Cayeux-sur-Mer

commune française du département de la Somme

Cayeux-sur-Mer
Cayeux-sur-Mer
Le phare de Cayeux (à Brighton-les-Pins).
Blason de Cayeux-sur-Mer
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CA de la Baie de Somme
Maire
Mandat
Jean-Paul Lecomte
2020-2026
Code postal 80410
Code commune 80182
Démographie
Gentilé Cayolais
Population
municipale
2 377 hab. (2021 en diminution de 6,05 % par rapport à 2015)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 10′ 45″ nord, 1° 29′ 36″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 15 m
Superficie 26,29 km2
Type Commune rurale et littorale
Unité urbaine Cayeux-sur-Mer
(ville isolée)
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Friville-Escarbotin
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Cayeux-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Cayeux-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
Cayeux-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Cayeux-sur-Mer
Liens
Site web https://www.cayeux-sur-mer.fr/

Cayeux-sur-Mer [kajø syʁ mɛʁ] est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Depuis , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime. La commune fait aussi partie des villes et villages labellisés Pays d'art et d'histoire qui œuvrent à mettre en avant leur patrimoine[1],[2].

Ses habitants sont appelés les Cayolais.

Géographie modifier

Localisation modifier

Communes limitrophes modifier

Communes limitrophes de Cayeux-sur-Mer
Manche Baie de Somme (Manche) Baie de Somme (Manche)
Manche   Lanchères
Manche Woignarue Brutelles

Situation modifier

La ville de Cayeux-sur-Mer est située sur la côte picarde, dans la région naturelle du Marquenterre, au sud de l'embouchure de la baie de Somme, à 25,6 km à l'ouest d'Abbeville à vol d'oiseau. Elle est bordée par la Manche à l'ouest.

Les grandes villes les plus proches de Cayeux-sur-Mer sont Amiens (66 km), Lille (122 km) et Le Havre (122 km).

Géologie et relief modifier

Avec sa situation entre les falaises crayeuses d'Ault et l'estuaire de la baie de Somme, la plage du trait de côte a une origine clairement hydrologique, mais probablement aussi tectonique, voire néotectonique, avec un jeu de failles qui semblent avoir été actives durant le quaternaire, notamment dans le contexte glacio-eustatique[3].

Cayeux-sur-Mer est au niveau zéro d’altitude minimale. L'altitude maximale est de 15 m et celle de la mairie est de 5 m.

Hydrographie modifier

La Haulle, cours d'eau côtier, possède une longueur de 5,8 km entre Cayeux-sur-Mer, Brutelles et Woignarue[4].

Le marais du Hâble-d'Ault était au Moyen Âge un ancien centre de pêche et d'ancrage secondaire de navires. Il est aujourd'hui une zone humide hébergeant environ 270 espèces d’oiseaux migrateurs ainsi que 250 plantes[5]. On y retrouve notamment toutes les espèces d'anatidés nicheurs de France. La longueur totale de ce site est de 12,7 km[6].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[7]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[8].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,6 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 801 mm, avec 12,3 jours de précipitations en janvier et 8,4 jours en juillet[7]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique installée sur la commune est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 761,1 mm[9],[10]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[11].

Statistiques 1991-2020 et records CAYEUX-SUR-MER (80) - alt : 4m, lat : 50°11'13"N, lon : 1°31'16"E
Records établis sur la période du 01-01-2006 au 03-12-2023
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 3 2,5 4 5,6 8,8 11,8 13,7 14 11,5 9,4 6,2 3,8 7,9
Température moyenne (°C) 5,4 5,3 7,4 10,1 12,9 15,9 17,9 18 15,7 12,8 8,9 6,3 11,4
Température maximale moyenne (°C) 7,8 8,1 10,8 14,6 17 20 22,2 22 19,9 16,2 11,7 8,8 14,9
Record de froid (°C)
date du record
−10,6
07.01.09
−13,8
12.02.12
−6,7
13.03.13
−4,6
07.04.13
−0,3
15.05.10
2
01.06.06
6
16.07.19
6,8
31.08.11
0,4
30.09.18
−1,3
26.10.10
−5,2
29.11.10
−8,3
03.12.10
−13,8
2012
Record de chaleur (°C)
date du record
16,7
01.01.22
18,8
24.02.21
23,1
30.03.17
25,5
20.04.19
28,7
17.05.17
35,8
21.06.17
41
19.07.22
35,4
09.08.20
33,7
10.09.23
28,5
01.10.11
20,6
07.11.15
16,3
31.12.22
41
2022
Précipitations (mm) 65,8 56 47 33,2 49,9 50,6 55,2 80,9 55,2 86,7 90,9 89,7 761,1
Source : « Fiche 80182003 », sur donneespubliques.meteofrance.fr, edité le : 06/12/2023 dans l'état de la base


Milieux naturels et biodiversité modifier

Le Bois des Pins ou bois de Brighton est un espace planté de pins dans les années 1950 pour fixer la dune. Le site classé est d'une superficie de 26 hectares.

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Cayeux-sur-Mer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[12],[13],[14]. Elle appartient à l'unité urbaine de Cayeux-sur-Mer, une unité urbaine monocommunale[15] de 2 477 habitants en 2017, constituant une ville isolée[16],[17]. La commune est en outre hors attraction des villes[18],[19].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[20]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[21],[22].

Occupation des sols modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (63,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (41,3 %), prairies (20,1 %), zones humides côtières (9,3 %), zones urbanisées (7,7 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (5,7 %), zones humides intérieures (5,1 %), eaux continentales[Note 2] (4,1 %), zones agricoles hétérogènes (2,4 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (1,9 %), eaux maritimes (1,2 %), forêts (1,1 %)[23]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Lieux-dits, hameaux et écarts modifier

La commune est composée de plusieurs agglomérations :

  • Cayeux,
  • Brighton-les-Pins,
  • Le Hourdel,
  • La Mollière.

Habitat et logement modifier

En 2019, le nombre total de logements dans la commune était de 3 622, alors qu'il était de 3 524 en 2014 et de 3 860 en 2009[I 1].

Parmi ces logements, 33,8 % étaient des résidences principales, 59,1 % des résidences secondaires et 7,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 74,7 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 22 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Cayeux-sur-Mer en 2019 en comparaison avec celle de la Somme et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (59,1 %) très supérieure à celle du département (8,3 %) et à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 67,2 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (67,7 % en 2014), contre 60,2 % pour la Somme et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Cayeux-sur-Mer en 2019.
Typologie Cayeux-sur-Mer[I 1] Somme[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 33,8 83,2 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 59,1 8,3 9,7
Logements vacants (en %) 7,2 8,5 8,2

Voies de communication et transports modifier

Cayeux est desservie par les routes départementales RD3, RD102 et RD177 qui permettent de rejoindre la RD940, anciennement dénommée route nationale 40. L'autoroute A16 se trouve à 27 km de la commune.

En 2019, la localité est desservie par les lignes d'autocars no 5 (Cayeux - Friville-Escarbotin - Abbeville), no 6 (Cayeux - Saint-Valery - Abbeville) et no 7 (Lanchères - Friville) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[24].

Risques naturels et technologiques modifier

La commune présente un risque de submersion marine[25].

Toponymie modifier

La toponymie est attestée sous les formes suivantes : Caldis au VIIIe siècle[26] ; Caio de 1076 à 1092 ; Caiou en 1121 ; Caiodo en 1168 ; Caieu en 1173[27], Caieu-sur-la-Mer en 1507[26] ; Caieux et Cayeux en 1513 ; Cayeux-sur-la-Mer en 1547 ; Cayeu-sur-la-Mer en 1567 ; Cayen en 1592 ; Roc de Cayeux en 1610 ; Pays et roc de Cayeux en 1610 ; Cayeux-sur-Mer en 1836[26].

Sur les digues de Cayeux-sur-Mer, le ramassage à la main des galets constituait à la fin du XIXe siècle l'une des rares activités industrielles de la baie de Somme.

Histoire modifier

Moyen Âge modifier

Les premières mentions écrite de Cayeux datent de 1005. À cette époque, Richard Ier, duc de Normandie, voulant se rendre maître de Saint-Valery, descend sur la côte du territoire où il se dirige vers Pendé, pour attaquer par les hauteurs[28].

Adelis de Bavelinghem, héritière de Bavelinghem, se marie avec Arnould de Caieu, chevalier, renommé pour sa valeur, qui en 1196 avec Adelis, confirme une donation faite par Hugues de Bavelinghem, père d'Adelis, à l'abbaye Saint-Médard d'Andres. Arnould, à la fin de sa vie, y prend l'habit religieux et donne une partie du marais de Balinghem et une somme de vingt marcs à l'abbaye, ce que confirme l'évêque de Thérouanne Lambert de Bruges[29],[30]. Le couple a trois enfants : Anselme, Guillaume et Arnould de Caieu.

Au XIIe siècle, le seigneur Renier de Boulogne, qui accumule les exactions envers les paysans, fait l’objet d’une battue de la part de ses vilains, acculé dans une carrière et est lapidé[31].

La construction de l'église, en hommage à saint Pierre, le « prince des apôtres » date du XIIe siècle. Elle se situe au sud de Cayeux, à côté du cimetière dans le quartier de La Vieille Église. L'actuelle église, du même nom, est construite plus au nord, et consacrée le 3 août 1902[32].

En 1426, le comte de Guise Jean de Luxembourg, épouse Catherine de Mammetz qui devient la dame de Cayeux, En 1475, le roi Louis XI, qui ne souhaite pas donner la ville au duc de Bourgogne, Charles le Téméraire, la fait incendier[33].

Époque moderne modifier

En , la ville et sa paroisse bénéficient de privilèges, franchises et libertés octroyés par le roi de France, Henri II.

Plusieurs incendies réduisent en cendres la ville en 1653 et en 1727[34].

Époque contemporaine modifier

En 1837, Victor Hugo décrit Cayeux ainsi :

« ...enfoui dans les sables dans un paysage sauvage où rien ne rappelle la vie dont nous vivons ou le monde auquel nous tenons... »

Dans la seconde moitié du XIXe siècle, le tourisme balnéaire se développe à Cayeux-sur-Mer. Les Britanniques en sont à l'origine comme en témoigne la création du hameau de Brighton, station balnéaire créée ex nihilo, entre Cayeux et Le Hourdel à la fin du siècle, stimulée par l'ouverture de la ligne de chemin de fer secondaire reliant Cayeux à Saint-Valery-sur-Somme. Brighton, à ses débuts est une station de luxe qu'on appelle alors « New-Brighton », puis Brighton-les-Pins. Des villas, hôtels et casino sont construits[35].

La ville est desservie de 1887 à 1972 par les Chemins de fer départementaux de la Somme, une compagnie de chemin de fer d'intérêt local à voie métrique. La ligne est désormais exploitée comme une ligne de chemin de fer touristique par le Chemin de fer de la baie de Somme.

Au cours de la Première Guerre mondiale, le gouvernement français met en place une série de maisons de prostitution pour les soldats stationnés dans la région, rapidement utilisées également par les soldats britanniques à partir de décembre 1917[36].

En 1939, au début de la Seconde Guerre mondiale, un lycée provisoire est créé au sein du casino, où enseigne notamment la résistante Renée Lévy[37].

Le phare, tour métallique en place depuis 1835, est détruit en août 1944 par les Allemands.

Politique et administration modifier

Rattachements administratifs et électoraux modifier

Rattachements administratifs

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Saint-Valery-sur-Somme[38]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Friville-Escarbotin

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de la Somme.

Intercommunalité modifier

Cayeux-sur-Mer était membre de la communauté de communes Baie de Somme Sud, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créée fin 1997.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité fusionne avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération de la Baie de Somme, dont est désormais membre Cayeux-sur-Mer.

Administration municipale modifier

Compte tenu de l'importance de la population, le Conseil municipal est composé de 23 membres conformément aux dispositions de l’article L2121-2 du code général des collectivités territoriales[39].

Liste des maires modifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1908 1940 Anatole Mopin Républicain radical  
février 1941[40] décembre 1941 Marcel Marcassin    
décembre 1941[41]   Victor Sanson   Président de la délégation spéciale
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1965 août 1975 Général Robert Sizaire DVG puis MDSF Général à la retraite
Décédé en fonction
septembre 1975 mars 1977 Alphonse Marseille Rad.  
mars 1977 mars 1983 Henri Heinemann CIR puis PS Professeur de collège
mars 1983 1990 Alphonse Marseille Rad. Démissionnaire
1991 juin 1995 Christian Obré PS  
juin 1995 mars 2008 Yvonne Perruchot RPR puis UMP Proviseur de lycée retraitée
mars 2008 20 octobre 2012[42] Yves Masset SE Ancien officier de marine. Décédé en fonction
février 2013[43] avril 2014[44] Bernard Blouin SE  
avril 2014[45],[44] En cours
(au 18 janvier 2023)
Jean-Paul Lecomte[46] SE Cadre
Vice-président de la CC Baie de Somme Sud (2014 → 2016)
Vice-président de la CA de la Baie de Somme (2020 →)
Réélu pour le mandat 2020-2026[47]

Politique de développement durable modifier

Une expertise écologique a été mise en œuvre par le comité national de la charte professionnelle des producteurs de granulats en . Elle a pour but de limiter les impacts environnementaux sur les zones humides issues de l'exploitation de carrières[48].

Distinctions et labels modifier

En novembre 2019, la ville obtient directement deux fleurs pour sa première participation au concours des villes et villages fleuris[49],[50].

Équipements et services publics modifier

Enseignement modifier

Cayeux-sur-Mer est située dans l'académie d'Amiens. La ville administre une école maternelle et une école élémentaire communales. Les Cayolais disposent également d'une école primaire d'enseignement privé : l'école Saint-Joseph[51].

Le collège le plus proche est localisé à Saint-Valery-sur-Somme, le lycée (général et technologique, professionnel) le plus proche, à Friville-Escarbotin[52].

Santé modifier

Trois médecins exercent leur activité dans la ville[Quand ?]. Le centre hospitalier le plus rapproché est situé à Abbeville.

Justice, sécurité, secours et défense modifier

Cayeux-sur-Mer dispose d'un poste saisonnier de gendarmerie et d'une caserne de pompiers.

Dans le domaine judiciaire, les juridictions compétentes pour la commune sont le tribunal judiciaire d'Amiens et le conseil de Prud'hommes d'Abbeville[53].

Population et société modifier

Démographie modifier

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[54]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[55].

En 2021, la commune comptait 2 377 habitants[Note 3], en diminution de 6,05 % par rapport à 2015 (Somme : −0,98 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 3001 9052 4722 2992 5492 6372 7962 9002 882
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 8352 8683 0263 0033 0213 1783 2853 3173 471
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 6213 6593 6923 4573 2663 1633 1222 6762 521
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
2 7242 7502 8622 6492 8562 7812 7392 6602 491
2021 - - - - - - - -
2 377--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[38] puis Insee à partir de 2006[56].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge inférieur à 30 ans s'élève à 23,7 %, soit en dessous de la moyenne départementale (36,4 %). À l'inverse, le taux de personnes d'âge supérieur à 60 ans est de 39,7 % la même année, alors qu'il est de 26,0 % au niveau départemental.

En 2018, la commune comptait 1 167 hommes pour 1 295 femmes, soit un taux de 52,60 % de femmes, légèrement supérieur au taux départemental (51,49 %).

Les pyramides des âges de la commune et du département s'établissent comme suit.

Pyramide des âges de la commune en 2018 en pourcentage[57]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,1 
90 ou +
2,5 
10,4 
75-89 ans
16,5 
23,5 
60-74 ans
25,0 
25,3 
45-59 ans
22,5 
13,9 
30-44 ans
11,8 
13,9 
15-29 ans
11,4 
11,8 
0-14 ans
10,4 
Pyramide des âges du département de la Somme en 2020 en pourcentage[58]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,6 
90 ou +
1,7 
6,4 
75-89 ans
9,2 
16,9 
60-74 ans
17,8 
19,9 
45-59 ans
19,1 
18,3 
30-44 ans
17,5 
19,4 
15-29 ans
18,1 
18,4 
0-14 ans
16,4 

Sports et loisirs modifier

Outre les activités de plage, la municipalité propose durant l'été des animations pour permettre la pratique des sports les plus courants, des randonnées guidées au cœur de la ville, des stages de voile et de kitesurf et des randonnées cyclistes ou équestres[59].

Il existe également plusieurs associations et clubs sportifs dans les domaines du triathlon, du tennis (la ville compte ainsi quatre terrains sur terre battue et d'autres aires permettant la pratique de ce loisir) et de la voile, grâce à l'Association pour la Promotion de la Voile en Picardie (APVP)[60].

Cultes modifier

Le culte catholique est célébré en l'église Saint-Pierre qui dépend du diocèse d'Amiens[61].

Économie modifier

Revenus de la population et fiscalité modifier

En 2008, le revenu fiscal médian par ménage est de 15 012 , ce qui plaçait Cayeux-sur-Mer au 26 376e rang parmi les 30 714 communes de plus de 50 ménages en métropole[62].

Emploi modifier

Selon les résultats du recensement de 2008[63], la population active (15-64 ans) de la commune compte 1 073 personnes, soit 62,0 %, ce taux est de 69,2 % au niveau départemental[64]. Les 15-64 ans représentent 9,7 % de chômeurs, 52,3 % de personnes ayant un emploi et 38,0 % d'inactifs. Les inactifs se répartissent de la façon suivante : les retraités ou préretraités représentent 13,4 % de la population active, les scolarisés 6,2 %, les autres inactifs 18,4 %.

En 2008, le taux de chômage (au sens du recensement) parmi les actifs de la commune est de 15,6 %. Au , on compte 181 personnes à la recherche d'un emploi dont 65 chômeurs de longue durée[65]. Ces deux chiffres sont en diminution par rapport à 1999 (13,6 %).

Répartition des plus de 15 ans selon le secteur d'activité en 2008

  Agriculture Industrie Construction Commerce Services
Cayeux-sur-Mer 3,1 % 15,4 % 6,6 % 29,9 % 44,9 %
Comparaison avec le département 4,3 % 19,2 % 6,1 % 37,8 % 32,6 %
Sources des données : INSEE[63],[64]

Entreprises et établissements modifier

Au , la ville de Cayeux-sur-Mer compte 131 établissements hors agriculture (dont 113 entreprises) et 21 ont été créées sur le territoire.

Répartition des établissements par domaines d'activité

  Ensemble Industrie Construction Commerce et services divers Secteur public
Nombre d'établissements 131 12 17 86 16
% 100 % 9,2 % 13,0 % 65,6 % 12,2 %
Sources des données : INSEE[63]

Répartition des créations d'établissements par secteur d'activité en 2009

  Ensemble Industrie Construction Commerce et services divers Secteur public
Nombre d'établissements 21 0 4 14 3
% 100 % 0,0 % 19,0 % 66,7 % 1,3 %
Sources des données : INSEE[63]

Commerces modifier

D'après les statistiques des équipements et services en 2009, le nombre d'établissements commerciaux est de quinze. Ils sont répartis comme suit : un supermarché, un magasin de bricolage, une supérette, un fleuriste, deux boulangeries, boucheries et poissonneries, un marchand de journaux et des magasins de vêtements, papeteries et de quincaillerie[66].

Agriculture modifier

La commune du Cayeux-sur-Mer possède un label appellation d'origine contrôlée (AOC) grâce à une viande d'agneau (prés salés de la baie de Somme)[67].

Pêche et industrie modifier

Sur les digues de Cayeux-sur-Mer, le ramassage à la main des galets constituait à la fin du XIXe siècle l'une des rares activités industrielles de la baie de Somme. Convoyés jusqu'au port de Saint-Valery-sur-Somme, ces silex bleus et blancs, de forme arrondie, étaient ensuite transportés par bateau en Grande-Bretagne. Avant la Seconde Guerre mondiale, on pouvait voir des ouvriers transportant plusieurs tonnes de pierrailles par jour, à dos d'homme, par ballots successifs.

Seul gisement d'Europe de galets de mer, il est mondialement connu des spécialistes pour son taux de silice qui atteint 99 %[68]. Le métier existe encore et deux entreprises de Cayeux continuent à exploiter les silices de mer. L'une d'elles, la société Silmer, calcine les galets à 1 600 °C pour les réduire ensuite en poudre blanche, très résistante, utilisés dans les travaux de voirie comme dans la fabrication des pâtes abrasives. Pour sa part, la firme Delarue-Levasseur sélectionne des galets sans défaut, de taille semblable, employés pour la décoration urbaine ou comme agents de résistance dans les broyeurs. Les derniers ramasseurs de la baie, une dizaine, sillonnent la grève par tous les temps, sauf pendant les grands froids qui gèlent les pierres et les collent ensemble. C'est la mer qui décide du succès de la récolte. Par vent de nord-ouest, elle apporte son lot de cailloux polis qu'elle peut ramener au large, dès le lendemain, sur un coup de tempête.

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

Cayeux-sur-Mer est une grande station balnéaire avec sa plage bordée de cabines caractéristiques. Le chemin de planches, bordé d'environ 400 cabines colorées et long de 2 km, offre un cadre agréable pour la promenade, la détente. Il est considéré comme le plus long d'Europe[69]. Plus loin vers le nord se trouve Le Hourdel, petit port de pêche en baie de Somme. Il permet pour les bateaux de rejoindre l'estuaire et abrite depuis 1830 un port de pèche[70].

La maison de la baie de Somme et de l'oiseau se situe entre la commune et Saint-Valery-sur-Somme. On y trouve près de 250 espèces d’oiseaux migrateurs ainsi que des phoques dans leur milieu naturel.

  • Gare de Cayeux-sur-Mer-Brighton-Plage. La commune est le terminus de la ligne touristique du Chemin de fer de la baie de Somme reliant Le Crotoy - Noyelles-sur-Mer - Saint-Valery-sur-Somme et Cayeux-sur-Mer. La gare de Cayeux-sur-Mer-Brighton-Plage est située au sud de la commune.
  • Mairie, édifice en brique avec les ouvertures encadrées de pierre blanche. Elle s'élève sur deux niveaux. Le second niveau de la partie centrale est agrémenté d'un balcon avec grille en fer forgé. Elle est décorée d'un fronton avec horloge. Un clocheton surmonte la toiture.
  • Phare de Cayeux, mis en service en septembre 1951, l’ancien ayant été détruit par les troupes allemandes le . Il mesure 28 m de hauteur.
  • Église Saint-Pierre. L’église actuelle de Cayeux-sur-Mer date du et ses orgues de 1913[71]. Elle dispose de remarquables vitraux et statues.
  • Chapelle Notre-Dame de la mer.
  • Motte féodale ronde de plus de 6 m de hauteur et sa basse-cour. C'est à cet emplacement que se dressait le château fort des seigneurs de Cayeux qui fut démantelé en 1475. En 1942, les troupes allemandes rasèrent ce qui subsistait de la tour et créèrent des abris souterrains sous la motte et installèrent à son sommet, au sud-est des fondations de la tour, une pièce d'artillerie dans un épaulement circulaire[72].

Canot Benoît-Champy modifier

Le canot Benoît-Champy est un canot de sauvetage du XIXe siècle. Il est classé depuis le au titre objet aux monuments historiques[73]. L'abri du canot, quant à lui, est inscrit depuis le au titre des monuments historiques[74].

Patrimoine culturel modifier

Une bibliothèque municipale et une salle des fêtes sont à la disposition des habitants. Cette dernière est équipée d'une salle de cinéma qui propose chaque vendredi une séance programmée[75].

Cayeux-sur-mer au cinéma modifier

Le film La Saignée (1971) de Claude Mulot a été tourné à Cayeux-sur-Mer.

Personnalités liées à la commune modifier

 
Amable Nicolas Fournier, Pêche à la baleine franche, gravure d'après Édouard Traviès pour le Dictionnaire universel d'histoire naturelle

Héraldique modifier

[[|Cayeux-sur-Mer]]
  Blason
De sinople aux trois bandes d'argent, à la croix ancrée d'or brochant sur le tout[80],[81]
Ornements extérieurs
Deux branches de laurier.
Croix de guerre 1939-1945 avec étoile de bronze.
Détails
Alias
 
Alias du blason de Cayeux-sur-Mer
'
La commune a repris, dans les années 1960 probablement, les armes de la famille de Caïeu, seigneur du lieu, en en modifiant les émaux et le champ. Les seigneurs de Cayeux portaient : « parti d'or et d'azur à la croix ancrée de gueules »[79].

Pour approfondir modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article..

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes modifier

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références modifier

Site de l'Insee modifier

  1. a et b « Chiffres clés - Logement en 2019 à Cayeux-sur-Mer » (consulté le ).
  2. « Chiffres-clés - Logement en 2019 à Cayeux-sur-Mer - Section LOG T2 » (consulté le ).
  3. « Chiffres-clés - Logement en 2019 à Cayeux-sur-Mer - Section LOG T7 » (consulté le ).
  4. « Chiffres clés - Logement en 2019 dans la Somme » (consulté le ).
  5. « Chiffres clés - Logement en 2019 dans la France entière » (consulté le ).

Autres sources modifier

  1. « Création du Pays d'Art et d'Histoire Ponthieu-Baie de Somme » (consulté le ).
  2. Jade Desmaret, « 48 communes du Ponthieu et de la baie de Somme labellisées «Pays d’art et d’histoire» », Courrier picard,‎ (lire en ligne)
  3. N. Beun, P. Broquet ; Tectonique quaternaire (Holocène ?) dans la plaine littorale picarde des Bas-Champs de Cayeux et de leurs abords orientaux ; Bulletin de l'Association française pour l'étude du quaternaire ; 1980 ; Volume 17 ; Numéro 17-1-2 ; p. 47-52.
  4. « Fiche cours d'eau - Haulle », sur Le Sandre, le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  5. « Le marais du hâble d'Ault »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site officiel de la mairie de Cayeux-sur-Mer (consulté le ).
  6. « Fiche cours d'eau - Hâble-d'Ault », sur Le Sandre, le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le ).
  7. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  8. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le ).
  9. « Station Météo-France commune de Rouvroy-en-Santerre) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  10. « Station Météo-France commune de Cayeux-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  11. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le ).
  12. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  13. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  14. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  15. « Unité urbaine 2020 de Cayeux-sur-Mer », sur insee.fr (consulté le ).
  16. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  17. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  19. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  20. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  21. « La loi littoral »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  22. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  23. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  24. « Le réseau Trans'80 en ligne »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  25. « Dossier départemental des risques majeurs - Préfecture de la Somme » [PDF], (consulté le ), p. 13/85.
  26. a b et c Jacques Garnier, Dictionnaire topographique de la Somme, t. 1, Paris / Amiens 1867 - 1878, p. 221 (lire en ligne sur DicoTopo) [1].
  27. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, vol. 1, Genève, Librairie Droz, , 480 p. (ISBN 978-2-600-02884-4, lire en ligne), p. 252.
  28. Bulletin de la société d'émulation historique et littéraire d'Abbeville, vol. 2, (lire en ligne).
  29. Alphonse Wauters,Table chronologique des chartes et diplômes imprimés concernant l'histoire de la Belgique, 10 volumes en 11 tomes, Bruxelles, 1866 à 1904. Tome 2 et 3.
  30. André Du Chesne, Histoire généalogique des maisons de Guines, d'Ardres, de Gand et de Coucy et de quelques autres familles illustres, Paris, 1632, lire en ligne.
  31. Robert Fossier, « Les mouvements populaires en Occident au XIe siècle », Comptes rendus des séances de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, 115e année, (no)2, 1971. p. 261.
  32. Office de tourisme de Cayeux, 'L'église Saint-Pierre' en ligne.
  33. Laurent Adolphe, Itinéraire général de la France : le Nord, Hachette, (lire en ligne), p. 270.
  34. « Histoire de Cayeux-sur-Mer »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l’office de tourisme de Cayeux-sur-Mer (consulté le ).
  35. « Baie de Somme », sur ac-rouen.fr (consulté le ).
  36. https://twl-calm.library.lse.ac.uk/CalmView/Record.aspx?src=CalmView.Catalog&id=3AMS%2fB%2f07%2f03&pos=1
  37. Marie-Jo Bonnet, « Hommage à Renée Lévy, résistante française de la première heure », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  38. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  39. Article L. 2121-2 du code général des collectivuités territoriales, sur Légifrance.
  40. « Nomination de maires », sur Le Progrès de la Somme, , sur Retronews.
  41. « Dissolution du conseil municipal de Cayeux-sur-Maire », sur Journal officiel de l'Etat français, , sur Retronews.
  42. « Le Maire de Cayeux Yves Masset est décédé », France 3 Picardie, (consulté le ).
  43. « Flash actu : le nouveau maire de Cayeux est élu : Depuis le décès de l’ancien maire, Yves Masset, Bernard Blouin assurait l’intérim. », L'Informateur - L’Éclaireur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. a et b Véronique Dheilly, « Jean-Paul Lecomte est élu maire : L'installation du conseil municipal a eu lieu le 4 avril. Sans surprise Jean-Paul Lecomte, adjoint sortant, a été élu maire. Il succède à Bernard Blouin », L'Informateur - L’Éclaireur,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 7 avril 2014, p. 13.
  46. « Cafeyn - reader », sur cafeyn.co (consulté le ).
  47. « Un adjoint de moins dans le conseil cayolais », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Ce lundi 25 mai, en fin d’après-midi, la salle des fêtes de Cayeux-sur-Mer a accueilli le premier conseil municipal consécutif aux élections de mars dernier. Dans le respect des mesures de distanciation, les nouveaux élus ont choisi les cinq nouveaux adjoints ».
  48. « Expertise écologique du site de Cayeux-sur-Mer (Somme) », sur Charte Environnement : la démarche de progrès des industries de carrières (consulté le ).
  49. « Les communes de la Somme labellisées sur le site national des villes et villages fleuris » (consulté le ).
  50. Alexandra Mauviel, « Cayeux-sur-Mer, coup double pour une première », Courrier picard,‎ , p. 17 (lire en ligne).
  51. « Résultats de recherche »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du ministère de l'éducation nationale (consulté le ).
  52. « Site du lycée du Vimeu ».
  53. « Annuaire des juridictions », sur le site du ministère de la justice (consulté le ).
  54. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  55. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  56. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  57. Insee, « Évolution et structure de la population en 2018 - Commune de Cayeux-sur-Mer (80182) », (consulté le ).
  58. Insee, « Évolution et structure de la population en 2020 - Département de la Somme (80) », (consulté le ).
  59. « Sport à Cayeux-sur-Mer »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site officiel de la mairie de Cayeux-sur-Mer (consulté le ).
  60. « Le club de voile de Cayeux repart sur des bases solides », sur actu.fr (consulté le ).
  61. « Annuaire du diocèse d'Amiens »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l’évêché d'Amiens (consulté le ).
  62. « CC-Résumé statistique/com,dep,zone empl », sur le site de l’INSEE (consulté le ).
  63. a b c et d « Résultats du recensement de la population - 2008 », sur le site de l’INSEE (consulté le ).
  64. a et b « Résultats du recensement de la population pour la Somme », sur le site de l’INSEE (consulté le ).
  65. Demandeurs d'emploi inscrits à Pôle emploi - D'après Pôle emploi, Dares, et Statistiques du marché du travail.
  66. « Nombre d'équipements et de services dans le domaine du commerce en 2009 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l’INSEE (consulté le ).
  67. « Liste des appellations AOC et IGP », sur INAO (consulté le ).
  68. Jean-Marc Chevauché, « Le galet », Courrier picard, vol. Picardie maritime,‎ , p. 44-45 (lire en ligne, consulté le ).
  69. « Cayeux-sur-Mer », sur le site du Comité du Tourisme de la Somme (consulté le ).
  70. « Le Hourdel »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l’Office de tourisme de Cayeux-sur-Mer (consulté le ).
  71. « L’église Saint Pierre »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur Le site de l’Office de tourisme de Cayeux-sur-Mer (consulté le ).
  72. Sébastien Noël et Luc Stevens, Souterrains et mottes castrales : Émergence et liens entre deux architectures de la France médiévale, Paris, Éditions L'Harmattan, , 422 p. (ISBN 978-2-343-07867-0), p. 361.
  73. Notice no PM80000678, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Palissy, ministère français de la Culture.
  74. Notice no PA80000051, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  75. « Le Cinéma de Brighton »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de l’office de tourisme de Cayeux-sur-Mer (consulté le ).
  76. Robert Baldick, La Vie de J.-K. Huysmans, Paris, Denoël, , 478 p. (page 67).
  77. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.5, p. 615.
  78. Dictionnaire Bénézit, Gründ, 1999, vol.4, p. 463.
  79. Jacques de Vismes, « Essai généalogique sur les sires de Caïeu » in Bulletin de la Société d'Émulation d'Abbeville, 1933-1935, p. 125.
  80. Site municipal de Cayeux-sur-Mer.
  81. Jacques Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, préface de Pierre-Marcel Wiltzer, Préfet de la région Picardie, Préfet de la Somme, Abbeville, 1972, Imprimerie F. Paillart.