Ouvrir le menu principal

Exposition universelle de 1900

L'Exposition de Paris 1900
L'Exposition de Paris 1900
Image tirée de l'Exposition de Paris
en trois volumes (éd. Montgrédien)
Général
Type-BIE Universelle
Catégorie Expo historique
Thème « Le bilan d'un siècle »
Surface 216 hectares
Fréquentation 48 130 300 visiteurs
Tarifs 1 franc (2 francs le soir)
Participant(s)
Compagnies 76.112
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Site Champ de Mars, Trocadéro, Quai Branly (portant alors le nom de Quai d'Orsay), Quai d'Orsay, Quai Debilly, Cours Albert-Ier (portant alors le nom de Cours la Reine), Cours la Reine, Esplanade des Invalides, Avenue Alexandre III, Bois de Vincennes
Coordonnées 48° 51′ 22″ nord, 2° 17′ 52″ est
Chronologie
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Exposition internationale de Bruxelles de 1897 , Bruxelles
Suivante Exposition universelle de 1904 , Saint-Louis

L'Exposition universelle de 1900 ou L'Exposition de Paris 1900 est la cinquième exposition universelle organisée à Paris après celle de 1855, celle de 1867, celle de 1878 et celle de 1889.

Annoncée le , elle est inaugurée le par le président Émile Loubet et ouvre au public le 15 avril. Elle se termine le 12 novembre, après 212 jours d'ouverture. Elle accueille plus de 48 millions de visiteurs.

Manifestation emblématique de la Belle Époque et de l'Art nouveau, elle lègue à Paris plusieurs bâtiments dont le Petit Palais et le Grand Palais. Le thème est « Bilan d'un siècle ». Par ailleurs, les IIe Jeux olympiques de l'ère moderne se déroulent à Paris dans le cadre de cette exposition universelle.

Sommaire

HistoriqueModifier

OriginesModifier

La première Exposition universelle de 1855 avait été encouragée par la volonté de rétablir la fierté et la foi dans la nation après une période de guerre. Les expositions qui ont suivi répondaient à une même préoccupation : la régénération de la nation après la guerre. Huit ans avant le lancement de l'Exposition de Paris 1900, la France annonce que celle-ci célébrera l'entrée dans un nouveau siècle. Les pays du monde entier sont invités par la France à mettre en valeur leurs réalisations et leurs modes de vie. L'Exposition universelle est donc une expérience d'unification et d'apprentissage. Elle présente la possibilité pour les étrangers de se rendre compte des similitudes entre les nations ainsi que des différences et particularités. Des cultures lointaines sont mises en valeur invitant à une meilleure compréhension globale des valeurs que chaque pays peut offrir. Une annonce précoce et une réponse massivement positive contrastent avec la Grande exposition industrielle de Berlin de 1896. Le soutien pour l'exposition est général et les pays participants se mettent immédiatement à planifier leur participation. Toutefois, en dépit de l'enthousiasme que suscita cette exposition, elle ne fut pas un succès financier : seuls les deux tiers des visiteurs prévus étaient présents, peut-être en partie à cause du coût d'accès.

RéalisationsModifier

 
Exposition universelle de Paris de 1900. Vue à vol d’oiseau prise du côté de l’entrée principale Archives nationales - CP/F/12/4445/A Pièce 7.

DescriptionModifier

 
Vue panoramique de l'Exposition universelle de 1900.
 
Ticket d'entrée à l'Exposition universelle de 1900, Paris. Le prix de l'entrée est de 1 franc entre 10 h et 18 h[1]. 48,3 millions de visiteurs paient cette entrée.
 
Plan pratique.

L'exposition se tient sur le cours la Reine au niveau de la place de la Concorde, l'esplanade des Invalides, la colline de Chaillot, le Champ-de-Mars, la rive droite et la rive gauche entre ces sites[2]. L'exposition occupe un espace de 112 ha, auquel s'ajoutent les 104 ha du bois de Vincennes pour l'exposition sur l'agriculture, les maisons ouvrières, les chemins de fer et les concours sportifs[2]. Au total 40 pays y participent[3], avec 83 047 exposants dont 38 253 français[2],[4]. Cette Exposition était dix fois plus étendue que celle de 1855 et 136 entrées sont prévues pour y accéder. La plus importante de celles-ci est la porte monumentale dessinée par René Binet, surmontée d'une statue de 6,5 mètres de hauteur réalisée par Paul Moreau-Vauthier et représentant la « Parisienne »[5],[6].

Un gigantesque banquet regroupant tous les maires de France est organisé dans le jardin des Tuileries.

Malgré les scandales financiers[Quoi ?], les grèves[Quoi ?] et les fréquents changements de gouvernement[Quoi ?] qui précédèrent la fin du siècle, cette exposition est considérée comme un succès. Durant 212 jours, 51 millions de visiteurs participèrent au succès de la manifestation alors que la France ne comptait à l'époque que 41 millions d'habitants. 102 millions de voyageurs sont enregistrés dans les gares parisiennes. Pour les accueillir, les gares de Lyon, de l'Est et de Montparnasse sont réaménagées; l'ancienne gare du Champ-de-Mars est remplacée du côté des Invalides, et la nouvelle gare d'Orsay est ouverte. Un parking à vélos de 750 m2 est construit aux Champs-Élysées, et un autre de 250 m2 au quai d'Orsay.

Quelques attractionsModifier

On pouvait se déplacer dans l'exposition en empruntant un trottoir roulant à deux vitesses (4,2 km/h ou 8,5 km/h heures) situé sur un viaduc à 7 m du sol, composé de plates-formes mobiles de 3 km de longueur formant une boucle[2]. Cet ancêtre de l'escalier mécanique était une nouveauté.

Plusieurs attractions populaires attirent les foules, notamment une grande roue, comme celle de l'exposition de 1893 à Chicago, mesurant 70 m de haut[7], le cinéma des frères Lumière qui projette sur un écran géant de 21 m sur 16[2]. Des films courts (notamment des extraits d'opéra et de ballet) sont montrés au public avec projection de l'image et son enregistré, pour la première fois. L'Exposition a également présenté de nombreux tableaux et les progrès techniques de panorama, comme le Cinéorama, le Mareorama et le Transsibérien Panorama[2].

La soupe Campbell a reçu une médaille d'or (une image qui s'affiche toujours sur de nombreux produits de la marque).

Le Tanneur a remporté la médaille d'argent pour son porte-monnaie sans couture.

Rudolf Diesel expose son moteur Diesel, fonctionnant à l'huile d'arachide.

La pièce maîtresse du palais de l'Optique était le sidérostat, grande lunette astronomique de 125 cm de diamètre, qui était le plus grand télescope à l'époque. Le tube optique était long de 60 m, présentait un diamètre de 1,5 m et était fixé sur place en raison de sa masse. Le sidérostat est conservé à l'Observatoire de Paris,

L'exposition coïncide avec l'ouverture de la première ligne du métro de Paris, allant de la porte de Vincennes à la porte Maillot, inaugurée le afin de desservir les épreuves des jeux Olympiques d'été au bois de Vincennes. Les entrées de stations sont dessinées par Hector Guimard, dans le style Art nouveau.

 
Carte d'exposant d'Akseli Gallen-Kallela.
 
Billet d'entrée.

L'Exposition universelle comprenait aussi une « Exposition nègre » (Exposition des Noirs d'Amérique), au cours de laquelle les photographies de Frances Benjamin Johnston, une amie de Booker T. Washington, de ses étudiants noirs de l'Institut Hampton ont été présentées. En partie organisée par Booker Washington et W. E. B. Du Bois, cette exposition visait à montrer les contributions positives des Afro-Américains à la société américaine. En outre, à un moment où les lynchages aux États-Unis atteignaient un pic, un diaporama de zoo humain était également présent à l'exposition, intitulée « Vivre à Madagascar ».

Le temps donné pour la réalisation fut court. C'est pourquoi les 43 pays exposants firent construire leur pavillon par du personnel à faible coût et un matériau de construction temporaire inventé à Paris en 1876, qui se composait de fibre de jute, de plâtre de Paris et de ciment, mais ils les décorèrent magistralement pour les rendre attrayants et faire illusion sur les visiteurs. Souvent, les bâtiments temporaires ont été construits sur un cadre de bois et recouverts de colonnes, statues, murs, escaliers, etc. Une fois l'exposition terminée, les bâtiments ont été démolis et les objets et matériaux qui pouvaient être récupérés et vendus ont été recyclés.

Un comité spécial, dirigé par Gustave Eiffel, a décerné une médaille d'or au projet de Lavr Proskouriakov pour le pont Ienisseï à Krasnoïarsk.

Le vin mousseux de Russie a vaincu ses concurrents français pour le « grand prix de Champagne ». L'exposition a également mis en valeur un autre objet russe, la poupée matriochka.

Pavillons des nations étrangèresModifier

Les pavillons des nations ou des puissances étrangères, conçus, financés et construits par les pays invités étaient alignés de part et d'autre de la rue des Nations, aménagée sur la partie du quai d'Orsay qui s'étend du pont des Invalides à l'ouest au pont de l'Alma à l'est. Seul le pavillon du Mexique, situé au-delà du pont de l'Alma, débordait de ce cadre. Les pavillons les plus importants, par leur taille, étaient orientés vers la Seine, de sorte que leurs façades se miraient dans fleuve.

Le pavillon de la monarchie britannique, un des plus grands de l'exposition, était composé d'un manoir de style élisabéthain, décoré de photographies et de meubles, construit par sir Edwin Lutyens. Le pavillon était destiné à fournir au commissaire un château sur le site de l'exposition. Le public le trouva moins grand que prévu par rapport aux attentes et il fut donc considéré comme gênant.

Le pavillon de l'Allemagne (Deutsches Haus) avait une emprise au sol de 700 m2 et une hauteur de 37 m jusqu'au faîtage. Il était flanqué d'une tour qui s'élevait à 75 m au-dessus du quai de la Seine. Construit dans le style néo-Renaissance d'après les plans de Johannes Radke, nommé architecte du Reichskommissariat, l'édifice à l'allure d'hôtel de ville germanique était articulé autour d'une cage d'escalier de 16 m de haut. Il abritait, outre la collection d'œuvres d'art de Frédéric II de Prusse exposée dans un cadre baroque, une présentation de photographies, de livres et d'art graphique ainsi que de viticulture. Le thème de la vigne était repris au restaurant, très apprécié, aménagé au sous-sol[8]. Sa salle du Raisin (Traubensaal) conçue dans le style Art nouveau par l'architecte Bruno Möhring a été récupérée après l'exposition et se trouve aujourd'hui dans le musée privé du producteur de vin mousseux Kupferberg à Mayence[9].

FréquentationModifier

Les expositions universelles ont débuté en 1851 à Londres avec 6 millions de visiteurs. Lors des expositions qui se sont tenues à Paris, la fréquentation n'a cessé de se développer, montrant l'engouement du public pour ce type de manifestation :

FinancementModifier

L'exposition est si chère à organiser que le coût par visiteur a fini par être d'environ 600 francs de plus que le prix d'admission. L'exposition aurait perdu un total de 82 000 francs après six mois de fonctionnement. Beaucoup de Parisiens qui avaient investi de l'argent dans des actions vendues pour amasser des fonds pour l'événement ont perdu leur investissement. Continuer à payer un loyer pour les sites est devenu de plus en plus difficile pour les concessionnaires car ils recevaient moins de clients que prévu. Les concessionnaires se sont mis en grève, ce qui a finalement abouti à la fermeture d'une grande partie de l'exposition. Pour résoudre la question, les concessionnaires ont reçu un remboursement fractionné du loyer qu'ils avaient payé. Les conséquences financières de l'Exposition universelle de 1900 ont été dévastatrices pour de nombreux Parisiens et ont conduit à la décision de mettre fin à la série de foires internationales avec la perte de celle-ci.

Accidents mortelsModifier

Le 21 avril, la passerelle qui relie le Globe céleste à l'exposition s'écroule en provoquant huit morts et dix blessés[10].

Le , après la remise des récompenses et la fête nautique voyant défiler des bateaux remarquables sur la Seine, se produit l'accident de la passerelle dite « des Invalides ». Cette passerelle en bois est située sur la rive gauche du fleuve. Elle franchit le pont des Invalides en face du boulevard de la Tour-Maubourg, et relie la rue des Nations à l'enceinte des Invalides. À la suite d'un mouvement de foule provoqué par un mauvais plaisantin anonyme qui aurait crié : « Ça craque ! », la passerelle cède effectivement et tombe d'une hauteur d'environ trois mètres. On dénombre entre une trentaine et une cinquantaine de blessés, ainsi que quatre morts : Auguste Lécaillet, 67 ans, ajusteur domicilié à Lille ; Edmond Brassard, 30 ans, maître d'armes ; Mme Didier, 32 ans ; Mme Reignagne, bijoutière, les trois derniers domiciliés à Paris[11],[12],[10],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19].

Se rendent sur place peu après le drame le ministre du Commerce Alexandre Millerand, le ministre de la Guerre Louis André, le commissaire général de l'exposition Alfred Picard, le général Émile Oscar Dubois, Paul Loubet, fils du président de la République Émile Loubet et le préfet Louis Lépine[12],[11]. L'enquête n'a rien donné et les concepteurs de la passerelle n'ont pas été inquiétés[12],[11].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héritages et vestigesModifier

 
Eugène Trutat, Tour Eiffel, Exposition universelle de 1900, Muséum de Toulouse.

Ponts sur la SeineModifier

Passerelles et tranchéesModifier

De nombreuses passerelles sont construites afin de permettre aux visiteurs d'aller de site en site sans sortir de l'enceinte de l'exposition et sans gêner la circulation des Parisiens :

DiversModifier

L'exposition est dirigée par l'industriel Louis Delaunay Belleville (gendre de l'ingénieur et inventeur Julien Belleville qui a donné son nom aux rondelles Belleville).

Le pavillon de l'union centrale des Arts décoratifs est décoré par Georges Hoentschel et celui de la Colonisation par Jules Deperthes.

Des concours internationaux d'exercices physiques et de sports sont organisés durant l'exposition. Le baron de Coubertin tente, sans succès, de les faire admettre comme Jeux olympiques. Pourtant, depuis 1920 le mouvement olympique revendique comme Jeux olympiques ces concours organisés, financés, arbitrés et récompensés par le seul comité de l'exposition[20].

Une section est consacrée à l'exposition de matériel de chemin de fer.

Valdemar Poulsen fait des démonstrations de son enregistreur sonore magnétique.

Plusieurs films documentaires sont réalisés à l'occasion de l'exposition, parmi lesquels :

Le docteur Léon Azoulay, de la société d'anthropologie de Paris, effectue des enregistrements sonores de parlers et de musiques du monde entier, sur 411 cylindres de cires[21]. Une partie de ces documents linguistiques et ethnographiques est consultable[22].

Le cabaret Belle Meunière fut édifié spécialement pour Marie Quinton devenue une célébrité internationale en 1900. L'Auvergnate et l'aubergiste la plus célèbre au monde accueillait ses hôtes dans les différentes salles de son restaurant avec des vues panoramiques sur la tour Eiffel[23].

RécompensesModifier

« Les récompenses aux exposants […] seront décernées sous forme de diplômes signés par le ministre du commerce, de l'industrie des postes et télégraphes et par le commissaire général. »[24]. Les lauréats par catégories sont les suivants (non exhaustifs) :

Médaille d'orModifier

Médaille d'argentModifier

Médaille de bronzeModifier

Mention honorableModifier

  • Henri Gautreau (1859-1947) inventeur, pour ses réchauds transparents à gaz d'alcool.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Dessins de l'expositionModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Photographies de l'expositionModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. L'heure de travail est alors payée entre 40 et 50 centimes.
  2. a b c d e et f Exposition 1900.
  3. a et b BIE
  4. Isabelle Krzywkowski, Sylvie Thorel-Cailleteau, Anamorphoses décadentes : l'art de la défiguration, 1880-1914, Presses Paris Sorbonne, , p. 225.
  5. Éric Biétry-Rivierre, « Paris 1900 : la tournée des grands ducs », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 8 / dimanche 9 avril 2014, p. 28.
  6. Dominique Lobstein, interviewé par Éric Biétry-Rivierre, « Dominique Lobstein : "La Parisienne est une invention" », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 8-dimanche 9 avril 2014, p. 28.
  7. Photos d'époque de la grande roue.
  8. Uwe Fleckner, Thomas-W. Gaehtgens, De Grünewald à Menzel : L'image de l'art allemand en France au XIXe siècle, p. 342 (en ligne).
  9. T wie Traubensaal, Verein für Medieninformation und Mediendokumentation (voir en ligne).
  10. a et b « L'accident de l'exposition », L'Aurore, 19 août 1900, p. 1 et 2 (en ligne).
  11. a b et c Henri Petitjean, « L'accident des Invalides », Le Figaro, 19 août 1900, p. 2 (en ligne).
  12. a b et c « L'accident de la passerelle des Invalides », Le Radical, 20 août 1900, p. 2. (en ligne).
  13. « Une nouvelle catastrophe à l'exposition », Le Journal de Roubaix, 20 août 1900, p. 2 ([PDF] en ligne).
  14. « Une barrière qui se rompt », Le Rappel, 20 août 1900, seconde édition, p. 3 (en ligne).
  15. « L'accident de l'exposition », L'Égalité de Roubaix Tourcoing, 21 août 1900, p. 1 et 2 ([PDF] en ligne).
  16. « L'accident de l'exposition », L'Égalité de Roubaix Tourcoing, 22 août 1900, p. 2 ([PDF] en ligne).
  17. « Accident de l'exposition. Les obsèques des victimes », Le Journal de Roubaix, 24 août 1900, p. 1 ([PDF] http://www.bn-r.fr/presse/pdf/PRA_JRX/PDF/1900/PRA_JRX_19000824_001.pdf en ligne]).
  18. « À l'Exposition. L'accident de la passerelle des Invalides », Le Journal de Roubaix, 25 août 1900, p. 2 ([PDF] http://www.bn-r.fr/presse/pdf/PRA_JRX/PDF/1900/PRA_JRX_19000825_002.pdf en ligne]).
  19. « L'accident de l'exposition. Funérailles de M. Lécaillet », Le Journal de Roubaix, 26 août 1900, p. 4 ([PDF] http://www.bn-r.fr/presse/pdf/PRA_JRX/PDF/1900/PRA_JRX_19000826_004.pdf en ligne]).
  20. [PDF] Officials reports 1900.
  21. Liste des phonogrammes composant le musée phonographique de la Société d'anthropologie.
  22. Enregistrements sonores effectués par Léon Azoulay lors de l'Exposition Universelle de 1900 à Paris Archives sonores CNRS Musée de l'Homme (Centre de Recherche en Ethnomusicologie,LESC UMR 7186, CNRS).
  23. Site consacré à Marie Quinton.
  24. Extrait de l'article 68 - décret du 26 juin 1900 et liste des récompenses, Imp. nationale (Paris) , 1901 en ligne sur disponible sur Gallica.
  25. « Notice LH de Georges Besançon », base Léonore, ministère français de la Culture.
  26. http://fr.topic-topos.com/ancienne-ecole-saint-pierre-chateaugiron.
  27. « Notice LH de Paul Lafoscade », base Léonore, ministère français de la Culture.
  28. Paul Lafoscade sur wikipasdecalais.
  29. Le genièvre de Houlle.
  30. « Notice LH de Léon Poussigue », base Léonore, ministère français de la Culture.
  31. Liste des récompenses, p. 474.
  32. Liste des récompenses, p. 122.
  33. (en) Biographie de Marie-Félix Hippolyte-Lucas sur la page du Salon Europe du site du Casino de Monte-Carlo.
  34. Emmanuel-Charles Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Gründ, 1976.
  35. Le Livre d'or des peintres exposants..., 1907, p. 567« Parmi ses principaux envois aux Salons de la Société des Artistes Français, nous retiendrons : Chasse à Courre, qui, au Salon de 1883, valait une 3e médaille à l'artiste et représentait le talent du peintre à l'Exposition Universelle de 1900 ».

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Christian-Philippe Chanut, Histoire française des foires et des Expositions universelles, Paris, Baudouin, 1980.
  • Guillaume Evrard, « À la recherche d’un nouveau regard : le Canada s’expose à Paris, 1900 », dans Paul Guillaume et Laurier Turgeon (ed.), Regards croisés sur le Canada et la France, Paris et Québec, Editions du CTHS et Presses de l’Université Laval, (lire en ligne), p. 329-346.
  • Jean-Christophe Mabire, L'Exposition universelle de 1900, L'Harmattan, 2000.
  • Jules-Charles Roux, Exposition universelle de 1900. Les colonies françaises, Imprimerie nationale, 1902.
  • Catalogue des Expositions des monuments historiques et de l'Exposition des édifices diocésains : Exposition universelle de 1900 à Paris, Paris, Chamerot et Renouard, , 154 p. (lire en ligne).
  • Roger Marx, La décoration et les industries d'art à l’Exposition universelle de 1900, Paris : Ch. Delagrave, 1901 (lire en ligne).

Œuvres littérairesModifier

  • Maxime Chattam, Léviatemps.
  • Hervé Jubert, Le palais des mirages.
  • Paul Morand, 1900, Les Éditions de France, 1931 ; Flammarion, 1942.
  • Jérôme Prieur, Babylone 1900, Éditions La Pionnière, 2010.
  • Jérôme Hallier, Les portraits sonores du Dr Léon Azoulay, Flammarion, 2018.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  Image externe
  Recueil Exposition universelle de 1900, Collection Georges Sirot, disponible sur Gallica
  Image externe
  Exposition universelle de 1900, Portraits des commissaires généraux, Photographies Eugène Pirou, 1900 disponible sur Gallica