Ouvrir le menu principal

Exposition universelle de Paris de 1889

Exposition universelle de 1889
Exposition universelle de 1889
Vue générale
Général
Type-BIE Universelle
Catégorie Expo historique
Bâtiment Tour Eiffel
Surface 96 hectares
Fréquentation 28.121.975 visiteurs
Organisateur Jean-Charles Alphand
Participants
Compagnies 61.772
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Ville Paris
Site Champ de Mars
Coordonnées 48° 51′ 30″ nord, 2° 17′ 39″ est
Chronologie
Date d'ouverture
Date de clôture
Éditions Universelles
Précédente Exposition universelle de 1888 , Barcelone
Suivante Exposition universelle de 1893 , Chicago

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Exposition universelle de 1889

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Exposition universelle de 1889

L'Exposition universelle de Paris de 1889 est la dixième Exposition universelle organisée. Elle se tient du 5 mai au 31 octobre 1889. Son thème est la Révolution française, dans le cadre du centenaire de cet événement. C'est pour cette Exposition que la tour Eiffel est construite.

Sommaire

Lieux et attractions phares de l’expositionModifier

 
Photo aérienne de l'Exposition

L'Exposition universelle de 1889 est répartie sur cinquante hectares dans Paris : le Champ-de-Mars et le palais du Trocadéro accueillent l'art et l'industrie, tandis que l'esplanade des Invalides est dédiée aux Expositions des colonies françaises et du ministère de la Guerre, faisant de cette manifestation la première véritable Exposition coloniale[1] de l'histoire de France[2].

Un proche collaborateur du baron Haussmann, Jean-Charles Alphand, ingénieur à la ville de Paris, chargé du service des promenades et plantations, organise l'Exposition. On peut y voir :

 
Affiche de l'exposition universelle.
  • La Galerie des Machines. Considérée comme le plus beau des pavillons, elle est l'œuvre de l'architecte Ferdinand Dutert. Sa nef principale de 110 mètres de large par 420 mètres de long, est la plus importante structure métallique d'Europe, jusqu'à sa démolition en 1909. L'écrivain Huysmans, ravi par sa beauté, la compare à une cathédrale du XIXe siècle. Les pavillons de l'art et de l'industrie mettent également en évidence l'émergence de l'école de Nancy et l'arrivée de l'Art nouveau en France. C’est l'illustration même de la révolution industrielle en marche.
  • Le palais des Beaux-Arts et des Arts libéraux. Également situé sur le Champ-de-Mars, il est l'œuvre de l'architecte Jean-Camille Formigé.
  • Le palais des Industries est aménagé par Joseph Bouvard. En son centre, le Grand Dôme Central est, durant l'Exposition, le premier bâtiment à utiliser l'électricité à grande échelle ; la fontaine située devant lui, œuvre de Jules Coutan, a un jeu de lumières électriques qui changent de couleur au son de la musique jouée par une fanfare militaire. De plus, les visiteurs ont la possibilité d'écouter, par théâtrophone, des morceaux d'opéra transmis depuis le palais Garnier. Cette prouesse technique est l’œuvre de M. Vigreux.
  • Le palais de la Guerre[3] situé aux Invalides a une façade de cent cinquante mètres avec des portiques sous forme d'arc de triomphe. Ce pavillon rassemble une impressionnante collection d'armes dont une série venant du Japon.
  • Le pavillon de l'Argentine est construit par l'architecte Albert Ballu.
  • Une reconstruction de la Bastille et de son voisinage, avec une cour intérieure couverte d'un plafond bleu décoré de fleurs de lys, ainsi qu’une partie de la Seine et l'esplanade des Invalides.
  • Un zoo humain, le « village nègre », composé de quatre-cents êtres humains vivant sous occupation coloniale, et qui constitue une des attractions de l'Exposition, est situé dans une cité exotique édifiée sur le Champ-de-Mars, avec un pavillon célébrant les colonies et protectorats français.
  • Le spectacle Wild West Show de Buffalo Bill, qui rencontre un succès énorme ; la tireuse Annie Oakley s'y produit.
 
Le chemin de fer Decauville devant le palais de l’Algérie. Archives nationales de France.
  • Le chemin de fer Decauville, qui est l’une des attractions préférées des visiteurs. Le chemin de fer circule entre le Champ de Mars et les Invalides sur une distance de 3 km, traversant deux tunnels : celui de la tour Eiffel et celui de l'Alma. Cette ligne provisoire transporte 6 342 446 voyageurs payants. Ce chemin de fer est inauguré le 4 mai 1889. Par la suite, le ministère des Transports autorise l'utilisation de chemins de fer à voie étroite pour le transport des personnes sans les dérogations auparavant obligatoires.
  • Sous la tour Eiffel, une fontaine dessinée par Saint-Vidal.
  • Deux ballons captifs à hydrogène pur, qui emmènent les touristes admirer l'Exposition de haut : l'un, avenue Kléber, de 5 035 m3 (Gabriel Yon et Louis Godard - 12 passagers), l'autre, boulevard de Grenelle, de 2 600 m3 (Lachambre - 10 passagers). Le rappel au sol est assuré par des treuils à vapeur.

Tour EiffelModifier

Article détaillé : Histoire de la tour Eiffel.

La tour Eiffel est ce qu'il reste de plus visible de cette exposition. La tour, haute de 312 mètres[4], est la réponse de Gustave Eiffel au concours organisé par le ministère de l'Industrie et du Commerce pour célébrer le centenaire de la Révolution française et les progrès des sciences et techniques faits en France depuis 1789. Soixante-douze noms de savants sont d'ailleurs inscrits sur la tour.

La tour Eiffel est inaugurée le 31 mars 1889, après deux ans, deux mois et cinq jours de travaux, lors d'une cérémonie en présence du président du Conseil Pierre Tirard. Son ascension est ouverte au public à partir du 15 mai suivant. Jusqu'à la clôture de l'Exposition universelle, le 6 novembre, la tour Eiffel accueille deux millions de visiteurs. C'est un immense succès, à la mesure des controverses suscitées pendant les mois qui ont précédé le projet, car elle est vivement critiquée, des artistes signent un article « contre l'érection en plein cœur de notre capitale de l'inutile et monstrueuse tour ». La structure doit être provisoire et ne doit son salut qu'à l'action de son créateur, Gustave Eiffel, qui obtient une concession d'exploitation.

Progrès techniquesModifier

ArchitectureModifier

 
La Galerie des machines, au début du XXe siècle

L’Exposition universelle de 1889 hérite des derniers progrès en matière d’industrie, ainsi que des formes architecturales, et des progrès de la technique liés à l'industrialisation du XIXe siècle.

Le verre plat permet la construction de nouveaux programmes architecturaux, tels que des gares, des halles, des grands magasins, des palais d’Exposition, ou encore des serres. L’architecture métallique se déploie notamment grâce à des surfaces vitrées de plus en plus vastes. L’évocation de ce thème permet un développement passionnant sur divers projets. Certains sont utopiques, tels ceux d’Hector Horeau (projet de couverture des vieux boulevards, 1865-1868), et de Joseph Paxton et Owen Jones (projet de palais de Cristal à Saint-Cloud, 1860). D’autres furent réalisés, notamment pour les Expositions universelles : le palais de l’Industrie de Viel et Barrault en 1855 et surtout la Galerie des Machines de Dutert et Contamin en 1889, que Huysmans décrit comme « une exorbitante ogive qui rejoint sous le ciel infini des vitres ses prestigieuses pointes », et dont Saint-Gobain fournit les 35 000 m2 de surface vitrée.

Mais c’est aussi cette Exposition de Paris qui offre le dernier exemple de Galerie des Machines. Des gigantesques plates-formes coulissantes, plus vastes encore que celles de 1878. Elles peuvent supporter jusqu’à 150 personnes et être utilisées aussi pour des besoins de manutention. Le panorama s’étend sur une vaste Exposition, qui revêt désormais un caractère plus rétrospectif que prospectif. L’Exposition, en fait, ne présente pas de modification significative par rapport à la précédente Exposition parisienne.

La gare terminus de la ligne desservant les Expositions de 1878 et 1889 fut imaginée par Juste Lisch; elle fut aussi appelée l'embarcadère du Champ-de-Mars et se situait en bord de Seine[5].

Machines à vapeurModifier

Nombreuses sont les machines à vapeur, horizontales ou verticales, parmi lesquelles figure celle de Joseph Farcot, déjà primée en 1878, et qui l'est à nouveau en 1889, ainsi que trois machines des établissements Windsor de Rouen. On accorde un soin particulier aux chaudières, aux améliorations intéressantes de la vitesse des pistons, aux engrenages et aux poulies d’A. Piat, aux chaudières à vapeur brevetées en 1867 par les Américains G.H. Babcock et S. Wilcox, au progrès, depuis 1878, des moteurs à gaz, aux puissantes grues hydrauliques et à vapeur déjà employées pour construire la tour Eiffel et la Galerie des Machines elles-mêmes.

Sur les mesures de sécurité et de prévention contre l’explosion des chaudières (sujet déjà abordé lors de l’Exposition industrielle allemande de Berlin en 1882), l’association des propriétaires de machines à vapeur organise, à l’occasion de l’Exposition de 1889, le Congrès international des accidents du travail. Ce congrès est capital car il reconnaît que tous les contrôles et formes de prévention incombent totalement aux propriétaires. Il ressort de ce congrès que les accidents, en France, sont en nette diminution grâce aux avis d’ingénieurs spécialisés et d’inspecteurs chargés de la surveillance des appareils (sur le modèle anglais de la Manchester Steam Users Association créée en 1855 et de la Boiter Insurance and Steam Power Company, qui a vu le jour en 1859).

TextileModifier

Dans l’industrie du textile, l’Exposition montre une grande spécialisation des machines : la production française est dominante (en partie grâce à la faible présence de l’Angleterre) avec l’Exposition collective de soies organisée par les chambres de commerce de Lyon et de Saint-Étienne, où 200 000 ouvriers traitent presque un quart de la production mondiale, des produits de luxe à ceux de grande consommation, y compris les tissus en soie artificielle. Les tissus lyonnais se signalent par l’originalité de leurs dessins et la richesse de leurs couleurs, obtenus grâce aux laboratoires chimiques spécialisés et aux laboratoires d’étude de la soie, grâce aussi à des écoles et des instituts professionnels spécialisés.

ÉlectricitéModifier

Grâce à Hippolyte Fontaine (1833-1910), l'électricité est la reine de l'Exposition. La fontaine lumineuse de Coutan marque particulièrement les esprits.

On peut dire que l'installation électrique de cette Exposition est la plus grande du monde.

Ainsi cette Exposition de 1889 cherche à illustrer, le plus richement possible, l’histoire du progrès technologique : les machines font l’objet de réflexions historiques, de recherches sur la sécurité et les conséquences sociales de l’industrialisation. Mais l’innovation sur laquelle repose l’Exposition semble être une valeur à la fois plus diffuse et plus ambiguë, un critère de valeur sociale et de jugement qui permet de mesurer la modernisation.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Boissons à l'honneurModifier

  • À l’occasion de l’Exposition, Eugène Mercier (1838-1904) décide de faire connaître son champagne en présentant un foudre de champagne gigantesque, sculpté par Gustave Navlet. Le 7 juillet 1885, la Maison Mercier inscrit sur son livre d'inventaire un fût de 200 000 bouteilles, jaugé par la Régie pour 1 600 hectolitres, pesant 20 000 kilos et contenant 800 pièces d'assemblage. Après un voyage rocambolesque d’Epernay à Paris, le foudre Mercier est présenté dans le hall de l’Exposition universelle de 1889, juché sur 7 pyramides de bouteilles. Pour amener ce fût jusqu'à l'Exposition, Eugène Mercier doit acheter des bâtiments parisiens pour ensuite les raser ou les raboter car les rues sont trop étroites pour que le fût puisse passer.
  • Heineken reçoit le Grand Prix lors de cette Exposition de 1889.
  • Youcef Hammoud, fondateur de la société algérienne Hamoud Boualem, reçoit des félicitations unanimes et se voit récompensé d’une médaille d’or, catégorie hors concours, pour sa limonade La Royale[6].

Renaissance du clavecinModifier

Instrument pratiquement oublié depuis des dizaines d'années, le clavecin fait sa réapparition sur la scène musicale grâce à trois facteurs (Louis Tomasini, Pleyel et Érard) qui construisent chacun à l'occasion de l'Exposition universelle un instrument inspiré d'un modèle français du XVIIIe siècle, et à un pianiste virtuose, Louis Diémer, qui en donne plusieurs concerts. Ces trois instruments sont actuellement exposés à Berlin au Musikinstrumenten-Museum.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.


L'organisation générale des groupes et des classificationsModifier

Les expositions universelles ont pour objectif de « contenir tout l’univers »[7], les produits exposés font l'objet d'une classification. Vous pouvez retrouver ce classement pour les neuf premiers groupes dans le guide Exposition de 1889 Guide bleu du Figaro et du petit journal[8] et pour le groupe de l’Économie sociale dans le tome 3 du rapport général de l'exposition[9].

GROUPE I - Œuvres d'art

Classe 1 Peintures à l'huile Classe 2 Peintures diverses et dessins

Classe 3 Sculptures et gravures en médailles

Classe 4 Dessins et modèles d'architecture

Classe 5 Gravures et lithographies

GROUPE II - Éducation et enseignement - Matériel et procédés des arts libéraux

Classe 6 Éducation de l'enfant - Enseignement primaire - Enseignement des adultes

Classe 7 Organisation et matériel de l'enseignement secondaire

Classe 8 Organisation, méthodes et matériel de l'enseignement supérieur

Classe 9 Imprimerie et librairie

Classe 10 Papeterie, reliure ; matériel des arts de la peinture et du dessin

Classe 11 Application usuelle des arts du dessin et de la plastique

Classe 12 Épreuves et appareils de photographie

Classe 13 Instruments de musique

Classe 14 Médecine et chirurgie - Médecine vétérinaire et comparée

Classe 15 Instruments de précision

Classe 16 Cartes et appareils de géographie et de cosmographie - Topographie - Modèles, plans et dessins du génie civil et des travaux publics

GROUPE III Mobilier et accessoires

Classe 17 Meubles à bon marché et meubles de luxe

Classe 18 Ouvrages du tapissier et du décorateur

Classe 19 Cristaux, verrerie et vitraux

Classe 20 Céramique

Classe 21 Tapis, tapisseries et autres étoffes d'ameublement

Classe 22 Papiers peints

Classe 23 Coutellerie

Classe 24 Orfèvrerie

Classe 25 Bronzes d'art, fontes diverses, métaux repoussés

Classe 26 Horlogerie

Classe 27 Appareils et procédés de chauffage - Appareils et procédés d'éclairage non électrique

Classe 28 Parfumerie

Classe 29 Maroquinerie, tabletterie, vannerie et brosserie.

GROUPE IV Tissus, vêtements et accessoires

Classe 30 Fils et tissus de coton

Classe 31 Fils et tissus de lin, de chanvre, etc.

Classe 32 Fils et tissus de laine peignée - Fils et tissus de laine cardée

Classe 33 Soies et tissus de soie

Classe 34 Dentelles tulles, broderies et passementeries

Classe 35 Articles de bonneterie et de lingerie - Objets accessoires du vêtement

Classe 36 Habillement des deux sexes

Classe 37 Joaillerie et bijouterie

Classe 38 Armes portatives – Chasse

Classe 39 Objets de voyage et de campement

Classe 40 Bimbeloterie.

GROUPE V Industries extractives, produits bruts et ouvrés

Classe 41 Produits de l'exploitation des mines et de la métallurgie

Classe 42 Produits des exploitations et des industries forestières

Classe 43 Produits de la chasse - Produits, engins et instruments de la pêche et des cueillettes

Classe 44 Produits agricoles non alimentaires

Classe 45 Produits chimiques et pharmaceutiques

Classe 46 Procédés chimiques de blanchiment, de teinture, d'impression et d'apprêt

Classe 47 Cuirs et peaux

GROUPE VI Outillage et procédés des industries mécaniques. Électricité

Classe 48 Matériel et procédés de l'exploitation de mines et de la métallurgie

Classe 49 Matériel et procédés des exploitations rurales et forestières

Classe 50 Matériel et procédés des usines agricoles et des industries alimentaires

Classe 51 Matériel des arts chimiques, de la pharmacie et de la tannerie

Classe 52 Machines et appareils de la mécanique générale

Classe 53 Machines-outils

Classe 54 Matériel et procédés du filage de la corderie

Classe 55 Matériel et procédés du tissage

Classe 56 Matériel et procédés de la couture et de la confection des vêtements

Classe 57 Matériel et procédé5, de la confection des objets de mobilier et d'habitation

Classe 58 Matériel et procédés de la papeterie, des teintures et des impressions

Classe 59 Machines, instruments et procédés usités dans divers travaux

Classe 60 Carrosserie et charronnage - Bourrellerie et sellerie

Classe 61 Matériel des chemins de fer

Classe 62 Électricité

Classe 63 Matériel et procédés du génie civil, des travaux publics et de l'architecture

Classe 64 Hygiène et assistance publique

Classe 65 Matériel de la navigation et du sauvetage

Classe 66 Matériel et procédés de l'art militaire.

GROUPE VII Produits alimentaires

Classe 67 Céréales, produits farineux avec leurs dérivés

Classe 68 Produits de la boulangerie et de la pâtisserie

Classe 69 Corps gras alimentaires, laitages et œufs

Classe 70 Viandes et poissons

Classe 71 Légumes et fruits

Classe 72 Condiments et stimulants - sucres et produits de la confiserie

Classe 73 Boissons fermentées

GROUPE VIII Agriculture, viticulture et pisciculture

Classe 74 Spécimens d'exploitations rurales et d'usines agricoles

Classe 75 Viticulture

Classe 76 Insectes utiles et infectes nuisibles

Classe 77 Poissons, crustacés et mollusques

GROUPE IX Horticulture

Classe 78 Serres et matériel de l'horticulture

Classe 79 Fleurs et plantes d'ornement

Classe 80 Plantes potagères

Classe 81 Fruits et arbres fruitiers

Classe 82 Graines et plants d'essences forestières

Classe 83 Plantes de serres

Groupe X Économie sociale

Section I Sciences anthropologiques et ethnographiques

1. Anthropologie 2. Ethnographie 3. Archéologie

Section II Arts libéraux

1. Sciences 2. Manuscrits, imprimerie, livres, journaux 3. Pédagogie 4. Musique et théâtre 5. Arts du dessin

Section III Arts et métiers

1. Arts et métiers ayant pour but le captage et l'utilisation des forces 2. Arts et métiers ayant pour but la recherche, la récolte et l'extraction de matières premières 3. Arts et métiers ayant pour but l'élaboration et la transformation des matières premières 4. Arts et métiers nécessaires à la vie individuelle ou en société

Section IV Moyens de transport

1. Transports par terre 2. Transports par voies naturelles ou artificielles de navigation intérieure 3. Transports par mer 4. Transports par voie de fer 5. Transports par l'air

Section V Arts militaires

1. État-major général 2. Infanterie 3. Cavalerie 4. Artillerie 5. Génie 6. Services administratifs, de santé, des poudres et salpêtres

RécompensesModifier

  • Médaille d'or :
    • La fonderie (Petit Palais), Jean-André Rixens[10]
    • Paul Renouard (1845-1924)
    • Paul Lafoscade (1846-1928), distillateur à Houlle, pour son genièvre[11].
    • Armand Létrange (1839-1921), Sellier à Paris
    • Victor Meirelles (1832-1903) et Henri Langerock (1830-1915), peintres respectivement brésilien et belge, dans la catégorie "Applications usuelles des arts du dessin et de la plastique" pour leur œuvre conjointe, le Panorama de la Ville de Rio de Janeiro, gigantesque peinture de 14,50 m de haut sur 115 m de circonférence présentée au public sur la face intérieure d'une rotonde spécialement construite à cet effet au 80, avenue de Suffren[12],[13],[14].
    • M Focké et fils ainé : Le jury de la section d'instruments de musique vient de décerner une médaille d'or à M. Focké, fabricant de pianos à Paris et beau-frère de M. R. Magnus, le luthier et violoniste si apprécié de nos dillettants orléanais. Le seul dépôt à Orléans de la maison Focké est la maison veuve Magnus et fils, 33, rue Jeanne-d'Arc.
  • Médaille d'argent :
  • Médaille de bronze :

DonnéesModifier

  • Surface : 96 hectares
  • Dépenses : 41,5 millions de francs
  • Recettes : 49,5 millions de francs
  • Visiteurs : 32 250 297 visiteurs dont 25 398 609 entrées payantes
  • Exposants : 61 722 exposants dont 55 % de Français : 33 937 exposants
  • Pays représentés : 35
  • Prix d'entrée :
    « Les prix d'entrée sont ainsi fixés :
    1 franc par personne aux heures d'entrée ordinaire.
    2 francs par personne aux heures réservées aux études.
    2 francs par personne pour les entrées du soir, pendant la semaine.
    1 franc par personne pour les entrées du dimanche soir.
    Moyennant ces prix, on se procure des tickets d'entrée vendus dans les bureaux de tabac, de poste, de télégraphe, dans les bureaux des diverses administrations, enfin dans les kiosques spécialement affectés à ce débit et placés aux abords du Champ-de-Mars, du Trocadéro ou de l'esplanade des Invalides.
    Il est délivré aux personnes qui en font la demande des cartes d'abonnement. Le prix est fixé à 100 francs par personne. »
    [20]

Notes et référencesModifier

  1. Les Expositions universelles de Paris de 1855 et 1867 avaient commencé timidement à présenter les colonies.
  2. Odon Abbal, L'Exposition coloniale de 1889 : La Guyane présentée aux Français, Ibis Rouge, , 110 p. (ISBN 978-2-84450-382-4)
  3. « Guerre », sur Worldfairs (consulté le 14 mai 2014)
  4. « Tout savoir sur la tour Eiffel » [PDF], sur tour-eiffel.fr (consulté le 5 juin 2017), p. 2
  5. gare du Champ-de-Mars
  6. Hamoud Boualem, le goût de l’Algérie depuis 1878, Claire Moyrand, H. E. magazine, no 79 juillet 2009,
  7. H. Barbuy, L’Exposition Universelle de 1889 : vision et représentation dans la société industrielle, Université de Sao Polo faculté de philosophie lettres et sciences humaines département d’histoire, 1995, p. 2
  8. Exposition de 1889 Guide bleu du Figaro et du petit journal, Paris, impr. de Chaix, p. 8-12
  9. Alfred Picard, Rapport général Tome 3, Paris, Imprimerie Nationale, , p. 67-70
  10. Jean-André Rixens - Musées de Midi-Pyrénées
  11. http://www.genievredehoulle.com/houlle-une-tradition-de-plus-de-2-siecles/
  12. Thiago Leitão de Souza, O Panorama : Da representação pictórico-espacial às experiências digitais, Mestrado em Urbanismo, Universidade Federal do Rio de Janeiro, 2007 - 2009
  13. Makowiecky, Sandra, O tempo de Victor Meirelles e a Cidade de Florianópolis, In 19&20 - A revista eletrônica de DezenoveVinte, 2008; III (4).
  14. Coelho, Mário César, Os Panoramas Perdidos de Victor Meirelles: aventuras de um pintor acadêmico nos caminhos da modernidade, Tese de Doutorado. UFSC, 2007, p. 94-120.
  15. Monographie de Beaumont-la-Ferrière - Gallica - Vue no 1
  16. (en) Salon Europe - Casino de Monte-Carlo
  17. Emmanuel-Charles Bénézit, Dictionnaire critique et documentaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs de tous les temps et de tous les pays, Gründ, 1976.
  18. Émile Reynaud : Le Théâtre optique - emilereynaud.fr
  19. Charles Marie Félix - E-monumen
  20. Brigitte Schroeder-Gudehus et Anne Rasmussen, Les fastes du progrès. Le guide des expositions universelles - 1851-1992, Paris, Flammarion, , 253 p. (ISBN 2-08-012617-2), P112

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Linda Aimone et Carlo Olmo (trad. de l'italien par Philippe Olivier), Les expositions universelles 1851-1900 [« Le Esposizioni Universali, 1851-1900 »], Paris, Belin, coll. « Histoire et société / Modernités », , 317 p. (ISBN 978-2-701-11447-7, OCLC 937578253).
  • (en) John Allwood, The great exhibitions : 150 years, London, ECL, (1re éd. 1977), 221 p. (ISBN 978-0-954-02610-3, OCLC 59509795).
  • Philippe Bouin et Christian-Philippe Chanut, Histoire française des foires et des expositions universelles., Paris, Baudouin, , 223 p. (OCLC 640093670, lire en ligne).
  • Étienne Grosclaude, L'exposition comique. E. Dentu, 1889, 118 p. lire en ligne sur archive.org
  • Pierre Larousse, Grand Dictionnaire universel du XIXe siècle, Paris, Larousse, 15 vol., 1863-1890 [détail de l’édition].
  • Jean Lorrain et Philippe Martin-Lau, Mes expositions universelles : 1889-1900, Paris, H. Champion, coll. « Textes de littérature moderne et contemporaine » (no 57), , 435 p. (ISBN 978-2-745-30654-8, OCLC 469499216).
  • Pascal Ory, Les Expositions universelles de Paris : Panorama raisonné, avec des aperçus nouveaux et des illustrations des meilleurs auteurs, Paris, Ramsay, coll. « Les Nostalgies », , 157 p. (ISBN 2-85956-314-8).
  • Pascal Ory, 1889 : L'Expo universelle, Bruxelles, Complexe, coll. « Mémoire des siècles » (no 210), , 153 p. (ISBN 2-87027-277-4) [aperçu en ligne].
  • Pascal Ory, " Les expositions universelles, de 1851 à 2010: les huit fonctions de la modernité ", in Maurice Aymard, Duanmu Mei (dir.), Hugues Tertrais (dir.) et al., Temps croisés I, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l'homme, , 237 p. (ISBN 978-2-735-11666-9, OCLC 1055249304).
  • Paul Rouaix, « À travers l'Exposition », in La Lecture, tome 9, no 52,‎ , p. 424 et 534.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier