Ouvrir le menu principal

Course en ligne masculine aux championnats du monde de cyclisme sur route 2013

Course en ligne masculine aux championnats du monde de cyclisme sur route 2013
Généralités
Sport Cyclisme sur route
Organisateur(s) UCI
Éditions 80e édition
Lieu(x) Drapeau : Italie Florence, Italie
Date
Nations 51
Participants 208 coureurs
Épreuves Course en ligne
Site web officiel Résultats

Palmarès
Vainqueur Drapeau : Portugal Rui Costa

Navigation

La course en ligne masculine des championnats du monde de cyclisme sur route 2013 a eu lieu le dans la région de la Toscane, en Italie.

Le parcours de la course est tracé sur 272,26 kilomètres entre les villes de Lucques et de Florence où l'arrivée est jugée sur le Nelson Mandela Forum. Comme les années précédentes, la course élites hommes est la dernière épreuve des championnats du monde de cyclisme sur route.

ParcoursModifier

Le parcours comprend deux phases. La première amène les coureurs de Lucques à l'entrée du circuit de Florence sur une longueur de 106,56 km. Elle comprend notamment les ascensions de Montecarlo (3,75 km à 3,5% de moyenne) et de celle de San Baronto (3,9 km à 7,1% de moyenne). S'ensuivent dix tours du circuit de 16,57 km. Celui-ci inclut la montée de Fiesole (4,37 km à 5,2 % de moyenne)[1] et la courte mais raide montée de Salviati avant un replat à la fin. Avec 272,26 km, il s'agit de la plus longue distance des championnats depuis l'édition 2005 de Madrid.

ParticipationModifier

Système de sélectionModifier

La qualification est principalement basée sur les performances sur les différents circuits UCI de la saison 2013. Les résultats de janvier à la mi-août sont pris en compte dans les critères de qualification à la fois sur l'UCI World Tour 2013 et les circuits continentaux UCI. La répartition des quotas de qualifiés par pays étant déterminé à la suite du calcul des classements au 15 août 2013[2].

Tous les inscrits sont confirmés le 15 août 2013[2] :

FavorisModifier

Il n'y a pas de grand favori qui se dégage, car de nombreux scénarios sont possibles et aucune équipe ne présente un leader parfaitement entouré. Comme souvent sur les mondiaux, on peut compter probablement sur les spécialistes des classiques, tels Peter Sagan (Slovaquie), auteur d'une grande saison (22 succès) mais qui ne peut compter que sur Peter Velits comme équipier de bon niveau, Fabian Cancellara (Suisse), qui a dominé la campagne des flandriennes, ou encore le tenant du titre, Philippe Gilbert (Belgique), dont la forme est incertaine malgré une victoire d'étape sur le Tour d'Espagne et qui devra composer avec Greg Van Avermaet, un autre spécialiste des classiques mais rarement vainqueur sur les courses d'un jour.

À domicile, Vincenzo Nibali (Italie), auteur d'une excellente saison (vainqueur de Tirreno-Adriatico et du Tour d'Italie, 2e de la Vuelta), est également favori, mais sa pointe de vitesse l'oblige à arriver en solitaire. L'équipe d'Espagne est sur le papier la plus forte, avec notamment Alejandro Valverde, Joaquim Rodríguez, Daniel Moreno et Alberto Contador. Cependant, le risque est réel de voir les Espagnols ne pas courir en équipe, risque toutefois limité si la course est très sélective. La Colombie aligne quatre excellents grimpeurs (Nairo Quintana, Rigoberto Urán, Carlos Betancur et Sergio Henao) capables de se sacrifier les uns pour les autres, mais leur forme est incertaine. Les Irlandais Nicolas Roche, très en vue sur le Tour d'Espagne, et Daniel Martin, vainqueur cette année du Tour de Catalogne, de Liège-Bastogne-Liège et d'une étape du Tour de France, peuvent s'imposer mais n'ont que deux équipiers.

Les principaux outsiders sont Robert Gesink, Bauke Mollema (Pays-Bas), Thomas Voeckler (France), Rui Costa (Portugal) et Edvald Boasson Hagen (Norvège)[3],[4]. Christopher Froome (Royaume-Uni), dont la saison fut excellente (vainqueur du Tour de France, du Critérium du Dauphiné, du Tour de Romandie, 2e de Tirreno-Adriatico) mais peut-être trop longue, n'a aucune référence sur les courses d'un jour, cependant il « aime ce parcours et [il] pense vraiment qu'[il a] une chance unique de devenir champion du monde »[5].

Déroulement de la courseModifier

Une échappée se forme en début de course, avec Jan Bárta (République tchèque), Matthias Brändle (Autriche), Rafaâ Chtioui (Tunisie), Yonder Godoy (Venezuela) et Bartosz Huzarski (Pologne). Après cent kilomètres, en arrivant à Florence, ce groupe compte huit minutes d'avance sur le peloton, emmené par l'équipe de Grande-Bretagne dans cette première partie du parcours[6].

Durant le premier tour de circuit, toute l'équipe d'Italie prend la tête du peloton. Elle impose une vitesse soutenue lors des deux ascensions empruntées à chaque tour et met ainsi plusieurs favoris en difficulté. À cinq tours de l'arrivée, le peloton est réduit à une soixantaine de coureurs. Deux tours plus loin, Cyril Gautier (France) attaque, rejoint par l'Italie Giovanni Visconti. Ce dernier parvient seul à rattraper Huzarski, rescapé de la première échappée. Ils sont repris à une trentaine de kilomètres de l'arrivée, dans la montée de Fiesole, par le peloton comprenant environ quarante coureurs[6],[7].

La pluie a alors cessé de tomber. Durant le dernier tour, Chris Anker Sorsensen (Danemark) et Michele Scarponi (Italie) tentent de s'échapper durant l'ascension de Fiesole. L'attaque décisive est cependant portée par Joaquim Rodriguez dans la partie le plus difficile de la montée, accompagné par Vincenzo Nibali, qui est tombé quelques kilomètres auparavant. Ils passent en tête au sommet de la côte. Dans la descente, ils sont rejoints par Valverde, Rui Costa et Rigoberto Uran. Ce dernier tombe peu après. Les quatre autres vont donc se disputer la victoire. Rodriguez attaque dans la descente. La poursuite menée par Nibali permet un regroupement. À deux kilomètres de l'arrivée, Rodriguez attaque à nouveau. À l'approche de la flamme rouge, Costa se défait de Nibali et Valverde. Dans la dernière ligne droite, à 600 mètres de l'arrivée, il rattrape Rodriguez. Les deux coureurs s'observent. À 200 mètres de la ligne d'arrivée, Costa lance le sprint. Rodriguez tente de résister mais est battu. Rui Costa devient le premier Portugais à remporter le championnat du monde sur route[6],[7].

ClassementModifier

Coureur Pays Temps
  Rui Costa   Portugal en h 25 min 44 s
  Joaquim Rodríguez   Espagne + s
  Alejandro Valverde   Espagne 15 s
4 Vincenzo Nibali   Italie 15 s
5 Andriy Grivko   Ukraine 31 s
6 Peter Sagan   Slovaquie 34 s
7 Simon Clarke   Australie 34 s
8 Maxim Iglinskiy   Kazakhstan 34 s
9 Philippe Gilbert   Belgique 34 s
10 Fabian Cancellara   Suisse 34 s
11 Bauke Mollema   Pays-Bas 34 s
12 Lars Petter Nordhaug   Norvège 34 s
13 Daniel Moreno   Espagne 34 s
14 Simon Geschke   Allemagne 34 s
15 Sergio Henao   Colombie 34 s
16 Michele Scarponi   Italie 34 s
17 Filippo Pozzato   Italie min 5 s
18 Arthur Vichot   France min 5 s
19 Maciej Paterski   Pologne min 5 s
20 Edvald Boasson Hagen   Norvège min 5 s
21 Jakob Fuglsang   Danemark min 5 s
22 Ignatas Konovalovas   Lituanie min 26 s
23 Greg Van Avermaet   Belgique min 26 s
24 Yury Trofimov   Russie min 26 s
25 Pieter Weening   Pays-Bas min 44 s
26 Zdeněk Štybar   République tchèque min 59 s
27 Aleksejs Saramotins   Lettonie min 1 s
28 Romain Bardet   France min 1 s
29 Serge Pauwels   Belgique min 1 s
30 Matija Kvasina   Croatie min 1 s
31 Alex Howes   États-Unis min 1 s
32 Chris Anker Sørensen   Danemark min 1 s
33 Michał Gołaś   Pologne min 1 s
34 Darwin Atapuma   Colombie min 1 s
35 Carlos Betancur   Colombie min 1 s
36 Tiago Machado   Portugal min 1 s
37 Peter Stetina   États-Unis min 1 s
38 Stefan Denifl   Autriche min 5 s
39 Marcus Burghardt   Allemagne min 40 s
40 Jan Polanc   Slovénie min 40 s
41 Rigoberto Urán   Colombie min 27 s
42 John Degenkolb   Allemagne min 53 s
43 Sergey Chernetskiy   Russie min 55 s
44 Anthony Roux   France min 55 s
45 Grégory Rast   Suisse min 24 s
46 Thomas Lövkvist   Suède min 27 s
47 Andrei Nechita   Roumanie min 6 s
48 Jonathan Castroviejo   Espagne min 6 s
49 Paul Martens   Allemagne min 6 s
50 Thibaut Pinot   France min 9 s
51 Giovanni Visconti   Italie min 15 s
52 Bartosz Huzarski   Pologne min 36 s
53 Danilo Wyss   Suisse 11 min 20 s
54 Jan Bárta   République tchèque 11 min 20 s
55 Fabian Wegmann   Allemagne 11 min 20 s
56 Amaël Moinard   France 11 min 20 s
57 Jan Bakelants   Belgique 11 min 20 s
58 Rafał Majka   Pologne 12 min 55 s
59 Cyril Gautier   France 15 min 11 s
60 Wilco Kelderman   Pays-Bas 15 min 11 s
61 Thomas Voeckler   France 15 min 11 s
- Georg Preidler   Autriche abandon
- Egoi Martínez   Espagne abandon
- Maxime Monfort   Belgique abandon
- Michael Schär   Suisse abandon
- Alberto Contador   Espagne abandon
- Luis León Sánchez   Espagne abandon
- Johan Vansummeren   Belgique abandon
- Robert Gesink   Pays-Bas abandon
- Sébastien Reichenbach   Suisse abandon
- Tom-Jelte Slagter   Pays-Bas abandon
- François Parisien   Canada abandon
- Luca Paolini   Italie abandon
- Tobias Ludvigsson   Suède abandon
- Yonder Godoy   Venezuela abandon
- Juan Pablo Magallanes   Mexique abandon
- Matthias Brändle   Autriche abandon
- Alessandro Vanotti   Italie abandon
- Andrey Amador   Costa Rica abandon
- Diego Ulissi   Italie abandon
- Rinaldo Nocentini   Italie abandon
- Miguel Ángel Rubiano   Colombie abandon
- Sebastian Langeveld   Pays-Bas abandon
- Borut Božič   Slovénie abandon
- George Bennett   Nouvelle-Zélande abandon
- Alexandr Kolobnev   Russie abandon
- Matej Mugerli   Slovénie abandon
- Andrey Zeits   Kazakhstan abandon
- Mathew Hayman   Australie abandon
- Spas Gyurov   Bulgarie abandon
- Geraint Thomas   Royaume-Uni abandon
- Tomasz Marczyński   Pologne abandon
- Matej Jurčo   Slovaquie abandon
- Rafaâ Chtioui   Tunisie abandon
- Thor Hushovd   Norvège abandon
- Bernhard Eisel   Autriche abandon
- Michael Albasini   Suisse abandon
- Rory Sutherland   Australie abandon
- Cameron Meyer   Australie abandon
- Tanel Kangert   Estonie abandon
- Laurens ten Dam   Pays-Bas abandon
- Ivan Santaromita   Italie abandon
- Christopher Froome   Royaume-Uni abandon
- Tom Dumoulin   Pays-Bas abandon
Coureur Pays Temps
- Christophe Riblon   France abandon
- Johnny Hoogerland   Pays-Bas abandon
- Markus Eibegger   Autriche abandon
- Janez Brajkovič   Slovénie abandon
- Murilo Fischer   Brésil abandon
- Ian Stannard   Royaume-Uni abandon
- Ramūnas Navardauskas   Lituanie abandon
- Przemysław Niemiec   Pologne abandon
- Janier Acevedo   Colombie abandon
- Cayetano Sarmiento   Colombie abandon
- Nairo Quintana   Colombie abandon
- Kristjan Koren   Slovénie abandon
- Andriy Khripta   Ukraine abandon
- Daniel Martin   Irlande abandon
- Péter Kusztor   Hongrie abandon
- Mathias Frank   Suisse abandon
- Björn Leukemans   Belgique abandon
- Matthew Busche   États-Unis abandon
- Jakub Novák   République tchèque abandon
- Michael Matthews   Australie abandon
- Pedro Sequera   Venezuela abandon
- Rafael Andriato   Brésil abandon
- Riccardo Zoidl   Autriche abandon
- Andrew Talansky   États-Unis abandon
- Gert Jõeäär   Estonie abandon
- Gregory Brenes   Costa Rica abandon
- José Herrada   Espagne abandon
- Youcef Reguigui   Algérie abandon
- Kwok Ho Ting   Hong Kong abandon
- Patrik Tybor   Slovaquie abandon
- Mykhailo Kononenko   Ukraine abandon
- Stanislav Kozubek   République tchèque abandon
- František Raboň   République tchèque abandon
- Fredrik Kessiakoff   Suède abandon
- Reinardt Janse van Rensburg   Afrique du Sud abandon
- Steve Cummings   Royaume-Uni abandon
- Joshua Edmondson   Royaume-Uni abandon
- Ioánnis Tamourídis   Grèce abandon
- Sylwester Szmyd   Pologne abandon
- José Ragonessi   Équateur abandon
- Jussi Veikkanen   Finlande abandon
- Freddy Vargas   Venezuela abandon
- Jackson Rodríguez   Venezuela abandon
- Jonathan Monsalve   Venezuela abandon
- Daniel Teklehaimanot   Érythrée abandon
- Daryl Impey   Afrique du Sud abandon
- Luke Rowe   Royaume-Uni abandon
- Richie Porte   Australie abandon
- Viesturs Lukševics   Lettonie abandon
- Martin Elmiger   Suisse abandon
- Warren Barguil   France abandon
- David Tanner   Australie abandon
- Oliver Zaugg   Suisse abandon
- Cadel Evans   Australie abandon
- Samuel Sánchez   Espagne abandon
- Dominik Nerz   Allemagne abandon
- Michał Kwiatkowski   Pologne abandon
- Martin Hunal   République tchèque abandon
- Héctor Rangel   Mexique abandon
- Taylor Phinney   États-Unis abandon
- Tejay van Garderen   États-Unis abandon
- Bob Jungels   Luxembourg abandon
- Radoslav Rogina   Croatie abandon
- Kristijan Đurasek   Croatie abandon
- Carlos José Ochoa   Venezuela abandon
- Serhiy Grechyn   Ukraine abandon
- Rohan Dennis   Australie abandon
- Matthew Brammeier   Irlande abandon
- Martin Velits   Slovaquie abandon
- Sam Bewley   Nouvelle-Zélande abandon
- Meron Russom   Érythrée abandon
- Nicolas Roche   Irlande abandon
- Matti Breschel   Danemark abandon
- Vitaliy Buts   Ukraine abandon
- Alexey Lutsenko   Kazakhstan abandon
- Winner Anacona   Colombie abandon
- Josué Moyano   Argentine abandon
- Peter Velits   Slovaquie abandon
- Juraj Sagan   Slovaquie abandon
- Cheung King Lok   Hong Kong abandon
- Serghei Tvetcov   Moldavie abandon
- Bradley Wiggins   Royaume-Uni abandon
- Mark Cavendish   Royaume-Uni abandon
- Christian Meier   Canada abandon
- Uri Martins   Mexique abandon
- Jack Bauer   Nouvelle-Zélande abandon
- Christopher Horner   États-Unis abandon
- Andris Smirnovs   Lettonie abandon
- André Cardoso   Portugal abandon
- Maciej Bodnar   Pologne abandon
- Yaroslav Popovych   Ukraine abandon
- Sam Bennett   Irlande abandon
- Gediminas Bagdonas   Lituanie abandon
- Ivan Stević   Serbie abandon
- Lahcen Saber   Maroc abandon
- Adil Jelloul   Maroc abandon
- Reda Aadel   Maroc abandon
- Alo Jakin   Estonie abandon
- Grega Bole   Slovénie abandon
- Essaïd Abelouache   Maroc abandon
- Ismaïl Ayoune   Maroc abandon
- Jani Tewelde   Érythrée abandon
- Kanstantsin Siutsou   Biélorussie abandon

Notes et référencesModifier

  1. « Programme et profil de l'édition 2013 », sur cyclismactu.net (consulté le 22 septembre 2013)
  2. a et b « Système de qualification pour les championnats du monde 2013 - Épreuve en ligne hommes élite », sur uci.ch (consulté le 24 août 2013)
  3. « Pourquoi c'est ouvert », sur velochrono.fr,
  4. « La course en ligne présentée en détails », sur cyclismactu.net,
  5. « Mondiaux Florence: Chris Froome rêve du maillot arc-en-ciel », sur eurosport.fr,
  6. a b et c (en) « Rui Costa wins men's road race world championship », sur cyclingnews.com, (consulté le 15 octobre 2013)
  7. a et b « Rui Costa champion du monde ! », sur velo101.com, (consulté le 15 octobre 2013)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :