Siné Mensuel

Siné Mensuel
Image illustrative de l’article Siné Mensuel

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Format Tabloïd
Genre Presse satirique
Prix au numéro 6,50 
Diffusion 15 000 ex. (2014[1])
Fondateur Siné
Date de fondation 2011
Éditeur Les Éditions du crayon
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Catherine Sinet
ISSN 2118-7827
Site web www.sinemensuel.com

Siné Mensuel est un journal satirique français, sans publicité, qui paraît les premiers mercredis de chaque mois.

Fondé par le dessinateur Siné en 2011 après l'échec économique de Siné hebdo, le mensuel est dirigé depuis 2016 par sa veuve Catherine Sinet.

HistoireModifier

Créé par le dessinateur Siné, en 2011[2], après l'arrêt de Siné Hebdo en avril 2010 pour raisons financières[3], Siné Mensuel - tout comme Siné Hebdo - s'inscrit dans les conséquences du licenciement de Siné de Charlie Hebdo. Il paraît le premier mercredi de chaque mois. Sa devise est : « Le journal qui fait mal et ça fait du bien. »

Jusqu'en , Siné y tient un éditorial[4]. Après le décès du dessinateur, sa veuve Catherine Sinet reprend la direction du mensuel.

Le journal décide de porter plainte après avoir reçu en mai 2020 plusieurs lettres de l’ancien Groupe union défense (GUD), un syndicat étudiant d’extrême droite, contenant des menaces de morts[5].

Données techniquesModifier

FormatModifier

Le journal Siné Mensuel est au format tabloïd (290 × 370 mm) sans agrafe, a 32 pages, est imprimé en quadrichromie et est publié par sa propre maison d'édition : les Éditions du Crayon, dirigées par Catherine Siné, l'épouse de Siné.

TirageModifier

Le premier numéro, daté de septembre 2011, se serait vendu à 50 000 exemplaires selon le site du journal[6].

En , le mensuel lance un appel aux dons pour ne pas déposer le bilan[7], ce qui permet alors de lever 85 000 euros.

En , Marianne relate de façon humoristique les nouvelles difficultés financières de Siné Mensuel en raison du faible nombre de ventes (15 000 exemplaires par mois). À la même époque, Charlie Hebdo est lui aussi en difficulté[8].

À la fin de l'année 2014, le magazine Siné Mensuel lance un appel aux dons qui lui permet de récolter près de 160 000 euros fin janvier 2015. Bénéficiant, à son échelle, du soutien solidaire à la suite de l'attentat contre Charlie Hebdo, le mensuel voit ses abonnements augmenter de 65 % sur la même période[9].

L'économie de Siné Mensuel reste fragile, le journal ne vivant que grâce aux ventes et aux abonnements. Il ne contient aucune publicité.

Siné MadameModifier

Siné Madame
Pays   France
Langue Français
Périodicité Mensuel
Format Tabloïd
Genre Presse satirique
Prix au numéro 2,90 
Diffusion 90 000 ex. (2019[10])
Fondateur Catherine Sinet
Date de fondation Avril 2019
Date du dernier numéro Novembre 2019
Éditeur Les Éditions du crayon
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Catherine Sinet
Site web www.sinemadame.com

Dès 2008, Siné et Isabelle Alonso avaient évoqué l'idée d'un magazine satirique réalisé par des femmes. Catherine Sinet, directrice de Siné Mensuel depuis la mort de son époux Siné en 2016, reprend le projet en 2018[11]. Le premier numéro de Siné Madame, composé de 8 pages au format tabloïd, paraît le [12] ; les sujets de ses deux principaux articles sont le clitoris (par Isabelle Alonso) et l'andropause[13].

Les sujets du journal, dont la devise est « Le journal qui ne simule pas »[14],[15], ne visent pas seulement le public féminin. Plusieurs dessinatrices de presse de différentes nationalités ont été recrutées par le journal à cause du faible nombre de celles-ci en France[14],[13].

Les rédactrices sont Isabelle Alonso, Juliette Arnaud, Véronique Brocard, Carole Cerdan, Marie Cigali, Constance, Kate Entringer, Roukiata Ouedraogo, Serena Reinaldi, Lara Smith, Charline Vanhoenacker[16]. Pour leur part, les dessinatrices sont Albertine, Florence Cestac, Olivia Clavel, Lou, Mad Meg, Vera Makina, Marilena Lardi, Zoé Thouron (fille de Lefred Thouron), Nadia Khiari (Willis from Tunis).

Après le n°6 de , le journal cesse sa parution[17].

Collaborateurs du journalModifier

Les rédacteursModifier

Parmi les rédacteurs réguliers, on trouve Christophe Alévêque, Isabelle Alonso, Jackie Berroyer, Jean-Pierre Bouyxou, Maxime Carsel, Laurent Chollet, Pierre Concialdi, Constance, Delfeil de Ton, Djubaka, Gérard Filoche, Noël Godin, Nadia Khiari, Jean-Marie Laclavetine, André Langaney, Martine Laval, Étienne Liebig, Lindingre, Guillaume Meurice, Stéphane Mazurier, François Morel, Arthur Nesnidal, Laure Noualhat, Patrick Pelloux, Patrick Raynal, Jean-Claude Ribaut, Jean-Jacques Rue, Lara Smith, Camille Van Belle, Charline Vanhoenacker, Michel Warschawski, Yannis Youlountas.

Les dessinateursModifier

Parmi les dessinateurs réguliers, on trouve Berth, Carali, Florence Cestac, Desclozeaux, Faujour, Frilouz, Philippe Geluck, Jiho, Kap, Nadia Khiari, Lacombe, Lasserpe, LB, Lindingre, Rémi MalinGrey, Mikaël, MRic, Pakman, Pinel, Soulas, Willem

MenacesModifier

Fin mai 2020, la rédaction annonce avoir porté plainte car elle a reçu cinq lettres contenant des menaces de mort envers des collaborateurs du journal et signées du Groupe union défense, « un syndicat étudiant d’extrême droite »[18].

Notes et référencesModifier

  1. « Faites un don à « Siné Mensuel » », sur sinemensuel.com (consulté le 14 janvier 2015) : « Nos ventes se sont encore tassées, nous sommes passés de 19 000 à 15 000 exemplaires. »
  2. « Siné crée un mensuel », sur FIGARO, (consulté le 6 septembre 2019)
  3. « « Siné Hebdo », c'est fini », sur Le Nouvel Observateur, (consulté le 25 octobre 2016).
  4. Ça m’énerve grave, dernier éditorial de Siné le 4 mai 2016.
  5. « Le journal satirique Siné Mensuel porte plainte après des menaces de mort », sur www.20minutes.fr,
  6. « Siné Mensuel n°2 en kiosques ce mercredi 5 octobre 2011 | Siné Mensuel », sur web.archive.org, (consulté le 6 septembre 2019)
  7. Lire sur le site Internet de Siné Mensuel : http://www.sinemensuel.com/don/
  8. « Faut pas laisser Siné crever… sinon il va se buter ! », Marianne,‎ (lire en ligne).
  9. AFP, « «Siné Mensuel» a recueilli près de 160 000 euros de dons », 20 minutes,‎ (lire en ligne)
  10. « Le premier numéro du mensuel satirique Siné Madame en kiosque mercredi », sur liberation.fr,
  11. « Siné Mensuel, dix ans à «chier dans les bégonias» », sur Libération.fr, (consulté le 6 septembre 2019)
  12. Philippe Bach, « Tout va très bien, Siné Madame », sur lecourrier.ch,
  13. a et b « Presse féminine : la grande nunuche ? », entrevue avec Isabelle Motrot, Catherine Sinet, Yseult Williams et Lauren Bastide sur le site franceculture.fr, 18 avril 2019 (audio, 39 mins).
  14. a et b Laure Croiset, « Siné Madame, le premier mensuel satirique entièrement écrit et illustré par des femmes », sur challenges.fr,
  15. « Siné Mensuel lance un Siné Madame écrit et dessiné par des femmes », sur francetvinfo.fr,
  16. Pierre-Yves Paque, « Une Belge dans Siné Madame, le premier mensuel satirique par des femmes », sur dhnet.be,
  17. « Siné Mensuel lance un appel aux dons », sur humanité.fr, L'Humanité,
  18. « Le journal satirique Siné Mensuel porte plainte après avoir reçu des menaces de mort », 20 minutes,‎ (lire en ligne).

Liens externesModifier