Ouvrir le menu principal

Boulevard de La Tour-Maubourg

boulevard de Paris, France
(Redirigé depuis Boulevard de la Tour-Maubourg)

7e arrt
Boulevard de La Tour-Maubourg
Image illustrative de l’article Boulevard de La Tour-Maubourg
À l'angle du boulevard et du quai d'Orsay.
Situation
Arrondissement 7e
Quartier Invalides
École-Militaire
Gros-Caillou
Début 43, quai d'Orsay
Fin 2, avenue de Lowendal
Morphologie
Longueur 950 m
Largeur 26 m
Historique
Création 1827 et 1858
Géocodification
Ville de Paris 5306
DGI 5383

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Boulevard de La Tour-Maubourg
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le boulevard de La Tour-Maubourg est une des artères du 7e arrondissement de Paris (France), partant de la Seine pour rejoindre la place Vauban. Elle longe les Invalides.

Sommaire

Situation et accèsModifier

Orienté nord-sud, long de 950 mètres, il commence au 43, quai d’Orsay et se termine au 2, avenue de Lowendal. Il est à sens unique sur toute sa longueur, dans le sens sud-nord.

Il est desservi par la ligne   , à la station La Tour-Maubourg, et par les bus RATP de la ligne 28.

Origine du nomModifier

 
Victor de Fay de La Tour-Maubourg.

Il porte le nom du général français, ministre de la Guerre et gouverneur des Invalides le marquis de La Tour-Maubourg (1768-1850)[1].

HistoireModifier

Le boulevard est ouvert en 1827 entre les avenues de Tourville et de La Motte-Picquet, c'est-à-dire le long de l'hôtel des Invalides. Il est cédé par l'État à la ville en vertu de la loi du 19 mars 1838[2]. En 1858, le boulevard est prolongé jusqu'à la Seine.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

 
No 11.

RéférencesModifier

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 25.
  2. Loi autorisant la cession gratuite, à la ville de Paris, d'avenues et places dépendant de l'hôtel des Invalides et de l'École militaire, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, règlements et avis du Conseil d'État, 1838, tome 38, p. 30.
  3. Bernard Lachaise, « Rue de Solférino : no 5 ou no 10 ? RPF ou PS ? », charles-de-gaulle.org, consulté le 25 novembre 2015.