12e régiment de dragons (France)

(Redirigé depuis 12e régiment de dragons)

Le 12e régiment de dragons (ou 12e RD), est une unité de cavalerie de l'armée française, créé sous la Révolution à partir du régiment d'Artois dragons, un régiment de cavalerie français d'Ancien Régime actuellement dissoute.

12e Régiment de Dragons
Image illustrative de l’article 12e régiment de dragons (France)
Insigne du 12e dragons (1945)

Création 1675
Dissolution 1962
Pays Drapeau de la France France
Branche armée de terre
Type Régiment de Dragons
Rôle Cavalerie
Ancienne dénomination Régiment d'Artois dragons
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Jemmapes1792
Austerlitz1805
Heilsberg 1807
Ocana 1809
Flandres 1918
L'Aisne 1918
Roulers 1918
Vosges 1944
AFN 1952-1962
Guerres Campagne de Prusse et de Pologne
Première Guerre mondiale
Seconde Guerre mondiale

Création et différentes dénominations

modifier
  • 1791 : 12e régiment de dragons à partir du régiment d'Artois[1]
  • mai 1814 : dragons d'Orléans[1]
  • mars 1815 : 12e régiment de dragons[1]
  • juin 1815 : licenciement[1]
  • 1825 : recréé comme 12e régiment de dragons
  • 1923 : dissolution
  • septembre 1939 : 12e régiment de dragons portés
  • janvier 1940 : dissolution
  • de 1944 à 1945 : recréation à partir du Corps Franc Bayard ou Groupement de Segonzac, appelé de manière non officielle « 3e régiment de dragons »
  • septembre 1962 : dissolution par changement de nom en 2e régiment de hussards

Chefs de corps

modifier
 
Le chef de brigade Pagès, à la tête du 12e dragons, tue un général autrichien à Juliers lors d'une escarmouche en 1794.

De 1675 à 1815

modifier

Liste donnée (jusqu'en 1815) par le général Susane[2]

  1.  : Esprit de Jousseaume de La Bretesche  ;
  2.  : Claude Hatte de Chevilly  ;
  3.  : Anne III de Grimoard de Caylus  ;
  4.  : Lautrec (N. de Foix, comte de)  ;
  5.  : Lautrec (N. de Foix d'Ambres, chevalier de) ;
  6. 1720 : Rochepierre (N., chevalier de)  ;
  7.  : Louis-Claude d'Harcourt ;
  8.  : François-Henri d'Harcourt ;
  9.  : Anne-François d'Harcourt ;
  10.  : Emmanuel-François de Grossoles ;
  11.  : Gabriel-Augustin de Franquetot  ;
  12.  : Jean-Pierre de Damas d'Anlezy ;
  13.  : Jean-François de Pérusse d'Escars  ;
  14.  : François de Pérusse d'Escars  ;
  15.  : Charles-Michel-Gautier de Launay de Vallerie ;
  16.  : Pierre de La Lande de Hinx  ;
  17.  : Louis-Henri de Beffroy ;
  18.  : Raymond Gaspard de Bonardi de Saint-Sulpice ;
  19.  : Jacques Vivien ;
  20.  : Cerfontaine (N. de) ;
  21.  : Joseph-Samuel Raison ;
  22.  : Jean-Baptiste Fiquet) ;
  23.  : Joseph Pagès ;
  24.  : Louis François Félix Girault de Martigny ;
  25.  : Jean Gabriel Marie Merlhes ;
  26.  : Alexis Bessard-Graugniard ;
  27.  : Joachim-Irénée-François Bureaux de Pusy.

De 1825 à 1962

modifier
  1. 1851 - 1862 : colonel de Labareyre (voir Jean Henri Louis Eugène Garnier de Labareyre)
  2. 1862-1870 : colonel Nicolas de Bigault d'Avocourt (voir Famille de Bigault)
  3. 1901 : colonel Gaudin
  4. 1906 - 1907 : colonel d'Urbal[3]
  5. ...
  6. ? -  : commandant de Lafont[4]
  7. 3 -  : lieutenant-colonel Maissiat[5][6]
  8. -  : commandant de Lafont[6]
  9. -  : colonel L'Hotte[7]
  10. - ? : lieutenant-colonel Conigliano[7]
  11. ...
  12. 1940 : colonel Guy Schlesser[3]
  13. ...
  14. 1951-1953 : colonel Édouard Soula
  15. ...
  16. 1955 - 1956 : lieutenant-colonel Deluc[8]
  17. 1956 : lieutenant-colonel de Chabot[8],[9]
  18. 1956 - 1958 : lieutenant-colonel Perrodon[8]
  19. 1958 - 1962 : lieutenant-colonel Fajeau[8]
  20. 1962 : colonel Méry[8]

Historique des garnisons, combats et batailles

modifier

Ancien Régime

modifier

Guerres de la Révolution et de l’Empire

modifier
 
Un cavalier du 12e dragons de la Grande Armée

Affecté à l'armée du centre, il participe aux batailles de Valmy (20 septembre 1792) et de Jemmapes (6 novembre 1792). En 1793, il combat au siège de Maubeuge et à la bataille de Wattignies[1].

En 1794, le régiment rejoint l'armée du Nord et combat à la bataille de Fleurus. Il combat ensuite à l'armée du Rhin en 1795-1796 puis à l'armée d'Italie en 1797. Il participe notamment à la bataille de Marengo[1] puis le 2 décembre 1805 à Bataille d'Austerlitz. En 1806 il prend part à la Campagne de Prusse et de Pologne puis le 14 octobre de la même année, à la Bataille d'Iéna.


Le , il participe à la bataille d'Eylau contre les Russo-Prussiens. Le , ses charges à la bataille d'Heilsberg sont remarquées[1].

 
Charge du 12e dragons contre l'infanterie espagnole à la bataille d'Ocaña (1809)

Le régiment participe à la campagne d'Espagne à partir de 1808. Le , il participe à la charge qui met en déroute l'infanterie espagnole à la bataille d'Ocaña puis capture des prisonniers lors de la poursuite[1] En 1813, le regiment participe à Campagne d'Allemagne puis du 16-19 octobre à la Bataille de Leipzig. En 1814 il participe à campagne de France et le 28 mars de cette année à la Bataille de Claye et au Combat de Villeparisis

Il combat enfin à la bataille de Ligny pendant les Cent-Jours[1].

De 1825 à 1852

modifier
 
Illustration de 12e dragons aidant la population de Saint-Étienne pendant l'inondation

Le 12e dragons est recréé en 1825. En 1831, sous la monarchie de juillet, il est envoyé réprimer la révolte des canuts de Lyon[1]. Le 10 juillet 1849, le régiment est en garnison à Saint-Étienne lorsque la ville est touchée par des inondations. Pendant deux jours et une nuit, le régiment se distingue en portant secours à la population[réf. souhaitée].

 
La défense de Forbach le .

Le régiment combat pendant la guerre franco-prussienne de 1870 au sein de la 2e division de cavalerie de l'armée du Rhin. Le régiment est remarqué le , à la bataille de Forbach-Spicheren[1] : deux escadrons du 12e dragons et une compagnie du génie tiennent avec succès le flanc français à Forbach[réf. souhaitée]. Le le régiment combat à Grostenquin avec le 7e régiment de dragons. À la bataille de Rezonville le 16 août, il charge le 7e régiment de cuirassiers[1].

Le 26 novembre 1870 a lieu le combat de Lorcy où est engagé un escadron du 12e dragons.

De 1871 à 1914

modifier

Le régiment est renforcé en 1896. Caserné à Troyes, le régiment quitte cette ville pour Pont-à-Mousson en 1900. Il revient à Troyes en 1913[1].

Stationné à Troyes, avec des éléments à Toul[1], le régiment se met sur le pied de guerre à partir du [10], avec 4 escadrons. Le soir le régiment traverse Nancy sous les acclamations de la population pour rejoindre Saint-Nicolas-de-Port. Le 2e escadron est mis à la disposition de la 39e division d'infanterie à Art-sur-Meurthe. Le , jour de la mobilisation générale, le 1er escadron est à Vitrimont avec l'état-major et le 3e et le 4e escadrons sont à Deuxville[4].

 
Le lieutenant de Lattre de Tassigny du 12e dragons en 1914.

Le , une escouade de sept dragons du 2e escadron, menés par le lieutenant Bruyant, rencontre à Réméréville une patrouille du 14e régiment de Uhlans (de) de Saint-Avold. Le chef de la patrouille allemande, le lieutenant Dickmann est tué, ainsi qu'un autre uhlan. Le 2e escadron au complet rejoint le reste du régiment le lendemain[5]. Le , le régiment soutient l'attaque du 15e corps d'armée à Lagarde en envoyant des patrouilles. Le lieutenant de Lattre se fait remarquer en menant une « reconnaissance hardie »[6].

Le , la 2e division de cavalerie dont fait partie le régiment part avec tout le 1er corps de cavalerie en direction de Sarrebourg[6]. Le 18, le 12e dragons est accroché au niveau de Langatte mais le régiment n'est pas engagé dans les combats autour de Gosselming (bataille de Sarrebourg). Entre le 18 et le 20, la cavalerie française ne parvient pas à avancer et la dégradation de la situation militaire la force au repli[11]. Le régiment assure l'arrière garde de sa division[12] qui se replie jusqu'à Villacourt le [13].

Le régiment rejoint la bataille de Rozelieures le lendemain[13] mais n'y joue pas un grand rôle, la cavalerie n'étant pas destinée à charger l'infanterie[14]. En septembre, les dragons mènent de nombreuses reconnaissances dans la Woëvre[15]. En particulier, le régiment défend Bouconville du 22 au [16]. Le régiment rejoint les tranchées entre Apremont et Gironville à partir du . Mi-octobre, la division rejoint la région de Toul puis celle de Blainville-sur-l'Eau et Rosières-aux-Salines[17]. Le régiment mène de petites opérations à cheval dans la direction d'Arracourt jusqu'au . Il cesse de participer aux combats à cette date et, stationnant à Rosières-aux-Salines, s'entraîne jusqu'au [18].

À partir du jusqu'au , les deux moitiés du régiment se relaient dans les tranchées de Mazerulles et de la ferme Ranzey (Athienville)[19].

Entre-deux-guerres

modifier

Caserné à Colmar, le régiment est dissout en 1923[1].

Le régiment est recréé dès le . Il est alors rattaché à la 2e brigade de dragons portés de Réserve Générale, sous le nom le 12e régiment de dragons portés[20]. Pendant la première partie de la « drôle de guerre », cette brigade est affectée en soutien à la 2e division légère mécanique[21].

Au cours du mois de , les deux brigades de dragons portés sont dissoutes pour mettre sur pied une 3e division légère mécanique[22],[23] et basculer les trois divisions de cavalerie en six nouvelles divisions légères.

Au cours du mois de , le régiment n'ayant pas atteint le niveau suffisant d'équipement[24], il est dissous et ses anciens effectifs sont ventilés dans plusieurs unités, comme le 11e dragons, pour tout le 3e bataillon et dans différents bataillons de dragons portés des divisions de Cavalerie qui sont alors modifiés en divisions légères[1].

1944-1945

modifier

Le 12e régiment de dragons renaît en 1944, issu du maquis de la zone A du Tarn formé par le Commandant Pierre Dunoyer de Segonzac, dit « Commandant Hughes » et ancien directeur de l'école des cadres d'Uriage. Après la libération de Castres[20], le maquis établit dans le Quartier Fayolle un centre de recrutement pour la 1re armée française, récemment débarquée sur le littoral méditerranéen et qui combat dans la vallée du Rhône[réf. nécessaire]. Castres étant la ville de garnison du 3e régiment de dragons, nombreux en sont les anciens officiers qui s'engagent dans la nouvelle unité[20]. Le commandant de Segonzac se voit pressé de donner la dénomination « 3e régiment de dragons de reconnaissance » à cette unité, un peu contre son goût. Cependant il ne veut pas décourager l'élan « louable mais tardif » de ces officiers[réf. nécessaire].

En effet, durant la période de l'Armée de Vichy, le 3e régiment de dragons n'a pas fait preuve d'une grande volonté pour préparer le camouflage de ses armes et matériels en cas d'occupation de la zone libre par l'armée allemande[réf. nécessaire]. Et lorsque celle-ci a eu lieu en , ce sont des hommes de ce régiment qui ont participé à l'arrestation du Général de Lattre de Tassigny, devenu par la suite commandant de la 1re arméef Française[20].

C'est pourquoi, ayant appris la re-création du 3e régiment de dragons par le commandant de Segonzac, le , le général enjoint à celui-ci d'en changer la numérotation et de prendre le no 12, qui était celui de son régiment en 1914[20].

C'est ainsi que le 12e Régiment de Dragons rejoint la 1re Armée Française à Remiremont, dans le rôle d'unité d'infanterie, attaché aux ordres d'un régiment de Spahis[réf. souhaitée].

De 1945 à nos jours

modifier

Le 12e Régiment de Dragons est basé en RFA à Reutlingen jusqu'en 1955, avant son départ pour le Maroc le 4 septembre de cette même année. En , il est positionné en Algérie et y reste jusqu'à la fin de la guerre d'indépendance algérienne[1]. Il embarque le pour son retour en Métropole ; il est dissous le à Orléans pour devenir aussitôt le 2e Régiment de hussards[8].

Traditions et uniformes

modifier

Étendard

modifier
 
L'étendard du 12e dragons en 1892.

Les noms des batailles s'inscrivent en lettres d'or sur le drapeau, ainsi que l'inscription A.F.N[25],[26]

Insigne

modifier


Sur l'insigne du régiment de 1955 à 1965, on trouve la croix pattée d'hermine empruntée aux armes du marquis de la Bretesche[3].

Personnages célèbres ayant servi au 12e Régiment de Dragons

modifier

Notes et références

modifier
  1. a b c d e f g h i j k l m n o p et q Henri Azéma, « Historique du 12e régiment de dragons », sur cavaliers.blindes.free.fr (consulté le )
  2. Susane 1874.
  3. a b et c « Les dragons : 12e régiment de dragons (Artois) », sur cavaliers.blindes.free.fr (consulté le )
  4. a et b Historique 1919, p. 2.
  5. a et b Historique 1919, p. 3.
  6. a b c et d Historique 1919, p. 4.
  7. a et b Historique 1919, p. 25.
  8. a b c d e et f Claude Aïcardi, « Fiche 1954-1964 du 12e dragons », sur cavaliers.blindes.free.fr, (consulté le )
  9. « Chefs de corps de Chamborant Hussards : Colonel de Chabot 1956 », sur amicalechamboranthussards.fr, (consulté le )
  10. Historique 1919, p. 1.
  11. Historique 1919, p. 5.
  12. Historique 1919, p. 6.
  13. a et b Historique 1919, p. 7.
  14. Historique 1919, p. 8.
  15. Historique 1919, p. 9-12.
  16. Historique 1919, p. 13.
  17. Historique 1919, p. 14.
  18. Historique 1919, p. 15.
  19. Historique 1919, p. 16.
  20. a b c d et e Henri Azema, « Fiche 1940-1945 du 12e dragons », sur cavaliers.blindes.free.fr, (consulté le )
  21. Capitaine Bonal, Les brigades de dragons portés, Armée de terre, (lire en ligne)
  22. Erik Barbanson, « Etienne Morin : aquarelles de guerre », Histoire de guerre, blindés et matériel, Histoire & Collections, no 74,‎ , p. 20-25
  23. « Tanaka-World.net - Histoire des Divisions Légères Mécaniques », sur www.tanaka-world.net (consulté le )
  24. « 3e Division Légère Mécanique », sur www.tanaka-world.net (consulté le )
  25. Décision no 12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, no 27, 9 novembre 2007
  26. Arrêté relatif à l'attribution de l'inscription AFN 1952-1962 sur les drapeaux et étendards des formations des armées et services, du 19 novembre 2004 (A) NORDEF0452926A Michèle Alliot-Marie

Annexes

modifier

Bibliographie

modifier
  • Général Susane, Histoire de la cavalerie française, vol. 3, Paris, Dumaine,  ;
  • Le 12e régiment de dragons pendant la campagne 1914-1918, Colmar, Société d'édition de la Haute-Alsace, 77 p., lire en ligne sur Gallica.
  • Bernard Viala, « Le 12e régiment de dragons : le groupe Saucet, des Sud-Tarnais participent à la libération de la France, août 1944-mai 1945 », Société culturelle du Pays castrais, Castres, t. cahier n° 26,‎ (ISBN 2-904401-41-5)

Liens externes

modifier

Articles connexes

modifier