Ouvrir le menu principal

Félix Gustave Saussier

homme politique français

Officier général francais 3 etoiles.svg Gustave Saussier
Félix Gustave Saussier

Naissance
Troyes
Décès (à 77 ans)
Luzarches
Origine Français
Allégeance Drapeau de la France France
Grade Général de division
Années de service 1850-1897
Commandement 19e corps d'armée : 1879-1883
Conflits Guerre de Crimée
Campagne d'Italie (1859)
Campagne du Mexique
Guerre franco-prussienne de 1870
Distinctions Grand-croix de la Légion d'honneur (1887),
Médaille militaire (1882)
Hommages Une rue de Troyes.
Autres fonctions Gouverneur militaire de Paris

Félix-Gustave Saussier, né le à Troyes et mort le au château de Thimécourt à Luzarches, est un général français.

Sommaire

BiographieModifier

Né dans une famille d'industriels du textile de Troyes[1], il entre à Saint-Cyr à 20 ans, d'où il sort en 1850. Il est sous-lieutenant au régiment étranger, puis lieutenant à Sébastopol, où il est blessé et décoré de la Légion d'honneur en 1855 par le Général Canrobert. Blessé en Grande Kabylie, il participe ensuite à la campagne d'Italie, à Magenta et Solférino.

En 1861, il est puni de deux mois de prison militaire pour avoir contesté devant la troupe, « dans un état de fureur incroyable »[réf. nécessaire], une punition que lui avait infligée son commandant. Il part ensuite pour la campagne du Mexique avec le régiment étranger. Il y est fait officier de la Légion d'honneur à la suite du siège d'Oaxaca. Commandant la compagnie de Paso del Macho, il est le dernier à voir la 3e compagnie du régiment étranger avant son combat mémorable de Camerone.

Nommé lieutenant-colonel au retour du Mexique, il doit quitter les rangs de la Légion étrangère. Il sert alors au 41e de ligne au cours de la bataille de Metz. Colonel en 1870, il prend part aux batailles de Borny-Colombey, Saint-Privat. Il refuse de souscrire aux termes de la capitulation de Bazaine et signe, avec la plupart des officiers de son régiment, une protestation, s'offrant de sortir pour combattre les armes à la main. Prisonnier des Prussiens à la chute de Metz, il est d'abord emmené à Cologne puis, en novembre, à la citadelle de Graudenz, sur la Vistule. Il réussit à s'en échapper le et à rejoindre la France, où, nommé général de brigade le , il reprend du service dans l'armée de la Loire[2].

Au cours de l'insurrection d'Algérie de 1871, il commande la 2e brigade active qui forme la colonne de Kabylie orientale et combat d'avril à octobre de cette année. Élu député républicain de l'Aube en 1873, il rejoint de nouveau l'armée en 1878 pour être nommé général de division. En 1879, il commande le 19e corps d'armée. L'année suivante, il quitte le commandement du 6e corps pour rejoindre l'Algérie où la situation devient critique. En 1881, il commande le corps expéditionnaire de Tunisie qui pacifie le pays et le sud de l'Algérie.

En 1884, il est nommé gouverneur militaire de Paris, fonction qu'il exerce jusqu'en 1897. Il est membre du Conseil supérieur de la guerre de 1882 à 1902, dont il assure la vice-présidence de 1889 à 1897.
En 1887, il est candidat à l'élection présidentielle, sans succès. En octobre 1887, il préside un conseil d'enquête dans le cadre du Scandale des décorations.

Il meurt le , au château de Thimécourt, propriété qu'il possède aux environs de Luzarches, et il est inhumé au cimetière de Troyes[3].
Une rue de Troyes porte son nom.

Saussier et l'affaire DreyfusModifier

 
Sous le titre « le brave général Saussier, notre généralissime honoraire », Saussier caricaturé par Charles Léandre dans Le Rire, 15 janvier 1898.

L'historien Henri Guillemin a émis l'hypothèse que le général Saussier ait pu jouer un rôle dans l'affaire Dreyfus[4]. Il s'étonne en effet du comportement de Saussier dans les débuts de l'affaire.

Le , le général Saussier, alors vice-président du Conseil supérieur de la guerre et gouverneur militaire de Paris, s'était rendu dans le bureau du ministre des Affaires étrangères Gabriel Hanotaux, pour lui demander de stopper toute enquête concernant la découverte du bordereau. Dans le contexte d'une affaire de haute trahison, cette volonté d'étouffer l'enquête de la part de la plus haute autorité militaire française étonne Guillemin.

La veille de l'intervention de Saussier, le , le colonel Henri d'Aboville avait déclaré reconnaître l'écriture d'Alfred Dreyfus sur le bordereau. Saussier connaissait-il les ressorts de cette grande mystification. Savait-il l'innocence de Dreyfus et cherchait-il à l'épargner ? Connaissait-il la culpabilité d'Esterhazy, dont sa maîtresse était proche ? Culpabilité qui, quand elle éclaterait au grand jour, l'éclabousserait du scandale.

Félix Gustave Saussier, célibataire amateur de jolies femmes, entretenait une liaison suivie au moment de l'affaire avec la femme de son officier d'ordonnance Maurice Weil, lequel était ami d'Esterhazy.

Certains auteurs ont cherché à lier Esterhazy à une source possible dans l'état-major français. L'existence de cette source n'a jamais été établie. Le nom du général Rau a été avancé par certains auteurs. Henri Guillemin a émis l'hypothèse que madame Maurice Weil, née autrichienne, ait pu être la « source » d'Esterhazy et qu'elle aurait volé des documents chez le général Saussier.

Selon Guillemin, Jean Sandherr, chef du service de renseignement, savait qu'Esterhazy portait des documents à l'Allemagne ; mais il ne pouvait le confondre, car il savait également que cette affaire pourrait compromettre une très haute autorité militaire française : le général Saussier.

Sandherr serait l'auteur de la mystification. Il aurait fait écrire le bordereau à Esterhazy sous la dictée, puis aurait fait croire qu'on avait trouvé ledit bordereau dans la corbeille de l'attaché militaire allemand Schwartzkoppen. En diffusant par la suite des copies du bordereau dans les bureaux militaires, il aurait cherché à alerter Saussier, qui l'ayant sous les yeux se serait aperçu que certains documents mentionnés par le bordereau venaient de chez lui et se serait alors montré plus prudent vis-à-vis de sa maîtresse. Il est un fait que Schwartzkoppen précise dans ses cahiers qu'après la « découverte » du bordereau en 1895, les documents qui lui sont fournis par Esterhazy sont de bien moindre importance et qualité. Selon Henri Guillemin, la source s'était donc tarie.

Cette théorie, relativement alambiquée, repose sur très peu de faits avérés. Elle n'est qu'une hypothèse de plus pour illustrer le fait que, par antisémitisme, on n'hésita pas à sacrifier la carrière du capitaine Dreyfus, pour ne pas mettre en cause certaines faiblesses de l’état-major français.

Décorations et distinctionsModifier

 
Henri Gervex et Alfred Stevens, Le panorama du siècle, 1900, huile sur toile conservée au Musée Carnavalet (le général Saussier est représenté en uniforme derrière le président Carnot).

Notes et référencesModifier

  1. Manufacture de draps Saussier & Charve à Troyes
  2. de Cockborne 1974-1977, p. 108
  3. Ferrari, « Le Monde & la Ville : deuil », Le Figaro,‎ , p. 2 (lire en ligne)
  4. Henri Guillemin, L'affaire Dreyfus : troisième vidéo
  5. « Cote LH/2465/49 », base Léonore, ministère français de la Culture

BibliographieModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :