Ibos

commune française du département des Hautes-Pyrénées

Ibos
Ibos
Collégiale d'Ibos.
Blason de Ibos
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Hautes-Pyrénées
Arrondissement Tarbes
Intercommunalité Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées
Maire
Mandat
Denis Fégné
2020-2026
Code postal 65420
Code commune 65226
Démographie
Gentilé Iboscéens
Population
municipale
2 900 hab. (2018 en augmentation de 2,58 % par rapport à 2013)
Densité 88 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 14′ 03″ nord, 0° 00′ 09″ est
Altitude Min. 293 m
Max. 432 m
Superficie 32,88 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tarbes
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Bordères-sur-l'Échez
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Ibos
Géolocalisation sur la carte : Hautes-Pyrénées
Voir sur la carte topographique des Hautes-Pyrénées
City locator 14.svg
Ibos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ibos
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ibos
Liens
Site web http://www.ville-ibos.fr/

Ibos est une commune française située dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Iboscéens.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune d'Ibos se trouve dans le département des Hautes-Pyrénées, en région Occitanie[1].

Ibos est une commune périurbaine de l'agglomération tarbaise, limitrophe du département des Pyrénées-Atlantiques. Elle se situe à 6 km à vol d'oiseau de Tarbes[2], préfecture du département, et à 5 km de Bordères-sur-l'Échez[3], bureau centralisateur du canton de Bordères-sur-l'Échez dont dépend la commune depuis 2015 pour les élections départementales[1]. La commune fait en outre partie du bassin de vie de Tarbes[1].

Les communes les plus proches[Note 1] sont[4] : Azereix (2,8 km), Juillan (3,9 km), Bordères-sur-l'Échez (4,8 km), Ger (4,9 km), Pintac (5,8 km), Tarbes (5,9 km), Ossun (5,9 km), Odos (6,1 km).

Sur le plan historique et culturel, Ibos fait partie de l’ancien comté de Bigorre, comté historique des Pyrénées françaises et de Gascogne créé au IXe siècle puis rattaché au domaine royal en 1302, inclus ensuite au comté de Foix en 1425 puis une nouvelle fois rattaché au royaume de France en 1607. La commune est dans le pays de Tarbes et de la Haute Bigorre[5].

 
Carte de la commune d'Ibos et des proches communes.

Paysages et reliefModifier

Le bourg ancien est installé sur les rives du Mardaing (affluent droit du Souy dans le bassin versant de l'Adour), peu éloigné du pied du plateau.

La forêt occupe une superficie de 792 hectares, soit 24 % du territoire de la commune dont le bois du Commandeur, propriété communale depuis 1370, abritant de nombreux sangliers et chevreuils.

HydrographieModifier

 
Le moulin en 2021.

La Géline traverse la commune du sud au nord et forme une partie de la limite ouest avec la commune de Ger (Pyrénées-Atlantiques).
Le Souy (affluent gauche de l'Échez) et le ruisseau de Rieu Tort traversent la commune du sud au nord en son centre.
Le Mardaing (affluent droit du Souy) traverse le bourg du sud au nord.

ClimatModifier

Le climat est tempéré de type océanique, dû à l'influence proche de l'océan Atlantique situé à peu près 150 km plus à l'ouest. La proximité des Pyrénées fait que la commune profite d'un effet de foehn, il peut aussi y neiger en hiver, même si cela reste inhabituel.

Le tableau ci-dessous indique les valeurs normales de l'ensoleillement, des températures et des précipitations, observées par Météo-France à Ossun, où se trouve la station météorologique de référence pour le département.

Données climatiques à Ibos.
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 0,6 1,3 2,7 5,2 8,3 11,6 14,1 13,9 11,7 8 3,6 1,3 6,9
Température moyenne (°C) 5,3 6,1 7,8 10 13,3 16,7 19,3 19 17,2 13,3 8,5 5,8 11,9
Température maximale moyenne (°C) 9,9 11 12,9 14,8 18,3 21,7 24,5 24 22,6 18,6 13,4 10,4 16,8
Ensoleillement (h) 108,8 118,8 155,6 157,2 181,3 191,5 215,5 196,4 194,5 164,4 124,4 104,4 1 912,8
Précipitations (mm) 112,8 97,5 100,2 105,7 113,6 80,7 57,3 70,3 71 85,2 93 112,1 1 099,4
Source : Climatologie mensuelle à la station départementale d'Ossun de 1961-1990[7].


Milieux naturels et biodiversitéModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Trois ZNIEFF de type 1[Note 2] sont recensées sur la commune[8] :

et une ZNIEFF de type 2[Note 3],[8] : le « plateau de Ger et coteaux de l'ouest tarbais » (6 409 ha), couvrant 26 communes dont six dans les Pyrénées-Atlantiques et 20 dans les Hautes-Pyrénées[12].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Ibos est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 4],[13],[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tarbes, dont elle est une commune de la couronne[Note 5]. Cette aire, qui regroupe 153 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[16],[17].

Occupation des solsModifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (61,8 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (65,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (42,5 %), forêts (27,1 %), zones agricoles hétérogènes (17,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,7 %), zones urbanisées (5,3 %), prairies (2,2 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

LogementModifier

En 2012, le nombre total de logements dans la commune est de 1 154[19].
Parmi ces logements, 89,9 % sont des résidences principales, 1,8 % des résidences secondaires et 8,3 % des logements vacants.

Risques naturels et technologiquesModifier

Voies de communication et transportsModifier

Le territoire communal est traversé par d'importantes infrastructures de transports terrestres :

ToponymieModifier

 
Extrait de la carte de Cassini (entre 1756 et 1789) situant Ibos à l'ouest de Tarbes.

On trouvera les principales informations dans le Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées de Michel Grosclaude et Jean-François Le Nail[20] qui rapporte les dénominations historiques du village :

Dénominations historiques :

Nom occitan : Ibòs.

HistoireModifier

Cadastre d'IbosModifier

Le plan cadastral napoléonien d'Ibos est consultable sur le site des archives départementales des Hautes-Pyrénées[21].

Politique et administrationModifier

Tendances politiques et résultatsModifier

Liste des mairesModifier

 
La Mairie.
 
La Poste en 2017.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
Daniel Frossard PS Inspecteur des finances
Conseiller général du canton de Bordères-sur-l'Échez (2004 → 2011)
En cours
(au 25 mai 2020[24])
Denis Fégné PS Ingénieur social
Vice-président de la CA Tarbes Lourdes Pyrénées
Suppléant de la sénatrice Viviane Artigalas (depuis 2017)

Rattachements administratifs et électorauxModifier

Historique administratifModifier

Pays et sénéchaussée de Bigorre, quarteron de Tarbes, canton de Tarbes puis d'Ibos (1790), Tarbes-Nord (1801), Aureilhan (1973), de Bordères-sur-l'Échez (1982)[25].

IntercommunalitéModifier

Ibos appartient à la Communauté d'agglomération Tarbes-Lourdes-Pyrénées créée en et qui réunit 86 communes.

Services publicsModifier

La commune d'Ibos dispose d'une agence postale.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[27]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[28].

En 2018, la commune comptait 2 900 habitants[Note 6], en augmentation de 2,58 % par rapport à 2013 (Hautes-Pyrénées : +0,14 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 5001 3521 5491 5501 4161 9711 9502 0272 047
1856 1861 1866 1876 1881 1886 1891 1896 1901
2 0611 9161 9451 7221 6471 6321 5751 5021 527
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
1 5311 5201 3341 2201 1821 2521 3321 5201 657
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2018
1 8371 9872 2382 3092 7782 6632 7742 8772 900
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[29] puis Insee à partir de 2006[30].)
Histogramme de l'évolution démographique

Population et sociétéModifier

EnseignementModifier

 
L'école maternelle en 2021.

La commune dépend de l'académie de Toulouse. Elle dispose d’une école en 2017[31].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

 
Boutique et atelier de fabrication de la Chocolaterie Pailhasson
 
Le foyer rural en 2021.

Un centre culturel, Le Parvis, scène nationale Tarbes-Pyrénées [32], se situe dans l'enceinte du centre commercial Méridien. Il comprend une salle de conférences et de spectacles, un cinéma et un lieu d'expositions artistiques temporaires.

SportsModifier

  •   Ibos possède un club de rugby.
  •   Ibos possède un club de football : le Football Club Ibos Ossun.

ÉconomieModifier

 
Bibliothèque Daniel-Pennac.

Commerce et artisanatModifier

En , la célèbre Chocolaterie Pailhasson installe sa boutique et son atelier de fabrication à Ibos[33],[34].

AgricultureModifier

L'économie rurale est essentiellement fondée sur l'agriculture et la sylviculture. Les structures agricoles présentent un net recul des productions traditionnelles, une spécialisation des exploitations notamment au profit des céréales (maïs) et une restructuration foncière rapide avec la constitution de grandes unités d'exploitation.

Zones d'affairesModifier

 
Centre commercial Le Méridien.

La traversée rectiligne de la RD 817 dans la plaine d'Ibos, axe de liaison quasiment unique pendant longtemps entre Tarbes et Pau, a polarisé le développement d'une vaste zone d'affaire regroupant au-delà du centre commercial Le Méridien, de nombreuses grandes surfaces et boutiques spécialisées.

Situé à proximité du péage de l'A64 et dans le prolongement du Parc de Bastillac Université, le Parc des Pyrénées entend, lui, accueillir de nouvelles entreprises. Un centre de formation Veolia devrait y voir le jour sous peu. La société Végéplast, précurseur dans le domaine du plastique biodégradable, souhaiterait elle aussi s'y s’implanter[35].

Culture locale et patrimoineModifier

 
Collégiale.
 
La chapelle Saint-Roch.

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
Écartelé : au premier et au quatrième d'azur à la lettre I capitale d'or, au deuxième et au troisième de gueules à la lettre I capitale d'or ; à la croix d'or brochant sur l'écartelé.

Voir aussiModifier

 
Le monument aux morts municipal, œuvre de Jacques Escoula.
 
L'entrée du nouveau cimetière.

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  5. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  6. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. a b et c « Métadonnées de la commune d'Ibos », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  2. Stephan Georg, « Distance entre Ibos et Tarbes », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Ibos et Bordères-sur-l'Échez », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Communes les plus proches d'Ibos », sur www.villorama.com (consulté le ).
  5. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 287-289.
  6. Carte IGN sous Géoportail
  7. « Climatologie mensuelle à Tarbes », sur le site de l'association InfoClimat (consulté le ).
  8. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Ibos », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  9. « ZNIEFF le « bois des collines de l'ouest tarbais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  10. « ZNIEFF les « landes humides du plateau de Ger » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  11. « ZNIEFF le « réseau hydrographique de l'Échez » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  12. « ZNIEFF le « plateau de Ger et coteaux de l'ouest tarbais » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  16. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Tarbes », sur insee.fr (consulté le ).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  19. Insee : Rapport statistique communal pour la commune d' Ibos
  20. Michel Grosclaude et Jean-Francois Le Nail, intégrant les travaux de Jacques Boisgontier, Dictionnaire toponymique des communes des Hautes-Pyrénées, Tarbes, Conseil Général des Hautes-Pyrénées, , 348 p. (ISBN 2-9514810-1-2, notice BnF no FRBNF37213307)..
  21. Archives départementales des Hautes-Pyrénées : Plan cadastral d'Ibos en 1821
  22. Ministère de l'Intérieur - Hautes-Pyrénées (Occitanie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2012 à Ibos » (consulté le ).
  23. Ministère de l'Intérieur - Hautes-Pyrénées (Occitanie), « Résultats de l'élection présidentielle de 2017 à Ibos » (consulté le ).
  24. « Conseil municipal : une installation toute en patience ! », sur La Nouvelle République des Pyrénées, (consulté le ).
  25. Archives départementales des Hautes-Pyrénées
  26. « Liste des juridictions compétentes pour Ibos », sur le site du ministère de la Justice (consulté le )
  27. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  28. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  29. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  30. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  31. « Annuaire : Résultats de recherche », sur le site du ministère de l'Éducation nationale (consulté le ).
  32. Le Parvis, scène nationale de Tarbes-Pyrénées (site officiel)
  33. http://www.tourisme-hautes-pyrenees.com/Articles/DESTINATION-HP/Sucre-sale/La-cite-du-cacao
  34. Simone Beugin, « Lourdes. La boutique Chocolat Pailhasson vient d'ouvrir », La Dépêche,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. http://www.legrandtarbes.net Site de la Communauté d'agglomération du Grand Tarbes