Ouvrir le menu principal

Équipe des États-Unis de soccer

équipe nationale de football
Cet article traite de l'équipe masculine. Pour l'équipe féminine, voir Équipe des États-Unis féminine de soccer.
Drapeau : États-Unis Équipe des États-Unis
Écusson de l' Équipe des États-Unis
Généralités
Confédération CONCACAF
Couleurs Bleu, blanc et rouge
Surnom Team USA
The Stars and Stripes
The Yanks
Classement FIFA en augmentation 22e (28 novembre 2019)[1]
Personnalités
Sélectionneur Drapeau : États-Unis Gregg Berhalter
Capitaine Michael Bradley
Plus sélectionné Cobi Jones (164)
Meilleur buteur Landon Donovan (57)
Clint Dempsey (57)
Rencontres officielles historiques
Premier match 20 août 1916 (Drapeau : Suède Suède, 3-2)
Plus large victoire 8-0 (Drapeau : Barbade Barbade, )
Plus large défaite 0-11 (Drapeau : Norvège Norvège, )
Palmarès
Coupe du monde Phases finales : 10
Troisième Médaille de bronze, Coupe du Monde en 1930
Championnat CONCACAF & Gold Cup Phases finales : 17
Médaille d'or, Amérique du NordMédaille d'or, Amérique du NordMédaille d'or, Amérique du NordMédaille d'or, Amérique du NordMédaille d'or, Amérique du NordMédaille d'or, Amérique du Nord Vainqueur (6) en 1991, 2002, 2005, 2007, 2013 et 2017
Copa América[2] Phases finales : 4
Demi-finaliste (4e) en 1995 et 2016
Jeux olympiques Médaille d'argent, Jeux olympiques Médaille d'argent en 1904[3]

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la compétition en cours, voir :
États-Unis à la Gold Cup 2019

L'équipe nationale des États-Unis de soccer (United States men’s national soccer team, ou USMNT) représente les États-Unis lors des compétitions de soccer (association football). Elle est sous l'égide de la Fédération des États-Unis de soccer et fait partie de la CONCACAF (Confederation of North, Central American and Caribbean Association Football).

La sélection masculine participe aux Coupes du monde et aux Coupes des confédérations, organisées par la FIFA, mais aussi à la Gold Cup, organisée par la CONCACAF, et parfois à la Copa América sur invitation.

Elle est détentrice de la meilleure performance mondiale d'une sélection de la CONCACAF avec une place sur le podium (demi-finaliste) lors de la Coupe du monde 1930. Après un échec à la Coupe du monde 1934, la sélection doit attendre l'édition 1950 pour se confronter aux autres sélections nationales dans une compétition d'envergure mondiale. La participation américaine en 1950 est marquée par une victoire contre l'Angleterre sur le score de 1-0 dans la deuxième rencontre du premier tour. Après ce bon résultat, les Américains disparaissent de nouveau de la scène internationale jusqu'en 1990 et la Coupe du monde organisée cette même année pour ne plus la quitter et participer de façon ininterrompue à sept éditions consécutives de la prestigieuse compétition jusqu'à leur récente élimination en phase de qualifications à la Coupe du monde 2018.

En outre, les États-Unis sont parvenus à une surprenante deuxième place en Coupe des confédérations 2009 en chutant en finale contre le Brésil par 3 buts à 2.

Sommaire

HistoireModifier

De 1880 à 1950Modifier

Les débuts de l'équipe des États-UnisModifier

 
L'équipe américaine en 1916.

En 1884, les États-Unis et le Canada s'affrontent à Newark, dans le New Jersey pour ce qui devient alors la première rencontre internationale hors du Royaume-Uni et ce sont les Canadiens qui remportent ce match sur le score de 1-0. L'année suivante, ce sont les Américains qui l'emportent sur le même score mais aucune de ces deux rencontres ne sont officiellement reconnues. Trente années plus tard, les États-Unis jouent leur premier match international officiel sous la supervision de la Fédération des États-Unis de soccer (United States Soccer Federation) contre la Suède à Stockholm et la rencontre se solde sur une victoire américaine (3-2) avec des buts de Dick Spalding, Charles Ellis et Harry Cooper[4].

 
La sélection américaine à la Coupe du monde 1930.

Les Américains remportent les médailles d'argent et de bronze dans la discipline de football masculin aux Jeux olympiques de 1904 tenus à Saint-Louis, dans le Missouri. Le tournoi ne comportait que trois équipes : Galt FC pour le Canada et Christian Brothers College ainsi que St. Rose Parish pour les États-Unis. Galt défait les deux équipes américaines puis Christian Brothers bat St. Rose dans leur troisième confrontation après deux matches nuls.
Il est à noter que le football n'était qu'un sport de démonstration à l'époque et ne deviendra officiel qu'à partir des JO de 1908.

La grande performance en 1930Modifier

Lors de la Coupe du monde 1930, première édition de la prestige compétition internationale, les Américains atteignent les demi-finales.

La Team USA, tête de série de la poule 4, défait la Belgique lors du premier match à Montevideo en Uruguay. Lors de la deuxième journée, les États-Unis remportent un second succès face au Paraguay (3-0), grâce à une éclatante prestation. Durant des années, la FIFA créditait Bert Patenaude pour le premier et le troisième but ainsi que Tom Florie pour le second[5]. D'autres sources annonçaient pourtant que le second but avait été inscrit par Patenaude[6],[7] ou par le Paraguayen Ramon Gonzales[8]. En novembre 2006, la FIFA annonce qu'elle accepte les preuves apportées par « différents historiens et fans de football» et désigne officiellement Patenaude comme le joueur ayant marqué le second but ce qui le fait rentrer dans l'histoire comme étant le premier joueur à avoir inscrit un triplé dans une phase finale de Coupe du monde[9]. Ces deux victoires scellent la qualification avant même la dernière rencontre du premier tour entre la Belgique et le Paraguay, permettant aux Américains de terminer en tête de leur poule et de se hisser dans le dernier carré. La demi-finale Argentine-États-Unis, se déroule devant plus de 70 000 spectateurs, sur un terrain détrempé. Les États-Unis, avec six joueurs sur le terrain nés au Royaume-Uni, connaissent un coup dur au bout de dix minutes de jeu, leur milieu Raphael Tracey se cassant la jambe à cause du jeu dur d'un Argentin. Dans un premier temps il poursuit tout de même le match, mais ne revient pas sur le terrain pour la seconde mi-temps. L'Argentine ouvre la marque et vire en tête à la mi-temps sur la plus petite des marges. Les Américains en infériorité numérique (il n'y a pas de remplacement possible pour un joueur blessé à l'époque) s'effondrent en seconde période, laissant les Argentins s'envoler au score. Parvenant à sauver l'honneur en fin de rencontre grâce à un but de Jim Brown, les États-Unis s'inclinent lourdement (6-1) face à l'Argentine. L'aventure des Yanks s'arrête en demi-finale. Ils termineront rétrospectivement troisièmes de la compétition devant la Yougoslavie. L'attribution (officieuse) de ce statut de troisième de la première édition de la Coupe du monde plus de cinquante ans plus tard par la FIFA est controversée car certains historiens affirment que le match pour la troisième place, officiellement non disputé, aurait bien eu lieu et que la Yougoslavie aurait battu les Américains sur le score de 3 buts à 1[10] alors que d'autres prétendent que les Yougoslaves auraient refusés de jouer une petite finale, en contestation de l'arbitrage lors de la demi-finale perdue[11]. Finalement, en 1986, la FIFA désigne les États-Unis comme étant les troisièmes de la compétition, mention faite lors de la publication d'un classement rétrospectif de l'ensemble des Coupes du monde en se basant sur le nombre de points marqués et la différence de buts. En effet, les États-Unis et la Yougoslavie ont tous les deux atteints les demi-finales (s'inclinant sur un score identique), avec le même nombre de points et de buts marqués. Ayant encaissés un but de moins que les Yougoslaves, les Américains obtiennent la place de troisième sur ce critère[12]. Aujourd'hui, les États-Unis possèdent toujours la meilleure performance en Coupe du monde en dehors des sélections du CONMEBOL et de l'UEFA.

En raison de difficultés financières durant la Grande Dépression et d'une volonté de la FIFA de ne pas confondre Coupe du monde et compétition olympique, aucun tournoi de soccer n'est organisé durant les Jeux olympiques de 1932. La FIFA déclarait qu'il y avait aussi un manque d'engouement pour le soccer aux États-Unis et que l'organisation d'un tel tournoi ne serait pas rentable durant cette période de crise financière, ainsi seul un tournoi informel fut organisé avec les rivaux de la sélection américaine qui termine en tête, suivi par le Mexique et le Canada. Le soccer réintégra les disciplines olympiques dès les Jeux olympiques de 1936.
Entre-temps, les États-Unis se qualifièrent à la deuxième édition de la Coupe du monde de football, en Italie en 1934, après avoir éliminé le Mexique 4-2 en match de barrage à Rome quelques jours avant le début du mondiale. Ils s'inclinèrent sévèrement face à l'Italie (1-7) en 8e de finale.

Championnats de la NAFC 1947 et 1949Modifier

Juste après la Seconde Guerre mondiale, la Confédération nord-américaine de football (NAFC) organise deux championnats disputés par le Mexique, les États-Unis et Cuba en 1947 et 1949. Lors du premier tournoi, les Américains finissent 3e. Néanmoins le championnat de 1949 qui sert aussi de tournoi qualificatif à la Coupe du monde de football 1950 permet aux États-Unis, qui finissent 2e derrière le Mexique, de participer l'année suivante à sa troisième Coupe du monde au Brésil.

L'exploit de 1950 avant le long déclin du soccer américainModifier

La Coupe du monde 1950Modifier

Article détaillé : Coupe du monde 1950.

La Coupe du monde 1950 représente la première apparition américaine en mondial depuis 1934. Les Yanks perdent leur première rencontre 3-1 contre l'Espagne mais l'emporte 1-0 contre l'Angleterre au Stade de l'Indépendance à Belo Horizonte. C'est l'attaquant Joe Gaetjens qui inscrit l'unique but de ce fameux match.

À l'époque, les Anglais ont la réputation d'être les « Kings of Football »[13] avec une série de résultats avant-guerre de 23 victoires, 3 matchs nuls et seulement 4 défaites. Quelques mois avant la célèbre défaite contre les États-Unis, l'Angleterre bat également une équipe All-Star composée des meilleurs joueurs du reste du continent européen sur le score de 6-1. Au contraire, malgré le fait que les Américains aient atteint les demi-finales de la Coupe du monde 1930, ils perdent leurs sept dernières rencontres internationales avant la compétition (notamment durant la Coupe du monde 1934 et les Jeux olympiques 1948) pour un score cumulé de 45-2 sur les sept matchs, avec trois lourdes défaites contre l'Italie (7-1), la Norvège (11-0, ce qui compose la plus grande défaite américaine) et l'Irlande du Nord (5-0). Les pronostics donnent donc logiquement les Anglais champions pour 3 contre 1 face à 500 contre 1 pour les Américains[14].

L'Angleterre dispose pour la compétition de Stanley Matthews qui est considéré comme l'un des plus grands joueurs du monde à l'époque[14] même s'il ne dispute aucune des trois rencontres avant la Coupe du monde. Ainsi, pour ce match contre les États-Unis, les dirigeants anglais décident de conserver l'équipe qui vient de battre le Chili et de conserver Matthews pour la suite de la compétition[15] pendant que celui-ci suivait alors la rencontre depuis les tribunes car les remplacements n'étaient pas autorisés[16]. De son côté, la formation américaine est composée de joueurs semi-professionnels et la plupart d'entre eux doivent occuper un autre emploi afin de subvenir à leurs besoins. Walter Bahr est, par exemple, un professeur de lycée, Frank Borghi conduit un corbillard pour son oncle qui possède une entreprise de pompes funèbres[14] alors que d'autres sont facteurs ou font la plonge[17]. Ben McLaughlin doit quant à lui déclarer forfait pour le tournoi car il ne peut se libérer de son travail[15]. Le sélectionneur réuni alors son équipe à la hâte avant la compétition, seulement la veille du départ vers le Brésil[18]. Trois joueurs, Joe Maca, Ed McIlvenny et Joe Gaetjens, aucun d'eux n'étant citoyen américain, sont alors ajoutés au groupe participant à la Coupe du monde[15].

Avant la rencontre, le sélectionneur de la Team USA, William Jeffrey annonce à la presse : « Nous n'avons aucune chance »[14] et déclare aussi que ses joueurs sont « prêts à être écrasés »[15]. De l'autre côté, le quotidien britannique Daily Express écrit qu'il serait plus juste de donner aux Américains trois buts d'avance au départ[19].

La rencontre est donc considérée comme l'un des plus grands exploits de l'histoire du sport de par la différence de niveau évidente entre les deux formations. Sports Illustrated et Soccer Digest ont récemment évoqué cet exploit des Américains que l'on appelle le « Miracle on Grass » (Miracle sur gazon (en))[20] depuis l'ouvrage de Geoffrey Douglas The Game of Their Lives, une référence au Miracle sur glace des Jeux olympiques d'hiver de 1980.

Lors du troisième et dernier match de poule du premier tour, les Américains subissent une défaite contre le Chili 5 buts à 2, sans conséquences car une victoire ne leur aurait pas permis d'accéder à la poule finale, en raison du carton plein réalisé par l'Espagne dans le même groupe. Il faudra alors quatre décennies avant de retrouver la Team America en Coupe du monde.

Des années 1950 aux années 1990, disparition des États-Unis de la scène internationaleModifier

Après l'enthousiasme causé par la création et l'émergence de la North American Soccer League (NASL) dans les années 1970, il semble alors que l'équipe des États-Unis peut devenir une puissante formation dans le soccer mondial mais aucun de ces espoirs ne se concrétisent et entre 1981 et 1983, seules deux rencontres internationales sont organisées.

Pour avoir une sélection nationale plus stable et renouveler l'intérêt pour la NASL, U.S. Soccer décide alors d'intégrer l'équipe nationale dans la ligue pour la saison 1983 sous le nom de Team America. Le but est notamment de donner du temps de jeu à certains joueurs pour améliorer le niveau des américains à moyen terme. Malgré ces efforts, la Team America manque la continuité et la régularité dans les entraînements qui caractérisent les équipes classiques du championnat. Une des raisons de cette lacune est le manque de volonté de la part de la majorité des joueurs à jouer pour cette équipe et d'abandonner leurs équipes respectives. Finalement, la formation termine la saison en fin de tableau et U.S. Soccer ne renouvelle pas l'expérience après cet échec.

La sélection américaine se donne alors pour objectif une qualification pour les Jeux olympiques 1984 qui se jouent à Los Angeles, en Californie ainsi que pour la Coupe du monde 1986 afin de reconstruire une équipe nationale et une base de soutien dans les stades. À l'occasion de ces Jeux, le Comité international olympique (CIO) décide que toute équipe de soccer non issue de l'UEFA ou de la CONMEBOL participant à cette édition des Jeux olympiques pourra concourir avec une sélection de séniors (et non composée d'une grande majorité de jeunes) tant que ceux-ci n'ont pas déjà participé à une Coupe du monde ce qui signifie que de nombreux joueurs américains professionnels peuvent intégrer le groupe pour la compétition olympique. Cette aide pour les sélections les plus modestes peut alors permettre aux Américains de franchir le premier tour mais ils échouent avec un bilan d'une victoire, un match nul et une défaite.

À la fin de l'année 1984, la NASL fait faillite et il ne reste donc plus aucune ligue de soccer professionnel aux États-Unis[21]. À la suite de cet événement, beaucoup des meilleurs joueurs américains comme John Kerr, Paul Caligiuri, Eric Eichmann, ou encore Bruce Murray quittent le continent pour aller jouer ailleurs, principalement en Europe.

Les États-Unis déposent alors une candidature pour accueillir la Coupe du monde 1986, après l'abandon de la Colombie pour des raisons économiques, mais c'est finalement le Mexique qui a la préférence, devant les Américains et les Canadiens, pour recevoir le prestigieux tournoi malgré des craintes dues à un tremblement de terre majeur qui toucha le Mexique quelques mois avant le début de la compétition.

Durant le dernier match de qualification pour le tournoi, les États-Unis n'ont besoin, pour passer à la phase finale, que d'un match nul contre le Costa Rica qu'ils ont déjà battu un an auparavant sur le score de 3 à 0 aux Jeux olympiques. Alors, U.S. Soccer prévoit de jouer la rencontre au El Camino College, à Torrance, dans le sud de la Californie, une région où se trouvent de nombreux expatriés costariciens et réserve une grande partie des places dans le stade à cette communauté, proposant également des danseurs traditionnels costariciens en guise de divertissement à la mi-temps[22]. Un but d'Evaristo Coronado à la 35e minute permet alors au Costa Rica de remporter la partie et d'empêcher les Américains d'atteindre leur quatrième phase finale de Coupe du monde.

En 1988, U.S. Soccer tente de nouveau l'expérience d'une équipe à la fois nationale et de club, offrant des contrats aux joueurs de la sélection nationale afin de construire une équipe internationale avec une "ethos" de club, les empruntant souvent depuis leurs clubs d'origine et permettant ainsi à U.S. Soccer d'économiser les salaires. Cette mesure a pour conséquence de ramener certains vétérans clés en sélection alors que l'éphémère succès de la NASL, une décennie plus tôt a permis l'éclosion de clubs locaux et de programmes destinés à la formation des jeunes.

Retour sur la scène internationaleModifier

Coupe du monde 1990Modifier

En terminant deuxièmes de la Coupe des nations de la CONCACAF 1989 dont la phase finale coïncide avec le tournoi qualificatif pour la Coupe du monde 1990 en Italie, les Américains mettent fin à quarante années d'absence en phase finale de la Coupe du monde. Versés dans le groupe A de l´épreuve en compagnie de l´Italie, de la Tchécoslovaquie et de l'Autriche, les Américains perdent alors leurs trois matchs de poule.

La Coupe du monde 1994 aux États-UnisModifier

Pour se préparer à la Coupe du monde 1994 qu’ils organisent, les États-Unis programment des matchs amicaux de préparation dont un contre les îles Caïmans, le 14 novembre 1993, qui se solde par un score fleuve de 8 buts à 1, ce qui constitue, à l'époque, la plus large victoire des États-Unis. Pour la compétition, les Américains sont alors qualifiés d'office. Dirigés par Bora Milutinović (l'homme aux 5 phases finales avec 5 pays différents), ils franchissent le premier tour après une victoire contre la Colombie, un match nul 1-1 contre la Suisse et une défaite contre la Roumanie (0-1) et s'inclinent en huitième de finale que 1-0 face au Brésil, futur champion de l'épreuve.

Les États-Unis, grande puissance de soccer en AmériqueModifier

Consolidation des résultats et succès continentauxModifier

 
Landon Donovan, joueur emblématique de la décennie des années 2000.

En 1998, les États-Unis terminent derniers du groupe, avec 3 défaites contre l’Allemagne (0-2), contre l’Iran sur le score de 2 buts à 1 et la Yougoslavie (0-1). Ils progressent ensuite en 2002, en atteignant les quarts de finale, après deux victoires américaines marquantes contre le Portugal (3-2) au premier tour et contre l'adversaire de toujours, le Mexique par deux buts d'écart en huitième de finale. En quart de finale, ils tombent de justesse face à l'Allemagne après avoir dominé une bonne partie de la rencontre. Leur participation en 2006, est moins remarquée même s'ils font match nul avec le futur vainqueur, l'Italie, en étant réduits à 9.

Coupe des confédérations 2009Modifier

Lors de la Coupe des confédérations 2009, les États-Unis partagent le groupe B avec le Brésil (vainqueur de la Copa América 2007), l'Italie (champion du monde 2006) et l'Égypte (championne d'Afrique des nations 2008). Les Américains perdent le premier match contre la Squadra Azzurra sur le score de 3 buts à 1 en menant 1-0 pendant 30 minutes à 10 contre 11. Ils perdent alors face à la Seleçao (3-0) et réalisent un bon résultat en battant l'Égypte 3-0. Avec 3 points, les Yanks profitent de la seconde défaite de l'Italie pour passer en 2e position du groupe derrière le Brésil et se qualifier en demi-finale.

En demi-finale, les Américains réalisent une grande performance en éliminant l'Espagne, qui reste alors sur 35 matchs sans défaite au moment d'aborder ce match. Une victoire 2-0 propulse les États-Unis en finale de la compétition où ils rencontrent le Brésil, une première pour eux. Malheureusement lors de cette finale, la deuxième rencontre entre les deux sélections durant cette compétition, les Américains s'inclinent une nouvelle fois face à la formation sud-américaine 2-3 après avoir mené 2-0.

Gold Cup 2009Modifier

Après une belle prestation en Coupe des confédérations, les Américains doivent disputer la Gold Cup 2009 chez eux. Pour faire tourner l'effectif, le sélectionneur Bob Bradley décide de sélectionner des joueurs moins expérimentés que ceux ayant fait un bon résultat en Afrique du Sud, ils sortent alors premiers des phases de poules en gagnant contre Grenade (4-0) et le Honduras 2 buts à 0 et en concédant le nul contre Haïti (2-2). Ils éliminent le Panamà en quarts de finale (2-1) et le Honduras en demi-finale mais s'inclinent lourdement devant les Mexicains en finale en encaissant cinq buts et restant inefficaces en attaque. Cette défaite suscite de vives critiques chez certains supporteurs qui se résoudront par le retour des titulaires pour les Éliminatoires au mondial 2010. Les Américains se qualifient alors sans problème pour la Coupe du monde 2010 en terminant à la première place du tour final de qualifications.

Coupe du monde 2010Modifier

 
La composition américaine (noir) contre les Anglais (blanc) lors de la Coupe du monde 2010.

Placés dans le groupe C de la compétition, en compagnie de l'Angleterre (tête de série), la Slovénie et l'Algérie, les Américains tiennent en échec leurs « cousins » anglais (1-1), égalisent de nouveau face à la Slovénie (2-2) et battent l'Algérie (1-0). Ils se qualifient pour les huitièmes de finale comme premiers de leur groupe mais tombent face au Ghana 2-1 (après prolongation) comme en phase de groupes, en Allemagne, quatre ans auparavant.

L'ère Klinsmann (2011-2016)Modifier

2011-2013 : campagne de qualification au mondial et victoire en Gold Cup 2013Modifier

Bob Bradley est remercié le à la suite d'une nouvelle défaite face au Mexique (2-4) en finale de la Gold Cup 2011 et remplacé le lendemain par l'Allemand Jürgen Klinsmann. Malgré des débuts difficiles (défaites en amical face au Costa Rica, la Belgique, l'Équateur et la France) et une qualification au 4e tour des Éliminatoires pour la Coupe du monde 2014 arrachée à la dernière journée face au Guatemala, les États-Unis se reprennent bien lors du tour final en battant le Costa Rica à domicile (1-0) dans des conditions climatiques difficiles et tiennent en échec leur grand rival mexicain au Stade Aztèque (0-0). Entretemps les Américains remportent la 12e édition de la Gold Cup[23] en battant en finale le Panama 1-0 (but de Brek Shea) et en établissant un record de 12 victoires d'affilée depuis le . En battant le Mexique à Columbus (2-0), le , les Américains valident leur billet pour la Coupe du monde au Brésil et ce pour la 10e fois.

Coupe du monde 2014Modifier

Ils commencent le tournoi contre le Ghana, qu'ils avaient déjà affronté lors des deux Coupes du monde précédentes. Clint Dempsey ouvre le score après seulement 29 secondes de jeu, mais André Ayew égalise à la 82e minute. Quatre minutes plus tard, John Brooks marque et permet aux États-Unis de s'imposer sur le score de 2-1[24]. Après deux buts marqués en seconde mi-temps par Jermaine Jones et Clint Dempsey, les Américains mènent par deux buts à un contre le Portugal. Malgré tout, ils se font rejoindre au score à la 95e minute et le score final est de 2-2[25]. La troisième rencontre de groupe est jouée contre l'Allemagne; un match nul aurait automatiquement qualifié les deux équipes, mais la Mannschaft gagne par un but à zéro. Les États-Unis sont finalement deuxièmes du groupe G avec quatre points, et se qualifient ainsi pour la suite de la compétition[26]. Ils affrontent en huitième de finale la Belgique, première du groupe H. Les bonnes actions du gardien Tim Howard permettent aux Boys de ne pas encaisser de but et le score est de 0-0 à la fin du temps réglementaire. Les Belges Kevin De Bruyne et Romelu Lukaku marquent pendant les prolongations. Julian Green réduit ensuite l'écart, mais les attaques du dernier quart d'heure ne suffisent pas pour égaliser. Le score final est donc de 2-1 pour la Belgique[27].

2015-2016 : un après-mondial difficileModifier

Malgré quelques résultats probants en matchs amicaux (victoires contre les Pays-Bas et l'Allemagne, championne du monde en titre), l'année 2015 est décevante pour les Américains. Ils sont éliminés au stade des demi-finales de la Gold Cup 2015 par une surprenante Jamaïque[28], puis ratent le podium après une défaite aux tirs au but face au Panama lors de la petite finale. Il s'agit de leur pire présentation en Gold Cup depuis 2000[29]. En octobre, ils sont battus par le Mexique 3-2 a.p. en match de barrage de la Coupe des confédérations 2017 et manquent l'occasion de participer au tournoi en Russie.

Cependant les Américains se ressaisissent à l'occasion de la Copa América Centenario, édition spéciale commémorant le centenaire du tournoi continental sud-américain, qu'ils organisent, en se hissant en demi-finales. Éliminés à ce stade de la compétition par l'Argentine (défaite 0-4), ils s'inclinent une nouvelle fois face à la Colombie lors de la « petite finale », équipe qui les avait battus lors du match d'ouverture du tournoi (0-2).

Les difficultés ne disparaissent pas pour autant puisque les États-Unis concèdent des défaites inquiétantes lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018: 2-0 contre le Guatemala, 1-2 contre le Mexique à domicile et surtout 4-0 contre le Costa Rica. Cette dernière défaite sonne le glas de Klinsmann, remercié par l'USSF le [30].

Le retour raté de Bruce ArenaModifier

Sélectionneur de 1998 à 2006, Bruce Arena est rappelé par l'USSF pour redresser la situation compromise des Américains dans les qualifications à la Coupe du monde 2018. Nommé en décembre 2016, son premier match lors de ces éliminatoires, le , voit les Américains écraser le Honduras 6-0 à San José (Californie) avec notamment un triplé de Clint Dempsey.

À l'occasion de la Gold Cup 2017, il choisit d'aborder le 1er tour de la compétition avec un groupe rajeuni, puis rappelle les cadres (Dempsey, Altidore, Howard, Bradley) à partir des quarts-de-finale. Après s'être débarrassée du Salvador et du Costa Rica en quart et demi-finale respectivement (sur le même score de 2-0), la Team USA se retrouve en finale du tournoi pour la 10e fois[31], avant de s'octroyer son 6e titre dans cette compétition en battant les Reggae Boyz de Jamaïque par deux buts à un[32].

Mais la sélection connaît un fiasco retentissant lors de la dernière journée des qualifications au Mondial 2018, après une défaite surprise face à Trinité-et-Tobago, qui prive les Américains d'une 8e participation consécutive en phase finale de Coupe du monde, une première depuis 1986[33]. Corollaire de cette élimination inattendue, Bruce Arena présente sa démission le [34].

Résultats de l'équipe des États-UnisModifier

PalmarèsModifier

Le tableau suivant liste le palmarès de l’équipe des États-Unis de soccer actualisé au 27 juillet 2017 dans les différentes compétitions internationales officielles.

Palmarès de l’équipe des États-Unis en compétitions officielles
Compétitions internationales Compétitions continentales Trophées divers
  • US Cup (3)
    • Vainqueur en 1992, 1995 et 2000.
    • Finaliste en 1999.
    • Troisième en 1993 et 1996.
    • Quatrième en 1997.

Parcours dans les compétitions internationalesModifier

Coupe du mondeModifier

L'équipe américaine participe à dix reprises à la Coupe du monde. Elle atteint les demi-finales lors de la première édition de la compétition en 1930.

Parcours en Coupe du monde
Année Position Année Position Année Position
  1930 Demi-finale (  3e[35])   1970 Non qualifiée    2002 Quart de finale
  1934 Huitième de finale   1974 Non qualifiée   2006 Poule 1er tour (16e de finale)
  1938 Non inscrite   1978 Non qualifiée   2010 Huitième de finale
  1950 Poule 1er tour (8e de finale)   1982 Non qualifiée   2014 Huitième de finale
  1954 Non inscrite   1986 Non qualifiée   2018 Non qualifiée
  1958 Non qualifiée   1990 Poule 1er tour (12e de finale)   2022 Qualifications à venir
  1962 Non qualifiée   1994 Huitième de finale     2026 Qualifiée d'office (hôte)
  1966 Non qualifiée   1998 Poule 1er tour (16e de finale)
En rouge encadré et en gras italique, l'édition de la Coupe du monde que l'équipe des États-Unis a disputée à domicile.

Gold CupModifier

L'équipe américaine compte dix-sept participations en Coupe des nations de la CONCACAF / Gold Cup. Elle étrenne son palmarès dans cette compétition en 1991 puis l'emporte à six reprises. Atteignant la deuxième place de la Coupe des nations de la CONCACAF 1989, elle se hisse quatre fois en finale par la suite, échouant à chaque fois devant son grand rival et voisin mexicain.

Parcours en Coupe des nations de la CONCACAF / Gold Cup
Année Position Année Position Année Position
  1963 Non inscrite 1989   Finaliste   2007   Vainqueur
  1965 Non inscrite   1991   Vainqueur   2009   Finaliste
  1967 Non inscrite     1993   Finaliste   2011   Finaliste
  1969 Non qualifiée   1996   Troisième   2013   Vainqueur
  1971 Non inscrite   1998   Finaliste     2015 Quatrième
  1973 Non qualifiée   2000 Quart de finale   2017   Vainqueur
  1977 Non qualifiée   2002   Vainqueur   2019   Finaliste
  1981 Non qualifiée     2003   Troisième
1985 Premier tour   2005   Vainqueur
En rouge encadré et en gras italique, les éditions de la Coupe des nations de la CONCACAF / Gold Cup que l'équipe des États-Unis a disputées à domicile.

Copa AméricaModifier

Coupe des confédérationsModifier

DiversModifier

La sélection remporte l'US Cup en 1992, 1995 et 2000.

Résultats en 2018Modifier

Récapitulatif
Mis à jour le 3 juin 2018.

Matches Victoires Nuls Défaites BP BC
5 2 2 1 6 3

Le tableau suivant liste les rencontres durant l'année civile 2018.

No  Date Ville, stade Adversaire Score Compétition Buteur(s) pour les États-Unis Buteur(s) pour l'adversaire Rapport
1   Carson, StubHub Center   Bosnie-Herzégovine 0-0 A. - - Rapport
2   Cary, WakeMed Soccer Park   Paraguay 1-0 A.   45e (pén.) Wood - Rapport
3   Chester, Talen Energy Stadium   Bolivie 3-0 A.   37e Zimmerman
  52e Sargent
  59e Weah
- Rapport
4   Dublin, Aviva Stadium   Irlande 2-1 A.   45+1e Wood   57e Burke
  90e Judge
Rapport
5   Parc Olympique lyonnais, Décines-Charpieu   France 1-1 A.   44e Green   79e Mbappé -
Score :
  • G = Match gagné
  • N = Match nul
  • P = Match perdu
Compétition :

RecordsModifier

La sélection américaine est celle qui comporte le plus de joueurs ayant dépassés les 100 sélections[36]. En gras sont indiqués les joueurs encore en activité en sélection nationale.

Les dix joueurs les plus sélectionnés
Joueur Carrière Sélections
Cobi Jones 1992-2004 164
Landon Donovan 2000-2014 157
Michael Bradley 2006- 151
Clint Dempsey 2004-2017 141
Jeff Agoos 1988-2003 134
Marcelo Balboa 1988-2000 127
DaMarcus Beasley 2001-2017 126
Tim Howard 2002-2017 121
Jozy Altidore 2007- 115
Claudio Reyna 1994-2006 112
Carlos Bocanegra 2001-2012 110
Paul Caligiuri 1984-1997 110
Les dix meilleurs buteurs
Joueur Carrière Buts
Landon Donovan 2000-2014 57
Clint Dempsey 2004-2017 57
Jozy Altidore 2007- 42
Eric Wynalda 1990-2000 34
Brian McBride 1993-2006 30
Joe-Max Moore 1992-2002 24
Bruce Murray 1985-1993 21
Eddie Johnson 2004-2014 19
Earnie Stewart 1990-2004 17
DaMarcus Beasley 2001-2017 17
Michael Bradley 2006- 17

Dernière mise à jour le 15 octobre 2019.

Personnalités historiques de l'Équipe des États-UnisModifier

Principaux joueurs d'hier et d'aujourd'huiModifier

Gardiens emblématiques de l’équipe des États-Unis
Matchs Nom Période
9 Frank Borghi 1949-1954
100 Tony Meola 1988-2006
102 Kasey Keller 1990-2007
82 Brad Friedel 1992-2004
121 Tim Howard 2002-
Défenseurs emblématiques de l’équipe des États-Unis
Matchs Nom Période
110 Paul Caligiuri 1984-1997
81 Desmond Armstrong 1987-1994
128 Marcelo Balboa 1988-2000
81 Tab Ramos 1988-2000
44 Mike Lapper 1991-1995
96 Alexi Lalas 1991-1998
134 Jeff Agoos 1995-2005
82 Eddie Pope 1996-2006
43 Tony Sanneh 1997-2005
87 Steve Cherundolo 1999-
110 Carlos Bocanegra 2001-2012
Milieux de terrain emblématiques de l’équipe des États-Unis
Matchs Nom Période
19 Walter Bahr 1948-1957
90 John Harkes 1987-2000
54 Dominic Kinnear 1990-1993
79 Chris Henderson 1990-2001
81 Thomas Dooley 1992-1999
164 Cobi Jones 1992-2004
112 Claudio Reyna 1994-2006
28 Preki 1996-2001
126 DaMarcus Beasley 2001-
140 Michael Bradley 2006-
Attaquants emblématiques de l’équipe des États-Unis
Matchs Nom Période
4 Bertram Patenaude 1930
3 Joe Gaetjens 1950
86 Bruce Murray 1985-1993
107 Eric Wynalda 1990-2000
101 Earnie Stewart 1990-2004
100 Joe-Max Moore 1992-2002
96 Brian McBride 1993-2006
46 Clint Mathis 1998-2005
157 Landon Donovan 2000-2014
141 Clint Dempsey 2004-
110 Jozy Altidore 2007-

Mise à jour : 11 octobre 2017.

SélectionneursModifier

Trente-six techniciens ont exercé la fonction de sélectionneur de l'équipe nationale depuis 1916 et peu d'entre eux ont duré à ce poste, parmi eux, beaucoup étaient étrangers. Le record de longévité est détenu par Bruce Arena, actuel sélectionneur, qui entame son deuxième mandat la tête des États-Unis après avoir été sélectionneur durant huit années. Il a remporté à trois reprises la Gold Cup en 2002, 2005 et 2017 et a emmené la sélection jusqu'en quart de finale de la Coupe du monde 2002. Robert Millar est quant à lui le sélectionneur ayant obtenu le meilleur résultat en Coupe du monde avec une troisième place en 1930.

Avant 1916, une sélection américaine existait mais celle-ci n'était pas officielle et donc non reconnue par la FIFA. Il est à noter que durant certaines périodes, il n'y avait pas de sélectionneur car aucune rencontre n'était organisée pour l'équipe nationale comme ce fut le cas entre 1926 et 1928 ou encore entre 1937 et 1947. Depuis Bob Gansler en 1982, des rencontres internationales sont organisées plusieurs fois par an et il y a donc toujours un sélectionneur en place.

Rang Nom Période
1   Thomas Cahill 1916-1924
2   George Burford 1924-1925
3   Nat Agar 1925-1926
4   George Burford 1928
5   Robert Millar 1929-1933
6   David Gould 1933-1934
7   Bill Lloyd 1934-1937
8   Andrew Brown 1947-1948
9   Walter Giesler 1948-1949
10   Bill Jeffrey 1949-1952
11   John Wood 1952-1953
12   Erno Schwarz 1953-1955
13   George Meyer 1957
Sélectionneurs de l’équipe des États-Unis
Rang Nom Période
14   Jim Reed 1959-1961
15   John Herberger 1964
16   George Meyer 1965
17   Phil Woosnam 1968
18   Gordon Jago 1969
19   Bob Kehoe 1971-1972
20   Max Wosniak 1973
21   Eugene Chyzowych 1973
22   Gordon Bradley 1973
23   Dettmar Cramer 1974
24   Al Miller 1975
25   Manfred Schellscheidt 1975
26   Walter Chyzowych 1976-1980
Rang Nom Période
27   Bob Gansler 1982
28   Alkétas Panagoúlias 1983-1985
29   Lothar Osiander 1986-1988
30   Bob Gansler 1989-1991
31   John Kowalski 1991
32   Bora Milutinović 1991-1995
33   Steve Sampson 1995-1998
34   Bruce Arena 1998-2006
35   Bob Bradley 2006-2011
36   Jürgen Klinsmann 2011-2016
37   Bruce Arena 2016-2017
38   Dave Sarachan (intérim) 2017-

Équipe actuelleModifier

Liste des 23 joueurs sélectionnés pour la Gold Cup 2017 :

Effectif et encadrement de l'équipe des États-Unis au 2 juillet 2017
Joueurs     Encadrement technique
P. Nom Date de naissance Sél. But(s) Club Depuis
Gardiens
1 G Guzan, BradBrad Guzan 12 878 9/9/1984 (35 ans) 61 0   Atlanta United 2006
12 G Hamid, BillBill Hamid 10 610 25/11/1990 (29 ans) 2 0   DC United 2012
22 G Johnson, SeanSean Johnson 11 153 31/5/1989 (30 ans) 3 0   New York City FC 2011
Défenseurs
2 D Villafaña, JorgeJorge Villafaña 11 045 16/9/1989 (30 ans) 7 0   Santos Laguna 2017
3 D Gonzalez, OmarOmar Gonzalez 11 385 11/10/1988 (31 ans) 40 1   CF Pachuca 2010
4 D Miazga, MattMatt Miazga 8 913 19/7/1995 (24 ans) 2 0   Chelsea FC 2015
5 D Besler, MattMatt Besler 11 993 11/2/1987 (32 ans) 40 1   Sporting Kansas City 2013
15 D Lichaj, EricEric Lichaj 11 348 17/11/1988 (31 ans) 11 0   Nottingham Forest FC 2010
16 D Morrow, JustinJustin Morrow 11 758 4/10/1987 (32 ans) 1 0   Toronto FC 2013
21 D Hedges, MattMatt Hedges 10 848 1/4/1990 (29 ans) 3 0   FC Dallas 2015
Milieux de terrain
6 M Rowe, KelynKelyn Rowe 10 238 2/12/1991 (28 ans) 1 0   New England Revolution 2017
7 M Saief, KennethKenneth Saief 9 492 17/12/1993 (25 ans) 3 0   RSC Anderlecht 2016
10 M Corona, JoeJoe Corona 10 749 9/7/1990 (29 ans) 18 2   Club Tijuana 2012
11 M Bedoya, AlejandroAlejandro Bedoya 11 916 29/4/1987 (32 ans) 61 2   Philadelphia Union 2010
13 M McCarty, DaxDax McCarty 11 915 30/4/1987 (32 ans) 7 0   Chicago Fire 2009
17 M Roldan, CristianCristian Roldan 8 959 3/6/1995 (24 ans) 0 0   Seattle Sounders FC 2017
19 M Zusi, GrahamGraham Zusi 12 170 18/8/1986 (33 ans) 49 5   Sporting Kansas City 2012
20 M Arriola, PaulPaul Arriola 9 077 5/2/1995 (24 ans) 6 2   Club Tijuana 2016
23 M Acosta, KellynKellyn Acosta 8 908 24/7/1995 (24 ans) 9 1   FC Dallas 2016
Attaquants
8 A Morris, JordanJordan Morris 9 179 26/10/1994 (25 ans) 16 2   Seattle Sounders FC 2014
9 A Zardes, GyasiGyasi Zardes 10 329 2/9/1991 (28 ans) 32 6   LA Galaxy 2015
14 A Dwyer, DomDom Dwyer 10 728 30/7/1990 (29 ans) 1 1   Sporting Kansas City 2017
18 A Agudelo, JuanJuan Agudelo 9 881 23/11/1992 (27 ans) 23 3   New England Revolution 2010
Sélectionneur
Sélectionneur(s) adjoint(s)
Préparateur(s) physique(s)
  •   Mark Verstegen
Entraîneur(s) des gardiens



Légende


Appelés récemmentModifier

Les joueurs suivants ont aussi été appelés en équipe par le sélectionneur pendant les 12 derniers mois et restent toujours sélectionnables.

Pos. Nom Date de Naissance Sélec. Buts Club Dernier appel
GB William Yarbrough (30 ans) 2 0   FC León v.   Bolivie, 28 mai 2016
GB Zack Steffen (24 ans) 0 0   SC Fribourg v.   Porto Rico, 22 mai 2016
GB David Bingham (30 ans) 1 0   San Jose Earthquakes Copa América Centenario (pré-liste)
GB Nick Rimando (40 ans) 21 0   Real Salt Lake Copa América Centenario (pré-liste)
GB Sean Johnson (30 ans) 5 0   Chicago Fire v.   Canada, 5 février 2016
GB Luis Robles (35 ans) 2 0   New York Red Bulls v.   Islande, 31 janvier 2016
GB Bill Hamid (29 ans) 2 0   DC United v.   Islande, 31 janvier 2016 (pré-liste)
DF Timothy Chandler (29 ans) 26 1   Eintracht Francfort Copa América Centenario (forfait sur blessure)
DF Kellyn Acosta (24 ans) 2 0   FC Dallas v.   Équateur, 25 mai 2016
DF Eric Lichaj (31 ans) 11 0   Nottingham Forest v.   Équateur, 22 mai 2016
DF Matt Miazga (24 ans) 2 0   FC Nantes v.   Porto Rico, 22 mai 2016
DF Tim Ream (32 ans) 21 1   Fulham v.   Porto Rico, 22 mai 2016
DF Ventura Alvarado (27 ans) 13 0   Club América Copa América Centenario (pré-liste)
DF Brad Evans (34 ans) 26 1   Seattle Sounders FC Copa América Centenario (pré-liste)
DF Omar Gonzalez (31 ans) 31 1   Pachuca Copa América Centenario (pré-liste)
DF Eric Miller (26 ans) 0 0   Colorado Rapids v.   Canada, 5 février 2016
DF Tim Parker (26 ans) 0 0   Vancouver Whitecaps v.   Canada, 5 février 2016
DF Matt Polster (26 ans) 0 0   Chicago Fire v.   Canada, 5 février 2016
DF Brandon Vincent (25 ans) 1 0   Chicago Fire v.   Canada, 5 février 2016
DF Brek Shea (29 ans) 34 4   Orlando City v.   Trinité-et-Tobago, 17 novembre 2015
DF DaMarcus Beasley (37 ans) 123 17   Houston Dynamo v.   Mexique, 10 octobre 2015
DF Greg Garza (28 ans) 9 0   Tijuana v.   Mexique, 10 octobre 2015
DF Alfredo Morales (29 ans) 13 0   FC Ingolstadt 04 v.   Porto Rico, 22 mai 2016
ML Danny Williams (30 ans) 20 2   Reading FC v.   Porto Rico, 22 mai 2016
ML Emerson Hyndman (23 ans) 2 0   Fulham v.   Porto Rico, 22 mai 2016
ML Caleb Stanko (26 ans) 0 0   SC Fribourg v.   Porto Rico, 22 mai 2016
ML Mix Diskerud (29 ans) 38 6   New York City FC Copa América Centenario (pré-liste)
ML Lee Nguyen (33 ans) 9 0   New England Revolution Copa América Centenario (pré-liste)
ML Tony Tchani (30 ans) 1 0   Columbus Crew SC v.   Canada, 5 février 2016
ML Wil Trapp (26 ans) 2 0   Columbus Crew SC v.   Canada, 5 février 2016
ML Joe Corona (29 ans) 17 2   Dorados de Sinaloa v.   Mexique, 10 octobre 2015 (pré-liste)
AT Paul Arriola (24 ans) 1 1   Tijuana v.   Porto Rico, 22 mai 2016
AT Julian Green (24 ans) 6 1   Bayern Munich v.   Porto Rico, 22 mai 2016
AT Amando Moreno (24 ans) 0 0   Tijuana v.   Porto Rico, 22 mai 2016
AT Fafà Picault (28 ans) 1 0   FC Sankt Pauli v.   Porto Rico, 22 mai 2016
AT Jozy Altidore (30 ans) 93 34   Toronto FC Copa América Centenario (forfait sur blessure)
AT Ethan Finlay (29 ans) 3 0   Columbus Crew SC Copa América Centenario (pré-liste)
AT Jordan Morris (27 ans) 9 1   Seattle Sounders FC Copa América Centenario (pré-liste)
AT Jerome Kiesewetter (26 ans) 2 0   VfB Stuttgart v.   Canada, 5 février 2016
AT Khiry Shelton (26 ans) 0 0   New York City FC v.   Canada, 5 février 2016
AT Miguel Ibarra (29 ans) 3 0   FC León v.   Trinité-et-Tobago, 17 novembre 2015
AT Alan Gordon (38 ans) 2 0   LA Galaxy v.   Trinité-et-Tobago, 17 novembre 2015
AT Timothy Weah (19 ans) 1 0   Paris Saint-Germain v.   Costa Rica, 02 septembre 2017
AT Aron Jóhannsson (29 ans) 19 4   Werder Brême v.   Mexique, 10 octobre 2015 (pré-liste)

Soutien et imageModifier

Relation avec les médiasModifier

ESPN possède les droits pour toutes les rencontres amicales et les matchs à domicile de qualifications à la Coupe du monde 2010 et de qualifications à la Coupe du monde 2014. Les rencontres sont donc diffusées sur ESPN ou ESPN2. C'est beIN Sport USA qui a les droits pour les matchs à l'extérieur pour ces mêmes phases de qualifications. Univision Network diffuse les rencontres en espagnol pour cette même période.

Tenues de l'équipe des États-UnisModifier

Depuis leur première rencontre non officielle contre le Canada, les tenues arborent souvent un maillot blanc avec un short bleu. En 1950, les Américains adoptent le style du Pérou avec une bande diagonale sur le maillot. La bande diagonale figure également sur la troisième tenue en 2003, 2004 et 2006 tout comme sur les ensembles domicile, extérieur et troisième maillot entre 2010 et 2012.

Principaux maillots utilisés par l'équipe des États-Unis
Maillot domicile (1930)
Maillot domicile (1950)
Maillot du quart de finale de la Coupe du monde 2002
Maillot du quart de finale de la Coupe du monde 2010 (2010-2012)
Maillot domicile (2012-2013)[37]
Maillot du centenaire (2013)

ÉquipementiersModifier

Adidas est l'équipementier des États-Unis entre 1984 et 1994. Depuis 1995, Nike est le nouvel équipementier[38].

Période Équipementier
1976-1978   Adidas
1979-1983   Le coq sportif
1984-1994   Adidas
1995 -   Nike

SupporteursModifier

 
Vue panoramique du FedEx Field lors d'une rencontre amicale contre le Brésil.

Les principaux groupes de supporteurs de l'équipe des États-Unis sont la Sam's Army et The American Outlaws.

La Sam's Army se forme peu de temps après la Coupe du monde 1994 qui se joue justement aux États-Unis. The American Outlaws débute à Lincoln comme groupe local du Nebraska. L'organisation tente alors de combattre le manque de constance dans le soutien apporté lors de chaque rencontre de l'équipe nationale et pour atteindre ce but, le groupe devient une organisation à but non lucratif.

Les membres de la Sam's Army s'habillent en rouge, chantent et brandissent souvent de grands drapeaux américains ainsi que d'autres bannières lors des rencontres. The American Outlaws se distinguent en portant des bandanas avec des drapeaux américains sur leur tête. Pour plus d'animations en tribunes, les deux groupes sont généralement rassemblés dans une section de supporteurs dans les stades qui accueillent les rencontres à domicile des États-Unis.

Rivalités internationalesModifier

Article détaillé : États-Unis-Mexique en football.

Les équipes du Mexique et des États-Unis sont considérées comme les deux équipes les plus puissantes de la Confédération de football d'Amérique du Nord, d'Amérique centrale et des Caraïbes. Les rencontres entre les deux nations attirent souvent l'attention des médias et du public dans les deux pays. Même si leur premier match s'est joué en 1934, la rivalité n'est considérée comme majeure qu'à partir des années 1980 quand les deux formations commencent à s'affronter fréquemment dans le cadre des compétitions continentales de la CONCACAF comme la Gold Cup. Le 15 août 2012, les Américains défont le Mexique à l'Estadio Azteca, ce qui représente la première victoire des États-Unis contre le Mexique sur le sol mexicain en 75 ans.

StatistiquesModifier

Classements FIFAModifier

En août 1993, la FIFA commence à classer mensuellement toutes les sélections nationales dans le monde. Après être resté proche de la 20e position durant les premières années, les États-Unis remontent progressivement le classement. À la suite du succès de la Coupe du monde 2002, le classement américain continue son ascension, culminant à leur niveau historique le 4 avril 2006 en atteignant la 4e position. La Team America ne passant pas le premier tour de la Coupe du monde 2006 avec une dernière position, elle entame une brusque descente dans ce classement. Durant les trois mois qui suivent la compétition, son classement chute de 25 places en passant de la 4e à la 29e position.

Classement FIFA de l'équipe des États-Unis
Année 1993 1994 1995 1996 1997 1998 1999 2000 2001 2002 2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Classement mondial[39] 22 23 19 18 26 23 22 16 24 10 11 11 8 31 19 22 14 18 34 28 14 27 32 28 24 24
Classement zone CONCACAF 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 2 1 1 1 2 2 1 3 2 3 2 2

Légende du classement mondial :
Légende du classement nord-américain :

  • de 1 à 15
  • 1
  • de 16 à 29
  • de 2 à 3
  • de 30 à 207
  • de 4 à 35

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. « Classement mondial », sur fr.fifa.com, (consulté le 8 avril 2019).
  2. Les États-Unis, bien que n'étant pas membres de la CONMEBOL, participent parfois à la Copa América en tant qu'invités.
  3. Le football aux Jeux olympiques de 1896 à 1904 est considéré comme sport de démonstration.
  4. (en) The Year in American Soccer – 1916 sur homepages.sover.ent.
  5. (en) FIFA: USA – Paraguay match report sur fifaworldcup.yahoo.com.
  6. (en) CNN/Sports Illustrated – Bert Patenaude sur sportsillustrated.cnn.com.
  7. (en) Planet World Cup – World Cup Trivia sur planetworldcup.com
  8. (en) The Football Association 20 World Cup Facts sur thefa.com
  9. (en) FIFA World Cup hat-tricks sur fifa.com |format=PDF|.
  10. (en) World Cup 1930 sur rsssf.com.
  11. (en)Hyder Jawad, Four Weeks In Montevideo: The Story of World Cup 1930, Seventeen Media & Publishing, , p. 105.
  12. Prix, Coupe du monde de la FIFA (Uruguay 1930) sur fr.fifa.com.
  13. (en) The Miracle on Grass as USA beat England, ESPN.
  14. a b c et d Geoffery Douglas, The Game of Their Lives, New York, Henry Holt and Company, (ISBN 0-8050-3875-2).
  15. a b c et d Leander Schaerlaeckens, « Chasing Gaetjens », ESPNsoccernet,‎ (lire en ligne).
  16. Clemente Lisi, A History of the World Cup: 1930-2010, Scarecrow Press, (ISBN 9780810877542, lire en ligne), p. 52.
  17. (en) Walter Bahr remembers, Ussoccerplayers.
  18. David Wangerin, Soccer in a Football World: The Story of America's Forgotten Game, Temple University Press, (ISBN 1592138853, lire en ligne), p. 110.
  19. (en) England v USA: Fabio Capello's men need to fear lesson of Belo Horizonte, The Daily Telegraph.
  20. (en) 1950 World Cup vs. England - Biggest Wins in U.S. Soccer History - Photos sur sportsillustrated.cnn.com.
  21. (en) U.S. Soccer Team Hindered, New York Times.
  22. (en) CNNSI.com – Inside Game – Michael Lewis – Offside Remarks – CNNSI.com's Lewis: Learning from history – Friday November 10, 2000 07:29 PM, Sports Illustrated.
  23. FIFA.com: « Les Stars and Stripes brillent de nouveau »
  24. « FIFA Mondial: les Etats-Unis battent le Ghana sur le fil », Radio télévision suisse, (consulté le 28 juillet 2014).
  25. « FIFA Mondial: un petit miracle portugais à la 95e », Radio télévision suisse, (consulté le 28 juillet 2014).
  26. « FIFA Mondial: la Mannschaft bat les Etats-Unis... qui se qualifient », Radio télévision suisse, (consulté le 28 juillet 2014).
  27. « FIFA Mondial: la Belgique en quarts de finale 28 ans après », Radio télévision suisse, (consulté le 28 juillet 2014).
  28. Shai Mamou, « Gold Cup: Les Etats-Unis sortis par la Jamaïque », sur sports.fr, (consulté le 22 novembre 2015).
  29. « Le Panama sur le podium de la Gold Cup », sur L'Équipe.fr, (consulté le 22 novembre 2015).
  30. « Jürgen Klinsmann n'est plus sélectionneur des Etats-Unis », sur L'Équipe.fr, (consulté le 22 novembre 2016).
  31. « Les Etats-Unis qualifiés en finale de la Gold Cup », sur L'Équipe.fr, (consulté le 23 juillet 2017).
  32. « Les Etats-Unis remportent la Gold Cup face à la Jamaïque », sur L'Équipe.fr, (consulté le 27 juillet 2017).
  33. « Les États-Unis privés de mondial », sur Le Figaro,
  34. « Le sélectionneur des États-Unis démissionne », sur www.sport24.lefigaro.fr, (consulté le 13 octobre 2017).
  35. Pas de match pour la troisième place. Classement rétrospectif de la FIFA (avantage États-Unis à la différence de buts).
  36. (en)[PDF] « FIFA Century Club », sur fifa.com,
  37. (en) USA Nike Home Jersey 2012 Leaked sur todosobrecamisetas.blogspot.com.
  38. (en) Better know a kit: A history of the modern U.S. soccer jersey, Projet2010.
  39. Classement mondial année par année :
    « Classement FIFA », sur fr.fifa.com (consulté le 17 février 2017).

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • (en) Tony Cirino : U.S. Soccer vs the World, Damon Press, Première éd., 1983. (ISBN 0-91064-100-5)  
  • (en) David Wangerin : Soccer in a Football World: The Story of America's Forgotten Game (Sporting) , Temple University Press, Première éd., 2008. (ISBN 1-59213-885-3)  

Articles connexesModifier

NavigationModifier

Sur les autres projets Wikimedia :