Jean Étienne de Saint-Martin

Jean Étienne de Saint-Martin
Jean Étienne de Saint-Martin
Jean Etienne de Saint-Martin

Naissance
Cognac (Charente)
Décès (à 66 ans)
Cognac (Charente)
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie
Grade Général de brigade
Années de service 17761815
Distinctions Baron de l'Empire
Officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis

Jean Etienne de Saint-Martin, né le à Cognac (Charente), mort le à Cognac (Charente), est un général français de la Révolution et de l’Empire.

États de serviceModifier

Il entre en service le , comme soldat au régiment de Perche, et il fait à bord du vaisseau « le Héros » les campagnes sur mer de 1779 à 1781. Il devient caporal le , sergent le , et il obtient son congé le .

Le , il reprend du service comme sous-lieutenant dans le 3e bataillon de volontaires du Finistère, et le , il embarque à Paimbœuf pour Saint-Domingue. Il obtient son brevet de capitaine le , et le , à la prise du fort de Jean-Rabel, il reçoit un coup de feu à la jambe droite. Il est promu chef de bataillon le , et il est de nouveau blessé l’année suivante à la prise de Borgne, par un coup de biscaïen à la cuisse droite, ainsi qu’au siège de Saint-Marc le , d’un coup de sabre à la même cuisse.

Il est de retour en France le , et il prend le commandement du 1er bataillon auxiliaire de la Charente le . Le , il passe avec son grade dans la 1re demi-brigade d'infanterie de ligne, avec laquelle il fait les campagnes de 1800 et 1801, aux armées du Rhin et d’Italie. Le , il devient major au 20e régiment d'infanterie de ligne, et il est fait chevalier de la Légion d’honneur le .

En 1805, il rejoint l’île d'Elbe, puis il fait les campagnes de 1806 à 1808, en Italie et dans le royaume de Naples. Il est nommé colonel le , au 1er régiment d’infanterie de ligne, et il est blessé le , de trois coups de sabre à la tête, au bras et à la main droite, en se jetant dans la mêlée pendant la Bataille de Sacile.

Il est créé baron de l’Empire le , et en 1811, il rejoint l’armée d’Espagne. Le , près de Santibanez, il est attaqué par un corps de 2 000 fantassins et de 1 500 cavaliers espagnols, il soutient pendant six heures à la tête de 1 000 hommes seulement les efforts de l’ennemi, qu’il force à se retirer, après lui avoir tué beaucoup de monde. Sa conduite durant cette campagne, lui vaut la croix d’officier de la Légion d’honneur le .

Pendant la première restauration, le roi Louis XVIII, le fait chevalier de Saint-Louis le , et il le nomme général de brigade le . Il est fait baron héréditaire le confirmé par lettres patentes.

Il est confirmé dans son grade le , par l’Empereur Napoléon et le suivant, il prend le commandement des gardes nationales réunies à Valenciennes. Il est admis à la retraite le .

Il meurt le , à Cognac.

DotationModifier

  • Le , donataire d’une rente de 4 000 francs sur Rome.

ArmoiriesModifier

Figure Nom du baron et blasonnement
Armes du baron Jean Etienne de Saint Martin et de l'Empire, décret du , lettres patentes du , officier de la Légion d'honneur

Écartelé au premier d'or à trois têtes de maures de sable, tortillées d'argent, au 2e des barons tirés de l'armée, au 3e d'azur au lion d'or ; au 4e de pourpre au vol ouvert d'argent - Livrées : les couleurs de l'écu.

SourcesModifier