11e régiment de chasseurs à cheval

11e régiment de chasseurs
Image illustrative de l’article 11e régiment de chasseurs à cheval
Insigne du 11e chasseurs (4e modèle de 1987)

Création 1762
Dissolution le
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type Régiment de chasseurs
Rôle Cavalerie légère
Garnison Berlin
Ancienne dénomination 11e régiment de chasseurs à cheval
Devise Sire, voilà les bons
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Jemmapes 1792
Austerlitz 1805
Wagram 1809
Moskowa 1812
La Marne 1914-1918
Champagne 1915
Belgique 1918
Anniversaire Saint-Georges
Guerres Guerres de la Révolution
Guerres de l'Empire
Conquête de l'Algérie
Guerre de 1870
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale
Fourragères Aux couleurs du ruban de la Croix de guerre 1914-1918
Décorations croix de guerre 1914-1918 (deux palmes)
la flamme de la République fédérale d'Allemagne et celle de la ville de Berlin.

Le 11e régiment de chasseurs (11e RCh), anciennement 11e régiment de chasseurs à cheval (11e RCC), est un régiment de la cavalerie française, aujourd'hui dissout.

Ayant relevé des Forces françaises à Berlin, le 11e RCh y est stationné au Quartier-Napoléon avec le 46e régiment d'infanterie jusqu'au .

Création et différentes dénominationsModifier

  • 1762 : des volontaires étrangers, troupes mixtes de cavalerie et de fantassins, sont levés par le maréchal de Soubise (Volontaires étrangers de Würmser).
  • 1762 : les Volontaires de Soubise forment une légion à quatre escadrons.
  • 1766 : légion de Soubise.
  • 1779 : 5e régiment de chasseurs.
  • 1781 : régiment des chasseurs du Gévaudan.
  • 1788 : sous l'impulsion du Comte de Brienne, les Chasseurs du Gévaudan prennent le titre de chasseurs de Normandie.
  • 1791 : 11e régiment de chasseurs à cheval.
  • 1815 : dissous.
  • 1816 : régiment des chasseurs de l'Isère.
  • 1825 : 11e régiment de chasseurs à cheval.
  • 1831 : dissous.
  • 1831 : 11e régiment de chasseurs à cheval.
  • 1939 : dissous.
  • 1944 : 11e régiment de chasseurs à cheval.
  • 1947 : dissous.
  • 1948 : 11e groupe d'autos-mitrailleuses.
  • 1950 : 11e groupe de chars moyens[réf. nécessaire].
  • 1954 : 11e régiment de chasseurs à cheval.
  • 1963 : 11e régiment de chasseurs.
  • 1994 : dissous.

GarnisonsModifier

 
Un bâtiment de l'ancienne caserne du 11e chasseurs, à Vesoul

Chefs de corpsModifier

  • 1761 : maréchal Prince Charles de Rohan-Soubise
  • 1762 : baron de Würmser
  • 1763 : comte de Wargemont
  • 1770 : baron de Kinglin
  • 1779 : comte de Grivel de Saint-Mauris
  • 1784 : baron de Treva
  • 1788 : baron d'Allonville d'Arnancourt (11e Chasseurs)
  • 1791 : marquis d'Anglade
  • 1791 : comte Joseph Théodore Lallemand de Waites
  • 1792 : Henri de Granval de Fregeville
  • 1793 : Nicolas
  • 1794 : de La Cour
  • 1794 : colonel Treillard
  • 1799 : Defrance
  • 1800 : baron Bertrand Bessières
  • 1806 : baron Jacquinot
  • 1809 : colonel baron Mathieu Désirat, tué à la bataille de la Moskova
  • 1812 : colonel Jean Baptiste Nicolas (*)
  • 1814 : colonel Deschamps
  • 1815 : comte de Fontenille
  • 1816 : colonel d'Espinay Saint-Luc
  • 1824 : comte de Chasteignier
  • 1831 : Rossignol-Dupré
  • 1837 : vicomte de Boislecomte
  • 1845 : lieutenant-Colonel Périchon de Kerversan
  • 1849 : lieutenant-Colonel Ney de la Moskowa
  • 1850 : lieutenant-Colonel Lentz
  • 1850 : Baron Marion
  • 1855 : colonel Campenet
  • 1855 : colonel Legrand
  • 1856 : colonel Bro
  • 1856 : colonel Grandvalet
  • 1864 : colonel Nerat
  • 1869 : colonel Dastugue
  • 1870 : colonel Bailliencourt dit Courcol
  • 1878 : colonel de Moucheron
  • 1887 : colonel d'Esclaibes d'Hust
  • 1892 : colonel Cabrol
  • 1894 : colonel de la Chaise
  • 1896 : colonel Gillain
  • 1898 : colonel de Pontac
  • 1901 : colonel Lescot
  • 1905 : colonel Louvat
  • 1908 : colonel Thierry d'Argenlieu
  • 1913 : colonel Alexandre Durand
  • 1917 : colonel Charles Henri Dodelier
  • 1918 : lieutenant-Colonel Louis Audibert
  • 1919 : colonel Dejussieu
  • 1921 : colonel Maurice Meyer
  • 1926 : colonel Compagnon
  • 1933 : colonel Choderlos de Laclos
  • 1934 : colonel Bizot-Espiard
  • 1935 : colonel de Contenson
  • 1939 : colonel de Saint-Didier
  • 1945 : lieutenant-Colonel Salesse-Lavergne
  • 1945 : colonel Huguet
  • 1946 : lieutenant-Colonel Contaud de Coulange
  • 1949 : lieutenant-Colonel de Bodman (11e GAM)
  • 1951 : lieutenant-Colonel Buretel de Chassey (11e GECM)
  • 1952 : lieutenant-Colonel Combourieu (11e GECM )
  • 1954 : lieutenant-Colonel Piquart (11e GECM / 11e RCC)
  • 1956 : lieutenant-Colonel Delegorgue
  • 1958 : lieutenant-Colonel le Coat de Saint-Haoen
  • 1960 : lieutenant-Colonel Touzet
  • 1961 : lieutenant-Colonel Bondet de la Bernardie
  • 1963 : colonel Mangin (11e RCH)
  • 1965 : colonel Largy
  • 1967 : lieutenant-Colonel Tréhu
  • 1969 : lieutenant-Colonel Graillat
  • 1971 : lieutenant-Colonel Pont
  • 1973 : lieutenant-Colonel Bruno de Mollerat du Jeu
  • 1975 : lieutenant-Colonel Ronan de Blois
  • 1977 : lieutenant-Colonel Rilhac
  • 1979 : lieutenant-Colonel Millot
  • 1981 : colonel Clouet de Peruches
  • 1983 : lieutenant-Colonel de Susbielle
  • 1985 : colonel Jean-Louis Mourrut
  • 1987 : colonel Dupla
  • 1989 : colonel Bruno de Blignières
  • 1991 : colonel Gérald Bigot
  • 1993 : lieutenant-Colonel Patrick Chanoine (75e et dernier Chef de Corps du 11e Chasseurs)

CampagnesModifier

 
Chasseur à cheval de 1788 à 1789
 
Chasseur à cheval de 1789 à 1791
 
Chasseur à cheval par décret de 1791

Historique des combats et bataillesModifier

Ancien régimeModifier

Guerres de la Révolution et de l'EmpireModifier

1815-1870Modifier

En 1815, le régiment des chasseurs de l'Isère est recréé à partir du 17e dragons. Ce régiment devient le 11e régiment de chasseurs à cheval en 1825. Le , le 11e régiment de chasseurs à cheval devient le 6e régiment de chasseurs à cheval. Le même jour un nouveau 11e régiment de chasseurs à cheval est créé à partir du 16e régiment de chasseurs à cheval[3].

De 1861 à 1865, le 11e Régiment de Chasseurs à Cheval retrouve le chemin du combat et se bat en Algérie, à l'avant-garde des colonnes Martineau et Lapasset-Deligny[3].

Guerre franco-prussienneModifier

En 1870, durant la guerre franco-allemande, il est affecté à la division de cavalerie du 1er corps de l'armée du Rhin. Il participe à la bataille de Wissembourg et à celle de Frœschwiller-Wœrth et échappe au désastre de Sedan. Le régiment bat en retraite, perd les trois quarts de son effectif et se rétablit à Avignon[3]. Reformé à Avignon, le régiment fait partie de l'Armée de la Loire et combat à Coulmiers et à Beaune-la-Rolande. Il fait ensuite partie de l'Armée de l'Est[3]. Le 31 octobre 1870, un escadron du 11e régiment de chasseurs à cheval, qui formait le 6e régiment mixte de cavalerie, fut engagé au combat d'Illiers en Eure-et-Loir[réf. souhaitée].

De 1871 à 1914Modifier

Durant la Commune de Paris en 1871, le régiment participe avec l'armée versaillaise à la semaine sanglante. Il tient ensuite garnison à Meaux de 1872 à 1878 puis à Saint-Germain-en-Laye[4].

Première Guerre mondialeModifier

Le 31 juillet 1914, le régiment, affecté au 7e corps d'armée, est mobilisé[5]. Un groupe d'escadron est affecté à la 14e DIà Belfort et l'autre à la 41e DI à Remiremont[6].

Dès le il est au contact de l'ennemi en Alsace. Il entre le premier dans Mulhouse occupé. Fin août, il rejoint la Somme pour tenter d'arrêter les Allemands, en vain jusqu'à la bataille de la Marne[4].

En 1915, alors que la guerre devient peu à peu une guerre de tranchées, le 11e chasseurs tente une attaque montée à Saint-Hilaire-le-Grand le dans une tentative de déborder le front. Les cinq charges sont repoussées mais le régiment est cité à l'ordre de l'armée[4].

En 1916, il combat à pied à Verdun et dans la Somme[4]. En 1917, le régiment participe à l'offensive du chemin des Dames. En 1918, combattant en partie à pied et en partie à cheval, le régiment fait face à l'offensive du Printemps allemande. Le , il perce les lignes allemandes et est cité à l'ordre de l'armée une deuxième fois[4].

Entre-deux-guerresModifier

En 1919, à Aix-la-Chapelle qu'il occupe, le 11e Régiment de Chasseurs à Cheval reçoit la fourragère aux couleurs de la Croix de Guerre. Il rejoint la garnison de Vesoul fin 1919[4].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Seconde Guerre mondialeModifier

Le Groupement de Cavalerie est destiné à former à la mobilisation des groupes de reconnaissance[4]. Aussi, dès la déclaration de guerre, le 11e Régiment de chasseurs à cheval disparaît-il en tant que tel pour se répartir et donner naissance à quatre groupes de reconnaissance[7] :

En 1944, au cours de la campagne de la Libération, il est remis sur pied, entre en Allemagne et occupe le Palatinat jusqu'au , où il est dissout[4].

De 1945 à 1994Modifier

 
Parade du 11e régiment de chasseurs le 11 juin 1988 lors de la journée des forces alliées. Au premier plan, des AMX-30B2 suivis de VAB.

En août 1949, le 11e groupe d'automitrailleuse est créé à Berlin-Ouest par le 11e régiment de chasseurs d'Afrique. Ce groupe reçoit la garde de l'étendard du 11e chasseurs à cheval. Le , le 11e régiment de chasseurs à cheval est recréé par changement de nom du 11e groupe d'automitrailleuses. Il retrouve son étendard et ses traditions. Il est renommé 11e régiment de chasseurs le [8].

Le régiment est l'unité blindée des Forces françaises à Berlin, formées également par le 46e RI, trois escadrons de gendarmerie, une compagnie de génie, une compagnie de transmission et les services[8]. Il est alors caserné au Quartier-Napoléon[9].

Le retrait des forces françaises de Berlin entraîne sa 5e dissolution le , son étendard rejoint le SHAT de Vincennes. Les objets de tradition du 11e Chasseurs sont transportées à Saint-Wendel et conservées par l’Escadron d’Éclairage de la 1re Division, jusque la dissolution du 2e Corps d'Armée en 1999, et depuis cette date confiées à l’École d’application de l’arme blindée cavalerie de Saumur.

CompositionModifier

Ce régiment était composé à Berlin comme suit :

  • 1er escadron Semper Primus
  • 2e escadron Duo Deorum
  • 3e escadron
  • 11e escadron - instruction
  • ECR Escadron de commandement (et de reconnaissance (1990))
  • Il était équipé au début de M.8 américaines, d'half-track M5, puis de chars Sherman M4, d'AMX 13-75 mm, d'AMX 13-90 mm et enfin de 41 chars AMX-30 B[10].

ÉtendardModifier

Dans les plis de son étendard les inscriptions suivantes[11]:

 

 
Étendard du 11e RCh

DécorationsModifier

Sa cravate est décorée :

(Source journal interne du 11e régiment de chasseurs, VLB Voila Les Bons)

InsigneModifier

Héraldique : Dès mars 1987, avant que le 3e escadron du 11e Chasseurs tire en manœuvre à BAUMHOLDER les derniers obus de 90 mm des AMX 13 tonnes de l’Arme Blindée Cavalerie, que les derniers AMX 30 tonnes arrivent à Berlin et vont équiper le 3e escadron, avant l’arrivée à Berlin du Chef de l’État pour le 750e anniversaire de la ville, sous le commandement du Colonel Jean-Louis Mourrut, suivant l’application des règles héraldiques et la concordance du symbolisme avec l’historique, le 11e Régiment de Chasseurs change l’insigne de 1955 en un nouvel insigne pour « régularisation » : (Berlin 1987- 1994) Ovale d’argent à l’orle de cramoisi, chargé en cœur d’un colback de sable, au plumet et à la flamme de cramoisi, à la jugulaire passant dans le grolier d’un cor de cramoisi encerclant le nombre 11° de sable. En orle du chef, partie de roue crénelée de sable chargée de la devise « Voila les bons » d’argent. Dos granulé inscription J BALME SAUMUR G 3398 en relief. Insigne homologué sous le numéro G 3398. Cuir noir en forme de languette. La couleur cramoisie surpris ceux qui s’étaient habitués au vert et au traditionnel ours berlinois, mais dans ce domaine, la tradition est reine. Et le cramoisi est propriété des Chasseurs depuis 1791… Ce nouvel et dernier insigne ressemble à l’insigne de Vesoul en 1936.[réf. nécessaire]

"Dans un écu de dame d'argent à orle de gueules surmonté d'une demi-couronne d'engrenage de sable chargée de la devise "VOILA LES BONS" en capitales d'argent, un colback de sinople à la flamme de gueules et au plumet du même surmonte un huchet de gueules chargé en abîme du chiffre "11" de même."

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DeviseModifier

Sire, voilà les bons

Personnalités ayant servi au 11e RCCModifier

Sources et bibliographiesModifier

  • Joseph Duchange, Historique du 11e régiment de chasseurs à cheval pendant la guerre 1914-1918 : campagne 1914-1918, Nancy, Berger-Levrault, 75 p., lire en ligne sur Gallica
  • L'amicale des anciens du 11e régiment de chasseurs. Président: Monsieur Gilbert Blanc, maison du combattant, 26 rue Pierre de Coubertin 70014 Vesoul.
  • Général de brigade Philippe Peress 31, rue Hoche 49400 Saumur.
  • Musée des Blindés ou Association des Amis du Musée des Blindés 1043, route de Fontevraud, 49400 Saumur.
  • Général Andolenko, Recueil d'historique de l'arme blindée et de la cavalerie, Paris, Eurimprim, 1968
  • SIRPA Terre, Encyclopédie de l'armée de terre, vol. 6, t. L'arme blindée-cavalerie, l'aviation légère de l'armée de terre, Hachette, (ISBN 2-245-02611-X, 978-2-245-02611-3 et 2-245-02617-9, OCLC 463434779, lire en ligne), « 11e régiment de chasseurs », p. 85-104

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d SIRPA Terre 1991, p. 99.
  2. a b c d e f g h i j k et l SIRPA Terre 1991, p. 100.
  3. a b c d e f et g SIRPA Terre 1991, p. 101.
  4. a b c d e f g et h SIRPA Terre 1991, p. 102.
  5. Duchange, p. 5.
  6. Duchange, p. 6.
  7. 11e régiment de chasseurs à cheval sur atf40.fr
  8. a et b SIRPA Terre 1991, p. 103.
  9. SIRPA Terre 1991, p. 98.
  10. David Delporte, « Ordre de bataille de l’armée de terre au  », sur Armée française en 1989, (consulté le 5 mars 2015).
  11. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier