Ouvrir le menu principal

CSKA Moscou (football)

club de football russe
Attention cet article possède des homonymes multiples. Pour consulter les autres clubs sportifs du même nom, voir CSKA Moscou.
CSKA Moscou
Logo du CSKA Moscou
Généralités
Nom complet Профессиональный футбольный клуб ЦСКА Москва (Club sportif central de football professionnel de l'Armée de Moscou)
Surnoms Koni (Chevaux),
Krasno-sinie (Rouges et bleus),
Armeytsy (Hommes de l'armée)
Noms précédents OLLS (1911-1923)
OPPV (1923-1928)
CDKA (1928-1951)
CDSA (1951-1957)
CSK MO (1957-1960)
Fondation (108 ans)
Statut professionnel -
-
Couleurs Bleu et rouge
Stade VEB Arena
(30 000 places)
Siège Leningradskij prospekt 39
125167, Moscou
Championnat actuel Première Ligue russe
Président Drapeau : Russie Eugeny Giner
Entraîneur Drapeau : Biélorussie Viktor Goncharenko
Joueur le plus capé Drapeau : Russie Igor Akinfeïev (609)
Meilleur buteur Drapeau : URSS Grigory Fedotov (161)
Site web (ru) pfc-cska.com
Palmarès principal
National[Note 1] Championnat de Russie (6)
Coupe de Russie (7)
Supercoupe de Russie (7)
Championnat d'URSS (7)
Coupe d'URSS (5)
International[Note 1] Coupe UEFA (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Neutre

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de Russie de football 2019-2020
0

Le CSKA Moscou (en cyrillique : ЦСКА Москва, qui est l'abréviation de Центральный Спортивный Клуб Армии qui se traduit par « Club sportif central de l'Armée ») est un club de football russe de première division basé à Moscou. Il est une des sections du club omnisports du CSKA Moscou et est pendant longtemps le club de l'Armée rouge.

Fondé en 1911 sous l'Empire russe, il est l'un des plus anciens clubs de Russie. Sous le régime soviétique, il connaît sa principale période de gloire lors de l'après-Seconde Guerre mondiale, qui le voit remporter le championnat à cinq reprises ainsi que trois coupes d'Union soviétique entre 1945 et 1951. Il ne remporte par la suite que deux nouveaux championnats et coupes avant la chute de l'URSS, effectuant notamment le doublé en 1991.

Sous la période russe, le club s'impose comme un prétendant régulier au titre de champion à partir des années 2000, remportant le titre à six reprises ainsi que la coupe sept fois depuis 2002. Il devient par ailleurs le premier club russe post-soviétique à gagner une compétition européenne en remportant la Coupe UEFA en 2005.

HistoireModifier

1911-1935 : premières annéesModifier

Les débuts du CSKA Moscou peuvent être retracées au temps de l'Empire russe lors de l'année 1911, qui voit la Société des amateurs de sports de ski (en russe : Обществе любителей лыжного спорта) abréviée OLLS (en russe : ОЛЛС) démarrer une section sportive dédiée au football. Intégrant la classe B du championnat de la ville de Moscou, le premier match du club est disputé le 27 août 1911 face au Vega, une rencontre remportée sur le score de 6-2 et considérée depuis comme la date anniversaire du CSKA[1]. L'équipe remporte en 1917 le championnat du chemin de fer Moscou-Kazan (regroupant les équipes se situant le long de la ligne éponyme) et intègre la classe A du championnat moscovite[2].

Évoluant quatre années dans cette compétition, l'OLLS passe proche du titre de champion à l'automne 1921, mais est finalement battu lourdement lors de la rencontre finale face au KFS sur le score de 6-0. Il l'emporte cependant dès le printemps 1922. Cette victoire lui permet de prendre part à la finale annuel entre les champions du printemps et d'automne, où il triomphe du MKS ainsi qu'à la Coupe Tosmen qui voit le champion de Moscou affronter le champion de Pétrograd et qu'il remporte également face au Sport sur le score de 1-0[3].

La saison 1923 voit plusieurs bouleversements dans le sport russe à la suite de la fin de la Guerre civile russe qui faisait rage depuis 1917 et qui voit l'établissement définitif de la nouvelle Union soviétique. Cette nouvelle autorité étatique décide alors de dissoudre la quasi-totalité des clubs de l'époque, dont les joueurs et infrastructures sont intégrés à de nouvelles entités liées plus étroitement à l'État soviétique. L'OLLS rejoint ainsi l'OPPV, qui est l'organisation sportive de l'Armée rouge et dont les principaux objectifs sont la formation militaire et l'amélioration physique des prémilitaires et des soldats de l'Armée rouge. Le championnat de Moscou est lui aussi dissout, laissant place à une nouvelle compétition qui regroupe huit équipes ministérielles de Moscou, qui représente malgré tout une simple continuation de l'ancien championnat, dont l'OPPV remporte l'édition 1926 devant le Dynamo Moscou[4].

Le dixième anniversaire de l'Armée rouge le 23 février 1928 voit l'inauguration de la Maison centrale de l'Armée rouge (en), où l'OPPV emménage dès le mois de mai suivant et prend à partir de là le nom CDKA. L'équipe se maintient par la suite comme une des meilleures équipes moscovites du début des années 1930, atteignant la finale du championnat au printemps 1933, qui se conclut sur un match nul face au Dynamo, avant de l'emporter à l'automne 1935 devant le ZIS[5].

1936-1952 : débuts en championnat national et premier âge d'orModifier

Le printemps 1936 voit l'organisation de la première édition du championnat national soviétique qui se compose alors de sept équipes fondatrices, incluant quatre équipes moscovites dont le CDKA. Démarrant par une large victoire 6-2 contre le Krasnaïa Zaria Léningrad, l'équipe termine quatrième de cette première saison. Le championnat d'automne est cependant plus compliqué pour le club qui termine dernier et est sportivement relégué en deuxième division, l'armée intervient cependant et obtient une extension du nombre d'équipes participantes à la première division peu après le début de saison qui sauve le CDKA. Une situation similaire se produit dès l'année suivante, le club étant de nouveau sauvé par une nouvelle expansion à 26 participants pour la saison 1938[6].

 
Le passage de Boris Arkadiev à la tête du club entre 1944 et 1952 correspond à son premier âge d'or.

Pour pallier les mauvaises performances de l'équipe, les dirigeants décident alors d'user de la conscription afin de constituer une équipe compétitive. Une des principales arrivées par ce biais est celle du célèbre buteur Grigori Fedotov en provenance du Metallourg Moscou, qui aide le CDKA à atteindre la deuxième place du classement à la fin de l'exercice 1938, finissant à deux points du Spartak Moscou. Les années qui suivent voient l'équipe terminer troisième l'année suivante puis quatrième en 1940, cette période voyant notamment le club recruter Valentin Nikolaïev et Alekseï Grinine[6]. Le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale en juin 1941 voit une interruption du championnat soviétique tandis qu'une grande partie des joueurs sont envoyés au front. La direction du club tente cependant de retenir une partie de ceci et leur permettre de continuer à s'entraîner. L'équipe intègre ainsi le championnat de Moscou au printemps 1943 et l'emporte à l'issue de la saison[7].

Alors que la guerre arrive à son terme, la Coupe d'Union soviétique est relancée à l'été 1944 et voit le CDKA de Boris Arkadiev atteindre la finale de celle-ci, où il est cependant par le Zénith Léningrad sur le score de 2-1. Le championnat national reprend quant à lui en 1945 et voit le club être en nette concurrence avec le Dynamo Moscou, ce dernier remportant finalement le championnat tandis que le CDKA gagne la coupe nationale, constituant le premier titre national de son histoire. Porté notamment par les buteurs Grigori Fedotov et Vsevolod Bobrov, l'équipe remporte finalement son premier titre de champion dès la saison suivante et entame alors une période prolifique qui le voit gagner le championnat à quatre autres reprises jusqu'en 1951, tandis qu'il remporte en parallèle la coupe deux autres fois en 1948 et 1951, faisant à ces deux occasions le doublé coupe-championnat. Cette dernière année voit par ailleurs le club adopter le nom CDSA[8].

L'équipe est cependant affectée par la répression politique en 1952 et est dissoute sur ordre des autorités soviétiques après trois journées de championnat le 18 août 1952, ses joueurs étant réaffectés à d'autres équipes. La principale raison évoquée pour cette décision est la performance décevante de la délégation soviétique lors du tournoi de football des Jeux olympiques d'été de 1952, où la sélection composée en grande majorité de joueurs du CDSA et dirigée par Arkadiev est éliminée dès le premier tour par la Yougoslavie, future finaliste. Il est également suspecté que cette décision soit le fruit de pressions politiques, notamment de Lavrenti Beria, ancien chef du NKVD et supporter du Dynamo Moscou, afin d'éliminer la concurrence du CDSA qui est alors son principal rival de l'époque[9].

1953-1970 : années creuses et sixième titre de championModifier

Alors que le CDSA disparaît des compétitions nationales pour les saisons 1952 et 1953, la mort de Joseph Staline, président du conseil des ministres de l'Union soviétique, au début du mois de mars 1953 amène à une réorganisation des ministères soviétiques, avec notamment la nomination de Nikolaï Boulganine au poste de ministre de la Défense, tandis que Lavrenti Beria est arrêté à l'été suivant. C'est dans ce contexte que Boulganine décide à l'automne 1953 de recréer les équipes sportives de l'Armée rouge, incluant le CDSA. Placé sous la direction de Grigori Pinaïtchev, avec comme adjoints Konstantin Liaskovski et Grigori Fedotov, le club reconstitue une nouvelle équipe ne contenant que peu de joueurs partis en 1952, la plupart étant soit trop vieux ou ayant depuis quitté le football. Certains de ces vétérans reviennent tout de même au club, les plus notables étant Anatoli Bashashkin et Aleksandr Petrov[10].

Le club fait son retour en championnat lors de la saison 1954 qui le voit finir en sixième position. L'exercice suivant est plus positif, l'équipe terminant cette fois troisième en championnat tandis qu'elle remporte la coupe nationale pour la quatrième fois de son histoire devant le Dynamo Moscou. Malgré ce succès, les années qui suivent sont difficiles pour le club, qui connaît des performances moyennes en championnat, enchaînant places de haut et de milieu de classement le long des années 1950 et 1960, bien qu'atteignant la finale de la Coupe en 1967 où il est défait par le Dynamo. Cette période le voit par ailleurs devenir le CSK MO en 1957 avant de prendre son nom actuel CSKA à partir de 1960[10],[11].

Dirigé par Valentin Nikolaïev à partir de 1969, qui fait son retour sur le banc après un premier passage entre 1964 et 1955, le CSKA termine sixième du championnat pour sa première saison et atteint la demi-finale de la coupe. La saison 1970 marque le retour du club sur le devant de la scène. Emmené notamment par Albert Chesternev, Vladimir Fedotov, Iouri Istomine, Vladimir Kaplitchny et Valentin Afonine, l'équipe parvient à accrocher la première place du classement au terme de l'exercice, à égalité de points avec le Dynamo Moscou. Le règlement de l'époque prévoit alors comme méthode de départage un match d'appui afin de déterminer le vainqueur de la compétition. Disputé dans un premier temps le 5 décembre 1970 à Tachkent, la rencontre s'achève sur un match nul 0-0 et est finalement rejoué le lendemain. Cette deuxième confrontation est beaucoup plus animée et voit le Dynamo prendre l'avantage au cours de la première période en prenant un avantage de 3 buts à 1. La seconde période voit le CSKA tenter de recoller au score, ce qui est chose faite à un quart de la fin grâce à des buts de Fedotov à la 71e minute puis de Vladimir Polikarpov quatre minutes plus tard sur penalty. Fedotov s'offre finalement un doublé dans les dernières minutes du temps réglementaire pour faire passer le score à 4-3 et assurer ainsi la victoire du CSKA qui remporte son premier championnat depuis 1951[12].

1971-1987 : chute sportive et relégationsModifier

Le titre de champion de 1970 permet au CSKA de prendre part à sa première compétition européenne en disputant la Coupe des clubs champions européens l'année suivante. Vainqueur des Turcs de Galatasaray au premier tour, le parcours du club s'arrête cependant dès la phase suivante face à l'équipe belge du Standard de Liège, qui remonte une défaite 1-0 au match aller pour finalement l'emporter sur le score de 2-1 et éliminer les Soviétiques. Pendant ce temps, les résultats en championnat retombent très nettement par-rapport à l'exercice précédent et le club est même menacé par la relégation, terminent finalement douzième en fin de saison, n'étant sauvé que par le biais de ses résultats en confrontations directes face aux trois autres équipes comptant le même nombre de points. La saison 1972 démarre plus positivement pour l'équipe qui se place deuxième après dix rencontres avant de retomber par la suite pour ne terminer que cinquième. Alors que le CSKA se place en milieu de classement à la mi-saison 1973, Valentin Nikolaïev est finalement limogé par les dirigeants du club tandis que son remplaçant Vladimir Agapov ne peut faire mieux qu'une dixième position[13].

Les années qui suivent voient le CSKA connaître de très mauvais résultats en championnat, avec plusieurs places de bas de classement au cours des années 1970 et 1980 qui le font passer très près de la relégation, tandis que le club change d'entraîneur quasiment chaque année[13]. La chute sportive de l'équipe atteint son apogée lors de la saison 1984, où la reprise de l'équipe par Iouri Morozov s'accompagne d'un renouvellement massif de l'effectif, renvoyant pas de moins de treize joueurs afin d'y inclure plus de jeunes joueurs tels que Dmitri Kuznetsov et Sergueï Fokine notamment. Cette décision a cependant des conséquences désastreuses en championnat, où l'équipe est surclassée par ses adversaires et termine largement dernière à sept points du maintien, débouchant sur la première relégation de l'histoire du club[14].

Malgré cela, la direction renouvelle sa confiance envers Morozov qui continue son travail de renouvellement lors de la pré-saison 1985 en faisant partir cette fois 28 joueurs, incluant des anciens tels qu'Aleksandr Tarkhanov, Viktor Koliadko, Nikolaï Boulgakov ou encore Valeri Glouchakov qui sont remplacés par treize arrivées, incluant Valdas Ivanauskas, Valeri Shmarov, Vladimir Tatarchouk et Igor Korneïev. Pour sa première saison au deuxième échelon, le CSKA termine dans un premier temps troisième du groupe Est avant de finir en deuxième position derrière le Daugava Riga lors de la deuxième phase, lui permettant de disputer les barrages de promotion où il est finalement vaincu par le Neftchi Bakou et le Tchernomorets Odessa. Il accède finalement à la promotion lors de la saison 1986 en remportant le championnat devant le Guria Lanchkhuti. Pour son retour dans l'élite, le CSKA échoue cependant à se maintenir, terminant avant-dernier derrière le Zénith Léningrad et connaissant une nouvelle fois la relégation à l'issue de l'exercice 1987, tandis que Morozov est limogé en fin de saison[14].

1988-1996 : fin de période soviétique et débuts en championnat russeModifier

Morozov est remplacé par Sergueï Chapochnikov pour la saison 1988, qui voit le CSKA échouer à la promotion en finissant troisième derrière le Pamir Douchanbé et le Rotor Volgograd. Cet échec amène à son renvoi tandis que Pavel Sadyrine devient l'entraîneur du club pour l'exercice 1989 qui débouche cette fois sur une première position synonyme de promotion, l'équipe se distinguant notamment pour son efficacité offensive avec pas moins de 113 buts marqués en 42 matchs de championnat. Emmenée en grande partie par les joueurs introduits sous l'ère Morozov ainsi que par quelques recrues telles qu'Oleg Sergueïev et Valeri Massalitine et d'autres joueurs formés au club comme Ilshat Faïzouline, le CSKA effectue un retour remarqué dans l'élite lors de la saison 1990 en accrochant la deuxième position derrière le Dynamo Kiev[15].

 
Sergueï Semak fait partie des joueurs qui intègrent l'équipe première durant l'ère Tarkhanov entre 1994 et 1996.

Poursuivant sur sa lancée lors de l'exercice 1991, l'équipe effectue dans un premier temps un très bon parcours en coupe nationale, éliminant le Dinamo Minsk et le Lokomotiv Moscou en début d'année avant l'emporter en finale face au Torpedo Moscou pour remporter sa cinquième coupe d'Union soviétique, la première depuis 1955. Cette victoire lui permet de participer à la Coupe des coupes lors de l'été 1991, où il est cependant éliminé d'entrée par l'AS Rome. Malgré cette déception, le CSKA poursuit sur sa lancée en championnat et parvient finalement à terminer en première position devant le Spartak Moscou, remportant son septième championnat, le premier depuis 1970, et effectuant de ce fait le troisième doublé de son histoire après 1948 et 1951. Tandis que le championnat soviétique s'achève définitivement à l'issue de cette dernière saison, la coupe d'Union soviétique se poursuit jusqu'au début de l'année 1992 et voit le club en atteindre à nouveau la finale, où il échoue cette fois face au Spartak Moscou[15].

La dissolution de l'Union soviétique en fin d'année 1991 voit l'établissement du nouveau championnat russe au début de l'année 1992, dont le CSKA devient une des vingt équipes fondatrices, faisant partie des six équipes russes ayant disputées la dernière saison de la première division soviétique. Ce changement géopolitique majeur s'accompagne du départ d'une grande partie de l'effectif champion l'année précédente, Igor Korneïev, Dmitri Galiamin, Dmitri Kuznetsov, Sergueï Dmitriev, Valeri Broshine et Vladimir Tatarchouk profitant de la nouvelle ouverture du pays pour partir dans des championnats européens étrangers. En complément, Pavel Sadyrine se voit proposer le poste de sélectionneur de la Russie et quitte son poste d'entraîneur en juin 1992, tandis que l'équipe reprise par Guennadi Kostylev termine cinquième du championnat. Celui-ci emmène également l'équipe en phase de groupes de la Ligue des champions en fin d'année 1992, qui finit cependant largement dernière, subissant notamment une large défaite 6-0 sur la pelouse de l'Olympique de Marseille, futur vainqueur de la compétition[15].

Bien qu'atteignant la finale de la première édition de la Coupe de Russie, finalement perdue face au Torpedo Moscou à l'issue des tirs au but, les performances décevantes du CSKA en championnat lors du début de la saison 1993 amènent au renvoi de Kostylev au cours du mois d'août et son remplacement par Boris Kopeïkine qui ne peut faire mieux qu'une neuvième position. Celui-ci amène lui aussi le club en finale de la coupe l'année suivante mais échoue également devant le Spartak Moscou aux tirs au but. Kopeïkine est lui aussi renvoyé en juillet 1994 et remplacé par Aleksandr Tarkhanov qui ne peut faire mieux qu'une dixième place[16]. Maintenu à son poste lors des deux saisons qui suivent, il permet au club de retrouver une certaine stabilité entre la cinquième et la sixième position, des résultats sportifs restant cependant en deçà de ceux des dernières saisons du championnat soviétique. Cette période voit notamment l'éclosion entre autre de Sergueï Semak, qui arrive de l'Asmaral Moscou à la mi-saison 1994, ainsi que de Dmitri Khokhlov, Vladislav Radimov et Valeri Minko[17].

1997-2003 : instabilité, rachat par Eugeny Giner et premiers titres russesModifier

La pré-saison 1997 est marquée par un conflit violent entre les dirigeants du club et ceux de la société omnisports du CSKA Moscou. Cette situation débouche sur une division de l'équipe en deux, l'une étant dirigée par Aleksandr Tarkhanov soutenu par le club de football et conservant la majorité des joueurs et de l'encadrement, tandis que la deuxième passe sous les ordres de Pavel Sadyrine, nommé par la société omnisports et se retrouvant sans effectif. Le litige est cependant réglé peu avant le début de la saison avec le départ de Tarkhanov pour le Torpedo Moscou, qui n'empêche cependant pas un exode massif de l'effectif, qui voit notamment Edgaras Jankauskas, Dmitri Khokhlov, Ievgueni Bushmanov, Dmytro Tyapushkin ou encore Vladimir Lebed quitter l'équipe tandis que Sergueï Semak et Vitali Minko décident de rester au club. Malgré les arrivées de Sergueï Choustikov, Dmitri Khomukha, Vladimir Koulik ou encore Maksim Bokov pour pallier ces départs, l'exercice 1997 s'avère très difficile pour le CSKA qui termine finalement douzième[18].

 
L'arrivée d'Eugeny Giner à la présidence du club s'accompagne d'un renouvellement massif de l'effectif entre 2001 et 2002.

Renforcée par les recrutements de sept nouveaux joueurs dont Oleg Kornaukhov, Ievgueni Varlamov, Sergueï Filippenkov au début d'année 1998, l'équipe connaît cependant un début de championnat aussi décevant que le précédent et se place quatorzième à l'issue de la phase aller, amenant la direction du club à renvoyer Sadyrine tandis qu'Oleg Dolmatov le remplace à la tête de l'équipe. Sous ses ordres, le CSKA connaît une remontée spectaculaire au classement, remportant quatorze des quinze derniers matchs de la saison pour finalement s'adjuger la deuxième place à seulement trois points du Spartak Moscou. Cette performance lui permet de se qualifier pour la Ligue des champions à l'été 1999, où il est cependant éliminé d'entrée par Molde lors de la phase qualificative. Terminant troisième lors de la saison 1999, Dolmatov amène également le club à une nouvelle finale de coupe au mois de mai 2000, échouant malgré tout lui aussi face au Lokomotiv Moscou. Malgré cela, le mauvais début de saison du CSKA en championnat amène finalement à sa démission au mois de mai et son remplacement par Sadyrine, qui effectue là son troisième passage au club et termine huitième en fin de saison[18].

Le mois de février 2001 est marqué par le rachat du club par ABO-Kapital, qui rachète la majorité des actions du club, tandis que le reste des parts est partagé entre le ministère de la Défense russe et la société anglaise Blue Castle Enterprises Limited, l'homme fort de ce rachat étant l'homme d'affaires Eugeny Giner qui accède à la présidence du club. Du fait de l'arrivée tardive de ce repreneur, l'équipe n'est pas réellement renforcée lors du début de la saison 2001, bien que Denis Popov, Serhiy Perkhun et Juris Laizāns soient tout de même recrutés peu avant la fin des transferts hivernaux. Malgré cela, l'équipe connaît un exercice similaire au précédent, terminant finalement septième alors que la fin de saison est marquée par la mort de Serhiy Perkhun lors d'un match face à l'Anji Makhatchkala au mois d'août tandis que Pavel Sadyrine quitte son poste pour des raisons médicales au mois d'octobre avant de décéder lui aussi le 1er décembre[18].

L'influence du nouvel actionnaire se fait sentir au cours de l'été 2001 et de l'hiver 2002, qui voit un renouvellement massif de l'effectif avec les arrivées de Dmitri Kiritchenko, Elvir Rahimić, Rolan Goussev, Igor Yanovski, Andreï Solomatine, Deividas Šemberas, Viatcheslav Daïev, Bohdan Shershun ainsi que des frères Alexeï et Vassili Bérézoutski. Dans le même temps, le très côté Valeri Gazzaev arrive à la tête de l'équipe première au mois de novembre 2001. Quelques mois seulement après l'arrivée de ce dernier, le CSKA effectue un bon parcours en Coupe de Russie qui le voit atteindre sa quatrième finale en neuf ans en mai 2002, celle-ci se concluant cette fois sur une victoire de l'équipe de l'armée qui parvient à vaincre le Zénith Saint-Pétersbourg de Iouri Morozov pour s'adjuger son premier titre depuis la fin de l'Union soviétique. En championnat, l'équipe parvient à retrouver le haut du classement et se joint à la lutte pour le titre face au Lokomotiv Moscou, les deux terminant à égalité de points et devant se départager lors d'un match d'appui disputé le 21 novembre 2002, qui se conclut cependant sur une défaite du CSKA sur le score de 1-0. Cette déception n'empêche cependant pas le club de continuer sur sa lancée lors de l'exercice 2003, avec notamment les arrivées de Jiří Jarošík et Ivica Olić qui lui permettent cette fois de l'emporter devant le Zénith Saint-Pétersbourg et de gagner son premier championnat de l'ère russe. L'équipe prend également part à la Ligue des champions à l'été 2003, mais est éliminée d'entrée en phase qualificative par l'équipe macédonienne du Vardar Skopje[19].

2004-2009 : ère Gazzaev et victoire en Coupe UEFAModifier

 
Le passage de Valeri Gazzaev entre 2002 et 2008 marque la deuxième période prolifique du CSKA.

Après cette victoire, Valeri Gazzaev décide quitter son poste au mois de novembre 2003 et est remplacé par le Portugais Artur Jorge, qui est le premier entraîneur étranger de l'histoire du club. En parallèle, le CSKA fait les acquisitions de Sergueï Ignachevitch, Ievgueni Aldonine, Daniel Carvalho, Iouri Jirkov, Chidi Odiah. Malgré ces renforcements, le club connaît un début de championnat décevant, se plaçant cinquième à l'issue de la phase aller, ce qui amène au renvoi de Jorge et au retour de Valeri Gazzaev à la tête de l'équipe tandis que Vágner Love et Miloš Krasić sont recrutés. Ces changements ne permettent cependant pas au CSKA de refaire son retard et celui-ci termine finalement deuxième à un point du Lokomotiv Moscou à l'issue de l'exercice 2004, échouant à conserver son titre. Dans le même temps, l'équipe débute à l'été 2004 sa campagne de qualification en Ligue des champions, lors de laquelle elle parvient à se défaire successivement du Neftchi Bakou et des Glasgow Rangers pour accéder à la phase de groupes pour la première fois depuis 1992. Tiré dans le groupe H, le club ne parvient cependant pas à poursuivre son aventure dans la compétition, terminant derrière Chelsea et le FC Porto, tenant du titre, mais finissant tout de même devant le Paris Saint-Germain afin d'être repêché dans la Coupe UEFA[19].

Affaibli par les départs de Sergueï Semak, Dmitri Kiritchenko et Jiří Jarošík à l'hiver 2005, le CSKA entame sa campagne en Coupe UEFA en triomphant du Benfica Lisbonne lors des seizièmes de finale avant de l'emporter face au Partizan Belgrade lors du tour suivant. Confronté aux Français de l'AJ Auxerre en quarts de finale, les Russes l'emportent largement lors du match aller à domicile sur le score de 4-0, qui leur permet de se qualifier malgré une défaite 2-0 en France au match retour. Pour la première demi-finale européenne de son histoire, le club se trouve confronté à l'équipe italienne de Parme, contre qui il obtient un match nul et vierge à l'extérieur avant de l'emporter 3-0 à Moscou pour accéder à la finale de la compétition face au Sporting Portugal. Disputée le 19 mai 2005 à l'Estádio José Alvalade XXI, stade du Sporting qui joue donc officieusement « à domicile », la rencontre voit les Portugais ouvrir le score à l'heure de jeu par l'intermédiaire de Rogério avant que les Moscovites ne renversent la tendance au cours de la deuxième période, Alexeï Bérézoutski remettant les deux équipes à égalités à la 56e minute avant qu'Iouri Jirkov ne donne l'avantage aux siens neuf minutes plus tard et que Vágner Love n'assure la victoire du CSKA à la 75e minute, permettant au club de remporter la première compétition européenne d'un club russe depuis la chute de l'Union soviétique. Dans la foulée de cette victoire, le club remporte la Coupe de Russie face au FK Khimki seulement dix jours après avant de finir premier du championnat russe à la fin de l'année 2005, réalisant un triplé historique, bien que légèrement entaché par l'élimination rapide du club en phase de groupes de la Coupe UEFA à l'automne[19].

 
L'équipe du CSKA en 2008.

Ne faisant que l'acquisition de l'attaquant brésilien lors de l'hiver 2006, le CSKA connaît une saison 2006 elle aussi prolifique sur le plan national, en conservant son titre en Coupe aux détriment du Spartak Moscou au mois de mai avant de gagner également le championnat en fin d'année face à ce même adversaire, réalisant ainsi un deuxième doublé d'affilée. Il termine en parallèle troisième de son groupe en Ligue des champions et est repêché en Coupe UEFA où il est cependant éliminé en seizièmes de finale par le Maccabi Haïfa au mois de février 2007. De manière générale l'année 2007 correspond à une rechute des résultats, le club échouant à conserver son titre en coupe nationale et finissant troisième du championnat tandis qu'il est sèchement éliminé de la Ligue des champions, finissant dernier du groupe G avec un seul point. La dernière année de l'ère Gazzaev voit le CSKA échouer à nouveau à reconquérir le titre de champion, finissant deuxième à l'issue de l'exercice 2008, bien qu'il remporte la coupe nationale face à l'Amkar Perm. Valeri Gazzaev quitte par la suite son poste à l'issue de la saison et est remplacé par le Brésilien Zico, qui conserve la Coupe de Russie mais est renvoyé au mois de septembre en raison des mauvais résultats en championnat, l'Espagnol Juande Ramos reprenant dans un premier temps les rênes de l'équipe avant que les dirigeants n'engage en toute fin de saison Leonid Sloutski, tandis que l'équipe termine cinquième, son pire classement depuis 2001[20].

2010-2016 : ère SloutskiModifier

 
Sous les ordres de Leonid Sloutski, le CSKA remporte trois championnats et deux coupes nationales entre 2011 et 2016.

La fin d'année 2009 voit le CSKA terminer deuxième de son groupe de Ligue des champions derrière Manchester United, lui permettant de se qualifier pour la phase finale de la compétition pour la première fois de son histoire. Renforcé par les arrivées de Kirill Nababkine et Keisuke Honda lors de l'hiver 2010, l'équipe russe se voit confrontée au club espagnol du Séville FC contre qui elle concède dans un premier temps le match nul 1-1 à domicile mais finit par l'emporter lors match retour en Espagne, des buts de Tomáš Necid et Keisuke Honda permettant aux Moscovites de s'imposer 2-1. Le parcours s'arrête cependant au tour suivant, le CSKA tombant face à l'Inter Milan, futur vainqueur de la compétition, qui remporte les deux manches sur le score de 1-0 chaque. Se renforçant à l'été avec les arrivées de Seydou Doumbia, Zoran Tošić qui compensent le départ de Miloš Krasić, le club parvient à s'immiscer dans les premières places du championnat et à prendre part à la course au titre face au Zénith Saint-Pétersbourg, cependant, plombé par de nombreux matchs nuls lors de la fin de saison, il doit finalement se contenter de la deuxième position. Qualifié pour la phase de groupes de la Ligue Europa, le CSKA domine nettement son groupe et termine largement premier avec cinq victoires et un match nul et se qualifié pour la phase finale en début d'année 2011 où il fait tomber dans un premier temps le PAOK Salonique avant de chuter au mois de mars devant le FC Porto, futur vainqueur de la compétition[20],[21].

 
Photo d'équipe du CSKA en février 2011.

Deux mois après cette élimination, le CSKA parvient à se qualifier pour la finale de la Coupe de Russie, qu'il remporte face à l'Alania Vladikavkaz au mois de mai. L'année 2011 est également marquée par une réorganisation du championnat russe qui abandonne son calendrier estival sur une année pour passer à un calendrier hivernal sur deux années lors de la saison 2011-2012. Pour faciliter cette transition, la compétition est divisée en deux phases distinctes, la première en 2011 et la deuxième en 2012. Une nouvelle fois en concurrence avec le Zénith Saint-Pétersbourg, le CSKA parvient à accrocher la deuxième place du classement lors de la première phase et à se qualifier pour le groupe du titre. La deuxième partie de saison est cependant plus difficile et voit le club être rapidement largué au classement, tandis que le Spartak Moscou le dépasse en fin de championnat et s'adjuge la deuxième place. Sur le plan européen, l'équipe parvient une nouvelle fois à sortir de son groupe en Ligue des champions, finissant deuxième derrière l'Inter Milan. Il est cependant éliminé d'entrée lors de la phase finale par le Real Madrid qui s'impose sur le score cumulé de 5-2[21].

Tandis que l'hiver 2012 voit le club recruter Pontus Wernbloom et Ahmed Musa tandis que Vágner Love s'en va, l'été 2012 est quant à lui marqué par les départs des deux autres vétérans Deividas Šemberas et Ievgueni Aldonine, qui sont remplacés par Mário Fernandes et Rasmus Elm. Après une élimination rapide lors des barrages de la Ligue Europa face à l'AIK Solna, le CSKA ne peut que se concentrer sur les compétitions nationales, ce qui le voit remporter son premier titre de champion depuis 2006 devant le Zénith Saint-Pétersbourg à l'issue de l'exercice 2012-2013 tandis qu'il réussit le doublé peu de temps après en remportant la Coupe face à l'Anji Makhatchkala[21].

Ayant brièvement fait son retour pour la fin de saison dernière, Vágner Love est revendu dès l'été 2013 en Chine au Shandong Luneng. Il est également accompagné de Pavel Mamaïev qui s'en va au FK Krasnodar tandis que Tomáš Necid et Keisuke Honda quittent eux aussi le club, que ce soit définitivement ou en prêt. Ces départs sont compensés par les arrivées de Vitinho, Georgi Milanov et Steven Zuber. Malgré une déception en Ligue des champions avec une dernière place dans le groupe D, le CSKA parvient à conserver son titre, une nouvelle fois devant le Zénith, à l'issue de la saison 2013-2014, bien qu'il échoue à ce faire dans la coupe nationale où il est éliminé au stade des demi-finales par le FK Krasnodar[21].

L'été 2014 voit notamment Seydou Doumbia, Rasmus Elm et Steven Zuber quitter le club, tandis que Vitinho s'en va en prêt à l'Internacional et qu'Elvir Rahimić met un terme à sa carrière. Ces joueurs sont remplacés par Bibras Natkho, Roman Eremenko et Carlos Strandberg. Cela n'empêche cependant pas l'exercice 2014-2015 d'être plus décevant que les précédents, le CSKA étant une nouvelle fois éliminé de la Ligue des champions comme dernier de groupe et échouant cette fois à conserver le titre de champion, terminant deuxième à sept points du Zénith Saint-Pétersbourg. Malgré cela peu de changement son effectués lors de l'intersaison, la seule arrivée notable étant celle de Seydou Doumbia en prêt de l'AS Rome. Ce choix s'avère payant, la saison 2015-2016 voyant le CSKA son sixième titre de champion de Russie devant le FK Rostov et atteindre la finale de la Coupe, où il est cependant défait par le Zénith, tandis que son parcours en Ligue des champions débouche sur une nouvelle élimination en phase de groupes[21].

2016- : fin de génération et reconstructionModifier

La période estivale de 2016 s'avère elle aussi relativement calme, n'étant marquée que par la vente d'Ahmed Musa à Leicester City pour près de 20 millions d'euros, tandis qu'Alekseï Ionov et Lacina Traoré rejoignent le club en prêt. Malgré un bon début de saison 2016-2017, les performances du CSKA faiblissent de manière lors des dernières rencontres de la phase aller, le faisant pointer à onze points du Spartak Mosocu, leader à la mi-saison. En parallèle le parcours en Ligue des champions est une nouvelle fois décevant, l'équipe n'obtenant que trois points en six matchs. À la suite de la défaite 3-1 contre Tottenham Hotspur lors de la dernière journée de la phase de groupes le 7 décembre 2016, Leonid Sloutski annonce officiellement sa démission après sept années passées au club[22]. Il est par la suite remplacé par Viktor Goncharenko qui décide de s'appuyer sur des joueurs peu utilisés tels que Vitinho ou Viktor Vassine et voit le CSKA réaliser une deuxième partie de saison nettement plus positive, avec seulement une défaite en quinze matchs pour accrocher la deuxième place derrière le Spartak Moscou[21].

Après un été marqué par le départ de Zoran Tošić, qui quitte officiellement le club après sept années de présence, le club connaît un début d'exercice 2017-2018 passable sur le plan domestique, ne se classant que cinquième du championnat à la trêve hivernale. Il se rattrape cependant en Ligue des champions où il parvient à accrocher la troisième du groupe A et à être repêché en Ligue Europa où il dispute sa première phase finale européenne depuis 2012. Recrutant Ahmed Musa en prêt ainsi que le jeune internationale croate Kristijan Bistrović au cours de l'hiver 2018, le CSKA entame la deuxième partie de sa campagne européenne face à l'Étoile rouge de Belgrade lors des seizièmes de finale, dont il parvient à se défaire sur le score d'1-0 grâce à un but d'Alan Dzagoev au match retour. Opposé à l'Olympique lyonnais lors du tour suivant, les Moscovites sont dans un premier temps battus à domicile 1-0 mais parviennent à renverser la tendance au match retour en l'emportant 3-2, avec notamment une performance marquée du jeune Aleksandr Golovine qui marque un but. L'aventure s'arrête cependant au stade des quarts de finale face à Arsenal où les Russes sont battus lourdement sur l'ensemble des deux manches sur le score de 6-3. En championnat, le CSKA parvient à renverser sa tendance négative et termine finalement deuxième à deux points du Lokomotiv Moscou[21].

La pré-saison 2018-2019 voit le départ de plusieurs cadres emblématiques des années précédentes, Alexeï et Vassili Bérézoutski ainsi que Sergueï Ignachevitch prenant tous les trois leurs retraites durant l'été 2018 tandis qu'Aleksandr Golovine est vendu pour 30 millions d'euros à l'AS Monaco et Vitinho pour 12 millions à Flamengo. Ahmed Musa rentre également à Leicester City à l'issue de son prêt tandis que Bibras Natkho, Pontus Wernbloom et Georgi Milanov quittent tous le club à l'issue de leurs contrats. Le CSKA entame donc un large recrutement, principalement de jeunes joueurs tels qi'Ivan Obliakov, Ilzat Akhmetov, Nikola Vlašić, Jaka Bijol, Takuma Nishimura, Arnór Sigurðsson et Rodrigo Becão, ainsi que de quelques joueurs plus expérimentés comme Hörður Magnússon et Abel Hernández, l'intégralité du recrutement ne dépassant pas les 10 millions d'euros[23]. À l'occasion d'une saison dédiée principalement à la reconstruction de l'effectif, l'équipe échoue dans un premier temps à sortir de son groupe de Ligue des champions malgré deux victoires sur le Real Madrid, triplé tenant du titre[24]. Elle connaît également des difficultés en championnat avec des résultats inconstants qui débouchent sur une quatrième position en fin d'exercice, plus mauvais classement du club depuis la saison 2009, tandis que le jeune Fiodor Chalov termine meilleur buteur de la compétition avec quinze buts marqués.

Bilan sportifModifier

PalmarèsModifier

Palmarès du CSKA Moscou
Compétitions nationales Compétitions soviétiques Compétitions internationales

Classements en championnatModifier

La frise ci-dessous résume les classements successifs du club en championnat d'Union soviétique de 1936 à 1991.

Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football 
Championnat d'URSS de football 
Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2Championnat d'URSS de footballChampionnat d'URSS de football D2Championnat d'URSS de football 

La frise ci-dessous résume les classements successifs du club en championnat de Russie depuis 1992.

Championnat de Russie de football 
Championnat de Russie de football 

Bilan généralModifier

Bilan général du CSKA Moscou au 26 mai 2019[25],[26]
Compétition M V N D BP BC Diff.
URSS Championnat d'Union soviétique 1 350 599 368 383 2 076 1 481 +595
Championnat d'Union soviétique de D2 176 99 44 33 333 141 +192
Coupe d'Union soviétique 192 118 28 46 371 181 +190
Coupe de la fédération 9 1 3 5 5 17 -12
Total URSS 1 727 817 443 467 2 785 1 820 +965
Russie Championnat de Russie 833 437 196 200 1 343 777 +566
Coupe de Russie 103 66 17 20 179 82 +97
Supercoupe de Russie 11 7 1 3 20 11 +9
Coupe de la Ligue 2 1 0 1 3 3 0
Total Russie 949 511 214 224 1 545 873 +672
International Ligue des champions 104 34 24 46 125 155 -30
Coupe des coupes 4 2 0 2 5 5 0
Ligue Europa 57 30 13 14 91 50 +41
Supercoupe de l'UEFA 1 0 0 1 1 3 -2
Coupe de la CEI 14 8 4 2 22 14 +8
Total International 180 74 41 65 244 227 +17
Total 2 856 1 402 972 756 4 573 2 919 +1 654

Identité du clubModifier

NomsModifier

  • 1911-1923 : OLLS (en russe : Обществе любителей лыжного спорта (ОЛЛС), Obchtchestvié lioubiteleï lyjnogo sporta signifiant « Société des amateurs de sports de ski »).
  • 1923-1928 : OPPV (en russe : Опытно-показательная площадка Всевобуча (ОППВ), Opitno-pokazatelnaïa plochtchadka Vsevoboutcha signifiant « Site expérimental d'importance du Vsevoboutch (en) », Vsevoboutch étant un mot-valise pour « formation militaire universelle » (en russe : всеобщее военное обучение, vseobchtchéïé voïennoïe oboutchenié) qui est le nom donné à la conscription en usage dans la RSFS de Russie entre 1918 et 1923.
  • 1928-1951 : CDKA (en russe : Центральный дом Красной армии (ЦДКА), Tsentralny dom Krasnoï armi signifiant « Maison centrale de l'Armée rouge »).
  • 1951-1957 : CDSA (en russe : Центральный дом Советской армии (ЦДСА), Tsentralny dom Sovietskoï armi signifiant « Maison centrale de l'Armée soviétique »).
  • 1957-1960 : CSK MO (en russe : Центральный спортивный клуб Министерства обороны (ЦСК МО), Tsentralny sportivny klub Ministerstva oborony signifiant « Club sportif central du ministère de la Défense »).
  • depuis 1960 : CSKA (en russe : Центральный спортивный клуб армии (ЦСКА), Tsentralny sportivny klub armi signifiant « Club sportif central de l'Armée »).

LogosModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Joueurs et personnalités du clubModifier

EntraîneursModifier

La liste suivante présente les différents entraîneurs du club depuis 1936 :

Effectif professionnelModifier

Effectif du CSKA Moscou de la saison 2019-2020
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[Note 2] Nom Date de naissance Sélection[Note 3] Club précédent
1 G   Pomazun, IlyaIlya Pomazun 06/08/1996 (23 ans) Russie espoirs Formé au club
35 G   Akinfeïev, IgorIgor Akinfeïev   08/04/1986 (33 ans) Russie Formé au club
2 D   Fernandes, MárioMário Fernandes 19/09/1990 (29 ans) Russie Grêmio
5 D   Vasin, ViktorViktor Vasin 06/10/1988 (31 ans) Russie Spartak Naltchik
14 D   Nababkin, KirillKirill Nababkin 08/09/1986 (33 ans) Russie FK Moscou
23 D   Magnússon, HörðurHörður Magnússon 11/02/1993 (26 ans) Islande Bristol City
27 D   Gogoua, CédricCédric Gogoua 10/07/1994 (25 ans) FK Tambov
42 D   Schennikov, GeorgiGeorgi Schennikov 27/04/1991 (28 ans) Russie Formé au club
78 D   Diveev, IgorIgor Diveev 27/09/1999 (20 ans) FK Oufa
7 M   Akhmetov, IlzatIlzat Akhmetov 31/12/1997 (21 ans) Russie espoirs Rubin Kazan
8 M   Vlašić, NikolaNikola Vlašić 04/10/1997 (22 ans) Croatie Everton FC
10 M   Dzagoev, AlanAlan Dzagoev 17/06/1990 (29 ans) Russie Akademia Togliatti
11 M   Santos, LucasLucas Santos 07/03/1999 (20 ans) Vasco da Gama
15 M   Yefremov, DmitryDmitry Yefremov 01/04/1995 (24 ans) Russie Akademia Togliatti
17 M   Sigurðsson, ArnórArnór Sigurðsson 15/05/1999 (20 ans) Islande IFK Norrköping
20 M   Kuchayev, KonstantinKonstantin Kuchayev 18/03/1998 (21 ans) Russie espoirs Formé au club
25 M   Bistrović, KristijanKristijan Bistrović 09/04/1998 (21 ans) Slaven Belupo
29 M   Bijol, JakaJaka Bijol 05/02/1999 (20 ans) Slovénie Formé au club
71 M   Tiknizyan, NairNair Tiknizyan 12/05/1999 (20 ans) Formé au club
72 M   Gordyushenko, AstemirAstemir Gordyushenko 30/03/1997 (22 ans) Formé au club
87 M   Maradichvili, KonstantinKonstantin Maradichvili 07/02/2000 (19 ans) Formé au club
98 M   Obliakov, IvanIvan Obliakov 05/07/1998 (21 ans) Russie espoirs FK Oufa
9 A   Chalov, FedorFedor Chalov 10/04/1998 (21 ans) Russie espoirs Formé au club
18 A   N'Diaye, LassanaLassana N'Diaye 03/10/2000 (19 ans) Guidars
19 A   Nishimura, TakumaTakuma Nishimura 22/10/1996 (23 ans) Vegalta Sendai
Entraîneur(s)
Entraîneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  •   Paulino Granero
Entraîneur(s) des gardiens

Légende

 

Joueurs emblématiquesModifier

Distinctions individuellesModifier

 
De passage au club entre 1945 et 1949, Vsevolod Bobrov y termine deux fois meilleur buteur du championnat soviétique.
 
Formé au club et présent depuis 2003, Igor Akinfeïev est le joueur le plus capé de l'histoire du CSKA.
 
Vassili Bérézoutski (ici en photo) et son frère Alexeï évoluent tous les deux au CSKA pendant près de deux décennies entre 2001 et 2018.

La liste suivante présente les joueurs ayant obtenus des distinctions individuelles notables au cours de leur passage au club.

Nom Période au club Performances
  Konstantin Liaskovski 1926-1949 Équipe-type du championnat soviétique (ru) en 1938.
  Ivan Kotchetkov 1936-1937
1943-1950
Équipe-type du championnat soviétique en 1948.
  Grigory Fedotov 1938-1949 Meilleur buteur de l'histoire du club (161 buts).
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1938 et 1939.
Équipe-type du championnat soviétique en 1938.
  Alekseï Grichine 1939-1952 Équipe-type du championnat soviétique en 1951.
  Valentin Nikolaïev 1940-1952 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1957.
Équipe-type du championnat soviétique entre 1948 et 1951.
  Viktor Tchistokhvalov 1941-1943
1947-1952
Équipe-type du championnat soviétique entre 1948 et 1951.
  Vladimir Diomine 1944-1952
1954
Équipe-type du championnat soviétique en 1948 et 1951.
  Alekseï Vodiaguine 1945
1947-1952
Équipe-type du championnat soviétique en 1950.
  Vsevolod Bobrov 1945-1949 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1945 et 1947.
Équipe-type du championnat soviétique en 1948.
  Viatcheslav Soloviov 1946-1950
1951-1952
Équipe-type du championnat soviétique en 1948.
  Anatoli Bashashkin 1947-1952
1954-1958
Équipe-type du championnat soviétique en 1951, 1954, 1955 et 1956.
  Iouri Nirkov 1948-1952
1954
Équipe-type du championnat soviétique en 1951.
  Aleksandr Petrov 1950-1952
1954-1957
Équipe-type du championnat soviétique en 1948 et 1951.
  Vassili Bouzounov 1952
1954
1957-1958
Meilleur buteur du championnat soviétique en 1957.
  Anatoli Porkhunov 1952
1954-1957
Équipe-type du championnat soviétique en 1955.
  Eduard Dubinski 1957-1964 Équipe-type du championnat soviétique en 1961, 1962 et 1963.
  Aleksei Mamykin 1959-1963 Équipe-type du championnat soviétique en 1961.
  Albert Chesternev 1959-1972 Footballeur soviétique de l'année en 1970.
Équipe-type du championnat soviétique à huit reprises entre 1963 et 1971.
  Vladimir Fedotov 1960-1975 Meilleur buteur du championnat soviétique en 1964.
Équipe-type du championnat soviétique entre 1970 et 1973.
  Volodymyr Ponomarov 1962-1969 Équipe-type du championnat soviétique en 1965 et 1966.
  Iouri Istomine 1966-1974 Équipe-type du championnat soviétique en 1970.
  Vladimir Kaplitchny 1966-1975 Équipe-type du championnat soviétique en 1970, 1972 et 1973.
  Valentin Afonine 1968-1970 Équipe-type du championnat soviétique en 1968.
  Iouri Pshenichnikov 1968-1972 Gardien de but soviétique de l'année en 1968.
  Vladimir Astapovski 1969-1980 Footballeur soviétique de l'année en 1976.
Gardien de but soviétique de l'année en 1976.
Équipe-type du championnat soviétique en 1976.
  Iouri Tchesnokov 1975-1983 Équipe-type du championnat soviétique en 1976 et 1977.
  Sergueï Olchanski 1976-1979 Équipe-type du championnat soviétique en 1976.
  Dmitri Galiamin 1981-1991 Équipe-type du championnat soviétique en 1991.
  Dmitri Kuznetsov 1984-1991
1992
1997-1998
Équipe-type du championnat soviétique en 1991.
  Igor Korneïev 1985-1991 Footballeur de l'année en Russie en 1991.
Équipe-type du championnat soviétique en 1991.
  Vladislav Radimov 1992-1996 Équipe-type du championnat russe (ru) en 1994 et 1995.
  Sergueï Semak 1994-2004 Équipe-type du championnat russe entre 1998 et 2002.
  Elvir Rahimić 2001-2014 Équipe-type du championnat russe à trois reprises entre 2002 et 2006.
  Alexeï Bérézoutski 2001-2018 Équipe-type du championnat russe entre 2005 et 2007.
  Dmitri Kiritchenko 2002-2004 Meilleur buteur du championnat russe en 2002.
  Rolan Goussev 2002-2007 Meilleur buteur du championnat russe en 2002.
Équipe-type du championnat russe en 2002 et 2003.
  Vassili Bérézoutski 2002-2018 Équipe-type du championnat de Russie à sept reprises entre 2005 et 2017.
  Igor Akinfeïev 2003- Joueur le plus capé de l'histoire du club.
Footballeur de l'année en Russie en 2013 (RFS).
Meilleur gardien de Russie à dix reprises entre 2004 et 2018.
Équipe-type du championnat russe à douze reprises entre 2005 et 2019.
  Iouri Jirkov 2004-2009 Footballeur de l'année en Russie en 2008 (Sport-Express).
Équipe-type du championnat de Russie entre 2005 et 2008.
  Daniel Carvalho 2004-2010 Footballeur de l'année en Russie en 2005.
  Vágner Love 2004-2012
2013
Footballeur de l'année en Russie en 2008 (Futbol (en) et RFS).
Meilleur buteur de la Coupe UEFA en 2009.
Meilleur buteur du championnat russe en 2008.
  Sergueï Ignachevitch 2004-2018 Équipe-type du championnat russe à onze reprises entre 2004 et 2016.
  Alan Dzagoev 2008- Équipe-type du championnat russe en 2013 et 2016.
  Seydou Doumbia 2010-2014
2015-2016
Footballeur de l'année en Russie en 2011 et en 2014 (RFS).
Meilleur buteur du championnat russe en 2012 et 2014.
  Mário Fernandes 2012- Équipe-type du championnat russe à cinq reprises entre 2014 et 2019.
  Fiodor Chalov 2015- Équipe-type du championnat russe en 2019.

Joueurs les plus capés du clubModifier

# Nom Période Matchs
1   Igor Akinfeïev 2003- 609
2   Sergueï Ignachevitch 2004-2018 540
3   Vassili Bérézoutski 2002-2018 531
4   Alexeï Bérézoutski 2001-2018 502
5   Vladimir Fedotov 1960-1975 427
6   Vladimir Polikarpov 1962-1974 383
7   Deividas Šemberas 2002-2012 367
8   Elvir Rahimić 2001-2014 347
9   Alan Dzagoev 2008- 342
10   Dmitri Bagritch 1958-1970 331

Meilleurs buteurs du clubModifier

# Nom Période Buts
1   Grigory Fedotov 1938-1949 161
2   Vágner Love 2004-2011, 2013 124
3   Valentin Nikolaïev 1940-1952 118
4   Alekseï Grinine 1939-1952 104
5   Vsevolod Bobrov 1945-1949 102
6   Vladimir Fedotov 1960-1975 100
7   Vladimir Diomine 1941-1952, 1954 98
8   Seydou Doumbia 2000-2014, 2015-2016 95
9   Boris Kopeïkine 1969-1977 94
10   Iouri Tchesnokov 1975-1983 87

Aspects économiquesModifier

  • En 2004, le sponsor du club est le milliardaire russe Roman Abramovitch, le club russe recevra 14,6 millions d'euros par saison par le groupe pétrolier Sibneft, dont Abramovitch est le propriétaire[27].
  • En 2007, le nouveau sponsor du CSKA Moscou est la banque russe Vnechtorgbank. L’institut financier remplace la compagnie pétrolière Sibneft, dont le logo continuera à apparaître sur le maillot du CSKA jusqu’à fin 2006[28].
  • Le , le club signe un accord avec l'équipementier Reebok
  • À partir de la saison 2012/2013, le club signe un accord avec l'équipementier Adidas

Notes et référencesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

NotesModifier

  1. a et b Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  3. Seule la sélection la plus importante est indiquée.

RéférencesModifier

  1. (ru) « №1 — День рождения », sur pfc-cska.com (consulté le 16 septembre 2019)
  2. (ru) « Футболисты (1911-1917) », sur pfc-cska.com (consulté le 16 septembre 2019)
  3. (ru) « Среди сильнейших (1918-1922) », sur pfc-cska.com (consulté le 16 septembre 2019)
  4. (ru) « Под флагом Всевобуча (1923-1927) », sur pfc-cska.com (consulté le 16 septembre 2019)
  5. (ru) « ЦДКА (1928-1935) », sur pfc-cska.com (consulté le 16 septembre 2019)
  6. a et b (ru) « Первые всесоюзные (1936-1941) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  7. (ru) « Война (1941-1943) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  8. (ru) « Золотой век (1944-1951) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  9. (ru) « Разгром (1952) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  10. a et b (ru) « Возрождение (1953-1960) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  11. (ru) « Лейтенанты и генералы (1963-1969) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  12. (ru) « Золото Ташкента (1970) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  13. a et b (ru) « Годы бесплодных усилий (1971-1983) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  14. a et b (ru) « Вниз по лестнице, ведущей вверх (1984-1988) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  15. a b et c (ru) « Садырин и его "золотая" дружина (1989-1991) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  16. (ru) « Кризис (1992-1994) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  17. (ru) « Относительная стабильность (1995-1996) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  18. a b et c (ru) « Развал и возрождение (1997-2001) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  19. a b et c (ru) « Абсолютный чемпион (2002-2005) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  20. a et b (ru) « Самый титулованный клуб России (2006-2010) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  21. a b c d e f et g (ru) « Второй век побед (2011-...) », sur pfc-cska.com (consulté le 17 septembre 2019)
  22. (ru) « Леонид Слуцкий покидает ПФК ЦСКА », sur pfc-cska.com,‎
  23. (ru) « Роман Бабаев: «ЦСКА потратил летом на трансферы около 10 миллионов евро» », sur sports.ru,‎ (consulté le 17 septembre 2019)
  24. « Le Real Madrid (sans conséquence) humilié sur sa pelouse par le CSKA Moscou (0-3) », sur eurosport.fr, (consulté le 5 mai 2019)
  25. (ru) « Statistiques de la période soviétique », sur wildstat.ru (consulté le 19 avril 2019)
  26. (ru) « Statistiques de la période russe », sur wildstat.ru (consulté le 19 avril 2019)
  27. (fr) Abramovitch sponsor du CSKA Moscou
  28. (fr) Nouveau sponsor maillot pour le CSKA Moscou

Liens externesModifier