Ouvrir le menu principal

Jackie Berroyer

acteur, écrivain, journaliste, humoriste et scénariste français
Page d'aide sur les redirections « Berroyer » redirige ici. Pour les autres significations, voir Berroyer (homonymie).
Jackie Berroyer
Description de cette image, également commentée ci-après
Jackie Berroyer au Festival de Cannes 2013.
Naissance (73 ans)
Reims, Marne, France
Nationalité Drapeau de la France française
Profession scénariste, écrivain, acteur et dialoguiste
Films notables Voisins, voisines
Séries notables Kaamelott

Jackie Berroyer est un scénariste, écrivain, acteur et dialoguiste français, né le 24 mai 1946 à Reims.

Sommaire

BiographieModifier

Jackie Berroyer grandit à Reims, dans le quartier populaire Maison-Blanche. Son père est ouvrier maçon et sa mère femme au foyer[1]. Dans sa jeunesse, il traîne avec la bande de son quartier, mais ayant peu de goût et d'aptitudes physiques pour la bagarre, il devient plutôt la mascotte comique du groupe[2].

Après des débuts comme dessinateur industriel, métier qu'il abandonne à 25 ans[3], il devient, à partir du milieu des années 1970, critique rock à Charlie Hebdo. Il collabore ensuite à divers titres de presse : Hara-Kiri, Libération, Rock & Folk, Actuel, Rolling Stone. Écrivain, il publie en 1992 La Femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse, adapté au cinéma sous le titre Tempête dans un verre d'eau. Son style lui vaut d'être très sollicité, à partir des années 1980, par des réalisateurs français en quête de dialogues originaux[réf. nécessaire] ; il travaille avec Patrick Bouchitey (sur Lune froide, adapté d'un roman de Bukowski), Patrick Grandperret ou Jean-François Stévenin (sur Double messieurs en 1986). Il a également cosigné le premier film de Cédric Klapisch, Riens du tout.

Il a travaillé comme animateur intempestif, et présenté une émission d'humour et de philosophie sur Canal+, en plus d'interventions dans Nulle part ailleurs, reprenant son rôle de trublion aux débuts de ONPP. Il est également depuis quelques années chroniqueur pour le magazine Vibrations.

En 2006, il écrit et joue un one-man-show humoristique et musical intitulé Ma vie de jolie fille, dans lequel il pratique l'autofiction et l'absurde, racontant sa vie amoureuse d'homme mûr, et établit un rapport entre la célébrité et la situation d'une jolie blonde.

Il a contribué également à l'hebdomadaire satirique Siné Hebdo créé par le dessinateur Siné, puis à Siné mensuel.

En octobre 2010, il écrit pour le journal La Mèche et commence à animer l'émission Mélomanie sur Le Mouv' le dimanche de 18 heures à 19 heures (puis de 10 heures à 11 heures à partir de janvier 2012).

Certains de ses ouvrages ou de ses scénarios sont simplement signés Berroyer (et non Jackie Berroyer).

Il est le père du producteur de musiques électroniques ARK.

FilmographieModifier

ScénaristeModifier

DialoguisteModifier

ActeurModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier
Courts métragesModifier

TélévisionModifier

ThéâtreModifier

PublicationsModifier

OuvragesModifier

  • Rock and roll et chocolat blanc, Paris, H. Veyrier, 1979, 179 p.
  • J'ai beaucoup souffert, Paris, A. Michel, 1981, 209 p. ; réédition sous le titre J’ai beaucoup souffert de ne pas avoir eu de mobylette, Le Cherche midi, 2004, 245p.
  • Je vieillis bien : roman, Paris, A. Michel, 1983, 189 p.
  • Je suis décevant, Paris, Balland, 1987, 328 p.
  • Journal intime pour tous, Paris, Balland, 1988, 188 p.
  • Journal intime pour tous. 2, Paris, Balland, 1989, 234 p.
  • La femme de Berroyer est plus belle que toi, connasse, Paris, Pocket, 1997, 118 p.
  • Je ne vois pas ce qu'on me trouve (en collaboration avec Olivier Dazat, scénario de Christian Vincent, illustrations de J.-F. Campos), Arles, Actes Sud, 1997, 151 p. (48 p. de planches)
  • Mon cancer, ma Jaguar, Paris, Flammarion, 2000, 229 p.
  • Pas si vite ! (en collaboration avec André Scala), Paris, Canal+ Éditions, 2000, 214 p.
  • On ne se voit plus qu'aux enterrements, heureusement il y en a souvent, Paris, le Cherche midi, 2007, 215 p.
  • Parlons peu, parlons de moi, Paris, Le Dilettante, 2017, 288p.

Bande dessinéeModifier

  • Berroyer (scénario), Gibrat (dessinateur) :
    • Dossier Goudard, Paris, Éditions du Square, 1980, 48 p.
    • C'est bien du Goudard, Audie, 1981, 45 p.
    • La Parisienne, Paris, Dargaud, 1983, 46 p.
    • Goudard et la parisienne, Paris, Dargaud, 1984, 46 p.
    • Goudard a de la chance, Paris, Dargaud, 1987, 44 p.
    • Goudard et la Parisienne ! (intégrale albums Dargaud), Paris, Dargaud, 1995, 144 p.
    • Les Années Goudard (intégrale), Paris Gargaud, coll. Long Courrier, 2006, 256 p.
  • Berroyer, Rodolphe, Simonet et Vulbeau (scénario), Gibrat (dessinateur) :
    • Visions futées, Paris, Dargaud, 1980, 48 p.
  • Berroyer (scénario), Vuillemin (dessinateur) :
    • Raoul Teigneux contre les druzes, Paris, A. Michel, 1984

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier