Étaples

commune française du département du Pas-de-Calais

Étaples
Étaples
Le port de plaisance et le pont rose.
Blason de Étaples
Blason
Étaples
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Pas-de-Calais
Arrondissement Montreuil
Intercommunalité Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois
Maire
Mandat
Philippe Fait (UDI)
2020-2026
Code postal 62630
Code commune 62318
Démographie
Gentilé Étaplois
Population
municipale
10 926 hab. (2018 en diminution de 2,08 % par rapport à 2013)
Densité 844 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 31′ 07″ nord, 1° 38′ 29″ est
Altitude Min. 2 m
Max. 78 m
Superficie 12,95 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Berck
(ville-centre)
Aire d'attraction Étaples - Le Touquet-Paris-Plage
(commune-centre)
Élections
Départementales Canton d'Étaples
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Étaples
Géolocalisation sur la carte : Pas-de-Calais
Voir sur la carte topographique du Pas-de-Calais
City locator 14.svg
Étaples
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Étaples
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Étaples
Liens
Site web etaples-sur-mer.fr

Étaples (parfois appelée Étaples-sur-Mer) est une commune française située dans le département du Pas-de-Calais en région Hauts-de-France sur la rive droite de la Canche. La commune dispose d'un port de pêche et de plaisance.

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Étaples est sur la Côte d'Opale.

Étaples[Insee 1] se situe au sud du Boulonnais, au nord des Bas-Champs, à l'ouest de l'Artois, entre les villes de Boulogne-sur-Mer (située à 23 km[1]) et de Berck (à 13 km[2]). Elle est par ailleurs à 48 km d'Abbeville[3], 50 km de Calais[4] et 100 km de Lille[5].

La commune est située sur la Côte d'Opale. Elle est bordée par la Canche qui se jette dans la Manche à l'ouest.

Géologie et reliefModifier

GéologieModifier

Descriptif du littoralModifier

La commune d'Étaples est située sur un littoral, composé de paysage dunaires et d'estuaires, de 30 kilomètres entre le sud d’Équihen-Plage et le nord de Berck.

On peut distinguer cinq grands types de milieux naturels qui sont, d’ouest en est, depuis la mer : les estrans et les estuaires, les cordons dunaires, la plaine humide des bas champs, les anciennes dunes plaquées sur les falaises et les falaises fossiles du rebord du plateau d’Artois.

Ces espaces dunaires occupent l’ensemble de la façade littorale sur une profondeur dans les terres (de l’ouest vers l’est) pouvant atteindre quatre kilomètres comme au niveau de la commune d'Étaples. On y observe des dunes nues et des dunes boisées artificiellement comme Hardelot et le Touquet-Paris-Plage[6].

Histoire de la formation du littoralModifier

L’histoire des paysages dunaires et estuaires d’opale est une succession de transgressions et de régressions marines du bassin parisien.

Il y a 170 millions d’années, au Jurassique, le boulonnais est un golfe et le milieu de sédimentation assez proche d’aujourd’hui. À −90 millions d’années, la mer Crétacé envahit le continent et dépose d’épaisses couches de sédiments. À −45 millions d’années, l’anticlinal de l’Artois commence à se soulever et sépare définitivement le bassin parisien de celui de Londres-Bruxelles. Ce soulèvement crée les premières côtes à falaise. À −2,5 millions d’années, les littoraux de la mer du Nord et de la Manche sont au niveau des Pays-Bas et de la Normandie. À −500 000 ans, au Pléistocène moyen, le détroit du Pas-de-Calais est ouvert, probablement lié à un effondrement de blocs entre des jeux de faille qui crée l’ouverture du détroit, créant une fosse entre les îles Britanniques et l’Europe. À −18 000 ans, lors de la dernière période glaciaire, le niveau de la mer était 130 mètres plus et le détroit était à sec. Puis survient, avec la fonte des glaces, la transgression flandrienne qui entraine l’élévation de la mer et l’inondation du détroit. C’est partir de cette période que les dépôts sableux de la plaine maritime se mettent en place. À −10 000 ans, à l’Holocène, début du réchauffement, la mer est encore à environ 65 mètres au-dessus du niveau actuel. À −8 500 ans, la jonction entre la mer du Nord et la Manche est réalisée puis, il y a 5 000 ans, le niveau de la mer s’établit sensiblement au niveau actuel.

Ensuite recommence une évolution littorale des falaises et des marais littoraux, aboutissant par érosion et colmatage à la situation actuelle. Les dunes littorales forment un seul ensemble entre Équihen et le nord de la baie de la Canche. Elles continuent d’envahir, du Moyen Âge jusque récemment, le relief intérieur en constituant des dunes plaquées sur les falaises fossiles (collines d’Artois) et enfin, les résurgences de sources au pied des coteaux, qui proviennent de la nappe de craie, sont à l’origine de nombreux ruisseaux et zones humides dans les bas-champs.

La commune d'Étaples est, en partie vers le nord-est, adossée sur les falaises fossiles[6].

L'estuaire de la CancheModifier

La baie de la Canche, qui constitue un écosystème remarquable, est le seul estuaire picard à avoir conservé une rive nord, le musoir, indemne de tout aménagement humain lourd, c’est donc un site unique avec son système complexe de contre poulier au niveau du ply de Camiers.

Au sud de Camiers, débute un vaste ensemble de dunes plaquées sur les falaises fossiles du Crétacé (craie calorifère), ces habitats prennent toute leur ampleur sur la commune d’Étaples.

Dans ce paysage de l’estuaire de la Canche, il faut distinguer deux parties : le schorre qui correspond aux prés salés appelés mollières dans la région, c’est une partie de la grève qui est recouverte de vives eaux seulement par haute mer. le score est le domaine d’une flore riche et diversifiée, on peut y voir l’obione, la salicorne appelée aussi passe-pierre, la soude maritime et l’aster maritime. le pâturage par les ovins était le mode de gestion de ces sites ; et la slikke qui est la partie basse des estuaires, recouverte à chaque marée, composée de vasières nues. Elle a une productivité biologique importante, elle occupe 20 % de la surface et 80 % de la biomasse. C’est le domaine des limicoles (bécasseaux, courlis…). on peut y trouver également la salicorne[6].

Les bas-ChampsModifier

La zone humide arrière littorale appelée bas champs (4 à 5 mètres d’altitude) occupent une bande étroite, d’est en ouest, de 3 kilomètres et, du nord au sud, de 15 kilomètres, essentiellement situés entre Canche et Authie, bien que l’on trouve une étroite zone humide à l’arrière des dunes du nord d’Étaples. Ces marais arrières-littoraux font partie des deux vallées fluviales , comme au niveau de la Canche avec une importante zone humide entre Étaples et Montreuil. Elles recueillent les eaux des collines de l’est, résurgences de la nappe de la craie. Ces eaux trouvent leur chemin entre les dunes infranchissables et les falaises fossiles, et qui, comme la grande Tringue, vont se jeter dans la Canche. Ces zones humides et marais constituent une zone de nourrissage pour les oiseaux migrateurs utilisant le rail littoral, comme les marais de Balençon[6].

Superficie et reliefModifier

La superficie de la commune est de 12,95 km2 ; son altitude varie de 2 à 78 mètres[7].

HydrographieModifier

La commune est située dans le bassin Artois-Picardie et sur la rive droite de la Canche qui se jette quelques kilomètres plus loin dans la Manche. C'est sur ce fleuve que se trouve le port de pêche et de plaisance[8].

ClimatModifier

Le climat d'Étaples est de type océanique. La station d'observation météorologique la plus utilisée est celle d'Abbeville[9].

Données météorologiques d'après le relevé de la station météorologique la plus proche, celle du Touquet-Paris-Plage
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,1 1,8 3,8 5,1 8,4 11,3 13,5 13,6 11,3 8,7 5,1 2,6 7,3
Température moyenne (°C) 4,7 4,7 7,1 9,3 12,7 15,2 17,4 17,6 15,3 12,2 8 5,1 10,8
Température maximale moyenne (°C) 7,2 7,7 10,5 13,4 17 19,2 21,3 21,6 19,3 15,6 11 7,7 14,3
Ensoleillement (h) 64,2 77,6 127,1 179 200,2 213,9 220,9 201,1 158 113,3 62,7 51,7 139
Précipitations (mm) 73,9 55,5 60,7 55,2 63,2 57,5 60 63,7 78,2 105,7 104,5 93,8 871,9
Source : « données climatiques », sur infoclimat.fr (consulté le )


Milieux naturels et biodiversitéModifier

Milieux naturelsModifier

Sur la commune on remarque la présence de dunes de sable fin protégées par la loi littoral. Par ailleurs, elle possède :

BiodiversitéModifier

L'inventaire national du patrimoine naturel permet de découvrir les espèces présentes[15], les espèces protégées[16] ainsi que le statut biologique (indigène, introduite dont envahissante…) des espèces recensées sur la commune de Preures[17].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Étaples est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[18],[19],[20]. Elle appartient à l'unité urbaine de Berck, une agglomération intra-départementale regroupant 7 communes[21] et 44 342 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[22],[23].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage, dont elle est la commune-centre[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 21 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[24],[25].

La commune, bordée par la Manche, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[26]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[27],[28].

Occupation des solsModifier

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols est marquée par l'importance des terres arables. La répartition détaillée ressortant de la base de données européenne d'occupation biophysique des sols Corine Land Cover millésimée 2018 est la suivante : terres arables (28,7 %), zones urbanisées (22,8 %), forêts (16,3 %), milieux à végétation arbustive ou herbacée (12,7 %), prairies (9,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (6,5 %), zones agricoles hétérogènes (1,7 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (0,9 %), zones humides côtières (0,4%), eaux maritimes (0,2%)[29].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[30].

Lieux-dits, hameaux et écartsModifier

La commune est constituée d'un hameau et de plusieurs lieux-dits : le hameau de Fromessent, au nord-est de la commune, et les lieux-dits les Bergeries ; le Blanc-Pavé ; la Butte aux Signaux ; le Camp d'Hilbert ; le Fond des Mortiers ; la Fosse aux Lions ; la Fosse Aza'hu ; la Garenne de la Justice ; la Grande Fosse ; Hilbert ; les Mollières ; les Moulins ; le Mont de la Clef ; la Palette ; le Pendu ; la Pièce-à-Liards ; les Pins ; le Puits d'Amour ; Rombly ; les Sablins ; la Tombe ; Tombelle ; la Zac.

Morphologie urbaineModifier

LogementsModifier

Planification de l'aménagementModifier

La loi SRU du a incité fortement les communes à se regrouper au sein d'un établissement public, pour déterminer les parties d'aménagement de l'espace au sein d'un schéma de cohérence territoriale (SCoT), un document essentiel d'orientation stratégique des politiques publiques à une grande échelle.

Le schéma de cohérence territoriale (SCOT) du pays maritime et rural du Montreuillois a été approuvé par délibération du [31].

En matière de planification, la commune dispose d'un plan local d'urbanisme (PLU) approuvé le [32].

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) a engagé une démarche de planification de l’urbanisme à l’échelle de son territoire, sous la forme d’un PLU intercommunal (PLUi), en collaboration étroite avec les 46 communes. Le PLUi est un document de planification urbaine qui administre, à l’échelle des communes, les possibilités de construction et d’usage des sols. Il se substituera aux anciens documents d’urbanisme (PLU, POS, CC).

Le PLUI-H, regroupement du PLUi, plan local d'urbanisme intercommunal, et du PLH, programme local de l'habitat, traduit un projet commun de développement urbain et d’aménagement du territoire communautaire pour les 10-15 ans à venir. Il est bâti dans un objectif de développement durable et d’équilibre des espaces, de cohérence et d’optimisation des politiques publiques, visant à promouvoir une dynamique d’agglomération tout en préservant les spécificités de chaque commune.

Ce PLUI-H se déroule en 4 phases :

  • Phase 1, 2019 à 2020, état des lieux, diagnostic et enjeux ;
  • Phase 2, 2020 à 2022, projet d'aménagement et de développement durable ;
  • Phase 3, 2022 à 2024, règlement et zonage :
  • Phase 4, 2024 à 2025, avis des personnes publiques associées et enquêtes publiques[33].

Projets d'aménagementsModifier

Voies de communication et transportsModifier

Voies de communicationModifier

La commune est reliée à l'autoroute A16 (qui relie la région Île-de-France à la frontière franco-belge), desservie par la sortie no 26 « Étaples - Le Touquet ».

Elle est sur le trajet de plusieurs routes nationales et départementales, dont la RN 39 reliant Arras au Touquet-Paris-Plage, et la RN 40 qui relie l'estuaire de la Seine à la frontière franco-belge.

Elle est reliée à la rive gauche de la Canche par le pont d'Étaples qui dessert, vers le sud, les communes de Cucq et du Touquet-Paris-Plage.

Transport ferroviaireModifier

 
La gare.

La gare d'Étaples - Le Touquet est située au centre de la commune. Elle est desservie par deux lignes : la ligne Paris-Boulogne et la ligne Arras-Étaples.

Elle est desservie par des TGV, qui permettent de rejoindre les gares de Boulogne, Calais et Lille, par des Intercités vers Boulogne, Amiens et Paris et de nombreux TER Nord-Pas-de-Calais.

Au cours de la première moitié du XXe siècle, de 1900 à 1940, une ligne de tramway relie la gare d'Étaples à Paris-Plage avec un arrêt sur la Grand-Place (aujourd'hui place du Général-de-Gaulle) d'Étaples.

Transport aérienModifier

L'aéroport du Touquet-Côte d'Opale est à proximité immédiate de la commune.

Transports en communModifier

La commune est desservie par la ligne d'autobus no 513 du réseau Oscar (autocars départementaux du Pas-de-Calais) et dispose de deux arrêts : la gare SNCF et le pont d'Étaples[34].

Voies de la communeModifier

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous les formes Stapula (IVe siècle), Stapulae (IXe siècle), Staplae (1042), Staples (1141), Estaples (1170), Estagles (XIIIe siècle), Estaples-sur-le-Mer (1322), Estapples (1346), Estaplez (1404), Estaple (1553), Estappes (1660)[35], Estaples (1793), Étaples (depuis 1801)[36].

Vient du latin stapula (forme latinisée du vieux néerlandais stapal[37]) signifiant « entrepôt ».

Du VIe siècle à la fin du IXe siècle, le port voisin de Quentovic lui est préféré, dont le nom est attesté sous les formes Wic (718), Wicus (799), Quentawie (VIIIe siècle), Quoentavie (VIIIe siècle), Quentavich (IXe siècle), Quentowicus (831), Quentavicus (835), Cuentavicus (840), Quantovicus (842), Contwig (842), Quentvicus (844), Quentwicus (857), Quintovicus (858), Quintuicus (866), Quentovicus (877-879), Qwentowic (879-884), Quentovic (IXe siècle)[35].

Son nom serait formé de Quentia, nom latin de la Canche, et de vicus ou wicus ; vicus désignant une petite agglomération[38], alors que wicus pourrait signifier « baie, port » selon Léon Levillain qui traduit Quentovic par « Port-sur-Canche »[39].

On l'écrit Étape en picard et Stapel en néerlandais[40].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

L'emplacement occupé aujourd'hui par la ville d'Étaples présente des traces de présence humaine remontant au Paléolithique. Certains silex taillés découverts sur le site de Bagarre sont vieux d'environ 240 000 ans.

On trouve, à partir du Hallstatt, à l'âge du fer (800 ans avant Jésus-Christ), de nombreux sites de l'installation des Gaulois sur la côte et dans les dunes bordant le nord-ouest de la ville.

Moyen ÂgeModifier

Bien que le site fut occupé au début du premier millénaire de notre ère par les Romains, la ville elle-même fut probablement fondée par les Francs qui envahirent la Morinie au cours du IVe siècle et du Ve siècle. Elle porte à cette époque le nom de Stapula, « l'entrepôt ».

De la fin du Ve siècle à la fin du IXe siècle, du fait de la montée du niveau de la mer, la ville est lentement abandonnée au profit de la ville portuaire de Quentovic, qui elle, profite de cette montée des eaux et de l'augmentation du tirant d’eau et de l’élargissement naturel des voies navigables afin de devenir un port prospère du royaume des Francs, et ce jusqu'à la fin du IXe siècle où celle-ci, victime de ses richesses, fut pillée, mise à sac et brûlée à maintes reprises par les Normands qui se répandaient dans tout le pays à la recherche de butin. Ils avaient fait de la ville leur base de départ et l'entrepôt de toutes les richesses recueillies aux alentours. À la suite de cela, la ville retrouve son nom de Stapula.

Mathieu d'Alsace, comte de Boulogne, y construisit une forteresse en 1172 qui fut élevée sur les ruines d'un château beaucoup plus ancien (datant de la domination romaine) dont les traces d'incendie laissent penser qu'il fut brûlé lors d'un raid des Normands.

Philippe Auguste en fit le principal port des flottes du Nord (1193).

En 1346, les Anglais incendièrent la ville en revenant vainqueurs de la bataille de Crécy, et en 1355, le duc de Lancastre la pilla.

Étaples subit des sièges en 1351, 1378 et 1435.

Lancelot de Fromessent, sur la commune actuelle d'Étaples, combattit et trouva la mort à la bataille d'Azincourt en 1415[41].

En 1455 et 1546, elle fut à nouveau détruite par les flammes.

Signé le , le traité d'Étaples entre Charles VIII et Henri VII d'Angleterre fut le premier traité entre la France et l'Angleterre depuis le traité de Picquigny marquant la fin de la guerre de Cent Ans.

Temps modernesModifier

 
Relevé par le géographe du roi Christophe Tassin en 1634.

Lors de la tenue du camp du Drap d'Or, la réunion diplomatique près de Calais entre François Ier de France et Henri VIII d’Angleterre, François Ier séjourna au château d'Étaples. La réunion a eu lieu à Balinghem entre le 7 et le et François Ier y dormit le 27.

Le château fut démantelé vers 1641 et détruit en 1660.

XVIIIe siècleModifier

C'est à cette période que débute l'exploitation des carrières à Étaples, elle dure près de trois siècles. Celles-ci se trouvaient dans la partie nord-ouest de la ville, comme en témoigne la rue des Carrières. On y extrayait des matériaux comme la chaux et les moellons. Cette activité voit naître plusieurs générations de maçons comme ceux de la famille Roux.

À la fin des années 1930, elles seront utilisées comme champignonnières et elles serviront de refuge pendant la Seconde Guerre mondiale[42].

XIXe siècleModifier

De 1803 à 1805, Napoléon Ier réunit une puissante armée tout le long des côtes de la Manche dans le but d'envahir l'Angleterre. Ce fut le célèbre camp de Boulogne. Pendant deux ans, les troupes du 6e corps d'armée du maréchal Ney stationnèrent dans la ville d'Étaples et ses proches environs. Les trois divisions d’infanterie et la brigade de cavalerie étaient réparties en six camps. L’empereur vint plusieurs fois à Étaples pour y passer ses troupes en revue.

Parmi ces troupes, figurait le 6e régiment d’infanterie légère. Il regroupait en six cantonnements trois divisions d'infanterie et une brigade de cavalerie[43].

En 1848, fut inaugurée la ligne de chemin de fer reliant Amiens à Boulogne-sur-Mer passant par Étaples.

Après la guerre de 1870, une épidémie de choléra décime le quart de la population[44].

Entre 1880 et 1914, la ville fut le siège d'une importante colonie d'artistes peintres internationaux que l'on appela par la suite l'école d'Étaples. La Première Guerre mondiale mis une fin brutale à cette colonie artistique.

Pendant la Première Guerre mondiale, Étaples vécut à l'heure britannique : l'armée britannique installa un immense camp d'entraînement au mont Levin[45], aujourd'hui couvert d'habitations (camp britannique d'Étaples). Dans ce camp, qui compta jusqu'à 80 000 hommes, éclata en 1917 une violente mutinerie. Étaples vécut pendant plusieurs jours des heures dramatiques ; dans ses rues se déroulèrent des scènes extrêmement violentes. Ce camp était un centre de préparation des soldats venant du Commonwealth, mais aussi un centre disciplinaire réputé très dur. C'est aussi l'endroit où étaient réceptionnées et montées les mitrailleuses qui devaient partir pour le front allié. L'ennemi allemand, attiré par les installations militaires, bombarda la ville, malgré la présence d'un hôpital militaire, causant destructions et victimes parmi la population. La grippe espagnole a également fait de nombreuses victimes dans la population en 1918-1919.

Pour le lourd tribut payé pendant quatre ans, la ville reçoit la croix de guerre en 1920[46].

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, Étaples est à nouveau la cible des bombardements aériens qui font 70 victimes civiles et détruisirent ou endommagèrent le tiers des habitations.

En 1949, le ministre de la Défense vient agrafer une palme sur la croix de guerre de la ville. Il lit la citation suivante :

« Ce port de pêche a payé un lourd tribut pour la libération du territoire et a bien mérité de figurer parmi les cités les plus glorieusement meurtries. Le courage de sa population et particulièrement la ténacité de ses marins restera un exemple pour tous les artisans du relèvement national. »

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

Commune et intercommunalitéModifier

Cucq faisait partie de la communauté de communes mer et terres d'Opale, créée fin 1999.

Dans le cadre des prescriptions de la Loi NOTRe, qui impose que les intercommunalités regroupent, sauf exceptions, au moins 15 000 habitants, celle-ci fusionne avec ses voisines pour former, le la communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois dont est désormais membre la ville.

Circonscriptions administratives et électoralesModifier

 
L'hôtel de ville d'Étaples.

La commune se trouve dans l'arrondissement de Montreuil du département du Pas-de-Calais.

Elle fait partie du canton de Montreuil, depuis la loi du reprise par la constitution de 1791, qui divise le royaume (la République en ), en communes, cantons, districts et départements. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle chef-lieu du canton d'Étaples, qui est alors modifié, passant de 19 à 15 communes[47].

Pour l'élection des députés, elle fait partie, depuis 1986, de la quatrième circonscription du Pas-de-Calais.

Élections municipales et communautairesModifier

Élections de 2020Modifier

Le conseil municipal d'Étaples, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[48], pour un mandat de six ans renouvelable[49]. Compte tenu de la population communale, le nombre de sièges à pourvoir lors des élections municipales de 2020 est de 33[50]. Les 33 conseillers municipaux sont élus au premier tour avec un taux de participation de 44,08 %, se répartissant en vingt-neuf issus de la liste conduite par Philippe Fait (UDI), trois de la liste conduite par Pascal Thiébaux (PCF) et un de la liste conduite par Xavier Brassart (RN)[51].

Dans les communes de 1 000 habitants et plus, les conseillers sont élus au suffrage direct à la fois pour un mandat de conseiller municipal et pour un mandat de conseiller communautaire[52]. Les 10 sièges attribués à la commune au sein de la CA2BM sont élus dès le premier tour : neuf issus de la liste menée par Philippe Fait et un sur la liste menée par Pascale Thiébaux[51].

  • Maire sortant : Philippe Fait (UDI)
  • 33 sièges à pourvoir au conseil municipal (population légale 2018   : 10926 habitants)
  • 10 sièges à pourvoir au conseil communautaire (CA des Deux Baies en Montreuillois)
Résultats des municipales de 2020 à Étaples
 
Tête de liste Liste Premier tour Sièges
Voix % CM CC
Philippe Fait[53] UDI 2 345 67,85 29 9
Pascal Thiébaux[53] PCF 702 20,31 3 1
Xavier Brassart[53] RN 304 8,79 1 0
Martine Ghezal DVG 105 3,03 0 0
Votes valides 3 456 96,78
Votes blancs 37 1,04
Votes nuls 78 2,18
Total 3 571 100 33 10
Abstention 4 351 55,92
Inscrits / participation 8 102 44,08

Liste des mairesModifier

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
19 mai 1945 25 octobre 1947 Marcel Rosey PCF Chauffeur
26 octobre 1947 19 mars 1959 François Guilluy   Docteur en médecine
20 mars 1959 22 novembre 1968 Albert Héraud   Employé à l'administration maritime
23 novembre 1968 5 mai 1981
(décès)
Jean Bigot MRP puis CD
puis UDF-CDS
Ébéniste
Conseiller général du canton d'Étaples (1963 → 1981)
6 mai 1981 15 juin 1981 Marie-Madeleine Gauffeny   Fait fonction de maire
16 juin 1981 18 mars 1989 Jean-Pierre Lamour SE  
19 mars 1989 16 mars 2008 Marcel Guerville PS Professeur de mathématiques
17 mars 2008 4 avril 2014[54] Jean-Claude Baheux DVG 2e vice-président de la CC Mer et Terres d'Opale (? → 2014)
4 avril 2014[55],[56], En cours
(au [57])
Philippe Fait DVD puis UDI Conseiller municipal élu en 2008[58]
Enseignant en détachement[58]
Conseiller départemental du canton d'Étaples (2015 → )
1er vice-président de la CC Mer et Terres d'Opale (2014 → 2017)

Finances communalesModifier

JumelagesModifier

Au 21 avril 2021, d'après l'Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères, Étaples est jumelée avec[59] :

Le site web de la commune évoque un partenariat depuis la fin des années 1970 avec Folkestone au Royaume-Uni, qui aurait abouti à la signature d'un contrat de jumelage en 2009[60]. C'est à la même époque qu'a été établi le partenariat avec Hückeswagen, la première charte a été signée en 1972 par les maires des deux communes, européens convaincus[61].

Équipements et services publicsModifier

Eau et déchetsModifier

Prélèvements en eau et usagesModifier

En 2018, la commune a prélevé, 1 763 564 m3, d'origine à 100 % souterraine dont 19 745 m3 à usage industriel et activités économiques (hors irrigation). Le site de captage d'eau potable de Rombly est situé au nord-est de la commune 50° 31′ 26″ N, 1° 39′ 21″ E[62]. À noter que ce site est proche de l'ancien village de Rombly disparu sous les sables au XVIIe siècle.

Services en production et distribution d'eau potable, assainissement collectif, assainissement non collectifModifier

La Communauté d'agglomération des Deux Baies en Montreuillois (CA2BM) est compétente en matière de gestion de l'eau potable de la commune en gestion délégué à Véolia Eau, elle gère également l'assainissement collectif en gestion délégué et l'assainissement non collectif géré en régie par à Véolia Eau[63].

Tarifs de l'eauModifier

au les tarifs sont les suivants :

  • Eau potable, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 1,98 euro.
  • Assainissement collectif, pour une facture de 120 m3, le m3 est facturé 3,43 euros.
  • Assainissement non-collectif, pour un diagnostic de bon fonctionnement et d'entretien, le montant facturé est de 100 euros[63].

Gestion des déchetsModifier

La gestion des déchets est organisée par la CA2BM[64].

La commune est à proximité des déchèteries de Berck (13 km), Beaumerie (13 km) et de Verton (14 km)[65].

Un site de compostage est situé à Cucq (4 km) dont le maître d'ouvrage est Agriopale Services[66].

Espaces publicsModifier

La commune d'Étaples bénéficie, depuis 2019, du label « villes et villages fleuris » avec quatre fleurs[67].

Le port de plaisance de la commune est également labellisée Pavillon bleu[68].

EnseignementModifier

La commune d'Étaples est située dans l'académie de Lille.

La ville administre 7 établissements publics et 4 établissements privés :

  • Les établissements publics sont :
  • Les établissements privés sont :
    • Deux écoles primaires, Notre-Dame-de-Foy et Saint-Joseph ;
    • Le collège Saint-Joseph ;
    • Le lycée professionnel Saint-Joseph[69].

Espaces publicsModifier

Sur le plan touristique, deux niveaux de classement sont prévus pour les communes qui développent une politique touristique sur leur territoire. Le premier niveau se matérialise par l’obtention de la dénomination en « commune touristique » et délivrée par un arrêté préfectoral pris pour une durée de cinq ans. Le second niveau, plus élevé que le premier, se matérialise par le classement en « station classée de tourisme », attribué par décret pour une durée de douze ans.

La commune d'Étaples est « station classée de tourisme »[70].

Postes et télécommunicationsModifier

La commune dispose d'un bureau de poste situé au no 9 rue du Général-Obert[71].

SantéModifier

Les Cucquois bénéficient, d'une part, des services du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (CHAM), situé à Rang-du-Fliers, à 10 km. Cet établissement, né en 1980, s'est agrandi depuis, il offre aujourd'hui plus de 900 lits et places[72], et d'autre part, de la clinique des acacias, ouverte en 1958, au hameau de Trépied, à Cucq. Cette clinique, créée en 1958, fait partie de la fondation Hopale, et dispose de 108 lits. Elle a un service spécialisé maternité de 1958 à 1998[73].

Justice, sécurité, secours et défenseModifier

JusticeModifier

La commune relève du tribunal de proximité de Montreuil, du tribunal judiciaire de Boulogne-sur-Mer, de la cour d'appel d'Amiens et de Douai, du tribunal pour enfants de Boulogne-sur-Mer, du conseil de prud'hommes de Boulogne-sur-Mer, du tribunal de commerce de Boulogne-sur-Mer et du tribunal paritaire des baux ruraux de Boulogne-sur-Mer, Calais et Montreuil[74].

SécuritéModifier

La commune dispose :

SecoursModifier

La commune a sur son territoire le centre d'incendie et de secours (CIS) d'Étaples[78].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[79],[Note 3]

En 2018, la commune comptait 10 926 habitants[Note 4], en diminution de 2,08 % par rapport à 2013 (Pas-de-Calais : +0,1 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 1681 2661 4541 6001 7641 8091 9842 1342 267
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 2902 5762 7192 8513 0623 2803 3423 8164 389
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 7095 2785 8235 8466 5346 8156 7686 6347 758
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8 6289 09510 55911 29211 30511 17711 81311 11311 034
2018 - - - - - - - -
10 926--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[80] puis Insee à partir de 2006[81].)
Histogramme de l'évolution démographique

Pyramide des âgesModifier

En 2017, le taux de personnes d'un âge supérieur à 60 ans (25,7 %) est identique au taux national (25,7 %) et légèrement supérieur au taux départemental (24,4 %). À l'instar des répartitions nationale et départementale, la population féminine de la commune est supérieure à la population masculine. Le taux (52,3 %) est sensiblement du même ordre de grandeur que le taux national (51,6 %).

La répartition de la population de la commune par tranches d'âge est, en 2017, la suivante :

  • 47,7 % d’hommes (0 à 14 ans = 20 %, 15 à 29 ans = 18,8 %, 30 à 44 ans = 19,3 %, 45 à 59 ans = 19,7 %, 60 à 74 ans = 17,6 %, 75 à 89 ans = 4,1 %, plus de 90 ans = 0,5 %) ;
  • 52,3 % de femmes (0 à 14 ans = 17,7 %, 15 à 29 ans = 16,6 %, 30 à 44 ans = 16,3 %, 45 à 59 ans = 20,5 %, 60 à 74 ans = 19,6 %, 75 à 89 ans = 8,4 %, plus de 90 ans = 0,8 %).
Pyramide des âges à Étaples en 2017 en pourcentage[Insee 2]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,5 
90 ans ou +
0,8 
4,1 
75 à 89 ans
8,4 
17,6 
60 à 74 ans
19,6 
19,7 
45 à 59 ans
20,5 
19,3 
30 à 44 ans
16,3 
18,8 
15 à 29 ans
16,6 
20 
0 à 14 ans
17,7 
Pyramide des âges du département du Pas-de-Calais en 2017 en pourcentage[Insee 3]
HommesClasse d’âgeFemmes
0,4 
90 ans ou +
1,4 
5,4 
75 à 89 ans
9,1 
15,4 
60 à 74 ans
16,7 
20,3 
45 à 59 ans
19,4 
19,2 
30 à 44 ans
18,4 
18,6 
15 à 29 ans
16,4 
20,6 
0 à 14 ans
18,6 

Manifestations culturelles et festivitésModifier

La commune propose, tout au long de l'année, différents festivals et animations : le festival de musique "Rock en Stock" ; le festival rencontres folkloriques ; le festival du Hareng Roi ; le festival des arts dans la rue "Quartiers Libres" le 14 juillet ; la fête de la Coquille, organisée par le club local de football, l'AS Étaples, ayant lieu tous les ans, durant un week-end du mois d'avril ; le triathlon international d'Étaples ; la Joute à canotes ; le salon « Je lis Jeu'nesse » ; la ducasse de la Saint-Michel ; le défilé des Guénels ; le défilé de Saint-Nicolas ; la procession et bénédiction de la mer.

La joute à canotesModifier

La joute a canotes est une course de petites embarcations à rames qui se déroule en automne sur l'estuaire de la Canche à Étaples. Elle est devenue au fil du temps une véritable institution qui rassemble une centaine de participants et quelques milliers de spectateurs.

Plusieurs épreuves sont organisées par catégories (nombre de rameurs, avec ou sans barreur etc.). Les compétitions sont très sérieuses, mais elles laissent une large part au folklore et à l'humour assurant une ambiance « bon enfant », gage de son succès populaire. La réunion se termine généralement par une course à la godille où le rameur est seul. C'est peut-être la moins spectaculaire mais sans doute la plus éprouvante pour les compétiteurs.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sports et loisirsModifier

Sports nautiquesModifier

La commune d'Étaples, de par situation sur la rive droite de la Canche et proche de la baie qui offre un vaste plan d'eau à marée haute, est naturellement tournée vers les sports nautiques qui sont organisés par le « centre nautique de la Canche » (CNC). Celui-ci offre la possibilité de pratiquer de nombreuses activités comme la voile sur Optimist, catamaran, catamaran Topaz 14 et Hobie 16, la planche à voile, le kayak[82].

Autres sportsModifier

La commune propose, avec les associations, différentes activités :

  • Association sportive étaploise de football (ASE Football) ;
  • Association sportive étaploise de basket (ASE Basket) ;
  • Association Sportive étaploise de boxe américaine (ASE Boxe Américaine) ;
  • Poney-Club de Rombly, poneys et chevaux ;
  • Touquet-Étaples Rugby Club (TERC) ;
  • AF Haute Ville Étaples Football.

Sentiers pédestresModifier

Le sentier de grande randonnée GR 120 ou GR littoral (partie du sentier européen E9 allant du Portugal à l'Estonie et la Russie), appelé aussi sentier des douaniers, traverse la commune en longeant la Canche[83].

Pistes cyclablesModifier

La piste cyclable « La Vélomaritime », appelée aussi « Véloroute de l’Europe », qui relie Roscoff en France à Kiev en Ukraine sur 4 000 km, traverse la commune, en venant de Camiers, en longeant le port puis en empruntant le pont d'Étaples, pour desservir, par piste cyclable, les villes de Cucq et du Touquet-Paris-Plage[84].

En projet, une piste cyclable longeant le boulevard Billiet et la route d'Hilbert, devant relier la piste cyclable, du quai et du pont d'Étaples, à la piste cyclable menant à l'usine Valéo[85].

LoisirsModifier

 
Promenade en bois sur pilotis sur le port.

Depuis 2020, une promenade en bois sur pilotis sur le port d’Étaples surplombe l’estuaire, 450 mètres uniquement piétonne avec un belvédère offrant un point de vue sur la Canche.

Vie associativeModifier

La commune dispose de nombreuses associations qui sont définies comme suit : les amicales comme celles de la ville d'Étaples, des anciens de Valéo et des sapeurs-pompiers[86] ; les associations culturelles comme celles des amis chemin, autrement dit autrement vu, des commerçants et artisans, passion culture, Scrabble étaplois, rock en stock, souvenir et sauvegarde des traditions des marins-pêcheurs étaplois, chorale mixte d’Étaples, club 3e âge les Cronquelets, cercle ornithologique Étaplois, comité de jumelage Étaples et Folkestone, comité des échanges d’Hückeswagen, entente patriotique et anciens combattants, forum et association mémoire d'Opale, la guilde ludique, Ivy, jeunes et voyages, les amis du musée de la marine d'Étaples, les bons Z'Enfants d'Étaples, les mouettards, musique communale, modélisme club naval, nomade gaming zone, souvenir français, wolf moon [87]; les associations sportives qui regroupent, en plus des sports évoqués plus haut dans la rubrique sports et loisirs, de nombreuses autres activités comme le badminton, hand-ball, pétanque, cyclotourisme, judo, plongée, tir à l'arc, tennis, tennis de table...[88] ; les associations caritatives et de quartiers[89],[90].

CultesModifier

Le territoire de la commune est rattaché à la paroisse « Notre-Dame-de-Foy » au sein du doyenné de Berck-Montreuil, dépendant du diocèse d'Arras. Ce doyenné couvre 68 communes[91].

La commune d'Étaples possédait autrefois trois lieux de culte, la chapelle du Saint-Sacrement, située au milieu de la place (aujourd'hui, place du Général-de-Gaulle), démolie en 1640, Notre-Dame-de-Foi, située rue du Chœur et l'église Saint-Michel.

L'ancienne église Saint-Michel, (XIIIe siècle-XXe siècle), située rue de l’Abreuvoir, l’actuelle place Jeanne-d’Arc, a été détruite lors du bombardement du [92].

L'église Saint-Michel actuelle, qui a été reconstruite après guerre, entre 1955 et 1960, sur les plans des architectes Clément Tambuté et Pierre Requier, est située rue du Bac, au lieu-dit « Le mont à baudet ». Elle est inscrite au patrimoine architectural du ministère de la culture[93].

MédiasModifier

Le quotidien régional La Voix du Nord publie une édition locale pour le Montreuillois[94].

La commune est couverte par les programmes de France 3 Nord-Pas-de-Calais. Jusqu'en 2014, on pouvait également recevoir les programmes d'Opal'TV. Actuellement, la commune est également couverte par BFM Grand Littoral[95].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2018, le revenu fiscal médian par ménage de la commune d'Étaples est de 17 440 , pour un revenu fiscal médian en métropole de 21 730 .

En 2018, 67 % des foyers fiscaux ne sont pas imposables[Insee 4].

EmploiModifier

La commune d'Étaples fait partie, selon l'INSEE, de l'unité urbaine de Berck, de l'aire d'attraction des villes d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage et de la zone d’emploi et du bassin de vie de Berck[96].

La commune est composée de 69,8 % d'actifs, comprenant 56,1 % d'actifs et 13,7 % de chômeurs, et de 30,2 % de personnes n'ayant pas d'activité professionnelle (25,9 % pour la métropole), qui se décompose en retraités (9,4 %) et personnes n’exerçant pas une activité professionnelle, élèves, étudiants, stagiaires non rémunérés et autres inactifs (20,7 %) :

Répartition de la population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle 2017[Insee 5]
Agriculteurs Artisans, commerçants,
chefs d'entreprise
Cadres, professions
intellectuelles
Professions
intermédiaires
Employés Ouvriers Retraités Autres personnes sans activité professionnelle
Étaples 0,4 % 2,6 % 3,6 % 8,6 % 20,5 % 17 % 28,6 % 18,8 %
Métropole 0,8 % 3,5 % 9,5 % 14,2 % 16,1 % 12,2 % 27,2 % 16,5 %
Répartition des emplois selon le secteur d'activité 2017[Insee 6]
Agriculture Industrie Construction Commerce,
transports,
services divers
Administration publique,
enseignement,
santé, action sociale
Étaples 2,4 % 25,1 % 5,8 % 36 % 30,7 %
Métropole 2,6 % 12,2 % 6,4 % 46,8 % 32 %

En 2017, le taux de chômage est de 19,7 % alors qu'il était de 16,2 % en 2007. Sur 100 actifs, 55 travaillent dans une autre commune que leur commune de résidence[Insee 7].

Entreprises et commercesModifier

Au , Étaples comptait 628 établissements (hors agriculture) : 34 dans l'industrie, 76 dans la construction, 202 dans le commerce de gros et de détail, hébergement et restauration, 10 dans l'information et communication, 30 dans l'activité financières et l'assurance, 17 dans l'activité immobilière, 68 dans l'activité spécialisée, scientifique et technique et activité de service administratif et de soutien, 129 dans le secteur administratif et 62 dans les autres activités de services[Insee 8].

En 2019, 86 entreprises ont été créées[Insee 9].

La commune propose, chaque jour, la vente de produits de la mer, sur le port, et un marché de plein-air se déroule chaque mardi et chaque vendredi, place du Général-de-Gaulle[97]. Le , la commune remporte la quatrième édition du plus beau marché de France, organisé par le journal de 13 heures de TF1. Pour l'occasion, Dominique Lagrou-Sempère se retrouve en direct du marché et remet le trophée au maire de la ville[98],[99].

Depuis le , un patron pêcheur étaplois, désireux de faire revivre le port de pêche d'Étaples tel qu'il l'a connu dans sa jeunesse, décide de débarquer le produit de sa pêche sur le port, à chaque fois que les horaires de la marée le permettent[100].

Le port de pêche et de plaisance est géré par la chambre de commerce et d'industrie de Boulogne-sur-Mer Côte d'Opale, il est devenu port départemental dans le cadre des lois de décentralisation.

L'usine de Saint Frères d'Étaples est une ancienne fabrique de cordages et filets de pêche. Les frères Saint ont ouvert cette usine en 1920. Ils représentent à l'époque un groupe familial important dans le textile et possèdent d'autres usines, notamment à Flixecourt et dans la Somme[101]. Jusqu'à 600 salariés furent employés par l'usine [102], dont de nombreuses femmes de pêcheurs[102]. L'usine a fermé en 1989, et a été reconvertie en bâtiment administratif et sportif (judo et ping-pong), abritant également l'office du tourisme[102]. Durant la Seconde Guerre mondiale, la Kommandantur allemande y installa ses QG[103].

AgricultureModifier

La commune d'Étaples fait partie de la petite région agricole des « Bas-champs picards »[104].

En 2010, on comptait 7 exploitations agricoles, pour une superficie agricole utilisée de 318 hectares, dont 3 exploitations avec un cheptel de vaches nourrices[105].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Monuments historiquesModifier

Autres constructions et lieux notablesModifier

Sur le territoire de la commune, se trouvent :

  • le moulin ;
  • le calvaire des marins sur lequel est flanqué d'une stèle de pierre sur les faces de laquelle figurent les noms des marins péris en mer avec le matricule et le nom de leurs bâteaux ;
  • la chapelle Notre-Dame-de-la-Garde. Un petit panneau d'information jouxte le bâtiment[Note 5] ;
  • l'oratoire Notre-Dame de Boulogne situé près du stade des Bergeries. Érigé à la place d'un ancien calvaire, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale, il fût construit en en souvenir du passage à Étaples le de la statue Notre-Dame de Boulogne lors du Grand Retour ;
  • l'ancienne corderie Saint Frères ;
  • la brasserie Delaporte construite en 1754, mais en grande partie détruite par les bombardements en 1918. Reconstruite en 1924, elle n'est plus en activité.

Sites archéologiquesModifier

Deux projets de lotissement ont permis, lors de campagnes de fouilles préventives, de mettre à jour deux sites archéologiques, le premier, en 2009, avec la découverte d'une partie du camp napoléonien du Puits d'amour où le 6e régiment d'infanterie légère de la Grande Armée y stationne d' à [110], le second, en 2011, au chemin de la Motte, où le même régiment stationne aux mêmes dates[111].

Patrimoine culturelModifier

Costume traditionnelModifier

Espaces culturelsModifier

La commune dans les artsModifier

La commune d'Étaples connaît une effervescence artistique importante, entre la fin du XIXe siècle, vers les années 1880 et le début du XXe siècle, au début de la Première Guerre mondiale, avec l'arrivée de nombreux peintres venus de France et du monde entier, et qui donnèrent naissance à l'école des peintres d'Étaples. Parmi ceux-ci, on peut citer les américains Myron G. Barlow et Henry Ossawa Tanner, les australiens Rupert Bunny et Iso Rae, les britanniques Edith Mary Garner, Mabel Lee Hankey et William Lee Hankey, les français Eugène Chigot, Henri Le Sidaneret Francis Tattegrain. Certaines rues d'Étaples portent le nom de ces artistes peintres.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

Elles y sont nées ou y ont grandiModifier

Elles y vivent ou y ont vécuModifier

HéraldiqueModifier

  Blason
De gueules à trois coquilles d'or[115].
Ornements extérieurs
Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945
Détails
Les coquilles renvoient à la traditionnelle pêche étaploise des coques (appelées localement « hénons ») et plus récemment celle de la coquille Saint-Jacques (ou « écalites » en picard).

Adopté par la municipalité.

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Ouvrages historiquesModifier

  • William Allison et John Fairle, Les Mutins, 1978
  • (en) William Allison, John Fairley, The monocled mutineer, Quartet Books, London, 1978 (récit de la mutinerie d'Étaples en novembre 1917)
  • Pierre Baudelicque, Histoire d'Étaples, des origines à nos jours (trois tomes), 2002 (ISBN 978-2-95061-432-2)
  • Pierre BaudelicqueHistoire religieuse d'Étaples, des origines à l'an 2000, 2005 (ISBN 978-2-90124-528-5)
  • Pierre Baudelicque, Étaples, collection Mémoire en Images, 2004 (ISBN 978-2-84910-015-8)
  • Bruno Béthouart, Histoire de Montreuil-sur-mer, Étaples, Le Touquet-Paris-Plage, 2006 (ISBN 978-2-70898-341-0)
  • Achille Caron et Eanger Irving Couse, Scènes de la Vie Étaploise (tomes 1 et 2), 1987
  • Sophie Chegaray, Pierre Bigot et Jean-Pierre Grandidier, Marins-pêcheurs, un défi permanent en Côte d'Opale, 2008 (ISBN 978-2-73734-636-1)
  • Gilles Desnots, Messieurs les Citoyens d'Étaples, 1991 (ISBN 978-2-95061-430-8)
  • Marguerite LecatQuand les laboureurs courtisaient la terre, 1983 (ISBN 978-2-70480-315-6)
  • Henri Leprêtre, Marin-pêcheurs au temps des voiliers, 1984
  • Jean-Claude Lesage, L'Album Couse, 1995
  • Jean-Claude Lesage, Peintres australiens à Étaples, 2000 (ISBN 978-2-90495-916-5)
  • Bernard Maire, Mosaïque en Baie de Canche, 1989
  • Raymonde Menuge-Wacrenier, La Côte d'Opale à la Belle Époque (tome 2), 2004 (ISBN 978-2-84435-086-2)
  • Gustave Souquet, Histoire et description du château d'Étaples, 1855
  • Gustave Souquet, Histoire militaire et navale d'Étaples, depuis 1800 jusqu'à 1806, 1856
  • Gustave Souquet, Recherches historiques sur les hommes célèbres de la ville d'Étaples, 1857
  • Gustave Souquet, Histoire chronologique de Quentowic et d'Étaples, 1863

Ouvrages universitairesModifier

  • Christophe Drugy, Étaples dans la seconde moitié du XVIIIe siècle, une petite ville ?, 1997
  • Sophie Joule, Les Rues d'Étaples (1860-1960), mémoire de maîtrise, 1998
  • Valérie Souche, Le Port d'Étaples en 1866

Ouvrages fictifsModifier

  • Jean-Christophe Macquet, L'Anneau de la Myère

Articles connexesModifier

Administration régionale

Histoire

Infrastructures de transport

Patrimoine

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  5. texte en français du panneau d'information : construite vers 1890 par la famille Bigot-Bigot, la chapelle Notre-Dame-de-La-Garde a connu une histoire particulière. Il faut bien imaginer qu'à cette époque, c'est ici que se termine la ville et que la Canche est juste en face. Toutes les familles de marins venaient y faire leurs prières, allumer des cierges avant de partir pour les grandes campagnes de pêche. La tradition était d'y jeter des pièces de monnaie ; tout un symbole pour espérer une fructueuse saison. Les femmes allaient y déposer des fleurs sur les marches lors des anniversaires de leurs disparus en mer. A chaque départ en mer, les marins se signaient en passant le Calvaire et, à l'appel du patron, récitaient leur « Ave Maria ». Pour la saison du hareng, cette pratique s'accompagnait des trois descentes du drapeau. Mais dans les années 1980, cette chapelle fut détruite accidentellement et priva les marins de toute cette partie de tradition. En 1998, des marins-pêcheurs créèrent l'Association « Souvenir et Sauvegarde des Traditions des Marins-Pêcheurs Étaplois » qui se chargea de l'étude et initia la reconstruction de cette chapelle en 2001.

RéférencesModifier

InseeModifier

  1. « Code officiel géographique : Fiche de la commune d'Étaples », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  2. « Évolution et structure de la population à Étaples en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  3. « Résultats du recensement de la population du Pas-de-Calais en 2017 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  4. « Dossier complet - commune d'Étaples - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - Revenus et pauvreté des ménages en 2018 - REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  5. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune d'Étaples - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - POP T5 - Population de 15 ans ou plus selon la catégorie socioprofessionnelle », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  6. Sources des données (INSEE) : « Dossier complet - commune d'Étaples - EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ) et « Dossier complet - France métropolitaine - EMP T8 - Emplois selon le secteur d'activité », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  7. « Dossier complet - commune d'Étaples - EMP T4 - Chômage (au sens du recensement) des 15-64 ans », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  8. « Dossier complet - commune d'Étaples - DEN T5 - Nombre d'établissements par secteur d'activité au 31 décembre 2018 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  9. « Dossier complet - commune d'Étaples - DEN T4 - Créations d'établissements par secteur d'activité en 2019 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).

Autres sourcesModifier

  1. « Distance à vol d'oiseau entre Étaples et Boulogne-sur-Mer », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  2. « Distance à vol d'oiseau entre Étaples et Berck », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  3. « Distance à vol d'oiseau entre Étaples et Abeville », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  4. « Distance à vol d'oiseau entre Étaples et Calais », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  5. « Distance à vol d'oiseau entre Étaples et Lille », sur www.lion1906.com (consulté le ).
  6. a b c et d « paysages dunaires et estuaires d’opale », sur Le site de l'atlas des paysages de la région Nord-Pas-de-Calais, (consulté le ).
  7. Institut national de l'information géographique et forestière, Répertoire géographique des communes, [lire en ligne].
  8. Jean Voisin, Notice complémentaire sur le port d'Etaples : modifications survenues de 1873 à 1907, Paris, Imprimerie nationale, , 30 p. (lire en ligne).
  9. « Fiche sur Merlimont », sur Météo France (consulté le ).
  10. « ZNIEFF 310030106 - la zone humide du fond du Valigot à Étaples », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  11. « ZNIEFF 310007015 - Les dunes de camiers et la baie de Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « Natura 2000 FR3100480 - Estuaire de la Canche, dunes picardes plaquées sur l'ancienne falaise… », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Espace protégé FR1100134 - Les Garennes De Lornel », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  14. « Espace protégé FR3600087 - Baie De Canche », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  15. « espèces présentes », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  16. « espèces protégées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  17. « statut biologique des espèces recensées », sur Le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  18. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  19. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  20. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Unité urbaine 2020 de Berck », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  22. « Base des unités urbaines 2020 », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  23. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  24. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Étaples - Le Touquet-Paris-Plage », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  25. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  26. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  27. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  28. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  29. « CORINE Land Cover | Données et études statistiques - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole) », sur le site de l'inventaire biophysique de l’occupation des sols et de son évolution (consulté le ).
  30. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  31. « Bilan à 6 ans du SCoT du Montreuillois », sur Le site de la CA2BM, (consulté le ).
  32. « Urbanisme - Les documents de communes », sur ca2bm.fr (consulté le ).
  33. « Le PLUI-H », sur Le site de la CA2BM (consulté le ).
  34. « Ligne 513 - Étaples / Cucq / Berck », sur passpass.fr site Pass-Pass, (consulté le ).
  35. a et b Auguste de Loisne, Dictionnaire topographique du département du Pas-de-Calais, Paris, (lire en ligne), p. 140-141.
  36. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Étaples », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  37. (nl) M. Philippa, Etymologisch Woordenboek van het Nederlands, Amsterdam, 2003-2009 (lire en ligne).
  38. Georges Duby (dir.), Paul Albert Février, Michel Fixot, Christian Goudineau et Venceslas Kruta, Histoire de la France urbaine I : La Ville antique, Paris, Seuil, , 600 p. (ISBN 2-02-005590-2), p. 535.
  39. Léon Levillain, Études sur l'abbaye de Saint-Denis à l'époque mérovingienne, t. XCI, Bibliothèque de l'École des chartes, , chap. 3, p. 25.
  40. Centre de Recherche généalogique Flandre-Artois
  41. « Azincourt 1415 : d'où venaient les chevaliers français morts à la bataille ? ».
  42. Thomas Byhet-Bonvoisin, « Une carrière à Étaples au XVIIIe siècle », sur chronista.hypotheses.org, (consulté le ).
  43. Mahaut Tyrelle, Un camp napoléonien à Étaples-sur-Mer : l’apport de l’archéologie à l’histoire, INRAP, , en ligne Un camp napoléonien à Étaples-sur-Mer L'apport de l'archéologie à l'histoire - institut de recherches archeologiques, consulté le 27 octobre 2008.
  44. Marguerite Lecat, Quand les laboureurs courtisaient la terre, France-Empire, , p. 140.
  45. - FRANCOIS Lionel, Putkowski Julian, Le camp britannique d'Étaples, Sucellus, 2e semestre 1998. Mémoire de maîtrise, Université d'Artois (Archives départementales du Pas-de-Calais).
  46. Gauthier Byhet, « Étaples : la Ville a récupéré sa Croix de guerre », Le Journal de Montreuil,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  47. « Liste des communes composant le canton d'Étaples (6224) », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  48. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  49. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le ).
  50. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  51. a et b « Résultats du 1er tour pour Cucq », sur le site du Ministère de l'Intérieur (consulté le ).
  52. « Conseillers communautaires : les règles de l'élection », sur https://www.vie-publique.fr/ (consulté le ).
  53. a b et c « La mairie d’Étaples est convoitée, présentation des listes déjà en lice », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne).
  54. M.L., « Étaples : le point final du maire, Jean-Claude Baheux : C’est sans surprise que Jean-Claude Baheux annonçait en septembre dernier qu’il ne renouvellerait pas son mandat de maire d’Étaples : « C’était prévu, il faut laisser la place aux jeunes. » À ce poste depuis 2008, il a organisé sa dernière cérémonie de vœux, hier, salle de la Corderie », La Voix du Nord,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Élise Chiari, « Étaples: Philippe Fait veut « donner plus d’autonomie aux adjoints » : Le nouveau maire d’Étaples, Philippe Fait, prend ses marques dans sa « location », comme il dit. Parcours personnel et politique, priorités pour la ville… Qui est le successeur de Jean-Claude Baheux ? Éléments de réponse. », sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  56. Élise Chiari, « Philippe Fait, maire d’Étaples : « Nous n’avons aucune marge de manœuvre » : Pour son premier mandat à la tête d’Étaples et de ses 11 500 habitants, Philippe Fait, adjoint à l’éducation sous Jean-Claude Baheux, a du pain sur la planche. La ville croule sous les dettes, le chômage et les vieux dossiers empoisonnés. Mais l’élu mise entre autres sur le tourisme et les économies pour redresser la barre », sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  57. R. D., « La ville d’Étaples abat huit peupliers devant le centre nautique, le maire plaide leur dangerosité », sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  58. a et b Fabrice Leviel, « Philippe Fait en lice pour un second mandat à Étaples avec le sentiment du devoir accompli », sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  59. « Atlas français de la coopération décentralisée et des autres actions extérieures », sur le site du ministère de l'Europe et des Affaires étrangères (consulté le ).
  60. « 10 ans de jumelage avec Folkestone », sur le site de la mairie, non daté (consulté le ).
  61. « Étaples : Forte comme un chêne, la relation avec Hückeswagen dignement fêtée », sur le site du quotidien La Voix du Nord, (consulté le ).
  62. « Volume d'eau prélevé en 2018 », sur Le site de la Banque nationale des prélèvements en eau (BNPE) (consulté le ).
  63. a et b « Gestion de l'eau », sur L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement (consulté le ).
  64. « Gestionnaire des déchets », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  65. « Déchèterie », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  66. « Site de compostage », sur Le site de Sinoe (consulté le ).
  67. « Ètaples quatre fleurs », sur villes-et-villages-fleuris.com (consulté le ).
  68. « Le port de plaisance d'Etaples », sur Le site du Pavillon bleu (consulté le ).
  69. « Liste des écoles d'Étaples », sur education.gouv.fr (consulté le ).
  70. « Label station classée de tourisme commune touristique », sur entreprises.gouv.fr Le portail de la Direction générale des Entreprises (consulté le ).
  71. « Le bureau de poste d'Étaples », sur Le site de la Poste (consulté le ).
  72. « Les chiffres », sur le site du centre hospitalier de l'arrondissement de Montreuil (consulté le ).
  73. « Clinique des acacias-hautsdefrance.com » (consulté le ).
  74. « Liste des juridictions compétentes pour une commune », sur le site du ministère de la Justice et des libertés (consulté le ).
  75. « Police municipale », sur Le site de la mairie d'Étaples (consulté le ).
  76. « Brigade de gendarmerie d'Étaples », sur lannuaire.service-public.fr (consulté le ).
  77. « Compétence territoriale gendarmerie et police nationales », sur data.gouv.fr (consulté le ).
  78. « CIS du Pas-de-Calais », sur Le site du centre départemental d'incendie et de secours (consulté le ).
  79. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  80. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  81. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  82. « Le centre nautique de la Canche (CNS) », sur centrenautique.etaples-sur-mer.fr (consulté le ).
  83. « Visualisation de la carte topographique pour Étaples. » sur Géoportail (consulté le 8 avril 2021.)..
  84. « Boulogne-sur-Mer / Le Touquet-Paris-Plage - La Vélomaritime / EuroVélo 4 », sur francevelotourisme.com (consulté le ).
  85. « Le réseau de pistes cyclables », sur ca2bm.fr (consulté le ).
  86. « associations culturelles d'Étaples », sur le site de la commune (consulté le )
  87. « Les associations culturelles d'Étaples », sur Le site de la commune d'Étaples
  88. « associations sportives d'Étaples », sur Le site de la commune d'Étaples (consulté le )
  89. « associations caritatives », sur Le site de la commune d'Étaples (consulté le )
  90. « associations de quartier », sur le site de la commune d'Étaples (consulté le )
  91. « Doyenné de Berck Montreuil », sur Diocèse d'Arras (consulté le ).
  92. « L’église Saint Michel a retrouvé son triptyque », sur site de la ville d'Étaples (consulté le ).
  93. Notice no IA62001282, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  94. « Actualités Montreuil », sur le site du quotidien régional La Voix du Nord (consulté le ).
  95. Déborah Adoh, « Grand Littoral TV devient BFM Grand Littoral », sur lavoixdunord.fr, (consulté le ).
  96. « Intercommunalités et zonages d'études », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  97. « Jours de marchés à Étaples », sur Le site de la commune d'Étaples (consulté le ).
  98. Paul Gratian, « Le marché d’Étaples, dans le Pas-de-Calais, élu « plus beau marché de France » au JT de TF1 », sur ouest-france.fr, (consulté le ).
  99. « Votre plus beau marché 2021 : Étaples-sur-Mer grand vainqueur, découvrez le palmarès », sur lci.fr, (consulté le ).
  100. Edgar Chaumond, « François Gosselin veut faire revivre le port de pêche d’Étaples », Les Échos du Touquet,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  101. Les Usines textiles des Saint-Frères, Encyclopédie Picardie, Service Régional de l'Inventaire", publié le 03/03/08
  102. a b et c Étaples-sur-Mer, la cité résolument tournée vers la mer, La Voix du Nord, 18 août 2010
  103. Etaples, monuments aux morts
  104. « Les régions agricoles (RA), petites régions agricoles (PRA) voir le référentiel », sur agreste.agriculture.gouv.fr, (consulté le ).
  105. « Les exploitations ayant leur siège dans la commune », sur Le site du ministère de l'Agriculture, de l'Agroalimentaire et de la Forêt (consulté le ).
  106. Notice no PA00108273, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  107. a et b Bases de données Ministère de la culture
  108. bateau de pêche (chalutier-thonier) dit Charles de Foucauld dans la base Mérimée du Ministère de la Culture
  109. « Monument aux morts d'Étaples », sur memoiresdepierre.pagesperso-orange.fr le site mémoires de pierre (consulté le ).
  110. « Le Puits d'amour à Étaples », sur le site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), (consulté le ).
  111. « Le Puits d'amour à Étaples », sur le site de l'Institut national de recherches archéologiques préventives (INRAP), (consulté le ).
  112. Musée Quentovic
  113. « Inauguration de l’espace culturel Marie Madeleine Gauffeny », sur le site de la commune d'Étaples (consulté le ).
  114. « SIVU – généalogie « Opal'Origine » », sur Le site de la commune d'Étaples (consulté le ).
  115. « 62318 Étaples (Pas-de-Calais) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).