Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Cepoy

commune française du département du Loiret

Cepoy est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Cepoy
La mairie.
La mairie.
Blason de Cepoy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Châlette-sur-Loing
Intercommunalité Agglomération montargoise et rives du Loing
Maire
Mandat
Jean-Paul Schouleur
2014-2020
Code postal 45120
Code commune 45061
Démographie
Gentilé Cepoyennes, Cepoyens[1]
Population
municipale
2 341 hab. (2014)
Densité 275 hab./km2
Population
aire urbaine
68 488 hab.
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 50″ nord, 2° 44′ 16″ est
Altitude Min. 77 m – Max. 114 m
Superficie 8,52 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Cepoy

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Cepoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cepoy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cepoy

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Carte de la commune de Cepoy et des communes limitrophes.

La commune de Cepoy se trouve dans le quadrant nord-est du département du Loiret, dans la région agricole du Gâtinais pauvre[2]. À vol d'oiseau, elle se situe à 63,8 km d'Orléans[3], préfecture du département, à 5,3 km de Montargis[4], sous-préfecture, et à 3,8 km de Châlette-sur-Loing, ancien chef-lieu du canton dont dépendait la commune avant mars 2015. La commune fait partie du bassin de vie de Montargis[5]

Les villes les plus proches sont : Girolles (2,3 km), Corquilleroy (3 km), Châlette-sur-Loing (3,8 km), Paucourt (4,4 km), Montargis (5,3 km), Pannes (6,1 km), Gondreville (6,2 km), Ferrières-en-Gâtinais (6,5 km), Villemandeur (6,5 km), Treilles-en-Gâtinais (6,7 km) et Fontenay-sur-Loing (6,9 km)[6].

Communes limitrophes de Cepoy
Girolles Fontenay-sur-Loing
Corquilleroy   Paucourt
Châlette-sur-Loing – Lancy

HydrographieModifier

Cepoy est traversée par deux voies d'eau :

  • à la lisière du bourg historique et au pied de la pente occidentale de la vallée du Loing, le canal du Loing, qui est navigable ;
  • à l'écart du bourg, à environ 300 mètres à l'Est, le Loing, rivière affluent de la rive gauche de la Seine, aujourd'hui non navigable, franchi par un pont nommé « pont de la Girafe »[7].

TransportsModifier

La commune est desservie par les transports en commun de l'agglomération montargoise.

Lieux-dits et écartsModifier

Le Bourg, Montenon, Montigny Rapine, le Moulois, les Murgères, le Parc, Puy-la-Laude, le Tranchoir, les Vallées.

HistoireModifier

Cepoy fut, jusqu'au milieu du XIVe siècle, le siège d'un bailliage qui fut transféré à Montargis en raison de l'essor pris par cette cité, en raison de la fréquentation royale de son château.

Un relais de poste a existé jusque dans la seconde moitié du XVIIIe siècle au hameau de Puy la Laude, en contrebas du tracé actuel de la route nationale 7, à la lisière ouest de la forêt de Montargis.

En 1743, Cepoy fut érigée en marquisat sous Louis XV, au profit de Guillaume Bouvier de La Motte (1686-1759), petit-neveu de Madame Guyon, célèbre mystique amie et correspondante de Fénelon.

La physionomie du château de Cepoy (qui héberge aujourd'hui une école des Compagnons du devoir), date à peu près de cette époque, la construction d'origine, datant du règne de François Ier, ayant été fortement remaniée.

HéraldiqueModifier

Les armes de Cepoy se blasonnent ainsi :

De gueules à un chevron d'or accompagné de trois trèfles du même[8].

(armoiries de la famille Bouvier de La Motte, marquis de Cepoy)[9]

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

Commune : territoire et institutionModifier

La paroisse et bourg de Cepoy acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[10] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[11]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[12].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[13].

Circonscriptions administratives et électorales de rattachementModifier

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Cepoy était rattachée sur le plan ecclésiastique de l'ancien diocèse de Sens[14] et sur le plan judiciaire au bailliage de Montargis[15].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Cepoy est alors incluse dans le canton de Montargis, le district de Montargis et le département du Loiret[16].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[17]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[18]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[19]. L'acte II intervient en 2003-2006[20], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Cepoy aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Montargis 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Montargis de 1790 à 1795[13],[16]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[21].
Canton Montargis 1790-1801 Administrative et électorale En 1790, lors de la création des cantons, districts et départements, la commune de Cepoy est rattachée au canton de Montargis[13]. Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du 26 juin 1793, et ne conservent qu'un rôle électoral[21]. Ils permettent l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[22]. Ils acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Montargis 1801-1973 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[23]. Cepoy est alors rattachée au canton de Montargis par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801)[24],[13].
Châlette-sur-Loing 1973-2015 En 1973, la commune est rattachée au canton de Châlette-sur-Loing, un canton issu de la division de l'ancien cantonde Montargis[25],[26].
Châlette-sur-Loing 2015- Électorale La loi du [27] et ses décrets d'application publiés en février et [28] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au canton de Châlette-sur-Loing[28]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[29].
Arrondissement Montargis 1801- Administrative Cepoy est rattachée à l'arrondissement de Montargis depuis sa création en 1801[13],[24].
Circonscription législative 4e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[30],[31]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[32]. La réforme n'affecte pas Cepoy qui reste rattachée à la quatrième circonscription[33].

Collectivités territorialesModifier

La commune de Cepoy est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[34], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

IntercommunalitésModifier

 
Localisation de la commune de Cepoy dans la communauté d'agglomération Agglomération Montargoise et Rives du Loing.

Initialement constitué par arrêté préfectoral le , le district urbain de l’agglomération Montargoise, le plus ancien district de France, regroupait huit communes dont la commune de Cepoy. Celui-ci avait des compétences réduites : ordures ménagères, transports, service départemental d’incendie et de secours (SDIS) et assainissement. La communauté d’agglomération a été créée dans l’optique d’avoir une mutualisation des moyens. En application des dispositions de la loi no 99-586 du relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale, le district s’est transformé en communauté d’agglomération qui a pris le nom de « Agglomération Montargoise et Rives du Loing » par arrêté préfectoral du . Les statuts dont été adoptés le [35]. La commune appartient à d'autres établissements publics de coopération intercommunale, de type syndicats ou autres regroupements intercommunaux. Le découpage territorial de ces structures est en constante évolution dans une perspective de rationalisation et d'efficience des services[Note 1].

La loi du portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe), visant une réduction du nombre d'intercommunalités en France, fait passer de 5 000 à 15 000 habitants, sauf exceptions, le seuil démographique minimal pour constituer une intercommunalité et a un impact sur les périmètres des intercommunalités du département du Loiret dont le nombre passe de 28 à 16. Mais la communauté d'agglomération Agglomération Montargoise et Rives du Loing, dont la population totale dépasse le nouveau seuil minimal, ne voit pas son périmètre changer[36] et la commune de Cepoy en reste donc membre. Cette loi a toutefois un impact sur ses compétences avec l'attribution de nouvelles compténces comme de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations à partir du [37].

Personnalités élues par circonscription électorale de rattachementModifier

Au-delà du maire, premier magistrat administrant la commune, les personnalités élues dont le mandat est relatif à une collectivité à laquelle est rattachée la commune de Cepoy et représentant donc le territoire communal au sein de chacune de ces collectivités sont les suivantes :

Élections Circonscription électorale Élu de la circonscription
Niveau Type Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Groupe communal Municipales et communautaires Commune de Cepoy Maire Jean-Paul Schouleur 2014 2020
Agglomération montargoise et rives du Loing Président de l'intercommunalité Jean-Pierre Door 2014 2020
Département Départementales Canton de Châlette-sur-Loing Conseiller départemental Gérard Dupaty 29 mars 2015 2021
Conseillère départementale Cécile Manceau
Région Régionales Région Centre-Val de Loire Président du conseil régional François Bonneau 18 décembre 2015[38] 2021[39]
Pays Législatives 4e circonscription Député Jean-Pierre Door

Politique et administration municipalesModifier

Conseil municipal et maireModifier

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Cepoy, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[40], pour un mandat de six ans renouvelable[41]. Il est composé de 19 membres [42]. L'exécutif communal, est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 en cours Jean Paul Schouleur DVD  
1995 mars 2008 Paul Ferrari    
1871  ? Guillaume Lacroix Gauche radicale Entrepreneur en travaux publics
Conseiller général du canton de Ferrières (1877-1901)
1791  ? Pierre Bizieux    
Les données manquantes sont à compléter.

En 2008, la commune a reçu le label « Ville Internet »[43].

JumelagesModifier

  Dals-Ed (Suède).

Équipements et servicesModifier

EnvironnementModifier

Gestion des déchetsModifier

En 2016, la commune est membre du syndicat mixte de ramassage et de traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de Montargis, créé en 1968. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 2], des emballages ménagers recyclables et des encombrants en porte à porte et du verre en points d’apport volontaire[44]. Un réseau de trois déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). La déchèterie la plus proche de la commune est située sur la commune d'Amilly[45].

Le SMIRTOM de Montargis procède également à l'élimination et la valorisation énergétique des déchets ménagers et de ceux issus de la collecte sélective dans l'unité d'Amilly, construite en 1969. Une convention de délégation du service public de traitement a été conclue en 2013 avec la société Novergie Centre, filiale énergie du Groupe Suez pour la valorisation énergétique des déchets[46].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté d'agglomération Agglomération montargoise et rives du Loing en application de la loi NOTRe du [47].

Production et distribution d'eauModifier

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[48]. La commune de Cepoy a délégué la gestion du service au syndicat intercommunal d'alimentation en eau potable de la région du Puy la Laude, un syndicat créé en 1957 desservant cinq communes : Cepoy, Corquilleroy, Fontenay-sur-Loing, Girolles et Paucourt[49],[50],[51]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal relèvent désormais de la compétence de la communauté de l'agglomération montargoise et des rives du Loing (A.M.E.) qui assure la représentation-substitution des communes adhérentes au SIAEP, dont Cepoy, au sein de celui-ci. 7 497 habitants étaient desservis par le syndicat en 2015 (7 473 au 31/12/2014)[52]. Les trois ressources sont les deux forages situés sur la commune de Cepoy et le puits de l’Abymes sur la commune de Paucourt. Le volume prélevé en 2015 atteint 588 064 m3 d'eaux brutes. Le volume d'eau consommée s'élève en 2015 à 369 215 m3 et est distribuée à 4 197 abonnés dont 1 424 sur la commune de Cepoy[53].

AssainissementModifier

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[54], est également assurée par l'A.M.E.[55],[56],[57] qui dispose ainsi en 2015 d’un réseau de 384,8 km, de 11 737 regards de visite et de 145 postes de relevage et de trois stations d’épuration principales situées à Chalette-sur-Loing, à Amilly et à Vimory[58]. La commune est raccordée à la station d'épuration située sur le territoire de la commune de Chalette-sur-Loing, mise en service le et dont la capacité nominale de traitement est de 85 000 EH, soit 16 700 m3/jour. Cet équipement utilise un procédé d'épuration biologique dit « à boues activées ». Son exploitation est assurée en 2017 par la Lyonnaise des Eaux Amilly[59],[60].

Certaines rues de la commune ne sont pas desservies par le réseau d’eaux usées (réseau d’assainissement collectif) de l’Agglomération montargoise et les habitations doivent dès lors être pourvues d’un système d’assainissement individuel. L’assainissement non collectif (ANC) désigne ces installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[61]. L'agglomération montargoise assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[62],[58].

Prix de l'eauModifier

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine,...) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets,...)[63]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[64]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[65].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Cepoy 1,70[66] 1,72[67] 1,77[68] 1,84[69] 1,95[70] 1,96[71]
Loiret 1,76[72] 1,7[73] 1,66[74] 1,69[75]
France 1,93[72] 1,96[73] 2[74] 2,03[75]
Assainissement Cepoy NC[66] 2,51[67] 2,56[68] 3,24[69] 2,38[70] 1,94[71]
Loiret 2,07[72] 2,19[73] 2,25[74] 2,38[75]
France 1,73[72] 1,82[73] 1,85[74] 1,89[75]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Article détaillé : démographie de Cepoy.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[76]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[77],[Note 3].

En 2014, la commune comptait 2 341 habitants, en diminution de -0,43 % par rapport à 2009 (Loiret : 2,42 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
775 864 798 865 925 972 949 1 020 1 029
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
971 1 012 1 011 1 003 1 001 987 943 1 021 954
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
910 915 991 1 131 1 371 1 365 1 368 1 481 1 723
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
1 664 1 584 1 543 1 856 1 993 2 064 2 292 2 344 2 341
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[78] puis Insee à partir de 2006[79].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Elle est située dans l'aire urbaine de Montargis.

ÉconomieModifier

Comme dans la majeure partie de l'Orléanais et du Gâtinais, la survenue du phylloxéra, à la fin du XIXe siècle, a profondément modifié la sociologie de la commune. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, une bonne moitié des chefs de famille étaient qualifiés de vignerons (activité sans doute non exclusive). Aujourd'hui, l'activité viticole a complètement disparu, hormis pour de rares usages domestiques.

Parallèlement, le développement des établissements Hutchinson, dans la commune voisine de Châlette-sur-Loing, a parachevé le déclin des activités agricoles dans la commune.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Le gisement préhistorique de la Pierre-aux-Fées de 2 000 m2, du paléolithique supérieur, au lieu-dit la Grosse-Pierre.
    Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 26 octobre 1977.[81] ;
  • L’ancienne maison du directeur général des canaux d'Orléans et du Loing ou maison des seigneurs du canal, commandée avant 1692 par Nicolas Cadot et construite dans les deux ou trois décennies suivantes. Elle abrite aujourd'hui l'auberge de jeunesse.
    Inscription sur l'Inventaire supplémentaire des monuments historiques le 3 mai 1999.[82]
  • Château, détruit en 1358 pendant la guerre de Cent Ans et reconstruit à la fin des XIVe et XVIIe siècles[83] ;
  • Le moulin de l'Écluse datant de 1530 et le moulin Neuf de 1830 ;
  • Plusieurs écluses ;
  • La forêt domaniale de Montargis ;
  • Les rives du Loing ;
  • Une cité ouvrière de Cepoy, construite par les architectes Raguenet et Maillard, a fait l'objet d'un article dans la revue L'Architecture en 1923[84] ;
  • Le viaduc du Loing, pont métallique de type bipoutre franchissant le Loing entre la commune et Fontenay-sur-Loing.

Patrimoine naturelModifier

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

 
Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes au plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Cepoy comprend une ZNIEFF[85].

La ZNIEFF, de deuxième génération et de type 2[Note 4], dénommée forêt de Montargis, d'une superficie de 4 598 hectares, est répertoriée depuis 1985-86 pour ses intérêts écologiques et faunistiques. Elle s'étend sur 9 communes, dont Cepoy pour la frange nord-ouest de la ZNIEFF correspondant à la partie est de la commune[86]. Son altitude varie entre 88 et 133 m[87]. Le chêne est l'essence la plus représentée, toutefois, la chênaie-hêtraie est présente sous forme de stations de faible superficie. La flore se caractérise par la présence de végétaux associés aux sols acides comme la callune (Calluna vulgaris), la violette des chiens (Viola canina) ou la myrtille (vaccinium myrtillus), et aux sols neutres à légèrement alcalins sur calcaire ou marne (Rosa micrantha, la scille à deux feuilles (Scilla bifolia), le céphalanthère à longues feuilles (Cephalanthera longifolia), le gaillet odorant (Galium odoratum)[88]. Un réseau complexe de mares (toutes ne sont pas en eau la même année) conduit à de notables déplacements d'amphibiens en période de reproduction. Le nord-est du massif est ainsi directement concerné. Le nord du massif, nettement relié à la vallée de la Clairis correspond également à un secteur de mouvements importants de mammifères grands et petits ainsi que pour l'avifaune. L' intérêt pour les chiroptères semble s'être déplacé durant les années vers la vallée de la Clairis[88]. La forêt de Montargis est gérée par l'Office national des forêts[89].

Personnalités liées à la communeModifier

ManifestationsModifier

Marché le dimanche matin.

Fête du village : fête Saint-Loup le premier week-end de septembre. Spectacles, retraite aux flambeaux, feu d'artifice, etc.

DiversModifier

Le nom « Cepoy », habituellement prononcé /se.pwa/ jusque dans la première moitié du XXe siècle, a inspiré l'un des noms de plume – « Jacques Cépoy » (avec un accent) – du journaliste Pierre Pujo, qui avait quelques racines maternelles à Ferrières-en-Gâtinais, mais aussi à Mignères et Pannes ; le nom du « haras de Cepoy », un élevage de chevaux lipizzan situés à Loches (Indre-et-Loire), propriété de Chantal Bouvier de Lamotte, Miss France 1972.

La commune possède plusieurs labels :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. La commune peut faire partie de diverses autres intercommunalités qui ne sont pas représentées : des syndicats (syndicats intercommunaux à vocation unique (SIVU), (syndicats intercommunaux à vocation multiple (SIVOM), syndicats mixtes) ou d’autres regroupements intercommunaux (programme local de l'habitat (PLH), contrat local de santé (CLS), centre intercommunal d'action sociale (CIAS).
  2. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.

RéférencesModifier

  1. Gentilés des communes du Loiret
  2. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 25 juillet 2015)
  3. « Orthodromie entre "Cepoy" et "Orléans », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 25 juillet 2015).
  4. « Orthodromie entre "Cepoy" et "Montargis" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 25 juillet 2015).
  5. « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 25 juillet 2015).
  6. « Villes les plus proches de Cepoy », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 25 juillet 2015).
  7. On ne dispose pas de preuve tangible d'un lien entre le nom de ce pont et le voyage retentissant, au printemps 1827, du convoi pédestre conduisant la girafe offerte à Charles X par Méhémet Ali de Marseille à Paris, mais il n'existe également aucune preuve rendant plausible toute autre explication sur le nom de ce pont.
  8. Blason sur le site de la commune. Consultation : janvier 2009.
  9. Jougla de Morenas, Grand armorial de France, t. 2, 238.
  10. Motte 2003, p. 24
  11. Motte 2003, p. 23
  12. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 17 octobre 2015)
  13. a, b, c, d et e « Notice communale de Cepoy », sur le site de l'EHESS (consulté le 17 octobre 2015).
  14. « Ancien diocèse de Sens », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 16 octobre 2015)
  15. « Bailliages de la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 16 octobre 2015)
  16. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  17. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  18. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  19. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  20. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  21. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 17 octobre 2015).
  22. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 17 octobre 2015), p. 6.
  23. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 17 octobre 2015)
  24. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 44 », sur http://gallica.bnf.fr (consulté le 17 octobre 2015)
  25. « Notice communale de [[Beaugency]] sur le site de l'[[École des hautes études en sciences sociales|EHESS]] », sur le site de l'EHESS (consulté le 17 octobre 2015).
  26. « Décret no 73-726 du 23 juillet 1973 portant création de cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr (consulté le 16 octobre 2015)
  27. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 17 octobre 2015).
  28. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 17 octobre 2015).
  29. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 17 octobre 2015).
  30. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  31. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  32. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  33. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 17 octobre 2015).
  34. « Rattachements administratifs de la commune de Cepoy », sur le site de l'Insee (consulté le 17 octobre 2015)
  35. « Communauté d'agglomération montargoise et rives du Loing (Loiret) - Rapport d'observations définitives », sur le site de la cour des comptes et des chambres régionale des comptes, (consulté le 17 octobre 2015), p. 7
  36. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 29 novembre 2016)
  37. « L’intercommunalité et la Loi NOTRe du 7 août 2015 », sur http://www.mairieconseils.net/, (consulté le 29 novembre 2016)
  38. « François Bonneau (PS) réélu président du Centre-Val de Loire », sur http://www.lanouvellerepublique.fr/, (consulté le 29 décembre 2015)
  39. Xavier Brivet, « Les nouvelles règles relatives aux régionales 2015 », sur http://www.courrierdesmaires.fr/, (consulté le 29 décembre 2015)
  40. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  41. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 17 octobre 2015)
  42. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  43. « LES VILLES \ INITIATIVES PAR RÉGIONS \ CENTRE », sur www.villes-internet.net (consulté le 8 octobre 2009)
  44. « Rapport d'activités 2015 du SMIRTOM de Montargis », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  45. « SMIRTOM de Montargis - déchèteries », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  46. « UIOM d'Amilly - Valorisation énergétique : les Ordures Ménagères », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  47. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 2 mai 2017), p. 4
  48. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  49. « SIAEP de la région du Puy la Laude », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 16 juillet 2017)
  50. « SIAEP de la région du Puy la Laude », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 16 juillet 2017)
  51. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 16 juillet 2017)
  52. « Syndicat Intercommunal d'Alimentation en Eau Potable de la région du Puy la Laude - Indicateurs 2015 », sur http://www.services.eaufrance.fr (consulté le 16 juillet 2017)
  53. « Procès-verbal du conseil communautaire de l'AME du 17 novembre 2016 », sur http://www.agglo-montargoise.fr (consulté le 16 juillet 2017), p. 18-19
  54. Les services publics d'eau et d'assainissement ", p. 16
  55. « Communauté de l'Agglomération Montargoise Et des Rives du Loing (A.M.E.) », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 22 juin 2017)
  56. « Communauté de l'Agglomération Montargoise Et des Rives du Loing (A.M.E.) », sur http://www.services.eaufrance.fr (consulté le 13 juillet 2017)
  57. « composition communale des services d'assainissement collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 13 juillet 2017)
  58. a et b « AME - Rapport d'activités 2015 », sur http://www.agglo-montargoise.fr (consulté le 14 juillet 2017), p. 23
  59. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 21 juin 2016 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 13 juillet 2017)
  60. « Station d'épuration de Cepoy », sur http://www.sandre.eaufrance.f (consulté le 13 juillet 2017)
  61. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 13 juillet 2017)
  62. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 13 juillet 2017)
  63. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 13 juillet 2017)
  64. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 13 juillet 2017)
  65. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 13 juillet 2017)
  66. a et b Prix de l'eau en 2010 à Cepoy.
  67. a et b Prix de l'eau en 2011 à Cepoy.
  68. a et b Prix de l'eau en 2012 à Cepoy.
  69. a et b Prix de l'eau en 2013 à Cepoy.
  70. a et b Prix de l'eau en 2014 à Cepoy.
  71. a et b Prix de l'eau en 2015 à Cepoy.
  72. a, b, c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  73. a, b, c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  74. a, b, c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  75. a, b, c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  76. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  77. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  78. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  79. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  80. « L'église paroissiale Saint-Loup », notice no PA00098727, base Mérimée, ministère français de la Culture
  81. « Le gisement préhistorique de la Pierre-aux-Fées », notice no PA00098728, base Mérimée, ministère français de la Culture
  82. « L'ancienne maison du directeur général des canaux d'Orléans et du Loing », notice no PA45000008, base Mérimée, ministère français de la Culture
  83. « Informations sur le château de Cepoy sur le site du Quid »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  84. Cité ouvrière à Cepoy. L'Architecture, 1923, p. 73 - 78. Notice no 00029007, base Archidoc, ministère français de la Culture
  85. « Liste des ZNIEFF de la commune de Cepoy », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 2 août 2015).
  86. « Découpage communal de la ZNIEFF 240003882 - Forêt de Montargis », sur le site des zonages du domaine de la Biodiversité, publié par la DREAL Centre. (consulté le 2 août 2015).
  87. « ZNIEFF 240003882 - Forêt de Montargis - fiche de synthèse », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 2 août 2015).
  88. a et b « ZNIEFF 240003882 - Forêt de Montargis - fiche descriptive. », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 2 août 2015).
  89. « Carte - guide de la forêt domaniale de Montargis », sur le site de l'ONF (consulté le 2 août 2015).
  90. Raoul Nordling, Sauver Paris : Mémoires du consul de Suède (1905-1944), édition établie par Fabrice Virgili, éditions Complexe, 2002, IHTP CNRS, note p. 31. (ISBN 2-87027-908-6)
  91. « Cepoy », sur www.stationverte.com, Fédération française des stations vertes de vacances et des villages de neige (consulté le 8 mars 2013)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier