Ouvrir le menu principal

Viande

chair animale utilisée pour la nourriture
Différents types de viandes.

La viande est un aliment constitué des tissus musculaires de certains animaux, notamment les mammifères, les oiseaux, les reptiles, mais aussi certains poissons comme les requins. Le terme peut inclure le gras, les nerfs, et le sang associés à ces tissus, et dans une acception plus générale les abats et les os (moelles, cartilages servant aussi pour réaliser les préparations en gelées, etc.).

Jusqu'au début du XXe siècle, le mot viande était utilisé dans un sens plus général qui incluait le poisson ou même toutes sortes de nourriture[1].

DéfinitionsModifier

ÉtymologieModifier

En ancien français, « viande » signifiait plutôt « nourriture », vivenda signifiant en latin « ce qui sert à la vie » ; la viande en tant que « chair animale » était désignée par un mot de la même famille, la carne.

Selon le Trésor de la langue française[2] :

« Viande, Esca, Cibus, Cibaria. Il vient de Viuo Latin, ce que l'Itaþlien represente mieux, disant, Vivanda. et parce viande, c'est ce dont l'homme se paist pour vivre. L'Espagnol conformément à ce dit, Yo biþve con el Duque, pour dire, Je suis au service et desfray du Duc : Mais en la Cour il semble qu'on ait restreint ce mot viande à la chair qui est servie à table, car on n'appelle pas viande le dessert. et si à un jour de poisson quelqu'un mange de la chair, on dit qu'il mange de la viande. »

Selon les 4e et 8e éditions du dictionnaire de l’Académie : « Chair des animaux et des oiseaux dont on se nourrit »[3].

Définitions légalesModifier

 
Dans le pavillon des viandes de boucherie du marché d'intérêt national de Rungis.

Selon la réglementation européenne, la viande désigne les parties comestibles de certains animaux terrestres, y compris le sang[4]. La classification utilisée pour le commerce international des marchandises inclut les mammifères marins mais exclut les abats[5],[6].

La fiscalité française distingue également la viande des abats[réf. souhaitée]. Au terme de cette différenciation, l'onglet est un abat, donc pas de la viande. Le cœur est un muscle et pourtant cela a longtemps été un abat et non de la viande. « Abat : ensemble des parties comestibles du cinquième quartier des animaux de boucherie. On désigne sous le nom d'« abats blancs » : la tête, les pieds, l'estomac. Les « abats rouges » comprennent : le cœur, le foie, la langue, la cervelle, la rate, les poumons, le ris[7] ».

Selon la réglementation canadienne, la viande comprend toute partie comestible d'une carcasse, y compris les abats tels que la langue, le cœur, le diaphragme et le gésier, mais exclut les muscles des lèvres, du groin, de l'épicrâne et des oreilles ainsi que la viande séparée mécaniquement de la carcasse[8]. Au terme de cette réglementation, les mammifères marins relèvent du poisson, qui désigne tout animal marin[9].

Viande in vitroModifier

Article détaillé : Viande in vitro.

De la viande issue de cultures cellulaires est en cours de développement aux États-Unis, mais la question de savoir si ce nouveau produit pourra être légalement appelé « viande » n'est pas encore tranchée, et fait l'objet de débats avec les éleveurs[10],[11].

TypologieModifier

 
Viande de chien sur un marché vietnamien vers Hanoï.

Les viandes sont également classées en :

La définition de la viande rouge ci-dessus correspond à celle retenue par les scientifiques et les agences de santé comme le Centre international de recherche sur le cancer[13]. Toutefois, dans le langage courant, le lapin, le porc et certains morceaux du veau sont généralement considérés comme des viandes blanches, tandis que le magret de canard pourra être considéré comme une viande rouge, la couleur de la viande étant alors le critère prépondérant.

En dehors de ces catégories, on trouve dans d'autres cultures nombre d'animaux consommés pour leur chair : chiens (dans plusieurs pays d'Asie)[14],[15], chats (dans le sud de la Chine), cochons d'Inde (dans les Andes)[16], dauphins et baleines (en Norvège, au Japon et aux Îles Féroé entre autres).

D'autres animaux sont également consommés et constituent une source de protéines dans l'alimentation humaine (poissons, crustacés, mollusques, insectesetc.), mais leur chair n'est pas considérée comme de la viande.

HistoireModifier

Il y a 2 millions d'années, la viande cuite a commencé à devenir l'une des nourritures les plus consommées, la découverte et la maîtrise du feu et la cuisson des aliments rendant la consommation de la viande beaucoup moins dangereuse. La viande était consommée plus particulièrement pendant certaines saisons (l'hiver par exemple, où la nourriture végétale est plus rare)[17],[18],[19].

Couleur de la viandeModifier

La couleur est avec la flaveur, la jutosité et la tendreté, une des qualités organoleptiques de la viande[20].

OrigineModifier

 
Viande rouge de bœuf.

La myoglobine est le principal pigment qui colore la viande puisque l’hémoglobine résiduelle ne représente qu’environ 5 à 10 % des pigments totaux dans des conditions correctes de saignée de l’animal. La myoglobine possède un groupement héminique, responsable de la fixation de l’oxygène, et la globine (considérée comme le support de la spécificité du pigment musculaire) qui est une protéine globulaire monomérique d’un poids moléculaire voisin de 17 000.

La couleur de la viande fraîche est définie par la quantité relative des 3 formes de pigment héminique : la myoglobine réduite, la myoglobine oxygénée ou oxymyoglobine, et la myoglobine oxydée ou metmyoglobine. La myoglobine réduite (Mb-Fe++) est le pigment pourpre de la viande en profondeur et de la viande emballée sous vide. Exposée à l’air, la myoglobine se combine à l’oxygène pour former l’oxymyoglobine de couleur rouge vif (MbO2-Fe++) qui est synonyme de fraîcheur et attractive pour le consommateur de viande.

Au-delà d’un certain délai, influencée par les propriétés intrinsèques de la viande et les conditions de conservation de celle-ci, la couche d’oxymyoglobine en surface disparaît progressivement au profit de la couche de myoglobine oxydée ou metmyoglobine (MetMb-Fe+++), de couleur brune et souvent liée à une microbiologie indésirable. Quand le pigment en surface contient environ 20 % de metmyoglobine, un consommateur sur deux n’achète plus cette viande.

La viande se colore en présence de fer car l'hémoglobine et la myoglobine sont soutenues par une ou plusieurs molécules de fer qui portent les molécules d'oxygène. Dans certains cas, il faut diminuer au maximum les apports en fer pour obtenir une viande blanche[21].

Facteurs qui influent sur la couleurModifier

 
Morceau de viande représentée dans le tableau Nature morte de Claude Monet (1864).

Si la couleur de la viande et des produits carnés dépend de la concentration en myoglobine et de son état physico-chimique, elle dépend aussi des caractéristiques physiques de la surface de la viande qui vont interférer sur les propriétés de réflexion et de diffusion de la lumière incidente[22]). Depuis l’abattage de l'animal jusqu’au stockage de la viande, le taux d’accumulation de metmyoglobine à la surface de la viande est fonction de nombreux facteurs intrinsèques, comme le pH (valeur du pH ultime et/ou vitesse de chute du pH), le type métabolique musculaire, l’animal (et/ou la génétique), l’âge, la race, le sexe, le mode alimentaire (surtout chez le veau), etc., et extrinsèques comme le mode d’élevage, le logement de l’animal (cas du veau), le traitement ante mortem (manipulations par l’éleveur, les conditions de transport jusqu’à l’abattoir, etc.), la stimulation électrique et le mode de réfrigération des carcasses, le mode de désossage[21].

De plus, durant le stockage de la viande, de nombreux facteurs physico-chimiques comme la température, la disponibilité de l’oxygène, la croissance microbienne, le mode de stockage (à l’air, sous atmosphère modifiée, sous vide, etc.), le type d’éclairage, etc., vont interférer sur le déterminisme de la couleur de la viande. Dans la viande fraîche, les mécanismes principaux qui conditionnent la stabilité de la couleur sont :

  • la vitesse d’autoxydation de la myoglobine (MbO2 MetMb), en relation avec l’oxydation des lipides ;
  • la capacité réductrice du muscle de nature enzymatique (MetMb MbO2) ;
  • la disponibilité de l’oxygène présent (fonction de la pression d’oxygène, de la diffusion de l’oxygène dans la viande et enfin de la consommation d’oxygène par les mitochondries et les micro-organismes).
Article détaillé : Conservation de la viande.

Aspects nutritionnels et santéModifier

Propriétés nutritionnellesModifier

La viande est un aliment riche en protéines[23] (de 20 à 30 % selon les types de viande[24]) : elle contient notamment des acides aminés essentiels (que l'organisme humain est incapable de synthétiser) en quantité significative. La viande rouge est également une source importante de fer[25] et de vitamines du groupe B, notamment la vitamine B12[24]. Cette dernière est beaucoup plus présente dans la viande que dans les aliments végétaux[26].

La viande contient également des quantités notables de lipides (en moyenne 10,7 g/100 g)[24]. Les acides gras de la viande sont essentiellement des acides gras saturés, dont il est généralement recommandé de réduire les apports.

Les apports nutritionnels de la viande peuvent varier selon l'espèce, l'alimentation de l'animal[27] et la pièce considérée. Le Ciqual propose une table de composition nutritionnelles des aliments, et notamment des différentes viandes, régulièrement mise à jour[28].

Pour une meilleure estimation des apports nutritionnels, il faut également prendre en compte l'assimilation de ces nutriments par l'appareil digestif : celle-ci peut être plus ou moins importante selon la nature de l'aliment et sa préparation.

Consommation de viande et santéModifier

La consommation de viande peut présenter des effets indésirables. Comme sa consommation a fortement augmenté dans le monde depuis la Seconde Guerre mondiale et comme les effets de l'alimentation sur le risque de développer certaines maladies comme le cancer et les maladies circulatoires et cardiaques peuvent n'être visibles qu'après plusieurs décennies, mieux connaître les effets de cette consommation accrue de viande sur la santé et la mortalité est un enjeu important de santé publique et de prospective sanitaire.

De nouveaux risques sont apparus avec l'industrialisation de la production de viande : la composition de l'alimentation animale a évolué ; l'élevage est de plus en plus « hors sol » et des animaux qui ne consommaient que de l'herbe sont nourris avec une alimentation pouvant contenir des farines de viande et d'os — pratique interdite depuis 1990 en France et depuis 2000 en Europe[29] —, de farines de poisson, de céréales et de soja, avec utilisation d'antibiotiques, d'hormones de croissance et de divers additifs, selon les pays. Par ailleurs, la viande peut bio-accumuler les polluants émis par d'autres activités agricoles ou industrielles (pesticides, dioxines, etc.).

Après diverses études surtout menées aux États-Unis, une étude épidémiologique à grande échelle (échantillon[30] de 448 568 personnes de 35 à 69 ans) a en Europe récemment (2013) confirmé un risque augmenté de maladies cardiovasculaires, mais aussi de cancers[31]. Ce double risque (cardiovasculaire et cancers) est plus marqué pour les consommateurs de « viande transformée »[31]. Un lien avec l'obésité est également soupçonné[32].

Recommandations des organismes de santéModifier

Le ministère des Affaires sociales et de la Santé de la France, dans le cadre du Programme national nutrition santé (PNNS4), recommande une « réduction importante des consommations de charcuteries et de viandes hors volailles »[33],[34]. L'Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail (ANSES) recommande « une limitation de la consommation des viandes hors volailles » (« à moins de 500 grammes par semaine »), « et plus encore des charcuteries et des boissons sucrées » ainsi qu'« une consommation plus importante de légumineuses, de féculents complets, de légumes, de fruits, ainsi que de certaines huiles végétales »[35],[33].

Le Fonds mondial de recherche contre le cancer recommande également aux consommateurs de viande de ne pas dépasser une consommation de 500 g par semaine de viande cuite (équivalent à 700−750 g de viande crue), hors volaille, et conseille par ailleurs d'éviter complètement la viande transformée (fumée, salée, ou contenant des additifs ou conservateurs)[36],[37]. Compte tenu des disparités au sein de la population en matière de consommation de viande, le Fonds fixe par ailleurs comme objectif de santé publique de ne pas dépasser une moyenne de 300 g de viande par semaine et par habitant pour la population dans son ensemble (correspondant à 400−450 g de viande crue par semaine, soit 22 kg par personne et par an) ; cette recommandation inclut la viande contenue dans les plats préparés et la charcuterie mais pas la volaille[38]. Pour la charcuterie, l'objectif recommandé est une quantité minime ou nulle[38].

Par ailleurs, l'American Dietetic Association[39] indique que la consommation de viande n'est jamais indispensable à un régime alimentaire sain et équilibré, si celui-ci est bien conçu. Selon cette organisation, un régime végétarien peut être bénéfique au traitement et à la prévention de certaines maladies.

Risque d'intoxication alimentaireModifier

Article détaillé : intoxication alimentaire.

De nombreuses maladies infectieuses, bactériennes, virales et parasitaires ou toxiques peuvent être transmises par l'alimentation. Elles se manifestent le plus souvent par une symptomatologie digestive, mais également par des syndromes sévères, parfois mortels[40].

Infections bactériennesModifier
Escherichia coliModifier

Escherichia coli, est une bactérie Intestinale des mammifères, très commune chez l'être humain, mais certaines souches peuvent être pathogènes, pouvant entrainer lorsque elles sont ingérées, des gastro-entérites, infections urinaires, méningites, sepsis ou syndrome hémolytique et urémique[40]. Cette dernière maladie, parfois surnommée « maladie du hamburger » car les bactéries généralement en cause se développent mieux sur les viandes hachées saignantes, est une affection grave affectant principalement les enfants de moins de trois ans et pouvant entrainer la mort[41].

CampylobacterModifier

La bactérie Campylobacter est présente dans l'intestin de nombreux animaux, d'élevage notamment, et est rejetée dans les selles. La viande d'animaux infectés peut être contaminée pendant le processus d'abattage. Elle est considérée comme étant la principale cause bactérienne de gastro-entérite humaine dans le monde, avec une incidence croissante dans les pays développés, qui pourrait notamment être due à la concentration du bétail[42],[40].

ListériaModifier

La listériose est une infection bactérienne, due à listeria monocytogenes, commune à l’homme et à l’animal. La consommation d’aliments contaminés crus ou mal cuits[43] est la principale voie de transmission[40]. Elle se manifeste principalement sous la forme de méningite et de septicémie chez l’adulte, les enfants et les nouveaux-nés, et par des avortements chez la femme enceinte, avec une importante létalité (de 20 à 30 %). Elle touche préférentiellement les femmes enceintes ainsi que les personnes dont le système immunitaire est affaibli (personnes immunodéprimées et personnes âgées). Chaque année, environ 400 personnes sont touchées par la listériose et 65 en meurent[44]. En France, de mars 1992 à février 1993, 282 cas sont diagnostiqués, entraînant 63 décès et 22 avortements, à cause de langue de porc en gelée et de rillettes. En août 2019, en Espagne, la listériose est à l'origine du décès de 2 personnes sur 200 cas confirmés. Toutes les personnes contaminées avaient mangé une préparation de viande de porc confite[45].

ParasitosesModifier
TaeniasisModifier

Le Tæniasis est une infection parasitaire intestinale due à un cestode, taenia saginata. Après une période d'incubation de 2 à 3 mois, l’infection chez l’homme est souvent asymptomatique, limitée à l’émission d’anneaux du ver par l’anus, mais peut se manifester par des troubles digestifs bénins, de l'anorexie, une perte de poids ou de la nervosité[40].

On distingue deux espèces principales touchant l'être humain : le taenia saginata, dont l'hôte intermédiaire est le bœuf, et le taenia solium, dont l'hôte intermédiaire est le porc. L’hôte définitif de Taenia saginata est l’homme, les bovins n'étant que des hôtes intermédiaires. L’homme se contamine lors de l’ingestion de viande de bœuf ou de porc crue ou peu cuite[40].

TrichinoseModifier

La trichinose est transmise par la consommation de viande de cheval ou de porc, ainsi que de gibier (phacochère, chacal, ours ou animaux domestiques). Le parasite est transmis quand la viande d'un animal contaminé par les larves d'un ver rond (nématode), est mangée crue ou insuffisamment cuite. Le parasite le plus souvent responsable est Trichinella spiralis, sa présence se manifeste par des douleurs abdominales avec diarrhée, puis de la fièvre, une gêne à la déglutition, des troubles oculaires (œdème des paupières notamment), et des douleurs musculaires[40].

ToxoplasmoseModifier

La toxoplasmose est due à un parasite, toxoplasma gondii, qui infecte le plus souvent les animaux à sang chaud, y compris l’être humain, mais son hôte définitif est un félidé. L’homme peut se contaminer en consommant de la viande (principalement de mouton) contenant des kystes, et insuffisamment cuite[40]. La plupart du temps asymptomatique, l’infection primaire ou la réactivation peuvent être à l’origine, chez le sujet immunodéprimé, de formes graves avec atteintes multiviscérales (abcès cérébral, choriorétinite, pneumonie, myocardite, myositeetc.). Chez la femme enceinte, la primo-infection peut être à l’origine d’une toxoplasmose congénitale qui peut entraîner de grave séquelle pour le fœtus, ou bien la mort fœtale[40].

Transmission de maladies de l'animal à l'hommeModifier
Article détaillé : zoonose.
Tuberculose bovineModifier
Article détaillé : Mycobacterium bovis.

En juillet 2013, une enquête du Sunday Times[46] révèle que chaque année, 28 000 bovins infectés par le germe de la tuberculose sont abattus au Royaume-Uni et que leur viande est exportée en toute légalité et sans étiquetage particulier vers la France, la Belgique et les Pays-Bas[47],[48]. En octobre 2017, d'après Le Canard enchaîné qui se base sur des documents de la Direction générale de l'Alimentation (DGAL)[48], 3 000 tonnes de viande contaminée, soit 8 000 bovins environ, seraient chaque année jugées propres à la consommation et commercialisées en France, pratique connue et autorisée par les autorités sanitaires françaises et européennes[49].

Le risque de transmission de la maladie de l'animal à l'homme est jugé très faible par les autorités sanitaires si l'animal consommé est débarrassé de ses organes infectés, mais il n'est pas nul. Le Canard enchaîné affirme qu'une cinquantaine de contaminations auraient lieu chaque année par ce biais, sachant que chez l'homme le développement de la tuberculose peut prendre des années et qu'il est donc difficile de remonter à la cause de contamination[49].

Maladie de Creutzfeldt-JakobModifier
Article détaillé : Maladie de Creutzfeldt-Jakob.

En 1996, la crise de la vache folle éclate au Royaume-Uni à la suite de l'infection de plus de 190 000 bovins atteints d'encéphalopathie spongiforme bovine (ESB) et de la transmission de cette maladie systématiquement fatale à l'homme par le biais de la consommation de viande contaminée. Cette épizootie fait 223 victimes humaines dans le monde au , dont 27 en France[50] et cause un effondrement de la consommation de viande bovine dans les années 1990[51].

Hépatites viralesModifier

Les virus de l’hépatite E et de l'hépatite A se transmettent généralement, dans les pays occidentaux, lors de la consommation de viande de porc ou de gibier insuffisamment cuite, y compris certains types de charcuterie[52]. L’hépatite A est l’hépatite virale la plus répandue au monde avec des risques de transmission variables selon les conditions sanitaires des pays[53].

Le virus de l’hépatite E se transmet principalement par voie alimentaire par la consommation de produits issus d’un animal réservoir du virus, tels la viande et les abats de sanglier et de cerf, ainsi que le foie cru de porc[54]. Les symptômes de l'hépatite E ressemblent à ceux de l’hépatite A, nausées, vomissements, douleurs abdominales, souvent suivi par une jaunisse. Des formes graves peuvent survenir chez les femmes enceintes (« jusqu’à 20-25 % des femmes enceintes peuvent mourir si elles contractent une hépatite E au cours du troisième trimestre[55] »), chez les personnes immunodéprimées ou des personnes présentant déjà des lésions du foie[54].

Produits chimiquesModifier
Additifs chimiquesModifier

Les viandes transformées (bacon, jambon, salami, saucisson, hot-dogsetc.) contiennent des produits chimiques ajoutés pour rendre l'aliment plus attrayant (couleur), juteux, meilleur au goût, ou pour le conserver. Ces produits chimiques sont généralement dangereux pour la santé et incluent des nitrates, un composé chimique capable d'endommager l'ADN du système intestinal, augmentant donc le risque de cancer[56],[57]. La consommation de viande transformée augmente significativement le risque de diabète de type 2 (51 %), d'apoplexie (13 %) et de maladies cardiovasculaires (42 %)[58].

PolluantsModifier

Les principaux résidus et contaminants chimiques pouvant être présents dans la viande sont[59] :

Risque de cancerModifier

Le fer héminique contenu dans la viande étant deux fois plus biodisponible[69] que le fer non-héminique contenu dans les végétaux, sa consommation peut donc faciliter la prévention de l’anémie ferriprive. Cependant, le fer héminique est également à l’origine d’un excès de cancers du côlon : 15 % de ceux-ci seraient dus à une consommation excessive de viande rouge et de charcuterie, principalement en raison du fer héminique que celles-ci contiennent.[70] En effet, le fer héminique est source endogène de composés mutagènes « N-nitroso » (ou mutagenic nitroso compounds dits « NOC ») par « nitrosation » dans le tractus gastro-intestinal[71],[72]. Il est facteur avéré de risque de certains cancers (colorectal notamment[73]), effet qui serait lié à une altération de l'ADN[74] et dose-dépendant et qui apparaîtrait moins ou pas avec la consommation de viande blanche[75].

Dans les années 1990-2013, par comparaison avec le régime méditerranéen (pauvre en viande)[76] ou avec des groupes strictement végétariens[77] dont les facteurs de mortalité ont été étudiés[78] ou consommant plus de poisson, des études à large échelle[79] sur la consommation de viande et notamment de charcuterie ont montré un risque accru de mortalité chez les consommateurs de viande rouge[80],[81],[82],[83],[84], notamment par cancer du côlon, du poumon, de l’œsophage et du foie[85],[86]. Cet effet, observé au niveau de l'ensemble de la population, a également été identifié au sein de groupes plus restreints comme les femmes ménopausées[87] ou des personnes très âgées[88].

Parmi les causes possibles de ces liens, les chercheurs citent la présence de graisses saturées et de fer dans la viande rouge et la charcuterie, associés à la carcinogénèse et au risque coronarien pour les graisses saturées[89]. Sont également mentionnés les composants mutagènes tels que les hydrocarbures aromatiques ou les hétérocycles engendrés par une cuisson importante ou à haute température.

Le 26 octobre 2015, le Centre international de recherche sur le cancer (organisme dépendant de l'Organisation mondiale de la santé), a classé la viande transformée dans la catégorie des cancérogènes certains (groupe 1), et la viande rouge dans celle des cancérogènes probables (groupe 2A)[90],[91].

Risque de maladie cardiovasculaireModifier

La consommation de viande rouge (ou viande de boucherie : bœuf, veau, cheval, mouton, agneau, porc, etc.) est associée à un risque augmenté de survenue de maladies cardiovasculaires[92], qu'on ne retrouve pas chez les consommateurs de viande blanche (volaille). La cause en a d'abord été directement attribuée aux graisses saturées et au cholestérol, mais les graisses saturées ne semblent finalement pas être seules en cause. Selon une étude de 2013[93], le microbiome (la communauté d'environ 100 milliards de bactéries qui vivent dans l'intestin humain et participent activement à la digestion) serait aussi en cause[94] : certaines bactéries de l'intestin des mangeurs de viande métabolisent une protéine de la viande rouge, la carnitine (qui contribue normalement au transport des acides gras à l'intérieur des cellules et qui est présente en quantité dans la viande rouge) et cette métabolisation serait le prélude d'une chaine de réaction conduisant à l'athérosclérose (durcissement des artères). Le Dr Hazen[95], coauteur de l'étude, avait déjà démontré en 2011 que certaines bactéries du microbiome pouvaient favoriser l'athérosclérose via la métabolisation de la choline et de la phosphatidylcholine (protéines présente dans les œufs et la viande) qu'elles transforment en triméthylamine ensuite métabolisée dans le foie pour devenir de l'oxyde de triméthylamine ou TMAO, qui favorise l'athérosclérose et la crise cardiaque. La « L-carnitine » est une triméthylamine (proche de la choline), mais densément présente dans la viande rouge et présente dans les produits laitiers. Chez la souris et chez des volontaires humains, l'ingestion d'un repas de steak de viande rouge est suivie d'une augmentation de la teneur sanguine en carnitine et en TMAO, sauf si un traitement antibiotiques tuant les microbes intestinaux leur a été préalablement administré (dans ce cas, le taux sanguin de carnitine s'élève, mais le repas de steak n'induit plus la forte augmentation du taux de TMAO). Ce TMAO semble donc bien être produit par les bactéries ou nécessiter leur présence, et n'est trouvé que dans les selles de consommateurs de viande rouge qui ont des taux élevés de TMAO ; la flore intestinale des végétariens ne contient pas de bactéries spécialisées dans la digestion de la viande. Des végétariens volontaires n'ont pas produit de TMAO après avoir mangé un repas de steak (ou des pilules de carnitine), ce qui suggère que leurs bactéries ne digèrent pas la carnitine. Un lien a été recherché et trouvé entre la survenue d'une affection cardiaque et le niveau de carnitine et de TMAO sur un échantillon de plus de 2 500 personnes, mais uniquement chez les personnes ayant un niveau de TMAO élevé, ce qui est corroboré par les expériences faites sur des souris. Le lien de cause à effet n'est pas encore clairement expliqué, mais il semble que le TMAO interfère négativement avec les enzymes hépatiques qui produisent certaines substances biliaires acides destinées à aider à éliminer l'excès de mauvais cholestérol. Deux groupes de bactéries semblent impliquées dans ces effets aggravant les effets du cholestérol : Clostridium et Fusobacterium[96].

Allergie aux viandes de mammifères et produits en dérivantModifier

Article détaillé : Allergie à la viande.

C'est une forme apparemment émergente d'allergie, décrite depuis 2009, d'abord en Amérique du Nord puis en Australie et en Europe. C'est plus précisément une allergie à une molécule présente dans la viande de tous les mammifères non-primates. Sa cause initiale est une réaction du système immunitaire humain à une piqûre de tique qui inocule dans l'organisme humain une molécule présente dans la chair des mammifères. Cette allergie survient un peu plus souvent suite à la consommation d'abats que de viande rouge. Une fois sensibilisée à cette molécule, la personne peut devenir allergique à des produits (ex : gélatine) ou à des médicaments injectés s'ils ont été fabriqués à partir d'organismes de mammifères. Dans tous les cas le patient n’est pas allergique aux viandes de volailles ni à la chair des poissons ni aux protéines végétales.

Cas de fraudes à la viandeModifier

En juin 2019, une enquête de la DGCCRF révèle que depuis juillet 2018, sept millions de faux steaks hachés fabriqués en Pologne, soit près de 780 tonnes, ont été livrés par une entreprise française à quatre associations d'aide aux plus démunis. Les analyses révèlent que ces steaks, obtenus lors d'un achat groupé d'un montant de 5,2 millions d'euros, bien que sans danger pour la santé humaine, contiennent uniquement du gras et de la peau, mélangés à de l'amidon et du soja[97],[98].

En janvier 2013, une fraude à la viande de cheval faisant passer de la viande de cheval pour de la viande de bœuf en modifiant l'étiquetage sur des lots de minerai de viande, est découverte dans les Îles Britanniques et défraie la chronique[99]. Bien qu'aucun risque sanitaire ne soit officiellement invoqué, cette affaire fait scandale car elle implique de très nombreuses marques d'agroalimentaire, porte sur environ 4,5 millions de plats préparés, soit 50 tonnes écoulées dans treize pays[99], et touche à des degrés divers des dizaines de millions de consommateurs entre 2007 et 2015[99].

En avril 2017, 65 personnes soupçonnées de faire partie d’un réseau criminel organisé commercialisant en Europe de la viande de cheval impropre à la consommation humaine sont arrêtées en Espagne par la garde civile dans le cadre de l’opération « Gazel », en coordination avec Europol et la participation des polices belge, italienne, portugaise, roumaine, suisse, britannique et française [100].

Risque de contamination radioactiveModifier

À la suite de l'accident nucléaire de Fukushima, le gouvernement japonais interdit la vente de bœuf provenant de toute la préfecture de Fukushima, mais la psychose s'empare des consommateurs nippons après la découverte de niveaux élevés de césium radioactif dans de la viande de bœuf provenant d'une ferme de Minamisōma, une ville située juste à la limite de la zone d'exclusion de 20 kilomètres de rayon autour de la centrale atomique. Alors que près de 3 000 bœufs, soupçonnés d'avoir été alimentés avec du foin ou de la paille de riz radioactifs, ont été vendus et livrés dans tout l'archipel, le gouvernement japonais, afin de rétablir la confiance des consommateurs de viande, élabore le plan de faire racheter par les industriels tout le bœuf dont le taux de césium dépasse la limite des 500 becquerels par kilogramme, et de brûler toute la viande de bœuf contaminée[101],[102].

Élevage et qualités sensoriellesModifier

Les facteurs d'élevage des animaux ont une forte répercussion sur les qualités sensorielles de la viande comme la couleur, la tendreté, la flaveur et la jutosité. Les deux paramètres essentiels sont le niveau de la ration alimentaire et la nature de la composition de cette même ration. Si toute restriction de la ration alimentaire a un effet plutôt négatif sur la tendreté et la flaveur, au contraire la conduite au pâturage a une incidence bénéfique pour la couleur et la flaveur[103].

Aspects environnementauxModifier

Quand il est pratiqué de façon intensive, l'élevage peut être particulièrement gourmand en eau, en énergie et nécessite également de grandes étendues de territoires pour la production de la nourriture de ce type de bétail, participant ainsi à la déforestation et à la réduction de la biodiversité. Il s'agit également de la principale source de gaz à effet de serre dans le monde, notamment via le méthane dégagé par les bovins, et d'un facteur important de pollution des eaux (via les lisiers, les fumiers ou les résidus de médicaments vétérinaires).

Culture, religion, éthiqueModifier

Articles détaillés : Halal et Cacherout.

La consommation de viande est soumise à un certain nombre de tabous et interdits culturels et religieux. Ainsi, la consommation du porc est prohibée dans l'islam et le judaïsme. Des règles d'abattage existent pour deux religions, halal pour les musulmans et cacher pour les juifs mais des discussions théologiques existent concernant la vie des animaux avant l'abattage.

Dans le judaïsme, selon la Torah, il est permis de manger de la viande mais il est également interdit d'infliger de la douleur à toute créature vivante. Au contraire, il est un devoir de soulager la douleur de toute créature[104],[105]. Selon certains spécialistes de la Torah, Dieu n'aurait donné la permission aux hommes de manger de la viande, à la suite du Déluge, qu'en raison de leur faiblesse, mais l'idéal serait qu'ils soient végétariens[106],[107]. Concernant l’abattage rituel, le rabbin David Rosen pense que « le traitement infligé aux animaux par les méthodes de production commerciales modernes est si cruel que la viande produite dans ces conditions ne peut être considérée comme cacher »[108],[109].

Dans l'islam, pour qu'une viande soit halal, il ne suffit pas qu'elle soit issue d'un processus obéissant à certaines règles strictement alimentaires : il faut aussi que le traitement de l'animal vivant suive les principes musulmans[110]. Ainsi, il n'est pas halal d'élever un animal comme une machine (en élevage intensif par exemple), les animaux aussi méritant compassion, puisqu'ils sont, comme les hommes, des créatures de Dieu[111],[112].

Dans l'hindouisme, tous les animaux sont sacrés, et dans le panthéon des animaux sacrés, la vache dépasse d'une tête tous les autres. Dénommée Gau Mata, la Mère Vache, ce bovin occupe une place spéciale dans la religion hindoue[113],[114]. En Inde, on s'abstient donc d'en consommer[114]. De façon générale, la consommation de viande en Inde est très faible (35 % de végétariens[109]), la moyenne s'établissant à 5 kilogrammes par habitant et par an[115]. Les jaïns sont tous strictement végétariens par respect pour le premier credo de leur foi : l'ahimsa (non-nuisance).

Dans le catholicisme, il n'existe plus de contrainte relative à la nourriture : « Le royaume de Dieu ne consiste pas en des questions de nourriture ou de boisson ; il est justice, paix et joie dans l’Esprit Saint » (Romains, 14, 17). L'approche ritualiste ou rubriciste fait place à la « liberté des enfants de Dieu » (Romains 8, 21). L'Église voit dans les prescriptions antérieures ou bien une annonce prophétique du véritable Agneau offert en sacrifice, ou bien des pratiques ayant une utilité pédagogique pour faire progresser le Peuple de Dieu.

La vision rapportée par saint Pierre (Actes 10, 9-16) confirme cette levée de toutes les interdictions alimentaires et des règles d'abattage : « Pierre monta sur la terrasse vers la sixième heure, pour prier. […] Il lui survint une extase : il voit le ciel ouvert, et quelque chose (en) descendre comme une grande nappe, tenu par quatre bouts, et s'abaissant vers la terre ; au dedans se trouvaient tous les quadrupèdes et les reptiles de la terre, et les oiseaux du ciel. Et il vint une voix vers lui : « Debout, Pierre ! Tue et mange. » Mais Pierre dit : « Oh ! Non, Seigneur, car jamais je n'ai rien mangé de souillé ni d'impur. » Et une voix de nouveau, pour la seconde fois, (vint) vers lui : « Ce que Dieu a déclaré pur, toi, ne l'appelle pas souillé. » Et cela se fit par trois fois, et aussitôt la chose fut enlevée dans le ciel. » La suite du texte montre que cette vision correspond aussi au fait que les hommes de tous les peuples sont admis à entrer dans le Peuple de Dieu sans être soumis aux règles de la Loi de Moïse.

Saint Paul va dans le même sens dans ses diverses épîtres. Ainsi, il prophétise que certains interdiront « l'usage des viandes, que Dieu a créées pour être reçues avec action de grâce par les fidèles, eux qui connaissent la vérité. Car, tout ce que Dieu a créé est bon, et on ne doit rien rejeter de ce qui se mange avec action de grâces, parce qu'il est sanctifié par la parole de Dieu et par la prière » (I Timothée 4, 3-5). Pour lui, le fidèle mange ce qu'il veut, ce qui convient au corps, dans la liberté ; l'important étant de « rendre grâce », de remercier Dieu.

La décision qu'aurait prise le pape Grégoire III d'interdire en 732 – sans aucune explication – l'hippophagie sauf en période de guerre[réf. nécessaire] (ou de famine) fait figure de contre-exemple : c'est la seule décision en ce sens, elle a été peu suivie (ou du moins pas partout), elle admet qu'on mange de cette viande en cas de besoin, et elle est tombée en désuétude sans controverse. Au surplus, il s'agissait soit de préserver les chevaux en tant que nécessaires pour la défense militaire de l'Europe, soit d'éradiquer des pratiques païennes en Germanie : ces deux motifs n'ont donc pas pour fondement une spécificité de la viande de cheval pour la religion chrétienne.

En dehors des religions, de nombreuses personnes à travers le monde sont végétariennes ou végétaliennes pour des raisons éthiques, de santé ou pour protéger l'environnement. Il existe aussi un « mouvement pour l'abolition de la viande ».

ÉconomieModifier

ProductionModifier

La production de viande dans le monde est estimée à 320 millions de tonnes (année 2014, source FAO), dont 36,4 % de viande porcine, 35,0 % de viande de volailles et 20,6 % de viande bovine.

Principaux pays producteurs de viande en millions de tonnes de 2002 et 2014[116]
Pays Production

2002

% 2002 Production

2014

% 2014
1 Chine 58 161 24,3 % 87 262 27,2 %
2 États-Unis 38 877 16,3 % 42 816 13,4 %
3 Brésil 17 298 7,2 % 26 038 8,1 %
4 Russie 4 704 2,0 % 9 070 2,8 %
5 Allemagne 6 485 2,7 % 8 355 2,6 %
6 Inde 4 695 2,0 % 6 920 2,2 %
7 Mexique 4 828 2,0 % 6 222 1,9 %
8 Espagne 5 345 2,2 % 5 717 1,8 %
9 France 6 529 2,7 % 5 597 1,7 %
10 Argentine 3 566 1,5 % 5 189 1,6 %
11 Australie 3 801 1,6 % 4 879 1,5 %
12 Viêt Nam 2 298 1,0 % 4 497 1,4 %
13 Canada 4 297 1,8 % 4 384 1,4 %
14 Pologne 3 147 1,3 % 4 185 1,3 %
15 Japon 3 022 1,3 % 3 903 1,2 %
16 Royaume-Uni 3 340 1,4 % 3 696 1,2 %
17 Italie 4 206 1,8 % 3 391 1,1 %
18 Philippines 2 294 1,0 % 3 216 1,0 %
19 Turquie 1 396 0,6 % 3 211 1,0 %
20 Afrique du Sud 1 758 0,7 % 3 193 1,0 %
Total monde 239 303 100,0 % 320 517 100,0 %

D'environ 20 millions de tonnes dans les années 1960, la production mondiale de viande porcine est ainsi passée à plus de 100 millions de tonnes à la fin des années 2000 ; la production de volaille, qui était à moins de 10 millions de tonnes, atteint désormais presque 90 millions de tonnes, la Chine en produisant une très grande partie ; la production de viande bovine est passée d'environ 30 millions à 60 millions de tonnes, le Brésil en étant le premier producteur et exportateur mondial[117].

Au niveau mondial, la production progresse régulièrement, de 1 à 6 % par an. Le taux moyen de croissance annuel est proche de 3 % (2,4 % pour la période 1998-2008). La Chine est le principal moteur de cette croissance. Sixième producteur mondial en 1961, ce pays est passé premier en 1990 ; sa production a augmenté en moyenne de 7,5 % sur la période 1961-2008, et a fourni en 2008 le quart de la production mondiale.

Sur le territoire de l'Union européenne, la production a progressé régulièrement d'environ 2 % par an jusqu'à atteindre un plateau en 1999. Depuis cette date, le taux de croissance est à peu près nul. La production française, quant à elle, a augmenté en moyenne de 1,7 % par an jusqu'en 1999. Depuis cette date, elle connaît une baisse irrégulière, en moyenne de 2 % par an ; seule l'année 2007 contredit cette tendance.

Production de viande en France en 2012[118],[119],[120]
Porcins Viande bovine Volaille Ovins Caprins Équidés Lapins
Gallus Dindes Pintades Canards Oies
Gros bovins[a] Veaux Poulets et coqs Poules
millier de tonnes équivalent-carcasse[118] 2 232 1 512 231 1 091 63 415 37 240 2 102,3 - 8,1 446
millions de têtes (sur l'année)[119] 24,12 3,45 1,49 891,8[120] 53,8[120] 29,9[120] 79,2[120] - 4,36 0.82 0,02 -
Cheptel en millier de têtes (instantané)[118] 13 428[b] 19 052 156 842[c] 35 538 577 7 453 1 306 446 36,6[d]
  1. Animal vivant de plus de 300 kg
  2. Prévision 2013
  3. Recensement 2013
  4. Effectif de 2013, l'effectif se différencie d’un cheptel car il comptabilise sur l'ensemble de l’année et non à une date donnée les lapins produits par les élevages professionnels ou non professionnels.

En France, le marché de la viande est un marché sensible qui a connu des interventions de l'État au XXe siècle. Une loi du 16 avril 1935 constitue une première grande tentative d'intervention de l'État sur le marché intérieur de la viande : achats de bovins tuberculeux pour les détruire et soutenir les cours, subventions pour la création d'abattoirs régionaux (développer le commerce des carcasses), revaloriser le cinquième quartier, affichage des prix de détail, etc. En 1953, dans un contexte de surproduction de bétail, a été créée la SIBEV (Société interprofessionnelle du bétail et des viandes). La SIBEV était chargée d'acheter des carcasses de viande pour soutenir les cours (en cas de surproduction)[121],[122].

ConsommationModifier

 

Évolution de la consommation de viande en France de 1803 à 2013[123],[124].

En matière de consommation, les Américains figurent parmi les plus gros consommateurs de viande, avec 115 kg par habitant et par an en 2013 (contre 89 kg en 1961 et 125 kg en 2004)[124] ; les Brésiliens consommaient 98 kg en 2013 (contre 27 kg en 1961)[124], et les Chinois environ 60 kg en 2013 (contre moins de 4 kg en 1961)[124]. La consommation annuelle moyenne est de 13 kg par habitant en Afrique subsaharienne et de 4 kg en Inde[124],[115].

En France, la consommation de viande se situe autour de 90 kg/an/personne[125]. Elle baisse légèrement mais régulièrement depuis 2002. L'année 2007 contredit cette tendance avec un pic à 96,5 kg/hab, poussé par une hausse régulière de la consommation de volaille[126]. De 2007 à 2016, la baisse est d'environ 12 %, et touche particulièrement la charcuterie et la viande de boucherie[127]. Calculée à partir de quantités en tonnes équivalent-carcasse, la consommation de viande correspond à environ 70 kg de viande crue désossée par habitant et par an.

Consommation de viande en France en 2012[118],[120]
Porcins Viande bovine Volaille Ovins Caprins Équidés Lapins
Gallus Dindes Pintades Canards Oies
Gros bovins[a] Veaux Poulets et coqs Poules
milliers de tonnes équivalent-carcasse[118] 2 115 1 628 1 093,1[120] 346,6[120] 30,1[120] 203,9[120] - 203 - 16,7 ~50[b]
kg par habitant, non désossé[118] 32,4 24,9 16,75[c] 5,31[c] 0,46[c] 3,12[c] - 3,1 - 0,3 0,8
  1. Animaux vivants de plus de 300 kg.
  2. Calculé à partir de la production (en tonnes équivalent carcasse) et du solde commercial (en tonnes de viande) ; chiffre approximatif.
  3. a b c et d Calculée depuis la consommation en milliers de tonnes-équivalent-carcasse avec le même nombre d'habitants que dans le rapport « GraphAgri France 2014 » à savoir 65,27 millions.

En Suisse, la consommation de viande s'établit en 2017 à environ 50 kg/an/personne en équivalent poids vente[128], dont un peu plus de 37 kg de viande de boucherie[129]. Ces chiffres correspondent à des bilans de marché et incluent donc le gaspillage alimentaire, qui s'élevait à 19 % pour la viande en Suisse en 2014[130].

 

Évolution de la consommation de viande dans le monde (1961 à 2013)[124] :

Les premiers consommateurs de viande (2013)[124]
Rang Pays Consommation par habitant
(kg, non désossé)
1 Hong Kong 153
2 Macao 119
3 Australie 116
4 États-Unis 115
5 Argentine 107
6 Bahamas 104
7 Samoa 102
8 Nouvelle-Zélande 101
9 Polynésie française 101
10 Sainte-Lucie 99

En 2019, 14 villes parmi les plus grandes du monde, dont Paris, Londres, New York, Tokyo et Milan, se sont engagées à réduire la quantité de viande servie dans leurs institutions publiques. Le but de cet engagement est de contribuer aux efforts pour lutter contre les changements climatiques. L'élevage contribue en effet aux émissions de gaz à effet de serre, notamment à travers la production d'aliments pour les animaux (voir la section Aspects environnementaux)[131].

Substituts de viandeModifier

 
Escalopes végétariennes.
Article détaillé : Substitut de viande.

Un substitut de viande, désigné également « succédané de viande », « viande d'imitation » (appellations proches : simili-viande ou simili-carné) ou « viande végétale », est un produit alimentaire dont les qualités esthétiques (principalement la texture, la flaveur et l'apparence) et chimiques sont similaires à un certain type de viande.

L'utilisation de ces substituts est populaire[132],[133] notamment chez les végétariens, végétaliens, non végétariens qui veulent réduire leur consommation de viande pour des raisons de santé ou d'éthique, ainsi que chez les personnes qui suivent des règles alimentaires religieuses, comme le cacherout, l'halal ou dans la cuisine bouddhiste.

Notes et référencesModifier

  1. « Définitions du mot viande, collectées par le Centre national de ressources textuelles et lexicales » (consulté le 22 février 2016).
  2. Nicot, Thresor de la langue française (1606)
  3. Article viande des 4e et 8e édition.
  4. guichett - 32004R0853R(01) -.
  5. « Nomenclature du système harmonisé, édition 2012 » (consulté le 22 février 2016).
  6. « Nomenclature du système harmonisé, édition 2017 (chapitre » (consulté le 7 novembre 2016).
  7. Larousse encyclopédique en dix volumes, volume I, Paris, 1982, p. 6, (ISBN 2-03-102301-2).
  8. Exigences en matière d'étiquetage des produits de viande et de volaille.
  9. Exigences en matière d'étiquetage pour le poisson et les produits de poisson.
  10. « Les États-Unis autorisent la commercialisation de la viande in vitro », Les Échos, .
  11. Le Monde avec AFP, « Les États-Unis ouvrent la voie à la « viande de laboratoire » », .
  12. « Cancérogénicité de la consommation de viande rouge et de viande transformée », (consulté le 26 février 2016).
  13. « Qu’est-ce qu’une viande rouge ? l’OMS sème la confusion », (consulté le 26 février 2016).
  14. Rupert Wingfield-Hayes (29 June 2002). "China's taste for the exotic". BBC News. http://news.bbc.co.uk/2/hi/programmes/from_our_own_correspondent/2074073.stm. Retrieved 2007-05-15.
  15. « Viêt Nam's dog meat tradition », sur BBC News.uk, (consulté le 15 mai 2007).
  16. (en) « A Guinea Pig for All Times and Seasons », The Economist,‎ (lire en ligne).
  17. (en) Marta Zaraska, Meathooked, Basic Books, , 272 p. (ISBN 978-0465036622)
  18. (en-US) Marta Zaraska, « How Humans Became Meat Eaters », sur The Atlantic.com, .
  19. (en) Daniel E. Lieberman et Katherine D. Zink, « Impact of meat and Lower Palaeolithic food processing techniques on chewing in humans », Nature, vol. 531, no 7595,‎ , p. 500–503 (ISSN 1476-4687, DOI 10.1038/nature16990, lire en ligne, consulté le 9 juin 2019).
  20. « Qualités organoleptiques de la viande », sur http://www.la-viande.fr (consulté le 19 novembre 2013).
  21. a et b Actes 2005, Réseau Méditerranée Élevage
  22. Renerre, 1990[réf. non conforme]
  23. Qualité nutritionnelle des protéines de la viande, Daniel TOME, 2008
  24. a b et c Source : Table de composition nutritionnelle Ciqual 2008, notamment Viande cuite (aliment moyen)
  25. Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec
  26. Harvard Health Publishing, « Getting Enough Vitamin B12 », sur health.harvard.edu (consulté le 9 juin 2019).
  27. Qualité nutritionnelle des lipides de viandes : écart liés à l'espèce, écarts liés à l'alimentation : quelques observations, G. Chesneau, B. Quemener, P. Weill
  28. Centre d'information sur la qualité des aliments (Ciqual), table de composition nutritionnelle des aliments.
  29. « L'alimentation des bovins », sur la-viande.fr.
  30. European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC)
  31. a et b Sabine Rohrmann & al. (2013), Meat consumption and mortality - results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition ; BMC Med. 2013; 11: 63. publié en ligne 2013-03-07. Doi:10.1186/1741-7015-11-63 PMCID:PMC3599112
  32. Haftenberger M, Lahmann PH, Panico S, Gonzalez CA, Seidell JC, Boeing H, Giurdanella MC, Krogh V, Bueno-de-Mesquita HB, Peeters PH, Skeie G, Hjartåker A, Rodriguez M, Quirós JR, Berglund G, Janlert U, Khaw KT, Spencer EA, Overvad K, Tjønneland A, Clavel-Chapelon F, Tehard B, Miller AB, Klipstein-Grobusch K, Benetou V, Kiriazi G, Riboli E, Slimani N. (2002) Overweight, obesity and fat distribution in 50- to 64-year-old participants in the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC) Public Health Nutr. ;5:1147–1162. doi: 10.1079/PHN2002396.
  33. a et b « État des connaissances : Recommandations relatives à l'alimentation, à l'activité physique et à la sédentarité pour les adultes » [PDF], sur Agence nationale de santé publique.fr, (consulté le 29 septembre 2019), p. 8, 37.
  34. « Alimentation Une assiette plus verte que rouge », sur Que Choisir.org, .
  35. « Repères alimentaires pour les populations spécifiques » [PDF], sur Agence nationale de sécurité sanitaire de l'alimentation, de l'environnement et du travail.fr, .
  36. « Animal foods » (consulté le 24 février 2016).
  37. (en) Fonds mondial de recherche contre le cancer, « Recommendations, and public health and policy implications » [PDF], .
  38. a et b Fonds mondial de recherche contre le cancer, « Résumé scientifique du rapport : Alimentation, nutrition, activité physique et prévention du cancer : une perspective mondiale », , p. 12.
  39. (en) Position of the American Dietetic Association: Vegetarian Diets, résumé en français : APSARes
  40. a b c d e f g h et i Institut de Veille Sanitaire, Morbidité et mortalité dues aux maladies infectieuses d’origine alimentaire en France, , 188 p. (lire en ligne [PDF])
  41. « Nolan, 10 ans, intoxiqué par un steak haché contaminé est mort », La Dépêche du Midi, .
  42. (en) Graham B. McBride et Steven C. Chaprab, « New hydroepidemiological models of indicator organisms and zoonotic pathogens in agricultural watersheds », Ecological Modelling, vol. 222, no 13,‎ , p. 2093–2102 (DOI 10.1016/j.ecolmodel.2011.04.008).
  43. « Listériose », sur Ministère des Solidarités et de la Santé.fr, .
  44. « Listériose : une infection rare mais potentiellement grave », sur Le Figaro.fr, .
  45. « Listériose en Espagne: deuxième décès, 200 cas confirmés », sur Le Figaro.fr, .
  46. (en) « French get a taste of our TB rosbif », sur The Sunday Times.uk, .
  47. « Du bœuf britannique contaminé par la tuberculose exporté en France », sur Le Figaro.fr, .
  48. a et b « Du bœuf tuberculeux dans nos assiettes », Ouest-France, .
  49. a et b « Comment de la viande bovine tuberculeuse peut se retrouver dans nos assiettes », sur L'Express.fr, .
  50. « Un cas atypique de variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob », sur Le Monde.fr, .
  51. Voir « Conséquence de la crise de la vache folle sur la consommation de viande ».
  52. « Hépatites A et E », sur planetesante.ch, .
  53. « L’hépatite A », sur Ministère des Solidarités et de la Santé, .
  54. a et b Ministère des Solidarités et de la Santé, « L’hépatite E », sur solidarites-sante.gouv.fr, .
  55. Organisation mondiale de la santé, « Hépatite E », sur who.int, .
  56. (en) « What is sodium nitrate in processed meats, and is it harmful? », sur HowStuffWorks, (consulté le 9 juin 2019)
  57. (en) « (PDF) Nitrates and Nitrites in meat products », sur researchgate.net (consulté le 9 juin 2019).
  58. (en) Nicola Orsini et Susanna C. Larsson, « Red Meat and Processed Meat Consumption and All-Cause Mortality: A Meta-Analysis », American Journal of Epidemiology, vol. 179, no 3,‎ , p. 282–289 (ISSN 0002-9262, DOI 10.1093/aje/kwt261, lire en ligne, consulté le 9 juin 2019).
  59. Centre d'information des viandes, « Résidus et contaminants chimiques des viandes - Les connaître et les maîtriser », sur Association nationale interprofessionnelle du bétail et des viandes, .
  60. a et b « Le scandale alimentaire qui s'annonce », sur Le Monde.fr, .
  61. « Un arrêté limite la chlordécone dans la viande de bœuf », sur La Dépêche du Midi.fr, .
  62. Dr Paul Bousquet, « Effets Sanitaires Glyphosate/Round-Up », sur alerte-medecins-pesticides.fr,
  63. « La dioxine empoisonne encore la Belgique. 300 porcheries fermées et 60 000 tonnes de viande saisies », sur Libération.fr, .
  64. « Chimirec au cœur d’une pollution aux PCB », sur L'Usine nouvelle.fr,
  65. « Chasse : le plomb, un poison pour l'homme et l'environnement », sur Libération.fr, .
  66. a et b « Quand on trouve de la dioxine dans le bœuf et du plomb dans le poisson », La Dépêche du Midi, .
  67. « Législation et réglementation - Guides de bonnes Pratiques d’hygiène - élevage de gros bovins, veaux de boucherie, ovins et caprins. » [PDF], sur agriculture.gouv.fr, .
  68. « Alerte à la dioxine dans la viande bovine », La Dépêche du Midi, .
  69. (en) Dietitians of Canada, « Healthy Eating Guidelines for Vegans », sur dietitians.ca, (consulté le 7 mars 2017).
  70. Process alimentaire, « L'Inra montre le rôle du fer de la viande rouge dans les cancers du côlon », sur processalimentaire.com, (consulté le 7 mars 2017).
  71. Bingham SA, Hughes R, Cross AJ. (2002) Effect of white versus red meat on endogenous N-nitrosation in the human colon and further evidence of a dose response ; J Nutr. ;132:3522S–3525S
  72. Joosen AMCP, Kuhnle GGC, Aspinall SM, Barrow TM, Lecommandeur E, Azqueta A, Collins AR, Bingham SA. (2009) Effect of processed and red meat on endogenous nitrosation and DNA damage; Carcinogenesis; 30:1402–1407; doi:10.1093/carcin/bgp130
  73. Hebels DG, Sveje KM, de Kok MC, van Herwijnen MH, Kuhnle GG, Engels LG, Vleugels-Simon CB, Mares WG, Pierik M, Masclee AA, Kleinjans JC, de Kok TM. (2011) N-nitroso compound exposure-associated transcriptomic profiles are indicative of an increased risk for colorectal cancer; Cancer Lett.; 309:1–10; doi:10.1016/j.canlet.2011.05.007
  74. Joosen AM, Kuhnle GG, Aspinall SM, Barrow TM, Lecommandeur E, Azqueta A, Collins AR, Bingham SA. (2009) Effect of processed and red meat on endogenous nitrosation and DNA damage. Carcinogenesis. 2009 août;30(8):1402-7. doi: 10.1093/carcin/bgp130. Epub:2009-06-04.
  75. Effect of white versus red meat on endogenous N-nitrosation in the human colon and further evidence of a dose response. Bingham SA, Hughes R, Cross AJ J Nutr. 2002 Nov; 132(11 Suppl):3522S-3525S.
  76. Trichopoulou A, Bamia C, Trichopoulos D. (2009) Anatomy of health effects of Mediterranean diet: Greek EPIC prospective cohort study. BMJ. ;338:b2337 ; doi:10.1136/bmj.b2337
  77. Key TJ, Appleby PN, Spencer EA, Travis RC, Roddam AW, Allen NE. (2009) Mortality in British vegetarians: results from the European Prospective Investigation into Cancer and Nutrition (EPIC-Oxford) ; Am J Clin Nutr ;89:1613S–1619S ; doi:10.3945/ajcn.2009.26736L
  78. Appleby PN, Key TJ, Thorogood M, Burr ML, Mann J. (2002) Mortality in British vegetarians. Public Health Nutr. ;5:29–36
  79. Sinha R, Cross AJ, Graubard BI, Leitzmann MF, Schatzkin A. (2009) Meat intake and mortality: a prospective study of over half a million people. Arch Intern Med. ;169:562–571. doi: 10.1001/archinternmed.2009.6.
  80. Whiteman D, Muir J, Jones L, Murphy M, Key T. (1999) Dietary questions as determinants of mortality: the OXCHECK experience. Public Health Nutr.; 2:477–487
  81. (en) Chang-Claude J, Hermann S, Eilber U, Steindorf K. (2005) « Lifestyle determinants and mortality in German vegetarians and health-conscious persons: results of a 21-year follow-up » Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. ;14:963–968 ; doi:10.1158/1055-9965.EPI-04-0696.
  82. (en) Pan A, Sun Q, Bernstein AM, Schulze MB, Manson JE, Stampfer MJ, Willett WC, Hu FB (2012) « Red meat consumption and mortality: results from 2 prospective cohort studies » Arch Intern Med. 2012-04-09; 172(7):555-63
  83. Kahn HA, Phillips RL, Snowdon DA, Choi W (1984) Association between reported diet and all-cause mortality. Twenty-one-year follow-up on 27,530 adult Seventh-Day Adventists. Am J Epidemiol. May; 119(5):775-87.
  84. Fraser GE. ()1999) Associations between diet and cancer, ischemic heart disease, and all-cause mortality in non-Hispanic white California Seventh-day Adventists. Am J Clin Nutr.; 70:532S–538S.
  85. Cross, A. J.; Leitzmann, M. F.; Gail, M. H.; Hollenbeck, A. R.; Schatzkin, A. et al. (2007) A Prospective Study of Red and Processed Meat Intake in Relation to Cancer Risk. PLoS Med 4(12): e325. Voir le texte de leur rapport.
  86. Nagao M, Iso H, Yamagishi K, Date C, Tamakoshi A. (2012) Meat consumption in relation to mortality from cardiovascular disease among Japanese men and women. Eur J Clin Nutr.; 66:687–693. doi: 10.1038/ejcn.2012.6
  87. Kelemen LE, Kushi LH, Jacobs DR Jr, Cerhan JR. (2005) Associations of dietary protein with disease and mortality in a prospective study of postmenopausal women. Am J Epidemiol.; 161:239–249. doi: 10.1093/aje/kwi038
  88. Fortes C, Forastiere F, Farchi S, Rapiti E, Pastori G, Perucci CA. (2000) Diet and overall survival in a cohort of very elderly people. Epidemiology. 2000;11:440–445. doi: 10.1097/00001648-200007000-00013.
  89. Mozaffarian D, Micha R, Wallace S. (2010) Effects on coronary heart disease of increasing polyunsaturated fat in place of saturated fat: a systematic review and meta-analysis of randomized controlled trials. PLoS Med. ;7:e1000252. doi: 10.1371/journal.pmed.1000252.
  90. « IARC Monographs evaluate consumption of red meat and processed meat », sur Centre international de recherche sur le cancer, .
  91. Paul Benkimoun, « La viande rouge est « probablement » cancérogène », sur Le Monde.fr, .
  92. Sinha R, Cross AJ, Graubard BI, Leitzmann MF, Schatzkin A, Meat intake and mortality, a prospective study of over half a million people, Arch Intern Med, 2009;169:562-571
  93. [Koeth, R. A. et al (2013), "Intestinal microbiota metabolism of l-carnitine, a nutrient in red meat, promotes atherosclerosis"; Nature Med. https://dx.doi.org/10.1038/nm.3145.]
  94. Chris Woolston (2013), Red meat + wrong bacteria = bad news for hearts Microbes turn nutrient in beef into an artery-clogging menace; Nature News 2013-04-07, consulté 2013-04-14
  95. (en) Présentation : Stanley L. Hazen, M.D., Ph.D. The Jan Bleeksma Chair in Vascular Cell Biology and Atherosclerosis The Leonard Krieger Chair in Preventive Cardiology
  96. The Economist (2013), High steaks Hardening of the arteries may be caused by a malign interaction of meat-eating and intestinal bacteria 2013-04-13, consulté 2013-04-14
  97. « 780 tonnes de faux steaks hachés distribuées à des associations », L'Express, .
  98. « 780 tonnes de faux steaks hachés distribuées aux plus pauvres », sur HuffPost.fr, .
  99. a b et c « Le procès du scandale de la viande de cheval dans les plats pur bœuf s’est ouvert à Paris », sur Le Monde.fr, .
  100. (en) « Police dismantle crime group trading horsemeat unfit for human consumption », sur Europol.eu, .
  101. « Fukushima : le Japon veut brûler sa viande radioactive », sur Le Parisien.fr, .
  102. « Le Japon va brûler la viande de bœuf radioactive », sur 20 minutes.fr, .
  103. D. Bauchart, B. Picard, muscle et viande de ruminant, coll. Synthèses, éd. Quae, p. 172.
  104. (en) Richard H. Schwartz, Judaim and Animal Rights (lire en ligne).
  105. (en) Roberta Kalechofsky, Judaism and Animal Rights: Classical and Contemporary Responses, a collection of 41 articles by rabbis, doctors, veterinarians, and philosophers on animal rights and Judaism, (ISBN 0-916288-35-8).
  106. (en) The vegetarian Mitzvah
  107. de Fontenay, Le silence des bêtes, la philosophie à l'épreuve de l'animalerie, Fayard, .
  108. David Rosen, Rabbis and Vegetarianism: An Evolving Tradition, Roberta Kalechofsky, .
  109. a et b Matthieu Ricard, Plaidoyer pour les animaux : vers une bienveillance pour tous, Allary Éditions, .
  110. (en) Investigating Halal Meat
  111. Islam : une organisation de végétariens musulmans
  112. Le végétarisme est-il halal ?
  113. http://stehly.chez-alice.fr/ahimsa.htm
  114. a et b La Vache Sacrée et autres histoires indiennes Taru Chopra, éditions Prakash Books (ISBN 81-7234-041-9).
  115. a et b Quand l’industrie de la viande dévore la planète, Le Monde diplomatique, 21 juin 2012.
  116. « FAOSTAT », sur FAO.org (consulté le 15 février 2018)
  117. Données FAO : Quand l’industrie de la viande dévore la planète, Le Monde diplomatique, 21 juin 2012.
  118. a b c d e et f « GraphAgri France 2014 : Production animale » (consulté le 27 novembre 2014), p. 148.
  119. a et b « Enquêtes mensuelles auprès des abattoirs 2012 », Agreste, (consulté le 27 novembre 2014).
  120. a b c d e f g h i et j « Statistiques sur l'aviculture en 2012 », Agreste, (consulté le 28 novembre 2014).
  121. Alain Chatriot, Organiser les marchés agricoles : le temps des fondateurs, des années 1930 aux années 1950, Paris, Armand Colin, , 281 p..
  122. « Débats et tâtonnements dans l'organisation du marché de la viande en France (1931-1953) ».
  123. Yvan Lepage, « Évolution de la consommation d'aliments carnés aux XIXe et XXe siècles en Europe occidentale », Revue belge de philologie et d'histoire, vol. 80, no 4,‎ , p. 1459–1468 (DOI 10.3406/rbph.2002.4680, lire en ligne, consulté le 6 mars 2017) (1803-1950).
  124. a b c d e f et g « FAOSTAT, Bilans Alimentaires : Disponibilité alimentaire en quantité (kg/personne/an) », sur FAO.org (consulté le 6 mars 2017) (1961-2013).
  125. Reportage vidéo : 19 chiffres qui vont vous faire prendre conscience des conséquences colossales de la surproduction de viande.
  126. Source : conjonctures de la consommation de viande 2007, 2008 et 2009.
  127. Cécile Bouanchaud, « La consommation de viande en France recule depuis 10 ans », sur Le Monde.fr, .
  128. « Valorisation des produits de l'agriculture fribourgeoise », sur agridea.ch,  :
    « EPV (équivalent poids vente) : équivalent viande prête à la vente, donnée pertinente pour l'alimentation humaine, coupe commerce de détail. La différence entre la quantité poids mort et la quantité EPV est de l'ordre de 30 % (déchets de découpe) ».
  129. Proviande, « Le marché de la viande 2017 ».
  130. « Les Suisses gaspillent deux millions de tonnes par an », Tribune de Genève, .
  131. Joseph Martin, « Monde : 14 villes s'engagent à réduire leur consommation de viande », sur RSE Magazine (consulté le 21 octobre 2019)
  132. « Au « Boucher végétarien », de la viande sans viande », sur Le Monde.fr, .
  133. Côme Bastin, « Le « boucher végétarien » fait grogner les producteurs de viande », We demain, .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier