Ouvrir le menu principal

Yvan Attal

acteur, réalisateur et scénariste franco-israélien
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Attal et Yvan.
Yvan Attal
Description de cette image, également commentée ci-après
Naissance (54 ans)
Tel-Aviv (Israël)
Nationalité Drapeau de la France Française
Profession acteur, réalisateur et scénariste

Yvan Attal est un acteur, réalisateur, scénariste et dialoguiste français, né le à Tel Aviv (Israël).

Il a également été la voix française de Tom Cruise dans quelques-uns de ses films[1].

Il n'a aucun lien de parenté avec le producteur, scénariste et réalisateur Alain Attal, bien que leur participation au film Rock'n Roll entretienne cette ambiguïté.

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Fils unique d'un père horloger et d'une mère au foyer, ses parents sont issus de la communauté des Juifs d'Algérie séfarades, Français de nationalité. Sa famille quitte l'Algérie, parmi le flot des Pieds Noirs en 1962 après la déclaration de l'indépendance de l'Algérie et s'installe en Israël. Lorsque Yvan Attal a six mois, ses parents décident de quitter Israël car, en tant que Juifs d'Afrique du Nord, ils se sentent mal accueillis et ils subissent une forme de discrimination de la part des élites ashkénazes[2],[3].

Il grandit dans un HLM de Créteil dans le Val-de-Marne près de Paris, en France où il rêve d'être footballeur, puis médecin[4]. Durant son enfance, ses parents, pendant qu'ils travaillent, le laissent passer ses après-midi au cinéma, permanent à l'époque[5]. Il devient ainsi cinéphile et va vouer un culte entre autres à la série des films Le Parrain de Francis Ford Coppola qui le pousse vers le cinéma.

Il rate son baccalauréat, travaille dans la boutique de son père, au centre commercial Créteil Soleil puis dans un magasin de jeans à Paris. En 1985, à 20 ans, il suit des cours de comédie au cours Florent à Paris[3].

CarrièreModifier

Il débute au théâtre en 1988 dans la pièce Biloxi Blues de Neil Simon suivi du téléfilm Parlez-moi d'amour d'Élie Chouraqui.

En 1989, il connaît son premier grand succès cinématographique qui va lancer sa carrière d'acteur dans le rôle d'un ami squatteur d'Hippolyte Girardot dans le film Un monde sans pitié d'Éric Rochant. Sa prestation lui vaut le Prix Michel Simon 1989 et le César du meilleur espoir masculin 1990[6].

En 1991, Éric Rochant lui confie les rôles principaux de ses deux films suivants, Aux yeux du monde où il rencontre sa future compagne Charlotte Gainsbourg, et Les Patriotes en 1993, tourné à Paris et en Israël, où il joue le rôle d'un jeune français qui s'engage dans le Mossad, les services secrets israéliens.

En 1997, il reçoit le prix Jean-Gabin 1997 du meilleur jeune espoir masculin du cinéma français. Cette même année, il passe derrière la caméra dans un premier court-métrage d'essai, I Got a Woman, avant d'enchaîner avec succès en 2001 avec son film Ma femme est une actrice, une comédie inspirée de sa vie de couple avec Charlotte Gainsbourg, qu'il écrit, réalise et joue avec sa femme, puis en 2004 avec Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants avec sa femme, Alain Chabat et Emmanuelle Seigner.

En 2006, Steven Spielberg lui confie un rôle dans son film historique Munich, relation de l'opération Colère de Dieu au cours de laquelle Israël fait éliminer par le Mossad certains des commanditaires de la prise d'otage et de l'exécution, par le groupe terroriste palestinien Septembre noir, de plusieurs athlètes de la délégation israélienne lors des Jeux olympiques d'été de 1972 à Munich.

Vie personnelleModifier

Depuis 1991, il est le compagnon de l'actrice et chanteuse Charlotte Gainsbourg, avec qui il a trois enfants prénommés Ben (né en 1997), Alice (née en 2002) et Jo (né en 2011)[7].

Bien qu'il se dise juif, sa judéité est pour lui un motif de perplexité : « Je suis né à Tel-Aviv, je suis juif, c’est irréfutable. Mais je vis en France, je suis français, je suis un citoyen comme les autres. Je pourrais oublier totalement que je suis juif — je ne suis pas religieux, je ne mange pas casher, je ne fais pas shabbat, etc. Alors qu’est-ce qui fait que je suis juif ? Compliqué tout ça[8]… » À l'occasion de la réalisation de son film Ils sont partout, Yvan Attal s'étonne d'être brusquement devenu pour la presse un acteur et réalisateur « franco-israélien ». Dans l'émission Thé ou Café du 21 mai 2016, il déclare : « Ça fait 25 ans que je fais des films, j'ai toujours été un acteur et réalisateur français ; depuis que j'ai dit que je faisais un film sur les clichés antisémites, je suis devenu un acteur et réalisateur franco-israélien ».

FilmographieModifier

En tant que scénaristeModifier

En tant que réalisateurModifier

En tant qu'acteurModifier

Longs métragesModifier

Courts métragesModifier

TélévisionModifier

DoublageModifier

Yvan Attal assure également sa propre post-synchronisation[11],[12] pour ses rôles dans des films non francophones.

FilmsModifier
Films d'animationsModifier

En tant que présentateurModifier

En tant que narrateurModifier

ThéâtreModifier

DistinctionsModifier

EngagementsModifier

En septembre 2018, à la suite de la démission de Nicolas Hulot, il signe avec Juliette Binoche la tribune contre le réchauffement climatique intitulée « Le plus grand défi de l'histoire de l'humanité », qui parait en une du journal Le Monde, avec pour titre L'appel de 200 personnalités pour sauver la planète[19].

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier