Ouvrir le menu principal

Yvan Stefanovitch

journaliste français
Yvan Stefanovitch
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Nationalité
Activité

Yvan Stefanovitch, parfois prénommé Yves[1], est un journaliste d'investigation français et un auteur de livres politiques spécialisé dans la dénonciation du parlementarisme et du gaspillage d'argent public.

Sommaire

BiographieModifier

Il est l'auteur d'une tribune libre intitulée « Les gaspillages du Rafale ou l'aveuglement de François Hollande »[2] publiée le 16 janvier 2014, dans laquelle il annonce que le Rafale est « invendable aujourd’hui et sans doute demain ». Les exportations du Rafale commencent dès l'année suivante.

En 2015, il publie Rentiers d'État[3] sur les institutions administratives.

En 2016, il publie Le Sénat. Un paradis fiscal pour des parlementaires fantômes qui dénonce les privilèges fiscaux des sénateurs et leur temps de travail réel avec selon lui, « un minimum de 4 à 5 jours de présence par mois et un système d'excuses discrétionnaires », ainsi que le supposé manque de transparence, comparé à la Corée du Nord. En juin de la même année, les sénateurs autorisent leur président Gérard Larcher à poursuivre au nom du Sénat Yvan Stefanovitch en diffamation, car « ces propos portent atteinte à l’honneur et à la considération du Sénat, en ce qu’ils imputent au Sénat le fait d’accepter une excuse injustifiée pour éviter de sanctionner un sénateur, permettant ainsi des « tricheries », et d’entourer pour ces raisons cette procédure de secret »[4]. Selon le journal Le Point, ce serait la première fois qu'une institution de la République poursuit un journaliste en justice pour avoir publié un livre[5], la censure politique n'existant plus en France depuis 1973.

LivresModifier

Notes et référencesModifier

  1. Voir la couverture de son livre Bertrand le Magnifique
  2. « Les gaspillages du Rafale ou l’aveuglement de F. Hollande », sur www.lyoncapitale.fr, (consulté le 4 mai 2015)
  3. Jeannette Bougrab, présidente de la Halde, aurait bien doublé son salaire de base de 7 000 à 14 000 euros, atlantico.fr, 20 décembre 2015
  4. Délibération approuvée lors la séance publique du 23 juin 2016.
  5. "Les sénateurs vivent sur une autre planète !", lepoint.fr, 12 août 2016.

Liens externesModifier