Ouvrir le menu principal

2M

hokidkchaîne de télévision généraliste publique marocaine

2M
Image illustrative de l’article 2M

Création
Slogan 2M, nous rassemble
Langue Arabe, français et amazigh
Pays Drapeau du Maroc Maroc
Statut Généraliste national public
Siège social Casablanca
Site web (ar) 2M.ma
Diffusion
Analogique Non
Numérique Oui (TNT Maroc)
Satellite Hotbird 6 à 13° Est
Eutelsat W6 à 21,5° Est
Nilesat 102 à 7° Ouest
Atlantic Bird 3 à 5° Ouest
NSS 7 à 22° Ouest
Câble Numericable : chaîne n°407
Naxoo

Vidéotron : chaîne n°274

IPTV Belgacom TV : chaîne n°296
Bouygues Telecom: chaîne n°603
MT Box : chaîne n°002
SFR TV : chaîne n°480
Freebox TV : chaîne n°564
Orange TV : chaîne n°510

Bell Télé Fibe : chaîne n°758

2M est la deuxième chaîne de télévision généraliste semi-publique marocaine, créée le , basée à Casablanca, avec des bureaux régionaux dans les villes principales du royaume.

En janvier 2018, 2M est la chaîne la plus regardée[1] avec 35 % de l'audience au Maroc.

Sommaire

Histoire de la chaîneModifier

Le , 2M International est la première chaîne privée[2] et commerciale payante au Maroc. Elle diffuse des émissions cryptées[2] avec deux plages en clair[3]. À son lancement, la chaîne suscite un véritable engouement dans le paysage audiovisuel marocain (PAM), mais elle évolue dans un environnement culturel complexe. Elle souffre de la concurrence déloyale du piratage[4].

En 1994, elle n'est plus la chaîne thématique à vocation internationale conçue au départ, mais une chaîne généraliste, de proximité[5], afin d'exprimer sa spécificité face aux autres sources d'images.

Le , l'Omnium Nord Africain (ONA[3]), l'actionnaire principal de la SOREAD, se retire de la gestion de la chaîne qui connaît des difficultés financières[6]. Signataire de la concession de service public, l'État devient actionnaire majoritaire[2] à hauteur de 70 %.

Le , 2M passe en clair[2], bouleversant le paysage audiovisuel marocain. Le redressement financier[7] de la société gestionnaire de la chaîne se fait à travers le concours du fonds pour la Promotion audiovisuelle nationale et la dynamisation du marché publicitaire. 2M est l'une des chaînes de télévision les plus suivies[1] au Maroc.

OrganisationModifier

DirigeantsModifier

  • Fayçal Laraïchi[10] : président directeur général de la Société d’Études et de Réalisations Audiovisuelles (SOREAD)
  • Salim Cheikh[10] : directeur général
  • Samira Sitaïl[11] : directrice de l'information[12]

CapitalModifier

En 1989, l'ONA en association avec TF1[3], Sofirad[3], Vidéotron[3] et les institutionnels marocains gère 2M International : la chaîne est cryptée.

En 1996, l'État marocain possède 70 %[2] du capital de 2M : la chaîne n'est plus cryptée et fait partie des services de télévisions du pôle public.

En 2017, une réorganisation de l'actionnariat de la SOREAD, la société d'édition de 2M TV et Radio 2M, est opérée. Les actionnaires[9] sont :

DiffusionModifier

À la fin des années 1990, 2M étend sa réception sur l'ensemble du territoire marocain.

2M talonne la chaîne de télévision satellitaire qatarienne Al-Jazeera[13].

En , le CRTC autorise la diffusion de la chaîne au Canada[14] sur Bell Télé Fibe et Vidéotron.

Lors du mois du ramadan, les téléspectateurs se rassemblent[15] sur 2M, toujours leader en 2018 mais concédant quelques points d'audience à la nationale 1 Al Aoula[16] de la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT).

ÉmissionsModifier

 
Tournage du magazine Ajial (Générations) à Dakhla

Le repositionnement de 2M s'appuye sur trois concepts :

  1. le divertissement : feuilletons, fiction nationale[5] et, chaque mardi et dimanche, un film américain, français ou marocain[17],
  2. la proximité[5] : émissions d'information, débats[18] Mais encore ?, Moubacharatan Mâakoum,
  3. la curiosité et la connaissance : documentaires et magazines Sabahiyat[19], Éclairages sur l'économie ou d'enquête Grand Angle.

2M cible les jeunes[20] avec le magazine Ajial (Générations) présenté par Samid Ghailan et Halima Alaoui, le concours du meilleur artiste The Artist ou Studio 2M, les clips Top Tarab et les jeux comme l'adaptation Jazirat Al Kanz de Fort Boyard ainsi que toutes les générations avec la gastronomie marocaine Ch'hiwat bladi présentée par Chafaï Choumicha.

Journaux télévisésModifier

Par la fusion des rédactions arabophone et francophone, depuis 2000, la chaîne organise treize rendez-vous d’informations[21] par jour contre trois en 1999 dans le respect de ses principes d’indépendance et de liberté d’expression[22],[23],[24]. En 2005, l'ouverture du journal télévisé est relative aux activités officielles[25].

En 2012, le rapport de l'Institut royal des études stratégiques (IRES) répartit la confiance des téléspectateurs selon 41,5 %[2] pour les chaînes arabes satellitaires[26] contre 36 %[27] pour 2M.

Séries étrangèresModifier

2M diffuse des séries turques, espagnoles, australiennes, canadiennes et américaines.

Doublée en arabe marocainModifier

En 2015, la série turque Samhini (سامحيني, Beni Affet), depuis 2013 en semaine à 19 h 15 au Maroc et à 20 h 15 en France, fait l'audience record de 69,8% grâce au doublage en darija[28].

Séries turques doublés en arabeModifier

En fin des années 2000, la série historique Muhteşem Yüzyıl (Le Siècle magnifique ou Harem Sultan, حريم السلطان) de Meral Okay avec Meriem Uzerli (Roxelane, Hürrem Sultan) renvoie une image attrayante de la Turquie dans l’espace maghrébin. Trente-neuf millions de femmes[29] du monde arabe ont vu Sanawat Dayaa (سنوات الضياع, Ihlamurlar Altında (tr), Les années perdues) de Aydın Bulut avec Tuba Büyüküstün (Filiz Tekiner). Ces séries donnent envie aux Marocains de visiter Istanbul[30] sans avoir besoin d'un visa tandis que « l’influence culturelle de la France rencontre de plus en plus de résistance[31] ».

Séries américainesModifier

JumelageModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b Narjis Rerhaye, « Audience TV au Maroc : 2M cartonne, Al Oula stagne », sur Atlas Info, (consulté le 1er septembre 2018) : « C’est 2M qui se taille la part du lion avec une part d’audience moyenne de 35,4% contre 9,2% pour Al Oula. »
  2. a b c d e et f Tourya Guaaybess, « L’audiovisuel public marocain, à la croisée des chemins ? », sur ina, (consulté le 1er septembre 2018)
  3. a b c d et e « Publics », sur HACA, (consulté le 2 septembre 2018) : « en clair »
  4. K.B. et N.S, « Derrière le reprofilage des programmes : La restructuration de l'entreprise-2MI », sur L'Economiste, (consulté le 1er septembre 2018) : « Il existe des pirates qui n'ont même pas conscience d'être des pirates »
  5. a b et c « 2M: Enfin des chiffres! », sur L'Economiste, (consulté le 2 septembre 2018) : « elle envisage de renforcer le principe de la proximité, avec un développement de l’ancrage régional, le développement de la fiction nationale et les émissions à caractère sociétal… »
  6. Daghmi, Pulvar et Toumi 2012, §29 « Mais les difficultés financières de la chaîne font passer 2M rapidement dans le giron de l'Etat. ».
  7. « Cour des comptes/Audiovisuel: Toutes déficitaires, les chaînes publiques! », sur L'Economiste, (consulté le 2 septembre 2018) : « Bien qu'elles disposent d'un même président, les deux entreprises audiovisuelles (SNRT et Soread-2M) (…) »
  8. a et b « Audiovisuel : L’État et la SNI refusent de recapitaliser 2M », sur L'Economiste, (consulté le 2 septembre 2018)
  9. a et b Le Desk et RSF, « 2M », sur Media Ownership Monitor, (consulté le 2 septembre 2018)
  10. a et b « 2M », sur HACA, (consulté le 2 septembre 2018)
  11. Qods Chabaa, « Samira Sitail: "le Maroc n'est pas un pays arabe" », sur Le360, (consulté le 2 septembre 2018) : « Samira Sitaïl a jeté un pavé dans la mare en déclarant à une radio marocaine: «Le Maroc n’est pas un pays arabe» »
  12. « Chantage contre le roi. "Rapaces, stupides et arrogants", commente Samira Sitail à propos des deux journalistes », sur Le360, (consulté le 2 septembre 2018) : « La directrice de l'information et directeur général adjoint de 2M, Samira Sitail, revient sur l'affaire Eric Laurent et Catherine Graciet »
  13. Daghmi, Pulvar et Toumi 2012, §54 « Al-Jazeera arrive en effet, en tête des chaînes de télévision les plus regardées au Maroc, suivie de près par la deuxième chaîne nationale marocaine 2M »
  14. « Décision de radiodiffusion CRTC 2012-171 », sur CRTC,  : « Ajout de 2M Maroc à la liste de services de programmation non canadiens approuvés pour distribution »
  15. « Télévision : Au mois de Ramadan, 2M nous a rassemblés », sur Libération, (consulté le 2 septembre 2018)
  16. Reda Berrada, « TV. Ramadan booste l'audience d'Al Aoula », sur Médias24, (consulté le 2 septembre 2018)
  17. « Ali Rabiaa et les autres, un film culte à regarder sur 2M ce dimanche en fin de soirée », sur 2M, (consulté le 2 septembre 2018) : « ce film signé par Ahmed Boulane raconte le destin de quatre jeunes en quête de liberté dans les années 70 (…) le film se distingue par un casting rassemblant de grands acteurs: Younes Megri (Ali), Hiam Abbass (Rabiaa), Hassan El Fad (Abdellah), Samia Akariou (Jamila) et Mohammed Marouazi (Hamid). »
  18. Dirèche-Slimani et Hidass 2005-2006, §11 « Son atout est d’avoir introduit des magazines et des débats publics. ».
  19. AFP, « Maroc : une chaîne TV s'excuse après une séquence de maquillage destinée aux femmes battues », sur Le Point, (consulté le 2 septembre 2018) : « À l'occasion de la Journée internationale de la lutte contre les violences faites aux femmes, l'émission matinale Sabahiyate, diffusée sur la chaîne 2M, avait voulu « montrer le type de maquillage à utiliser quand une femme est battue ». »
  20. Daghmi, Pulvar et Toumi 2012, §56 « Les résultats de l'enquête menée par El Harras pour le compte de « l'instance médias et société » révèlent que les chaînes nationales 2M, Al Oula, MBC2 sont les plus plébiscitées par les jeunes marocains. »
  21. « Infos : National », sur 2M, (consulté le 1er septembre 2018)
  22. « Deux journalistes de 2M sanctionnés par la direction de la chaîne », sur HuffPost, (consulté le 2 septembre 2018)
  23. « Des journalistes de 2M sanctionnées pour un reportage sur le Yémen », sur Le360, (consulté le 2 septembre 2018)
  24. Mohamed Chakir Alaoui, « 2M crée la polémique avec un reportage sur le Yémen », sur Le360, (consulté le 2 septembre 2018)
  25. Dirèche-Slimani et Hidass 2005-2006, §15.
  26. Daghmi, Pulvar et Toumi 2012, §57.
  27. Amira Soltane, « Le paysage audiovisuel marocain en crise », sur L'Expression, (consulté le 2 septembre 2018) : « plus de personnes interrogées font confiance « aux chaînes arabes, captées par satellites (…) » »
  28. Mohammed Berrahou, « Audiences TV 2015: un feuilleton turc doublé en darija largement en tête », sur Médias24, (consulté le 2 septembre 2018) : « la darija est plébiscitée »
  29. Mokhefi 2013, p. 69 « grande popularité auprès de l’audience féminine ».
  30. Mokhefi 2013, p. 79 « L’engouement des Maghrébins pour la destination Turquie ».
  31. Mokhefi 2013, p. 82.

AnnexesModifier

BibliographieModifier

  • Fathallah Daghmi, Olivier Pulvar et Farid Toumi, Médias et publics au Maroc : Les Enjeux de l'information et de la communication, vol. 13, Gresec, coll. « Varia » (no 1), 2012, 242 p. (ISSN 1778-4239, OCLC 7293682467, présentation en ligne, lire en ligne), chap. 57, p. 86-98
  • Karima Dirèche-Slimani (dir.) et Ahmed Hidass, La régulation des médias audiovisuels au Maroc : L’audiovisuel, organe du Makhzen, vol. 2 : L'Année du Maghreb, Aix-en-Provence, CNRS Éditions, coll. « Dossier : Femmes, famille et droit », 2005-2006, 607 p. (ISSN 2109-9405, OCLC 753202099, présentation en ligne, lire en ligne), chap. 15, p. 539-547
  • Mansouria Mokhefi, Le Maghreb face aux nouveaux enjeux mondiaux : L’industrie des feuilletons télévisés et la « turcophilie » maghrébine, Le Maghreb dans la politique arabe de la Turquie - Aperçus sur une stratégie en développement, ifri, coll. « Programme Moyen-Orient/Maghreb », , 100 p. (ISBN 978-2-36567-248-1, présentation en ligne, lire en ligne [PDF]), p. 66-69

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier