Ouvrir le menu principal

Félix Auger-Aliassime

joueur de tennis canadien

Félix Auger-Aliassime
Image illustrative de l’article Félix Auger-Aliassime
Carrière professionnelle
2016
Pays Drapeau du Canada Canada
Naissance (18 ans)
Montréal[1],[2],[3]
Taille 1,93 m (6 4)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneurs Guillaume Marx
Frédéric Fontang
Gains en tournois 1 057 826 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 1
Meilleur classement 31e (22/04/2019)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 368e (07/01/2019)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64

Félix Auger-Aliassime, né le à Montréal[1],[2],[3], est un joueur de tennis canadien.

Il devient en 2015 le plus jeune joueur à avoir été classé dans les 800 premiers joueurs mondiaux et le premier joueur né dans les années 2000 à avoir un classement mondial. En février 2019, il devient le premier joueur né en 2000 à intégrer le top 100.

Ses entraîneurs sont Guillaume Marx et Frédéric Fontang.

Sommaire

BiographieModifier

Félix Auger-Aliassime est natif de Montréal[1],[2],[3], mais a grandi à L'Ancienne-Lorette près de la ville de Québec[4]. Son père, Sam, est originaire du Togo et sa mère est québécoise[5]. Il a une sœur aînée, Malika, qui joue également au tennis.

Son père l'initie au tennis à l'âge de quatre ans. Il s'est développé en tant que joueur au fil des années en fréquentant notamment le club de tennis de l'Ancienne-Lorette et l'académie de tennis Hérisset-Bordeleau (Club Avantage) à Québec. Il a ensuite été membre du Centre national de Tennis Canada à Montréal à partir de l'automne 2014.

Il réside à Monte-Carlo. Il pratique aussi le piano et supporte Montréal dans le cadre de la Ligue nationale de hockey.

CarrièreModifier

Classements ATP en fin de saisonModifier

Année 2015 2016 2017 2018
Rang en simple 742   613   162   108
Rang en double 1647   865   991   370

Source : (en) Classements de Félix Auger-Aliassime sur le site officiel de la Fédération internationale de tennis

Parcours juniorModifier

En 2012, il remporte le tournoi Super 12 d'Auray, avec un an d'avance sur sa catégorie d'âge[6],[7].

2015 : US Open en double garçons et Coupe Davis Junior

Il devient en 2015 le plus jeune joueur à avoir été classé dans les 800 premiers joueurs mondiaux et le premier joueur né dans les années 2000 à avoir un classement mondial[8]. Il participe pour la première fois à l'US Open chez les juniors. Il est éliminé au 2e tour en simple mais remporte le tournoi en double avec son compatriote Denis Shapovalov[9] face à la paire américaine Brandon Hold et Riley Smith. Quelques mois plus tard, avec ses compatriotes Denis Shapovalov et Benjamin Sigouin, il permet au Canada de remporter la Coupe Davis Junior.

2016 : US Open en simple garçons

En 2016, lors de l'Open d'Australie, il est éliminé au 3e tour en simple et au 1er tour en double. Il est finaliste du tournoi junior de Roland-Garros, battu par le Français Geoffrey Blancaneaux (1-6, 6-3, 8-6), après avoir obtenu trois balles de match[10]. Il perd au 2e tour en double. À Wimbledon, il est finaliste en double avec Denis Shapovalov et perd contre Stefanos Tsitsipas et Kenneth Raisma. Il remporte ensuite le titre simple junior de l'US Open en l’emportant en deux manches expéditives (6-3, 6-0) sur le Serbe Miomir Kecmanović[11]. Lors de ce tournoi, il atteint également la finale du double junior avec son compatriote Benjamin Sigouin et perd contre Juan Carlos Aguilar et Felipe Meligeni Alves. En Coupe Davis Junior, il perd avec ses compatriotes canadiens Nicaise Muamba et Chih-Chi Huang en finale face à la Russie. Il finit l'année à la 4e place du classement mondial junior.

2015 - 2017. Débuts professionnels, deux titres en ChallengerModifier

En parallèle de sa carrière chez les juniors, Félix Auger-Aliassime entame un parcours dans les tournois Futures et Challenger. En mars 2015, lors du Tournoi Challenger de Drummondville, il devient à 14 ans et demi, le joueur le plus jeune de l'histoire à se qualifier à un tournoi Challenger. À l'issue de ses qualifications, il est contraint d'abandonner à cause de tensions abdominales. Ces qualifications lui permettent néanmoins de devenir le premier joueur né en 2000 à avoir un classement ATP. Quelques mois plus tard, à l'aube de ses 15 ans, il atteint les quarts de finale au Challenger de Granby puis s'incline contre le Japonais Yoshihito Nishioka.

Après sa victoire à Flushing Meadows en simple garçons, Auger-Aliassime passe au niveau professionnel. Frédéric Fontang le rejoint comme entraîneur en novembre 2016[12]. En 2016, il remporte deux tournois Futures. En juin 2017, il remporte le Challenger de Lyon en défaisant Mathias Bourgue en finale (6-4, 6-1)[13]. En septembre 2017, il remporte le Challenger de Séville en battant en finale Íñigo Cervantes (64-7, 6-3, 6-3). Il devient le plus jeune, depuis Rafael Nadal en 2002, à entrer dans le top 200 (168e)[14].

2018. Premiers tournois ATP, 2 titres en ChallengerModifier

L'année 2018 permet au grand public de découvrir Félix Auger-Aliassime. Après avoir intégré le top 200 en 2017, il se rapproche fortement du top 100 grâce à plusieurs performances intéressantes.

Après avoir passé les qualifications, il gagne son premier match sur le circuit ATP contre son compatriote Vasek Pospisil à Indian Wells, puis s'incline au 2e tour face à un autre Canadien, Milos Raonic.

Après des échecs précoces lors de la saison sur terre battue, que ce soit sur le circuit Challenger ou ATP, Félix Auger-Aliassime remporte le tournoi Challenger de Lyon. Il enchaîne alors avec une finale à Blois où le Néerlandais Scott Griekspoor met fin à sa série de neuf victoires consécutives pour seulement deux sets perdus.

Sur le circuit ATP, il bat notamment Andrej Martin au premier tour du tournoi d'Umag, avant de s'incliner face à Andrey Rublev, alors de retour de blessure. À Gstaad, il s'impose face à Guido Andreozzi puis chute devant Viktor Galović.

Sa nouvelle performance retentissante arrive au tournoi de Toronto où il fait chuter Lucas Pouille, membre du top 20[15]. Bien que la saison du Français soit en demi-teinte, la performance atteste du potentiel du Canadien. Ce dernier s'incline d'un rien face à Daniil Medvedev au tour suivant, concédant la défaite au tie-break du troisième set.

Pendant cette saison, il participe pour la première fois à un tournoi du Grand Chelem lors de l'US Open. Il réussit les qualifications mais est contraint d'abandonner au 1er tour face à Denis Shapovalov du fait de palpitations au cœur.

2019. Première finale d'un tournoi ATP, 1/2 finale en Masters 1000 à Miami, entrée dans le top 40Modifier

En février, grâce à une wild card, il participe au tournoi ATP 500 de Rio de Janeiro et atteint sa première finale sur le circuit ATP après avoir battu notamment le 16e mondial Fabio Fognini au premier tour (6-2, 6-3)[16] et Pablo Cuevas en demi-finale (6-3, 3-6, 6-3)[17],[18]. Il s'incline face à Laslo Djere (3-6, 5-7)[19].

Il monte la semaine suivante à la 60e place du classement ATP et devient le premier joueur né en 2000 à intégrer le top 100 mondial[20]. Une semaine plus tard, lors du tournoi du Brésil à São Paulo, il s'incline encore contre Djere, en quart de finale cette fois (2-6, 6-3, 3-6) après des victoires sur Pablo Cuevas et Albert Ramos-Viñolas.

Le 9 mars, lors du Masters d'Indian Wells, il élimine la tête de série no 9 Stéfanos Tsitsipás au 2e tour (6-4, 6-2) en 1 h 17[21]. Ce succès marque sa première victoire sur un membre du top 10 mondial. Au tour suivant, il perd contre le Japonais Yoshihito Nishioka en trois sets (7-62, 4-6, 65-7). Au Masters de Miami, il se qualifie pour le tableau principal puis s'impose contre un autre qualifié Casper Ruud, Márton Fucsovics (6-4, 4-6, 6-0), le Polonais Hubert Hurkacz (7-65, 6-4) en forme également[22] et la tête de série no 17 Nikoloz Basilashvili (7-64, 6-4)[23]. Il atteint ainsi les quarts de finale où il bat en 1 h 48 de jeu Borna Ćorić, tête de série no 13 (7-63, 6-2). Il devient ainsi le plus jeune demi-finaliste masculin de l'histoire du tournoi[24],[25]. Il s'incline au tour suivant face à la tête de série no 7 et tenant du titre John Isner (63-7, 64-7) en 1 h 53 alors qu'il menait lors de chacun des sets[26]. Ce match constitue aussi sa première défaite face à un joueur du top 20, mettant fin à une série de 5 victoires[27]. Ce tournoi lui permet la semaine suivante d'intégrer le top 40 du classement ATP.

Il s'incline au Masters de Monte-Carlo dès le 2e tour face à Alexander Zverev (6-1, 6-4).

PalmarèsModifier

Finale en simpleModifier

No Date Nom et lieu du tournoi Catégorie Dotation Surface Vainqueur Score
1 18-02-2019   Rio Open presented by ClaroRio de Janeiro ATP 500 1 786 690 $ Terre (ext.)   Laslo Djere 6-3, 7-5 Parcours

Palmarès hors du circuit principalModifier

En simpleModifier

En doubleModifier

Parcours dans les tournois du Grand ChelemModifier

En simpleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2017 Q2   Serhiy Stakhovsky
2018 Q2   Jaume Munar 1er tour (1/64)   Denis Shapovalov
2019 Q2   Christopher Eubanks

N.B. : à droite du résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Parcours dans les Masters 1000Modifier

Année Indian Wells Miami Monte-Carlo Madrid Rome Canada Cincinnati Shanghai Paris
2018 2e tour
  M. Raonic
1er tour
  M. Zverev
2e tour
  D. Medvedev
2019 3e tour
  Y. Nishioka
1/2 finale
  John Isner
2e tour
  A. Zverev

N.B. : sous le résultat, se trouve le nom de l'ultime adversaire.

Victoires sur le top 10Modifier

Toutes ses victoires sur des joueurs classés dans le top 10 de l'ATP lors de la rencontre.

Légende
Grand Chelem
Masters
Jeux olympiques
Masters 1000
500 Series
250 Series
Coupe Davis
# F.A.-A. Tournoi Année Surface Adversaire Rang Tour Score
1 no 58   Indian Wells 2019 Dur   Stéfanos Tsitsipás no 10 2e tour 6-4, 6-2

Notes et référencesModifier

  1. a b et c « Un laissez-passer pour Auger-Aliassime à la Coupe Rogers », sur Radio-Canada,
  2. a b et c « Félix Auger-Aliassime, Denis Shapovalov et Vasek Pospisil seront à la Coupe Rogers », sur Réseau des sports,
  3. a b et c (en) « Is Felix Auger-Aliassime Canada's newest tennis sensation? », sur CBC,
  4. Félix Auger-Aliassime écrira son histoire
  5. Le tennis, une histoire de famille chez les Auger-Aliassime
  6. Jessica Lapinski, « Félix Auger-Aliassime, prodige ambitieux », sur journaldemontreal.com, Journal de Montréal,
  7. Joany Dufresne, « Félix Auger-Aliassime, un jeune tennisman prodige », sur quebechebdo.com,
  8. (en) Danielle Rendina, « Meet Felix Auger-Aliassime, the 14-year-old beating pro players nearly 10 years older », sur smh.com.au, The Sydney Morning Herald,
  9. (en) « Canadian junior boys win U.S. Open doubles final », sur cbc.ca,
  10. Laurent Vergne, « Le Français Geoffrey Blancaneaux sacré en juniors, une première depuis Monfils en 2004 », sur eurosport.fr,
  11. « Auger-Aliassime, grand champion chez les juniors à New York », sur tvasports.ca,
  12. Thibault Karmaly, « ATP - Fontang nouveau coach de l'espoir Auger-Aliassime », sur tennisactu.net,
  13. Journal de Montréal du 18 juin 2016
  14. « Félix Auger-Aliassime, 17 ans, jeune homme pressé », sur L'Équipe,
  15. « ATP - Toronto - Auger-Aliassime crée l'exploit contre Pouille », sur www.tennisactu.net (consulté le 10 août 2018)
  16. « Auger-Aliassime a écœuré Fognini », sur Eurosport,
  17. « Auger-Aliassime en finale : Felix le lion ! », sur Eurosport,
  18. « Felix Auger-Aliassime voit déjà plus loin que Rio », sur Eurosport,
  19. « ATP RIO : Laslo Djere bat Felix Auger-Aliassime en finale et remporte son premier titre », sur Eurosport,
  20. « Félix Auger-Aliassime au 60e rang mondial », sur journaldequebec.com,
  21. « Pour leur première chez les pros, Auger-Aliassime a écrasé Tsitsipas », sur Eurosport,
  22. « Miami : Félix Auger-Aliassime solide face à Hubert Hurkacz », sur L'Équipe,
  23. « Miami : on n'arrête plus Auger-Aliassime, qualifié pour les quarts », sur L'Équipe,
  24. « A Miami, Auger-Aliassime écrit l'histoire », sur Eurosport,
  25. « 5-0, l'impressionnante série d'Auger-Aliassime face au Top 20 », sur Eurosport,
  26. « Auger-Aliassime est tombé sur un os nommé Isner », sur Eurosport,
  27. « Auger-Aliassime : "C’est dur à avaler" », sur Eurosport,

Voir aussiModifier