Ouvrir le menu principal

Équipe de Russie de football à la Coupe du monde 2014

Équipe de la Russie de football à la Coupe du monde 2014
Drapeau de la Russie

Fédération Fédération russe de football (RFS)

Class. FIFA / Elo 19e / 17e
Organisateur(s) Drapeau du Brésil Brésil
Participation 10e
Meilleure performance Quatrième (1966) (sous l'URSS)
Sélectionneur Drapeau : Italie Fabio Capello
Capitaine Igor Denisov
Meilleur buteur Aleksandr Kerjakov et Aleksandr Kokorin (1)
Maillots
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Équipe de la Russie de football à la Coupe du monde

Cet article relate le parcours de l'équipe de Russie de football lors de la Coupe du monde de football 2014 organisée au Brésil du 12 juin au .

HistoriqueModifier

Fin 2012 : Nouvelle révolution et retour dans la lumièreModifier

 
L'Italien Fabio Capello est officiellement nommé sélectionneur de la Russie le 14 juillet avec l'objectif provisoire de qualifier la Russie pour la Coupe du monde.
 
Vladimir Bystrov, Zénitiki, est l'un des joueurs nouvellement sélectionnés en équipe nationale depuis l'arrivée de Capello. Il a beaucoup apporté contre le Portugal aussi bien à l'aller qu'au retour mais n'ira pas à la Coupe du monde en raison de son âge.

À la suite de la claque reçue lors de l'Euro 2012, la Sbornaïa doit se reconstruire… En quelques mois, la Russie va tourner la page et retourner au sommet. En juillet, la direction de la Sbornaïa est confiée au sélectionneur italien Fabio Capello ancien sélectionneur de l'Angleterre qui a réalisé de belles performances avec les clubs du Milan AC, du Real Madrid, de l'AS Rome et de la Juventus. Le nouveau sélectionneur est confronté à un grand défi. Il doit redonner confiance aux supporters démoralisés et qualifier l'équipe pour le Mondial 2014 de préférence en évitant les barrages dont les Russes gardent un mauvais souvenir après ceux de 2010 avec comme rival l'équipe portugaise qui avait battu la Sbornaïa 7-1 en 2006 et que celle-ci n'est jamais parvenue à battre tout en rajeunissant la sélection nationale en vue du Mondial 2018 dont la Russie a été désignée organisatrice…

La première décision de Capello est de se passer non seulement d'Archavin (après convocation à cause de la polémique du dernier Euro), mais aussi de Pavlyuchenko et de Zhirkov et Malafeïev qui a gardé les portes de la sélection pendant l'Euro 2012 met un terme à sa carrière internationale pour des problèmes familials. Il décide de faire appel à de nouveaux joueurs comme Viktor Fayzulin ou Vladimir Bystrov. Le premier match de l'équipe est contre la plus puissante équipe africaine : la Côte d'Ivoire le qui se soldera par un nul malgré ouverture du score et domination (1-1).

Pour les éliminatoires de la coupe du monde au Brésil, la Russie est opposée au Portugal, qui semble être la bête noire de la Sbornaïa et est son principal rival dans le groupe, à Israël, à l'Irlande du Nord, à l'Azerbaïdjan et au Luxembourg. Si l'Euro 2012 a terminé en fiasco, l'année 2012 se terminera par une belle reprise de confiance avec quatre victoires en éliminatoires et les cages inviolées grâce au talentueux Igor Akinfeev, héros de 2008, faisant de la Russie la seule équipe totalement gagnante avec les Pays-Bas et la seule n'ayant pas encaissé de but.

 
Grâce à un irréprochable Igor Akinfeev, portier de l'Euro 2008 où la Sbornaïa était allée en demi-finale, la Russie a gardé sa cage inviolée durant toute la première partie des éliminatoires.
 
Viktor Fayzulin, joueur du Zénith Saint-Pétersbourg a fait de bons débuts en équipe nationale avant une suite bien moins convaincante à partir du déplacement au Portugal.

La Sbornaïa débute les préliminaires avec les deux outsiders du groupe. Elle bat l'Irlande du Nord 2-0 à domicile le 7 septembre ce qui est la première victoire de la Russie de Capello, et surtout le 11 septembre Israël 4-0 à l'extérieur avec un doublé de Aleksandr Kerjakov (qui durant l'Euro précédent avait tiré 11 tirs non cadrés en trois matchs, un record) et grâce à un excellent milieu Viktor Fayzulin. Pendant ce temps, le demi-finaliste du mondial précédent, le Portugal, bat péniblement le Luxembourg 2-1 qui avait ouvert le score, puis vainc l'Azerbaïdjan 3-0 dans la péninsule ibérique en fin de match.

La première confrontation entre les deux rivaux a lieu le 12 octobre en Russie. La Sbornaïa ouvre le score dès la sixième minute sur une passe en profondeur de Roman Chirokov à Kerjakov qui trompe le gardien adverse. Dès lors, on constate un changement complet du jeu de la Russie. En effet, la Russie de Fabio Capello laisse le ballon aux Portugais pour jouer défensivement dans l'attente d'une contre-attaque après ce premier but contraiement à celle de Guus Hiddink et celle de Dick Advocaat qui était tournée vers l'offensif. Certaines de ces contre-attaques permettront au joueur Vladimir Bystrov de s'illustrer sans alourdir le score, mais les Russes brillent en défense. Les Portugais maîtrisés en attaque ne s'en relèvent pas ce qui permet à la Russie de réussir la revanche du 7-1 infligé en 2006 et de devancer son rival de trois points. Ce match est l'affiche de la troisième journée des éliminatoires.

Le 16 octobre lors de la quatrième journée, la Russie continue son sans faute en sortant une nouvelle fois victorieuse contre l'Azerbaïdjan 1-0 tandis que le Portugal se dominer par l'Irlande du Nord chez lui et égalise en fin de match (1-1). Dans le même temps, Israël qui a vaincu le Luxembourg 6-0 puis 3-0 subtilise au Portugal la seconde place au même nombre de points, mais à la différence de but supérieure. La Russie a 5 points d'avance sur ses deux rivaux et est à présent la mieux armée pour sortir du groupe et se qualifier directement, mais elle se souvient aussi du nombre non mémorable de renversements de situation dans le passé (Mondial 2010 et Euro 2012 notamment)…

Avec quatre victoires en éliminatoires et les cages inviolées, la Russie est la seule équipe avec les Pays-Bas (qui sont également une grande déception de l'Euro précédent) à avoir gagné tous ses matchs et la seule à ne pas avoir encaissé de but ce qui est synonyme de début d'éliminatoires très réussi. Les anciennes stars Archavin, Pavlyuchenko et d'autre, ainsi que Dzagoev, révélation de 2012, n'ont pas joué une seconde sur le terrain des éliminatoires.

 
Roman Chirokov, vestige de l'Euro 2012, fait partie intégrante de la colonne vertébrale de la Russie en équipe nationale.

Elle réalise un match amical contre les États-Unis qui n'a jusqu'à présent jamais réussi à battre les rouges. Les Russes mènent au score deux fois, mais les Américains égalisent également deux fois dont la deuxième dans le temps additionnel de la seconde mi-temps. Ce match jugé décevant montre à la nouvelle Russie que malgré les succès, elle n'est pas à l'abri de contre-performances…

Début 2013 : Les rencontres amicalesModifier

 
Vladimir Gabulov a joué les matchs amicaux à la place d'Akinfeev.

Après avoir idéalement clôturé l'année 2012, les Russes débutent idéalement l'année 2013 par une victoire 2-0 sur l'Islande, ancien adversaire de la Sbornaïa lors de la phase qualificative de 2000.

Le 22 mars, c'est l'ouverture de la deuxième partie des éliminatoires de Brésil 2014. La Russie est en tête de son groupe avec 12 points, le maximum, devant Israël et le Portugal qui sont à 7 points. C'est durant cette deuxième partie que la Russie qui a déjà accueilli trois fois effectuera de nombreux déplacements à l'étranger après en avoir fait un.

Pour entamer la deuxième phase, la Russie devait se rendre en Irlande du Nord, outsider très distancé avec seulement deux points, mais qui est parvenu à réaliser des exploits (et a d'ailleurs mené pendant la majeure partie du match et a finalement concédé le nul au Portugal). Mais en raison de chutes de neige, le match est reporté au lendemain puis une seconde fois reporté. C'est une frustration pour les Russes qui croyaient pouvoir s'envoler avec sept points d'avance sur leurs deux poursuivants qui s'étaient neutralisés un peu plus tôt (3-3).

Le 25 mars, la Russie affronte le Brésil en train de préparer sa coupe des confédérations. Les Russes réalisent un bon match. Ils dominent totalement la première mi-temps avec une main dans la surface de réparation non sifflée et de nombreux tirs en empêchant le Brésil d'attaquer avant plus d'un quart d'heure et en maîtrisant ses rares offensives. Après trois changements dès la mi-temps, la Sbornaïa se fait beaucoup plus discrète. Cela ne l'empêche pas d'ouvrir le score à la 73e minute après un spectaculaire échange de balles dans la surface de réparation avec deux tentatives repoussées par le gardien ou des défenseurs. C'est finalement Fayzulin qui débloque la situation après quinze seconde de pression pour les deux équipes. Le Brésil réagit assez timidement, mais l'entrée du Brésilien Hulk qui évolue avec les Russes au Zénith Saint-Pétersbourg va apporter de la vitesse au jeu brésilien dont la Russie empêche le développement de celui montré contre l'Italie quelques jours plus tôt. La Russie cèdera finalement à la 90e minute concédant le nul (1-1). Malgré le regret d'avoir laissé filer l'exploit de la première victoire en tant que nouvelle Russie, la Sbornaïa a réalisé un bon match et obtenu un bon résultat.

Milieu 2013 : Décadence et voie du scénario catastropheModifier

 
Igor Denisov, autre vestige de l'Euro 2012, forme un duo avec Chirokov qui joue avec lui au Zénith et anime le secteur offensif de la Russie.

Mais comme cela est arrivé très souvent voire toujours par le passé. La suite de la campagne est moins joyeuse… Après une brillante période, la Russie va entrer dans une période d'accumulation de mauvais résultats.

Le 7 juin, la Russie subit sa première défaite des éliminatoires de la coupe du monde lors de la 7e journée. Comme le Portugal à Moscou, la Russie s'incline par le plus petit des scores à Lisbonne, au terme d'un match complètement fou. En effet, la position délicate de la Seleçao inquiète énormément et les joueurs et observateurs les plus pessimistes disent qu'une défaite serait synonyme d'élimination. Le public portugais est sur-excité et se fait entendre si bien que le Portugal ouvre le score dès la 9e minute. Peu à peu, les Russes reviennent dans le match et menacent d'égaliser tout au long du match (pénalty non sifflé pour grosse faute de main d'un Portugais qui contre un centre à ras de terre dans la surface de réparation, impressionnant retourné de Bystrov qui frôle la barre transversale, but refusé pour un hors-jeu bien réel, tirs arrêtés de Kerjakov puis Shirokov, libre circulation de Kombarov dans la surface adverse, tir de Bystrov après une passe de Kombarov qui passe au ras du poteau) de même que les Portugais se procurent des occasions pour inscrire le doublé (duel raté de Ronaldo avec un bon Akinfeev dans les cages). Le score ne bouge pas et le Portugal prend provisoirement la tête du groupe. La Russie aura donc systématiquement perdu ses matchs contre le Portugal en terre portugaise.

Malgré cette contre-performance, la Russie reste la meilleure défense de la Zone Euro avec un but encaissé et reste également en position de force dans le groupe F puisqu'elle se retrouve avec seulement deux points de moins que le Portugal mais en n'ayant réalisé deux de moins que le Portugal. À noter que les matchs restant pour la Russie à compter de cette défaite sont les retours contre l'Irlande du Nord, Israël, l'Azerbaïdjan et les deux matchs contre le Luxembourg, lanterne rouge du groupe.

 
Aleksandr Kokorin, nouveau sélectionné depuis l'arrivée de Capello, a inscrit à la suite de la défaite en Irlande du Nord trois buts en deux matchs contre le Luxembourg et Israël, redressant la Russie vers le droit chemin après deux défaites consécutives.

Le 14 août, la Russie aurait dû être opposée à l'Argentine, 4e du classement FIFA de loin en tête des qualifications sud-américaines, mais ce match a été annulé. En effet, la Russie doit rattraper son match de la 6e journée de qualifications contre l'Irlande du Nord. Pour reprendre la tête du groupe, elle doit s'imposer. En cas de victoire, la Russie aura remporté 5 matchs avant de laisser les Pays-Bas alors seuls auteurs d'un sans-faute. Mais la Russie connaît sa première grande déception depuis l'arrivée de Capello. Malgré une domination, celle-ci est restée très faible et l'Irlande du Nord a battu la Russie 1-0 sur un but en fin de première mi-temps à la surprise générale. Elle aurait même pu doubler la mise sur des poteaux ainsi qu'à la 60e minute sur un but refusé pour hors-jeu et les occasions d'égaliser ont été rares ! Cette énorme surprise remet en cause la qualification russe et la Sbornaïa devra impérativement réaliser un sans faute pour finir premier du groupe.

Fin 2013 : La réussite du sprint final mais des buts en arrêts de jeuModifier

Après la défaite surprise contre l'Irlande du Nord, la Russie est condamnée au sans-faute pour reprendre la première place au Portugal. Bloquée à la deuxième place, elle entame la fin des éliminatoires par l'accueil du Luxembourg le 6 septembre. Elle ouvre le score en 19 secondes grâce à Aleksandr Kokorin qui inscrit le doublé. Kerjakov clôt le suspens en marquant un troisième but. La fin du match est marquée par un petit relâchement de la défense centrale russe qui vaut un but au début des arrêts de jeu, mais Aleksandr Samedov redresse la barre à la normale en marquant à la fin des arrêts de jeu (4-1). Dès lors, la Russie perd son titre de meilleure défense de la Zone Europe au profit de l'Espagne et de la Belgique. L'Irlande du Nord en supériorité numérique a été très proche de rendre heureux les Russes en menant 2-1 le Portugal réduit à 10, mais un Ronaldo révolté fait gagner le Portugal 4-2, empêchant l'Irlande du Nord de créer la même surprise que contre la Russie et cette-dernière de reprendre la tête du groupe. Ainsi après l'Ukraine, la Slovénie et la Grèce, l'Irlande du Nord confirme la règle suivante : celui qui bat et/ou élimine la Russie à la surprise générale ne confirme jamais les espoirs placés par cette surprise le match suivant. Il conviendra de noter que les deux buts inscrits très tôt pour l'un et très tard pour l'autre sont considérés par la FIFA comme les buts à retenir de la journée.

Quatre jours plus tard, le 10 septembre, les Russes réalisent un match d'une grande importance contre Israël qui peut être considéré comme la quasi-finale du groupe. L'accueil de l'outsider est en effet la dernière opportunité pour la Russie de reprendre la tête du groupe puisque le Portugal ne joue pas cette journée. En cas de non victoire, la Russie devra espérer un faux-pas du Portugal pour se qualifier directement. Heureusement, la Russie réussit à éviter de confirmer ce jour-là le scénario catastrophe laissé supposé par la défaite à Belfast. Après une morne première mi-temps sans but, les Slaves marquent deux fois dès le retour de pause grâce à de bons remplacements de la part de Fabio Capello qui animent efficacement le secteur offensif de l'équipe. Berezutsky, défenseur central, ouvre le score et Kokorin, double buteur de la journée précédente, plante à son tour. Un troisième but de Glushakov qui reprend un pénalty raté de Shirokov rebondissant contre le poteau met fin au suspens, mais la Russie comme contre le Luxembourg encaisse un but d'Israël à la dernière minute. La Russie reprend donc la tête du Groupe F et se retrouve en position confortable pour le reste des éliminatoires.

 
Même s'il est souvent maladroit dans le dernier geste (11 tirs en trois matchs à l'Euro 2012, aucune tentative cadrée), la Russie est dépendante du vétéran zénitiki Aleksandr Kerjakov qui en est le buteur principal.

L'avant-dernière rencontre de la campagne qualificative de phase de groupe est un déplacement au Luxembourg le 10 octobre. La Russie peut se qualifier en cas de victoire contre le Luxembourg et surtout de défaite du Portugal contre Israël ce qui semble peu probable. Les Russes obtiennent la victoire avec facilité 4-0 (buts de Samedov, Fayzulin, Glushakov et Kerzhakov), mais la sensation vient du Portugal : Israël tient en échec les Lusitaniens 1-1 ce qui assure quasiment la qualification russe directe bien qu'elle ne soit mathématiquement non acquise. Avec trois points d'avance sur son rival et une différence de but supérieure de sept longueurs, seule une immense contre-performance lors de la dernière journée combinée à un carton du Portugal pourrait priver les Slaves d'un voyage direct au Brésil. La Russie se déplace en Azerbaïdjan le 15 octobre. L'Azerbaïdjan avait déjà tenue en échec la Russie aux éliminatoires de la Coupe du monde 2010. Les Russes ouvrent le score très vite grâce à Shirokov et domine tout le match mais en montrant aussi un problème de finition qui permettra au gardien azerbaïdjanais de s'illustrer. L'Azerbaïdjan est réduite à dix alors qu'il reste dix minutes avant le coup de sifflet final. Et contre toute attente, la Russie encaisse de nouveau un but dans le temps additionnel à cause d'un relâchement coupable après en avoir déjà encaissé contre la Slovénie, la Grèce, les États-Unis, le Brésil, l'Irlande du Nord, le Luxembourg et Israël. Tenue en échec 1-1, la Russie a néanmoins l'essentiel : en remportant son duel contre le Portugal, elle disputera la Coupe du monde sud-américaine après une absence de 12 ans !

Pour terminer l'année 2013, la Russie dispute deux matchs amicaux à Dubaï. Le premier contre la Serbie le . Au cours d'un match de très haute qualité offensive entre deux équipes joueuses, la Russie ouvre le score grâce à un but d'Aleksandr Samedov à la 30e minute, mais est immédiatement rejointe à la 31e après une très belle action collective serbe. Le match est très intensif et spectaculaire, mais très mauvais en réalisme. Donnée favorite, la Russie concède ainsi un nul après une bonne démonstration collective même si le problème de finition est pointé du doigt. Le , c'est la Corée du Sud, qualifiée pour la Coupe du monde qui sera d'ailleurs un des trois futurs adversaires en phase de poule, en face de la Russie. Quatre jours plus tôt, elle était parvenue à surprendre la Suisse, 7e au classement FIFA. Surprise dès la 6e minute, deux buts de Fyodor Smolov (qui rompt a série d'inefficacité offensive qui durait depuis plus d'un antout match confondu) et Dmitri Tarasov donnent la victoire 2-1 à la Russie. Cela lui permet de récupérer le Bâton de Nasazzi pour la deuxième fois depuis la chute de l'Union soviétique.

Le , le tirage au sort du Mondial offre à la Russie un tirage considéré clément par les Russes, mais les tirages prétendus cléments ont souvent été piégés par le passé, le plus récemment en 2012. La Sbornaïa hérite du groupe H ressemblant à celui de la Coupe du monde 2002 avec la Belgique, la Corée du Sud et l'Algérie (ces deux dernières remplaçant leurs voisins géographiques qui étaient respectivement le Japon et la Tunisie). La Russie et la Belgique partent avec la faveur des pronostics respectivement pour la deuxième et première place sur une Corée du Sud très irrégulière et une Algérie en difficulté lors des éliminatoires. Cependant, en phase de poule, le statut de favori n'a jamais réussi à la Russie.

Début 2014 : La préparation du MondialModifier

Le , la Russie accueille sur ses terres une Arménie sur une belle dynamique. C'est le premier match de préparation de la Russie. La Sbornaïa inscrit un doublé sans forcer dès la première mi-temps par l'intermédiaire d'Aleksandr Kokorin et Dmitri Kombarov. Remaniant la sélection dans la mi-temps pour tester d'autres joueurs, le score ne bouge plus et la Russie l'emporte (2-0). Dans le même temps, ses adversaires réalisent de bonnes performances, la Corée du Sud battant la Grèce, bourreau de la Russie en 2012, 2-0 à Athènes et l'Algérie battant la Slovénie, bourreau de la Russie en 2010, également 2-0. La Belgique, elle, est tenue en échec dans le temps additionnel par la Côte d'Ivoire à domicile 2-2.

Le , Capello donne une liste de 30 Russes avec deux surprises : le retour de Pavel Pogrebnyak et la surprenante sélection de Maxim Kanunnikov. Le , la liste est réduite à 25. Les défenseurs Aleksandr Anioukov et Alexeï Bérézoutski, les milieux Iouri Gazinski et Vladimir Bystrov ainsi que l'attaquant Artyom Dziouba, meilleur buteur russe de la saison 2013-2014 du championnat russe deviennent « réservistes ». Pogrebniak est remplacé par l'attaquant du FC Séville Denis Cheryshev, vainqueur de l'Europa League avec son club la même semaine.

Le , la Russie reçoit son ancien adversaire de la campagne 2010-2012, la Slovaquie, pour un match de préparation à moins d'un mois de la Coupe du monde. Très attendue, la Russie est décevante. Le secteur offensif a manqué d'inspiration et le but de la victoire n'est survenu qu'à la 82e minute, soit à peine plus de huit minutes avant le coup de sifflet final. La Sbornaïa bute sur une défense slovaque bien organisée et montre également de la fébrilité en défense centrale vite débordée sur les rares attaques slovaques. Néanmoins, la victoire est acquise (1-0).

Un redressement est attendu par les supporters le contre la Norvège à Oslo. La Russie ne se fait pas attendre. Exerçant un pressing constant durant toute la première mi-temps, Oleg Shatov ouvre le score dès la troisième minute et la Russie est impressionnante offensivement. Cependant, la finition n'est pas au rendez-vous et le score qui aurait pu être trois fois plus lourd en concrétisant le tiers des occasions reste d'une seule longueur. En deuxième mi-temps, le remplacement du milieu Viktor Faïzouline par Alan Dzagoev est le tournant. La révélation russe de l'Euro 2012 ne se sent pas à l'aise dans sa position et le lien entre la défense et l'attaque est rompu. La Russie souffre et concède une surprenante égalisation ce qui lui vaudra d'être accusée de jouer petits bras et de gâcher des occasions (1-1).

Pour son dernier match de préparation, la Sbornaïa accueille à domicile le Maroc le soir du 6 juin.

EffectifModifier

Fabio Capello a convoqué 25 joueurs jusqu'au 2 juin 2014, puis a réduit la liste à 23.

Numéro / Nom Équipe actuelle Date de naissance J. Buts       
Gardiens de but
1 Igor Akinfeïev   CSKA Moscou 08.04.1986 3 0 0 0 0
12 Iouri Lodyguine   Zénith Saint-Pétersbourg 26.05.1990 0 0 0 0 0
16 Sergueï Ryjikov   Rubin Kazan 19.09.1980 0 0 0 0 0
Défenseurs
4 Sergueï Ignachevitch   CSKA Moscou 14.07.1979 3 0 0 0 0
14 Vassili Bérézoutski   CSKA Moscou 20.06.1982 3 0 0 0 0
23 Dmitri Kombarov   Spartak Moscou 22.01.1987 3 0 1 0 0
22 Andreï Iechtchenko   Anji Makhatchkala 09.02.1984 2 0 0 0 0
2 Alekseï Kozlov   Dynamo Moscou 16.11.1986 2 0 1 0 0
13 Vladimir Granat   Dynamo Moscou 22.05.1987 0 0 0 0 0
3 Georgi Schennikov   CSKA Moscou 27.04.1991 0 0 0 0 0
5 Andreï Semionov   Terek Grozny 24.03.1989 1 0 0 0 0
Milieux de terrain
7 Igor Denissov   Dynamo Moscou 17.05.1984 2 0 0 0 0
21 Alekseï Ionov   Dynamo Moscou 18.02.1989 0 0 0 0 0
18 Iouri Jirkov   Dynamo Moscou 20.08.1983 0 0 0 0 0
10 Alan Dzagoev   CSKA Moscou 17.06.1990 3 0 0 0 0
8 Denis Glouchakov   Spartak Moscou 27.01.1987 3 0 1 0 0
20 Viktor Faïzouline   Zénith Saint-Pétersbourg 22.04.1986 3 0 0 0 0
19 Aleksandr Samedov   Lokomotiv Moscou 19.07.1984 3 0 0 0 0
17 Oleg Chatov   Zénith Saint-Pétersbourg 29.07.1990 0 0 0 0 0
15 Pavel Mogilevets   Rubin Kazan 25.01.1993 0 0 0 0 0
Attaquants
11 Aleksandr Kerjakov   Zénith Saint-Pétersbourg 27.11.1982 3 1 0 0 0
9 Aleksandr Kokorin   Dynamo Moscou 19.03.1991 3 1 0 0 0
6 Maksim Kanounnikov   Amkar Perm 14.07.1991 2 0 0 0 0
Sélectionneur
    Fabio Capello   18.06.1946

EncadrementModifier

EncadrementModifier

Qualifications : Groupe FModifier

Classement
Rang Équipe Pts J G N P Bp Bc Diff Résultats (▼ dom., ► ext.)            
1   Russie 22 10 7 1 2 20 5 +15   Russie 1-0 3-1 1-0 2-0 4-1
2   Portugal 21 10 6 3 1 20 9 +11   Portugal 1-0 1-1 3-0 1-1 3-0
3   Israël 14 10 3 5 2 19 14 +5   Israël 0-4 3-3 1-1 1-1 3-0
4   Azerbaïdjan 9 10 1 6 3 7 11 -4   Azerbaïdjan 1-1 0-2 1-1 2-0 1-1
5   Irlande du Nord 7 10 1 4 5 9 17 -8   Irlande du Nord 1-0 2-4 0-2 1-1 1-1
6   Luxembourg 6 10 1 3 6 7 26 -19   Luxembourg 0-4 1-2 0-6 0-0 3-2

1er match Russie   2 – 0   Irlande du Nord Stade Lokomotiv, Moscou

19:00 UTC+4
Faïzouline   30e
Shirokov   78e (pén.)
(1 - 0) Spectateurs : 14 300
Arbitrage :   Antonio Mateu Lahoz
Rapport

2e match Israël   0 – 4   Russie Stade Ramat Gan, Ramat Gan

21:00 UTC+2
(0 - 2)   7e   64e Kerzhakov
  18e Kokorin
  78e Faïzouline
Spectateurs : 28 131
Arbitrage :   Mark Clattenburg
Rapport

3e match Russie   1 – 0   Portugal Stade Luzhniki, Moscou

19:00 UTC+4
Kerzhakov   6e (1 - 0) Spectateurs : 54 212
Arbitrage :   Viktor Kassai
Rapport

4e match[note 1] Russie   1 – 0   Azerbaïdjan Stade Luzhniki, Moscou

19:00 UTC+4
Shirokov   84e (pén.) (0 - 0) Spectateurs : 15 033
Arbitrage :   Aleksandar Stavrev
Rapport

5e match Portugal   1 – 0   Russie Estádio da Luz, Lisbonne

20:45 UTC+1
Postiga   9e (1 - 0) Spectateurs : 54 697
Arbitrage :   Damir Skomina
Rapport

6e match Irlande du Nord   1 – 0   Russie Windsor Park, Belfast
[note 2]
20h45 UTC+1
Paterson   43e (1 - 0) Spectateurs : 11 178
Arbitrage :   Tom Harald Hagen
Rapport

7e match Russie   4 – 1   Luxembourg Stade central, Kazan

19:30 UTC+4
Kokorin   1re   35e
Kerzhakov   60e
Samedov   90+3e
(2 - 0)   90e Joachim Spectateurs : 18 525
Arbitrage :   Bobby Madden (en)
Rapport

8e match
(qualification proche)[note 3]
Russie   3 – 1   Israël Stade Petrovski, Saint-Pétersbourg

19:00 UTC+4
Bérézoutski   50e
Kokorin   52e
Glushakov   74e
(0 - 0)   90+3e Zahavi Spectateurs : 21 107
Arbitrage :   Manuel Gräfe (en)
Rapport

9e match[note 4] Luxembourg   0 – 4   Russie Stade Josy-Barthel, Luxembourg

20:30 UTC+2
(0 - 3)   9e Samedov
  39e Fayzulin
  45+2e Glushakov
  73e Kerzhakov
Arbitrage :   Stephan Studer

10e match
(qualification officielle)[note 5]
Azerbaïdjan   1 – 1   Russie Bakcell Arena, Bakou

22:00 UTC+5
Javadov   90e[note 6] (0 – 1)   15e Shirokov Spectateurs : 11 000
Arbitrage :   Milorad Mažić

Amicaux et préparationModifier

Coupe du mondeModifier

Premier tour - Groupe HModifier

La Russie fait partie du groupe H de la Coupe du monde de football de 2014, avec la Belgique, l'Algérie et la Corée du Sud.


Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1   Belgique 9 3 3 0 0 4 1 3
2   Algérie 4 2 1 1 1 6 5 +1
3   Russie 2 3 0 2 1 2 3 -1
4   Corée du Sud 1 3 0 1 2 3 6 -3
15 17 juin 2014 Belgique   2 - 1   Algérie
16 18 juin 2014 Russie   1 - 1   Corée du Sud
31 22 juin 2014 Belgique   1 - 0   Russie
32 22 juin 2014 Corée du Sud   2 - 4   Algérie
47 26 juin 2014 Corée du Sud   0 - 1   Belgique
48 26 juin 2014 Algérie   1 - 1   Russie

Russie - Corée du SudModifier

Match 16 Russie   1 - 1   Corée du Sud Arena Pantanal, Cuiabá

18:00 (UTC-4)
  Historique des rencontres
Aleksandr Kerjakov   74e (0 - 0)   68e Lee Keun-ho Spectateurs : 37 603
Arbitrage :   Néstor Pitana
  Photos du match
Rapport
Russie
Corée du Sud
 
RUSSIE :
  1 Igor Akinfeïev
4 Sergueï Ignachevitch
8 Denis Glouchakov   72e
9 Aleksandr Kokorin
14 Vassili Bérézoutski  
17 Oleg Chatov   59e   49e
18 Iouri Jirkov   71e
19 Aleksandr Samedov
20 Viktor Faïzouline
22 Andreï Iechtchenko
23 Dmitri Kombarov
Remplaçants :
11 Aleksandr Kerjakov   71e 
10 Alan Dzagoev   59e 
7 Igor Denissov   72e 
Sélectionneur :
  Fabio Capello
 
 
CORÉE DU SUD :
  1 Jung Sung-ryong
3 Yun Suk-young
5 Kim Young-gwon
9 Son Heung-min   84e   13e
10 Park Chu-young   56e
12 Lee Yong
13 Koo Ja-cheol     90e
14 Han Kook-young
16 Ki Sung-yueng   30e
17 Lee Chung-yong
20 Hong Jeong-ho   73e
Remplaçants :
11 Lee Keun-ho   56e 
6 Hwang Seok-ho   73e 
7 Kim Bo-kyung   84e 
Sélectionneur :
  Hong Myung-bo

Assistants :
  Hernán Maidana
  Juan Pablo Belatti
Quatrième arbitre :
  Roberto Moreno
Cinquième arbitre :
  Eric Boria

Homme du Match :
  Son Heung-min

Belgique - RussieModifier

Match 31 Belgique   1 - 0   Russie Stade Maracanã, Rio de Janeiro

13:00 (UTC-3)
  Historique des rencontres
Divock Origi   88e (0 - 0) Spectateurs : 73 819
Arbitrage :   Felix Brych
  Photos du match
Rapport
Belgique
Russie
 
BELGIQUE :
  1 Thibaut Courtois
2 Toby Alderweireld   73e
3 Thomas Vermaelen   31e
4 Vincent Kompany  
6 Axel Witsel   54e
7 Kevin De Bruyne
8 Marouane Fellaini
9 Romelu Lukaku   57e
10 Eden Hazard
14 Dries Mertens   75e
15 Daniel Van Buyten
Remplaçants :
5 Jan Vertonghen   31e 
17 Divock Origi   57e 
11 Kevin Mirallas   75e 
Sélectionneur :
  Marc Wilmots
 
 
RUSSIE :
  1 Igor Akinfeïev
2 Alekseï Kozlov   62e
4 Sergueï Ignachevitch
6 Maksim Kanounnikov   38e
8 Denis Glouchakov
9 Aleksandr Kokorin
14 Vassili Bérézoutski  
17 Oleg Chatov   83e
19 Aleksandr Samedov   90e
20 Viktor Faïzouline
23 Dmitri Kombarov
Remplaçants :
22 Andreï Iechtchenko   62e 
10 Alan Dzagoïev   83e 
11 Aleksandr Kerjakov   90e 
Sélectionneur :
  Fabio Capello

Assistants :
  Stefan Lupp
  Mark Borsch
Quatrième arbitre :
  Carlos Vera
Cinquième arbitre :
  Byron Romero

Homme du Match :
  Eden Hazard

Algérie - RussieModifier

Match 48 Algérie   1 - 1   Russie Stade Joaquim-Américo-Guimarães, Curitiba

17:00 (UTC-3)
  Historique des rencontres
Islam Slimani   60e (0 - 1)   6e Aleksandr Kokorin Spectateurs : 39 311
Arbitrage :   Cüneyt Çakır
  Photos du match
rapport
Algérie
Russie
 
ALGÉRIE :
  23 Raïs M'Bolhi
4 Essaïd Belkalem
5 Rafik Halliche  
6 Djamel Mesbah   39e
10 Sofiane Feghouli
11 Yacine Brahimi   71e
12 Carl Medjani
13 Islam Slimani   90e
14 Nabil Bentaleb
18 Abdelmoumene Djabou   77e
20 Aïssa Mandi
Remplaçants :
7 Hassan Yebda   71e 
9 Nabil Ghilas   77e    87e
15 El Arabi Hilal Soudani   90e 
17 Liassine Cadamuro   90+2e[3]
Sélectionneur :
  Vahid Halilhodžić
 
 
RUSSIE :
  1 Igor Akinfeïev
2 Alekseï Kozlov   59e
4 Sergueï Ignachevitch
8 Denis Glouchakov   46e
9 Aleksandr Kokorin
11 Aleksandr Kerjakov   81e
14 Vassili Bérézoutski  
17 Oleg Chatov   67e
19 Aleksandr Samedov
20 Viktor Faïzouline
23 Dmitri Kombarov   57e
Remplaçants :
6 Maksim Kanounnikov   81e 
7 Igor Denissov   46e 
10 Alan Dzagoïev   67e 
Sélectionneur :
  Fabio Capello

Assistants :
  Bahattin Duran
  Tarik Ongun
Quatrième arbitre :
  Joel Aguilar
Cinquième arbitre :
  Juan Zumba

Homme du Match :
  Islam Slimani

Notes et référencesModifier

Notes
  1. À l'issue de cette victoire, la Russie est la meilleure défense des qualifications toutes zones confondues et l'une des deux seules équipes à avoir remporté tous leurs matchs avec les Pays-Bas.
  2. Initialement prévu le , le match Irlande du Nord - Russie a d'abord été reporté au lendemain avant d'être reporté sine die en raison des conditions météorologiques (neige)[1]. La rencontre a finalement été reprogrammée au [2].
  3. À l'issue de cette victoire, la Russie peut se qualifier dès la prochaine journée en cas de victoire contre le Luxembourg et de défaite du Portugal contre Israël.
  4. La Russie remporte bien ce match, mais le Portugal et Israël se sont séparés sur un nul 1-1 l'obligeant à attendre la dernière journée pour se qualifier.
  5. À l'issue de cette victoire, la Russie est officiellement qualifiée pour la Coupe du monde.
  6. Les buts encaissés en fin de match ont été un fait extrêmement fréquent lors de cette campagne, la Russie encaissant au delà dans le temps additionnel un but de l'adversaire contre le Luxembourg (4-1), Israël (3-1) et l'Azerbaïdjan (1-1), mais aussi contre les États-Unis (2-2) et le Brésil (1-1) en amicaux, concédant de facto un nul dans ces trois derniers cas.
Références
  1. « Irlande du Nord - Russie définitivement reporté », sur fr.fifa.com, 23 mars 2013.
  2. « Irlande du Nord - Russie reprogrammé », sur fr.fifa.com, 12 avril 2013.
  3. Cadamuro n'a pas joué mais il a reçu un carton jaune pour avoir tapé dans le ballon depuis le banc.