Ouvrir le menu principal

Francis Huster

acteur, metteur en scène, réalisateur et scénariste français

BiographieModifier

Enfance et formationModifier

Francis Huster est le fils cadet de Charles Huster, un juif askénaze directeur commercial de la marque d’automobile Lancia marié à Suzette Cwajbaum[2], elle-même issue d'une famille juive polonaise[Note 1],[1] qui tenait un atelier de couture. Il a un frère aîné, Jean-Pierre, écrivain, et une sœur cadette, Muriel Huster. Francis Huster tient de sa grand-mère[Laquelle ?] le goût pour le spectacle ; celle-ci emmenait ses petits-enfants en cachette le jeudi (alors le jour de repos des écoliers) voir les films dans les salles de cinéma[3].

Élève à l'école primaire de Louvois[2] puis étudiant au lycée Carnot de Paris, il a pour camarades de classe Yves Le Moign' et Jacques Spiesser, de futurs compagnons de route. Il s'inscrit à quinze ans au Conservatoire municipal du 18e arrondissement de Paris, puis au cours Florent et enfin au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, dont il obtient trois premiers prix (comédie moderne, comédie classique, théâtre étranger)[4]. Cela lui permet en 1971 d'être engagé à la Comédie-Française, dont il deviendra sociétaire en 1977, il en démissionne en 1981[5].

CarrièreModifier

Parallèlement à ses rôles classiques à la Comédie-Française, Francis Huster tourne dans de nombreux films et crée la « Compagnie Francis Huster », avec laquelle il monte plusieurs spectacles pour un large public populaire, dont Le Cid de Pierre Corneille au Théâtre Rond-Point a partir de 1987 et joué de 1993 à 1994 à travers toute la France, en Belgique et à Monaco. Cette compagnie est un vivier de jeunes talents, tels que Clotilde Courau, Valérie Crunchant, Cristiana Reali, Estelle Skornik, Valentine Varela, Olivier Martinez.

Francis Huster quitte la Maison de Molière en 1981 afin de se consacrer au grand écran. Il décroche alors un rôle dans Qu'est-ce qui fait courir David ? d'Élie Chouraqui. Sa rencontre déterminante avec Claude Lelouch ouvre la porte à une longue collaboration de sept films, dont Si c’était à refaire (1976) ou Le Courage d'aimer (2005)[6].

En 2008, Huster réalise la reprise d'Umberto D., film de Vittorio De Sica. Ce film, intitulé Un homme et son chien, marque le retour de Jean-Paul Belmondo au cinéma et réunit une pléiade d'acteurs français, parmi lesquels Hafsia Herzi, Jean Dujardin, Robert Hossein, Pierre Mondy, Caroline Silhol, Barbara Schulz, Emmanuelle Riva, Micheline Presle, Nicole Calfan ou encore Daniel Prévost. Ce film sera un échec.

En novembre 2015 il signe aux éditions Le Passeur l'ouvrage L'énigme Stefan Zweig préfacé par Éric-Emmanuel Schmitt.

Vie privéeModifier

Après avoir été le compagnon d'Isabelle Adjani[7], alors pensionnaire comme lui de la Comédie-Française, puis celui de Nina Companeez quinze années durant, Francis Huster a vécu de 1991 à 2008 avec l'actrice italo-brésilienne Cristiana Reali dont il a eu deux filles, Élisa, née en 1998 et Toscane, née en 2003[1],[2].

EngagementsModifier

En 2015, il prend position en faveur des migrants au cours de la crise migratoire à laquelle la France et l'Europe font face, en évoquant notamment sur le plateau de BFMTV la possibilité que certains de ces nouveaux arrivants soient de « futurs Montaigne »[8].

FilmographieModifier

CinémaModifier

 
Francis Huster au festival de Cannes 1992.

TélévisionModifier

 
Francis Huster au festival de Cannes 2001.

RéalisateurModifier

ScénaristeModifier

ThéâtreModifier

ComédienModifier

Metteur en scèneModifier

DoublageModifier

DiscographieModifier

En 1985, Francis Huster sort un 45 tours comportant deux titres : Entre vous deux, et Simplement, tirés de la bande originale du film Parking, une comédie musicale de Jacques Demy, sortie la même année.

PublicationsModifier

DistinctionsModifier

RécompensesModifier

ThéâtreModifier

TélévisionModifier

NominationsModifier

AutresModifier

DécorationsModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Luc Le Vaillant, « L’exalté perpétuel. Francis Huster. Rencontre lyrique avec l'acteur qui vit pour s'enflammer sur scène à jamais et qui souhaite à chacun l'exaltation la plus grandiose », Libération N°11285, SARL Libération Paris, p.32, , (ISSN 0335-1793)

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Comme il le raconte dans Le livre de notre mère

RéférencesModifier

  1. a b c et d Luc Le Vaillant, « Francis Huster : l’exalté perpétuel » sur Libération, 4 septembre 2017
  2. a b et c Who's Who in France, éd. Jacques Lafitte, , p. 1165.
  3.   Muriel et Francis Huster, émission C'est de famille sur Europe 1, 9 août 2011.
  4. Jean-Yves Rogale, Francis Huster, Molière et les autres, Editions Mengès, , p. 91.
  5. Biographie de Francis Huster Fiche sur Cinéma Passion
  6. « Portrait de Francis Huster, écrit par Jeanne Rolland », sur http://www.artistikrezo.com, (consulté le 27 janvier 2015)
  7. Sasha Beckermann, « Francis Huster se confie sur son histoire d'amour ratée avec Isabelle Adjani », Closer,‎ (lire en ligne)
  8. « Montaigne ou Kouachi, Huster et Philippot n'ont pas la même vision des réfugiés », sur http://www.lexpress.fr, (consulté le 6 septembre 2017)
  9. Décret du 14 avril 2006 portant promotion et nomination
  10. Ordre des Arts et des Lettres
  11. Décret du 14 mai 2010 portant promotion et nomination

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :