3e bataillon de chasseurs à pied

3e Bataillon de Chasseurs à pied
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Bataillon de Chasseurs à pied
Rôle Infanterie
Ancienne dénomination 3e Bataillon de Chasseurs à Pied
Inscriptions
sur l’emblème
Voir étendard unique des chasseurs
Guerres Guerre de Crimée
France 1870-1871
Première Guerre mondiale
Fourragères A la couleur du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations Croix de guerre 1914-1918
3 palmes

Le 3e Bataillon de Chasseurs à pied était une unité d'infanterie de l'Armée française.

Création, villes de garnisonModifier

  • 1920 : Trèves puis Düsseldorf, Kreuznach (Allemagne)
  • 1929 : Dissolution
  • 1939 : Recréation à Mailly
  • 1940 : Dissolution
  • 1949 : Recréation à Rastadt (Allemagne)
  • 1955 : Dissolution

HistoriqueModifier

Le 3e bataillon de chasseur à pied a combattu pendant les Première et Seconde Guerre mondiale.

RefrainModifier

« V'la l'troisième, v'la l'troisième qui rapplique au galop !
V'la l'troisième, v'la l'troisième qui rapplique sac au dos ! »

Autres versions parmi les hommes de troupe :

« Au troisième bataillon, l'ordinaire n'est pas bon !
Au troisième bataillon, l'ordinaire n'est pas bon ! »

Drapeau du régimentModifier

Comme tous les autres bataillons de chasseurs ou groupes de chasseurs, il ne dispose pas de son propre drapeau. Il n'existe qu'un seul drapeau pour tous les Bataillons de Chasseurs à Pied et de Chasseurs Alpins, lequel passe d'un bataillon à un autre durant la campagne 1914-1918. En revanche chaque bataillon possède son propre Fanion.

Chefs de corpsModifier

  • 1840 : chef de bataillon Camou
  • 1845 : chef de bataillon Emmanuel Roërgas de Serviez
  • 1914 : commandant Reneaud[1]
  • 1914 - 1915 : commandant Madelin[2]
  • 1915 - 1916 : commandant Pineau
  • 1916 : commandant Tournès
  • 1916 - 1917 : commandant Tixier
  • 1917 : commandant Beaugier
  • 1917 : commandant Derougemont
  • 1918 : commandant Quilliard

ChronologieModifier

La Monarchie de JuilletModifier

Les 10 bataillons de chasseurs prennent le nom de « Chasseurs d'Orléans » à la suite de la mort du Duc d'Orléans en 1842.

Le Second Empire et la IIIeRépubliqueModifier

Les bataillons de chasseurs d'Orléans prennent l'appellation de « bataillons de chasseurs à pied », (arrêté du )

  • Le 3e bataillon rentre en France en mars 1848.

Guerre de CriméeModifier

  • 1854 : Débarquement à Gallipoli avec les 1er, 5e, 9e & 19e BCP.
Bataille de l'Alma ()
Bataille d'Inkermann ()
Siège de Sébastopol (1854 - 1855), attaque des avancées de Malakoff, (Ouvrages Blancs et Mamelon Vert) ()

Guerre d'ItalieModifier

Guerre franco-prussienne 1870Modifier

 : le 3e BCP participe activement à la défense de Stiring au sein du 2e Corps de l'armée de Lorraine.
 : Bataille de Rézonville
octobre : Formation à Rennes d'un 3e Bataillon de Marche de chasseurs à pied - Appartient au 16e corps d'armée (général Chanzy)
 : Combat de Vallière
1er décembre : Combat de Villepion (Bataille de Loigny)
 : Combat de Morée
  • 1871 : à la paix, le 3e BCP se reconstitue à partir ce qui reste des deux bataillons de guerre et tient garnison à Besançon.

1870 à 1914Modifier

  • 1893: Arrivée du 3e BCP à Saint-Dié.

La Première Guerre mondialeModifier

1914Modifier

  • -  : Vosges, opérations de couverture à la frontière, combat de Provenchères-sur-Fave ().
  • -  : offensive sur la Haute vallée de la Bruche
 : combat de Saint-Blaise-la-Roche
19 -  : Combat de Vallerysthal
-  : Bataille du col de la Chipotte
  • -  :
Bataille de la Marne
Suippes
Souain (14 au ) -
Combat de Prosnes (27 au )
1re campagne d'Artois,
Carency,
Neuville-Saint-Vaast,
Ablain-Saint-Nazaire

1915Modifier

  • janvier - décembre : 2e campagne d'Artois
secteur des Ouvrages Blancs, fond de Buval
Repos à Barlin
bois Carré, Souchez, bois en Hache

1916Modifier

1917Modifier

1918Modifier

  • janvier - février : secteur Vosges
  • mai : camp d'Arches
  • 17 mai] -  : Oise, Aisne
  • juin : repos Senlis, camp de Châlons
  • - septembre : Seconde bataille de la Marne- Bataille défensive de Champagne
  • -  : Offensive de Champagne
  • octobre - novembre : repos, Bataille de Saint-Quentin
  • novembre : repos à Condé-sur-Suippe, Montigny-sur-Vesle ()

Pertes du bataillonModifier

Personnalités ayant servi au 3e BCPModifier

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier

Articles connexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Revue historique de l'armée française, Numéro spécial no 2, Les Chasseurs à pied, Paris, 1966, 196 p. broché, 21 × 26,8 cm
  • Labayle (Éric), Herniou (Yvick) et Bonnaud (Michel), ‘’Répertoire des corps de troupe de l’armée française pendant la Grande Guerre’’ – tome 2, Chasseurs à pied, alpins et cyclistes, Unités d'active, de réserve et de territoriale, Notices historiques, Éditions Claude Bonnaud, 2007, broché, 24,5 × 16,5 cm, 446 p. (ISBN 978-2-9519001-2-7).
  • Historique abrégé du 3e Bataillon de chasseurs à pied pendant la Guerre 1914-1918, imprimerie Berger-Levrault, Nancy-Paris-Strasbourg, s.d., 36 p. broché, 13,5 × 21 cm.

Notes et référencesModifier

  1. Tué à Bréménil le
  2. Tué dans le secteur des Ouvrages Blancs devant Lorette (Pas-de-Calais) le