Ouvrir le menu principal

Vergt-de-Biron

commune française du département de la Dordogne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vergt (homonymie).

Vergt-de-Biron
Vergt-de-Biron
La mairie de Vergt-de-Biron
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Dordogne
Arrondissement Bergerac
Canton Lalinde
Intercommunalité Communauté de communes des Bastides Dordogne-Périgord
Maire
Mandat
Nathalie Frigout
2014-2020
Code postal 24540
Code commune 24572
Démographie
Gentilé Vernois[1]
Population
municipale
196 hab. (2016 en augmentation de 7,1 % par rapport à 2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 38′ 02″ nord, 0° 50′ 32″ est
Altitude Min. 111 m
Max. 209 m
Superficie 16,17 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte administrative de la Dordogne
City locator 14.svg
Vergt-de-Biron

Géolocalisation sur la carte : Dordogne

Voir sur la carte topographique de la Dordogne
City locator 14.svg
Vergt-de-Biron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vergt-de-Biron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vergt-de-Biron

Vergt-de-Biron est une commune française située dans le département de la Dordogne, en région Nouvelle-Aquitaine.

Sommaire

GéographieModifier

La commune de Vergt-de-Biron se répartit en de multiples hameaux, le plus important étant celui de Labrame, situé aux sources de Labrame.

Le hameau de Vergt-de-Biron est constitué de l'église, de la mairie, de l'école et de quelques maisons.

Communes limitrophesModifier

Sur les huit communes limitrophes de Vergt-de-Biron, cinq sont dans le département de Lot-et-Garonne. Saint-Cassien au nord et Gavaudun au sud-est ne sont limitrophes que par un quadripoint.

ToponymieModifier

En occitan, la commune porte le nom de Al Vèrn[3].

HistoireModifier

En 1827, la commune de Biron s'agrandit par le rattachement des anciennes communes de Saint-Michel-de-Biron, Bertis-de-Biron, Saint-Cernin-de-Biron et Vergt-de-Biron. Ces trois dernières forment en 1840 la commune indépendante de Vergt-de-Biron[4].

Le , lors d'une opération contre le maquis engagée sur un front allant de Villeneuve-sur-Lot à Frayssinet-le-Gelat, des éléments de la 2e division SS Das Reich raflent 70 otages, qui sont enfermés à Vergt-de-Biron avant d'être envoyés à Agen. D'autres rafles et épisodes sanglants ont lieu le même jour à Lacapelle-Biron, Dévillac, Frayssinet-le-Gélat, Salles, Fumel, Monsempron-Libos et Montagnac-sur-Lède[5].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
mars 2001 mars 2008 Jacques Vassas    
mars 2008 mars 2014 Gérard Sureau SE Cadre à La Poste
mars 2014[6] En cours
(au 30 avril 2014)
Nathalie Frigout    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 196 habitants[Note 1], en augmentation de 7,1 % par rapport à 2011 (Dordogne : -0,09 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1841 1846 1851 1856 1861
293127264281715690617639543
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
501537518527517474419379360
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
396280294277256209214207188
1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016 -
171181190182189181191196-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

RemarqueModifier

En 1827, Vergt-de-Biron et trois autres communes fusionnent avec la commune de Biron. En 1840, elle reprend son indépendance, augmentée des territoires des anciennes communes de Bertis-de-Biron et Saint-Cernin-de-Biron, qui avaient également fusionné avec Biron.

ÉconomieModifier

EmploiModifier

En 2015[10], parmi la population communale comprise entre 15 et 64 ans, les actifs représentent 75 personnes, soit 38,9 % de la population municipale. Le nombre de chômeurs (sept) a diminué par rapport à 2010 (neuf) et le taux de chômage de cette population active s'établit à 9,5 %.

ÉtablissementsModifier

Au , la commune compte vingt-quatre établissements[11], dont neuf au niveau des commerces, transports ou services, cinq dans la construction, cinq dans l'agriculture, la sylviculture ou la pêche, trois dans l'industrie, et deux relatifs au secteur administratif, à l'enseignement, à la santé ou à l'action sociale[12].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'allée couverte du Point du Jour, ou de La Brame, édifiée à l'époque néolithique, est sans conteste le plus ancien monument de la commune.
  • Église Saint-Pierre-ès-Liens de Vergt-de-Biron[13]. Les murs romans avec des retouches gothiques sont repris au XIXe siècle. Le clocher-porche est moderne mais a été touché par la foudre.
    Le 21 mai 1944, 63 habitants de la commune furent enfermés et torturés dans cette église par les soldats allemands aidés par des Français. Trente personnes furent déportées et plusieurs ne sont pas revenues.
  • Église de Bertis[15] au hameau de Bertis, de style roman, avec clocher-mur et portail du XIVe siècle. Elle a été restaurée en 2007. C'est une ancienne paroisse qui était dédiée à saint Jean Baptiste.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Pierre Bellemare (1929-2018), animateur de télévision, a vécu à Vergt-de-Biron de 1999 jusqu'à sa mort[16].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Élisée Cérou, La commune de Vergt-de-Biron, canton de Monpazier, dans Cahier du Groupe archéologique de Monpazier, no 5 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. http://www.habitants.fr/habitants_vergt-de-biron_24572.html
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Le nom occitan des communes du Périgord sur le site du Conseil général de la Dordogne, consulté le 24 avril 2014.
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. L'affaire de Vergt-de-Biron et Lacapelle-Biron
  6. Union départementale des maires de la Dordogne, consultée le 10 septembre 2014.
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. Dossier complet - Commune de Vergt-de-Biron (24572) - Activités, emploi et chômage - tableaux EMP T2 et EMP T4 sur le site de l'Insee, consulté le 5 février 2019.
  11. « Établissement - Définition », sur Insee (consulté le 5 février 2019).
  12. Dossier complet - Commune de Vergt-de-Biron (24572) - Établissements actifs par secteur d'activité - tableau CEN T1 sur le site de l'Insee, consulté le 5 février 2019.
  13. Diocèse de Périgueux : Paroisse de Sainte-Marie des Bastides
  14. Jean-Pierre Verdon - Les églises romanes du Monpaziérois - pp. 64-66 - Groupe archéologique de Monpazier - (ISSN 0767-9475)
  15. Jean-Pierre Verdon - Les églises romanes du Monpaziérois - pp. 68-70 - Groupe archéologique de Monpazier - (ISSN 0767-9475)
  16. Thomas Mankowski et Daniel Bozec, « Bellemare le Périgordin », Sud Ouest édition Dordogne, 28 mai 2018, p. 13.