Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

La Ferté-Bernard

commune française du département de la Sarthe
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ferté (homonymie).
La Ferté-Bernard
La Ferté-Bernard
L'église Notre-Dame-des-Marais.
Blason de La Ferté-Bernard
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement Mamers
Canton La Ferté-Bernard
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de l'Huisne Sarthoise
Maire
Mandat
Didier Reveau
2017-2020
Code postal 72400
Code commune 72132
Démographie
Gentilé Fertois
Population
municipale
8 875 hab. (2015 en diminution de 3,9 % par rapport à 2010)
Densité 593 hab./km2
Population
aire urbaine
21 310 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 48° 11′ 15″ nord, 0° 39′ 19″ est
Altitude Min. 79 m
Max. 146 m
Superficie 14,96 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
La Ferté-Bernard

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
La Ferté-Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Ferté-Bernard

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Ferté-Bernard
Liens
Site web www.la-ferte-bernard.fr

La Ferté-Bernard est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 8 875 habitants[Note 1].

Sommaire

GéographieModifier

La Ferté-Bernard est située dans la région naturelle du Perche (Perche sarthois), dans le nord-est du département de la Sarthe, à l'intersection des départements de l'Orne et d'Eure-et-Loir. Elle est surnommée « la Venise de l'Ouest »[1] en raison de son dédale de rivières en son centre (notamment l'Huisne et la Même). Avec ses deux lacs artificiels, son église et son centre historique, La Ferté-Bernard est devenue un lieu de séjours culturels et touristiques.

ToponymieModifier

En français médiéval, ferté désigne un lieu fortifié, du latin firmitas, « solidité, consistance, fermeté ». Dix-neuf communes françaises se nomment La Ferté.

Durant la Révolution, la commune porte les noms de La Ferté-les-Prés et La Ferté-sur-Huisne[3].

Le gentilé est Fertois.

HistoireModifier

Moyen ÂgeModifier

Avesgaud de Bellesme, évêque du Mans entre 995 et 1035, s'établit sur une île, en 1027, au milieu des marais formés par les bras de l'Huisne, dans un castrum firmitate, château-fort ou « ferté ». Dans la deuxième moitié du XIe siècle apparaît une dynastie de châtelains puis de seigneurs nommés Bernard, qui restent assez mal connus : Bernard Ier (fl. 1060, 1083, 1097 ; sa femme est peut-être fille de Nivelon III de Fréteval ; il accompagne à la Première croisade Rotrou de Montfort, fils benjamin de Rotrou du Perche) est présenté, avec ses frères Hugues et Gervais, fl. 1076, comme fils du châtelain Gauscelin le Normand ou de La Ferté (aussi fieffé en Vexin et en Chartrain, Gauscelin serait le gendre, par son mariage vers 1045, d'Humbaud II de Vierzon).

La Ferté, entre Chartres et Le Mans, est alors devenue pendant trois siècles une terre seigneuriale de la famille des Bernard. Les Bernard ont donc laissé leur nom à cette ferté, comme à Nogent-le-Bernard à proximité.

Selon l'érudit du XIXe siècle Léopold Charles[4], on trouverait ensuite, sous toute réserve :

  • les fils de Bernard Ier, Bernard II l'Ancien (fl. vers 1096/1097, disparu avant 1133 ; sa femme se nomme Aimée) puis son frère Gervais (fl. 1133, 1138)
  • Bernard III : fl. 1173, † 1190, fils ou petit-fils de Bernard II ou de Gervais ; s'il s'agit d'un petit-fils, il faut compter une génération supplémentaire, représentée par un certain Bernard le Jeune ; Bernard III se révolte aux côtés d'Henri Court-Mantel contre son père Henri II Plantagenêt ; il avait pour frère Hugues, trésorier de l'Eglise d'Angers et doyen du chapitre cathédral du Mans en 1214, et comme femme Isabelle, fille d'Yves III de Vieuxpont de Courville
  • Bernard III et Isabelle de Vieuxpont-Courville furent parents de Bernard IV, Hugues et Geoffroy de La Ferté ; Bernard IV est cité dès 1188 avec son frère Hugues du vivant de leur père Bernard III ; il succède à leur père en 1190 et † en 1216/1220 ; membre de la Troisième croisade en 1190-1191 avec son frère Hugues, ce dernier ayant pu mourir à Zara en 1203 à la Quatrième Croisade qu'il avait rejointe en 1202 ; leur frère Geoffroy, fl. 1208 et disparu avant 1220, avait épousé Ade, dame de Brain-sur-l'Authion
  • Hugues/Hues Ier, fils de Bernard IV, est l'auteur de trois sirventes contre la régente Blanche de Castille ; fl. 1220, † en 1232, laissant une Isabelle (de Pruillé ?) comme veuve : parents de Bernard V, Hugues, Stéphanie, Marie, Lucie et Elisabeth de La Ferté
  • Bernard V : c'est probablement lui, ou son fils cadet Bernard le Vieux, qui fut un poète trouvère auteur d'un jeu-parti avec un duc de Bretagne du XIIIe siècle, peut-être Mauclerc ; sa femme se nommait Jeanne ; fl. dès 1233, il participa à la conquête des royaumes de Naples et Sicile avec son suzerain Charles, comte d'Anjou-Maine en 1246-1285 ; il revint en France et † après août 1270
  • Hugues/Huet II, son fils, fl. 1272 ; il accompagna Philippe III dans son expédition de 1285 contre le roi d'Aragon Pierre III ; † vers 1302 (à Courtrai ?) ; il avait un frère cadet, Bernard le Vieux, fl. 1301, 1316
  • Bernard VI le Jeune (dit aussi le plus Jeune), fl. 1315, 1319, fils d'Huet : il cèda La Ferté-Bernard en août 1318 au comte du Maine Philippe de Valois, cf. ci-dessous

La Ferté servit de lieu d'entrevues entre les rois de France et d'Angleterre : en 1168 entre Louis VII et Henri II Plantagenêt, une autre en 1189 entre le même Henri II et son fils Richard Cœur de Lion.

La fortune familiale se défait à un rythme accéléré sous Bernard VI, les aliénations du domaine seigneurial se multiplient, la Maison des Bernard périclite, et Amaury III de Craon (vers 1280-1333) est sur les rangs pour acquérir des terres en 1317. Mais il est concurrencé avec succès par Charles de Valois et son fils Philippe, respectivement comtes d'Anjou en 1290-1325 et 1325-1328, et comtes du Maine en 1290-1313 et 1314-1328 (Philippe de Valois étant l'arrière-petit-fils de Charles Ier d'Anjou ci-dessus, et le futur roi de France en 1328) : au château du Gué-de-Maulny en août 1318, les Valois-Anjou-Maine acquirent La Ferté-Bernard sur Bernard VI, qui obtint en échange Louplande. La Ferté-Bernard est désormais dans le domaine des comtes d'Anjou-Maine, ces provinces constituant avec la Touraine les comtés-douaires de la reine Jeanne de Bourgogne († 1349 ; femme de Philippe VI), puis des fiefs de son fils Jean le Bon (comte d'Anjou-Maine en 1332-1350, roi de France en 1350).

Jean le Bon vendit La Ferté à Ingelger Ier le Grand d'Amboise (vers 1300-1373), vente entérinée au Louvre par ses parents Philippe VI et Jeanne de Bourgogne en janvier 1336. En 1345, Ingelger céda La Ferté-Bernard à son beau-frère Guillaume Ier le Grand de Craon (vers 1318-1388 ; fils cadet d'Amaury III rencontré plus haut ; Guillaume et Ingelger avaient respectivement épousé deux sœurs vicomtesses de Châteaudun, Marguerite et Marie de Flandre-Dampierre-Termonde). Puis La Ferté passa à un fils cadet de Guillaume, Pierre le Grand de Craon (vers 1345-1409), aussi seigneur de Sablé et Précigné par acquisition en 1390 et jusqu'en 1392.

En 1392, le roi Charles VI ordonna la destruction du château des Bernard parce que le seigneur du lieu à l'époque, Pierre de Craon, avait participé en juin 1392 au deuxième et vain complot contre le connétable de France, Olivier de Clisson. En punition, le roi confisqua la seigneurie vers juillet 1392 et la confia à son frère cadet, Louis duc d'Orléans (1372-1407), avec Sablé et Précigné. À l'assassinat de Louis d'Orléans en novembre 1407 à Paris, ses descendants (il avait désigné dès 1403 son fils cadet Jean) ne purent garder La Ferté qui retourna aux Valois-Anjou-Maine, cousins de Louis d'Orléans, comme Sablé et Précigné l'avaient fait dès 1398.

La Ferté-Bernard partage alors le même destin féodal que ces deux fiefs aux XVe et XVIe siècles, cf. l'article Sablé : Marie de Châtillon-Blois-Bretagne dame de Mayenne et de Guise, veuve de Louis Ier d'Anjou ; leur fils Louis II ; leurs petits-fils Louis III, le roi René et Charles IV du Maine ; leur arrière-petit-fils Charles V d'Anjou-Maine et ses neveux d'Armagnac- Nemours-la Marche, aussi maîtres de Guise, Nogent-le-Rotrou et du Perche-Gouët jusque vers 1504 ; il y eut un intermède de 1445 à 1449 environ, Charles IV du Maine échangeant alors La Ferté à Jean comte d'Harcourt contre Mézières, Châtellerault, Aumale ; puis les Lorraine et les Lorraine-Guise, descendant à la fois de René d'Anjou et de Jean VII d'Harcourt ci-dessus : le duc René II de Lorraine (petit-fils du roi René et arrière-petit-fils de Jean d'Harcourt, il séjourna à La Ferté en février 1499) et ses fils : le duc Antoine, et Claude (1496-1550), premier duc de Guise, premier marquis de Mayenne (le marquisat-pairie de Mayenne, érigé en 1540, comportait Sablé et La Ferté-Bernard), comte d'Aumale, baron de Sablé, Elbeuf et La Ferté-Bernard, sire de Joinville.

Baronnie au moins depuis 1415, place forte fidèle au roi de France, la Ferté fut assiégée et prise par les Anglais en 1426. Après la fin de la guerre de Cent Ans, la ville fut dotée entre 1460 et 1483 d'une enceinte bien fortifiée dont on peut encore voir la porte Saint-Julien.

La légende raconte que la commune aurait abrité une créature nommée Velue qui aurait été tuée par un villageois[5].

Temps modernesModifier

Au dire de Louis XI, la position de la ville en faisait une des clés du Maine ; et Louis Maulny (1681-1765 ; magistrat au présidial du Mans, érudit, historien du Maine), à la fin du XVIIIe siècle, décrit ainsi le château, alors intact : « il est situé au milieu d'un vaste marais couppé par les rivières d'Huisne et de Mesme, au moyen duquel il y a toujours esté facile de couvrir d'eau toutes les prairies voisines […] et il est revêtu d'une double enceinte de murs fort épais, garnis de tours, de bastions, d'esprons et autres ouvrages avancés, et séparés de fossés à eau vive très profonds, par la rivière d'Huisne, deux bras de laquelle enveloppent le Céreuil [?] de dehors et forment une seconde isle dans l'Isle ou terrain de la nouvelle ville »[6].

Sur les cartes du Maine de l'époque de Robert Garnier, au XVIe siècle, La Ferté-Bernard figure au troisième rang par son importance, bien après Le Mans mais presque à égalité avec Laval ; dès cette époque, comme de nos jours, la route de Paris vers Le Mans, puis Tours et la Bretagne passait par La Ferté-Bernard.

Claude de Guise ci-dessus fut père du duc François de Guise, † 1563, lui-même père d'Henri le Balafré assassiné en 1588, qui céda le marquisat de Mayenne (avec Sablé et La Ferté-Bernard, il fut érigé en duché-pairie de Mayenne en 1573 ; Sablé fut vendu dès 1593/1594 au maréchal de Bois-Dauphin) à son frère cadet Charles de Mayenne (1554-1611 ; 1er duc de Mayenne, chef ligueur). Après la mort en septembre 1621 au siège de Montauban du 2e duc de Mayenne, Henri, fils du 1er duc Charles, ses neveux Charles (1609-1631) et Ferdinand (1610-1632) de Gonzague-Nevers-Rethel, puis son petit-neveu Charles de Gonzague duc de Mantoue (1629-1665 ; fils du précédent Charles de Gonzague), furent les 3e, 4e et 5e ducs de Mayenne avant la vente à Mazarin en 1654. Mais La Ferté-Bernard fut vendue dès 1627/1628 à Georges, 1er duc-pair de Villars-Brancas (1565-1657 ; sa femme Julienne-Hippolyte-Joséphine d'Estrées, vers 1580-1649,[7] était la sœur de la célèbre maîtresse d'Henri IV, Gabrielle) ; puis la seigneurie-baronnie-pairie a été achetée en 1642 par le cardinal de Richelieu (1585-1642) peu de temps avant sa mort la même année.

La Ferté-Bernard passa ensuite au petit-neveu du Principal ministre, Armand-Jean de Vignerot, 2e duc de Richelieu (1629-1715), puis au fils de ce dernier, le célèbre maréchal-3e duc Louis-François-Armand (1696-1788), et à ses descendants : son fils le 4e duc Louis-Antoine-Sophie (1736-1791), père du 5e duc Armand-Emmanuel (1766-1822 ; Président du Conseil des Ministres sous Louis XVIII ; sans postérité), par sa première femme Adélaïde-Gabrielle de Hautefort ; et père d'Armande-Simplicie-Gabrielle (1778-1840 ; marquise de Jumilhac par son mariage avec Antoine-Pierre-Joseph Chapelle de Jumilhac, 1764-1826), par sa deuxième épouse Marie-Antoinette de Galliffet. Le domaine de La Ferté-Bernard échut au XIXe siècle au 6e duc, neveu du ministre de la Restauration, fils de Simplicie de Vignerot-Richelieu et d'Antoine-Pierre de Jumilhac : Odet-Armand Chapelle de Jumilhac (1804-1879 ; sans postérité), et à son frère Armand-Henri (1808-1862 ; il construisit en 1847 le château de/du Haut-Buisson à Cherré ; père du 7e duc Armand-Odet-Richard, 1847-1880, mari d'Alice Heine : parents d'Armand-Odet-Jean-Marie, 8e et dernier duc de Richelieu, 1875-1952, sans postérité).

Révolution française et XIXe siècleModifier

Elle fut chef-lieu de district de 1790 à 1795 et traversa sans trop souffrir les temps troublés de la Révolution, du Directoire, du Consulat et de l'Empire.

Le 22 novembre 1870, durant la guerre franco-allemande eut lieu « l'affaire de La Ferté-Bernard », où fut engagé le corps franc des Éclaireurs de la Ferté-Bernard. Le 7 décembre 1870, le ballon monté Denis-Papin s'envole de la gare d'Orléans à Paris, alors assiégé par les Prussiens, et termine sa course à La Ferté-Bernard après avoir parcouru 170 kilomètres[8].

En 1886, La Ferté-Bernard (2 621 habitants en 1881) absorbe Cherré (1 528 habitants) et Saint-Antoine-de-Rochefort (1 512 habitants)[9],[10],[11]. Cherré reprend son indépendance en 1888.

XXe et XXIe sièclesModifier

La ville a eu à subir un bombardement en juin 1940.

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de La Ferté-Bernard se blasonnent ainsi :
De gueules au lion léopardé d'or, au chef cousu d'azur chargé de trois fleurs de lys aussi d'or[12].

Politique et administrationModifier

 
La mairie.
Liste des maires[13]
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1791 de Simiane    
1791 1791 Thomas Denis Verdier du Clos    
1791 1792 Julien Charles Launay    
1792 1798 Louis Vérité    
1798 1801 Gabriel Moulinneuf    
1801 1813 Michel Delamustière    
1813 1815 Chauvel    
1815 1820 François Balleux    
1820 1821 Jean François Guerrier    
1821 1830 François Augustin Trassard Deslandes    
1830 1836 Isidore Clotté (1)   Pharmacien, conseiller général
1836 1837 Sébastien Lejeune (1)    
1838 1841 Ulysse Chancerel    
1841 1846 Sébastien Lejeune (2)    
1846 1848 Louis Jean Lambert    
1848 1852 Isidore Clotté (2)    
1852 1859 Bordier    
1859 1870 Paul Guerrier    
1870 1874 Charles Tessier    
1874 1878 Louis Lemineur    
1878 1879 Honoré Tessier    
1880 1882 Étienne Virette (1)    
1882 1884 Alphonse Coupé    
1884 1888 Étienne Virette (2)    
1889 1889 Théodule Richard (1)    
1889 1892 Hubert Barbay    
1893 1895 Théodule Richard (2)    
1896 1910 Auguste Cohin    
1910 1941 Georges Desnos (1) Radical-socialiste  
1941 1944 Raoul Bellanger    
1944 1944 Georges Desnos (2) Radical-socialiste  
1944 1947 Gustave Bourlier    
1947 1953 Jean Béalet    
1953 1963 Pierre Brûlé    
1963 1975 Paul Chapron    
1975 mars 2008 Pierre Coutable DVD Conseiller général
mars 2008[14] juin 2017 Jean-Carles Grelier[15] UMP-LR Avocat, conseiller départemental (depuis 2015), président de la communauté de communes
juin 2017[16] en cours Didier Reveau UDI Directeur administratif et financier
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de vingt-neuf membres[17] dont le maire et sept adjoints[18].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[19]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[20].

En 2015, la commune comptait 8 875 habitants[Note 2], en diminution de 3,9 % par rapport à 2010 (Sarthe : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 200 2 314 2 336 2 400 2 535 2 604 2 583 2 631 2 615
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 614 2 613 2 719 2 563 2 637 2 621 6 228 5 239 5 162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
5 080 5 049 4 929 4 547 4 494 4 846 4 975 5 682 5 442
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
5 979 7 444 9 137 9 614 9 355 9 239 9 262 9 251 9 074
2015 - - - - - - - -
8 875 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[21].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

À La Ferté-Bernard, eu égard à la proximité d'axes de communication stratégiques (route et voie ferrée Paris - Nantes), les entreprises bénéficient d'un environnement favorable pour s'implanter et se développer.[réf. nécessaire]

Lieux et monumentsModifier

  • Porte Saint-Julien, des XVe, XVIIe et XIXe siècles, classée au titre des monuments historique en 1875[22],[23]. En hauteur, un balcon étonnant est soutenu par des piliers en forme des lettres qui dessinent un hymne à la Vierge. L'édifice abrite un orgue en nid d'hirondelle datant de 1532, restauré et reconstitué en 1986, possédant deux claviers, un pédalier et dix-sept jeux. Le buffet et la tribune sont classés au titre d'objets. L'église compte également trente vitraux classés au titre d'objets.
  • Église Notre-Dame-des-Marais, du XIIIe au XVIIe et XIXe siècles, classée au titre des monuments historiques en 1840[24],[25].
  • Château de la Ferté-Bernard, des XIe, XIVe, XVe, XVIe et XVIIe siècles, inscrit et partiellement classé au titre des monuments historiques en 1981[26],[27]
  • Hôtel Courtin de Torsay, au 42 rue de l'Huisne, des XVIIe et XIXe siècles, partiellement inscrit au titre des monuments historiques en 1993[28].
  • Maison du 15 rue d'Huisne, du XVe siècle, partiellement inscrite au titre des monuments historiques en 1929 pour son poteau sculpté[29].
  • Maison du 7 rue Carnot, du XVe siècle, inscrite au titre des monuments historiques en 1926[30],[31].
  • Maison du 10 rue Carnot, des XVe, XVIe et XVIIe siècles, partiellement inscrite au titre des monuments historiques en 1926[32],[33].
  • Fontaine Carnot, située face à l'église Notre-Dame-des-Marais, des XVIe et XVIIe siècles, inscrite aux monuments historiques en 1989[34],[35].
  • Maisons des 14 et 16 place Carnot, des XVe (?), XVIe et XIXe (?) siècles, partiellement inscrites au titre des monuments historiques en 1926[36].
  • Halles des XIVe, XVe, XVIe et XVIIIe siècles, inscrites au titre des monuments historiques en 1973[37],[38].
  • Église Saint-Antoine-de-Rochefort, de l'ancien bourg de Saint-Antoine-de-Rochefort, à l'ouest de la vieille ville, inscrite au titre des monuments historiques en 1986[39].
  • Chapelle Saint-Lyphard[40], ancienne chapelle du château. Elle est bâtie au XIIe siècle par la famille Bernard, seigneurs de La Ferté.
  • Les rues Carnot, Bourgneuf, d'Huisne et Ledru-Rollin comptent un grand nombre d'édifices des XVe au XVIIe siècles, recensés à l'inventaire supplémentaire du patrimoine culturel.
  • Les canaux peuvent être parcourus en barque du mois de juin à l'automne.
  • Lac de La Ferté-Bernard, avec une plage artificielle permettant la baignade.
  • Gare de La Ferté-Bernard.

Activité, label et manifestationsModifier

JumelagesModifier

SportsModifier

Le Vélo Sport fertois fait évoluer deux équipes de football en ligue du Maine et une troisième équipe en division de district[41].

LoisirsModifier

La Ferté-Bernard propose l'été, depuis 1998, des balades en barques sur l'Huisne.

LabelsModifier

La commune est une ville fleurie (deux fleurs) au concours des villes et villages fleuris[42].

Une étoile au guide vert Michelin depuis Juin 2017.

ManifestationsModifier

  • Slalom automobile organisé par l'Auto moto club fertois, épreuve de la coupe de France de slalom[43].
  • Festival d’humour, en mars[44] : « Les Rendez-vous de Saint Lyphard », troupes d’artistes professionnels et amateurs animant le centre ville durant tout le week-end des Rameaux (théâtre de rue, chorales, spectacles, clowns...).
  • Septembre : la foire commerciale et associative des Trois Jours ainsi que le Festival international et Grand Prix de peinture organisé par l'office de tourisme en partenariat avec le Bureau international des expositions[45]. L'invité d'honneur de la 4e édition (22 au 30 septembre 2012) sera la République dominicaine[46].

Personnalités liéesModifier

RéférencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

RéférencesModifier

  1. « Site de l'office de tourisme de La Ferté-Bernard » (consulté le 16 août 2008)
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites administratives » activée »
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. « Les maîtres de La Ferté, à partir des pages 8 (Avesgaud évêque du Mans) et 12-16 (Gauscelin, Bernard Ier...), notamment la page 70 », sur Les sires de La Ferté-Bernard au Maine depuis le XIe siècle, par Léopold Charles, chez Edmond Monnoyer au Mans, 1870
  5. http://www.canoekayak-lemans.net/la-velue-legende-sarthoise-325
  6. Marie-Madeleine Mouflard, Robert Garnier. La Vie, La Ferté-Bernard, R. Bellanger, 1961, pp. 23-24
  7. « Julienne-Hippolyte d'Estrées », sur Les Romantiques
  8. Ballon N° 41 : « Le Denis-Papin »
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - La Ferté-Bernard », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 mars 2012)
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Cherré », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 mars 2012)
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Antoine-de-Rochefort », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 20 mars 2012)
  12. « GASO, la banque du blason - La Ferté-Bernard Sarthe » (consulté le 20 mars 2012)
  13. Plaque affichée en mairie.
  14. « Et pourquoi pas un réseau urbain de transport  », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 12 mars 2016)
  15. Réélection 2014 : « Les nouveaux maires et adjoints déjà élus en Sarthe », Le Maine libre, (consulté le 30 mars 2014).
  16. « La Ferté-Bernard. Didier Reveau est le nouveau maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 25 juillet 2017)
  17. « La Ferté-Bernard (72400) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 avril 2014)
  18. « Le conseil municipal a pris ses fonctions », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 20 avril 2014)
  19. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  20. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  21. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  22. « Porte (ancienne) », notice no PA00109757, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Ouvrage d'entrée dit porte Saint-Julien », notice no IA00034683, base Mérimée, ministère français de la Culture
  24. « Eglise Notre-Dame-des-Marais », notice no PA00109751, base Mérimée, ministère français de la Culture
  25. « Église paroissiale Notre-Dame-des-Marais », notice no IA00034685, base Mérimée, ministère français de la Culture
  26. « Château (ancien) », notice no PA00109750, base Mérimée, ministère français de la Culture
  27. « Château fort », notice no IA00034745, base Mérimée, ministère français de la Culture
  28. « Hôtel Courtin de Torsay », notice no PA00125652, base Mérimée, ministère français de la Culture
  29. « Maison », notice no PA00109756, base Mérimée, ministère français de la Culture
  30. « Maison », notice no PA00109754, base Mérimée, ministère français de la Culture
  31. « Maison », notice no IA00034709, base Mérimée, ministère français de la Culture
  32. « Maison », notice no PA00109755, base Mérimée, ministère français de la Culture
  33. « Maison », notice no IA00034710, base Mérimée, ministère français de la Culture
  34. « Fontaine Carnot », notice no PA00109996, base Mérimée, ministère français de la Culture
  35. « Fontaine », notice no IA00034693, base Mérimée, ministère français de la Culture
  36. « Maison », notice no IA00034705, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. « Halles (anciennes) », notice no PA00109753, base Mérimée, ministère français de la Culture
  38. « Halle », notice no IA00034690, base Mérimée, ministère français de la Culture
  39. « Église Saint-Antoine-de-Rochefort », notice no PA00109752, base Mérimée, ministère français de la Culture
  40. « Ancien château », notice no PA00109750, base Mérimée, ministère français de la Culture
  41. « Site officiel de la Fédération française de football – Vélo S. fertois » (consulté le 20 mars 2012)
  42. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 23 juillet 2013).
  43. « La Ferté-Bernard - Slalom auto : 18 prise », sur le-perche.fr, Le Perche (consulté le 4 septembre 2016)
  44. « La Ferté-Bernard Sortir en ville et ses alentours », sur lemainelibre.fr, Le Maine libre (consulté le 4 septembre 2016)
  45. « Site internet du festival International et Grand Prix de Peinture de la Ferté-Bernard »
  46. « La République dominicaine invitée du festival de peinture. Maine Libre du 4 avril 2012 »
  47. « Remaniement : Stéphane Le Foll, l'ami sarthois du président », sur lemainelibre.fr, Le Maine libre (consulté le 23 novembre 2016)

Voir aussiModifier