Ouvrir le menu principal

Gare de Lille-Saint-Sauveur

gare française

Lille-Saint-Sauveur
Image illustrative de l’article Gare de Lille-Saint-Sauveur
La gare de Lille-Saint-Sauveur.
Localisation
Pays France
Commune Lille
Quartier Saint-Sauveur
Adresse 17, boulevard Jean-Baptiste-Lebas
59000 Lille
Coordonnées géographiques 50° 37′ 35″ nord, 3° 04′ 27″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire MEL (depuis 2016)[1]
Services Gare fermée, devenue centre culturel
Caractéristiques
Ligne(s) Lille-Saint-Sauveur à Lille-Port-Vauban
Altitude 24 m
Historique
Mise en service 1865
Fermeture 2003

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Lille-Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : Nord

(Voir situation sur carte : Nord)
Lille-Saint-Sauveur

Géolocalisation sur la carte : Lille

(Voir situation sur carte : Lille)
Lille-Saint-Sauveur

La gare de Lille-Saint-Sauveur, ou simplement « gare Saint-Sauveur », est une ancienne gare ferroviaire française située à Lille dans le quartier du même nom, au sein du département du Nord, en région Hauts-de-France.

Ouverte uniquement comme gare aux marchandises en 1865, elle est fermée puis désaffectée en 2003.

Le site est reconverti en centre culturel et espace de loisirs, d'expositions et de restauration à l’occasion des événements de Lille 3000 en 2009[2].

Situation ferroviaireModifier

Établie à 24 mètres d'altitude, la gare en impasse de Lille-Saint-Sauveur était située au point kilométrique (PK) 251,144 de la ligne de Paris-Nord à Lille, à l'extrémité d'un court embranchement situé après l'ancienne gare de Fives.

L'embranchement et la gare sont aujourd'hui désaffectés pour le service ferroviaire.

HistoireModifier

Le site de la gare se trouve au sud de l'enceinte de la ville de Lille jusqu'au milieu du XIXe siècle, au nord du faubourg des Malades, future commune de Moulins, comprise dans celle de Wazemmes jusqu'en 1833. Cette dénomination provenait d'une léproserie fondée au début du XIIIe siècle qui s'étendait sur 5 hectares en partie sur les terrains de l'actuel boulevard Jean-Baptiste-Lebas et au nord-ouest de la gare. Cette léproserie fut démolie en 1658 et ses matériaux utilisés pour la construction du bastion de la Noble Tour, quelques années avant la conquête de Lille en 1677 par Louis XIV[3]. Les cartes de la première moitié du XIXe siècle attestent de la présence de fours à chaux sur cet espace.

En 1858, la ville annexe les communes limitrophes de Moulins, Wazemmes, Fives, Esquermes. Cet agrandissement de la ville laisse des terrains disponibles sur la partie des fortifications en projet de démantèlement au sud de la ville et sur la zone de servitude militaire inconstructible autour de l'enceinte.

C’est alors qu’émerge l’idée de construction d’une nouvelle gare, plus vaste. Le projet est confirmé par un décret impérial en 1861.

En 1862, la Compagnie des chemins de fer du Nord travaille sur le projet d'une gare uniquement de marchandises à établir derrière le fort Saint-Sauveur[4].

Les ingénieurs du service de contrôle émettent plusieurs fois un avis pour que cette nouvelle gare devienne la seule gare de Lille avec également le service voyageurs mais leur proposition n'est pas retenue[5]. En 1863, le projet se concrétise, avec l'acquisition et les expropriations des terrains nécessaires, ainsi qu'une décision du Ministre de la guerre qui autorise la construction bien qu'elle soit située dans une zone où les anciennes fortifications ne sont pas encore déclassées[6]. Les travaux sont engagés en 1864 et s'achèvent en 1865.

La gare dont le nom se réfère à celui du quartier Saint-Sauveur à proximité, s'insère dans l'aménagement d'un réseau de nouvelles voies planifié dans les années 1860 sur la partie agrandie de la ville jusqu'à la nouvelle enceinte englobant les communes annexées de Moulins, Wazemmes et Esquermes.

C'était une gare terminus accessible par le large boulevard d'Italie, actuellement parc Jean-Baptiste-Lebas, réalisé à la même époque dans l'axe de la rue de Paris, porte de Paris et en direction du sud par les très anciennes rues de Douai et d'Arras dans la commune de Moulins.

L'ancienne gare était longée au sud sur toute sa longueur par la rue de Cambrai dont elle était séparée par un mur formant la limite avec le quartier de Moulins-Lille.

En 1867, la Compagnie du Nord y établit de nouvelles voies de garage et un pavillon pour l'octroi[7].

En 1880, la plateforme de la station est élargie et des poupées de renvoi pour la manutention des wagons sont installées[8].

La gare Saint-Sauveur comportait un important terminal de transport combiné équipé de plusieurs portiques de transbordement. Celui-ci a commencé à être saturé à partir du début des années 1990[9].

Avec la mise en service de la nouvelle plate-forme multimodale Delta 3 de Dourges fin 2003, la gare Saint-Sauveur arrête ses activités.

Après le ferroviaireModifier

Après sa fermeture, se pose la question de la reconversion de l'emprise de 20 hectares qu'elle occupe. Dans le cadre de la candidature lilloise ratée pour les Jeux olympiques d'été de 2004, le projet était de démolir la gare qui aurait servi de village olympique, avec des logements utilisables une fois les olympiades passées.

En 2008, des travaux de rénovation de deux de ses halles sont entrepris dans le cadre de l'organisation des événements de Lille 3000 en 2009 :

  • la halle A, d'une superficie de 1 000 m2. Le bâtiment, qui date du XIXe siècle, héberge désormais un bar-restaurant et boîte de nuit (Bistrot de St So) et un cinéma ;
  • la halle B, d'une superficie de 5 000 m2. Le bâtiment, issu d'une reconstruction des années 1920, est reconverti en espace d'expositions et d'organisation d'événements (1re moitié).

La conception et la conduite du projet architectural ont été réalisées par les services de la ville de Lille, tandis que la réhabilitation st l'aménagement des bâtiments sont dus à l'architecte Dora Marques[10].

Le reste du site, notamment la friche du terminal combiné, font l'objet d'un projet d'urbanisation[11]. Les 13 ha du terrain de la gare qui lui appartenaient encore ont été vendus à la ville par la SNCF le , pour un montant de 7,5 millions d'euros. Cette dernière projette l'aménagement, sur les 23 ha de la friche telle qu'existante dans les années 2010, d'un quartier comportant 2 500 logements, 40 000 m2 de bureaux, 30 000 m2 de commerces, d'une piscine olympique et du jardin de la vallée, qui s'étendra à l'est du site (autour du lieu-dit Le Belvédère) sur une surface de 3,4 ha. Le prolongement de la halle B deviendra le « St-So Bazaar », espace hybride où se mêleront activités de création, de coworking et de partage ; un gymnase est également prévu.

Le commissaire de l'enquête publique a donné en un avis favorable au projet, en privilégiant cependant la fourchette basse de constructions de logements (2000, alors que la ville en prévoit de 2300 à 2500) et en demandant de favoriser l'extension des espaces verts[12].

Des opposants à ce projet proposent l'aménagement d'un parc urbain[13]. L'association P.A.R.C. Saint-Sauveur (« Protection aménagement réappropriation collective ») a été créée le , pour défendre ce projet d'espace vert en opposition avec celui de la Métropole européenne de Lille[14].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. « Lille : la SNCF lâche la friche Saint-Sauveur pour huit millions d’euros », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 5 juillet 2016).
  2. « La gare Saint Sauveur », Mairie de Lille (consulté le 5 juillet 2016).
  3. Alfred Salembier, Histoire de Wazemmes, Annales de la société d’études de la province de Cambrai Tome VI, , 459 p. (lire en ligne), p. 184 à 194
  4. Conseil général, Rapports et délibérations, Lille, Conseil général du Nord, (lire en ligne), « Rapport de l'ingénieur en chef du contrôle sur le service du chemin de fer dans le département du Nord », p. 150.
  5. Conseil général, Rapports et délibérations, Lille, Conseil général du Nord, (lire en ligne), « Rapport de l'ingénieur en chef du contrôle sur le service du chemin de fer dans le département du Nord : 2 Gares et Stations », p. 173.
  6. Conseil général, Rapports et délibérations, Lille, Conseil général du Nord, (lire en ligne), « Rapport de l'ingénieur en chef du contrôle sur le service du chemin de fer dans le département du Nord : 2 Gares et Stations », p. 117.
  7. Conseil général, Rapports et délibérations, Lille, Conseil général du Nord, (lire en ligne), « Rapport de l'ingénieur en chef du contrôle sur le service du chemin de fer dans le département du Nord : 2 Stations », p. 302.
  8. Conseil général, Rapports et délibérations - Nord, Lille, Conseil général du Nord, (lire en ligne), Chemins de fer : Réseau du Nord, « Chemin de fer », p. 355.
  9. http://www.delta-3.com/uploads/espace_presse/fr/file_pdf_18.pdf?id=20141011071014
  10. O. A., « Saint-Sauveur sort de l'ornière », sur 20minutes.fr, (consulté le 19 septembre 2018).
  11. « Saint Sauveur », sur spl-euralille.fr (consulté le 25 juillet 2018).
  12. S. B., « Ce que disent les conclusions de l’enquête publique sur Saint-Sauveur », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 25 juillet 2018).
  13. Gilles Durand, « Lille: Le projet du quartier Saint-Sauveur sur de bons rails, malgré une pétition », sur 20minutes.fr, (consulté le 25 juillet 2018).
  14. S. B., « P.A.R.C., la nouvelle association qui demande justice pour la friche Saint-Sauveur », sur lavoixdunord.fr, (consulté le 25 juillet 2018).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier