EM Lyon Business School

grande école de commerce située à Lyon (France)

L'école supérieure de commerce de Lyon (ESC Lyon) désormais connue comme EM Lyon Business School[a], est une grande école de commerce française créée en 1872 à Lyon et reconnue par l'État en 1889. Elle est la quatrième plus ancienne école supérieure de commerce de France[b]. Depuis 2007, l'école s'implante sur d'autres campus en France et à l'étranger, notamment à Paris, Shanghai, Casablanca.

EM Lyon Business School
LogoEmlyon.svg
Logo de l'école depuis 2016.
Histoire et statut
Fondation
Dates-clés
1972: déménagement à Écully
2007: inauguration du campus de Shanghai
2015: plan « Nouveaux Territoires 2020 » et partenariat global avec IBM « Smarter Business School »
2018: plan « Early makers 2023 » et annonce du nouveau campus « Early Makers Hub » 2022
Type
Forme juridique
Disciplines
Régime linguistique
Fondateur
Présidente du directoire
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de la métropole de Lyon
voir sur la carte de la métropole de Lyon
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Chiffres-clés
Étudiants
8 600 ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif
550 employés (), 161 professeurs, professions scientifiques ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Budget
110 000 000 d’euroVoir et modifier les données sur Wikidata
Divers
Devise
Early MakersVoir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Sites web

En septembre 2018, l'EM Lyon, appartenant historiquement à la Chambre de commerce et d'industrie Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne, entame un processus de privatisation dans le but de répondre à la baisse des dotations des CCI en devenant une société anonyme, ce qui occasionne un remaniement de la direction qui la déstabilise. Le groupe EM Lyon est une filiale de Early Makers Group SA dont le capital est ouvert aux alumni, aux salariés du groupe ainsi qu'aux fonds d'investissement Bpifrance et Qualium, et reste piloté par la CCI Lyon Métropole.

L’établissement dispense un enseignement généraliste en management, gestion, entrepreneuriat et en sciences économiques, dont notamment un cursus sur concours après les classes préparatoires de type « Programme Grande École » (PGE) conférant le grade de master (Bac +5). Un programme bachelor « Global BBA » (Bac +4), des mastères spécialisés (MSc), une maîtrise en administration des affaires (MBA) et des doctorats (PhD, DBA) complètent l’offre de formation.

L'école bénéficie de la triple accréditation (EQUIS, AACSB et AMBA).

Historique

Genèse

Fondé avec l’appui de la chambre de commerce de Lyon, l’établissement ouvre pour la première fois le sous le nom d'École supérieure de commerce de Lyon[1],[2]. Il est, dans les faits, la reproduction de l’École supérieure de commerce de Mulhouse, créée en 1866, par l’ancienne direction de cette dernière qui fuit Mulhouse en 1872, à la suite du traité de Francfort et de l'annexion allemande de l'Alsace-Lorraine[3],[4]. Les locaux de l'école sont, dès l'inauguration, installés dans l'Hôtel de Villeroy, ateliers de la Monnaie, au 34 rue de la Charité, sur la Presqu'île de Lyon où elle restera un siècle durant[3],.

L’école vise, en 1872, à former des employés de commerce avant que les écoles primaires supérieures (EPS) et les écoles primaires de commerce et d’industrie (EPCI) ne récupèrent cette prérogative. L’École supérieure de commerce rehausse alors ses formations à destination des cadres de commerce[5]. L’enseignement est de deux ans mais un cours préparatoire d’une durée d’un an est annexé à l’école pour les élèves qui ne seraient pas assez instruits pour entrer dans la division de première année[3].

L'admission se fait tout d'abord par concours[3]. Bien qu'ouvert à tous, ce dernier sélectionne avant tout des candidats faisant preuve d'une culture générale élargie. Les titulaires d'un baccalauréat et ceux passés par une EPS bénéficient ainsi d'une majoration. Parallèlement, les diplômés de la première classe commerciale de l'école La Martinière, principal établissement technique de la ville avant la création de l'École centrale de Lyon, peuvent jouir d'une passerelle[5]. L’âge minimum pour se présenter au concours d’entrée est initialement fixé à 15 ans révolu mais est revu graduellement jusqu’à atteindre 16 ans avant la Première Guerre mondiale[5].

Au cours de ses cent premières années d'existence, l'EM Lyon occupe l'hôtel Villeroy, ancien atelier monétaire de la ville de Lyon situé au 34, rue de la Charité, sur la Presqu'île[3]. Les anciens locaux de l'école dans l'hôtel de Villeroy témoignent encore aujourd'hui des liens passés entre l'établissement et la soirerie lyonnaise et abritent aujourd'hui le musée des Tissus et des Arts décoratifs.

Liens avec la soierie lyonnaise

En 1876, l'école est rebaptisée École supérieure de commerce et de tissage de Lyon. Elle est en effet la seule, à une époque où Lyon s’impose comme « capitale de la soie », à proposer des cours commerciaux et industriels afin d’enseigner aux apprentis patrons la théorie et la pratique de la soierie[6],[7]. Trois grands ateliers sont alors construits au sein de l'école qui produit, à partie des matières premières qu'elle achète, toutes les sortes d'étoffes qu'on trouvait dans la région lyonnaise[3].

Période coloniale

Le 7 novembre 1895, l’école crée une section d’enseignement coloniale spécialisée sur l'Indochine française et l'Asie, où les capitaux lyonnais, au travers de la soierie, sont fortement engagés[8].

Cette décision stratégique voulue par le président de l’école, Louis Isaac, père d'Auguste Isaac, fait suite au rapport d'Ulysse Pila, ambassadeur de Lyon en mer de Chine, qui proposait l’abrogation du privilège accordé à l’École coloniale de Paris et la mise en place d’un concours libre et spécialisé par colonie pour la formation des fonctionnaires coloniaux. Ainsi, les universités publiques échouant à s’entendre pour mettre en place la proposition Pila, l’École supérieure de commerce et de tissage profite d’un quasi-monopole en matière de cours coloniaux. La durée de ces derniers, voulus intensifs, est fixée à 8 mois[8].

En 1899, l’ouverture de l’École coloniale de Lyon tente de casser ce monopole en copiant sans succès les cours de l’École supérieure de commerce et de tissage. Face à cet échec, Louis Pradel, proche d’Ulysse Pila, décide de laisser l’école de commerce absorber l’École coloniale en 1924[8],[9]. L’ensemble de la structure de cette dernière est alors déménagé dans les locaux de l'École supérieure de Commerce et de tissage à l’Hôtel Villeroy. Le musée colonial est ainsi installé sur tout le premier étage du pavillon central, auquel on accède par un monumental escalier de l’architecte Soufïlot. Il regroupe par thème les importantes collections envoyées par les administrations ou entreprises coloniales, mais aussi les surplus de l’exposition coloniale de Marseille de 1906 et, surtout, de la Foire-exposition de Lyon de 1914[9],[10]. Alors qu’il était jusqu'à cette date fermé au grand public, le musée colonial est inauguré le 24 novembre 1924 par le ministre des Colonies, Édouard Daladier[9].

En 1926, l'école comprend donc trois sections :

  • la section du commerce général et de la banque, préparant à la direction des affaires, au service commercial des industries, mines et chemins de fer, à la Banque de France, au Crédit foncier et à l'administration des douanes ;
  • la section du commerce colonial, destinée aux carrières coloniales dans le commerce, la banque et l'administration ;
  • la section de la soierie, préparant à la direction des usines mécaniques, à la fabrication et au commerce des étoffes de soie, de coton ou de lin.

L'école reprend toutefois son nom d'École supérieure de commerce de Lyon en 1934[11] et cesse ses enseignements coloniaux en 1947[8].

1972 - années 1990

L'établissement amorce un développement notable à partir des années 1970, avec le déménagement de son campus à Écully en 1972, à l'occasion du centenaire de l'école, et son changement de nom en 1979, devenant l'École supérieure de commerce de Lyon (ESC Lyon). Il quitte ainsi le réseau public des écoles supérieures de commerce et d'administration des entreprises (ESCAE) auquel il était jusqu'alors affilié[11],[12].

Le premier accord de double-diplôme est ainsi signé en 1978 et le Centre des entrepreneurs voit le jour en 1984[13]. L'Incubateur EM Lyon Business School est à la première place du palmarès français des incubateurs dans les écoles de commerce, que ce soit pour le nombre d'étudiants incubés, le nombre de créations d'entreprises à la sortie ou le taux de survie[14].

Années 1990 - 2010

La croissance de l'école s'accélère significativement à partir des années 1990, période durant laquelle l'institution est rebaptisée EM Lyon lors de son 125e anniversaire, en 1997. La filière Chine est notamment créée en 1994 et l'école reçoit, en 1998, l’accréditation européenne EQUIS. Suivent les accréditations internationales AMBA et AACSB (en) pour ses programmes International MBA et Executive MBA, respectivement en 2000 et 2005. 2005 est aussi l'année d'un nouveau changement d'identité lorsque l'établissement prend le nom d'EM Lyon Business School[13],[source insuffisante].

En 2007, l'EM Lyon Business School inaugure son premier campus à l’international, dans la ville de Shanghai[15].

2011 - 2013

Après l'échec de l'EM Lyon à former un regroupement de trois écoles de commerce financées par des CCI[16], cette période est marquée par une très forte instabilité à la tête de l'établissement lyonnais. Patrick Molle, directeur depuis 1996, est brutalement démis de ses fonctions en 2011 en raison de différends stratégiques et à la suite de la révélation de son investissement dans le projet d'établissement tiers France Business School (FBS)[16],[17]. L'EM Lyon change alors trois fois de direction en deux ans : Philippe Courtier, directeur de 2012 à 2013, est remplacé par Bruno Bonnell dès 2013[18][source insuffisante], lequel cède sa place à Bernard Belletante en 2014[19].

Ces changements répétitifs sont parallèlement suivis d'un recul progressif, voire d'une « chute libre » de l'établissement dans les classements internationaux des écoles de commerce[20],[21],[22]. En 2010, le rapport de l'EM Lyon réalisé par l'AERES (Agence d'évaluation de la recherche et de l'enseignement supérieur), met en exergue plusieurs points faibles dans la gestion de cette école qui seraient responsables en partie de cette baisse dans les classements[réf. nécessaire].

2014 - 2017

En 2014, le nouveau directeur Bernard Belletante, ancien directeur de KEDGE Business School ayant mené la fusion entre Euromed Management et Bordeaux école de management[19], orchestre l'ouverture du troisième campus de l'école à Saint-Étienne en 2014, en rachetant l'ESC Saint-Étienne afin d'y enseigner son nouveau Bachelor of Business Administration[23].

En 2015, l'école lance son plan stratégique Nouveaux Territoires 2020 qui donne la priorité à l'international et l'innovation technologique. L'EM Lyon Business School devient en janvier 2015 la première et seule école de commerce à signer un partenariat global avec IBM[24],[25]. Intitulé « Smarter Business School », ce plan prévoit une personnalisation[25] de l'enseignement délivré à travers les différents campus d'EM Lyon grâce à la numérisation des outils pédagogiques et la construction d'un nouvel environnement d'apprentissage[26],[27],[28].

L'école se dote notamment d'une librairie numérique, le Learning Hub, ainsi que d'un fab lab en partenariat avec l'École centrale de Lyon[29].

Toujours dans le cadre de ce plan, EM Lyon Business School inaugure en 2015 deux campus supplémentaires reprenant ces installations modernes : l'un au cœur de Paris et l'autre à Casablanca[30]. Une école de management eurasienne est parallèlement créée en 2016 à Shanghai en partenariat avec l'East China Normal University (ECNU)[31].

Le , EM Lyon Business School officialise une alliance avec Grenoble École de management[32]. Ce rapprochement se veut motivé par la volonté d'assurer leur futur dans un contexte de compétition mondiale, de besoins de recherche croissants et de baisse des subventions des CCI[33],[34],[35]. Il dote les deux institutions d'un budget cumulé de 120 millions d'euros hors investissements et de 199 professeurs permanents constituant par addition le premier corps professoral dans les sciences de gestion en termes de publications annuelles[35]. Bien que perçu comme salutaire par ses signataires, l'Alliance a toutefois soulevé une vague de critiques de la part des étudiants de chaque école qui ont reproché aux administrations un manque de consultation et de communication interne. Il suscite aussi de nombreuses interrogations quant à une possible fusion future des deux entités[36],[37].

Durant cette période, la proportion d'élèves de classes préparatoires diminue pour laisser la place à plus d'admis sur titre et d'étudiants internationaux[38].

2018

En septembre 2018, l'EM Lyon change de structure juridique et devient une société anonyme à conseil de surveillance et directoire, « pour faire face aux nouveaux enjeux de la croissance » de l'école et « pouvoir renforcer ses fonds propres », sur décision de la CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne, actionnaire de l’école[39]. Ce processus déstabilise l'école[40],[41]. Il s'agit de la première grande école de commerce française à suivre la voie de la privatisation, même si le capital reste piloté par la CCI Lyon Métropole[42].

Depuis 2019

Début 2019, l'école lance l'Artificial Intelligence in Management (AIM) Institute, présenté comme le « premier institut dédié à la compréhension des opportunités et des impacts de l’intelligence artificielle sur les éléments sociaux-économiques, organisationnels et business des entreprises et des institutions »[43],[44].

En , Bernard Belletante, directeur de l'établissement depuis 2014, cède sa place à Tawhid Chtioui (alors directeur d'EM Lyon Africa)[45] pour se consacrer aux projets stratégiques de l'école, dont la création du Hub 2022 à Gerland[46]. Bernard Belletante rejoint alors la vice-présidence du Conseil de Surveillance[47].

En , la CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne, propriétaire de l'EM Lyon, annonce l'augmentation de capital de l'établissement de 100 millions d'euros sur cinq ans[48],[49]. Bpifrance et le fonds Qualium Investissement, adossé à la Caisse des Dépôts, négocient pour être, au terme de cette période, les principaux actionnaires de l'école[50]. Au terme de cette opération, Qualium a 46 % du capital de la S.A.[51].

En janvier 2020, Tugrul Atamer est nommé directeur et président du directoire de l'école en remplacement de Tawhid Chtioui, qui démissionne sur demande des actionnaires[52],[53]. Le mois suivant, Lionel Sitz succède à Nathalie Hector au poste de responsable du programme grande école[54],[55]. Après une période de transition, Isabelle Huault, ancienne présidente de l'université Paris-Dauphine, annonce rejoindre l'établissement à compter du au poste de directrice générale et présidente du directoire[56],[57]. Sylvie Jean, ancienne responsable des admissions de l'EDHEC et directrice du PGE de Neoma, devient directrice du programme grande école, alors que Lionel Sitz passe directeur adjoint en charge de la première année[58],[59].

En , suite à la transformation juridique de l'école et à la récente évolution de sa gouvernance, la CEFDG (Commission d’évaluation des formations et des diplômes de gestion) renouvelle son autorisation de délivrer le diplôme de master pour une durée de trois ans, au lieu de cinq habituellement[60] expliquant que l'établissement n'offre pas « les garanties suffisantes concernant le maintien de la qualité sur une si longue période »[41]. Ces réserves seraient liées aux multiples départs au sein de la direction de l'école, à son passage du statut d’association à celui de société anonyme, et à l'ouverture se son capital à un fonds d’investissement[41]. Ce nouveau remaniement et les incertitudes persistantes liées au statut de société anonyme alimentent des critiques dans les médias : en , 1 200 étudiants co-rédigent une lettre ouverte au journal pour dénoncer ce qu'ils décrivent comme un « acharnement médiatique » avec « 4 articles à charge en 10 mois » dans le journal Challenges[61],[62]. La même année, l'école perd deux places dans le classement des meilleurs Masters in Management français du Financial Times[63].

Fin , la direction de l'école annonce qu'Annabel-Mauve Bonnefous, ancienne directrice du programme grande école de Toulouse Business School et professeur à HEC Paris, rejoint le directoire de l'école en tant que directrice des programmes diplômants en formation initiale ainsi qu'en formation continue[64],[65].

Budget et chiffre d'affaires

L’école a réalisé un chiffre d’affaires de 70,5 millions d’euros pour la période scolaire 2015-2016, contre 53 millions sur la période précédente[30]. Sur la seule année 2016, ce chiffre se porte à 82,3 millions d’euros[66]. L'école a ainsi renoué avec les bénéfices en 2015, aux termes du premier exercice sous la présidence de Bernard Belletante[67].

Une partie de ce budget est fourni par les frais d'inscription, qui, à l'instar de ceux d'autres écoles, ont augmenté de 89 % entre 2008 et 2018[68] frôlant les 45 000 € en 2019[69].

En 2020, le budget de fonctionnement propre au groupe EM Lyon Business School se porte à 110 millions d’euros[70]. Toutefois, la mutualisation des budgets signée avec GEM en 2016, au travers de la dite Alliance Lyon-Grenoble Business School, consolide un budget de fonctionnement global supérieur[35].

Identité visuelle

L'entité correspondant aujourd'hui à l'EM Lyon Business School a changé de nom et de graphie commerciale à de multiples reprises au cours de son histoire. Originellement créée sous le nom d'École supérieure de commerce de Lyon en 1872, elle est rebaptisée École supérieure de commerce et de tissage de Lyon en 1876 avant de reprendre son nom initial, École supérieure de commerce de Lyon, en 1934[11].

En 1979, l'établissement privé quitte le réseau des Écoles supérieures de commerce et d'administration des entreprises et devient l'EM Lyon en 1997. En 2005 et en pleine phase de son développement international, l'école est cette fois renommée EM Lyon Business School. Le graphisme présente alors un regroupement des deux premiers éléments en capitales « EMLYON », en blanc sur fond rouge, couleur emblématique de la marque EM Lyon[71][source insuffisante].

2016 marque enfin l'adoption de la dernière graphie commerciale en date, « emlyon business school », dont l'emphase et le style en minuscules veut refléter l'engagement global et numérique de l'école[72].

Accréditations

L'EM Lyon Business School est l'une des 88 écoles de management mondiales (dont 18 françaises) disposant de la triple accréditation : EQUIS, AMBA et AACSB (en). L'école a été l'une des premières en Europe à en disposer :

Enseignement et recherche

Corps enseignant

En 2019, l'école emploie 550 salariés[75]. Le corps professoral se compose de 150 professeurs permanents[52] dont 48 % d'internationaux[76][source insuffisante].

Formations

EM Lyon Business School propose différents types de formation[77], parmi lesquelles : un « Programme Grande École » (PGE), accessible aux élèves issus de deuxième année de classes préparatoires ou titulaires d'une licence ou d'un master, qui permet aussi d’accéder à des écoles nationales ou internationales[78][source insuffisante] ; le « Global BBA », un cursus de niveau master 1 enseigné en anglais qui donne accès au précédent[79][source insuffisante] ; le « Global DBA », un programme doctorant à temps partiel délivré en partenariat avec la Durham University Business School destiné aux chefs d'entreprise[80][source insuffisante]. L'école propose également une maîtrise en administration des affaires (MBA)[81][source insuffisante].

Public étudiant

En 2019, le groupe dénombre 6 500 étudiants inscrits en formation initiale, et 5 000 cadres suivant des cursus de formation continue[52].

Méthodes pédagogiques

Campus

L'école est présente sur 6 campus à travers le monde : Le campus Lyon-Ecully inauguré en 1972 est le campus principal et historique d’EM Lyon. Il se situe à Écully, au 23 avenue Guy de Collongue. Aux portes de Lyon, les bâtiments ont été conçus par les architectes Olivier Vaudou et Reymond Luthi[82] ainsi que Claude Viseux pour la partie artistique[83]. L'ensemble s’étend sur une surface de 6 hectares et dispose de 30 000 m2 de locaux. Il comprend notamment un incubateur, une salle de marché, une bibliothèque digitale (le Learning Hub, fruit d'un partenariat technologique avec IBM) et diverses infrastructures sportives[84]. Depuis 2012, le campus principal mutualise certains locaux avec l'École centrale de Lyon, située en face. C'est notamment le cas d'un fab lab (appelé LearningLab), au travers de l'alliance officielle entre les deux écoles[85].

Le campus de Shanghai est implanté en 2007 dans les locaux de l'université normale de la Chine de l'Est (ECNU en anglais), à l'ouest de Shanghai. Après un accord signé en 2015, un nouveau campus de 5 000 m2 est inauguré plus au sud de la ville[86],[87]. Complémentaire du premier, il doit notamment héberger une nouvelle école de commerce, commune avec l'ECNU : l'Asia European Business School (AEBS)[88].

 
Campus EM Lyon à Saint-Etienne

Le campus de l’ESC Saint-Étienne est racheté et modernisé en 2012[89],[90]. Implanté dans un ancien bâtiment historique de la manufacture Manufrance, au 51 cours Fauriel, il accueille depuis 2014 les étudiants du programme Global BBA sur 9 500 m2 et reprend certains éléments du campus d'Écully, comme sa bibliothèque numérique[91],[92].

Le campus de Casablanca (Maroc) a ouvert ses portes en 2015, au 6e étage de la tour Crystal dans la Marina de Casablanca. Il accueille les étudiants du Global BBA Casablanca[93],[94].

Le campus de Paris s'est implanté en 2016 au 15 boulevard Diderot, en face de la gare de Lyon, dans le 12e arrondissement[66],[95]. Il accueille les participants du Global BBA, de mastère spécialisé et des cursus de formation continue[95]. D’une surface totale de 5 500 m2, il comprend, comme le campus d'Écully ou de Saint-Étienne, une bibliothèque numérique et un fab lab[95]. Ce campus se veut un relais d’influence à Paris pour les entrepreneurs lyonnais, avec en son sein un espace de réseautage en partenariat avec OnlyLyon, la structure chargée de la promotion économique de la ville de Lyon, et un espace dédié au développement d’applications numériques en partenariat avec l'entreprise lyonnaise Visiativ[66].

Le campus de Bhubaneswar (Inde) est créé en avec un accord de partenariat avec l'université Xavier Bhubaneswar (en)[96].

En , l'EM Lyon annonce le déménagement pour 2022 de son campus principal d'Écully à Lyon, dans le quartier de Gerland, à la place d'une ancienne usine Nexans[42]. Le terrain de 4 hectares a été acquis par la Métropole de Lyon et 2,4 hectares seront dédiés aux nouveaux bâtiments de l’école[97]. Le futur campus, dont le projet immobilier a été confié à la société Altarea Cogedim et l'architecte Philippe Chiambaretta[98] aura une superficie de 30 000 m2, dont 7 000 m2 d'espaces collaboratifs[99],[100]. Le site se composera de 4 bâtiments et d'une allée centrale et pourra accueillir à terme jusqu'à 10 000 étudiants[101],[102]. Les travaux débutés en 2020 étaient prévus pour s'achever en 2022 pour les 150 ans de l'école mais, en raison de la crise sanitaire liée à la pandémie de Covid-19, il est probable que l’inauguration des nouveaux locaux se fasse plutôt à l’été 2023[103],[104]. Le montant du projet est estimé à 110 millions d'euros de fonds privés dont plusieurs banques régionales et nationales, Crédit agricole Centre-est, LCL et CIC Crédit Mutuel[103],[105],[106].

Controverses

Enregistrements de Laurent Wauquiez à son insu

En , les déclarations de Laurent Wauquiez devant des étudiants de l'EM Lyon pour un cours intitulé « enjeux de société » sont enregistrées à son insu et suscitent une controverse[107]. Il avait interdit aux étudiants de communiquer sur leur contenu[108], mais des extraits sont diffusés dans l'émission Quotidien. On y entend M. Wauquiez affirmer devant les étudiants que Nicolas Sarkozy « mettait sur écoutes pour pomper tous les mails, tous les textos » les portables des membres du gouvernement et que les équipes qu'Emmanuel Macron « ont largement contribué à mettre en place la cellule de démolition » contre François Fillon[107]. Laurent Wauquiez menace de « suites judiciaires »[109]. Thierry Picq, directeur de l'innovation à l'EM Lyon, avait indiqué plus tôt que Laurent Wauquiez interviendrait « évidemment de façon apolitique »[110]. Si pour Gérald Darmanin « il y a de drôles d’enseignements dans de drôles d’écoles de commerce »[111], le vice-président de LR Guillaume Peltier indique que « c’était un cours de jeu de rôles sur des situations irréelles, exceptionnelles liées aux rumeurs dans le monde politique »[112]. Le directeur de l'école, Bernard Belletante, condamne sévèrement la fuite de l'enregistrement. Bruno Bonnell, qui préside l'école et est également député LREM, « regrette profondément qu'un engagement de faire un cours apolitique et inspirant soit devenu une tribune politique et désespérante »[113].

Sexisme

En , une enquête interne est ouverte suite à la révélation par Le Progrès et Lyon Capitale d’un classement sexiste des étudiantes de l’école, tenu par des étudiants depuis au moins deux ans[114],[115]. La direction annonce un conseil de discipline, mais, ne pouvant pas identifier les auteurs, demande finalement un travail collectif sur les sujets de parité, de sexisme et de racisme, ainsi qu’un engagement écrit à ne pas réitérer les faits[116],[117]. Elle rend également la parité obligatoire au sein de la direction des associations de l’école[117].

En , l’édition 2020 du guide de Lyon Le Petit Paumé, rédigé par l’association étudiante homonyme, est dénoncée pour des propos sexistes et racistes. La ville de Villeurbanne annonce l’annulation de la distribution du guide sur sa commune. L’équipe de rédaction présente des excuses en évoquant des « mésinterprétations »[118]. La direction de l’école condamne publiquement ces agissements et affirme que « des sanctions ont été prises lors d’un conseil de discipline »[119].

Face au manque d’actions de la part de l’administration contre le sexisme, le collectif Olympe crée en 2020 une plate-forme pour recueillir les témoignages d’étudiantes qui subissent le sexisme ordinaire à l’école[119].

Classements

L'école participe chaque année à une cinquantaine de classements nationaux et internationaux pour l'ensemble de ses programmes de formation[120].

Les résultats non exhaustifs de quelques classements concernant les principaux programmes de l'école sont présentés ci-dessous :

Programme Bachelor Global BBA - Master 1 (Bac +4)

Classement du Global BBA - Master 1 Rang français
Le Point - Palmarès des Global BBA 2020[121] no 3
Challenges - Classement des écoles post-bac en 4 ans 2020[122] no 5

Programme Grande École - Master 2 (Bac +5)

Classement du Programme Grande École - Master 2 Rang français
Challenges - Classement des écoles post-prépa 2020[122] no 4
L'Étudiant - Classement des grandes écoles de commerce 2020[123] no 4
Le Figaro - Palmarès des écoles de commerce 2020[124] no 4
Le Parisien - Palmarès des écoles de commerce 2020[125] no 5
Le Point - Classement Master Grande École 2020[126] no 4
Sigem - Classement 2019 des écoles de commerce les plus attractives[127] no 4

Programme MBA et formation continue (Executive Education)

Classement du programme Rang français Rang mondial
The Economist - MBA Ranking 2019[128] no 4 no 51
Financial Times - Global MBA Ranking 2020[129] no 3 no 79
Financial Times - Masters in Management 2020[63] no 6 no 29
Financial Times - Executive MBA 2019[130] no 7 no 55
Financial Times - Executive Education - Open - 2020[131] no 7 no 64
Financial Times - Executive Education - Customised - 2020[132] no 6 no 29

Associations

Associations étudiantes

Il existe au sein de l'école une quarantaine d'associations étudiantes[133], parmi lesquelles :

  • Le Petit Paumé : première association de l'école en termes de moyens financiers. 35 étudiants bénévoles rédigent, publient et distribuent chaque année les 250 000 exemplaires du guide lyonnais Le Petit Paumé[134]. L'équipe du guide est vivement critiqué pour des propos jugés racistes et discriminatoires dans son édition 2020, pour lesquels elle présente des excuses[135],[118] ;
  • Astuce Lycéens : association d'ouverture sociale, elle est la concrétisation du programme Trait d'union multi-campus multi-quartiers lancé en 2006 par EM Lyon[136]. 300 étudiants-tuteurs de l'EM Lyon et de l'École centrale de Lyon accompagnent et soutiennent scolairement 450 lycéens et 80 élèves de classes préparatoires issus de zone d'éducation prioritaire[137] ;
  • Jet EM Lyon : fondée en 1989, Jet EM Lyon est le job service de l'école[138]. Elle s’inscrit dans un mouvement national : la Confédération nationale des job services (CNJS)[139] ;
  • Cheer Up! EM Lyon : créée en 2012, cette association est affiliée à la fédération Cheer Up ! accompagnant bénévolement des jeunes atteints de cancers dans la réalisation de projets personnel[140],[141] ;
  • EM Lyon Junior Conseil : Junior-Entreprise de l'école. Fondée en 1972, elle est la première junior-entreprise française à avoir été certifiée ISO 9001 par le bureau Veritas Certification en 1999[142],[143].

Association des alumni

L'Association des diplômés EM Lyon (ADEM), également dénommée EMLYON Forever[144], rassemble l'ensemble des anciens élèves de l’école ainsi que les étudiants en cours de formation. Cette association d'anciens élèves a pour but de faciliter la carrière des étudiants diplômés en organisant des événements leur permettant de se rencontrer, en animant le réseau ou en promouvant l'image de l'école en France et à l'international[145].

Personnalités liées à l'école

Directeurs et présidents du directoire

Directeurs et présidents du directoire de l’EM Lyon 
IdentitéPériodeFonction
DébutFin
Yves Réale (d)[146]Directeur général
Bruno Dufour (d)Directeur général
Patrick Molle (d)Directeur général
Philippe Courtier (d)[147]Directeur général
Bruno Bonnell[148]Directeur général
Intérim
Bernard Belletante (d)[149]Directeur général
Président du directoire (d)
Tawhid Chtioui (d)[150]Président du directoire (d)
Tugrul Atamer (d)[151]Président du directoire (d)
Intérim
Isabelle Huault[152],[153]En coursPrésident du directoire (d)

Le statut juridique de l'école a été transformé le 1er septembre 2018 en société anonyme à directoire et conseil de surveillance dénommée Early Makers Group.

Enseignants

Élèves

Notes et références

Notes

  1. Depuis 2016, on rencontre les graphies « emlyon business school » et « emlyon ».
  2. En effet, l’École supérieure de commerce de Paris date de 1819, l’École supérieure de commerce de Rouen de 1871, tout comme l’École supérieure de commerce du Havre, et l’École des hautes études commerciales de Paris (HEC Paris) de 1881.

Références

  1. Annonce légale publiée dans le Journal de Lyon d'octobre 1872 Extrait tronqué consultable : http://www.em-lyon.com/fr/content/download/7015/161673/version/2/file/Rapport%20Annuel%20F.pdf
  2. « Ecole supérieure de commerce et d'administration des entreprises. Ecully, Rhône (1872 - 1979) - Organisation - Ressources de la Bibliothèque nationale de France », sur data.bnf.fr (consulté le 17 octobre 2016)
  3. a b c d e et f Ferdinand Edouard Buisson, Dictionnaire de pédagogie et d'instruction primaire, Volume 1, Hachette et Cie., , 1780 p. (lire en ligne), p. 434
  4. « Chapitre II : une école en perpétuelle adaptation », sur Service des archives de l'Université de Haute Alsace (consulté le 15 août 2016)
  5. a b et c Marianne Thivend, « L’enseignement technique et la promotion scolaire et professionnelle sous la Troisième République », Revue française de pédagogie. Recherches en éducation,‎ , p. 59–67 (ISSN 0556-7807, DOI 10.4000/rfp.1045, lire en ligne, consulté le 15 août 2016)
  6. « École de tissage » (consulté le 15 août 2016)
  7. « Lyon et la soie : le dessin textile entre art et industrie (fiche n°6) », sur Millénaire - Le centre ressources prospectives du Grand Lyon
  8. a b c et d Jean-François Klein, « La création de l’école coloniale de Lyon. Au cœur des polémiques du Parti colonial », Outre-mers, vol. 93, no 352,‎ , p. 147–170 (DOI 10.3406/outre.2006.4230, lire en ligne, consulté le 15 août 2016)
  9. a b et c Jean-François Klein, « Pour une pédagogie impériale ? L'École et le Musée colonial de la Chambre de commerce de Lyon (1890-1947) », dans La colonisation culturelle dans l'Empire français, Outre-Mers. Revue d'histoire (no 94), (lire en ligne), p. 35-61
  10. « De l'exposition universelle de Lyon de 1894 à l'université Jean Moulin : la collection lyonnaise d’ethnologie coloniale d’André Leroi-Gourhan » (consulté le 15 août 2016)
  11. a b et c « École supérieure de commerce et d'administration des entreprises. Ecully, Rhône - atelier de data.bnf.fr », sur data.bnf.fr (consulté le 14 août 2016)
  12. Ecole supérieure de commerce et d'administration des entreprises (Ecully, Rhône), « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr (consulté le 14 août 2016)
  13. a et b emlyon, « Découvrez l'histoire de l'école de management - EMLYON Business School », sur emlyon (consulté le 12 août 2016)
  14. « Classement des incubateurs d'entreprise dans les écoles de commerce » (consulté le 12 août 2016)
  15. L’EM Lyon à Shanghai
  16. a et b Dominique Largeron, « Ancien directeur d'EMLyon, Patrick Molle veut créer à Lyon... une nouvelle école de commerce », sur www.lyon-entreprises.com, (consulté le 14 août 2016)
  17. « Patrick Molle et l'EM LYON, un grand tour et puis s’en va » (consulté le 14 août 2016)
  18. emlyon, « EMLYON Business School, départ du Directeur Général - EMLYON Business School », sur emlyon (consulté le 14 août 2016)
  19. a et b « Bernard Belletante: biographie et actualités sur EducPros », sur www.letudiant.fr (consulté le 14 août 2016)
  20. « Classement "masters" du "Financial Times" : Les écoles françaises dominent les anglaises - Educpros », sur www.letudiant.fr (consulté le 14 août 2016)
  21. « L'EMLYON en chute libre au classement des écoles de commerce du Financial Times » (consulté le 14 août 2016)
  22. « EM Lyon : l’Ecole de management sort du Top 10 des masters en management » (consulté le 14 août 2016)
  23. À Saint-Etienne, EM Lyon inaugure un campus dernier cri
  24. « EMLYON : une connection de 5 ans avec IBM » (consulté le 12 août 2016)
  25. a et b « Partenariat inédit entre EMLYON et IBM » (consulté le 12 août 2016)
  26. Christine Lagoutte, « EMLyon va développer avec IBM des campus éphémères », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 12 août 2016)
  27. (en-US) « EMLyon to create a Smart Business School via IBM Cloud », sur www-03.ibm.com, (consulté le 12 août 2016)
  28. « Le palmarès 2015 des écoles de commerce : cap sur l'international et le digital - Educpros », sur www.letudiant.fr (consulté le 12 août 2016)
  29. Coralie Donas, « La pédagogie du futur s'invente à Lyon », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 12 août 2016)
  30. a et b « L’EMLyon s’implante à Paris et Shanghai » (consulté le 12 août 2016)
  31. Coopération entre l’ECNU et l’EM Lyon
  32. EMLYON et Grenoble École de Management : les fiançailles, Denis Lafay, La Tribune,
  33. letudiant.fr du , L'emlyon business school et Grenoble École de management se fiancent.
  34. Olivier Rollot, « L’« Alliance Lyon Grenoble Business School » décryptée : entretien avec Loïck Roche (GEM) », sur Il y a une vie après le bac ! (consulté le 12 août 2016)
  35. a b et c « Pourquoi l'EMLyon et Grenoble Ecole de management se rapprochent » (consulté le 13 août 2016)
  36. (en-US) « Interview de Bernard Belletante 30/03/16 », sur Mixcloud (consulté le 12 août 2016)
  37. « Grenoble EM et EM Lyon: une alliance... et plus si affinités? » (consulté le 13 août 2016)
  38. Gaëlle Ginibrière, « EM Lyon : « En 2020, seuls 10 % de nos étudiants seront issus de classes prépas » », Le Figaro Etudiant,‎ 12/11/2014 à 09:39, p. 1 (lire en ligne, consulté le 10 avril 2017)
  39. « EM Lyon  : Bernard Belletante passera la main le 1er avril 2019 », sur Lyon Capitale, (consulté le 7 juin 2020).
  40. « La privatisation des écoles de commerce, une réforme à double tranchant », sur La Tribune (consulté le 16 août 2020)
  41. a b et c « L’EM Lyon, une école de commerce dans la tourmente », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 21 août 2020)
  42. a et b Ouverture du capital de la SA Early Makers Group (EMG) - Assemblée générale du 21 janvier 2019, Chambre de commerce et d'industrie Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne (lire en ligne)
  43. « Rhône », Le Progrès,‎ (lire en ligne, consulté le 7 juin 2020).
  44. « Emlyon business school inaugure AIM Institute, un institut en IA appliquée au management de l’entreprise », sur Actu IA, (consulté le 7 juin 2020).
  45. « EM Lyon business school va changer de directeur », sur Lyonmag.com (consulté le 7 juin 2020).
  46. Caroline Girardon, « Lyon: Le futur campus d'EM Lyon présenté comme «l'école de demain» », sur 20minutes.fr, (consulté le 21 août 2020)
  47. « EXCLUSIF. Bernard Belletante quittera la direction de l'EM Lyon en avril - Tribune de Lyon », Tribune de Lyon,‎ (lire en ligne, consulté le 30 juin 2020).
  48. « Rhône. Ouverture du capital d’Emlyon : 100 millions d’euros pour prendre une longueur d’avance », sur www.leprogres.fr (consulté le 13 juin 2019)
  49. « L'EMLyon lève 100 millions d'euros en s'alliant au fonds Qualium Investissement », sur Challenges (consulté le 13 juin 2019)
  50. « Écoles de commerce: l'EMLyon lance une augmentation de capital de 100 millions d'euros », sur FIGARO, (consulté le 13 juin 2019)
  51. « EMLyon : Bruno Bonnell cède sa place à la tête du conseil de surveillance », sur Tribune de Lyon, TribunedeLyon, .
  52. a b et c « Enseignement supérieur : Emlyon n'a plus de patron », sur La Tribune, (consulté le 1er septembre 2020).
  53. Kira Mitrofanoff, « L’EMLyon vire son directeur », sur Challenges, (consulté le 1er septembre 2020).
  54. « Lionel Sitz », sur Blog Headway (consulté le 12 septembre 2020)
  55. Maximilien Arengi, « emlyon nomme un nouveau Directeur du PGE », sur Business Cool, (consulté le 3 mai 2020)
  56. Marie-Christine Morosi, « Carnet - Isabelle Huault, bientôt directrice de l’Emlyon Business School », sur Le Point, (consulté le 12 septembre 2020)
  57. « Isabelle Huault prend la direction d'emlyon », sur Business Cool, (consulté le 26 mai 2020)
  58. Maximilien Arengi, « La directrice du PGE de NEOMA prend la tête du PGE d’emlyon », sur Business Cool, (consulté le 26 mai 2020)
  59. « NOMINATION DE SYLVIE JEAN AU PGE D'EMLYON BS : CE QU'IL FAUT SAVOIR », sur Misterprepa, (consulté le 12 septembre 2020)
  60. « Business schools: pourquoi l'emlyon est placée sous surveillance », sur Challenges (consulté le 22 juillet 2020)
  61. « Les étudiants d’emlyon répondent au magazine Challenges », sur Medium, (consulté le 21 août 2020)
  62. « 1 200 étudiants d'emlyon répondent ouvertement à Challenges », sur Misterprepa, (consulté le 12 septembre 2020)
  63. a et b le figaro, « Classement du Financial Times 2020: trois écoles françaises dans le top 10 », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 28 septembre 2020)
  64. « Annabel-Mauve Bonnefous quitte Toulouse pour l’emlyon business school », sur La Tribune (consulté le 5 septembre 2020)
  65. « Annabel-Mauve Bonnefous quitte TBS pour emlyon », sur Business Cool, (consulté le 31 août 2020)
  66. a b et c « Emlyon prend racine à Paris, avec les entrepreneurs lyonnais », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2016)
  67. Martine Jacot, « Grenoble Ecole de management et l’EM Lyon s’allient pour « bâtir une faculté de niveau mondial » », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 22 octobre 2016)
  68. « Frais de scolarité en école de commerce : où va l’argent ? », sur Les Echos Start, (consulté le 5 septembre 2020)
  69. « Frais de scolarité des écoles de commerce : le seuil de 40 000€ franchi ! », sur Major-Prépa, (consulté le 5 septembre 2020)
  70. « Classement 2016 des écoles de commerce post-prépa: EM Lyon », sur challenges.fr,
  71. emlyon, « Une journée inoubliable - EMLYON Business School », sur emlyon (consulté le 17 octobre 2016)
  72. http://www.taonix.fr, « EM Lyon se dote d'un nouveau logo et d'une nouvelle identité visuelle », sur www.lyon-entreprises.com (consulté le 12 août 2016)
  73. EM Lyon : Présentation et Formations
  74. (en) emlyon, « La ré-accréditation AACSB confirme l’attractivité et l’excellence académique d’emlyon business school - EMLYON Business School », sur emlyon (consulté le 9 mars 2020)
  75. Denis Lafay, « Tawhid Chtioui, nouveau patron d’EM Lyon Business School, veut impulser une approche qui mette l’accent sur la responsabilité sociétale. », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 12 juin 2020).
  76. (en) emlyon, « Chiffres clés - EMLYON Business School », sur emlyon (consulté le 12 juin 2020)
  77. « Grandes écoles de commerce : leurs vraies spécialités - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le 13 août 2016)
  78. « Doubles diplômes proposés par le Programme Grande Ecole d'emlyon », sur masters.em-lyon.com (consulté le 26 mai 2020)
  79. « Global BBA : découvrez le Bachelor in Business Administration, BBA - Global BBA d’emlyon business school | emlyon business school », sur bba.em-lyon.com (consulté le 16 juin 2019)
  80. « Global Doctorate Of Business Administration, GDBA, formation management Paris », sur executive.em-lyon.com (consulté le 26 mai 2020)
  81. « MBA : préparez un Executive MBA avec emlyon executive | Formations par emlyon executive development », sur executive.em-lyon.com (consulté le 1er septembre 2020)
  82. « École supérieure de commerce, Écully (69) - Présentation du projet », sur http://www.vaudou-luthi-architectures.com/
  83. « École supérieure de commerce de Lyon », sur https://numelyo.bm-lyon.fr/
  84. « Campus de Lyon », sur em-lyon.com (consulté le 7 janvier 2013)
  85. emlyon, « Programme I.D.E.A. : alliance Centrale Lyon et EMLYON - projet entrepreneuriat », sur em-lyon.com (consulté le 13 août 2016)
  86. « L'emlyon s'implante à Paris et Shanghai », sur leprogres.fr,
  87. « L'emyon crée l'Asia Europe Business School à Shanghai », sur leprogres.fr,
  88. « ESSCA, EMLyon, SKEMA, KEDGE : les business schools se déploient en Chine », sur challenges.fr,
  89. « L'ESC Saint Étienne va devenir un campus de l'EM Lyon », sur letudiant.fr,
  90. « Grandes écoles : ESC Saint-Étienne devient le troisième campus d'EM Lyon », sur latribune.fr,
  91. « L'EM Lyon inaugure un nouveau campus à Saint-Etienne », sur france3-regions.francetvinfo.fr,
  92. « A Saint-Etienne, EMLYON inaugure un campus dernier cri », sur latribune.fr,
  93. L'Usine Nouvelle, « L’Essec prépare son implantation au Maroc pour la rentrée 2016 - L'Usine Maroc », usinenouvelle.com/,‎ (lire en ligne, consulté le 22 octobre 2016)
  94. « Cap sur l’Afrique pour les écoles de management françaises », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 22 octobre 2016)
  95. a b et c « emlyon : un campus parisien de 5 500 m2 ouvrira en septembre 2016 », sur latribune.fr,
  96. « L'EM Lyon réinvente ses relations avec les entreprises - Educpros », sur www.letudiant.fr, (consulté le 13 septembre 2020).
  97. « ENSEIGNEMENT. Le nouveau campus de l’EM Lyon à Gerland se dévoile », sur www.lyonplus.com (consulté le 12 septembre 2020)
  98. « L'EM Lyon revient en ville dans un bâtiment inspiré des nouveaux sièges sociaux », sur Les Echos, (consulté le 12 septembre 2020)
  99. « Lyon: Le futur campus d'EM Lyon présenté comme «l'école de demain» », sur www.20minutes.fr (consulté le 12 septembre 2020)
  100. le-tout-lyon.fr, « Emlyon retient Altarea-Cogedim et PCA-Stream Architecte », sur Le Tout Lyon (consulté le 12 septembre 2020)
  101. le-tout-lyon.fr, « Emlyon retient Altarea-Cogedim et PCA-Stream Architecte », sur Le Tout Lyon (consulté le 12 septembre 2020)
  102. « Lyon: Le futur campus d'EM Lyon présenté comme «l'école de demain» », sur www.20minutes.fr (consulté le 12 septembre 2020)
  103. a et b « EM Lyon : “le futur campus contribuera à façonner la société” - VIDEO », sur Lyonmag.com, (consulté le 12 septembre 2020).
  104. « Interview d’Isabelle Huault, nouvelle présidente du directoire d’emlyon », sur Business Cool, (consulté le 12 septembre 2020)
  105. « Rhône. Les premières images du futur campus de l’EM Lyon dévoilées », sur www.leprogres.fr (consulté le 12 septembre 2020)
  106. le-tout-lyon.fr, « Emlyon retient Altarea-Cogedim et PCA-Stream Architecte », sur Le Tout Lyon (consulté le 12 septembre 2020)
  107. a et b « Les propos de Laurent Wauquiez devant des étudiants continuent de faire des vagues dans son camp », sur Le Monde.fr (consulté le 18 février 2018)
  108. Dylan Munoz, « EM Lyon: Les étudiants ayant suivi les cours de Laurent Wauquiez sommés de ne pas parler aux médias », sur https://www.20minutes.fr, (consulté le 16 février 2018)
  109. « Après la diffusion d’un enregistrement polémique, Laurent Wauquiez menace de « suites judiciaires » », sur Le Monde.fr (consulté le 18 février 2018)
  110. Olivier Faye, « Le professeur Wauquiez disserte sur le « défi des communautarismes » », sur Le Monde.fr, (consulté le 18 février 2018)
  111. « Darmanin sur les propos de Wauquiez: "Il y a de drôles d'enseignements dans de drôles d'écoles de commerce" », sur Le HuffPost, (consulté le 21 août 2020)
  112. AFP, « Wauquiez dénonce la diffusion de propos enregistrés « de façon illégale » et menace de « suites judiciaires » », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2018)
  113. « L'EM Lyon ne mènera pas d'enquête interne après l'enregistrement de Laurent Wauquiez à son insu », Franceinfo,‎ (lire en ligne, consulté le 20 février 2018)
  114. « À l'EM Lyon, des étudiantes fichées sur leur physique », sur Lyon Capitale, (consulté le 11 septembre 2020).
  115. « Enquête interne à l'EM Lyon après le classement sexiste des élèves », sur www.20minutes.fr (consulté le 11 septembre 2020)
  116. Richard Schittly, « L’Ecole de management de Lyon silencieuse après les révélations estivales sur un fichier sexiste », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 11 septembre 2020).
  117. a et b « Fichage des étudiantes à l'EM Lyon : quelles sanctions depuis ? », sur Lyon Capitale, (consulté le 11 septembre 2020).
  118. a et b J. Cl., « À Lyon, le Petit Paumé présente ses excuses après un article raciste », sur leparisien.fr, (consulté le 3 septembre 2020)
  119. a et b « Sexisme en école de commerce : à l’EM Lyon, de timides actions de prévention », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le 11 septembre 2020).
  120. « Ranking emlyon business school », sur emlyon business school alumni (consulté le 13 juin 2020)
  121. Le Point magazine, « Grandes écoles », sur Le Point.fr (consulté le 13 juin 2020)
  122. a et b Ecoles-Commerce, « Classement écoles de commerce 2020 par Challenges », sur Ecoles commerce, (consulté le 13 juin 2020)
  123. « Classement 2020 des grandes écoles de commerce - L'Etudiant », sur www.letudiant.fr (consulté le 13 juin 2020)
  124. « Classement des Grandes Écoles de Commerce 2020 », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 9 mars 2020)
  125. « Classement des Ecoles de Commerce », sur Le Parisien Etudiant (consulté le 13 juin 2020)
  126. Ecoles-Commerce, « Classement écoles de commerce Le Point 2020 », sur Ecoles commerce, (consulté le 13 juin 2020)
  127. « Le classement SIGEM 2019 : analyse complète », sur Major-Prépa, (consulté le 13 juin 2020)
  128. « Full time MBA ranking », sur The Economist (consulté le 9 mars 2020)
  129. « Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le 13 juin 2020)
  130. « Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le 13 juin 2020)
  131. « Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le 13 juin 2020)
  132. « Business school rankings from the Financial Times - FT.com », sur rankings.ft.com (consulté le 13 juin 2020)
  133. « Vie étudiante à l'école de commerce et management - EMLYON Business School », sur em-lyon.com (consulté le 7 juin 2020)
  134. « Le Petit Paumé s'arrache à Bellecour », sur leprogres.fr, (consulté le 17 octobre 2016)
  135. Elisa Frisullo, « Quel avenir pour « Le Petit Paumé » après ses critiques très controversées? », sur www.20minutes.fr, (consulté le 3 septembre 2020)
  136. « La nouvelle ENS de Lyon parie sur l’interdisciplinarité - Educpros », sur www.letudiant.fr (consulté le 17 août 2016)
  137. « Ces étudiants qui s'engagent dans des actions solidaires », sur Le Parisien étudiant (consulté le 14 août 2016)
  138. « Qui sommes nous ? », sur JET emlyon (consulté le 11 septembre 2020).
  139. « Confédération Nationale des Job Services », sur Confédération Nationale des Job Services (consulté le 7 juin 2020).
  140. « CHEER UP ! EMLYON », sur www.net1901.org (consulté le 13 septembre 2020).
  141. « Le festival caritatif Holi Up annulé à Boulogne-Billancourt », sur leparisien.fr (consulté le 17 août 2016)
  142. « Les Guides 2016-2017 : Créer son entreprise », Tribune de Lyon,‎ , p. 30 (lire en ligne)
  143. « Société EM Lyon Junior Conseil à Écully (chiffre d'affaires, bilans, résultat) avec verif.com - Siren 334502689 », sur www.verif.com (consulté le 14 août 2016)
  144. « EMLYON Business School - Les relations avec les anciens, un enjeu stratégique de développement pour les grandes écoles et Universités », sur Monde des grandes écoles et universités, Grandes Écoles & Universités Magazine, (consulté le 24 mai 2020)
  145. « Résultats de recherche | Associations | journal-officiel.gouv.fr », sur www.journal-officiel.gouv.fr (consulté le 24 mai 2020)
  146. « https://halshs.archives-ouvertes.fr/tel-01115989/document »
  147. « https://www.em-lyon.com/fr/actualite-ecole-de-commerce/Folder/communiques-sur-l-ecole-de-commerce/Philippe-Courtier-Directeur-General-d-EMLYON-Business-School-depuis-le-1er-juillet-2012 »
  148. « http://www.em-lyon.com/fr/content/download/45618/1878203/version/1/file/CP%20Courtier%20juin%202013.pdf »
  149. « https://www.em-lyon.com/fr/actualite-ecole-de-commerce/Folder/communiques-sur-l-ecole-de-commerce/Bernard-Belletante-nouveau-Directeur-general-d-EMLYON-Business-School »
  150. « https://www.em-lyon.com/fr/actualite-ecole-de-commerce/Folder/communiques-sur-l-ecole-de-commerce/emlyon-business-school-evolution-de-la-gouvernance »
  151. « https://www.em-lyon.com/fr/actualite-ecole-de-commerce/Folder/communiques-sur-l-ecole-de-commerce/Gouvernance-emlyon-business-school-renouvelle-son-Directoire »
  152. « https://www.em-lyon.com/fr/actualite-ecole-de-commerce/Folder/communiques-sur-l-ecole-de-commerce/Nomination-d-Isabelle-Huault-a-la-Presidence-du-Directoire-d-emlyon-business-school »
  153. « https://www.le-tout-lyon.fr/isabelle-huault-nouvelle-presidente-d-emlyon-c-est-une-ancienne-etudiante-diplomee-d-emlyon-1990-12445.html »
  154. « David Courpasson », sur HBR (consulté le 21 août 2020)
  155. le figaro, « Laurent Wauquiez va redonner des cours à l’EM Lyon », sur Le Figaro Etudiant (consulté le 21 août 2020)
  156. François Coulaud, « Robin Wright  : 5 choses à savoir sur Clément Giraudet son compagnon français », sur Closermag.fr, (consulté le 7 juin 2020).
  157. « Frédéric Michalak, Président de Sport Unlimitech : "Lyon est une place forte du sport et un territoire attractif" - SportBuzzBusiness.fr », sur SportBuzzBusiness.fr, (consulté le 7 juin 2020).
  158. http://sportinstitute.em-lyon.com

Voir aussi

 
Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : EM Lyon Business School.

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

Liens externes