Arthur et les Minimoys (film)

film sorti en 2006
Arthur et les Minimoys
Réalisation Luc Besson
Scénario Luc Besson
Céline Garcia
Musique Éric Serra
Acteurs principaux
Sociétés de production EuropaCorp
Avalanche Productions
Apipoulaï
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre aventures
Durée 103 minutes
Sortie 2006

Série Arthur et les Minimoys

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Arthur et les Minimoys est un film français d'aventures réalisé par Luc Besson et sorti en 2006. C'est l'adaptation cinématographique des deux premiers volets de la série de livres Arthur et les Minimoys créée par Luc Besson et Céline Garcia : Arthur et les Minimoys (2002) et Arthur et la Cité interdite (2003).

SynopsisModifier

Dans les années 1960, Arthur Montgomery, âgé de 10 ans, vit avec sa grand-mère Daisy dans une campagne reculée du Connecticut. Il est passionné des aventures africaines de son grand-père Archibald, qui a disparu depuis 3 ans. Mais un jour, un particulier de l'entreprise Davido vient acheter la maison de la grand-mère, car cette dernière n'a pas payé son loyer. Sa grand-mère n'ayant malheureusement pas les moyens de payer la dette, Arthur décide de trouver le trésor caché dont elle lui a raconté l'histoire. Arthur perce alors le secret laissé par son grand-père pour entrer dans le monde des Minimoys, drôles de créatures hautes de deux millimètres qui peuplent son jardin. Arthur fera la rencontre de la princesse Sélénia, de laquelle il tombe amoureux, et de son frère Bétamèche. Arthur devra se confronter à Maltazard le maudit pour retrouver le trésor, et par la même occasion, son grand-père.

Fiche techniqueModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

DistributionModifier

Voix françaisesModifier

Voix américainesModifier

Voix québécoisesModifier

Capture de mouvementModifier

ProductionModifier

Genèse et développementModifier

« Un petit garçon capable de pénétrer dans un monde de lutins ». Avec cette idée, imaginée par Patrice et Céline Garcia, Luc Besson souhaite en faire un film. Avant d'écrire un scénario, il écrit et publie le livre Arthur et les Minimoys en 2002, d'après l'idée originale de Céline Garcia et illustré par Patrice. Trois autres livres seront publiés par la suite : Arthur et la Cité interdite (2003), Arthur et la Vengeance de Maltazard (2004) et Arthur et la Guerre des deux mondes (2005). Luc Besson écrit ensuite le script d'un premier film avec Céline Garcia, qui reprend les intrigues des deux premiers livres[5].

Distribution des rôlesModifier

Pour trouver l'interprète d'Arthur, Luc Besson a effectué un long casting dans le monde : « J'avais eu beaucoup de mal et j'hésitais entre trois Anglais et deux Américains quand une directrice de casting, extérieure au projet, m'a suggéré de jeter un œil aux photos de Freddie Highmore. Charlie et la chocolaterie venait tout juste d'être tourné, je suis allé le voir et j'ai immédiatement flashé[5]. »

Même si ce film est d'origine « 100 % française », tous les comédiens viennent de Grande-Bretagne ou des États-Unis. Le film a donc été tourné en anglais.

Au niveau du casting vocal, on retrouve plusieurs artistes chanteurs et musiciens : Mylène Farmer dans le rôle de Sélénia, le rappeur Rohff dans le rôle de Max, Alain Bashung pour Maltazard, ainsi que Doudou Masta, Stomy Bugsy, Cut Killer, Dick Rivers. En version anglaise, on retrouve Madonna, Snoop Dogg et David Bowie[5]. Par ailleurs, Barbara Kelsch, qui double Arthur en version française, doublait Milla Jovovich dans Le Cinquième Élément[5].

TournageModifier

Si quelques scènes sont tournées aux studios d'Épinay-sur-Seine[6], la plupart des décors et maquettes ont été installés à Pantin, dans un ancien silo à grains que Pierre Buffin (le directeur de l'animation) et son équipe de BUF Compagnie ont transformé en studio high-tech[5]. 225 personnes y seront réunies pour le travail d'animation, qui durera près de 27 mois, notamment pour la réalisation des séquences 3D[5]. L'animation des personnages a été créé par un système d'enregistrement de mouvement sans les capteurs habituels, inventé par Pierre Buffin, et permettant aux comédiens d'avoir une plus grande liberté de mouvement.

« Je trouvais plus intéressant de proposer quelque chose de nouveau, qui n'ait jamais été fait. C'est le cas avec ce film qui mêle des personnages en 3D évoluant dans des décors 3D mais tirés de vraies maquettes : nous avons vraiment construit les champignons géants que vous voyez dans le film ! Cela donne une image et un rendu uniques : c'est notre façon de rentrer dans la compétition, de combattre avec eux, même si nous ne sommes qu'une toute petite société en comparaison[5]. »

— Luc Besson

Les scènes en décors réels et avec les acteurs ont été tournées en Normandie[5].

Bande originaleModifier

Arthur et les Minimoys

Bande originale de Éric Serra
Sortie   [7]
  [8]
Genre musique de film
Format CD
Label ULM / Atlantic Records[3]

Albums de Éric Serra

Bandes originales de Arthur et les Minimoys

Habitué des films de Luc Besson[9], Éric Serra compose la bande originale de Arthur et les Minimoys. Le compositeur a travaillé durant 1 an et demi. Il explique que Luc Besson « voulait une belle musique symphonique, à l'image des grands films d'aventure : Le Seigneur des anneaux, Indiana Jones, La Guerre des étoiles... Il fallait que ce soit à la fois beau, grandiose et magique ! Pour cela, il a réussi à totalement me déstabiliser en me forçant à ne pas écrire à l'image, moi qui travaille toujours en totale synchro »[5].

L'album commercialisé contient également trois chansons enregistrées spécialement pour le film : Quest For Love de Jewel, Go Girl de Snoop Dogg et It's A Beautiful Day d'Elijah Harris.

Liste des titres
  1. Quest For Love (interprété par Jewel)
  2. Go Girl (interprété par Snoop Dogg)
  3. It's A Beautiful Day (interprété par Elijah Harris)
  4. The Minimoys Overture
  5. Nice Town
  6. Arthur And The Aqueduct
  7. The Phonecall And The Waxcake
  8. Davidoo And The Watertank
  9. Small As A Tooth
  10. Stolen Kiss
  11. Grandpa's Mission
  12. The Cloth Ladder
  13. Bogo Matassalai
  14. Try To Be Convincing
  15. Third Ring For The Soul
  16. The Land of the Minimoys
  17. Central Gate
  18. The Blueberry Catapult
  19. Lovebirds
  20. Feeding Time
  21. The Sword Of Power
  22. Arthur The Hero
  23. Patchimole
  24. Cosmonut

Nutboat And Laces

  1. Ballad For Granny
  2. In Bed With Selenia
  3. Red Poppy Night
  4. Dragonfly Eggs
  5. Evil Straws
  6. Koolo
  7. Malthazar
  8. No Kiss But Tradition
  9. Show Time In Necropolis
  10. Timeballs
  11. Solid Gate
  12. Eternally Grateful
  13. A Beautiful Sunday
  14. Destruction Of The Seides
  15. A Bowl Of Rubies
  16. Greed And Loneliness
  17. The Minimoys Finale

AccueilModifier

CritiqueModifier

Le film reçoit des critiques globalement positives en France. Il obtient une note moyenne de 3,35 sur le site AlloCiné, qui recense 25 titres de presse[10]. Du côté des avis positives, Brigitte Baudin écrit dans Le Figaroscope : « Luc Besson a réussi son pari : nous entraîner, grands et petits, dans un passionnant voyage initiatique entre réalité et fantaisie, poésie et imaginaire, dans lequel il tente de délivrer un message : celui de la préservation de l'environnement et du droit à la différence. » Dans Le Nouvel Observateur, Jean-Philippe Gueran écrit notamment : « Au-delà de la prouesse technique, qui n`a vraiment rien à envier aux productions hollywoodiennes équivalentes, Arthur et les Minimoys s'impose par l'humanité de ses personnages grands et petits, la meilleure idée de Luc Besson ayant consisté à confier les voix à des comédiens qui sont aussi des chanteurs de renom[10]. »

Certains journalistes français n'apprécient pas le film. Dans Les Inrockuptibles, on peut ainsi lire « Luc Besson, de plus en plus à la ramasse, conjugue ses techniques d'animations prétendument révolutionnaires à un imaginaire top ringard ». Thomas Sotinel du Monde regrette quant à lui des « situations et de répliques si convenues qu'il est impossible de leur donner vie » tout en admettant qu'une « fois Arthur passé de l'autre côté du miroir (en l'occurrence une lentille de télescope), les choses s'arrangent un peu »[10].

La presse américaine accueille moins bien le film. Sur l'agrégateur Rotten Tomatoes, il récolte 22% d'opinions favorables pour 92 critiques et une note moyenne de 4,410[11]. Sur Metacritic, il obtient une note moyenne de 39100 pour 22 critiques[12].

Box-officeModifier

Pays Box-office Nombre de semaines Classement TLT[13] Date
Box-office mondial   113 022 170 USD[4] 11 - au 26/02/07
Box-office   États-Unis /   Canada 15 132 763 USD[14] 8 2.628e au 26/02/07
Box-office   France 6 396 989 entrées[4] 9 111e au 13/02/07
Box-office Paris 890 351 entrées[4] 9 - au 13/02/07
Box-office   Suisse 64 113 entrées[15] 8 753e au 14/02/07

Problèmes de droits d'auteurModifier

Le , le tribunal de grande instance de Paris a estimé que quatre dessinateurs ayant participé à la conception du film — Philippe Rouchier, Robert Cepo, Georges Bouchelaghem et Nicolas Fructus — étaient des « co-auteurs » puisque leur contribution constitue un élément essentiel du film, et leur a donc attribué un pourcentage des recettes, en lieu et place de la rémunération forfaitaire prévue à leur contrat[16],[17].

Produits dérivésModifier

SuitesModifier

À la suite du succès hexagonal du premier volet (6 millions d'entrées en France), Luc Besson a mis en chantier deux suites :

Jeu vidéoModifier

Le jeu est sorti sur PC le , sur PS2 le , sur PSP le , sur Nintendo DS le et sur Game Boy Advance le .

AttractionsModifier

Arthur, l'Aventure 4DModifier

Parallèlement à la trilogie cinématographique, une attraction a vu le jour au parc du Futuroscope[18]. Intitulée Arthur, l'aventure 4D, elle a ouvert ses portes le dans le pavillon Imax 3D Dynamique. Il s'agit d'un cinéma dynamique, proposant un film en relief de min 30 s au format OMNIMAX, projeté sur un écran hémisphérique de 900 m2.

Le coût total de l'attraction est de 6 millions d'euros, dont 1,8 million d'euros pour la partie aménagement, gros œuvre et décor, et 4,2 millions d'euros pour la réalisation du film en 3D. Tout comme la trilogie, la réalisation du court métrage est assurée par Luc Besson et le studio français Buf Compagnie.

Arthur au Royaume des MinimoysModifier

En , une nouvelle attraction sur Arthur et les Minimoys ouvre au parc d'attractions allemand Europa-Park. Contrairement au parc du Futuroscope, ici c'est une partie de l'univers des films qui est reproduit, le village des Minimoys, Paradise Alley et bien d'autres. Ce nouveau quartier d'Europa-Park aura nécessité un an et demi de travaux et 25 millions d'euros soit le projet le plus ambitieux du parc d'attractions depuis son ouverture.

Cet univers est principalement situé en intérieur, il est composé de trois attractions dont un circuit de montagnes russes, une tour de chute, et un manège, ces deux dernières étant réservées aux enfants.

Lors de l'ouverture, Luc Besson a déclaré qu'Arthur avait maintenant sa maison, et qu'elle était à Europa-Park. Effectivement dans le parc français, l'univers d'Arthur et les Minimoys n'est retranscrit que sur un écran de cinéma en 4-D.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (en) Dates de sortie sur l’Internet Movie Database
  2. a et b Casting et fiche technique Arthur et les Minimoys - AlloCiné.fr
  3. a et b (en) Sociétés de production et distribution sur l’Internet Movie Database
  4. a b c et d « Arthur et les Minimoys », sur JP's box-office (consulté le 11 mai 2014)
  5. a b c d e f g h i et j Secrets de tournage - AlloCiné.fr
  6. (en) Lieux de tournage sur l’Internet Movie Database
  7. Arthur et les Minimoys - Fnac.com
  8. (en) Eric Serra - Arthur and the Invisibles (Original Motion Picture Soundtrack) - AllMusic.com
  9. Éric Serra a composé la musioque de tous les films de Luc Besson, à l'exception d’Angel-A.
  10. a b et c « Arthur et les Minimoys - critiques presse », sur AlloCiné (consulté le 29 mars 2021)
  11. (en) « Arthur and the Invisibles (2006) », sur Rotten Tomatoes, Fandango Media (consulté le 29 mars 2021)
  12. (en) « Arthur and the Invisibles Reviews », sur Metacritic, CBS Interactive (consulté le 29 mars 2021)
  13. Tous les temps - All Time
  14. (en) « Arthur and the Invisibles », sur Box Office Mojo.com (consulté le 11 mai 2014)
  15. procinema.ch
  16. Jamal Henni, « Le studio de Luc Besson condamné pour contrefaçon », sur BFM TV, (consulté le 2 mars 2016)
  17. Rédaction Le HuffPost, « Le studio de Luc Besson condamné pour "contrefaçon" pour "Arthur et les Minimoys" », Le Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  18. Dossier complet sur Parkothek

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier