Ouvrir le menu principal

Bibliothèque municipale

bibliothèque publique dépendant d'une municipalité ou d'une commune
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir BM.

Une bibliothèque municipale (BM) est une bibliothèque publique dépendant d'une municipalité ou d'une commune.

Les bibliothèques municipales accueillent le public pour la consultation sur place (en général gratuitement) et pour le prêt à domicile (qui nécessite souvent une inscription payante) de livres, de documents sonores ou vidéos. Elles proposent de plus en plus souvent des accès à internet et organisent des manifestations culturelles, comme des expositions ou des rencontres avec des écrivains. Certaines utilisent des bibliobus.

En FranceModifier

Les bibliothèques municipales les plus anciennes possèdent des collections patrimoniales. Cinquante-quatre d'entre elles sont des bibliothèques municipales classées, dont une partie des collections appartient à l'État et qui emploient un fonctionnaire d'État et parfois plusieurs.

Les bibliothèques municipales construites depuis les années 1980 sont parfois appelées médiathèques, sans qu'on puisse toutefois généraliser le rapport entre cette appellation et la présence de médias autres que le livre. Certaines grandes bibliothèques construites dans les années 2000, avec une importante aide financière de l'État, sont appelées bibliothèques municipales à vocation régionale (BMVR).

Depuis le début des années 2000, de plus en plus de communes transfèrent la gestion de leur bibliothèque à une communauté d'agglomération ou à une communauté de communes. On parle alors de bibliothèque intercommunale.

Au QuébecModifier

Au Québec, la lecture publique pour les francophones a longtemps été contrôlée par le clergé catholique. Ainsi, au XIXe siècle, l’Église se donna pour mission de créer un réseau de bibliothèques paroissiales censé procurer des lectures conformes à la morale catholique à une population de plus en plus alphabétisée. Ceci, également, afin d’écarter les francophones de toute tentative de prosélytisme protestant[1]. Le concept de bibliothèque publique laïque fera lentement son chemin, mais ce n’est qu’avec la Révolution tranquille, au début des années 60, que les bibliothèques publiques commencent à s’implanter dans la province[1].

Aujourd’hui, il existe deux types de bibliothèques publiques au Québec: les bibliothèques publiques autonomes et les bibliothèques publiques affiliées[2]. Les premières vont desservir les municipalités de 5000 habitants ou plus. Elles sont généralement chapeautées par les municipalités, mais peuvent également être sous l’autorité d’un organisme sans but lucratif. C’est ce type de bibliothèque qui dessert la majorité de la population du Québec à savoir, plus de 80%[2].

Les bibliothèques affiliées desservent quant à elles les populations de plus de 5000 habitants. Elles relèvent généralement d’un Centre régional de services aux bibliothèques publiques qui les fournit en services professionnels et en collections[3].

En 2006, la Bibliothèque nationale du Québec et les Archives nationales du Québec fusionnent et donnent naissance à une nouvelle institution, Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). Cette dernière avec sa mission ambitieuse devient la première institution culturelle du Québec[4]. En effet, BAnQ réunit les archives nationales, une grande bibliothèque publique, une bibliothèque nationale ainsi qu’une bibliothèque virtuelle[4].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Bibliothèques municipales, définition du Dictionnaire, enssib, 2013.
  • Anne-Marie Bertrand, Les bibliothèques municipales : enjeux culturels, sociaux, politiques, Paris, Ed. du Cercle de la librairie, 2002 (ISBN 2-7654-0837-8) ;
  • Hélène Caroux, Architecture et lecture : les bibliothèques municipales en France 1945-2002, Paris, Éditions Picard, 2008 (ISBN 978-2-7084-0813-5).
  • Fédération internationale des associations et institutions de bibliothèques, ABF, Les services de la bibliothèque publique : principes directeurs de l'IFLA-UNESCO, Paris, Association des bibliothécaires français, 2002 (ISBN 2-900177-21-9) ;
  • Anne-Marie Bertrand ; avant-propos de Pascal Ory, Les villes et leurs bibliothèques : légitimer et décider : 1945-1985, Paris, Ed. du Cercle de la librairie, 1999 (collection Bibliothèques) (ISBN 2-7654-0745-2) ;
  • Danielle Taesch-Wahlen, Concevoir, réaliser et organiser une bibliothèque : mémento pratique à l'usage des élus, des responsables administratifs et des bibliothécaires, Paris, Ed. du Cercle de la librairie, 1997 (ISBN 2-7654-0656-1) ;
  • Gérald Grunberg (dir.) ; collab. Direction du livre et de la lecture, Bibliothèques dans la cité : guide technique et règlementaire, Moniteur, 1996 (ISBN 2-281-12217-4) ;

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. a et b Lajeunesse, Marcel, « Bibliothèques publiques au Québec », Bulletin des bibliothèques de France (BBF),‎ , p. 64-72 (ISSN 1292-8399, lire en ligne)
  2. a et b Salaün, Jean-Michel. et Arsenault, Clément, 1962-, Introduction aux sciences de l'information, Presses de l'Université de Montréal, (ISBN 978-2-7606-2114-5 et 2-7606-2114-6, OCLC 320584406, lire en ligne)
  3. Steve Rousseau, « Le Réseau BIBLIO du Québec : 20 ans d’actions concertées au profit des communautés québécoises », Documentation et bibliothèques, vol. 50, no 2,‎ , p. 189–195 (ISSN 0315-2340 et 2291-8949, DOI https://doi.org/10.7202/1030083ar, lire en ligne, consulté le 25 novembre 2019)
  4. a et b Goulet, Denis, Bibliothèque et Archives nationales du Québec : un siècle d'histoire, Montréal, BAnQ; Éditions FIDES, , Partie 5 : Bibliothèque et Archives nationales du Québec : 2004-2007