Ouvrir le menu principal
Formule E
Description de cette image, également commentée ci-après
Le logo de la Formule E est bleu et représente le e de électrique.
Généralités
Sport Compétition automobileVoir et modifier les données sur Wikidata
Création Championnat de Formule E FIA 2014-2015
Organisateur(s) FIA
Édition 4e
Catégorie Compétition automobile
Site web officiel www.fiaformulae.com
www.fia.com
Palmarès
Champion pilote Drapeau : France Jean-Éric Vergne
Champion constructeur Drapeau : Allemagne Audi Sport ABT Schaeffler
Plus titré(s) Pilote:
Drapeau : Brésil Nelsinho Piquet (1)
Drapeau : Suisse Sébastien Buemi (1)
Drapeau : Brésil Lucas Di Grassi (1)
Drapeau : France Jean-Éric Vergne (1)
Constructeur:
Drapeau : France e.dams-Renault (3)
Crystal Clear app kworldclock.png
Pour la compétition en cours voir :
Championnat de Formule E FIA 2018-2019
Spark-Renault SRT 01E lors de l’exposition de Tokyo en 2013.

La Formule E, aussi appelée formule électrique, est une catégorie de voitures de type monoplace de compétition.

La compétition est basée sur des ePrix, courses à bord de voitures monoplaces disputées sur circuits urbains temporaires tracés en ville.

Les monoplaces sont propulsée par un moteur électrique dont le bruit a une sonorité aiguë qui rappelle celle d'un avion au décollage[1]. La Formule E est conçue pour participer au championnat de Formule E FIA.

Sommaire

Fiche techniqueModifier

Bien qu'étant une catégorie ouverte à tous les constructeurs[2], le seul modèle homologué de Formule E, lors de la première saison (2014-2015), était la Spark-Renault SRT 01E[3]. La partie électronique est assemblée par Renault[4] et la partie carrosserie/châssis, conçue par Dallara, est assemblée par Spark Racing Technology.

  • 0 à 100 km/h : 3 secondes (estimation)
  • Vitesse maximum : 225 km/h (limitée par la FIA)
Pour la seconde saison (2015-2016), les écuries peuvent désormais faire appel à d'autres fabricants pour le moteur électrique, le boîtier de gestion électronique, la boîte de vitesses et le train arrière (suspensions)[6].
Châssis
Type Structure alvéolaire en fibre de carbone et aluminium
Carrosserie
Matériau Fibre de carbone et Kevlar
Éléments aérodynamiques Ailerons avant et arrière, déflecteurs, diffuseur.
Motorisation
Moteur Position centrale arrière, développant une puissance maximale de 200 kW, équivalent à 270 ch (en mode qualification) et 225 ch en course. McLaren Electronic Technologies a produit tous les moteurs de la 1re saison, d'autres constructeurs sont maintenant impliqués[5]
Alimentation Williams Advanced Engineering[7]
Batterie RESS lithium-ion
Transmission
Type Propulsion
Boîte de vitesses Séquentielle Hewland à cinq rapports la 1re année ; 4, 3, 2 ou même un seul rapport aujourd'hui[5].
Commandes Palettes au volant
Trains roulants
Suspensions Double triangle en acier, ressorts hélicoïdaux ou barres de torsion
Freins
Étriers Sections circulaires en alliage d'aluminium
Disques/plaquettes Matériaux libres
Roues
Pneumatiques Michelin 18" sculptés (rainurés, communs pour le sec et la pluie)[5]
Jantes OZ Racing magnésium
Largeur max. : 260 mm avant / 305 mm arrière
Diamètre max. : 650 mm avant / 690 mm arrière
Dimensions, poids
Empattement 3 125 mm
Largeur de voie 1 300 mm
Poids avec pilote 800 kg (batteries seules : 200 kg)

Ces données, de même que les règlements technique et sportif, ont fortement évolué pour la saison 2018-2019.

PalmarèsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Vidéos : quand la Formule E (F1 électrique) part en burn ! - Abcmoteur.fr, 22 septembre 2013
  2. (en) Overview - Site officiel
  3. Quand la Formule 1 se met à l’électrique : voici la première Formule E - Abcmoteur.fr, 22 septembre 2013
  4. F1 - Renault s’implique en Formula E - Olivier Ferret, Nextgen-Auto.com, 15 mai 2013
  5. a b et c (en) Insight: The Formula E car - Site officiel, 24 juin 2016
  6. Nicolas Carpentiers, Formula E : de l’électricité dans l’ère (nouvelle), f1i.fr, le 21 octobre 2015, consulté le 26 octobre 2015
  7. Williams s'implique en FE - ESPNF1, 12 juin 2013
  8. « Championnat 2014-2015 - Les classements définitifs », Motorsport.com, (consulté le 3 novembre 2015).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier