Ouvrir le menu principal

Michael Mmoh

joueur de tennis américain

Michael Mmoh
Image illustrative de l’article Michael Mmoh
Michael Mmoh à Wimbledon en 2018.
Carrière professionnelle
2016
Nationalité Drapeau des États-Unis États-Unis
Naissance (21 ans)
Riyad, Arabie Saoudite
Taille 1,88 m (6 2)
Prise de raquette Droitier, revers à deux mains
Entraîneur Patrick Frandji
Gains en tournois 694 128 $
Palmarès
En simple
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 96e (01/10/2018)
En double
Titres 0
Finales perdues 0
Meilleur classement 421e (11/11/2019)
Meilleurs résultats en Grand Chelem
Aust. R-G. Wim. US.
Simple 1/64 - 1/64 1/64
Double - - - 1/32
Mixte - - - 1/64

Michael Mmoh, né le à Riyad, est un joueur de tennis américain, professionnel depuis 2016.

BiographieModifier

Son père Tony Mmoh est un ancien joueur de tennis professionnel ayant représenté le Nigéria aux Jeux olympiques de Séoul[1]. Sa mère, Geraldine O'Reilly, a une double nationalité : elle est irlandaise et australienne. Elle a travaillé comme infirmière en Arabie saoudite dans les années 1990. C'est là qu'elle a rencontré son père, devenu entraîneur de l'équipe saoudienne de la Coupe Davis. Michael a grandi à Riyad avant de s'installer à Bradenton en Floride où il intègre l'IMG Academy. Il joue au St. Augustine's College (devenue St. Augustine's University) et devient également citoyen américain[2]. Il possède également la citoyenneté australienne.

CarrièreModifier

Sur le circuit junior, Michael Mmoh se distingue en remportant quelques tournois de premier plan tels que l'Osaka Mayor's Cup en 2013, la Coupe Davis junior, les championnats panaméricains et l'Abierto Juvenil Mexicano en 2014 et le tournoi de Roehampton en 2015. Il atteint au mois d'août la 2e place mondiale[2].

Il fait alors partie d'une vague de jeunes juniors américains prometteurs classés dans le top 200 à mois de 20 ans, dont Taylor Harry Fritz, Reilly Opelka, Jared Donaldson et Frances Tiafoe[3]. Il remporte quatre titres Futures au début de sa carrière et se qualifie pour la première fois dans un tournoi ATP à Memphis en 2016, où il se fait éliminer dès le premier tour par Taylor Fritz (6-3, 6-4). Il participe ensuite au Masters de Miami où il est éliminé dès le premier tour par Alexander Zverev après un match accroché (7-63, 7-64). En tant que champion des États-Unis des moins de 18 ans, il dispute son premier tournoi du Grand Chelem à l'US Open et perd contre Jérémy Chardy. Sa victoire au tournoi de Knoxville en fin d'année lui permet finir en tête du classement de l'USTA Pro Circuit Australian Open Wild Card Challenge et ainsi de recevoir une invitation pour disputer l'Open d'Australie 2017[3]. Il s'incline au premier tour contre Gilles Simon.

Il remporte sa première victoire sur le circuit ATP à Brisbane en 2018. Il bat au premier tour Federico Delbonis (6-3, 6-4) et Mischa Zverev (6-2, 5-7, 6-4)[4] mais il s'incline en quart de finale contre l'Australien Alex De Minaur (6-4, 6-0). Au mois de mars, il atteint le 3e tour du Masters de Miami en écartant le n°15 mondial Roberto Bautista-Agut (7-64, 2-6, 6-4). En juillet, il est quart de finaliste à Cabo San Lucas. Il intègre le top 100 en fin de saison après deux titres consécutifs sur le circuit Challenger[5].

Début 2019, il manque quatre mois de compétition en raison d'une blessure à l'épaule.

PalmarèsModifier

Il a remporté 4 titres Challenger : à Knoxville en 2016, Lexington en 2017 et Columbus, Tiburon en 2018 et Knoxville en 2019.

Parcours dans les tournois du Grand ChelemModifier

En simpleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2016 1er tour (1/64)   Jérémy Chardy
2017 1er tour (1/64)   Gilles Simon
2018 1er tour (1/64)   Gilles Müller 1er tour (1/64)   Fabio Fognini
2019 1er tour (1/64)   Radu Albot

N.B. : à droite du résultat se trouve le nom de l'ultime adversaire.

En doubleModifier

Année Open d'Australie Internationaux de France Wimbledon US Open
2014 2e tour (1/16)
  Frances Tiafoe
  Scott Lipsky
  Rajeev Ram

N.B. : le nom du partenaire se trouve sous le résultat ; le nom des ultimes adversaires se trouve à droite.

Dans la culture populaireModifier

Il apparait dans le jeu vidéo Tennis World Tour[6].

RéférencesModifier

  1. Jamie Lisanti, « American Voices: 18-year-old Michael Mmoh aims for breakthrough in 2017 », sur Sports Illustrated,
  2. a et b (en) David Waldstein, « Michael Mmoh Is a Rising Hope for Several Countries », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) Charlie Eccleshare, « Rising stars of tennis: Michael Mmoh leads young Americans plotting Australian Open upset », The Telegraph,‎ (lire en ligne)
  4. Renaud Tschoumy, « Michael Mmoh, l'espoir de la planète entière! », Le Matin,‎ (lire en ligne)
  5. Kamakshi Tandon, « Michael Mmoh cracks Top 100 after winning two ATP Challenger titles », sur tennis.com,
  6. (en) « The pros in this tennis video game are thicc and players have thoughts », Moonball,‎ (lire en ligne)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier