Montreuil-sur-Mer

commune française du département du Pas-de-Calais

Montreuil-sur-Mer
De haut en bas et de gauche à droite : La citadelle, les remparts, l'hôtel de Longvilliers, l'hôtel-Dieu, le monument au maréchal Douglas Haig, la rue du Clape-en-bas, l'hôtel du Maréchal d'Acary-de-la-Rivière et du canoë sur la Canche.
Blason de Montreuil-sur-Mer
Blason
Montreuil-sur-Mer
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
(sous-préfecture)
Arrondissement Montreuil
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
(siège)
Maire
Mandat
Pierre Ducrocq (DVD)
2020-2026
Code postal 62170
Code commune 62588
Démographie
Gentilé Montreuillois
Population
municipale
1 893 hab. (2021 en diminution de 11,25 % par rapport à 2015)
Densité 664 hab./km2
Population
agglomération
6 482 hab. (2021)
Géographie
Coordonnées 50° 27′ 53″ nord, 1° 45′ 47″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 43 m
Superficie 2,85 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Montreuil-sur-Mer
(ville-centre)
Aire d'attraction Montreuil-sur-Mer
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton de Berck
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Montreuil-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Montreuil-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
Montreuil-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Montreuil-sur-Mer
Liens
Site web ville-montreuil-sur-mer.fr

Montreuil-sur-Mer (appelée Montreuil avant le [1]) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France.

Malgré sa faible population (1 893 habitants au dernier recensement en 2021) et sa faible superficie, Montreuil-sur-Mer est une commune relativement importante puisqu'elle occupe le statut de sous-préfecture du département (aux côtés de grandes villes comme Calais, Boulogne et Lens) ainsi que celui de chef-lieu d'un arrondissement départemental regroupant 164 communes, parmi lesquelles certaines sont bien plus peuplées comme Berck et Étaples. Elle est la 5e sous-préfecture la moins peuplée de France et est l'une des rares sous-préfectures à ne pas faire partie des villes les plus peuplées de son département (Montreuil-sur-Mer est la 145e ville du Pas-de-Calais, ce qui constitue un record).

Ville typique à l'histoire riche, principalement connue pour ses fortifications et ses remparts datant des XIIIe et XVIe siècles, elle est devenue l'un des principaux lieux touristiques de la région et a reçu de nombreux labels.

Géographie modifier

Localisation modifier

 
Montreuil-sur-Mer à l'ouest du bassin de la Canche.

Montreuil-sur-Mer est une commune située dans le Pas-de-Calais, à 30 km au sud de Boulogne-sur-Mer[2], 40 km au nord d'Abbeville[3], 75 km à l'ouest d'Arras[4] et 180 km au nord de Paris[5] à vol d'oiseau.

Installé sur un promontoire dominant la Canche, à 13 km d'Étaples où celle-ci se jette dans la Manche[6], Montreuil-sur-Mer jouit d'une position géographique privilégiée. La commune est isolée des plateaux voisins par les vallons d'Écuires et de La Madelaine. Cette position naturelle de commandement lui donne une vocation défensive inévitable.

Bien que situé à plus de 10 km de la mer, Montreuil-sur-Mer fut pendant longtemps un port maritime de première importance. Les bateaux naviguaient sur la Canche jusqu'au port, qui ne permet plus aujourd'hui que la navigation de barques de pêche et de kayaks. Cette particularité explique le nom de Montreuil-sur-Mer. Ce fut même en 987 lors de l'accession au trône de France de Hugues Capet, le seul port de mer du domaine royal[7].

Appartenant historiquement à la Picardie, Montreuil-sur-Mer est rattaché au département du Pas-de-Calais en 1790, puis à la région Nord-Pas-de-Calais en 1972, et depuis le , à la région Hauts-de-France.

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de cinq communes :

Géologie et relief modifier

La superficie de la commune est de 285 hectares ; son altitude varie de 2 à 43 mètres[8].

Hydrographie modifier

 
La Canche.

Le territoire de la commune est situé dans le bassin Artois-Picardie.

La commune est traversée, de l'est vers l'ouest, par la Canche, un cours d'eau naturel de 100,22 km, qui prend sa source dans la commune de Gouy-en-Ternois et se jette dans la Manche entre Étaples et Le Touquet-Paris-Plage[9].

Climat modifier

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[10]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[11].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,5 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 12,9 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 843 mm, avec 12,6 jours de précipitations en janvier et 8,3 jours en juillet[10]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune du Touquet-Paris-Plage à 13 km à vol d'oiseau[12], est de 11,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 888,8 mm[13],[14]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[15].

Paysages modifier

La commune est située dans le « paysage montreuillois » tel que défini dans l’atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, conçu par la direction régionale de l'Environnement, de l'Aménagement et du Logement (DREAL)[Note 1],[16]. Ce paysage, qui concerne 98 communes, se délimite : à l’Ouest par des falaises qui, avec le recul de la mer, ont donné naissance aux bas-champs ourlées de dunes ; au Nord par la boutonnière du Boulonnais ; au sud par le vaste plateau formé par la vallée de l’Authie, et à l’Est par les paysages du Ternois et de Haut-Artois. Ce paysage régional, avec, dans son axe central, la vallée de la Canche et ses nombreux affluents comme la Course, la Créquoise, la Planquette…, offre une alternance de vallées et de plateaux, appelée « ondulations montreuilloises ». Dans ce paysage, et plus particulièrement sur les plateaux, on cultive la betterave sucrière, le blé et le maïs, et les plateaux entre la Ternoise et la Créquoise sont couverts de vastes massifs forestiers comme la forêt d'Hesdin, les bois de Fressin, Sains, Créquy[17].

Milieux naturels et biodiversité modifier

Espaces protégés et gérés modifier

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[18]. Dans ce cadre, la commune fait partie de deux espaces protégés et gérés (location, convention de gestion) par le Conservatoire d'espaces naturels des Hauts-de-France :

  • le marais de Montreuil d’une superficie de 12,528 hectares[19] ;
  • le marais de Beaumerie-Saint-Martin d’une superficie de 39,041 hectares[20] ;
  • les remparts de Montreuil d’une superficie de 29,661 hectares[21].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique modifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire.

Le territoire communal de la commune comprend deux ZNIEFF de type 1[Note 2] :

et une ZNIEFF de type 2[Note 3] : la basse vallée de la Canche et ses versants en aval d'Hesdin, d'une superficie de 12 059 hectares, altitude de 4 à 133 mètres[24].

Site Natura 2000 modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones spéciales de sonservation (ZSC) et de Zones de protection spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[25].

La commune fait partie des landes, mares et bois acides du plateau de Sorrus Saint-Josse, prairies alluviales et bois tourbeux en aval de Montreuil, zone de type B, d'une superficie de 60 ha, altitude de 4 à 60 mètres 50° 27′ 47″ N, 1° 42′ 40″ E[26].

Faune et flore modifier

L'inventaire national du patrimoine naturel permet de découvrir les espèces présentes[27], les espèces protégées[28] ainsi que le statut biologique (indigène, introduite dont envahissante…) des espèces recensées sur la commune[29].

Urbanisme modifier

Typologie modifier

Montreuil-sur-Mer est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[30],[31],[32].

Elle appartient à l'unité urbaine de Montreuil-sur-Mer, une agglomération intra-départementale regroupant neuf communes[33] et 6 482 habitants en 2021, dont elle est ville-centre[34],[35].

Par ailleurs, la commune fait partie de l'aire d'attraction de Montreuil-sur-Mer, dont elle est la commune-centre[Note 5]. Cette aire, qui regroupe une commune, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[36],[37].

Occupation des sols modifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des zones humides (29,4 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (14,3 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : zones humides intérieures (29,4 %), forêts (28,3 %), zones urbanisées (25,9 %), prairies (16,3 %), terres arables (0,2 %)[38].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[39].

Morphologie urbaine modifier

Un cadastre de la fin du XVIIIe siècle semble indiquer que la morphologie urbaine de Montreuil-sur-Mer n'a pas évolué depuis le milieu du XVIe siècle. La ville des Xe et XIe siècles semble s'être développée autour de deux sites religieux, les abbayes Sainte-Austreberthe et Saint-Walloy (aujourd'hui Saint-Saulve), et de deux sites castraux : la motte comtale et la motte royale. Au pied de la ville, au fond de l'estuaire de la Canche se trouvaient les activités portuaires. Le cœur religieux semble déjà protégé par des palissades de bois. À partir du XIIIe siècle, la ville s'agrandit considérablement vers le sud et l'est incluant la grand'place et le quartier des Garennes. Montreuil-sur-Mer est alors à son apogée, le rempart enveloppant un espace urbain de plus de 63 hectares. La guerre de Cent Ans et la peste noire mettront un terme à cette extension démographique. En 1537, la ville est rasée par les armées de Charles Quint. François Ier la fait reconstruire en 1542 mais lui fait subir une rétraction défensive. Ville-basse incluse, l'espace urbain se réduit alors à 48 hectares.

Lieux-dits, hameaux et écarts modifier

La commune est constituée de deux parties : le centre de la commune ou ville haute avec l'accès au sud par le Pied-de-bœuf et la ville basse, située au nord et constituée du quartier proche de la gare et des marais[40].

Logement modifier

En 2017, on dénombre à Montreuil-sur-Mer 1 331 logements se répartissant en 75,6 % de résidences principales, 9,5 % de résidences secondaires et 14,9 % de logements vacants, répartis en 738 maisons (55,4 %) et 591 appartements (44,4 %). En l'espace de cinq ans, entre 2012 et 2017, le nombre d'appartements a augmenté de 6,7 % soit + 37, et le nombre de maisons a augmenté de 1,5 % soit + 11.

Les constructions des résidences principales, jusqu'en 2015, s'échelonnent comme suit : 39,4 % ont été construites avant 1919, 12,2 % entre 1919 et 1945, 16,8 % entre 1946 et 1970, 19,6 % entre 1971 et 1990, 9,7 % entre 1991 et 2005 et 2,4 % de 2006 à 2014.

En 2017, parmi ces résidences principales, 56,5 % sont occupées par des locataires (dont 22,7 % pour des logements HLM loués vides), 42 % sont occupées par leurs propriétaires et 1,5 % par des occupants à titre gratuit[Insee 1].

Au , la commune disposait de 164 chambres dans trois hôtel « trois étoiles » et cinq « non classés », de 75 emplacements de camping-caravaning dans un « deux étoiles » et de 40 places de lit dans un hébergement collectif[Insee 2].

Projets d'aménagements modifier

Voies de communication et transports modifier

Voies de communication modifier

L'autoroute A16, reliant Paris à Dunkerque, passe à proximité de la commune, la desservant par le biais de la sortie no 25 (située à 9 km) en venant du sud, et no 26, (située à 11 km) en venant du nord.

Le territoire de la commune est également sur le trajet de plusieurs routes départementales, dont la RD 901, qui relie Boulogne-sur-Mer à Abbeville.

Transport ferroviaire modifier

La gare de Montreuil-sur-Mer, située sur la ligne de Saint-Pol-sur-Ternoise à Étaples, est desservie par des TER Nord-Pas-de-Calais entre les gares de Boulogne-Ville et Saint-Pol-sur-Ternoise, Arras ou Lille-Flandres. La Gare d'Étaples - Le Touquet, située à 10 km de Montreuil-sur-Mer, est desservie par des TGV et TERGV en direction de Lille-Europe et Paris-Nord.

La commune était située sur la ligne de chemin de fer Aire-sur-la-Lys - Berck-Plage, une ancienne ligne de chemin de fer qui reliait dans le département du Pas de Calais, entre 1893 et 1955, Aire-sur-la-Lys à Berck.

Transport aérien modifier

La commune est située à 17 km à l'est de l'aéroport du Touquet-Côte d'Opale.

Transports en commun modifier

La commune est desservie par la ligne 2 du réseau de transport de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM).

Elle est également desservie par deux lignes du réseau interurbain Oscar :

  • la ligne 431, d'Hucqueliers à Montreuil-sur-Mer
  • la ligne 432, d'Hesdin à Montreuil-sur-Mer[41].

Risques naturels et technologiques modifier

Risques naturels modifier

Le risque sismique est « très faible » sur l'ensemble du territoire communal (zone 1 sur 5 du zonage mis en place en )[42], la majorité des communes du Pas-de-Calais étant en risque « faible » (zone 2 sur 5).

La commune n'est pas exposée à un risque important d'inondation mais est soumise à un plan de prévention du risque inondation et à un programme de prévention (PAPI). Elle n'est exposée à aucun mouvement de terrain, une seule cavité souterraine est recensée et le potentiel radon est faible. L'exposition au retrait-gonflement des sols argileux dans la commune est avéré[43].

À la suite d'inondations et coulées de boue qui se sont produites le , la commune est reconnue en état de catastrophe naturelle par arrêté du [44].

En novembre 2023, à la suite du passage des tempêtes Ciarán, Domingos et Elisa, la ville basse est inondée[45] et une partie des remparts s'effondre[46]. Le , une autre partie des remparts, attenante à celle déjà tombée mi-novembre, s'effondre à son tour[47].

Risques technologiques modifier

La commune est à plus de 20 km d'une centrale nucléaire. Les centrales nucléaires françaises les plus proches, productrices de la grande majorité de l'électricité fournie à la commune, sont celles de Gravelines et Penly (chacune à environ 65 km au nord et au sud), à noter que la centrale de Dungeness, en Angleterre, est située à 75 km[43].

Toponymie modifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Monasteriolum (Xe et XIe siècles), Monsteriolum (1000), Mousterolum (1067), Mosterol (1113), Monsteruel (1150), Monstroil (1170), Mosterolum (1177), Mustorolum, Monstrul, Monasteriolum super mare (XIIe siècle), Monstruel (1203), Mustrolum (1205), Monstriolum (1213), Musterolium (1214), Monsterolium, Musterolum supra mare (1224), Musteriolum (1248), Moustroylium, Mustroylium (1256), Mosterolum (1257), Mousterqel, Mosterel (1257-1258), Monstruel, Mosterolium super mare (1260), Monstroil (1270), Mosteroil, Mosteroil (1286), Monsterouel (1289), Monsteroel-sur-le-mer (1291), Montereuil-dessus-la-mer, Mostruel, Monttereul (XIIIe siècle), Monsteriolum supra mare (1324), Monstruel (1326), Monstereuil, Monstruel-sur-mer (1329), Moustereuil (1330), Monstreuil (1331), Monstorel (1340), Monsterceul (1356), Moustrel-sur-le-mer (1366), Monsterel (1372), Monstreuel (1373), Monstroeul (1376), Moustreoel, Monsterrel (1377), Monstereull, Monsterel-sur-la-mer, Monsterueil (XIVe siècle), Monstroeuil (1408), Monstroeul (1424), Monstreeul (1477), Monstreulx (1479), Moustiere (1507), Monstrolum (1512), Montreuille (1655), Monstreuille (1670), Montagne-sur-mer (1793), Montreuil-sur-mer (1789)[48], Montreuil depuis 1793 et 1801[49] et Montreuil-sur-Mer à partir du [1].

 
Un panneau à l'entrée de la commune.

Officiellement nommé « Montreuil » de 1943 à 2023 et usuellement appelé Montreuil-sur-Mer, depuis la période médiévale, le nom officiel de la commune intégrant le « -sur-Mer » ne l’est que depuis le [1]. Rejeté par les services de l'État et par certains géographes à cause des 10 km qui séparent la commune de la mer, le « -sur-Mer » continuait d'être employé, en référence à l'histoire de la commune et pour la différencier de Montreuil dans le département de la Seine-Saint-Denis, elle-même appelée usuellement « Montreuil-sous-Bois ». Avant le rétablissement officiel du “-sur-Mer”, le nom de la commune était très fortement utilisé par les administrations et services publics (panneaux routiers, documents et cachet de la mairie, de la sous-préfecture, du tribunal, de l’office de Tourisme, de la gare et des services de la Poste ...). À l'inverse, Montreuil-sur-Mer (en Vendée) est devenu Montreuil en 1945.

Le suffixe « -sur-Mer » vient du port de Montreuil où les bateaux accostaient en remontant la Canche depuis la Manche. Montreuil-sur-Mer apparaît dans les sources en 898 sous la forme de Mosterio uel ingue ou Mosterio uel vigue interprété du latin médiéval sous la forme de « Montreuil-en-Vic » ou « le petit monastère sur le Vic ». Vic semble faire référence à l'agglomération portuaire carolingienne de Quentovic, autrefois située dans l'embouchure de la Canche. La mention supra mare ou super mare semble apparaître au XIIe siècle après la translation des activités portuaires à Montreuil. La terminaison supra mare apparait de temps en temps dans des chartes, documents, cartes des époques médiévales et modernes à l'image d'une charte de Louis VIII Actum apud Musterolum supra mare, c'est-à-dire littéralement « faite à Montreuil au-dessus de la mer »[réf. souhaitée]. Les comptes d'aides communaux de 1552 dénomment la ville Monstoeul sur la mer.

 
Monstoeul sur la mer, compte des aides de la ville, 1552.

La Révolution marque une courte rupture dans la dénomination de Montreuil-sur-Mer. En effet, la Convention nationale, sur une proposition municipale, décrète le 9 brumaire an II () que la commune de « Montreuil-sur-Mer » porterait le nom de « Montagne-sur-Mer ». Le (17 pluviôse de l'an III), le nom de Montreuil-sur-Mer est rétabli par le conseil général de la commune qui prend en considération les « difficultés qui résultent de ce changement » et que « le changement de nom a été demandé par des intrigants et qu'il est intéressant pour la jouissance et pour l'histoire de reprendre les noms qui ont été quittés »[50]. Si l'usage du « sur-Mer » semble peu fréquent aux époques antérieures, il se généralise à partir du XIXe siècle et est utilisé par Victor Hugo pour placer la première partie de son roman Les Misérables[51]. Pourtant, cette terminaison ne sera pas retenue en 1943.

Histoire modifier

Moyen Âge modifier

Montreuil est cité pour la première fois en 898[52] dans les Annales de Saint-Bertin et de Saint-Vaast.

Le château de Montreuil date du IXe siècle, il est alors la principale forteresse de la région. Sa construction est attribuée à Helgaud, comte de Boulogne[53] mais il semble plutôt s'agir d'Helgaud comte de Montreuil. Commence alors la carrière militaire de la ville qui verra se succéder au cours de six siècles de guerres médiévales de nombreuses constructions.

La ville devrait son nom à un « petit monastère » (monasterolium). On sait que quelque temps plus tard, après 913, les moines de Landévennec y trouvent refuge après la destruction de leur monastère par les Vikings et créent en 926 l'abbaye Saint-Walloy en l'honneur de saint Walloy, déformation locale du nom de saint Guénolé. Par la suite, la dédicace change, et l'établissement devient l'abbaye Saint-Saulve.

Le comte Helgaud semblait l'avoir déjà dotée d'une enceinte et d'un château comtal. Le duc Guillaume Longue-Épée l'enlèvera au comte Arnoul de Flandres pour le restituer à son seigneur, Herluin. Guillaume fera l'éloge des Normands du Cotentin lors du siège[54]. Dudon de Saint-Quentin raconte : « Le duc dit à ses soldats : venez promptement m'apporter les planches de la palissade du château de Montreuil et me conduisez prisonniers ses défenseurs qui nous résistent. Et ils enlevèrent d'assaut le château devant Guillaume et lui amenèrent les poteaux du mur en même temps que les prisonniers »[55].

En 980, Montreuil est rattaché aux possessions du duc Hugues Capet. Sept ans plus tard, ce dernier élu roi des Francs, la ville est intégrée au domaine royal.

En 988, Hugues Capet fait de Montreuil le seul port de mer de la monarchie française, héritier du port Quentovic[56].

En 1091, le roi de France Philippe Ier, lassé de son épouse Berthe de Hollande, la fait enfermer au château de Montreuil, qui fait partie de la dot reçue par Berthe (elle est la belle-fille du comte de Flandre Robert le Frison). Berthe sera répudiée en 1092, Philippe souhaitant épouser Bertrade de Montfort et meurt à Montreuil en 1093[53].

 
Deux tours du château royal élevé par Philippe Auguste.

En 1188, Philippe Auguste accorde une charte communale. Au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste, afin de protéger cette façade maritime de premier plan édifie un puissant château royal dont il reste aujourd'hui des éléments significatifs.

Les nombreuses reliques, si pieusement vénérées au Moyen Âge et que détenaient ses nombreux lieux de cultes, attiraient les pèlerins et conféraient à la ville un caractère de sainteté. À l'époque, la ville comptait plus de 10 000 habitants, soit largement plus que de nos jours.

La ville exportait alors ses draps dont la renommée rivalisait jusqu'en Italie avec ceux de Flandre ou d'Artois (on disait du montreuil comme on dit aujourd'hui du tulle).

En 1435, Montreuil passe dans les possessions des Bourguignons par le traité d'Arras.

En 1467, une catastrophe naturelle provoque l'effondrement d'au moins six édifices religieux. On ne sait pas aujourd'hui s'il s'agit d'un tremblement de terre ou un effondrement de couches souterraines.

À la fin du Moyen Âge, l'ensablement de la Canche entraîne le déclin de la ville. Le commerce maritime périclite, la ville se retranche sur elle-même.

Temps modernes modifier

 
Vue de la citadelle, 1634, dessin de Christophe Tassin, bibliothèque Carnegie (Reims).

En , les troupes de Charles Quint et d'Henri VIII mettent le siège au pied de Montreuil. Contrainte de se rendre, la ville est en grande partie détruite.

La peste noire frappe la ville en 1596.

En 1567, Charles IX ordonne l'édification d'une citadelle sur l'emplacement de l'ancien château du XIIIe siècle. Vers 1670, Vauban perfectionne l'œuvre de ses prédécesseurs en remaniant la citadelle et en y ajoutant un magasin à poudre et un arsenal.

Au XVIIIe siècle, malgré l'ensablement de la Canche et le déclin du port, la prospérité de la ville lui permet de se parer de nombreux hôtels particuliers.

Révolution française et Empire modifier

 
Montreuil en 1792, d'après Brion de la Tour.
 
Le monument aux morts.
.

Le flanc droit (vu du côté anglais, Montreuil étant au sud de Boulogne) du camp de Boulogne est installé à Montreuil en 1803 et redonne à la ville un peu d'animation. Les maréchaux Soult et Ney y ont leur quartier général.

Époque contemporaine modifier

Au XIXe siècle, une partie des bas-remparts est détruite afin de permettre le passage de la ligne de chemin de fer Arras-Étaples, mise en service le [57],[58].

Montreuil tombe alors pour plus d'un siècle dans une léthargie que seule devait troubler, pendant la Première Guerre mondiale, la présence dans ses murs du grand quartier général britannique sous le commandement du maréchal Douglas Haig[59].

Montreuil est citée à deux reprises dans la littérature : Lawrence Sterne, qui a visité la ville en 1765, a raconté sa visite dans son roman Voyage sentimental à travers la France et l'Italie. Montreuil est également le théâtre d'une grande partie de la première partie du roman de Victor Hugo Les Misérables. Le personnage principal du roman, Jean Valjean, y possède une grande usine qui a fait la prospérité de la ville dont il est devenu le maire. Cette usine et la longue tradition d'une industrie de verroteries noires à Montreuil n'existent que dans l'imagination de Victor Hugo. Montreuil est le théâtre de l’essentiel du conflit entre Valjean et Javert. C’est également la ville natale de Fantine, la mère de Cosette.

Politique et administration modifier

Découpage territorial modifier

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais et en est le chef-lieu.

Commune et intercommunalités modifier

Montreuil-sur-Mer fait partie, depuis le , de la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) dont le siège y est basé.

Circonscriptions administratives modifier

La commune faisait partie du canton de Montreuil. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle est rattachée au canton de Berck, qui est alors modifié, passant de 10 à 31 communes[60].

Circonscriptions électorales modifier

Pour l'élection des députés, la commune fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautaires modifier

Le conseil municipal de Montreuil-sur-Mer, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[61], pour un mandat de six ans renouvelable[62]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 19[63]. Les 15 conseillers municipaux, issus de la liste conduite par Pierre Ducrocq (DVD), sont élus au premier tour avec un taux de participation de 32,03 % et les 4 conseillers municipaux de la liste conduite par Bruno Béthouart (DVD) complètent le conseil municipal[64].

Dans les communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire[65]. Les deux sièges attribués à la commune au sein de la CA2BM sont élus dès le premier tour et issus de la liste menée par Pierre Ducrocq (DVD)[64].

Liste des maires modifier

Depuis l'après-guerre, six maires se sont succédé à la tête de la commune.

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
mai 1945 1962 Pierre Ledent DVD Docteur en pharmacie
octobre 1962 mars 1965 Henri Flament   Gérant de société
mars 1965 novembre 1972 Pierre Ledent DVD Docteur en pharmacie
Décédé en fonction
décembre 1972 mars 2008 Bernard Pion[66] RPR
puis UMP
Commerçant en produits agricoles
Conseiller régional du Nord-Pas-de-Calais(1986 → 1992)
Conseiller général de Montreuil(1992 → 2015)
mars 2008 avril 2014 Bruno Béthouart DVD Professeur des universités
Président de la CC du Montreuillois(2008 → 2014)
avril 2014[67],[68] mai 2020 Charles Barège UDI Médecin
Président de la CC du Montreuillois(2014 → 2016)
mai 2020 En cours
(au 30 mars 2022)
Pierre Ducrocq DVD Chef d'entreprise[69],[70],[71]

Jumelages modifier

La commune est jumelée avec :

 
Jumelages et partenariats de Montreuil-sur-Mer. 
Jumelages et partenariats de Montreuil-sur-Mer. 
VillePaysPériode
 Rheinberg[72] Allemagnedepuis
Slough[72] Royaume-Unidepuis

Équipements et services publics modifier

Eau et déchets modifier

Prélèvements en eau et usages modifier

En 2018, la commune n'a prélevé aucune eau sur son territoire[73].

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectif modifier

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) est compétente en matière de gestion, production et distribution de l'eau potable de la commune en gestion déléguée. Elle gère également l'assainissement collectif en gestion déléguée et l'assainissement non collectif géré en régie[74].

Tarifs de l'eau modifier

Au les tarifs sont les suivants :

  • eau potable, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 1,98  ;
  • assainissement collectif, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 3,43 .
  • Assainissement non-collectif, pour un diagnostic de bon fonctionnement et d'entretien, le montant facturé est de 100 [74].

Gestion des déchets modifier

La gestion des déchets est organisée par la CA2BM[75].

La commune est à proximité de la déchèterie de Beaumerie-Saint-Martin (3 km)[76].

Espaces publics modifier

La commune de Montreuil-sur-Mer fait partie des 100 plus beaux détours de France[77]. La ville est labellisée par la Fédération française des stations vertes de vacances et des villages de neige comme Station verte[78].

Le , la commune est reconnue par arrêté préfectoral station touristique. En 2016, la commune est retenue pour représenter la région Hauts-de-France dans l'émission Le Village préféré des Français diffusé sur France 2[79] et arrive en deuxième position, derrière Rochefort-en-Terre en Bretagne.

Montreuil-sur-Mer bénéficie du label « ville fleurie » avec quatre fleurs attribuées depuis 2007 par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[80]. La ville est également la seule Station verte labellisée du département du Pas-de-Calais[81].

L'office de tourisme intercommunal du Montreuillois en Côte d'Opale assure la promotion touristique de la ville.

Enseignement modifier

La commune de Montreuil-sur-Mer est située dans l'académie de Lille.

Sur la commune, on trouve trois établissements :

  • deux établissements publics :
    • le collège du Bras d'Or, 160 rue du Bras-d'Or,
    • le lycée polyvalent Eugène-Woillez, 1 rue Porte-Becquerelle.
  • Un établissement privé :
    • le collège Sainte-Austreberthe, 22 rue de la Licorne[82].

Postes et télécommunications modifier

La commune dispose d'un bureau de poste situé 11, place Gambetta.

Santé modifier

Les Montreuillois bénéficient des services du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (CHAM), situé à Rang-du-Fliers, à 10 km. Cet établissement né en 1980 s'est agrandi depuis, particulièrement en septembre 2009. Il s'est étendu et offre aujourd'hui plus de neuf cent lits et places[83].

Justice, sécurité, secours et défense modifier

Justice modifier

La commune relève du tribunal de proximité de Montreuil-sur-Mer, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel d'Amiens et de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer et du tribunal paritaire des baux ruraux de Boulogne-sur-Mer, Calais et Montreuil[84].

Sécurité modifier

La commune est sous la compétence territoriale de la brigade de gendarmerie située au no 567 rue de Paris à Écuires. Elle dispose également, d'une police municipale, dont les bureaux sont situés au no 14, place Gambetta[85],[86].

Secours modifier

La commune est sous la responsabilité du centre d'incendie et de secours (CIS) de Montreuil-sur-Mer, situé au no 130, Chaussée-Marcadée[87].

Population et société modifier

Démographie modifier

Les habitants de la commune sont appelés les Montreuillois'[88].

Évolution démographique modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[89]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[90].

En 2021, la commune comptait 1 893 habitants[Note 6], en diminution de 11,25 % par rapport à 2015 (Pas-de-Calais : −0,76 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
3 2163 5293 8534 1444 0833 8674 2153 9533 939
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 5783 6863 6553 6493 4733 3523 2973 6033 567
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 5643 5353 4043 1822 8232 8473 0372 7283 253
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
2 9202 9442 8402 7532 4502 4282 3312 3002 148
2018 2021 - - - - - - -
1 9521 893-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[49] puis Insee à partir de 2006[91].)
Histogramme de l'évolution démographique

Avec 1 893 habitants, Montreuil occupe seulement le 145e rang des communes du département du Pas-de-Calais, ce qui constitue le record pour une sous-préfecture en France.

Pyramide des âges modifier

La population de la commune est relativement âgée. En 2018, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (37,6 %) est en effet supérieur au taux national (26,1 %) et au taux départemental (24,9 %).

À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (55,1 %) est même supérieur au taux départemental (51,5%) et au taux national (51,6 %)[Insee 3],[Insee 4].

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2018, la suivante :

  • 44,9 % d’hommes (0 à 14 ans = 15,4 %, 15 à 29 ans = 17,2 %, 30 à 44 ans = 18,7 %, 45 à 59 ans = 16,4 %, plus de 60 ans = 32,2 %) ;
  • 55,1 % de femmes (0 à 14 ans = 13 %, 15 à 29 ans = 13,9 %, 30 à 44 ans = 15,1 %, 45 à 59 ans = 16 %, plus de 60 ans = 42 %).
Pyramide des âges à Montreuil en 2018 en pourcentage[Insee 5]
HommesClasse d’âgeFemmes
1,9 
90 ans ou +
5,6 
8,8 
75 à 89 ans
15,2 
21,5 
60 à 74 ans
21,2 
16,4 
45 à 59 ans
16 
18,7 
30 à 44 ans
15,1 
17,2 
15 à 29 ans
13,9 
15,4 
0 à 14 ans
13 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2018 en pourcentage[Insee 6]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
1,5 
5,4 
75 à 89 ans
8,9 
15,9 
60 à 74 ans
17,3 
20,2 
45 à 59 ans
19,4 
19,1 
30 à 44 ans
18,2 
18,6 
15 à 29 ans
16,3 
20,3 
0 à 14 ans
18,3 

Manifestations culturelles et festivités modifier

La commune, pendant juillet et août, propose une grande diversité de manifestations et de festivités, comme des visites guidées, des concerts, des expositions, des festivals et les déambulations des Misérables, en référence à l'ouvrage Les Misérables de Victor Hugo dont une partie se déroule à Montreuil-sur-Mer[92].

Depuis 1996, l’office de tourisme de Montreuil-sur-Mer et ses Vallées fait découvrir la plus célèbre œuvre de Victor Hugo à travers son spectacle son et lumière « Les Misérables à Montreuil-sur-Mer ». Ce spectacle, d'une durée d'h 40 qui se déroule à la citadelle de Montreuil-sur-Mer, attire 10 000 spectateurs au travers de ses huit représentations données par 300 bénévoles. Les spectacles de 2020 et 2021 sont annulés en raison de la pandémie de Covid-19[93],[94].

Sports et loisirs modifier

Sentiers de randonnée modifier

La commune est traversée par le sentier de grande randonnée 121 (GR 121) qui relie Wavre, en région wallonne (Belgique) à Boulogne-sur-Mer, dans le département du Pas-de-Calais (France)[95],[96].

Par ailleurs, il existe de nombreuses randonnées balisées dans et autour de Montreuil-sur-Mer[97].

Autres loisirs modifier

La commune de Montreuil-sur-Mer est voisine du parc d'attractions Bagatelle (13 km), plus vieux parc français, qui existe depuis 1955, composé de 34 attractions et qui s'étend sur 26 hectares, parc situé sur la commune de Rang-du-Fliers. Ce parc a attiré 316 000 personnes en 2018.

Vie associative modifier

La commune dispose de nombreuses associations, sportives, culturelles et autres[98].

Cultes modifier

La commune dispose de deux lieux de culte, l'église Saint-Josse-au-Val, 1 rue des Préaux et l'église Saint-Saulve, 16 place Gambetta.

Le territoire de la commune est rattaché à la paroisse de « Saint Josse en montreuillois » au sein du doyenné de Berck-Montreuil, dépendant du diocèse d'Arras. Ce doyenné couvre 68 communes[99].

Médias modifier

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Montreuillois[100].

La commune est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais. Jusqu'en 2014, on pouvait également recevoir les programmes d'Opal'TV. Actuellement, la commune est également couverte par BFM Grand Littoral[101].

Économie modifier

Revenus de la population et fiscalité modifier

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage est de 19 830 , pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 .

En 2018, 55 % des foyers fiscaux ne sont pas imposables[Insee 7].

Emploi modifier

La commune appartient à l’unité urbaine de Montreuil-sur-Mer, à l’aire d'attraction des villes de Montreuil-sur-Mer, à la zone d’emploi de Berck et au bassin de vie de Montreuil-sur-Mer[Insee 8].

En 2018, dans la catégorie des 15 à 64 ans, la commune est composée de 28,3 % d'inactifs (25,7 % pour la métropole), qui se décompose en retraités et pré-retraités (10,3 %) et élèves, étudiants et stagiaires non rémunérés (8 %) et autres inactifs (10 %).

En 2018, le taux de chômage est de 15,4 % (16 % en 2013), les femmes représentent 54,9 % des chômeurs. Sur 100 actifs, 64 travaillent dans une autre commune que leur commune de résidence[Insee 9].

Entreprises et commerces modifier

Au , Merlimont comptait 177 établissements : 3 dans l'agriculture, sylviculture et pêche, 7 dans l'industrie, 3 dans la construction, 128 dans le commerce, transports et services divers dont 30 dans le commerce et réparation automobile et 36 dans l'administration publique, enseignement, santé, action sociale[Insee 10].

En 2020, 24 entreprises ont été créées[Insee 11].

Un marché de plein-air se déroule tous les samedis, de h à 13 h, sur la Grand-Place[102].

Culture locale et patrimoine modifier

Lieux et monuments modifier

Monuments historiques modifier

La commune de Montreuil est riche de 16 monuments ayant fait l'objet d'une inscription ou d'un classement au titre des monuments historiques[103] :

Autres monuments et lieux modifier

Architecture civile modifier
  • Mairie (XVIIIe – XIXe siècles).
  • Musée d'Art et d'Histoire Roger-Rodière.
  • Place Darnétal.
  • Place du Général-de-Gaulle.
  • La rue du Clape-en-Bas où se trouvent de petites maisons typiques du XVIIIe siècle (inscrites aux monuments historiques) occupées aujourd'hui par des artisans d'art et des restaurateurs.
  • Gare de Montreuil-sur-Mer.

On dénombre une quarantaine d'hôtels particuliers construits entre 1730 et la fin du XIXe siècle. Certains quartiers étaient privilégiés par les bâtisseurs, au point d'être comparés par Victor Hugo à un « petit faubourg Saint-Germain »[104].

  • La maison dite « Farmer » ou hôtel de la fontaine Solare, située au 98 rue Pierre-Ledent, au bord du parvis Saint-Firmin.
  • Hôtel Guéroult de Boisrobert, située au 6 parvis Saint-Firmin.
  • Hôtel de la fontaine d'Hémencourt, située au 119 parvis Saint-Firmin.
  • Hôtel de Jacquemin de Châteaurenault et de Rougeat, située au 101 parvis Saint-Firmin.
  • Hôtel d'Hurtrel d'Arboval situé au numéros 84-46 du parvis Saint-Firmin.
Patrimoine militaire modifier
  • Citadelle, Remparts, enceintes urbaines de 8 km linéaire de fortification, en ville haute (2 700 m de promenade) et ville-basse, bastions (classés aux monuments historiques).
  • Poudrières.
  • Porte de Boulogne.
  • Souterrains allemands (inscrits aux monuments historiques) et blockhaus.
Patrimoine industriel modifier
  • Moulins du Bascon.
  • Ancienne manufacture à tabac.
  • Ancienne halle aux grains construite en 1821 (et requalifiée en théâtre à l'italienne depuis 1913).
Patrimoine religieux modifier
Construite au XIIe siècle, l'abbatiale de l'abbaye Saint-Saulve de Montreuil occupe l'emplacement d'un monastère plus ancien dédié à saint Walloy (déformation locale du nom de saint Guénolé), fondé par les moines bretons de Landévennec en 926.
Dans ses dispositions initiales, l'édifice présentait un plan caractéristique des églises de pèlerinage avec chœur à déambulatoire et chapelles rayonnantes.
Reconstruite après la catastrophe naturelle de 1467, l'église est incendiée lors du siège de 1537 et perd définitivement son chœur, son transept et l'étage de ses fenêtres hautes.
Dernier vestige de l'édifice du XIIe siècle, le bloc de façade est constitué d'une tour massive coiffée d'un clocher à lanternon au XVIIIe siècle. Son portail sculpté a été exécuté après 1467.
  • Ancien Hôtel-Dieu et chapelle Saint-Nicolas.
L'Hôtel-Dieu fut fondé vers 1200 par le sire Gauthier de Maintenay avec pour mission d'accueillir les pèlerins et les malades. Un premier lieu de culte est érigé vers 1370 puis réédifié vers 1428. En 1467, une catastrophe naturelle provoque l'effondrement de la chapelle. Elle sera réédifiée en 1472[105].
En 1537, la toiture est refaite à la suite des dégâts réalisés par les troupes des Impériaux qui annexent la ville.
Les bâtiments se dégradent et la chapelle est reconstruite intégralement entre 1871 et 1874 par l'architecte hesdinois Clovis Normand, qui lui donne ce style gothique flamboyant qu'on lui connaît aujourd'hui.
La chapelle de l'Hôtel-Dieu est dotée de vitraux du XIXe ainsi que de boiseries du XVIIIe siècle. Elle est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 2000.
  • Ancienne abbaye Sainte-Austreberthe.
L'abbaye Sainte-Austreberthe fut fondée autour du Xe siècle par les religieuses de Pavilly fuyant les invasions Vikings et apportant avec elles les reliques d'Austreberthe. Largement remaniée au XVIIIe siècle, la congrégation est dispersée après la Révolution française. De ce monastère reste la chapelle et le cloître, aujourd'hui partie intégrante du lycée Eugène-Woillez. Son trésor est conservé aujourd'hui dans l'abbatiale Saint-Saulve. Il compte parmi les plus prestigieuses collections d'orfèvrerie médiévale du Nord de la France.
  • Ancien orphelinat et chapelle Saint-Simon Saint-Jude.
Ancien orphelinat situé rue du Paon, il dépendait des hospices civils de Montreuil. Les bâtiments du XIXe siècle ont toujours pour vocation d'accueillir des enfants car occupé par l'école communale maternelle et primaire « Les remparts ». La chapelle du XVIIIe siècle, non affectée aux cultes, est destinée à la vie associative.
  • Église Saint-Josse-au-Val.
La plus ancienne mention de l'église Saint-Josse-au-Val date de 1042. On ignore la date de construction de cet édifice. Dédiée à saint Josse, l'église s'est dotée en 1899 d'un très beau maître-autel en marbre de Carrare, sculpté par Louis Noël, sur lequel sont reproduites deux scènes de la légende de ce saint ermite.
  • Église Saint-Wulphy.
  • Église Saint-Jacques.
Située place Saint-Jacques, il s'agit d'une ancienne église paroissiale médiévale, aujourd'hui transformée en habitation. Sa cloche du XVe siècle est conservée dans l'église d'Écuires.
  • Les églises paroissiales disparues :
    • l'église Saint-Pierre. Les ruines sont perceptibles dans le parc de l'hôtel restaurant « Le Château de Montreuil » ;
    • l'église Notre-Dame en Darnétal : elle était la principale paroisse de la ville avant 1789. En 1467, une catastrophe naturelle cause son effondrement. C'est l'abbé de Saint-Saulve, Guillaume de la Pasture, qui pose la première pierre du nouvel édifice le . La Révolution française et la diminution de la population montreuilloise sonnent le glas de cette église paroissiale. Notre-Dame-en-Darnétal est désaffectée avant d'être rasée en 1806. La place Darnétal correspond à l'emprise foncière de l'édifice ;
    • l'église Saint-Firmin. Ruines du portail perceptibles dans l'enceinte d'une propriété privée située parvis Saint-Firmin ;
    • l'église Saint-Josse en les murs.

Patrimoine culturel modifier

Lieux liés à la culture modifier

  • Théâtre-cinéma : cette salle d'une capacité de 300 personnes[106] est à la fois une salle de spectacle vivant et de cinéma. Depuis 1989, la compagnie de théâtre Les Malins Plaisirs propose une programmation de théâtrale professionnelle dans le « Goût Français » ;
  • Musée d'Art et d'Histoire Roger-Rodière : fait découvrir la riche histoire de la ville dans un environnement patrimonial et naturel préservé.

La commune dans les arts modifier

  • Victor Hugo situe une partie de l'action de son roman Les Misérables à Montreuil-sur-Mer. Son héros, Jean Valjean, devient un riche industriel puis le maire de la commune sous le nom de monsieur Madeleine.

Des scènes de films et de téléfilms ont été tournées à Montreuil-sur-Mer :

Personnalités liées à la commune modifier

Nées à Montreuil-sur-Mer modifier

Ayant habité ou étant passées à Montreuil-sur-Mer modifier

  • Michel Ney (1769-1815), commandant du camp de Montreuil en 1803.
  • Victor Hugo (1802-1885), de passage à Montreuil le , lors d'un voyage dans le Nord en compagnie de sa maîtresse Juliette Drouet, immortalise la ville en y situant de nombreuses scènes de son roman Les Misérables. Il invente monsieur Madeleine qui en devient le maire en 1820 et qui n'est autre que Jean Valjean, ex-bagnard. Il en fait aussi la ville natale de Fantine qui y meurt en 1823. Le nom de Jean Valjean vient d'une ferme appelée Val près de Bois-Jean.
  • Paul Perrochaud (1816-1879), est un médecin installé pendant plusieurs années à Montreuil, il y pratique également une action bénévole en faveur des déshérités[113].
  • Émile Lavezzari (1832-1887), il s'installe comme architecte et réalise l'éclairage au gaz de la commune[114].
  • Ernest Parton (1845-1933), artiste peintre américain.
  • George de Lhomel (1855-1924), maire de Montreuil et grand historien de Montreuil et du Ponthieu.
  • Douglas Haig (1861-1928), commandant-en-chef du grand quartier général britannique pendant la Première Guerre mondiale. Sa statue équestre, sculptée par Paul Landowski, orne la place du Général-de-Gaulle depuis 1931.
  • Henry Golden Dearth (1864-1918), artiste peintre américain qui possède une maison et un atelier à Montreuil.
  • Frits Thaulow, peintre norvégien en résidence à Montreuil-sur-Mer dans les années 1890
  • Fred Mayor (1865-1916), peintre anglais installé au 91, Grande-Rue. Deux de ses enfants sont nés à Montreuil.
  • Harry Allis (1870-1938), artiste peintre américain
  • Harry Van der Weyden, peintre américain, en résidence propriétaire de l'Hôtel Acary de la Rivière de 1900 à 1916.
  • André Derain peintre cubiste de passage à Montreuil-sur-Mer en 1909.
  • Charles Lovy (1880-1903), militaire, fut enfant de troupe à l’école militaire de Montreuil.
  • Philippe de Hauteclocque (1902-1947), futur maréchal Leclerc, stationna avec l'état-major de la 4e D.I. au printemps 1940.

Mortes à Montreuil-sur-Mer modifier

Héraldique, logotype et devise modifier

Armoiries modifier

  Blason
D'or à deux fasces d'azur, au chef du même chargé de trois fleurs de lys aussi d'or[115].
Devise
Fidelissima picardorum natio « La plus fidèle nation des Picards »
Détails
Armes de la ville depuis le début du XVIIe siècle.

Adopté par la municipalité.

Devise modifier

La devise de Montreuil-sur-Mer est fidelissima picardorum natio qui signifie « La plus fidèle nation des Picards » et aurait été attribuée à la ville par Henri IV en 1606 lors de sa visite de la ville[116]. Montreuil-sur-Mer fut une commune de la Picardie dite « historique », qui s'étendait jusqu'à Calais.

Pour approfondir modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie modifier

  • Bruno Béthouart, Histoire de Montreuil-sur-Mer, Étaples, Le Touquet-Paris-Plage : du Val de Canche à la Côte d'Opale, Toulouse, Éd. Privat, coll. « Histoire des villes », , 255 p. (ISBN 2-7089-8341-5, BNF 40167239, SUDOC 103248021)
  • Bruno Béthouart (dir.), Histoire de Montreuil-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer, Les Ecrits du nord, , 255 p. (ISBN 978-2-917698-16-7, BNF 41407394, SUDOC 131940287)
  • Florentin Lefils et Hyacinthe Dusevel (annotations par), Histoire de Montreuil-sur-Mer et de son château, Abbeville/Montreuil, René Housse imprimeur-éditeur/Eugène Duval libraire-relieur, , VIII-348 p. (lire en ligne)
  • Florentin Lefils, Petite Histoire de Montreuil-sur-Mer, 1860 ; rééd. Ed. PyréMonde, Cressé, 2011.
  • J. Lestoquoy, Les origines de Montreuil-sur-mer, Revue du Nord, tome 30, n°118-119, Avril-. p. 184–196 (lire en ligne)
  • Georges de Lhomel
    • La Vicomté de Montreuil-sur-Mer, 1904 ; rééd. Ed. PyréMonde, Cressé, 2011.
    • Administration municipale ; édits de police de la ville de Montreuil-sur-Mer, 1419-1519, Abbeville, Lafosse, 1901.
    • Armorial des maires de la ville de Montreuil-sur-mer, Montreuil-sur-mer : Impr. Notre-Dame des Près, 1900.
    • Chartes inédites concernant les abbayes de Saint-Josse-sur-Mer et de Saint-Saulve de Montreuil, Abbeville : Imprimerie du « Cabinet historique de l'Artois et de la Picardie », 1888.
    • Documents pour servir à l'histoire de Berck, Abbeville, Impr. A. Lafosse, 1913.
    • Documents pour servir à l'histoire de Montreuil-sur-Mer de 1789 à 1830, Abbeville, Impr. A. Lafosse, 1905-08.
    • Journal de la révolution à Montreuil-sur-Mer, Abbeville, La Fosse, 1905-.
    • La garnison de Montreuil-sur-Mer (1872-1880), Abbeville : Vve Lafosse, 1914.
    • La vicomté de Montreuil-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer : C. Delambre, 1904 (lire en ligne).
    • Le cartulaire de la ville de Montreuil-sur-Mer, Abbeville, Impr. Lafosse et cie, 1904 (lire en ligne).
    • Le bailliage de Montreuil-sur-Mer, ses principaux officiers (1360-1790), Abbeville, Impr. Lafosse et cie, 1903.
    • 'Le livre d'or de la municipalité montreuilloise, Abbeville, Impr. Lafosse et cie, 1904.
    • Les Frères des écoles chrétiennes à Montreuil-sur-Mer, 1824-1900, Abbeville : Lafosse et Cie., 1905.
    • Les gardes du scel royal à Montreuil-sur-Mer, Abbeville : Fourdrinier et Cie, 1897.
    • Les Montreuillois dans l'armée, Abbeville, Impr. A. Lafosse, 1911.
    • Les Montreuillois dans l'armée, Abbeville, A. Lafosse, 1905.
    • Les potiers de Montreuil-sur-Mer, Paris : Secrétariat de l'Association, 1899.
    • Note sur un bas-relief de l'Église de Sorrus (XVIe siècle), Arras, Imprimerie moderne, 1902.
    • Notes généalogiques sur plus de douze cents familles des comtés de Ponthieu et de Montreuil, Abbeville, P. Prévost, 1887.
    • Séjours de souverains & de princes à Montreuil-sur-Mer, Montreuil-sur-Mer : Imprimerie C. Delambre, 1903.
  • Auguste de Loisne, La maladrerie du Val de Montreuil : histoire et cartulaire, Abbeville : Lafosse et Cie, 1903. (lire en ligne)
  • Henri Potez, Montreuil-sur-mer : guide du touriste, Montreuil : Henry, 1929. (lire en ligne)
  • Philippe Valcq (d), Hôtels Particuliers de Montreuil-sur-Mer et leurs salons, imprimerie Pierre Trollé à Buire-le-Sec, 2022[117].

Articles connexes modifier

Liens externes modifier

Notes et références modifier

Notes modifier

  1. La DREAL distingue, dans la région Nord-Pas-de-Calais, quatre grandes familles de paysages : ceux du Haut Pays, Bas Pays, Littoraux et d’interface. Ces grandes familles de paysages comprennent 21 grands paysages régionaux.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Références modifier

Insee modifier

  1. « Dossier complet commune de Montreuil (62588) en 2017, rubrique Logement en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  2. « Dossier complet commune de Montreuil (62588) rubrique Tourisme au 1er janvier 2021 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  3. « Recensement de la population française en 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  4. « Recensement de la population du Pas-de-Calais en 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. « Évolution et structure de la population à Montreuil-sur-Mer en 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  6. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  7. « Dossier complet - commune de Montreuil - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. « Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. « Dossier complet - commune de Montreuil - EMP T1, EMP T4 et ACT T4 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  10. « Dossier complet - commune de Montreuil - RES T1P - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  11. « Dossier complet - commune de Merlimont - DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2020 », sur le site de l'Insee (consulté le ).

Autres sources modifier

  1. a b et c « Décret n° 2022-1225 du 12 septembre 2022 portant changement du nom de communes », sur Légifrance (consulté le ).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Montreuil-sur-Mer et Boulogne-sur-Mer », sur www.voldoiseau.com (consulté le ).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Montreuil-sur-Mer et Abbeville », sur www.voldoiseau.com (consulté le ).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Montreuil-sur-Mer et Arras », sur www.voldoiseau.com (consulté le ).
  5. « Distance à vol d'oiseau entre Montreuil-sur-Mer et Paris », sur www.voldoiseau.com (consulté le ).
  6. © les contributeurs d’OpenStreetMap, « Distance par la route entre Montreuil-sur-Mer et Étaples », sur le site OpenStreetMap (consulté le ).
  7. Anthony Bernard, La citadelle de Montreuil-sur-Mer p. 6.
  8. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  9. Sandre, « Fiche cours d'eau - Canche (E54-003-) » (consulté le ).
  10. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  11. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  12. « Orthodromie entre Montreuil-sur-Mer et Le Touquet-Paris-Plage », sur fr.distance.to (consulté le ).
  13. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  14. « Station Météo-France « Le-Touquet » (commune du Le Touquet-Paris-Plage) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  15. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  16. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Synthèse des grandes familles de paysages et des paysages régionaux qui la composent » [txt], sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  17. DREAL, « atlas des paysages de la région Nord - Pas-de-Calais : Paysages montreuillois », sur hauts-de-france.developpement-durable.gouv.fr (consulté le ).
  18. « Les espaces protégés. », sur le site de l'INPN (consulté le ).
  19. « Espace protégé FR4507232 - marais de Montreuil », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  20. « Espace protégé FR4505949 - marais de Beaumerie-Saint-Martin », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  21. « espace protégé FR4505964 - Remparts de Montreuil », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  22. « ZNIEFF 310030085 - marais de la Nocq », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  23. « ZNIEFF 310013691 - marais et bois tourbeux de La Calotterie, Attin et La Madelaine-sous-Montreuil », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  24. « ZNIEFF 310013699 - la basse vallée de la Canche et ses versants en aval d'Hesdin », sur Le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  25. « Réseau européen Natura 2000 »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site du Ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le ).
  26. « FR3100491 - Landes, mares et bois acides du Plateau de Sorrus Saint Josse, prairies alluviales et bois tourbeux en aval de Montreuil », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  27. « espèces présentes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  28. « espèces protégées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  29. « statut biologique des espèces recensées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  31. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  32. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  33. « Unité urbaine 2020 de Montreuil », sur insee.fr (consulté le ).
  34. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  35. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  36. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Montreuil », sur insee.fr (consulté le ).
  37. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  38. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  39. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  40. « Visualisation des hameaux et lieux-dits » sur Géoportail (consulté le 20 juillet 2021)..
  41. « Trouver un bus », sur passpass.fr site Pass-Pass (consulté le ).
  42. « Zonage sismique en France », sur planseisme.fr, (consulté le ).
  43. a et b « Les risques près de chez moi », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  44. « Arrêté du 20 juin 2013 portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur legifrance.gouv.fr (consulté le ).
  45. Jérémy Coyer et Kathleen Meneghini, « VIDÉO. Inondations : La rue Saint-Gengoult de Montreuil-sur-Mer désertée par ses habitants », sur nordlittoral.fr, (consulté le ).
  46. « Inondations dans le Pas-de-Calais. Une partie du chemin du Cap Blanc-Nez et des remparts de Montreuil-sur-Mer s'effondre », sur France 3 Hauts-de-France, (consulté le ).
  47. Mehdi Laïdouni, « « Je n’aurais jamais imaginé » : ces remparts de 800 ans n’ont pas résisté aux inondations », Reporterre,‎ (lire en ligne)
  48. Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 260 et 262.
  49. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  50. Bruno Béthouart, Histoire de Montreuil-sur-Mer, Le téméraire, , 346 p. (ISBN 2-7089-8341-5), p. 209.
  51. Victor Hugo, « Œuvres Complètes , tome XI, ed. Jean Massin ».
  52. « Les origines de Montreuil-sur-Mer », dans La Violette no 3, 1er semestre 1999, p. 9-18.
  53. a et b M. Cousin, « Trois voies romaines du Boulonnais », dans Mémoire de la société dunkerquoise pour l'encouragement des sciences, des lettres et des arts, Années 1858-1859, p. 405, lire en ligne.
  54. André Davy, Les barons du Cotentin, Condé-sur-Noireau, Éditions Eurocibles, coll. « Inédits et introuvables du patrimoine Normand », , 319 p. (ISBN 978-2-91454-196-1), p. 79.
  55. Bernard Beck, Châteaux forts de Normandie, Rennes, Ouest-France, , 158 p. (ISBN 2-85882-479-7), p. 19.
  56. Jean Leroy, Quand Montreuil était sur mer - Quentovic [détail de l’édition].
  57. Les Chemins de fer du Nord, Paris, Éd. Rimage, 1979.
  58. Le chemin de fer à Achicourt.
  59. « Histoires 14-18 : Montreuil-sur-Mer, le grand QG britannique », sur France 3 Hauts-de-France (consulté le ).
  60. « Liste des communes composant le canton d'Étaples (6210) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  61. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  62. « Élection des conseillers municipaux et du maire »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur le site de la DGCL (consulté le ).
  63. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  64. a et b « Résultats du 1er tour pour Montreuil », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  65. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur vie-publique.fr (consulté le ).
  66. « Bernard Pion, ancien maire de Montreuil, est décédé : Maire de la cité des remparts pendant trente-six ans, Bernard Pion est décédé ce mercredi à l’EHPAD de la Fontaine Médicis à Cucq. Âgé de 90 ans, il avait reçu le titre de maire honoraire en 2016 », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  67. « Montreuil : Charles Barège installé dans ses nouvelles fonctions : André Ducrocq n’a pas remporté les élections municipales de Montreuil, mais en tant que doyen d’âge des élus, il aura au moins eu la chance de présider les opérations de vote, vendredi soir », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. « Liste des communes et des maires » [xls], Préfecture du Pas-de-Calais, (consulté le ).
  69. https://reader.cafeyn.co/fr/1926576/21598216
  70. « Répertoire national des maires » [txt], Répertoire national des élus, sur data.gouv.fr, (consulté le ).
  71. « Résultats des élections municipales et communautaires 2020 », sur Le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  72. a et b « https://pastel.diplomatie.gouv.fr/cncdext/dyn/public/atlas/rechercheAtlasFrancaisEcran.html »
  73. « Volume d'eau prélevé en 2018 », sur Le site de la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE) (consulté le ).
  74. a et b « Gestion de l'eau », sur L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  75. « Gestionnaire des déchets », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  76. « Déchèterie », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  77. plusbeauxdetours.com.
  78. « Montreuil station verte », sur le site station verte (consulté le ).
  79. « « Le village préféré des Français » : Montreuil-sur-Mer, candidat pour le Nord » dans 20 minutes, le 16 mai 2016.
  80. « Palmarès des communes labellisées », sur le site du Conseil national des villes et villages fleuris, édité par le ministère de l'Économie, de l’Industrie et de l’Emploi (consulté le ).
  81. « Toutes les Stations Vertes : Station Verte : loisirs, tourisme et vacances Nature dans 600 destinations », sur stationverte.com (consulté le ).
  82. « Liste des écoles de Montreuil », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  83. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (consulté le ).
  84. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  85. « Brigade de gendarmerie d'Écuires », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  86. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  87. « CIS du Pas-de-Calais », sur Le site du centre départemental d'incendie et de secours (consulté le ).
  88. Roger Brunet, « France, le trésor des régions », sur tresordesregions.mgm.fr (consulté le ).
  89. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  90. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  91. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  92. « Tous nos évènements », sur Le site de la commune de Montreuil (consulté le ).
  93. « Le spectacle son et lumière « Les Misérables à Montreuil-sur-Mer » », sur lesmiserables-montreuil.com (consulté le ).
  94. Frédéric Vaillant, « Pourquoi il ne faut pas louper l’édition des Misérables cette année à Montreuil », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  95. « Visualisation de la carte topographique pour Montreuil » sur Géoportail (consulté le 22 juillet 2021)..
  96. « Le GR 121 », sur gr-infos.com (consulté le ).
  97. « Randonner à Montreuil », sur destinationmontreuilsurmer.com (consulté le ).
  98. « Les associations de Montreuil », sur Le site de la commune de Montreuil (consulté le ).
  99. « Doyenné de Berck Montreuil », sur Diocèse d'Arras (consulté le ).
  100. « Actualités Montreuil », sur le site du quotidien régional La Voix du Nord (consulté le ).
  101. Déborah Adoh, « Grand Littoral TV devient BFM Grand Littoral », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  102. « Jour, horaire et emplacement du marché », sur ville-montreuil-sur-mer.fr (consulté le ).
  103. « Liste des Immeubles protégés au titre des monuments historiques », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  104. Victor Hugo, Les Misérables.
  105. La Violette, Publication semestrielle des « Compagnons de la Violette » (ISSN 1287-7670).
  106. « Théâtre municipal | Montreuil-sur-Mer »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur ville-montreuil-sur-mer.fr (consulté le ).
  107. « Avant Les Misérables à Montreuil, il y a eu un film… », sur letouquet.maville.com, (consulté le ).
  108. « Film tourné à Montreuil », sur IMDb, The Internet Movie Database (consulté le ).
  109. https://www.senscritique.com/liste/Les_series_et_feuilletons_tournes_dans_ch_Nord_Pas_de_Calais/1785836
  110. https://www.francebleu.fr/infos/culture-loisirs/unnnn-1618597032
  111. Cécile Legrand-Steeland (photogr. Johan Ben Azzouz), « On a vu le film « Un Homme heureux » en avant-première au Touquet », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  112. Élodie Adjoudj, « Télévision : Montreuil accueille de nouveau un tournage la semaine prochaine », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  113. V. J. V., « Nécrologie : Paul Perrochaud, officier de la Légion d'honneur, médecin en chef des deux hôpitaux maritimes de Berck-sur-Mer », La Presse thermale et climatique : stations thermales, balnéaires, climatiques et touristique,‎ , p. 347-349 (lire en ligne, consulté le ).
  114. Victor Contamin (en), « Discours prononcé sur la tombe de M. Lavezzari décédé à Berck-sur-Mer le 13 juillet 1887 », Mémoires et compte rendu des travaux de la Société des ingénieurs civils, vol. 48,‎ 1887 (2e semestre), p. 251-253 (lire en ligne, consulté le ).
  115. « 62588 Montreuil (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).
  116. « Les monnaies médiévales du pays de Montreuil », dans les Dossiers archéologiques historiques et culturels du Nord-Pas-de-Calais, no 13, 1982, (A.M.P.B.B.E., Berck).
  117. Frédéric Vaillant, « Les nombreux hôtels particuliers de Montreuil recensés et racontés dans un livre », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).