Autobus de Lille Roubaix Tourcoing

Réseau de bus
Ilévia
Image illustrative de l’article Autobus de Lille Roubaix Tourcoing

Image illustrative de l’article Autobus de Lille Roubaix Tourcoing
Irisbus Citelis 12 sur la ligne CIT1.

Situation Métropole européenne de Lille
Type Autobus
Entrée en service Vers 1930
Fréquentation 47,1 millions (2011)
Propriétaire Métropole européenne de Lille
Exploitant Ilévia
Réseaux connexes Transports en commun de Lille Métropole

Anciennement

L'autobus de Lille Roubaix Tourcoing est un réseau d'autobus desservant l'agglomération de Lille Roubaix Tourcoing et le territoire de la Métropole européenne de Lille (MEL). Le réseau est exploité par Ilévia dans le cadre d'une concession de service public (CSP), principalement au moyen de bus roulant au gaz de ville et accessibles aux personnes à mobilité réduite.

HistoireModifier

Le réseau de LilleModifier

Le premier réseau de Lille (1933-1939)Modifier

En 1933, la compagnie des Tramways électriques de Lille et sa banlieue (TELB) qui gère le réseau de tramway de Lille[note 1] met en service cinq lignes d'autobus dont l'exploitation est assurée par une filiale, la Compagnie générale industrielle de transports (CGIT), trois des lignes sont fermées par la suite faute de rentabilité, les deux dernières sont supprimées au début de la Seconde Guerre mondiale, les autobus étant réquisitionnés.

L'après-guerre, le second réseau (1945-1956)Modifier

Suppression du tramway (1956-1966)Modifier

Le réseau de Roubaix TourcoingModifier

Premiers développements (1930-1939)Modifier

En 1925, la société des Autobus Linsellois commence à développer un réseau de lignes d'autobus autour de Linselles vers Bondues, Mouvaux et Tourcoing.

En 1930, l'Électrique Lille Roubaix Tourcoing (ELRT) qui exploite le tramway de Roubaix Tourcoing, le tramway du Grand Boulevard ainsi qu'une ligne n°2 à voie métrique au départ de Lille vers Leers, met en service ses premières lignes d'autobus au départ de Roubaix et Tourcoing :

  • n°54, le , entre Tourcoing et Halluin par Neuville-en-Ferrain ;
  • n°51 et 52, le au départ de l'Hôtel-de-Ville de Tourcoing vers le quartier de La Marlière à Tourcoing et le quartier du Mont-à-Leux à Mouscron en Belgique (le tracé des deux lignes est probablement commun).
  • n°53 à la même date, entre la place de la Liberté à Roubaix et le Mont-à-Leux.
  • n°50, le , entre la rue de Dunkerque à Tourcoing et La Marlière (cette ligne renforce probablement la ligne 51).

La même année, l'ELRT rachète la société des Autobus Linsellois et en reprend l'exploitation au [note 2], elle réorganise et rationalise l'exploitation des lignes l'année suivante qui ne sont plus au nombre que de quatre au  :

Le , l'ELRT crée des services directs doublant le tramway du Grand Boulevard sous les indices 70 (vers Roubaix) et 71 (vers Tourcoing) employant des autobus de petite capacité Citroën C6 (18 places au total) comprenant également des services de nuit (sous les indices 70N et 71N). La même année, le , la société passe un accord avec la Société générale des transports départementaux (SGTD) pour reprendre l'exploitation de sa ligne Tourcoing - Comines, qu'elle exploite sous l'indice 57. Plus tard, le , la compagnie met en service une ligne sous l'indice 58 entre Roubaix et Annappes pour éviter de subir la concurrence de l'autocariste Tricoit, qui est à l'origine de ce projet. Les lignes 58, 70 et 71 vont cependant être rapidement supprimées le pour les services de nuit des 70 et 71, le pour les services de jour 70, 71 ainsi que la ligne 58 Roubaix - Annappes d'une part à cause décret-loi du portant sur la coordination du rail et de la route mais également par manque de rentabilité.

En 1936, l'ELRT substitue pour la première des autobus au tramway, à partir du les tramways de la ligne P/ entre la Grand-Place de Tourcoing et la rue des Orions puis à partir du , la ligne P Tourcoing - Wattrelos est également supprimée, la ligne de bus est prolongée jusqu'à Lannoy par l'itinéraire du tramway P et du tramway 2 Lille - Leers dont la section Lannoy - Leers a été supprimée le .

La déclaration de la guerre en conduit l'armée à mobiliser vingt-quatre des vingt-six autobus de l'ELRT, deux seulement, un Bernard B6 et un Renault Scemia sont conservés n'étant pas en état de rouler à ce moment là. La mobilisation des véhicules, détruits par la suite au début du conflit et le rationnement du carburant conduisent à la suppression des lignes, la même chose se produisant pour les TELB à Lille.

L'après-guerre (1945-1951)Modifier

 
Plan au [1]

À la fin de la guerre, le réseau de tramway de Roubaix Tourcoing reprend peu à peu son aspect d'avant-guerre et l'ELRT remet en service ses lignes d'autobus 55 et 57 au moyen des deux autobus rescapés de la guerre[note 3].

Au , le réseau compte alors onze lignes de tramway et la ligne d'autobus 57 Tourcoing - Comines.

Liste des lignes d'autobus et tramway à Roubaix Tourcoing au  :
Ab ligne d'autobus; T ligne de tramway, les lignes avec une astérisque ne sont pas reprises sur le plan.

Autres lignes :

Suppression du tramway (1951-1956)Modifier

La période d'après-guerre est marquée cependant par une baisse de la fréquentation, l'ELRT dans une situation de perte financière commence à envisager la suppression de son réseau de tramway et le remplacement d'abord par des trolleybus puis par des autobus. Le , elle provoque la suppression et le remplacement par des autobus de deux lignes de tramway, la ligne circulaire M Tourcoing Grand-Place - Tourcoing Grand-Place (ainsi que son service M/ vers Neuville-en-Ferrain Risquons-Tout) et S Roubaix Place de la Liberté - Hem Église :

  • Le tramway M est remplacé par deux lignes d'autobus : 10 Tourcoing Cimetière - La Marlière et 11 Tourcoing Place du Maréchal Foch - Neuville-en-Ferrain Risquons-Tout ; la première reprend l'itinéraire du M en abandonnant la section entre la place de la Croix-Rouge et le Cimetière mais est prolongée de la Croix-Rouge au quartier de La Marlière en reprenant le service de l'ancien autobus Tourcoing Grand-Place - La Marlière ; la seconde reprend la desserte du Risquons-Tout de l'ancien service M/ et une partie de l'ancien tram M entre Tourcoing Belle-Vue et le Cimetière avec un itinéraire différent du tram jusqu'à la Grand-Place par le boulevard de l'Égalité et prolongé au delà vers la place du Maréchal Foch[note 4].
  • Le tram S entre Roubaix et Hem est supprimé et remplacé par une ligne sous l'indice 16, avec modification du tracé entre la place du Travail et l'avenue Alfred Motte par la rue Édouard Vaillant et l'avenue Gustave Delory.

Au cours de cette année apparaissent également deux autres lignes d'autobus : une ligne sous l'indice 9 entre Tourcoing Blanc-Seau et Wasquehal Pavé de Lille et une autre sous l'indice 10bis entre la Grand-Place de Tourcoing et la rue des Orions en empruntant l'itinéraire de la ligne P Tourcoing - Lannoy.

Sur ces nouvelles lignes, la tarification reste identique au tramway basée sur le sectionnement avec exploitation à deux agents (conducteur et receveur). Un sens de circulation est cependant imposé dans les véhicules de l'arrière vers l'avant, les nouveaux autobus Chausson AP48 achetés pour l'occasion comportent deux portes aux extrémités du véhicule en disposition 402 profitant de la double porte arrière introduite par Chausson sur ce modèle. Autre nouveauté, le receveur possède un poste de perception fixe placé à côté de la porte arrière (au dessus de l'essieu) pour faciliter la circulation des voyageurs (il restera ambulant sur les tramways jusqu'à la fin du réseau).

En 1952, la décision est prise avec les villes de Roubaix Tourcoing de précéder à la suppression totale du réseau de Roubaix Tourcoing et à son remplacement par des autobus, ces suppressions vont s'étaler de 1953 à 1956. Le a lieu la première grande vague de suppressions concernant quatre lignes :

L'ELRT achète pour ces nouvelles lignes de nouveaux autobus Chausson AP52 gardant la même disposition des portes et mode d'exploitation à deux agents et circulation de l'arrière vers l'avant.

En 1954, les tram A, L et R sont supprimés :

Le réseau comprend alors encore trois lignes de tramway et dix lignes d'autobus.

Liste des lignes de tramway et d'autobus au  :
Ab ligne d'autobus; T ligne de tramway.

Les trois dernières lignes de tramway du réseau sont supprimées le , la ligne B Roubaix Gare - Wattrelos Douane est remplacée par l'autobus 14 avec prolongement depuis la douane de Wattrelos à Herseaux en Belgique ; la ligne C est remplacée par un autobus sous l'indice 19 et la ligne C/ par un autobus sous l'indice 19. Le même jour, suite à un accord entre la ville de Lille et celles de Roubaix Tourcoing, la ville de Lille ayant depuis le le pouvoir décisionnaire sur son territoire, la ligne de tramway F des TELB, exploitée par la CGIT depuis le début d'année est supprimée, la section entre Roubaix et Flers Moulin-Delmar est exploitée par autobus par l'ELRT sous l'indice 21, celle-ci cède en échange ses lignes suburbaines de tramway au départ de Lille à la CGIT (voir la section ci-dessus). À partir de cette date, seul le tramway du Grand Boulevard dessert les villes de Roubaix et Tourcoing, le réseau compte alors quatorze lignes d'autobus auxquelles s'ajoute la ligne privée Tourcoing - Lannoy.

Liste des lignes d'autobus au  :

Les années 1960Modifier

Années 2000Modifier

 
Un arrêt de bus couvert (Ronchin Mairie)

Depuis sa création, le réseau de bus de Ilévia a subi de nombreuses réorganisations pour s'adapter à l'évolution de la ville et des usages des voyageurs. Ainsi, en 2010 a été signé le nouveau contrat de délégation de service public qui a été confié par Lille Métropole à Ilévia (à l'époque Transpole). Ce contrat comprend notamment la mise en place d'un "Plan bus" qui s'échelonne sur trois ans[2].

Plan bus 2006 - 2009Modifier

Ce premier plan bus avait pour objectif d'améliorer le réseau de bus de la métropole lilloise en proposant des liaisons vers de nouvelles communes et des horaires plus nombreux.

Ce plan bus avait été décidé alors que le réseau accusait une baisse de la fréquentation des bus ainsi qu'un réseau moins développé que d'autres grandes villes françaises[3].

Plan bus 2011 - 2013Modifier

Première phase du plan busModifier

Le , le réseau a ainsi subi un premier changement. Ainsi, la Liane 1 a notamment été prolongée jusqu'au centre commercial de Faches-Thumesnil. Une liane périurbaine L90 a été créée reliant Comines à Lille Siège de Région.

Pour simplifier le réseau, les lignes 4 et 12 ont été fusionnées en une unique ligne 12 qui relie les villes de Haubourdin, Loos, Lille, La Madeleine et Marcq-en-Barœul. Il en est de même pour la ligne 14 qui est née de la fusion des lignes 9 et 51 et permet de joindre les villes de Marquette-lez-Lille et Wattignies.

Cette année voit également l'arrivée d'une première ligne de nuit. Cette dernière circule du jeudi au samedi, de 0h30 à 5h30.

De même, une première ligne de rocade nommée "La Corolle" a vu le jour. Cette ligne circule en périphérie de Lille et permet de relier directement des villes comme Villeneuve-d'Ascq et Ronchin en bus[4] sans passer par le centre de Lille.

Deuxième phase du plan busModifier
 
La ligne 18 a remplacé les lignes 44, 72 et 73 en août 2012.

Depuis le , de nouveaux changements sont intervenus dans le réseau de bus.

Trois nouvelles lianes urbaines et périurbaines ont été créées :

  • La Liane 4 (Halluin Gounod <> Tourcoing Centre) en remplacement de la ligne 22 A.
  • La Liane 91 (Halluin LP Colbras <> Gare Lille Flandres) en remplacement des lignes 22 A et 35.
  • La Liane 91 express (Halluin LP Colbras <> Gare Lille Flandres) : une nouvelle liane pour relier directement Halluin à la gare Lille-Flandres.

Plusieurs nouvelles lignes ont vu le jour :

  • La ligne 10 (Gare Lille Flandres <> CHR Oscar Lambret/Gare Lille Flandres <> Lomme Hegel) en remplacement des lignes 6B et 73.
  • La ligne 13 (Lille Porte de Douai <> Villeneuve-d'Ascq Hôtel de ville) en remplacement des lignes 7, 10 et 43.
  • La ligne 18 (Lomme A. France <> Villeneuve-d'Ascq Hôtel de ville) en remplacement des lignes 44, 72 et 73.
  • La ligne 50 (Marcq Collège <> Verlinghem Centre) en remplacement des lignes 6A, 7 et 40.
  • La ligne 51 (Lambersart Les Conquérants <> Gare Lille Flandres) en remplacement des lignes 6B et 73.
  • La ligne 53 (Pérenchies Collège Monod <> Lille Bois Blancs) en remplacement des lignes 72 et 74.
  • La ligne 57 (Fort de Mons <> Lesquin Verdun) en remplacement des lignes 15 et 44.
  • La ligne 59 (Villeneuve-d'Ascq Pont de Bois <> Villeneuve-d'Ascq Contrescarpe) en remplacement des lignes 10, 41 et Inter'Val.
  • La ligne 65 (Wattignies Blum / Faches Église <> Villeneuve-d'Ascq 4 Cantons) en remplacement de la ligne 53.
  • La ligne 84 (Comines Les Glycines <> Tourcoing Gare) en remplacement des lignes 22 D et 37.
  • La ligne 86 (Comines Mairie <> Gare Lille Flandres) en remplacement de la ligne 36.
  • La ligne 87 (Linselles Cimetière <> Tourcoing Gare) en remplacement de la ligne 37.
  • La ligne 88 (Comines Mairie <> Gare Lille Flandres) en remplacement de la ligne 18.

De nouvelles dessertes dans les zones d'activités :

  • La ligne Z1 (Tourcoing Gare <> Neuville en Ferrain Reckem)
  • La ligne Z4 (Tourcoing Gare <> Bondues Carrel)
  • La ligne Z5 (Les Prés <> ZI Pilaterie)

Enfin, deux Citadines sont implantées dans les villes d'Halluin et d'Armentières (en remplacement de la ligne 83).

Au-delà de ces changements, le réseau a subi également une renumérotation de ses lignes pour suivre un nouveau schéma :

  • Les numéros 1 à 8 sont réservés aux Lianes
  • Les numéros 9 à 19 sont les lignes principales
  • Les numéros 30 à 39 et 50 à 59 comprennent les lignes complémentaires
  • Les numéros 60 à 89 sont les lignes périurbaines
  • Les numéros 90 à 99 comprennent les Lianes périurbaines[5]

Réseau actuelModifier

LignesModifier

Lignes actuellesModifier

L1 Faches-Thumesnil - WambrechiesModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice R en remplacement du tramway R.

 : incorporation de l'ancienne ligne de tramway C, attribution de l'indice 3[note 5].

 : attribution de l'indice Liane 1 (L1) ; fusion de la ligne 14.

 : section Wambrechies - Comines repris par une nouvelle ligne « Liane 90 »[6].

L2 Loos - WattigniesModifier

L5 Haubourdin - Marcq-en-BarœulModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice H en remplacement du tramway H.

 : incorporation de l'ancienne ligne de tramway B et prolongement de l'avenue des Martyrs au square des Flandres[note 6] ; attribution de l'indice 2 ; création d'une antenne vers Loos Les Oliveaux[7].

Entre 1966 et 1968 : modification du tracé de l'antenne des Oliveaux par le CHR Oscar Lambret (repris à la ligne 5) ; prolongement du square des Flandres à la cité universitaire à Annappes ; création d'une antenne vers Flers-Sud (repris à la ligne 5)[8].

Entre 1971 et 1974 : prolongement de l'antenne de Flers-Sud vers le square des Flandres[9].

Entre 1974 et 1978 : limitation de l'antenne du Square des Flandres (via Flers-Sud) à l'université Pont-de-Bois ; création d'une antenne depuis le square des Flandres vers le quartier du Recueil ; terminus reporté de l'hospice d'Haubourdin au Parc ; création d'une antenne vers la mairie d'Hallennes-lez-Haubourdin (desserte de Sequedin reprise à la ligne 1) ; suppression de l'antenne des Oliveaux et déviation à Lille entre la place Cormontaigne et le carrefour Liberté-Nationale par la rue Nationale (dessertes reprises par la ligne 9)[10].

 : fusion de la ligne 4.

 : attribution de l'indice Liane 5 (L5)[11].

L7 Lille - Faches-ThumesnilModifier

 : mise en service sous l'indice 50 en remplacement de l'antenne de la ligne 3[12].

 : attribution de l'indice L7[13].

14 Marquette-lez-Lille - WattigniesModifier

Vers 1970-1980 : création sous l'indice 9 en reprenant l'antenne de Marquette de la ligne 4.

Date inconnue : reprise de l'itinéraire de la ligne 2 par la rue Gambetta et l'antenne de Loos Oliveaux.

 : suppression de la section Lille Gare - Loos Oliveaux ; desserte des Oliveaux reprise par une nouvelle ligne 51.

 : fusion de la ligne 51 et prolongement vers Wattignies, attribution de l'indice 14[6].

16 Lille - Marcq-en-BarœulModifier

50 Lille - Saint-AndréModifier

86 Lille - CominesModifier

87 Lille - LinsellesModifier

Années 1930 : mise en service par l'ELRT par fusion des lignes Tourcoing - Linselles et Linselles - Comines des Autobus linsellois que l'ELRT a racheté.

Vers 1951 : attribution de l'indice 57.

L90 Lille - CominesModifier

 : mise en service entre Lille Hôtel de Région et Comines Mairie (section Wambrechies - Comines reprise à la Liane 1)[6].

L91 Lille - HalluinModifier

Années 1930 : fusion des lignes mise en service par l'ELRT entre Lille et Halluin.

Vers 1951 : attribution de l'indice 55.

L92 Lille - SeclinModifier

 : attribution de l'indice L92[13].

L99 Lille - ArmentièresModifier

Anciennement 79.

Anciennes lignesModifier

1 Lille - LommeModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice 1 en remplacement du tramway I ; prolongement du terminus de Lomme Calvaire au Grand-But ; reprise de l'antenne de la cité de la Délivrance du tramway I ; création d'une antenne vers Sequedin Église par reprise de l'itinéraire du bus A[note 7] et prolongement depuis son ancien terminus de Lomme Croix du Temple[note 8] ; création d'une antenne vers la mairie de Lambersart par reprise de l'itinéraire du bus A[note 7],[14].

 : reprise du service de tramway HI/ entre la gare de Lille et Mons-en-Barœul Moulin Delmar[15].

 : suppression de l'antenne de la mairie de Lambersart repris par la nouvelle ligne 1/8[16].

Entre et1968 : création d'une antenne vers Marcq-en-Barœul May-Four ; échange d'itinéraire avec la ligne 5, terminus reporté de Mons-en-Barœul Moulin Delmar à Flers-Bourg[8].

Entre 1968 et 1971 : création d'une antenne depuis le calvaire de Lomme vers Hallennes-lez-Haubourdin Place Demelemester[17].

Entre 1971 et  : prolongement de l'antenne de la délivrance vers Hallennes-lez-Haubourdin Place Demelemester ; création d'une antenne depuis le calvaire de Lomme vers Hallennes-lez-Haubourdin Place Demelemester ; suppression de l'antenne du May-Four reprise par la ligne 1/8 ; prolongement de l'antenne de Flers-Bourg ; création d'une antenne vers le Tape-Autour à Mons et la ZUP du boulevard Napoléon Premier[9].

Entre 1974 et 1978 : limitation de l'antenne de Sequedin à Lomme Marais (repris par la ligne 2)[10].

1/8 Lille - LambersartModifier

 : mise en service entre la gare de Lille et la mairie de Lambersart (terminus repris à la ligne 1).

4 Marcq-en-Barœul - RonchinModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice 4 en remplacement des lignes de tramway E et J avec une antenne vers la mairie de Marquette-lez-Lille (section reprise à la ligne L) et prolongement de la mairie de Ronchin à la place de la République (section reprise à la ligne L avec un itinéraire différent).

Vers 1970-1980 : détachement de l'antenne de Marquette (voir ligne 9).

 : suppression, itinéraire repris par la ligne 12[6].

5 Lille Gare - Cité HospitalièreModifier

1953 : mise en service par la CGIT sous l'indice G entre la gare de Lille et la cité hospitalière.

1961 : prolongement de la gare de Lille à Flers-Bourg (section reprise à la ligne K).

Entre et 1968 : échange d'itinéraire avec les lignes 1 et 2, terminus reporté de Flers-Bourg à Mons-en-Barœul Moulin Delmar ; limitation de la place Antoine Tacq au CHR Oscar Lambret (repris par la ligne 2)[8].

6 Lille - LambersartModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice X en remplacement du tramway X.

Vers 1960 : attribution de l'indice 6.

 : prolongement de la gare de Lille au PN de Lezennes (section reprise à la ligne 1/8)[note 9].

7 Lille Place Catinat - BuissonModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice 7 en remplacement du tramway V.

Date inconnue : scission de la ligne 7 en deux (voir ligne 17).

9 Roubaix - WasquehalModifier

1951 : mise en service (voir ci-dessus).

Entre 1951 et 1954 : prolongement depuis le Blanc-Seau vers la Grand-Place de Roubaix ; prolongement vers la place de la République à Wasquehal.

Entre 1956 et 1965 : fusion avec la ligne 13.

10 Tourcoing Cimetière - La MarlièreModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

 : prolongement vers la gare des Francs et l'église Saint-François-d'Assise de Mouvaux (repris au tram LN) ; abandon de la desserte de la place Foch (repris par la ligne 10bis).

10bis Tourcoing Grand-Place - Rue des OrionsModifier

1951 : mise en service (voir ci-dessus).

 : prolongement de la Grand-Place vers la place Foch (repris à la ligne 11).

Entre 1953 et 1954 : suppression.

11 Mouvaux - Neuville-en-FerrainModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

12 Tourcoing - HalluinModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

13 Tourcoing Grand-Place - Blanc-SeauModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

Entre 1956 et 1965 : fusion des lignes 9 et 16 (voir la section ci-dessus).

14 Lille - RonchinModifier

 : scission de la ligne 4[18].

 : fusion avec la ligne Liane 1 (ex.3).

14 Roubaix - HerseauxModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

15 Lille - LoosModifier

15 Roubaix - WattrelosModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

16 Roubaix - HemModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

Entre 1956 et 1965 : fusion avec la ligne 13.

17 Leers - MouvauxModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

17 Lille Bois-Blanc - Place VanhoenackerModifier

Date inconnue : scission de la ligne 7 en deux.

18 Roubaix - TourcoingModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

19 Roubaix - ToufflersModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

20 Roubaix - TourcoingModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

21 Roubaix - FlersModifier

 : mise en service (voir ci-dessus).

51 Lille - WattigniesModifier

 : suppression, itinéraire repris par la ligne 14[6].

54 Lille - PérenchiesModifier

 : suppression, itinéraire repris partiellement par les lignes 12 et Corolle 3[13].

55 Lille - WattigniesModifier

 : scission de la ligne 3[18].

56 Lille - WambrechiesModifier

 : suppression[13].

A Lille - LommeModifier

1949 : mise en service par la CGIT sous l'indice A entre le passage à niveau de Lezennes (PN de Lezennes) et le marais de Lomme[réf. nécessaire].

 : suppression, itinéraire repris par les lignes 1 et 6[note 10],[réf. nécessaire].

K Flers - MarquetteModifier

 : mise en service par la CGIT sous l'indice K entre Flers-Bourg et la mairie de Marquette-lez-Lille en remplacement des lignes de tramway 2 et 5.

1961 : suppression, itinéraire repris par les lignes 5 et L.

L Lille - RonchinModifier

Mise en service par la CGIT sous l'indice L

1957 prolongement Ronchin république.

1961 : prolongement de la Grand-Place de Lille à la mairie de Marquette-lez-Lille (section reprise à la ligne K).

 : suppression itinéraire repris partiellement par les lignes 3 et 4[note 11].

Tourcoing Grand-Place - La MarlièreModifier

 : suppression (repris par ligne 10 et 11).

Tourcoing - LannoyModifier

Anciennes lignesModifier

ListeModifier
Ligne Caractéristiques
6A/6B
 
Gare Lille Flandres ↔ Grand Saint André, Verlinghem ou Lambersart
Ouverture / Fermeture
— /
Longueur
Durée
59 min
Nb. d’arrêts
43
Matériel
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Dépôt
Faidherbe
Desserte : Lille, Saint-André-lez-Lille, Verlinghem et Lambersart
  • Principaux arrêts desservis : Gare Lille Flandres • Saint André Gare • Grand Saint André • Verlinghem • Lambersart Conquérants
Autre : Correspondance        
7
 
Marcq Collège ↔ Lille Porte de Douai
Ouverture / Fermeture
— /
Longueur
Durée
34 min
Nb. d’arrêts
31
Matériel
Agora S GNV
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Dépôt
Faidherbe
Desserte : Lille
  • Principaux arrêts desservis : Marcq Collège • Marcq Place • Buisson • Frères Lumières • Lille Porte de Valenciennes • Lille Porte de Douai.
Autre : Correspondance        
10
 
Lille Legrand ↔ Villeneuve-d'Ascq Pont de Bois
Ouverture / Fermeture
— /
Longueur
Durée
Nb. d’arrêts
26
Matériel
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / N / N / O
Voy. / an
Dépôt
Faidherbe
Desserte : Lille, Mons-en-Barœul, Villeneuve-d'Ascq
Autre : Correspondance        
15
 
Leers – Église ↔ Tourcoing – Risquons Tout
Ouverture / Fermeture
? /
Longueur
21,2 km
Durée
70−75 min
Nb. d’arrêts
58
Matériel
Agora S GNV
Citelis 12 GNV
Jours de fonctionnement
LMaMeJVSD
Jour / Soir / Nuit / Fêtes
O / O / N / O
Voy. / an
Dépôt
Wattrelos
Desserte :
Autre :
  • Amplitude horaire et fréquence:
    • Du lundi au vendredi en période scolaire: de 5h35 à 23h05 avec un bus toutes les 10 minutes en heures de pointe, toutes les 15 minutes en heures creuses et toutes les 20 à 30 minutes en soirée.
    • Du lundi au vendredi – vacances scolaires: de 5h25 à 23h05 avec un bus toutes les 15 minutes en journée et toutes les 30 minutes en soirée.
    • Samedis: de 5h20 à 23h05 avec un bus toutes les 12 à 15 minutes en journée et toutes les 30 minutes en soirée.
    • Dimanches et jours fériés: de 7h50 à 22h30 avec un bus toutes les 30 minutes.
  • Particularités:
    • Du lundi au samedi, le dernier départ de Leers – Église a pour terminus Eurotéléport.
    • Du lundi au samedi, les 3 derniers départs de Tourcoing – Risquons Tout ont pour terminus Eurotéléport.
16