Ouvrir le menu principal

HistoriqueModifier

BaronnieModifier

La baronnie comprenait à l'origine les châtellenies d'Ernée, de Pontmain, de Gorron, Ambrières, Lassay et Villaines-la-Juhel. Les quatre dernières se trouvèrent distraites par suite de partages, et le domaine ne comprit plus que Mayenne, Ernée et Pontmain.

MarquisatModifier

La baronnie est érigée en marquisat au profit de Claude de Lorraine, par lettres patentes de François 1er du mois de septembre 1544, enregistré le 7 septembre 1546. Il se composait de la réunion des terres, seigneuries et baronnies de Mayenne, Sablé et de la Ferté-Bernard, ainsi que des châtellenies d'Ernée et du Pontmain. Les lettres accordaient que le marquisat ne relèverait qu'à une seule foi et hommage, et que les appels de la justice seigneuriale de Mayenne seraint portés directement au Parlement de Paris[1]. Les Présidiaux d'Anjou et du Maine voulurent connaîtres des causes des habitants du marquisat, malgré les lettres patentes de 1544, mais ils en eurent le droit d'après l'Edit de 1551, mais Henri IV confirma plus tard le privilège du Marquisat de Mayenne de ressort direct au Parlement de Paris[2].

DuchéModifier

Charles IX fait du marquisat un duché-pairie par son ordonnance du mois de septembre 1573, enregistrée le 24 du même mois, et reconnue par Henri IV le 8 mai 1597. La baronnie de la Ferté-Bernard étant éloignée de Mayenne, des lettres patentes règlèrent que les justiciables, au lieu de se rendre en appel à Mayenne, ressortiraient directement au Parlement de Paris. Plus tard, les appels de la Ferté, pour les causes présidiales furent portées au Mans.

Charles IX avait accordé à Charles de Lorraine, marquis de Mayenne de partir et diviser ci-après ce duché entre ses successeurs et héritiers, et autres, tou ainsi par la forme et la manière que si les dites baronnies et châtellenies n'eussent été mises en un même corps et érigées en marquisat et en pariei et duché. Le duché restait à ne relever qu'à une seule foi et hommage, et que le ressort direct Parlement de Paris était maintenu.

En 1589, par lettres-patentes du 24 juin, vérifiées au Parlement, séant à Tours le 5 juillet suivant, Henri IV ordonna la translation des justices et juridictions de Mayenne et de Sablé en la ville de Sainte-Suzanne et donna attribution de juridiction au siège présidial du Mans qui y fut transféré.

Une déclaration du roi le 8 mars 1597 garda les officiers du duché de Mayenne es-honneurs, droits et privilèges dont ils jouissaient avant les troubles (Ligue) avec révocation des lettres contraires.

Les baronnies de Sablé[3] et de la Ferté-Bernard furent détachées du Duché de Mayenne.

Charles de Gonzague obtint un arrêt du Parlement le 9 juillet 1622 qui le maintenait et gardait en possession du duché pairie de Mayenne, droit ressort et juridiction, selon que ces prédécesseurs ducs en avaient joui, et usé, et possédé.

Au mois de mai 1654, le cardinal Mazarin acquit le duché et confia à Jean-Baptiste Colbert, son intendant, sa gestion.

Mouvances féodalesModifier

Angrumière (L'), Aron (La Motte d'), Augeard, Baladé, Barres (Les), Bas-Mont, Baudais, Bazoche (La Grande-), Belinière (La), Beublière (La), Bilheudière (La), Blanchardière (La), Bois-au-Parc (Le), Bois-Demont (Le), Bourgneuf (Le), Buleu, Censive (La), Chabossaie (La) ou la Haie-Trossard, Chagouinière (La), Chardon, Châteauneuf, Chaumine, Chauvellerie (La), Chauvinière (La), Cohardon, Contest, Contilly, Coudray (Le), Coulonges, Courceriers, Courcité, Cour-des-Oyères (La), Danvollière (La), Devison, Écluse (L'), Escotais (Les), Éveillardière (L') ou Vivain, Ferré, Fourinondière (La), Fresnay, Froullay, Gastine de Courceriers (La), Gauberdière (La), Gesvres, Gougeonnière (La), Guillemaux, Haltière (La Grande-), Hamar, Hermetz, Hermitage (L'), Ile-du-Gast (L'), Jamins (Les), Juardières (Les), Juvandière (La), Landepoutre, Layeul (Le), Ligottaie (La), Loges (Les), Loré, Marcherue, Marie (La), Marigny, Meigné, Montceaux, Montesson, Montgiroux, Montgriveu, Montourtier, Poôté (La), Mortelon, Motte-Crehen (La), Motte-Boudier (La), Mouetiez (Le Bas-), Ollon, Orthes, Parc-d'Avaugour (Le), Passouer (Le), Pellerine (La), Pescoux, Picanes (Les), Pillière (La), Plessis-de-Contest (Le), Plessis-sur-Colmont (Le), Poillé, Rouairie (La), Rouesson, Rouvray, Saint-Victor (Féages de), Sauvelière (La), Surgon, Tessé, Torbechet, Touche-Matignon (La), Tricotterie (La), Trotterie (La), Val (Le), Vaujuas, Vautorte (La Cour de), Vaux, Vieuvy, Ville-Limoudin (La), Villette (La).

Baronnie d'AmbrièresModifier

Argancé, Baugé, Bazeille (La Cour-de-), Belinière (La), Béraudière (La), Cimetière (Le), Corbellière (La), Courbadon, Favières, Fenouillère (La), Froullay, Gaucherie (La), Haie (La), Houssemagne, Hussonnière (La), Lignères, Loutière (La), Ménage, Millières, Motte-Belin (La), Moussay, Pallu (La), Rivière (La), Tertre (Le), Tessé, Torcé, Valette (La), Vauboureau, Villefeu.

Baronnie du Plessis-ChatillonModifier

Crapon, Écluse (L'), Gauberdière (La), Ile-de-Brécé (L'), Montguerré, Nancé, Ponnière (La).

Baronnie de Sillé-le-Guillaume [en partie]Modifier

Beschère (La), Chellé, Orthes, Remmes, Villiers, Vivoin.

Seigneurie de CharnéModifier

Achois, Boisardière (La), Bois-Louvre ( Le), Boissière (La), Bouessé (Le), Bretonnière (La), Brimonnière (La), Champlain, Chesne (Le), Domaine (Le), Épine (L'), Fougerolles, Haut-Bois (Le), Hermillon, Houllerie (La), Lambarré (Le Petit-), Livray, Mangeardière (La), Marolles [en partie], Mébertin, Montflaux, Motte-Boudier (La), Pannard, Raizeux, Rongère (La), Roussière (La), Séguelières (Les), Torambert, Torchanon, Tremblay (Le), Villeneuve.

Châtellenie de CouptrainModifier

Bitouzière (La), Coulfru, Courbais, Fresnaie (La), Hurelière(La), Lamboux, Serez.

Châtellenie d'ErnéeModifier

Aubert, Aunay (L'), Averton, Barillière (La), Barils, Bilardière (La), Blanchardière (La), Bois-Béranger (Le), Bois-Guyot (Le), Boulonnay (Le), Bourdes, Bruère (La), Buchardière (L'), Censive (La), Châtelets (Les), Châtenay-Beuve, Châtenay-Cornesse, Chauvière (La Haute-), Cicorie (La), Clerberie (La), Corbon, Couhouroux, Courteilles, Daviet, Devison, Désert (Le), Dinaie (La), Épinay (L'), Fesselle (La), Fontenailles, Forboué, Forêt-le-Guillaume (La), Forge-de-la-Caillère (La), Fossavy, Fresnay, Gastines, Guereterie (La), Hamelinaie (La), Lice (La), Marolles, Massonnaie (La), Méhubert, Ménil-Barré (Le), Montguerré, Motte-Boudier (La), Raizeux, Salle (La Haute-), Salles (Les), Touche-Matignon (La), Touches (Les), Tranchée (La), Vezins, Villiers (Launay).

Châtellenie de la FeuilléeModifier

Abathan, Juvandière (La), Montigny, Motte-Serrant (La), Orange, Pihorais (La), Plessis (Le).

Châtellenie de Juvigné et de Saint-OuenModifier

Bourgeonnière (La), Bressinière(La), Chamboz, Cormier (Le), Cour (La), Cour-Boré (La), Cour-Perraut (La), Courteille, Croix-aux-Vanneurs (La), Crué, Deffais-Robinard (Les) [partie], Fauvellière (La), Feux-Villaine(Les), Henrière (La), Ménil-Barré (Le), Motte-de-Juvigné (La), Nuillé-sur-Vicoin [partie], Painchaud, Plessis-Milcent (Le), Poterie (La), Réaulumière (La), Rousseraie (La).

Châtellenie de Lignières, Resné et Saint-Calais.Modifier

Aunay-Lioust (L'), Chauvinière (La), Cordouin, Magny alias Bellanger-de-Haux, Monthéard, Revellière(La).

Châtellenie de PontmainModifier

Angottière (L'), Antiquelières (Les), Astillé, Baconnière (La), Bailleul, Belinière (La), Biardière (La), Buron (Le), Chaise (La), Chancellerie (La), Cour-Boivin (La), Forge (La), Fresnais (Les), Gué (Le), Hemnard, Lac (Le), Lande-de-Champs (La), Lande-Foucher (La), Landivy et Mausson, Lévaré, Mordanterie (La), Orcisse, Pairas (La), Parc-de-Goué (Le), Pont-Aubrée (Le), Provotière (La), Tuffeu, Vairie (La).

Châtellenie de la PootéModifier

Bellière (La), Cour-Calain (La), Coutard, Lozé.

Châtellenie de Pré-en-PailModifier

Barre (La), Buats (Les), Chevrigny, Marais (Les), Peau-de-Loyère, Puits-Cochelin (Le), Remeneudière (La).

Notes et référencesModifier

  1. Ce dernier n'en accueillit l'enregistrement qu'en ce que les lettes avaient trait à l'érection du marquisat, réservant les droits des tribunaux qui se trouvaient dessaisis par les termes de la concession royale. Deux lettres de jussion de mars et d'avril 1545 à l'effet d'obtenir l'enregistrement pur et simple, demeurèrent même infructueuses. Le 23 avril 1553, de nouvelles lettres de jussion d'Henri II, prescrivant l'enregistrement complet des lettres patentes de 1544, ne furent pas encore suivies d'effet en entier. Le Parlement de Paris ordonna, il est vrai, le 5 mai suivant, cet enregistrement, mais en suspendit l'exécution jusqu'à ce que le duc de Guise eût fourni les récompenses qui pouvaient être dues au domaine du Roi, qui se trouvait diminué. Le nouveau marquis de Mayenne cosnetit alors à payer d'indeminté une rente annuelleet perpétuelle de 300 livres. Sur quoi, la Cour ordonna l'exécution pure et simple des lettres de création en ce qui intéressait la couronne. Les droits des tiers étaient toujours réservés.
  2. Toutefois, pour indemniser les greffes de la sénéchaussée du Maine, il fut règlé qu'il leur serait servi par le marquisat une rente annuelle et perpétuelle de 400 livres.
  3. En 1594, Charles de Mayenne vend à Urbain de Laval-Boisdauphin la baronnie de Sablé pour 90 000 livres.

SourceModifier

Dictionnaire topographique du département de la Mayenne, Léon Maître

« Mayenne », dans Alphonse-Victor Angot et Ferdinand Gaugain, Dictionnaire historique, topographique et biographique de la Mayenne, Laval, Goupil, 1900-1910 [détail des éditions] (lire en ligne)

Voir aussiModifier