Ford Escort

automobile
(Redirigé depuis Ford Escort RS Cosworth)

La Ford Escort est une voiture du groupe américain Ford produite par Ford Europe.

Il s'agit à l'origine d'un modèle conçu à destination du marché européen. Le nom Escort est ensuite appliqué à différents modèles produits en Amérique du Nord et maintenant en Chine.

Afin de promouvoir son nouveau modèle, Ford engage l'Escort en compétition en la confiant notamment à Roger Clark qui remporte la course sur le Circuit d'Irlande en 1968. Ses succès en rallye se poursuivent et Ford remporte avec la "mark one" (Mk1) le championnat d'Europe des rallyes en 1968, 1969 et le marathon Wembley-Mexico 1970.

L'arrivée de la "mark two" (Mk2) confirme ce potentiel sportif, championne du monde des rallyes 1979 et permet à Björn Waldegård de remporter le premier titre de champion du monde des rallyes pilote, puis en 1981 à Ari Vatanen de remporter lui aussi le Championnat du Monde des Pilotes.

En 1980, elle passe de l'archaïsme technique (propulsion, essieu rigide, moteurs en fonte) à la modernité (traction, roues arrière indépendantes, et moteur transversal coiffé d'une culasse en alliage). Elle est élue Voiture européenne de l'année en 1981.

La Ford Escort réapparait en 2014, en Chine puis à Taiwan en 2017.

Les Escort européennesModifier

Ford Escort 100E (1955 - 1961)Modifier

Ford Escort
 
Une Ford Escort Break

Marque   Ford
Années de production 1955 - 1961
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence
Cylindrée 1 172 cm3
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses manuelle 4 rapports
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Compacte 2 portes Break
Direction crémaillère
Freins tambours avant et arrière
Dimensions
Longueur 3 607 mm
Largeur 1 537 mm
Hauteur 1 600 mm
Chronologie des modèles

Le nom Escort est utilisé dans les années 1950 pour désigner la version bas de gamme de la version break Squire de la Ford Anglia 100E.

Première génération (1967-1975)Modifier

Ford Escort Mark I
 
Une Ford Escort MK1 Break

Marque   Ford
Années de production Jan 1968 - Nov 1974
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 939 cm3 4 cylindres OHV
1 098 cm3 4 cylindres OHV
1 298 cm 4 cylindres OHV (1300 et GT),
1 558 cm3 4 cylindres (Twin Cam)
1 994 cm3 4 cylindres (RS2000)
Position du moteur longitudinale Avant
Cylindrée 939 à 1 994 cm3
Puissance maximale 36 à 120 ch
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses manuelle 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 767 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Compacte 2 portes
Compacte 4 portes
Break 3 portes
Suspensions McPherson à l'avant et essieu rigide à l'arrière
Direction crémaillère
Freins tambours avant et arrière (sauf RS2000 : disques à l'avant et tambours à l'arrière)
Dimensions
Longueur 4 045 mm (Berline)
4 084 (Break) mm
Largeur 1 570 mm
Hauteur 1 486 mm
Empattement 2 400 mm
Chronologie des modèles

La Ford Escort Mark I[1] a été introduite en Irlande et au Royaume-Uni fin 1967, faisant ses débuts au salon de l'automobile de Bruxelles en janvier 1968[2]. Elle a remplacée l'Anglia à succès et de longue date. L'Escort était aussi présentée en Europe comme étant la première voiture de tourisme à être développée par la fusion de Ford Europe (la fourgonnette Transit ayant été le premier produit de cette collaboration). La production d'Escort a commencé à l'usine d'Halewood en Angleterre pendant les derniers mois de 1967, et à l'usine Ford de Genk en septembre 1968 pour les marchés à conduite à gauche[3]. Au départ, les Escort continentales différaient légèrement des Escort construites au Royaume-Uni sous la carrosserie. La suspension avant et le boîtier de direction étaient configurés différemment et les freins étaient équipés de doubles circuits hydrauliques; les roues montées sur les Escort construites à Genk avaient des jantes plus larges[4]. Début 1970, la production des modèles d'Europe continentale est transférée dans une nouvelle usine en bordure de Saarlouis, en Allemagne de l'Ouest.

L'Escort a été un succès commercial dans plusieurs régions d'Europe occidentale, mais nulle part ailleurs qu'au Royaume-Uni, où le best-seller national des années 1960, l'Austin / Morris 1100 de BMC commençait à montrer son âge tandis que la Cortina de Ford avait grandi, à la fois en dimensions et en prix, au-delà du créneau de marché auquel elle avait été initialement lancée. Elle concurrençait la Vauxhall Viva et, à partir du début des années 1970, l'Hillman Avenger du groupe Rootes.

En juin 1974, six ans après l'introduction de la voiture au Royaume-Uni, Ford a annoncé l'achèvement de la deux millionième Ford Escort, une étape jusqu'ici inégalée par aucun modèle Ford en dehors des États-Unis[5]. Il a également été déclaré que 60 % des deux millions d'Escort avaient été construites en Grande-Bretagne[5],[6]. En Allemagne de l'Ouest, les voitures étaient construites à un rythme plus lent d'environ 150 000 voitures par an, tombant à 78 604 en 1974, qui était la dernière année pour l'Escort Mark I[7]. De nombreuses Escort construites en Allemagne ont été exportées, notamment vers le Benelux et l'Italie; du point de vue du marché intérieur ouest-allemand, la voiture était étroite et inconfortable par rapport à l'Opel Kadett bien établie et à un prix comparable, et elle était techniquement primitive par rapport aux Fiat 128 et Renault 12 importées à succès[8]. Les générations suivantes de l'Escort ont constitué une partie du terrain abandonné par le modèle d'origine, mais sur le plus grand marché automobile d'Europe, les volumes de vente de l'Escort sont toujours bien inférieurs à ceux de la Kadett de General Motors et de sa successeur l'Astra.

L'Escort avait une traction arrière conventionnelle et une boîte de vitesses manuelle à quatre vitesses, ou une transmission automatique à trois vitesses. La suspension se composait d'une suspension avant à jambes de force MacPherson et d'un simple essieu dynamique monté sur des ressorts à lames. L'Escort a été la première petite Ford à utiliser la direction à crémaillère. La Mark I présentait des éléments de style contemporains en phase avec son temps: une subtile ceinture de caisse de style «bouteille de Coca-Cola» inspirée de Detroit et une calandre en forme d'«os de chien» - sans doute la principale caractéristique stylistique de la voiture. Un style "bouteille de Coca-Cola" similaire a été présenté dans la plus grande Cortina Mark III (une voiture visuellement similaire a été construite en Allemagne de l'Ouest nommée Taunus) lancée en 1970.

Initialement, l'Escort était vendue en tant que berline deux portes (avec phares avant circulaires et revêtement de sol en caoutchouc sur le modèle « DeLuxe »). Le modèle « Super » comportait des phares rectangulaires, des tapis, un allume-cigare et une jauge de température d'eau. Un break deux portes a été introduit à la fin du mois de mars 1968 qui, avec la banquette arrière rabattue, offrait une augmentation de 40 % de l'espace de chargement maximal par rapport à l'ancien Anglia 105E break, selon le constructeur[9]. Le break présentait les mêmes options de moteur que la berline, mais il comprenait également un embrayage plus grand de 7 1⁄2 pouces de diamètre (190 mm), des ressorts arrière plus rigides et, dans la plupart des configurations, des tambours ou disques de frein légèrement plus grands que ceux de la berline[9]. Un fourgon à panneaux est apparu en avril 1968 et la berline 4 portes (une carrosserie dans laquelle l'Anglia n'a jamais été disponible pour le marché britannique) en 1969.

Sous le capot se trouvait le moteur Kent Crossflow également utilisé dans la Ford Pinto nord-américaine de plus petite capacité. Les moteurs diesel dans les petites voitures familiales étaient rares, et l'Escort ne faisait pas exception, n'utilisant initialement que des moteurs essence - en versions 1,1 L et 1,3 L. Un moteur de 940 cm3 était également disponible sur certains marchés d'exportation comme l'Italie et la France. Ce petit moteur est resté populaire en Italie, où il a été reporté pour l'Escort Mark II, mais en France, il a été arrêté en 1972[10].

Il y avait une version de performance, la 1300GT, avec un moteur Crossflow (OHV) de 1,3 L, un carburateur Weber et une suspension améliorée. Cette version comportait une instrumentation supplémentaire avec un tachymètre, un indicateur de charge de la batterie et un manomètre d'huile. Le même moteur réglé de 1,3 L a également été utilisé dans une variante vendue sous le nom d'Escort Sport, qui utilisait les ailes avant évasées de la gamme de voitures AVO, mais comportait des garnitures des modèles plus basiques. Plus tard, une version "Executive" de l'Escort a été produite, connue sous le nom de "1300E". Celle-ci comportait les mêmes roues de route de 13" et les ailes évasées de la Sport, mais était garni de façon haut de gamme, pour l'époque, avec des garnitures en bois sur le tableau de bord et des capuchons de porte.

Une version plus performante pour les rallyes et les courses était disponible, l'Escort Twin Cam, conçue pour le rallye international du groupe 2[11]. Elle avait un moteur avec une double tête d'arbre à cames à huit soupapes fabriquée par Lotus, montée sur le bloc sans flux croisé de 1,5 L, qui avait un alésage plus grand que d'habitude pour donner une capacité de 1 558 cm3. Ce moteur avait été développé à l'origine pour la Lotus Elan. La production de la Twin Cam, qui était à l'origine produite à Halewood, a été progressivement abandonnée lorsque la production de la RS1600 (RS désignant Rallye Sport) à moteur Cosworth a commencé. L'édition la plus célèbre de la Twin Cam a été conduite pour le compte de Ford par Alan Mann Racing dans le championnat britannique des berlines en 1968 et 1969, arborant un moteur FVC 16 soupapes complet de Formule 2 de Ford produisant plus de 200 ch. L'Escort, conduite par le pilote australien Frank Gardner a confortablement remportée le championnat de 1968.

Les Escort Mark I ont connu du succès en tant que voiture de rallye et sont finalement devenues l'une des voitures de rallye les plus réussies de tous les temps[12]. L'équipe de l'usine Ford était pratiquement imbattable à la fin des années 1960 et au début des années 1970, et la plus grande victoire de l'Escort a sans doute été lors du rallye de la Coupe du monde de Londres au Mexique en 1970, conduite par la légende finlandaise Hannu Mikkola et le copilote suédois Gunnar Palm. Cela a donné naissance aux versions en édition spéciale pour la route, l'Escort Mexico (moteur "Crossflow" de 1 598 cm3) en l'honneur de la voiture de rallye. Introduite en novembre 1970, 10 352 Mexico Mark I ont été construites à l'aide de carrosseries utilisant des panneaux de renforcement supplémentaires dans les zones à forte tension, ce qui les rend plus adaptées à la compétition[13].

En plus de la Mexico, la RS1600 a été développée avec un moteur Cosworth BDA de 1 601 cm3 qui utilisait un bloc Crossflow avec une culasse Cosworth à 16 soupapes, baptisée «Belt Drive A Series». La Mexico et la RS1600 étaient construites dans les installations Advanced Vehicle Operations (AVO) de Ford situées à l'usine d'Aveley dans le sud de l'Essex. En plus des moteurs et des suspensions sport plus performants, ces modèles comportaient une carrosserie renforcée comme la Mexico.

Ford a également produit un modèle RS2000 comme alternative à la RS1600 quelque peu capricieuse, dotée d'un moteur Pinto (OHC) de 2,0 L. Cela a également permis de remporter des victoires en rallye et en course; et a devancé le marché des berlines sportives, étant une voiture de route de performance souhaitable mais abordable. Comme la Mexico et la RS1600, cette voiture a été produite à l'usine d'Aveley en utilisant la carrosserie renforcée.

La Ford escort MkI était construite en Allemagne et en Grande-Bretagne et également construite en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Modèle Année Capacité Compression Tête Puissance par tr / min Couple par tr / min
Escort 1100 à faible compression 1968-1970 1 098 cm3 8:1 OHV (8 soupapes) 40ch à 5300 tr / min 70.5 N⋅m à 3000 tr / min
Escort 1100 Deluxe et Super 1968-1970 1 098 cm3 9:1 OHV (8 soupapes) 45ch à 5300 tr / min 73.5 N⋅m à 2800 tr / min
Escort 1300 à faible compression 1968-1970 1 298 cm3 8:1 OHV (8 soupapes) 48ch à 5000 tr / min 85 N⋅m à 2400 tr / min
Escort 1300 Deluxe et Super, manuelle et automatique 1968-1970 1 298 cm3 9:1 OHV (8 soupapes) 51ch à 5000 tr / min 92 N⋅m à 2500 tr / min
Escort 1300 GT 1968-1970 1 298 cm3 9.2:1 OHV (8 soupapes) 63ch à 5800 tr / min
Escort Twin Cam 1968-1971 1 558 cm3 9.4:1 DOHC (8 soupapes) 105ch à 5500 tr / min 140 N⋅m à 4000 tr / min
Escort 1100 L à faible compression 1970-1974 1 098 cm3 8:1 OHV (8 soupapes) 43ch à 6000 tr / min 70.5 N⋅m à 3000 tr / min
Escort 1100 L/XL, manuelle et automatique 1970-1974 1 098 cm3 9:1 OHV (8 soupapes) 48ch à 6000 tr / min 73.5 N⋅m à 3000 tr / min
Escort 1300 L/XL manuelle et automatique 1970-1974 1 298 cm3 9:1 OHV (8 soupapes) 56ch à 5500 tr / min 91 N⋅m à 3000 tr / min
Escort 1300 GT et Sport 1970-1974 1 298 cm3 9.2:1 OHV (8 soupapes) 71ch à 6000 tr / min 92 N⋅m à 4000 tr / min
Escort Mexico 1970-1974 1 599 cm3 9:1 OHV (8 soupapes) 85ch à 5500 tr / min 124.5 N⋅m à 4000 tr / min
Escort RS 1600 1970-1974 1 599 cm3 10:1 DOHC (16 soupapes) 115ch à 6500 tr / min 152 N⋅m à 4000 tr / min
Escort RS 2000 1972-1974 1 993 cm3 9.2:1 SOHC (8 soupapes) 100ch à 5700 tr / min 135.5 N⋅m à 4000 tr / min

Tous les modèles 1100 et 1300 étaient proposés en versions berline 2 portes, berline 4 portes et break 3 portes.

Nouvelle-ZélandeModifier

L'usine Seaview de Ford Nouvelle-Zélande à Lower Hutt a construit des versions de 1,1 et 1,3 litre, initialement sous forme de berlines deux portes Deluxe (1,1) et Super (1,3) et de fourgonnettes à panneaux. La berline quatre portes a été ajoutée en 1970. Les niveaux de finition ont été révisés après le lifting britannique de 1972 avec une seule version, la 1.3XL (avec la finition d'instruments GT) avant qu'elles ne soient rétrogradés en version "L". Les finitions de base et L ont été offertes jusqu'à la fin de la gamme Mk I. Quelque Mexico de 1,6 ont été importées en 1973–74 après que le gouvernement ait temporairement libéré les licences d'importation en raison d'une pénurie de voitures neuves. Les versions break étaient pour la plupart importées.

AustralieModifier

La Mk I a été produite par Ford Australie de 1970 à 1975 en tant que berline deux ou quatre portes et en tant que fourgon deux portes[14]. Des moteurs de 1 100 cm3 et 1 300 cm3 étaient proposés, tout comme l'unité à double came de 1 558 cm3.[14], ce dernier est uniquement présent dans le modèle Escort Twin Cam, qui a été rebaptisée Escort GT 1600 fin 1971[15]. Quelque 67 146 exemplaires de la Mk I ont été construites en Australie[14], l'approvisionnement local portant le contenu australien des véhicules à 85 pour cent. En 1975, Ford Australie a importé 25 Escort RS2000 MK1 d'Angleterre pour les vendre sur le marché local[16]

IsraëlModifier

L'assemblage de l'Escort MK I a été entrepris par Automotive Industries à Upper Nazareth, en collaboration avec le distributeur local, Israel Automotive Corp. L'assemblage à partir de kits provenant du Royaume-Uni a commencé en avril 1968. La dernière Mk I, une deux portes vert clair de 1 100 cm3, a été produite le 14 novembre 1975. Au total, 14 905 unités ont été assemblées en Israël, dont 105 fourgons Escort 400.

JaponModifier

L'Escort Mk I était vendue au Japon, importée du Royaume-Uni par Kintetsu Motors, et était disponible avec le moteur de 1,3 L en version GT, et était vendue aux côtés de la Ford Cortina et de la Ford Capri. Les ventes ont été aidées par le fait que cette génération d'Escort était conforme aux règlements de dimension du gouvernement japonais concernant les dimensions des véhicules et la cylindrée du moteur. Seule la berline quatre portes était proposée, et c'était la seule génération disponible pour les acheteurs japonais. La cylindrée du moteur a contribué à réduire l'obligation annuelle de taxe routière pour les acheteurs japonais, ce qui a favorisé les ventes.

Deuxième génération (1974-1980)Modifier

Ford Escort Mark II
 

Marque   Ford
Années de production 19741980
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence
Moteur(s) 1,1 L 4 cylindres OHV "Ford Kent engine"
1,3 L 4 cylindres OHV "Kent"
1,6 L 4 cylindres OHV "Kent"
1,6 L 4 cylindres "Pinto" (RS Mexico)
1,8 L 4 cylindres DOHC "Cosworth BDA" (RS1800)
2,0 L 4 cylindres OHC"Pinto" (RS2000)
Position du moteur Longitudinale avant
Cylindrée de 939 à 1 993 cm3
Puissance maximale de 36 à 120 ch ch
Couple maximal de 58,84 à 156,91 Nm
Transmission Propulsion
Boîte de vitesses manuelle 4 rapports
Poids et performances
Poids à vide 880 kg
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Compacte 2 portes
Compacte 4 portes
Break 3 portes
Suspensions McPherson à l'avant et essieu rigide à l'arrière
Direction crémaillère
Freins disques à l'avant et tambours à l'arrière
Dimensions
Longueur 3 975 (Berline)
4 140 (Break) mm
Largeur 1 570 mm
Hauteur 1 414 mm
Empattement 2 400 mm
Chronologie des modèles

La version Mark II[1] de style carré est apparue en janvier 1975. Les premiers modèles de production sont sortis des chaînes de production le 2 décembre 1974.

Contrairement à la première Escort (qui a été développée par Ford Grande-Bretagne), la deuxième génération a été développée conjointement entre le Royaume-Uni et Ford Allemagne. Baptisée "Brenda" au cours de son développement, elle utilisait les mêmes composants mécaniques, planchers et structure centrale que la Mark I. Le moteur de 940 cm3 était toujours proposé en Italie, où le plus petit moteur attirait des avantages fiscaux, mais sur les autres grands marchés européens en Europe, il n'était pas disponible. Les versions break et van utilisaient les mêmes portes, toit et panneaux arrière que la Mark I, mais avec l'avant et l'intérieur de la Mark II.

La voiture utilisait un soubassement révisé, qui avait été introduit en tant que changement au cours des six derniers mois de production de la Mark I. La suspension arrière reposait toujours sur des ressorts à lames bien que certaines voitures contemporaines telles que l'Hillman Avenger soient passées aux ressorts hélicoïdaux. La voiture a été critiquée pour son manque d'espace, avec une boîte à gants uniquement disponible dans les modèles haut de gamme et son klaxon monté sur la tige[17].

Les modèles «L» et «GL» (2 portes, 4 portes, break) appartenaient au secteur privé grand public, la «Sport», la «RS Mexico» et la «RS2000» au marché de la performance, la «Ghia» (2 portes, 4 portes) à un marché de petite voiture de luxe jusqu'ici inexploité et les modèles "de base / Popular" pour l'extrémité inférieure de la gamme. Les versions fourgons étaient adaptées au secteur commercial. Le moteur de 1,6 L (1 598 cm3 / 97 pouces cubes) de la Ghia 1.6 de 1975 produisait 84 ch (63 kW) avec un couple de 125 N·m et pesait 955 kg (2105 livres).

Une mise à jour esthétique a été donnée en 1978 (notez que l'Australie a reçu des mises à jour différentes - voir ci-dessous), les modèles L gagnant les phares carrés (auparavant exclusifs aux variantes GL et Ghia) et il y a eu une mise à niveau des spécifications intérieures et extérieures pour certains modèles. Les versions à spécification de base Popular ont été divisées en «Popular» et «Popular Plus», le premier étant un modèle «d'austérité» avec des sièges en vinyle et des tapis en caoutchouc, la version «Plus» ayant un intérieur entièrement garni. En-dessous il y avait une voie avant plus large.

En 1979 et 1980, trois édition spéciale d'Escort ont été lancées : la Linnet, la Harrier et la Goldcrest.

La production a pris fin en Grande-Bretagne en août 1980, d'autres pays suivraient peu de temps après.

La Ford Escort MkII est également vendue en Nouvelle-Zélande, Australie, Israël et Afrique du Sud.

  • 940 - 36 ch,
  • 1 100 - 44 ch
  • 1 100 2V - 54 ch,
  • 1 300 - 54 ch,
  • 1 300 2V - 70 ch,
  • 1 600 - 84 ch
  • Mexico - 88 ch
  • 2000 RS -110 ch
  • 1800 RS -120 ch

OcéanieModifier

AustralieModifier

L'Escort Mk II a été assemblée à l'usine Homebush de Ford en Australie, à Sydney, de mars 1975 à 1980, sous forme de berline 2 et 4 portes et de fourgon 2 portes - les versions break n'étaient pas disponibles sur le marché australien.

Les modèles berline étaient disponibles en versions L, XL (renommée plus tard GL) et Ghia, et une finition Sport optionnelle - similaire aux modèles 1300 et 1600 Sport vendus ailleurs. Contrairement à d'autres marchés - probablement en raison de l'absence du break - la fourgonnette était proposée dans un niveau de finition plus élevé - le GL, et une fourgonnette finition Sport était également disponible. Des équipements inhabituels pour la gamme de l'Escort australienne, non proposés ailleurs, comprenaient des enjoliveurs en acier de style "gamelle de chien" et des sièges avant à dossier haut.

Les premiers groupes motopropulseurs utilisés dans les Escort australiennes étaient les unités Crossflow OHV de 1,3 L et 1,6 L de Ford, proposées avec des boîtes de vitesses manuelles à 4 vitesses ou automatiques à 3 vitesses. En 1977, pour faire face aux lois australiennes sur les émissions, en particulier l'ADR27A, les modèles de 1,3 L ont été abandonnés et le moteur Pinto OHC de 2,0 L de la Ford Cortina (à un niveau inférieur par rapport aux unités européennes) a été introduit dans la gamme Escort, disponible en option sur presque tous les modèles. Baptisé en interne par Ford Australie sous le nom de «BC», les carrosseries de la gamme australienne de l'Escort ont été modifiées pour s'adapter au plus gros moteur et à un réservoir de carburant redessiné, ce qui impliquait le placement du remplissage de carburant derrière la plaque d'immatriculation arrière.

En 1978, Ford Australie a normalisé l'utilisation du logo Ovale Bleu dans toute la gamme du modèle Escort. Ces modèles d'Escort sont identifiés par l'Ovale Bleu familier de Ford au centre de la calandre et à droite sur le couvercle du coffre. Ford a également réorganisé l'image de sa "gamme de loisirs" en présentant l'Escort Sundowner, un fourgon à panneaux, le positionnant comme un véhicule de style de vie axé sur les jeunes avec des décorations de carrosserie audacieuses et des vitres latérales en forme de dôme, disponibles en 1,6 et 2,0 litres. En 1979, Ford Australie a mis à jour l'Escort, augmentant les niveaux d'équipement de base et normalisant les phares carrés sur les modèles L et GL (auparavant uniquement disponibles sur l'Escort Ghia). À la recherche d'une clientèle jeune et axé sur la performance, Ford Australie a présenté la RS2000 avec son propre point de vue, qui - complète avec son nez incliné - était disponible à la fois sous forme de deux portes et quatre portes, ce dernier était unique à l'Australie, dans un choix de cinq couleurs de peinture unies. Ces voitures RS avaient certainement l'air à part, mais elles étaient en fait propulsées par le même moteur de 2,0 litres que le reste de la gamme locale d'Escort, et disponibles avec un choix de transmission manuelle ou automatique. Au total, 2 400 voitures RS2000 australiennes ont été fabriquées.

Bien qu'elle soit offerte sous de nombreuses formes de modèles, l'Escort, comme la Cortina, n'était pas populaire sur le marché australien, en grande partie en raison de la concurrence croissante des importations japonaises et de la préférence établie des conducteurs australiens pour les plus gros véhicules à six cylindres.

La production australienne d'Escort a cessé fin 1980, avec 79 142 exemplaires de la Mk II produites[14], la gamme étant remplacée par des dérivés à traction avant de la Mazda 323 / Familia, à savoir la Ford Laser à hayon 3 portes et 5 portes et la Meteor berline 4 portes.

Nouvelle-ZélandeModifier

L'Escort Mk II a été introduite en Nouvelle-Zélande début 1975, assemblée à l'usine Ford de Wiri, dans le sud d'Auckland. Contrairement aux modèles australiens, la gamme néo-zélandaise d'Escort a suivi les spécifications des modèles britanniques, mis à part l'utilisation d'instrumentation métrique. Tous les styles de carrosserie étaient assemblés localement, y compris le break - auparavant (sous la forme Mk I) une importation construite au Royaume-Uni.

Un large choix de modèles était disponible dans la gamme néo-zélandaise d'Escort, composée de variantes 1,1 L (base), 1,3 L (L, GL, 1300 Sport, break et fourgon) et 1,6 L (Ghia, 1600 Sport) - le modèle de 1.1 étant destinés aux acheteurs soucieux de leur budget, les modèles de 1,3 L étaient populaires, et les modèles de 1,6 L - qui sont apparus dans la production néo-zélandaise en 1976 - était réservé aux modèles 1600 Sport et Ghia. Une transmission automatique à trois vitesses était disponible en option pour la plupart des modèles de 1,3 et 1,6 litre.

Contrairement à l'Australie, les gammes Escort et Cortina se vendaient bien et étaient souvent en tête des listes mensuelles de ventes de voitures. Une mise à jour a été donnée pour la gamme en 1979, qui impliquait notamment l'ajout du modèle Ghia, l'adoption des phares carrés de la GL sur les modèles bas de gamme, des badges Ovale Bleu de Ford et des roues sport sur les L et GL. Pour 1980, tous les modèles Ghia ont obtenu des jantes en alliage standard.

La production d'Escort d'origine britannique et assemblées en Nouvelle-Zélande a pris fin à la fin de 1980. Les concessionnaires Ford ont offert d'importantes réductions de prix pour déplacer leur stock restant d'Escort Mk II lorsque le modèle a été remplacé en Nouvelle-Zélande en mai 1981 par la Ford Laser, qui était une Mazda 323 conçue par badge, disponible en berlines à malle et à hayon[18].

Reste du mondeModifier

IsraëlModifier

L'assemblage de l'Escort Mk II a commencé en août 1975. L'Escort était un best-seller sur le marché israélien, sa meilleure année étant 1976, quand un total de 3 801 unités ont été assemblées. La gamme comprenait des versions de 1,1 et 1,3 litre. La plupart étaient en variante quatre portes, et seulement 150 ont été construites en version 2 portes de 1,1 litre. L'assemblage s'est terminé en avril 1981 après 12 700 unités. Aucune voiture de tourisme Ford n'a depuis été assemblée en Israël.

Afrique du SudModifier

Les carrosseries des Escort Mark II construites à Halewood, en Angleterre, étaient assemblées à Silverton, en Afrique du Sud, depuis fin 1975 jusqu'en 1980. Lors de son lancement initial, l'Escort Mark II était vendu sous le nom de 1300 L ou sous le nom de 1600 GL, avec une carrosserie deux ou quatre portes. Mis à part les enjoliveurs à code couleur, la plupart des différences d'équipement ne concernaient que l'intérieur, la GL étant considérablement mieux équipée[19]. La GL a également reçue des phares carrés, des feux de recul et des moulures latérales. L'Escort sud-africaine a reçu le moteur Kent 1,3 litre de 42 kW (57 PS; 56 ch), tandis que le moteur de 1,6 litre revendiquait 52 kW (71 PS; 70 ch)[17]. Début 1979, la 1600 Sport a été lancée, avec une carrosserie deux portes, des rapports de démultiplication révisés et un look sportif, en utilisant le moteur 1600 qui s'est avéré devenir un véhicule très populaire à nos jours. La "One Six Double O" Sport était la voiture la plus vendue en Afrique du Sud en 1980 avec un prix de détail de R4995.00. Ces véhicules avaient un bloc Kent plus solide en Afrique du Sud qui avait des parois de cylindre plus épaisses, qui était et est toujours utilisé dans la série Formula Ford. Les véhicules sud-africains différaient de manière mineure des homologues construits en Europe en ce que les parties métalliques intérieures exposées étaient peintes en noir Matt par opposition à la couleur carrosserie et que l'hélice du capot pivotait de la droite par rapport à la gauche.

Néanmoins, l'Afrique du Sud est désormais une source populaire pour la réimportation de Mk II au Royaume-Uni, car beaucoup ont survécu dans le climat plus chaud (et ne sont donc pas aussi vulnérables à la rouille), par rapport au nombre d'exemplaires en bon état construits en Europe et au Royaume-Uni, qui diminue rapidement. Comme la Mk I, de nombreuses voitures de route ont été converties pour une utilisation en rallye, ce qui a encore dégradé le nombre d'exemplaires utilisables pour les amateurs de classiques.

RallyeModifier

Comme sa prédécesseur, la Mark II a connu une carrière de rallye réussie. Tous les modèles de la Mark I ont été reportés sur la Mark II, bien que la Mexico ait obtenue le badge RS et que son moteur soit changé pour un Pinto OHC de 1,6 L (1593 cm3) au lieu du OHV. Un modèle «Sport» a également été produit avec le moteur Crossflow de 1,6 L. Un nouveau modèle a été mis en vente, la RS1800, qui avait un moteur atmosphérique quatre cylindres en ligne Cosworth BDE DOHC 1 833 cm3 (1,8 L; 111,9 pouces cubes) de 4 soupapes à carburateur DGAV Weber 32/36, produisant 117 PS (86 kW;115 ch) à 6000 tr / min et 171 N⋅m de couple à 3750 tr / min[20]. C'était essentiellement une création spéciale pour le rallye.

Les voitures de rallye d'usine étaient des machines hautement spécialisées. Les carrosseries ont été fortement renforcées et étaient caractérisées par de larges extensions de passage de roue et l'installation de quatre grands projecteurs pour les étapes de nuit. Le moteur Cosworth BDE a été remplacé par le BDG de 2,0 L et il donnait jusqu'à 250 ch (186 kW; 253 PS) avec un bloc en aluminium fabriqué par Cosworth en 1979. Elle était complétée par une transmission renforcée, boîte de vitesses ZF droite à cinq rapports, une suspension à cinq bras et des modifications plus mineures. La RS1800 a été ré-homologué avec le bloc en aluminium le 2 avril 1977 sous le nom d'Escort RS Group-4 de 1 975 cm3[21]. C'était après que la FIA ait supprimé la règle des 100 off de l'Annexe J 1976 et interdit les modifications approuvées en vertu des règles précédentes pour les groupes 2 et 4, à compter de fin 1977[22].

L'Escort Mark II a poursuivie la course de sa prédécesseur sur le RAC Rally, le remportant chaque année de 1975 à 1979 et participant à une variété d'autres événements à travers le monde. Lors de la saison 1979 du championnat du monde des rallyes, Björn Waldegård a remporté le titre des pilotes, Hannu Mikkola a terminé deuxième et Ari Vatanen a terminé l'année à la cinquième place, tous conduisant des Escort RS1800.

Les succès de ces pilotes tout au long de l'année ont donné à Ford le titre des constructeurs, la seule fois où l'entreprise l'a atteint jusqu'à la saison 2006, lorsque Marcus Grönholm et Mikko Hirvonen ont remporté le titre pour Ford dans la Ford Focus RS WRC 06. Vatanen a remporté le titre des pilotes en 1981, toujours au volant d'une RS1800. Cette victoire intervient malgré l'arrivée sur la scène WRC de l'Audi Quattro à quatre roues motrices. Ford s'est classé parmi les trois premiers du championnat des constructeurs pour la sixième année consécutive.

La version RS2000 de 2.0 L, avec son nez nettement incliné en polyuréthane, et dotée du moteur Pinto de la Cortina, a été annoncée au Royaume-Uni en mars 1975[23] et introduite en Allemagne en août 1975[24], étant apparemment produite dans les deux pays[23]. Elle fournissait une puissance revendiquée de 110 ch[24] et une vitesse de pointe de 110 mph (177 km / h). Pour une accélération de 0 à 100 km / h (62,5 mph), un temps de seulement 8,9 secondes[24] a été revendiqué par les constructeurs. Le moteur de 2,0 L pouvait également être facilement rétro-intégré dans la Mark I, avec la boîte de vitesses à cinq vitesses de la Ford Sierra, pour le rallye et d'autres sports.

Championnat du monde des rallyes - victoires en toursModifier
Événement Saison Pilote Copilote Voiture
1 Rallye de Grande-Bretagne Championnat du monde des rallyes 1975 Timo Mäkinen Henry Liddon Ford Escort RS1800
2 Rallye de Grande-Bretagne Championnat du monde des rallyes 1976 Roger Clark Stuart Pegg Ford Escort RS1800
3 Rallye Safari Championnat du monde des rallyes 1977 Björn Waldegård Hans Thorszelius Ford Escort RS1800
4 Rallye de l'Acropole Championnat du monde des rallyes 1977 Björn Waldegård Hans Thorszelius Ford Escort RS1800
5 Rallye de Finlande Championnat du monde des rallyes 1977 Kyösti Hämäläinen Martti Tiukkanen Ford Escort RS1800
6 Rallye de Grande-Bretagne Championnat du monde des rallyes 1977 Björn Waldegård Hans Thorszelius Ford Escort RS1800
7 Rallye Arctique Championnat du monde des rallyes 1978 Ari Vatanen David Richards Ford Escort RS1800
8 Rallye de Suède Championnat du monde des rallyes 1978 Björn Waldegård Hans Thorszelius Ford Escort RS1800
9 Rallye d'Écosse Championnat du monde des rallyes 1978 Hannu Mikkola Arne Hertz Ford Escort RS1800
10 Rallye de Nouvelle-Zélande Championnat du monde des rallyes 1978 Russell Brookes Peter Bryant Ford Escort RS1800
11 Rallye de Grande-Bretagne Championnat du monde des rallyes 1978 Hannu Mikkola Arne Hertz Ford Escort RS1800
12 Rallye du Portugal Championnat du monde des rallyes 1979 Hannu Mikkola Arne Hertz Ford Escort RS1800
13 Rallye de l'Acropole Championnat du monde des rallyes 1979 Björn Waldegård Hans Thorszelius Ford Escort RS1800
14 Rallye de Nouvelle-Zélande Championnat du monde des rallyes 1979 Hannu Mikkola Arne Hertz Ford Escort RS1800
15 Critérium du Québec Championnat du monde des rallyes 1979 Björn Waldegård Hans Thorszelius Ford Escort RS1800
16 Rallye de Grande-Bretagne Championnat du monde des rallyes 1979 Hannu Mikkola Arne Hertz Ford Escort RS1800
17 Rallye de l'Acropole Championnat du monde des rallyes 1980 Ari Vatanen David Richards Ford Escort RS1800
18 Rallye de l'Acropole Championnat du monde des rallyes 1981 Ari Vatanen David Richards Ford Escort RS1800
19 Rallye du Brésil Championnat du monde des rallyes 1981 Ari Vatanen David Richards Ford Escort RS1800
20 Rallye de Finlande Championnat du monde des rallyes 1981 Ari Vatanen David Richards Ford Escort RS1800

Troisième génération (1980-1986)Modifier

Ford Escort Mark III
 

Marque   Ford
Années de production 19801986
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence et Diesel
Moteur(s) 1,117 L 4 cylindres OHV"Valencia"
1,117 L 4 cylindres OHV"CVH"
1,296 L 4 cylindres OHV "CVH"
1,596 L 4 cylindres OHV"CVH" Diesel 1.6
Position du moteur transversal Avant
Cylindrée de 1 117 à 1 596 cm3
Puissance maximale de 55 à 130 ch (1 kW)
Couple maximal de 78,45 à 176,52 Nm
Transmission Traction
Boîte de vitesses manuelle 4 et 5 rapports
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 et 5 portes
Break 3 et 5 portes
Cabriolet 2 portes
Châssis Plateforme Ford 'Erika'
Suspensions McPerson
Direction crémaillère
Freins disques ventilés à l'avant et tambours à l'arrière
Chronologie des modèles
 
Escort Mark III 3-door estate 1980–1986.
 
Escort Mark III RS1600i (sporting version).
 
Escort Mark III Cabriolet 1983–1986.

Baptisée "Erika", la troisième génération d'Escort a été lancée en septembre 1980. La voiture, le deuxième modèle à traction avant de Ford Europe, devait à l'origine s'appeler la "Ford Erika"[25], mais elle a fini par conserver le nom Escort. Certains disent que cela était dû à la réticence des consommateurs britanniques à abandonner le badge "Escort" (les deux premières générations d'Escort ayant été parmi les voitures les plus populaires de Grande-Bretagne, la Mk II étant la voiture la plus vendue en Grande-Bretagne en 1976), et certains disent que les Allemands étaient préoccupés par la chanson Erika, qui était un célèbre chef de guerre des forces armées allemandes pendant la Seconde Guerre mondiale[26]. L'Escort nord-américaine introduite à cette époque était un dérivé éloigné. Les ventes au Royaume-Uni ont augmenté et, en 1982, elle avait dépassé la Cortina vieillissante en tant que voiture la plus vendue du pays, commençant une série de huit ans en tant que voiture la plus vendue de Grande-Bretagne.

Contrairement à la Mark II, qui était essentiellement un restylage de la plate-forme originale de 1968, la Mark III[1] avait un design complètement nouveau et était conçue comme un véhicule de haute technologie et de haute efficacité qui concurrencerait les Volkswagen Golf et Honda Civic - considérée à l'époque comme les références de la catégorie. La Mark III avait donc une ingénierie majeure et était un départ stylistique des deux modèles précédents; les plus grands changements étant l'adoption de la traction avant, la nouvelle carrosserie à hayon et les tout nouveaux moteurs CVH à arbre à cames en tête. La suspension était entièrement indépendante aux quatre coins, s'écartant de l'arrangement archaïque de ressort à lames trouvé sur ses prédécesseurs et la carrosserie était 75 kg plus légère, en moyenne, que celle de la Mk II[27], pourtant Ford a affirmé qu'elle était plus rigide que la voiture sortante. Cependant, Ford était conscient que les clients fidèles de la génération précédente d'Escort pouvaient être découragés par la conception avancée de la Mk III, et par conséquent, la voiture a été commercialisée avec le slogan «Simple is Efficient» (Simple et efficace) au Royaume-Uni.

C'était le deuxième lancement d'un modèle de Ford Europe à traction avant, le premier étant la plus petite Fiesta en 1976. La voiture utilisait le langage de conception contemporain de Ford de l'époque avec la calandre à lamelles noires et les groupes de feux arrière striés, ainsi que l'introduction du couvercle de coffre aérodynamique (marque déposée par Ford sous le nom d'Aeroback) qui serait encore développé dans les prochaines Sierra et Scorpion ; il a été prouvé que le couvercle réduisait considérablement le coefficient de traînée aérodynamique de la voiture qui était de 0,38, en tête de sa catégorie au lancement.

Les nouveaux moteurs CVH à arbre à cames en tête étaient disponibles dans les formats 1,3 L et 1,6 L, avec l'ancien moteur « Valencia » basé sur le moteur Kent de la Ford Fiesta alimentant le dérivé de 1,1 L, bien qu'il y ait eu une version de 1,1 L mais de courte durée du moteur CVH vendu dans certains marchés avant sa suppression en 1982.

L'Escort Mark III a été élue voiture européenne de l'année en 1981, combattant la concurrence féroce de la Fiat Panda italienne et de l'Austin Metro de la marque britannique Leyland[28].

Dès le lancement, la voiture était disponible en version de base (Popular), L, GL, Ghia et XR3. Comme cela était courant pour Ford pendant cette période, il y avait différentes moulures de tableau de bord pour les niveaux de finition «haute» et «basse». Les modèles GL et supérieurs avaient un tableau de bord moulé dans la masse avec un revêtement "doux au toucher" et une décoration en faux chrome. Les modèles de spécifications de base et L avaient un tableau de bord moulé par injection "au toucher dur" avec moins de trous pour les interrupteurs - le tableau de bord de base était une variante de celui-ci qui omettait les bouches d'aération centrales, la boîte à gants, les évents antibuée latéraux et la grille du haut-parleur avec seulement un interrupteur de ventilateur à deux positions. Ces modèles d'introductions étaient extrêmement basiques même pour leur époque; en plus du tableau de bord susmentionné, ils étaient livrés avec des porte avec des poches de cartes partielles et sans accoudoirs, des sièges en vinyle (le tissu était un supplément en option) et sans tablette arrière ni bouton-poussoir pour le déverrouillage du hayon. Par conséquent, ces modèles se sont très mal vendus et la plupart des acheteurs ont opté pour au moins la spécification L.

À partir de mi-1982, une boîte de vitesses manuelle à cinq rapports a été introduite dans toute la gamme. C'était désormais de série sur les versions 1,6 L et pouvait être spécifié en option sur la plupart des modèles de 1,3 L. Une sélection de caractéristiques était disponible, en équipement standard ou en option selon le modèle, y compris un toit ouvrant inclinable et coulissant, un verrouillage central et des vitres électriques. Tous les modèles, à l'exception de la base et de la L, étaient équipés d'un système de témoin de contrôle pour le niveau de carburant bas, le niveau d'huile bas, le niveau de liquide de refroidissement bas, le niveau de lave-glace bas et les plaquettes de frein usées. La direction assistée n'était pas disponible sur les Escort européennes bien qu'elle était disponible sur l'Escort américaine. L'année modèle 1983 a vu la transmission automatique Ford ATX à trois vitesses (principalement développée pour la version américaine) devenir disponible sur le modèle de 1,6 L, et les modèles de base avaient désormais de série une garniture de siège en tissu.

L'Escort break n'était initialement disponible qu'avec trois portes, mais une version cinq portes a été introduite en 1983. Cette année-là, une version berline à malle de l'Escort, l'Orion, a été lancée. Elle utilisait les mêmes mécaniques que la berline à hayon, mais avait une image plus haut de gamme et n'était pas disponible avec le plus petit moteur de 1,1 L. Elle s'adressait également aux acheteurs de l'ancienne Cortina, qui avait cessé sa production en 1982, sa successeur, la Sierra, n'étant pas disponible en berline à malle à l'époque.

Cependant, au lancement, la voiture a attiré les critiques de la presse automobile en raison de sa suspension, avec un carrossage positif sur les roues avant et un carrossage négatif à l'arrière, donnant lieu à la tristement célèbre position «cagneuse» de la Mark III. La Mark III a bientôt eu la réputation d'avoir une conduite dure et impitoyable. En septembre 1983, les supports de suspension révisés de l'Orion, basée sur l'Escort, et la crémaillère de direction de la plus grande Sierra ont été introduits en tant que modifications en cours pour l'année modèle 1984, ce qui a également coïncidé avec d'autres améliorations mineures dans toute la gamme, qui comprenaient des garnitures et des volants révisés, un nouveau style de badges et des systèmes sonores améliorés sur toute la gamme, tandis que les modèles de base austères ont finalement reçu le tableau de bord de spécification «L» et une garniture de siège améliorée.

Un autre moteur, introduit en août 1983, était le moteur Diesel. Développé à Dagenham, il était remarquablement économique pour l'époque, et l'est toujours à ce jour, gérant plus de 70 miles par gallon. Il était disponible dans les modèles L et GL. Cependant, les performances étaient pires que ceux de la version essence de 1,1 L, avec seulement 54 ch (40 kW; 55 ch) et une vitesse de pointe d'à peine 90 mi / h (140 km / h) - ce qui a incité Ford à finalement agrandir le moteur à 1,8 L quelques années plus tard, dans l'Escort rénovée.

Le modèle Mk III (1980-1986) était le type de voiture le plus courant sur les routes britanniques en décembre 1989, avec près de 1 500 000 exemplaires enregistrés[29].

Une version cabriolet, réalisée par le carrossier Karmann, apparaît la même année que le break cinq portes (1983). C'était la première voiture à toit ouvrant produite par Ford Europe depuis la Corsair des années 1960. L'Escort Cabriolet était initialement disponible dans les spécifications XR3i et Ghia, mais la variante Ghia a ensuite été abandonnée.

La Ford escort MkIII est également vendue en Amérique du sud.

  • 1100
  • 1300
  • 1400 LASER
  • 1600
  • 1600 DC
  • 1600 XR3 - 96 ch
  • 1600 XR3i - 105 ch
  • 1600 RS 1600i - 115 ch
  • 1600 RS Turbo - 130 ch

Modèles sportifsModifier

Pour concurrencer la Golf GTI de Volkswagen, une version berline sportive de la Mark III a été développée - la XR3. Initialement, il s'agissait d'une version optimisée du moteur CVH de 1,6 L équipé d'un carburateur Weber à double starter, d'une suspension améliorée et de nombreuses modifications esthétiques. Il manquait une transmission à cinq vitesses et une injection de carburant. L'injection de carburant est finalement arrivée en octobre 1982 (créant la XR3i) avec huit mois de retard sur l'édition limitée (8 659 exemplaires), influencée par la RS 1600i des circuits de course. La RS développée à Cologne a reçu un moteur plus puissant de 115 PS (85 kW), grâce à un allumage informatisé et une tête modifiée ainsi que l'injection de carburant.

La mise à jour finale des performances est arrivée sous la forme du modèle RS Turbo turbocompressé de 132 ch (97 kW) en octobre 1984[30]. La RS Turbo était un peu une déception; elle a été retardée à plusieurs reprises et lors de sa mise en vente début 1985, le châssis a fait l'objet de critiques sévères[31]. La RS Turbo Series 1 n'était commercialisée que dans quelques pays européens, la production étant limitée à 5000 exemplaires, presque toutes en blanche. Elles étaient bien équipées, avec les jantes en alliage de la série limitée RS 1600i, des sièges Recaro et un différentiel à glissement limité[31]. Une seule voiture a été finie en noir; elle a été spécialement construite pour Lady Diana[32],[33]. La RS Turbo Series 2 a continué avec le modèle MKIV de 1986.

RS 1700TModifier

La Ford Escort RS 1700T était un prototype de voiture à propulsion arrière conçue par la Ford Motor Company en 1980 pour participer au rallye du groupe B. Les prototypes étaient basés sur l'Escort Mk III et comportaient un moteur quatre cylindres turbocompressé de 1,8 litre développé par Cosworth qui produisait une puissance maximale de 300 ch (224 kW). Un prototype avec un moteur Hart de 2,4 litres (dérivé d'une unité de Formule 2) a également été testé en 1982.

Des problèmes persistants pendant le développement du véhicule, associés au malaise au sein du service marketing à cause du fait qu'une Escort Mk III à traction arrière soit perçue comme une étape rétrograde et contrediraient l'image de haute technologie qu'ils essayaient de promouvoir avec la version standard, ont incité Ford à abandonnez les plans pour sa production et ont plutôt commencez à travailler sur un modèle à traction intégrale sur mesure pour battre l'Audi Quattro, conçu et construit à partir de zéro, ce qui donne la RS200.

Modèles commerciauxModifier

L'Escort fourgonnette deux portes a été vendue pour la première fois en février 1981, une introduction légèrement retardée en raison des stocks importants restants de l'Escort Mark II fourgonnette[34]. La fourgonnette a des doubles portes arrière et de petites fenêtres latérales inhabituelles derrière les portes avant, nécessaires pour offrir une meilleure visibilité d'angle mort qui serait autrement limitée par l'utilisation des courtes portes avant de l'Escort cinq portes[34]. Le principal changement technique concernait la suspension arrière - à savoir l'utilisation d'un essieu à poutre solide sur des ressorts à lames à la place de la configuration entièrement indépendante trouvée sur les modèles à hayon et le break. Au lancement, la Mk3 fourgonnette était disponible en deux versions - capacité de 1 tonne (avec le moteur de 1,3) et capacité de 2 tonnes (avec le moteur de 1,6). Les deux versions étaient proposées en deux niveaux de finition - standard et «L», qui reflétaient les modèles de base et L des voitures.

Pour l'année modèle 1984, les options de moteurs ont été révisées, la version 2 tonnes étant disponible avec le moteur essence CVH de 1,3 L ou le moteur diesel de 1,6 L, tandis que la version 1 tonne a été réduite au moteur Valencia de 1,1 L. Les niveaux d'équipement ont été légèrement améliorés, la fourgonnette de base gagnant maintenant le meilleur tableau de bord de la spécifications «L» avec une boîte à gants qui s'ouvre, des bouches d'aération centrales et un ventilateur à 3 vitesses.

En Europe, encouragé par le succès des fourgonnettes récréatives comme le Matra Rancho, Ford a joué avec une version concept du fourgon, le "XRV", qui utilisait le moteur amélioré de la XR3 et un intérieur entièrement garni, mais Ford a décidé de ne pas le mettre en production.

Dérivé de la camionnette était une version pick-up de l'Escort, le Bantam, qui était produit en Afrique du Sud[35].

Amérique latineModifier

L'Escort est entré en production au Brésil en juillet 1983, avec trois ou cinq portes. Pour mieux faire face à la chaleur tropicale, l'Escort brésilienne à trois portes a reçu des fenêtres arrière pivotantes, contrairement à ses homologues européennes. Elle était équipée du moteur CHT de Ford basé sur le moteur de Renault, de 1 341 ou 1 555 cm3. Les deux tailles de moteurs étaient également disponibles dans des versions à alcool avec une puissance légèrement plus élevée[36]. Elle était à l'origine disponible en versions de base (Popular), L ou GL, avec des transmissions manuelles à quatre ou cinq vitesses[37]. En octobre 1983, la luxueuse version Ghia a été ajoutée.

Ce modèle a été exporté en Suède, en Finlande, au Danemark et en Norvège de 1983 à 1986, sous le nom d'Escort LX, où elle a remplacée l'Escort L. La voiture avait une mauvaise réputation en Scandinavie, avec de graves problèmes de rouille et des problèmes avec les chemises humides du moteur conçu par Renault. Les moteurs ont également été conçu pour fonctionner à de l'essence contenant de l'éthanol (15-20 %), ce qui entraîne des problèmes lors de l'utilisation d'essence pure[38]. L'Escort LX brésilienne était également disponible en Suisse, uniquement avec l'option de moteur le plus grand[39].

Le Brésil a également reçu une version XR3 vers la toute fin de 1983, uniquement disponible avec une version réglée du moteur de 1,6 litre fonctionnant à l'alcool. Mis à part les améliorations intérieures et extérieures, y compris des spoilers et des jantes en alliage de 14 pouces, le moteur de la XR3 produisait 82,9 CV (61 kW), un peu plus que les versions standards mais pas assez pour être considéré comme une voiture de sport.[40]. En avril 1985, l'Escort Cabriolet a été introduite. Elle était construite au Brésil en collaboration entre Ford et Karmann, le toit étant importé d'Allemagne.

Afrique du SudModifier

L'Escort était également disponible en Afrique du Sud, uniquement à hayon, à partir de mars 1981, avec les moteurs de 1,3 et de 1,6 litre. Les Escort sud-africaines ne diffèrent que légèrement des Escort européennes, en raison des réglementations locales sur le contenu des pièces[41]. La XR3 y été également vendue, simplement connue sous le nom de Ford XR3 et plus tard XR3i, plutôt que sous le nom de Ford Escort XR3[42].

Quatrième génération (1986–1992)Modifier

Ford Escort Mark IV
 

Marque   Ford
Années de production 19861990
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie essence ou diesel
Moteur(s) 1,117 L 4 cylindres OHV "Valencia"
1,296 L 4 cylindres OHV "Valencia"
1,11 L 4 cylindres OHV "HCS"
1,297 L 4 cylindres OHV "HCS"
1,392 L 4 cylindres OHV "CVH"
1,596 L 4 cylindres OHV"CVH" 1.6d/1.8d
Position du moteur longitudinale ou transversale Avant
Cylindrée 1 117 à 1 993 cm3
Puissance maximale de 70 à 132 ch
Couple maximal de 127,49 à 176,52 Nm
Transmission Traction
Boîte de vitesses 5 rapports
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 et 5 portes
Break 3 et 5 portes
Cabriolet 2 portes
Châssis Plateforme Ford 'Erika'
Suspensions McPherson à l'avant et barre de torsion à l'arrière
Direction crémaillère avec direction assistée
Freins disques ventilés à l'avant, disques ventilés ou tambours à l'arrière
Chronologie des modèles
 
1986 Mark IV Escort XR3i.

La quatrième version de la Ford Escort a été lancée en mars 1986, avec seulement un petit nombre de modifications. Bien que populairement considéré comme un modèle de quatrième génération (et populairement connu sous le nom de « Mark IV »), en interne chez Ford, elle était considérée comme un lifting de la Mark III et portait par conséquent le nom de code «Erika-86».

Elle était instantanément reconnaissable, étant une version mise à jour du modèle précédent, prenant des indices de style de la Scorpio / Granada III récemment introduite - avec un nez lisse et des groupes de feux arrière lissés de style "déchiré". La voiture avait un intérieur révisé, avec de nouvelles poches pour cartes dans les portes, un nouveau tableau de bord, un nouvel appareillage et une toute nouvelle instrumentation complète, bien que le système de témoin de contrôle pour niveau de carburant bas, niveau d'huile bas, niveau de liquide de refroidissement bas, niveau de lave-glace bas et plaquettes de frein usées ait été abandonné. Les nouvelles fonctionnalités optionnelles comprenaient un système de freinage antiblocage mécanique (de série sur les modèles RS Turbo), un calculateur de carburant sur les modèles à injection et un pare-brise chauffant. Les principaux changements mécaniques ont été l'introduction d'un moteur CVH de 1,4 L à combustion pauvre (remplaçant l'ancien CVH de 1,3 L). Une version 1,3 L du moteur Valencia à soupapes en tête a été introduite pour les modèles de spécifications Popular et L, en plus de la version de 1,1 L. Un nouveau sous-châssis a été introduit pour le montage du groupe motopropulseur et pour lutter contre les critiques précédentes concernant le raffinement du groupe motopropulseur de la voiture d'origine, ainsi que d'autres ajustements des paramètres de suspension pour résoudre les problèmes de longue date avec les caractéristiques d'amortissement et de maniabilité de l'Escort. Initialement, des barillets de serrure Chubb AVA ont été montés sur les modèles rénovés de 1986, mais ils ont rapidement été remplacés par le type Tibbe comme sur la Ford Orion.

Ces changements étaient les bienvenus à un moment où l'Escort était confrontée à une foule de nouvelles concurrentes ; General Motors avait sorti une nouvelle version de l'Opel Kadett / Vauxhall Astra 18 mois plus tôt, peu de temps après que Volkswagen ait présenté la Golf Mk II et que British Leyland ait lancé l'Austin Maestro, tandis que la Peugeot 309 de construction britannique était mise en vente quelques semaines seulement avant la mise à jour de l'Escort. Les toutes nouvelles concurrentes de Fiat et Renault ne viendraient que dans deux ans.

En 1987, la désignation de finition LX a été introduite, située entre les modèles L et GL.

Les voitures de l'année modèle 1989 ont subi des changements majeurs dans la gamme de moteurs, le moteur diesel étant agrandi à 1,8 L. Les modèles d'entrée de gamme de 1,1 L et 1,3 L ont été mis à jour avec la version HCS repensée de la famille de moteurs Kent / Valencia développée pour la Fiesta Mk III[43]. Sur les moteurs CVH de 1,6 L à injection, un système d'injection électronique développé par Ford a remplacé le système d'injection de carburant Bosch K-Jetronic dans la XR3i et l'Orion Ghia à injection. D'autres changements pour les modèles de '89 étaient l'ouverture de calandre légèrement modifiée (qui était maintenant commune à la fois à l'Escort et à l'Orion) tandis que le badge Escort à l'arrière changeait pour paraître plus moderne ainsi que quelques révisions mineures de garniture et des mises à niveau d'équipement sur tous les modèles - les modèles «L» avaient maintenant du verre teinté et un toit ouvrant en standard.

Ford a donné à la berline Orion basée sur l'Escort une cure de jouvence similaire. La boîte automatique à 3 rapports a été reportée de la gamme précédente, qui a finalement été remplacée à la fin de la production par une variante de la boîte de vitesses en continu CTX utilisée pour la première fois dans la Fiesta quelques années plus tôt.

L'année modèle 1990 a vu des niveaux d'équipement considérablement améliorés sur l'ensemble de la gamme, avec tous les modèles, sauf les modèles Popular de base, équipés d'un toit ouvrant de série, et la GL gagnant des vitres et des rétroviseurs électriques. Le printemps 1990 a vu les dernières révisions - la Popular a maintenant acquis une radio-cassette et une boîte de vitesses à 5 rapports, tandis que les convertisseurs catalytiques et l'injection de carburant à point central étaient désormais disponibles sur les moteurs CVH de 1.4 L et 1.6 L.

Éditions spécialesModifier

Dans le cadre de l'année de rupture de la plate-forme Erika des Escort et Orion après une décennie de production, plusieurs modèles notables en édition spéciale ont été créés - une luxueuse Orion 1600E avec sièges en cuir, injection de carburant, jantes en alliage et la plupart des extras en option de série pour 1989 et 1990. Au total, 1 600 unités ont été fabriquées. La "Bonus" était essentiellement une Popular 1.3 3 portes, mais avec une peinture métallique et un essuie-glace du hayon en standard. L'Escort Eclipse (basée sur la LX 1.3) est équipée de vitres électriques, de jantes en alliage, d'un becquet de coffre et est uniquement disponible en deux couleurs - Amalfi Blue or Flambeau Red (teintes qui étaient auparavant réservées à la XR3i) était vendue jusqu'à l'arrêt du modèle en septembre 1990.

Malgré l'apparition de la nouvelle génération d'Escort, les stocks de Mk.4 des concessionnaires sont bien restés disponibles dans l'année suivante - au Royaume-Uni, un petit nombre ont été enregistrés avec des plaques d'immatriculation avec le préfixe "J" indiquant une date d'immatriculation post-août 1991 - un an après la fin de la production.

Lieux de fabricationModifier

Les Escort pour les marchés européens ont continué à être assemblées à Halewood, près de Liverpool, et à l'usine ouest-allemande de Saarlouis. Les ventes ont été fortes tout au long de la décennie et, à la fin des années 1980, la production d'Escort a également commencé à l'usine Ford de Valence, établie à l'origine pour la production de Fiesta. La production européenne s'est terminée en 1990, bien que les stocks du modèle, en particulier les variantes XR3i et RS Turbo, se soient poursuivis en 1991 et se soient terminés en 1992.

À ce moment-là, l'Escort a été larguée en Afrique du Sud et remplacée par la Laser et la Meteor dérivées de Mazda[44]. Cependant, le pick-up Bantam basé sur l'Escort est resté en production, rénové et également vendu en tant que Mazda Rustler[35].

Amérique latineModifier

Les Escort brésiliennes n'ont été introduites que peu de temps après les originales européennes, en août 1987. Au début, seul le moteur CHT de 1,6 litre était disponible, fonctionnant à l'alcool ou à l'essence et dans une version XR3 plus puissante fonctionnant uniquement à l'alcool. La puissance a légèrement augmenté par rapport à la génération précédente. À partir de mai 1989, le moteur AP de 1,8 L de Volkswagen est devenu disponible[45]. Cela faisait partie de l'accord AutoLatina, où les moteurs CHT de Ford étaient utilisés dans les voitures de Volkswagen et vice versa. Les moteurs de 1,0 L et 1,6 L étaient tous des moteurs CHT de Ford. Toutes les escortes fabriquées après 1993 étaient à injection de carburant, à l'exception des modèles Hobby. De plus, toutes les versions du modèle Mark IV[1] ont été fabriqués jusqu'en 1992, à l'exception du Hobby qui a été fabriqué jusqu'en 1996.

Au Brésil, cette génération n'était construite qu'avec trois portes, bien que le modèle à cinq portes était produit en Argentine[46]. L'avènement du Mercosur a ouvert la porte au commerce avec les voisins du Brésil. Fin 1991, pour l'année modèle 1992, le modèle à cinq portes de fabrication argentine est devenue disponible au Brésil sous le nom "Escort Guarujá" (du nom d'une ville de l'État de São Paulo)[47]. Cela n'était disponible qu'avec une version catalysée du moteur "AP" de 1,8 litre et un équipement de haute qualité, y compris le becquet arrière couleur carrosserie de la Ghia et des jantes en alliage distinctes à huit trous. La Guarujá était la première voiture catalysée à être construite en Argentine, bien qu'elle ne soit pas disponible sur son marché d'origine. Elle s'est bien vendue au départ, menant toutes les autres importations en janvier 1992[47]. Cependant, les produits argentins avaient une faible réputation au Brésil à l'époque et la Guarujá n'est restée sur le marché que pendant environ un an[46]. Le moteur Volkswagen plus puissant a finalement permis à la XR3, désormais avec 99 CV (73 kW), de tenir les promesses faites par son apparence[45]. En 1990, la XR3 a gagnée des jupes et des ailes couleur carrosserie.

La production argentine avait commencé en 1988 avec de nombreuses pièces importées du Brésil, bien que le modèle à cinq portes y fût disponible dès le début et que les options de moteur différaient. Les versions originales étaient la GL et la Ghia, toutes deux équipés du moteur CHT de 1,6 litre; ceux-ci ont ensuite été remplacés par le moteur AP 1.6 L de Volkswagen (non utilisé dans les Escort brésiliennes) dans l'Escort LX 1.6 et la Ghia SX après un peu plus d'un an. Il y avait aussi la Ghia S de 1,8 litre - proche des spécifications de la version d'exportation Guarujá avec la climatisation disponible - et la sportive XR3[48]. Le cabriolet était disponible, expédié entièrement construit à partir du Brésil. La quatrième génération d'Escort est restée en production en Argentine jusqu'en 1994[48].

En 1993, la version Escort Hobby a été introduite au Brésil, utilisant un moteur de 1,0 L de 50 ch (37 kW). Il s'agissait d'une version à petit calibre dérivée du moteur CHT de 1,3 L utilisé dans la Mk III brésilienne. Ce moteur était unique au Brésil, tandis que le moteur de 1,1 L était le plus petit moteur disponible sur la plupart des marchés. Le moteur de 1.0 L était moins puissant, mais économe en carburant. Le Brésil a un allégement fiscal spécial pour les voitures avec des moteurs de moins d'un litre, ce qui en fait un segment très contesté. L'Hobby n'a pas reçu de badge Escort.

Il n'y avait pas de finitions avec un moteur de haute puissance au Brésil. L'Escort la plus puissante était l'Escort XR3 Formula de 1991 qui avait 105 PS (77 kW). L'ordinateur de bord n'était pas disponible au Brésil.

Cinquième génération (1990–1997)Modifier

Ford Escort Mark V
 

Marque   Ford
Années de production 19901992
Classe Compacte
Moteur et transmission
Moteur(s) 1,297 L 4 cylindres OHV "HCS"
1,388 L 4 cylindres OHV "CVH"
1,596 L 4 cylindres OHV "CVH"
1,796 L 4 cylindres OHV "Zeta" 1.8d
Position du moteur Avant
Transmission Traction
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 et 5 portes
Break 5 portes
Cabriolet 2 portes
Chronologie des modèles
 
Ford Escort RS 2000 16V.
 
Ford Escort RS 2000 16V.

L'Escort Mark V[1] (et la berline à malle Orion Mark III) est arrivé en septembre 1990 avec une toute nouvelle carrosserie et une suspension arrière à poutre de torsion simplifiée (au lieu de la disposition entièrement indépendante de la Mark III). Initialement, les unités essences HCS de 1,3 L, CVH de 1,4 L et 1,6 L et diesel de 1,8 L ont été reprises de l'ancien modèle. Ce modèle a cependant été mal accueilli par la presse automobile et a été critiqué par les journalistes pour sa dynamique de conduite médiocre et son style banal. Les moteurs qui avaient été reportés de la génération précédente et en grande partie non modifiés ont également été fortement critiqués pour leur mauvais raffinement.

Début 1992, un tout nouveau moteur Zetec à 16 soupapes a été lancé, apportant une meilleure maniabilité, tout en marquant le retour de la XR3i qui était disponible avec deux versions du moteur Zetec de 1,8 L. La RS2000 de 150 ch (110 kW) est également apparue à l'automne 1991 avec une version 16 soupapes du moteur quatre cylindres en ligne de 2.0 L de la Sierra et avec une conduite et une maniabilité améliorées, ce qui signifie que cette version de l'Escort a finalement été délivrée sur la route. Les spécifications, cependant, étaient également plus élevées qu'auparavant. L'Escort était maintenant disponible avec des éléments tels que la direction assistée, les vitres électriques, le verrouillage central, les freins antiblocage électroniques et la climatisation. Certaines de ces options étaient même disponibles sur certains des modèles d'entrée de gamme.

Amérique du SudModifier

La cinquième génération d'Escort a été lancée en Amérique du Sud en décembre 1992, fabriquée au Brésil et en Argentine par AutoLatina, une co-entreprise entre Volkswagen et Ford. Le résultat de cette collaboration a été que ces Escort étaient équipées d'un moteur AP de VW dans les versions haut de gamme de 1,8 et 2,0 L, désormais équipées de pots catalytiques. La haut de gamme était l'Escort XR3i, équipée d'une version à injection de carburant multipoint du moteur AP de 2.0 L de VW générant 115 PS (85 kW)[49]. Les Escort d'entrée de gamme ont reçu le vieux moteur CHT de 1,6 litre dérivé de Renault avec 73 PS (54 kW)[50], tandis que l'ancienne Mark IV continuait à être disponible sous le nom d'Escort Hobby, avec un moteur de 1,0 ou 1,6 litre.

Des berlines trois et cinq portes étaient disponibles, tout comme un cabriolet deux portes. En octobre 1993, la Verona est apparue, il s'agit d'une Orion berline à malle rebadgée[50]. La Verona n'était pas disponible en Argentine[51]. Cette génération a également engendré deux voitures de la marque VW avec la même mécanique (mais des styles de carrosserie et des intérieurs différents) appelées Volkswagen Pointer (cinq portes à hayon) et Logus (une berline deux portes).

En 1996, juste avant d'être redessinée pour correspondre à la Mark VI européenne, la production brésilienne s'est arrêtée et l'Argentine est devenue le seul fabricant d'Escort en Amérique du Sud. Les voitures étaient exportées au Brésil et ailleurs[51]. La Mark V rénovée n'a jamais été construite en Amérique du Sud.

Escort RS CosworthModifier

Début 1992 a vu le lancement de l'Escort RS Cosworth. Destiné à remplacer la Sierra Sapphire RS Cosworth (qui a terminé sa production peu de temps après) en tant que challenger inconditionnel de Ford en rallye ainsi que de rivaliser des supercars avec des acheteurs privés, elle utilisait le moteur Cosworth de 2,0 L turbocompressé à 16 soupapes, générant environ 227 PS (167 kW) et étant capable d'atteindre 150 mph. En plus d'avoir quatre roues motrices, sa caractéristique la plus mémorable était son très grand becquet de hayon de style «queue de baleine».

Les 2 500 exemplaires de routes vendus (requis à des fins d'homologation) ont été fabriqués, mais la demande pour la voiture était si élevée que Ford a continué à les produire. Les modèles ultérieurs (depuis 1995) ont un turbo plus petit que les versions d'homologation et sont livrés avec le spoiler de style queue de baleine en option. L'Escort Cosworth a cessé sa production en 1996, mais elle a déjà atteint le statut de classique et a un énorme succès. Cependant, la voiture n'était pas mécaniquement une Escort, étant basée sur le plancher et les éléments mécaniques de la Sierra à quatre roues motrices, y compris son moteur monté longitudinalement, et c'était simplement une Sierra habillée de panneaux de carrosserie pour ressembler à une Escort Mark V.

MoteursModifier

  • HCS 1.3 L (1 297 cm3) de 60 PS (44 kW; 59ch)
  • CVH CFi 1.4 L (1 392 cm3) de 71 PS (52 kW; 70ch)
  • CVH EFi 1.4 L (1 392 cm3) de 75 PS (55 kW; 74ch)
  • CVH G/H 1.6 L (1 597 cm3) de 90 PS (66 kW; 89ch)
  • CVH EFi 1.6 L (1 597 cm3) de 105 PS (77 kW; 104ch)
  • Zetec EFi 1.6 L (1 598 cm3) de 90 PS (66 kW; 89ch)
  • Zetec EFi 1.8 L (1 796 cm3) de 105 PS (77 kW; 104ch)
  • Zetec EFi 1.8 L (1 796 cm3) de 115 PS (85 kW; 113ch)
  • Zetec EFi 1.8 L (1 796 cm3) de 130 PS (96 kW; 128ch)
  • Endura D D 1.8 L (1 753 cm3) de 60 PS (44 kW; 59ch)
  • Endura D TD 1.8 L (1 753 cm3) de 70 PS (51 kW; 69ch)
  • Endura D TD 1.8 L (1 753 cm3) de 75 PS (55 kW; 74ch)
  • Endura D TD 1.8 L (1 753 cm3) de 90 PS (66 kW; 89ch)
  • Quatre cylindres en ligne EFi DOHC 2.0 L (1 998 cm3) de 150 PS (110 kW; 148ch)
  • Cosworth YBT 2.0 L (1 993 cm3) de 227 PS (167 kW; 224ch)
  • AP de VW 1.8 L (1 781 cm3) de 96 PS (71 kW; 95ch)
  • AP de VW 2.0 L (1 984 cm3) de 116 PS (85 kW; 114ch)

LiftingModifier

Ford Escort Mark Vb
 

Marque   Ford
Années de production 19921997
Classe berline Compacte
Moteur et transmission
Énergie essence ou diesel
Moteur(s) 1,297 L 4 cylindres OHV "HCS"
1,388 L 4 cylindres OHV "CVH"
1,596 L 4 cylindres OHV "CVH"
1,598 L 4 cylindres OHV "Zeta"
1,796 L 4 cylindres OHV "Zeta" 1.8d/1.8 td (motorisation diesel)
Position du moteur Avant
Puissance maximale de 105 à 145 ch
Transmission Traction avant
Boîte de vitesses manuelle
Poids et performances
Vitesse maximale 240 km/h
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 et 5 portes
Break 5 portes
Cabriolet 2 portes
Suspensions dur
Chronologie des modèles

Piqué par la critique de la Mark V originale (qui était toujours extrêmement populaire malgré les critiques de la presse automobile sur son style, sa conduite et sa maniabilité), Ford a rénové l'Escort et l'Orion en septembre 1992, donnant aux voitures révisées une nouvelle calandre, un nouveau capot et, dans le cas des Escort cabriolet et à hayon, une nouvelle partie arrière. Un nouveau moteur Zetec de 1,6 L à 16 soupapes et 90 ch (66 kW) a été introduit, remplaçant le moteur CVH précédent. L'injection de carburant était désormais standard sur tous les modèles essence, et Ford a présenté une variante à quatre roues motrices de la RS2000, offrant une maniabilité nettement améliorée par rapport à ses cousines ​​à traction avant. Une première pour l'Escort qui a également vu l'introduction de freins à disque sur les quatre roues de série sur tous les modèles RS2000 et XR3i.

Les moteurs essence CFi de 1,3 L et 1,4 L et les moteurs diesel de 1,8 L sont également nouveaux en 1993.

En septembre 1993, le nom Orion a été retiré, la berline à malle prenant le badge Escort. La XR3i a été arrêtée plusieurs mois plus tard, début 1994.

La structure de collision de l'Escort et de l'Orion a également été améliorée pour l'année modèle 1993 dans le cadre du lifting, avec des barres d'impact latérales, une cage de sécurité renforcée, des zones de déformation améliorées et des prétensionneurs de ceinture de sécurité avant et, pour l'année modèle 1994, des airbags ont été ajoutés à la gamme Escort. Cette Escort a été la première Ford européenne après la Mondeo à disposer d'un airbag; peu de temps après, un airbag conducteur est devenu la norme dans toute la gamme Ford, de nombreux autres modèles ayant un airbag passager comme équipement au moins en option. La production a pris fin en 1995, bien que les stocks comprenant l'Escort, l'Escort L, la Ghia et la Si se soient poursuivis jusqu'en 1996 et se soient terminés en 1997.

Sixième génération (1995–2002)Modifier

Ford Escort Mark Vc
 

Marque   Ford
Années de production 19952000
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence et Diesel
Moteur(s) Essence 1.4 cfi/1.4 efi/1.4 g/1.6 mfi turbo/1.6 efi/1.6 efi zetec/1.6 g/h/1.6 efi 16v gt/1.8 efi zetec/2.0 efi rs2000/2.0 16v turbo

Diesel 1.8d/1.8 td et endura de

Position du moteur Avant
Transmission Traction
Boîte de vitesses manuelle ou automatique (pas sur la version classic)
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Berline 3 et 5 portes
Break 5 portes
Cabriolet 2 portes
Chronologie des modèles

La Ford Escort[1] a été révisée en janvier 1995, bien qu'elle soit toujours basée sur le modèle précédent. Cette version avait de nouveaux feux avant, un nouveau capot, de nouvelles ailes avant, de nouveaux pare-chocs avant et arrière, de nouveaux rétroviseurs, des nouvelles poignées de porte et 4 calandres de radiateur avant différentes (avec les styles : lamelles, nid d'abeille, cercles et chrome). À l'arrière, le logo Ford s'est déplacé depuis la droite vers le centre du coffre, à l'exception de la camionnette et de certains modèles décapotables. L'intérieur de la voiture a également été considérablement révisé à la suite de vives critiques de la voiture d'origine de 1990 qui présentait des plastiques de mauvaise qualité pour ses moulures intérieures - la voiture présentait désormais un tout nouvel agencement de tableau de bord de qualité compétitive. Cependant, la voiture sous-jacente avait maintenant cinq ans et la plupart de ses rivales étaient neuves ou devaient être remplacées sous peu.

Les deux moteurs d'entrée de gamme ont été révisés - le moteur de 1,3 L a reçu la dernière version de la famille de moteurs Kent / Valencia - l'Endura-E des Fiesta Mk IV et Ka récemment lancées, tandis que le CVH de 1,4 L a été remplacé par l'unité CVH-PTE mise à jour. Il n'y a eu aucun changement au vénérable diesel de 1.8 L ou aux Zetec de 1.6 / 1.8 L dans le haut de gamme. La version iB5 améliorée de la vénérable transmission BC Series a également été introduite plus tard comme un changement en cours de production.

Dynamiquement, la maniabilité et la conduite ont également été beaucoup améliorées avec une suspension révisée par rapport à celle des modèles Mark V précédents. Le modèle sportif "Si" avait une suspension légèrement plus rigide que les variantes Encore, LX et Ghia, bien que la Si était par ailleurs la même que la LX avec quelques améliorations standard supplémentaires, principalement esthétiques, telles que des spoilers avant et arrière (qui étaient également disponibles en tant qu'options sur la LX), des sièges sport et des instruments de tableau de bord à face blanche. Certains niveaux de finition spéciaux de l'Escort incluent: Calypso Cabriolet, Freedom, Serenade et Mexico.

Les modèles RS2000 ont cessé leur production en juin 1996 et ont été les dernières Escort à porter le célèbre badge RS. Le badge RS n'a pas refait surface jusqu'à l'arrivée de la Focus RS en 2002. Un nouveau modèle, la Ghia X, a été introduit vers 1996, qui comprenait la climatisation et un changeur automatique de 6 CD en standard. Bien que l'équipement de la Ghia, en dessous, ait été réduit, elle était désormais plus abordable.

Le dernier modèle «standard» à être introduit en 1997 était la GTi - la seule Ford avec le badge GTi jamais vendue en Europe. Cela utilisait le même moteur Zetec-E 1,8 L de 115 ch (85 kW) que l'on trouve dans d'autres voitures de la gamme, mais comprenait un kit carrosserie emprunté au modèle RS2000 maintenant annulé, des sièges en cuir et le montage standard de l'ABS. La GTi était disponible en versions à hayon 3 et 5 portes et break[52].

Au Chili, pour éviter toute confusion avec l'Escort du marché américain qui était vendue à ses côtés, cette génération était vendue sous le nom d'«EuroEscort» pendant plusieurs années.

Escort ClassicModifier

En 1998, Ford a annoncé une toute nouvelle voiture, la Focus, qui a remplacé l'Escort et a remplacé le nom «Escort» qui était en usage depuis 30 ans. La gamme Escort a été réduite aux éditions "Flight" et "Finesse", et vendue pendant encore deux ans en parallèle avec la Focus. Tous les moteurs, à l'exception de l'essence de 1,6 L et du turbo diesel de 1,8 L, ont été abandonnés, de même que les carrosseries à hayon trois portes, berline quatre portes et cabriolet (sauf en Europe continentale, en Nouvelle-Zélande, en Afrique du Sud et en Amérique du Sud).

La Flight coûtait 10 380 £ et offrait des vitres avant électriques, un ventilateur à trois vitesses et un lecteur cassette. Pour 1000 £ supplémentaires, la Finesse ajoutait des jantes en alliage, la climatisation, un lecteur CD, des phares antibrouillard et de la peinture métallique. Les prix plus compétitifs ont permis de maintenir les ventes d'Escort européennes jusqu'à ce que la dernière quitte la chaîne de montage de Halewood en juillet 2000, bien que les stocks restants aient été vendus en 2001, ce qui en fait la dernière voiture Ford à y être assemblée. Cette année-là, l'usine a été transférée à Jaguar pour la nouvelle berline X-Type, et à la suite de la fusion ultérieure avec Land Rover et de la vente de l'usine à Tata, Ford n'a plus qu'une petite présence à Halewood - conservant les travaux de transmission sur le site.

FourgonModifier

La variante fourgon est restée en production dans une usine située derrière l'usine Jaguar de Halewood jusqu'en 2002, date à laquelle le nouveau modèle Transit Connect a été introduit. Les Escort berline et break ont été produites en Argentine jusqu'en 2004, après avoir été vendues aux côtés de sa successeur (la Focus) au cours des dernières étapes de la production. Les fourgons légers basés sur les Escort étaient proposés depuis 1968, bien que le secteur du marché, toujours plus important au Royaume-Uni qu'en Europe continentale, remontait au-delà des années 1950, lorsque les Ford Anglia successives étaient disponibles avec une variante fourgon. Après la disparition de l'Escort, Ford serait représenté dans ce créneau par le Ford Transit Connect assemblé en Turquie.

Nouvelle-ZélandeModifier

Bien que cette génération n'ait été vendue à aucun moment en Australie, elle a cependant été vendue en Nouvelle-Zélande, importée entièrement construite depuis le Royaume-Uni entre 1996 et 1998 dans toutes les carrosseries, y compris le fourgon, en remplacement de la Ford Laser. La berline à hayon et la berline à malle ont été abandonnées en 1999 en raison de taux de change défavorables - c'est également la raison pour laquelle la Laser a été réintroduite et que la Focus n'a été introduite sur le marché néo-zélandais qu'en 2003. Les Escort break et fourgon ont continué à être vendus sur le marché local jusqu'en 1999 jusqu'à ce que le stock du Royaume-Uni se tarisse, le break ayant un succès raisonnable en raison de l'absence d'un Laser break de remplacement suite à la fin de la production locale du Laser KE break des années 1980 à 1996 obsolète. L'essence de 1,6 L ou 1,8 L et le diesel de 1,8 L étaient disponibles.

MoteursModifier

Modèle Année modèle Moteur Cylindrée Puissance par tr / min Couple par tr / min Vitesse de pointe Système de carburant
Endura-E CFi/H de 1.3 L 1995-1998 Quatre cylindres en ligne OHV 8 soupapes 1 299 cm3 60ch (45kW) à 5000 tr / min 101 N⋅m à 2500 tr / min 153 km / h (95 mi / h) Essence
Injection de carburant
CVH-PTE EFi de 1.4 L 1995-1998 Quatre cylindres en ligne SOHC 8 soupapes 1 392 cm3 75ch (56 kW) à 5500 tr / min 106 N⋅m à 2750 tr / min 169 km / h (105 mi / h)
Zetec EFi de 1.6 L 1995-2000 Quatre cylindres en ligne DOHC 16 soupapes 1 597 cm3 90ch (67 kW) à 5500 tr / min 134 N⋅m à 3000 tr / min 177 km / h (110 mi / h)
Zetec EFi de 1.8 L 1996-1998 1 796 cm3 116ch (87 kW) à 5750 tr / min 160 N⋅m à 4500 tr / min 196 km / h (122 mi / h)
Zetec EFi de 1.8 L 1996-98 1 796 cm3 130ch (97 kW) à 6250 tr / min 160 N⋅m à 4500 tr / min 200 km / h (124 mi / h)
RS2000 quatre cylindres en ligne DOHC 1996 1 988 cm3 150ch (112 kW) à 6000 tr / min 190 N⋅m à 4500 tr / min 210 km / h (130 mi / h)
Endura D D de 1.8 L 1995-98 Quatre cylindres en ligne SOHC 8 soupapes 1 753 cm3 60ch (45 kW) à 4800 tr / min 110 N⋅m à 2500 tr / min 152 km / h (94 mi / h) Diesel
Endura D TD de 1.8 L 1995-98 69ch (51 kW) à 4500 tr / min 135 N⋅m à 2500 tr / min 163 km / h (101 mi / h) Turbodiesel
Endura D TDi de 1.8 L 1995-00 90ch (67 kW) à 4500 tr / min 180 N⋅m à 2000−2500 tr / min 172 km / h (107 mi / h)

Ford Escort VanModifier

Première génération (1968-1975)Modifier

Ford Escort Van
 
 

Marque   Ford
Années de production 1967 - 1980
Classe Camionnette

Troisième génération (1980-1986)Modifier

Ford Escort Van
 

Marque   Ford
Années de production 1980 - 1986
Classe Camionnette

Quatrième génération (1986-1990)Modifier

Ford Escort Van
 

Marque   Ford
Années de production 1986 - 1990
Classe Camionnette

Cinquième génération (1990-1995)Modifier

Ford Escort Van
 

Marque   Ford
Années de production 1990 - 1995
Classe Camionnette
Moteur et transmission
Moteur(s) Diesel 1.8

Sixième génération (1995-2002)Modifier

Ford Escort Van
 

Marque   Ford
Années de production 1995 - 1997
Classe Camionnette
Moteur et transmission
Moteur(s) Diesel 1.8 avec ou sans turbo et essence 1.4
Chronologie des modèles

Les Escort d'Amérique du NordModifier

Première génération (1980-1990)Modifier

1981Modifier

 
Ford Escort Amérique du Nord

Motorisation :

  • 1,6 L CVH, 68 ch (51 kW)

1985Modifier

Motorisations :

  • 1,9 L CVH, 86 ch (64 kW)
  • 1,9 L CVH, EFI, 108 ch (81 kW)

Deuxième génération (1990-1996)Modifier

 
Ford Escort Amérique du Nord 1995-96

Motorisations :

  • 1,9 L (1 868 cm3) CVH, SEFI I4, 88 ch (66 kW) 146 N m
  • 1,8 L (1 835 cm3) MPFI I4, 127 ch (95 kW) 154 N m GT

Troisième génération (1996-2002)Modifier

 
Ford Escort Amérique du Nord 1997-2001

Motorisations :

  • 1997 2,0 L (1 986 cm3) SPI2000, SOHC I4, 110 ch (82 kW) 169 N m
  • 1997 2,0 L (1 991 cm3) Zetec, DOHC I4, 130 ch (97 kW) 183 N m ZX2'

ZX 2Modifier

 
Ford ZX 2 coupé

Version coupé de l'escort. Elle disposait d'un moteur Zetec, un peu plus pointu que la variante de la Focus. Le modèle a disparu aux États-Unis en 2003, sans véritable remplaçante. Il faudra attendre 2007 et la nouvelle génération de Focus pour retrouver un coupé traditionnel 2 portes.

Les Escort de ChineModifier

Le nom Escort est de nouveau utilisé à partir de 2015 pour désigner une version chinoise de la Ford Focus.

Ford Escort (2015 -)Modifier

Ford Escort
 

Marque   Ford
Années de production 2015 -
Classe Compacte
Moteur et transmission
Énergie Essence
Position du moteur Avant
Boîte de vitesses manuelle 5 rapports
Châssis - Carrosserie
Carrosserie(s) Compacte 4 portes
Direction crémaillère
Dimensions
Longueur 4 550 mm

Les Escort en rallyesModifier

Ford Escort (MkI) TC, Mexico et RS1600Modifier

 
Ford Escort RS1600 en rallye

Au début de l'Escort, il a été conçu une version plus performante pour les rallyes et les courses en général, l'Escort "Twin Cam". Son moteur provient de chez Lotus (1 558 cm3, 8 soupapes, double arbres à came en tête): il avait été initialement développé pour la Cortina Lotus.

L'équipe Ford était pratiquement imbattable dans les années 1960 ou début 1970. Une de ses plus grandes victoires a été obtenue au rallye de la Coupe du Monde Londres-Mexico, avec Hannu Mikkola et Gunnar Palm sur Ford Escort 1850 GT.

Cette victoire a donné lieu à la fameuse Escort "Mexico" (moteur 1,6 L "Kent"), une édition spéciale en honneur à la voiture de rallye.

Mikkola a également remporté avec la RS1600 le Rallye des 1000 lacs en 1970 (un an après Timo Mäkinen) et 1974, l'East African Safari au Kenya en 1972, et le Rallye de Nouvelle-Zélande en 1973. Après 1969 et une partie de championnat avec la version TC dans les mains de John Bloxham, de 1971 à 1974 la RS1600 a aussi obtenu quatre RAC British Rally Championship, dont deux avec Roger Clark (lauréat du RAC Rally 1972, avant les deux succès successifs de Timo Mäkinen) et un avec Billy Coleman. Le Circuit d'Irlande tombe aussi dans l'escarcelle du constructeur à cinq reprises grâce aux versions Twin Cam et RS1600, en 1968, 1969, 1970, 1971 et 1975, le Rallye d'Écosse à cinq autres (1968, 1971, 1972, 1973 et 1975), et le Rallye de l'île de Man "seulement" à quatre consécutivement (de 1970 à 1973). Les 3 victoires en WRC s'établissent comme suit: RAC Rally 1973 et 1974, et Finlande 1974. En Belgique Gilbert Staepelaere obtient 4 de ses 7 succès dans le Tour de Belgique avec une 1600 RS, en 1968, 1969, 1970 et 1972; Jean-François Piot est le principal pilote de la marque pour la France (Critérium de Touraine 1969, Critérium Jean Behra 1969, Rallye du Mont-Blanc 1970 et 1er en groupe 3 du Rallye Monte-Carlo 1972)[53].

L'Escort TC a été Championne d'Europe des Marques en 1968 et 1969 pour Ford, avec les pilotes officiels Bengt Söderström (victoire au Rallye alpin d'Autriche 1968), Roger Clark (victoire au Rallye des Tulipes 1968, au Rallye de l'Acropole 1968) et Ove Andersson (et aussi la participation de la Cortina-Lotus en 1968)[54]), Hannu Mikkola s'imposant de son côté au Rallye des 1000 lacs 1968 et 1969 ainsi qu'à l'alpin d'Autriche 1969, et Gilbert Staepelaere au Tulipes et au Vltava tchèque en 1969;

En plus de la "Mexico", la RS1600 a aussi été développée grâce à un moteur 1,6 L "Kent" 16 Soupapes; ce moteur -appelé BDA- utilise une base de mototorisation pour Formule 3, et a de fait un grondement très distinctif.

À noter: la RS 1600 a de plus remporté le premier Championnat d'Europe de rallycross en 1973 avec John Taylor -pilote qui court désormais sur Escort depuis plus de 45 ans-, le Championnat d'Europe FIA des voitures de tourisme en 1974, avec l'allemand Hans Heyer, et antérieurement avec la TwinCan le Deutsche Automobil Rundstrecken Meisterschaft (premier championnat d'Allemagne des voitures de tourisme) en 1969, avec Dieter Glemser, quatre autres titres consécutifs se succédant en Deutsche Rennsport Meisterschaft (deuxième championnat allemand tourisme) de 1973 à 1976 (deux pour Glemser, et deux autres pour Heyer).

Ford Escort (MkII) RS1800 et RS2000Modifier

 
Escort RS1800 conduite en rallye historique en 2008 par Alan Watkins
 
Une Escort Mk2 à un contrôle horaire.
 
Escort RS1800 de H. Mikkola victorieuse au RAC en 1978.
 
Ford Escort RS2000 en rallye

Comme avec la précédente mais avec désormais Stuart Turner aux commandes du service compétitions à la place d'Henry Taylor, l'Escort MkII a eu une belle réussite en rallye. Différents modèles ont existé : Sport (Moteur 1.6 L OHV "Kent"), RS "Mexico" (Moteur 1.6 L OHC "Pinto"), RS1800 (Moteur 1.8 L DOHC "Cosworth BDA"), RS2000 (2.0 L OHC " Pinto").

Le modèle RS1800 (Moteur BDA pour — Belt Drive Serie A — Cosworth) est conçu et développé pour faire de l'Escort une des meilleures voitures de rallye du moment.

L'Escort de rallye est une voiture très améliorée, caisse fortement renforcée, extensions d'ailes pour le passage de roues larges, et souvent par le montage de quatre longue portée pour les étapes de nuit.

Le moteur BDA sera porté à 2,0 L et produira jusqu'à 270 ch (201 kW, 274 ch) en 1979. Il a été complété par une transmission renforcée, une boite ZF cinq vitesses à crabots, des suspensions spécifiques et une multitude d'autres améliorations mineures.

Les Escort RS 1800 puis RS 2000, permettront à Ford de briller en rallye durant les années 1970 et au début des années 1980.

Durant le Championnat du monde des rallyes 1979, Björn Waldegård remporte le premier titre décerné à un pilote, devant ses équipiers Hannu Mikkola (deuxième) et Ari Vatanen (cinquième). Cette même année Ford sera Champion du monde des constructeurs.

Ce titre, malgré une présence quasi permanente au plus haut niveau, sera le seul jusqu'en 2006 (année où Marcus Grönholm et Mikko Hirvonen remportent le titre constructeur avec la Ford Focus WRC RS 06).

  • Ari Vatanen remporte le titre des pilotes en 1981, une fois encore au volant d'une RS1800. Cette victoire est acquise malgré l'arrivée sur la scène mondiale de l'Audi Quattro.
  • Ford est champion du monde des rallyes "constructeurs" en 1979, après avoir été vice-champion en 1977 et 1978 (3e en 1976, 1980 et 1981).
  • Björn Waldegård (arrivé en 1977) remporte à son volant son premier -et dernier- titre de champion du monde des pilotes en 1979 également.
  • Hannu Mikkola est vice-champion du monde en 1980.
  • Ari Vatanen (également incorporé en 1977) remporte le titre pilote à son tour en 1981.

(Le total des victoires en WRC est de 17, réparties de la sorte: RAC Rally 1975, 1976, 1977, 1978 et 1979, Safari 1977, Acropole 1977, 1979, 1980 et 1981, Finlande 1977 (avec Kyösti Hämäläinen, arrivé en 1976) et 1981, Suède 1978, Portugal 1979, Nouvelle-Zélande 1979, Québec 1979, Brésil 1981. Entre versions 1600 et 1800, le RAC est gagné à 8 reprises consécutives de 1972 à 1979. Le dernier podium du modèle RS1800 est obtenu en Suède en 1982, par Vatanen.)

(nb: la RS2000 a remporté les 24 Heures du Nürburgring en 1979 et 1980, et la Mk2 a gagné toutes les éditions du Roger Albert Clark Rally (ou RAC Rally Historique) depuis sa création en 2004 jusqu'en 2013, hormis en 2005 et 2010 pour la version Mk1. La RS1800 a été vice-championne d'Europe de rallycross en 1979 grâce à Jan de Rooy, également champion national de la spécialité la même année. La RS2000 a gagné le VLN en 1986.)

Ford Escort (MkIII) RS 1700 TurboModifier

 
Ford Escort RS 1700T en exposition à Paris.

La Ford Escort RS1700 Turbo est le premier prototype du constructeur prévu pour la réglementation "Groupe B". Le prototype est basé sur une MkIII mais transformé en propulsion et équipée d'un moteur 1,8 L Cosworth Turbo produisant 300 Ch (224 kW).

Des problèmes récurrents lors de la mise au point retardèrent le lancement, ainsi que l'éclosion des voitures 4 roues motrices condamnèrent ce prototype.

Ford abandonna donc le projet pour développer son nouveau bolide : la Ford RS200 (homologuée dans le fameux Groupe B).

Ford Escort (MkV) RS CosworthModifier

 
Ford Escort RS Cosworth Groupe A

Si l'Escort RS Cosworth a un certain air de ressemblance extérieur à une Escort MkV "classique" , il n'en est rien mécaniquement. En effet, cette auto a été développée dans l'unique but d'une homologation en rallye en groupe A et N. Extérieurement, on distingue des ailes avant et arrière plus gonflées, ce qui trahit un élargissement des voies. De plus, des éléments de carrosserie divers (aileron "pelle à tarte" comme sur la Sierra RS Cosworth, aération sur le capot...) appuient l'aspect sportif de la voiture. Mécaniquement, La transmission intégrale est une version revue et corrigée de la Sierra Cosworth 4x4. Idem pour le moteur, implanté de manière longitudinale (et non transversalement comme sur une Escort classique). Le quatre cylindres 16 soupapes à double arbre à cames en tête est accouplé à un volumineux turbocompresseur Garrett T35. Le tout est géré électroniquement par un boitier Weber-Marelli très sophistiqué ayant la référence IAW048/P8.(boîtier permettant de bénéficier du "bang-bang" ou ALS, en groupe N, avec la bonne EPROM).

 
L'Escort RS Cosworth de Delecour en 1993.
 
Carlos Sainz au rallye de Finlande 1996.

Elle devait être produite à plus de 2500 exemplaire pour l'homologation en compétition, fournie avec le kit d'injection d'eau, constitué de deux pompes hautes pressions et d'un diffuseur pulvérisant dans l'échangeur . Les versions routières suivantes seront plus "adoucies" afin de les rendre plus compatibles avec un usage quotidien. Il n'en reste pas moins que cette auto, conçue pour mettre fin au règne des Lancia Delta et Toyota Celica en rallye, est physique à conduire et réclame une certaine attention et maitrise de la part de son conducteur.

En rallye, l'Escort a remporté les manches asphaltes les plus prestigieuses du Championnat du monde, telles que le Tour de Corse (1993), le Rallye Sanremo (1993), en Catalogne (1993), ou encore le rallye automobile Monte-Carlo (1994), mais s'est aussi imposée sur terre notamment au Portugal (1993), au 1000 Lacs (1994), à l'Acropole (1993) et au rallye d'Indonésie (1996). Soit huit victoires en quatre saisons pleines.

De grands pilotes se sont succédé à son volant tel Miki Biasion, François Delecour (vice-champion du monde des conducteurs en 1993), Tommi Mäkinen, ou encore Carlos Sainz (3e en 1996).

Ford termine avec ce véhicule vice-champion du monde des constructeurs en 1993, puis troisième des championnats du monde 1994, 1995, et 1996.

Titres continentaux (16) :

Titres nationaux (>50) :

Magniette (championnat National)

Ford Escort (MkV) RS WRCModifier

 
L'Escort RS WRC de Sainz en 1997.

Ford demanda une dérogation à la FIA pour prolonger l'exploitation de sa voiture en 1997, au travers de la nouvelle réglementation WRC.

 
La version 1998 (équipage Thiry / Prévot).

La dérogation fut autorisée. La voiture conserve donc sa conception différente de la voiture de série (l'Escort RS Cosworth est plus longue, plus large, et son moteur est longitudinal) héritée de la Sierra RS Cosworth, utilisant un turbo IHI, huit injecteurs, quatre situés comme à l'origine et quatre autres traversant le plénum ou chambre de tranquillisation, se situant ainsi juste au-dessus des cornets, mais elle perd son imposant aileron.

Elle remporte les rallyes de l'Acropole et d'Indonésie (1997).

Après ses deux victoires, Carlos Sainz est victorieux à son volant en 1997 du championnat pilotes, avec l'appoint de Schwarz et de Kankkunen dans l'équipe, Ford terminant vice-champion des constructeurs. Le Finlandais, ainsi que désormais Thiry et Vatanen, sont là encore en 1998 pour la dernière apparition de la voiture en mondial, mais ils ne remportent aucun succès, la marque terminant à une décevante quatrième place.

Titres nationaux :

  • Championnat de Grèce des rallyes: 1998 Leonídas Kyrkos;
  • Championnat de Turquie des rallyes: 1998 Adnan Saruhan;
  • Championnat d'Espagne des rallyes terre: 1999 Pedro Diego;
  • Championnat du Pérou des rallyes: 2000 Oscar Dufour;
  • Championnat de Slovénie des rallyes: 2002 Tomaž Jemc.
  • Ford, pour permettre cette ultime évolution, s'est engagé à développer une vraie WRC dès 1999. Ce sera la Focus, par le biais de la structure M-sport.

Ford Escort (MkVc) RS2000 Kit-CarModifier

Pour concurrencer les Peugeot 306 Maxi, Renault Maxi Mégane, Citroën Xsara Kit-Car, Golf Gti kit-car, Opel Astra Kit-Car ou autres Seat Ibiza... Le constructeur Ford développa une version Kit-Car basée sur le modèle RS2000 de sa MkVI.

Fin de carrièreModifier

La Ford Escort fut remplacée en 1998 en rallye par la nouvelle Ford Focus RS WRC.

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e et f (it) Marco Coletto, « Ford Escort, la storia », Panorama Auto, (consulté le 28 mars 2016)
  2. « Show in Brussels », Autocar, vol. 128, no 3754,‎ , p. 44–47
  3. « Auto Motor und Sport », {{Article}} : paramètre « périodique » manquant, Stuttgart, vol. 18,‎ , p. 162
  4. « News from Germany: New German Fords », Autocar, vol. 129, no 3786,‎ , p. 66
  5. a et b Peter Garnier (ed), « News: Ford's two millionth Escort », Autocar, vol. 141, no 4053,‎ , p. 28
  6. Oswald 1945–90 (vol 3), p 397 : 1,297,308 Mark I Escorts were built in Britain, while 848,388 were built by Ford Germany at Genk in Belgium and at Saarlous.
  7. Oswald 1945–90 (vol 3), pp 396 & 397: "Der grossere Teil der Produktion ging ins Ausland, weil der Ford Escort [Mk I] auf dem deutschen Markt wegen seiner pummeligen Form, seiner simplen Konstruktion, seiner holprigen Straßenlage und seines bescheidenen Komforts nur mäßigen Zuspruch fand... 848 388 [Escort Mk Is fertigten] die deutschen Ford-Werke, doch nur 234 667 Exemplaren fanden deutsche Käufer."
  8. Oswald 1945–90 (vol 3), pp. 396 & 397: Of the 848,388 Escort Mk Is built by Ford Germany, only 234,667 were actually sold in Germany.
  9. a et b Charles Bulmer (ed), « Escort estate », Motor,‎ , p. 26–27
  10. {{Article}} : paramètre « titre » manquant, l'Auto Journal, Paris, no 14 & 15,‎ , p. 103
  11. « 42ème Rallye Automobile de Monte-Carlo » [archive du ], Rallybase.nl (consulté le 29 décembre 2012)
  12. Ford Motor Company – Press Release – Ford heads Marathon rally to Sydney
  13. « Ford Escort Mexico Mark I », sur 4 Press, Channel Four Television (consulté le 30 décembre 2015)
  14. a b c et d Ford Escort Production Numbers And Identification Guide Retrieved on 28 January 2010
  15. Glass’s Price Guide, June 1973, page 46
  16. Norm Darwin, The History of Ford in Australia, , p. 184
  17. a et b « Ford Escort 1300 L: bigger and better », Scott Publications, Cape Town, South Africa,‎ , p. 22
  18. Mark Webster, Assembly: New Zealand Car Production 1921–98, Birkenhead, Auckland, New Zealand, Reed, [détail de l’édition] (ISBN 0-7900-0846-7), p. 156
  19. bigger and better, p. 21
  20. « Ford Escort RS1800, 1977 MY », sur Carfolio.com, (consulté le 20 août 2018)
  21. FIA Book of Recognition Number 650, 2 April 1977
  22. FIA, Appendix J to the International Sporting Code 1976: Classification, definition and specifications of cars, December 11, 1975, Article 261, paragraph dd.
  23. a et b « New Escorts..RS 2000 Revived: Sporting version of new Escort with 2-litre ohc engine and 112 mph maximum speed, developed by FAVO. », Autocar, vol. 142, no 4089,‎ , p. 68
  24. a b et c « Nasenkorrektur: New von Ford: Escort RS 2000 mit 110 PS (nose correction: New Ford Escort RS 2000 with 110 bhp) », Auto, Motor und Sport, vol. 17,‎ , p. 11
  25. Pint-sized Pinto, Popular Science, February 1978
  26. « Salon 1981: Toutes les Voitures du Monde », Homme N°1, Paris, Costa, André & Georges-Michel Fraichard, no 14 & 15,‎ , p. 80
  27. Ford Escort - Operating Guide, Ford Motor Company,
  28. « Previous winners » [archive du ], Car of the year (consulté le 18 septembre 2010)
  29. « Car theft in England and Wales: the Home Office car theft index » [archive du ] (consulté le 4 décembre 2010)
  30. (it) Quattroruote: Tutte le Auto del Mondo 1985, Milano, Editoriale Domus S.p.A, [détail de l’édition] (ISBN 88-7212-012-8), p. 400
  31. a et b Alain Bernardet, « Dans la lignée », Michael Hommell, Paris, France, no 198,‎ , p. 66–67
  32. Daniel Bevins, « A short history of... the Ford Escort », sur Covered mag, gocompare.com, (consulté le 6 septembre 2014)
  33. Princess Diana’s Black RS Turbo S1
  34. a et b Peter Minnis, « Long Term Test: A van for all seasons », FF Publishing Ltd, London, UK,‎ , p. 79
  35. a et b International Motor Business, African Business Publications, (lire en ligne), chap. 137–140, p. 114
  36. Tutte le Auto del Mondo 1985, pp. 383–384
  37. (pt) Fabrício Samahá, « Um companheiro e tanto » [archive du ], sur Best Cars Web Site,
  38. Geir Olav Øye, « My cars through the years » [archive du ] (consulté le 6 septembre 2014)
  39. (de + fr) Automobil Revue 1985, vol. 80, Berne, Switzerland, Hallwag, AG, [détail de l’édition] (ISBN 3-444-06081-5), p. 64
  40. (pt) Fabrício Samahá, « Carros do Passado: Ford Escort no Brasil (2) » [archive du ], sur Best Cars Web Site,
  41. Tutte le Auto del Mondo 1985, pp. 427–429
  42. « Ford's New XR3 »
  43. (it) « Prove su strada: Ford Escort 1300 Ghia », Editoriale Domus, Milan, Italy, vol. 34, no 399,‎ , p. 194–195
  44. Financial Mail, Volume 104, Issues 5-9, page 221
  45. a et b (pt) Fabrício Samahá, « Carros do Passado: Ford Escort no Brasil (5) » [archive du ], sur Best Cars Web Site,
  46. a et b (pt) Fabrício Samahá, « Carros do Passado: Ford Escort no Brasil (6) » [archive du ], sur Best Cars Web Site,
  47. a et b (es) Jorge Fernández Morano, « Más limpio y ambicioso », Parabrisas, no 165,‎ (lire en ligne[archive du ])
  48. a et b (pt) Fabrício Samahá, « Carros do Passado: Ford Escort no Brasil (7) » [archive du ], sur Best Cars Web Site,
  49. (de + fr) Automobil Revue 1994, vol. 89, Berne, Switzerland, Hallwag AG, [détail de l’édition] (ISBN 3-444-00584-9), p. 282
  50. a et b Automobil Revue 1994, p. 282
  51. a et b (pt) Fabiano Pereira, « Grandes Brasileiros: Ford Escort GL », Quatro Rodas,‎ (lire en ligne[archive du ])
  52. « Ford Escort owners' reviews, problems and advice » [archive du ], Parkers (consulté le 26 septembre 2011)
  53. Résultats de la Ford Escort en Championnat de France des rallyes (1968-1975)
  54. Palmarès de rallyes du championnat d'Europe avant 1970

Liens externesModifier

Précédée par:
Ford Anglia (Europe)
Ford Pinto (Amérique)
Modèle successeur:
Ford Focus

Autre sensModifier

Sur les autres projets Wikimedia :