doute fut acquis par les Vicomtes de Rohan, qui sous le 12e Vicomte Alain VIII - mort en 1429 - avaient "réuni" Porhoët entièrement.

La part de Raoul III de Fougères qui constitue le « comté de Porhoët » passe comme la baronnie de Fougères à ses héritiers les Lusignan. L'ensemble des biens de cette famille fut confisqué en 1309 par le roi de France Philippe IV le Bel mais il en laissa la jouissance à Yolande de Lusignan sœur du dernier vicomte jusqu'à sa mort en 1314, quand Porhoët fût incorporé à la couronne; donné en 1324 en apanage à la famille d'Alençon et puis acquis en 1370 par Olivier V de Clisson.

Le mariage de sa fille Béatrix de Clisson avec Alain VIII de Rohan permit la réunification du Porhoët entre les mains de la famille de Rohan qui le conserva.

Cette partition explique que le Comté ne compte plus que cinquante-neuf paroisses au XVe siècle. Il s'étend alors des landes de Lanvaux jusqu'au Méné, le pays de Boquen et du cours de l'Oust aux environs de Ploërmel avec comme principaux centres Uzel, Loudéac et La Chèze.

Liste des seigneurs, vicomtes et comtes de PorhoëtModifier

Notes et référencesModifier

  1. Louis Elégoët, Bretagne, une histoire, CRDP de Bretagne, , p. 66.