Ouvrir le menu principal

8e arrt
Cours la Reine
Image illustrative de l’article Cours la Reine
Pelouse centrale.
Situation
Arrondissement 8e
Quartier Champs-Élysées
Début Place de la Concorde
Fin Place du Canada
Morphologie
Longueur 540 m
Largeur 74 m
Géocodification
Ville de Paris 8104
DGI 8111

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Cours la Reine
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

Le cours la Reine est une voie du 8e arrondissement de Paris.

Sommaire

Situation et accèsModifier

Il commence place de la Concorde et se termine place du Canada.

Ce site est desservi par la station de métro Champs-Élysées - Clemenceau.

Le cours la Reine rencontre les voies suivantes, dans l'ordre des numéros croissants :

Origine du nomModifier

Il porte ce nom car cette promenade, ou cours, a été créée par ordre de la reine Marie de Médicis.

HistoriqueModifier

Ouverte en 1618 par Marie de Médicis sur d'anciennes cultures de maraîchers, cette promenade, à la mode sous la Fronde, allait à l'origine depuis les Tuileries jusqu'à une demi-lune située à l'emplacement actuel de la place de la Reine-Astrid, au début de l'avenue Montaigne. Cette demi-lune, tout comme le rond-point qui se trouvait à l'emplacement de l'actuelle place du Canada, permettait aux voitures de faire demi-tour. La promenade était fermée aux deux extrémités par des grilles et entourée de part et d'autre de fossés creusés aux frais du maréchal de Bassompierre, qui avait une maison de campagne à Chaillot.

La voie fut replantée en 1724 par le duc d'Antin. À l'entrée du cours la Reine se trouvait autrefois le pavillon d'Ermenonville, qui avait son symétrique, le pavillon de Mortefontaine, à l'angle de la place de la Concorde et de l'avenue Gabriel. Il devint au XIXe siècle le restaurant Boulet. Les deux pavillons furent détruits en 1854.

Lors de l'Exposition universelle de 1900, le cours la Reine fut bâti de pavillons sur toute sa longueur, notamment celui d'horticulture et celui de la Ville de Paris[1]. À son début, vers la place de la Concorde, se trouve l'entrée monumentale dessinée par René Binet et surplombée d'une statue de la « Parisienne » de Paul Moreau-Vauthier[2].

En 1906, on inaugura sur le cours la Reine un monument en hommage au poète Armand Silvestre (1837-1901), orné d'une statue en bronze par Théodore Rivière. Ce monument a été transféré à Toulouse.

La partie comprise entre la place du Canada et la place de l'Alma a été rebaptisée « cours Albert-Ier ».

En 1985, la statue équestre de Lafayette qui se trouvait dans la cour Napoléon du Louvre y a été déménagée en raison des travaux préparatoires à l'installation de la pyramide du Louvre.

En juin 2011, un monument en mémoire du corps expéditionnaire russe (1916-1918) a été inauguré par François Fillon et Vladimir Poutine à l'angle de la place du Canada et du cours la Reine.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Voir ce plan d'époque.
  2. Dominique Lobstein, interviewé par Éric Biétry-Rivierre, Dominique Lobstein, « La Parisienne est une invention », Le Figaro, encart « Le Figaro et vous », samedi 8, dimanche 9 avril 2014, p. 28.

AnnexesModifier