AgroParisTech

grande école d'ingénieurs de l'université Paris-Saclay (ex Institut national agronomique Paris-Grignon)

Fondée en 2007, AgroParisTech, l’institut national des sciences et industries du vivant et de l’environnement[1], est un établissement public placé sous la tutelle du ministère de l’Agriculture et de la Souveraineté alimentaire.

AgroParisTech
Logo d'AgroParisTech
Histoire
Fondation
Statut
Type
Forme juridique
Établissement public national à caractère scientifique culturel et professionnel (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nom officiel
Institut national des sciences et industries du vivant et de l'environnement
Régime linguistique
français, anglais
Président
Pascal Viné[a 2]
Directeur
Laurent Buisson
Devise
« Talents d'une planète soutenable »
Membre de
Site web
Chiffres-clés
Étudiants
2 300[a 3]
Enseignants-chercheurs
283[a 3]
Budget
120 millions d'euros[a 1]
Localisation
Pays
Campus
Ville
Palaiseau (Paris-Saclay), Grignon, Kourou, Montpellier, Nancy, Orléans, Reims
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France

Acteur de l’enseignement supérieur et de la recherche, cet établissement de référence au plan international s’adresse aux grands enjeux du 21e siècle : nourrir les hommes en gérant durablement les territoires, préserver les ressources naturelles, favoriser les innovations et intégrer la bioéconomie

Grande école c'est l'une des 204 écoles d'ingénieurs françaises accréditées au à délivrer un diplôme d'ingénieur[2].

AgroParisTech est membre fondateur et un établissement-composante de l’université Paris-Saclay, membre du réseau ParisTech et membre d’Agreenium.

Historique

modifier

Créé le , AgroParisTech résulte de la fusion de trois grandes écoles :

Institut national agronomique Paris-Grignon

modifier

En 1826, le roi Charles X achète le château de Grignon, son parc et ses terres, pour fonder l’institution royale agronomique de Grignon qui devient ensuite l’école nationale supérieure d'agronomie de Grignon. Elle fusionne en 1971 avec l’Institut national agronomique (créé en 1848) pour devenir l’Institut national agronomique Paris-Grignon (INA-PG)[a 4].

École nationale du génie rural, des eaux et des forêts

modifier

En 1824 est fondée l’école royale forestière à Nancy. Elle devient « école impériale forestière » en 1853, « école nationale forestière » en 1873, puis « école nationale des eaux et forêts ». Elle devient en 1882 une école d’application de l’institut national agronomique et de l'École polytechnique. Elle était chargée de former les gestionnaires de forêts[a 4]. En 1965, l’école nationale des eaux et forêts fusionne avec l’école supérieure du génie rural (créée en 1919) pour donner naissance à l’École nationale du génie rural, des eaux et des forêts (ENGREF)[a 4]. En 1989, l'École nationale des ingénieurs des travaux des eaux et forêts (école d'ingénieurs forestiers des Barres) est démantelée et intégrée à l’ENGREF.

École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires

modifier

L’école nationale des industries agricoles est fondée à Douai en 1893. Elle est renommée École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires (ENSIA) en 1960[a 4] et s'installe à Massy, en banlieue sud de Paris, l'année suivante.

C'est la fusion, en 2007, de l'INA-PG, de l'ENGREF et de l'ENSIA qui donne naissance à AgroParisTech. Les élèves-ingénieurs de ce nouvel établissement suivent alors leur première année sur le site historique du château de Grignon, puis sont redirigés, selon leur orientation, vers les anciens sites de l'INA (Paris 5e), de l'ENSIA (Massy) ou de l'ENGREF (Nancy, Paris 14e, Clermont-Ferrand, Montpellier, Kourou).

Déménagement à Paris-Saclay

modifier

Les quatre sites de l’Île-de-France (Grignon, Paris 5e, Paris 14e, Massy) intègrent en 2021 le pole de compétitivité technologique Paris-Saclay qui regroupe ainsi la plupart des écoles de ParisTech.

La date du déménagement fut régulièrement repoussée : en , le déménagement était prévu pour la rentrée 2016, en 2014 la livraison du bâtiment est annoncée pour 2019[3]. En 2015, le projet a définitivement été adopté lors de la réunion du conseil d'administration le (22 voix pour, 20 contre et 2 abstentions) et confirme la date du déménagement des sites franciliens pour 2021. Le protocole d'accord pour la mise en œuvre de l’implantation d’AgroParisTech et de l’INRA sur le campus de Paris-Saclay a été signé le entre AgroParisTech, l'INRA, la Caisse des dépôts et consignations, Campus Agro SAS et les services de l’État ; l’État concourra à hauteur de la moitié du coût total du projet (près de 250 millions d'euros)[a 5]. Après la vente du site historique situé au 16 rue Claude Bernard à Paris en , le site de Massy devrait être cédé. Mais la cession des sites de l'avenue du Maine et surtout de Thiverval-Grignon sont en discussion, compte tenu du fort attachement des anciens élèves et des enseignants chercheurs pour ce site historique. En novembre 2021, la vente du domaine de Thiverval-Grignon à Altarea Cogedim est annulée, pour recréer une procédure de cession du site[4].

En septembre 2022, les étudiants de première, deuxième et troisième années intègrent le campus Agro Paris-Saclay, situé au cœur du pôle technologique et scientifique Paris-Saclay, à Palaiseau, dans le département de l'Essonne[5].

 
Campus Agro Paris-Saclay, Palaiseau
 
No 16, portail du campus Rue Girardet (Nancy).

L’institut a son siège au 22, place de l'Agronomie, à Palaiseau, sur le campus Agro Paris-Saclay au cœur du pôle technologique et scientifique Paris-Saclay, dans le département de l'Essonne.

AgroParisTech se structure en 8 sites :

  • 5 campus :
    • Campus Agro Paris-Saclay (Palaiseau) : environnement, productions agricoles, santé et aliments et produits biosourcés
    • Campus de Nancy : bois, forêt et milieux naturels
    • Campus de Montpellier : information spatialisée, gestion de l’eau et gestion des écosystèmes
    • Campus de Clermont-Ferrand : territoires
    • Campus de Kourou : écosystèmes tropicaux
  • Une ferme expérimentale à Grignon : transformation, polyculture élevage et méthanisation (Nénufar)
  • Un centre à Reims (URD ABI) : chimie verte et bioraffineries
  • Une antenne à Orléans (rattachée au Campus Agro Paris-Saclay) : cosmétique

Avant 2022, le siège était situé dans le 5e arrondissement de Paris (Montagne Sainte-Geneviève).

Formations

modifier

En s’appuyant sur sa recherche et sur ses liens avec les milieux professionnels, AgroParisTech forme des cadres, ingénieurs, docteurs et managers dans le  domaine du vivant et de l’environnement.

L’établissement déploie un cursus ingénieur, une offre de master et une formation doctorale en partenariat avec de grandes universités françaises et étrangères, ainsi qu’une gamme de formation professionnelle sous la marque AgroParisTech Executive.

En troisième année, les élèves peuvent choisir de rejoindre la fonction publique et ils intègrent alors le corps des Ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts ou celui des Inspecteurs de la santé publique vétérinaire[6].

Cursus ingénieur

modifier

AgroParisTech est habilitée à délivrer le diplôme d’ingénieur[7].

Le cursus ingénieur AgroParisTech intègre les sciences et technologies du vivant et de l’environnement, les sciences de l’ingénieur et les sciences humaines, économiques et sociales. Ouvert en format classique et en format apprentissage, il permet aux étudiants de construire leur parcours de formation tout en les menant tous au même diplôme

La première année est un tronc commun se déroulant sur le campus Agro-Paris Saclay sur la commune de Palaiseau.

En entrant en deuxième année les étudiants choisissent leur domaine de spécialité :

  • productions, filières, territoires pour le développement durable ;
  • ingénierie des aliments, biomolécules et énergie ;
  • gestion et ingénierie de l’environnement ;
  • ingénierie et santé : Homme, bioproduits, environnement.

Les enseignements ont lieu alors sur les campus de Palaiseau ou Nancy. La troisième année offre une spécialité qui donne une vision globale et une expertise au futur ingénieur (management des entreprises du vivant, économie, productions végétales et animales, biotechnologies, agriculture et écologie urbaine, gestion forestière et des milieux naturels, conception de bioproduits et gestion de production, sciences politiques et écologie, nutrition, développement agricole, gestion de l'eau et des déchets, management de la qualité...). La formation comprend des projets d'ingénieurs sur les problématiques de l'ingénieur du vivant avec les professeurs ou en partenariat avec des entreprises et des stages obligatoires chaque année. Il est également possible d'effectuer une année de césure (appelée certificat d'expérience à l'international, ou CEI) entre la deuxième et la troisième année pour obtenir plusieurs expériences professionnelles longues.

Masters

modifier

En partenariat avec de nombreux et prestigieux établissements d’enseignement supérieur français et européens, AgroParisTech propose une offre en master à la pointe dans le domaine des sciences et industries du vivant et de l’environnement, qui permet d’appréhender les plans biotechniques, économiques, sociaux et juridiques de ce secteur.

Au total, ce sont 11 mentions et 45 parcours, dont :

Île-de-France (Université Paris-Saclay)

modifier

Clermont-Ferrand

modifier
  • Mention Biodiversité, Ecologie et Evolution (BEE)

Montpellier

modifier

Masters en partenariat

modifier

Les étudiants peuvent préparer des masters en partenariat avec des universités étrangères ou avec d’autres écoles de ParisTech. AgroParisTech propose également une offre de formation continue.

Doctorats

modifier

AgroParisTech compte quatre écoles doctorales et 80 thèses sont soutenues chaque année[a 6]. Les domaines de compétences des études doctorales à AgroParisTech sont les suivants :

  • Les sciences et ingénierie agronomiques, forestières, de l’eau et de l’environnement,
  • Les sciences de la vie et de la santé,
  • Les sciences et procédés des aliments et des bioproduits,
  • Les sciences économiques, sociales et de gestion appliquées à l’agriculture, l’alimentation, la santé, la forêt, l’eau, les territoires, l’environnement et le développement durable,
  • Les mathématiques, informatique et physique appliquées aux domaines du vivant et de l’environnement.

AgroParisTech Executive propose des formations de niveau master ou ingénieur (bac+5) ainsi que des formations post-master pour le management, la gestion et l’administration du vivant et de l’environnement :

  • Formation des Ingénieurs des Ponts, des Eaux et des Forêts (IPEF)
  • 9 Mastères Spécialisés
  • Deux certificats de spécialité
  • Certificats d’études avancées
  • Formation continue : programmes courts et qualifiants
  • Diplôme d’Ingénieur ITIA (Institut des techniques de l’ingénieur pour l’agriculture), uniquement par la VAE.

Prise de position publique d'étudiants

modifier

Le , huit étudiants d'AgroParisTech dénoncent, dans leur discours de remise de diplôme de fin d'étude, une formation « qui pousse globalement à participer aux ravages sociaux et écologiques » et appellent leurs condisciples à « déserter » pour ouvrir « d’autres voies »[8],[9],[10]. La vidéo de ce discours est diffusée sur Internet le suivant ; visionnée plusieurs centaines de milliers de fois en quelques jours et 12 millions de fois en un mois[11], elle est très commentée[12]. Jean-Luc Mélenchon la recommande en affirmant que ce discours représente « l’espoir le plus grand ». François Gemenne, contributeur du GIEC, estime qu'il s'agit d'un « discours d’une exceptionnelle puissance »[13]. Au sein de l'institution, la réception est majoritairement très critique. La direction de l’école met sur pied un « comité d’analyse prospective » pour faire évoluer ses formations[11].

Abus sexuels

modifier

La direction de l'école saisit le procureur de Paris, le 20 juin 2022, après qu'une enquête interne menée auprès des 970 étudiants recense 17 cas de viol et des centaines de comportements ou propos discriminatoires ou à connotation sexuelle[14].

Classements

modifier

Classements nationaux (classée en tant qu'AgroParisTech au titre de son diplôme d'ingénieur)

Nom Année Rang
Le Figaro[c 1] 2023 1er
DAUR Rankings[c 2] 2022 14
L’Étudiant[c 3] 2021 21-23
L’Usine Nouvelle[c 4] 2021 72

Classements internationaux (classée en tant qu'Université Paris-Saclay)

Nom Année Rang (monde) Rang (France)
CWUR[c 5] 2022-2023 32 2
QS Top Universities[c 6] 2023 69 4
Shanghai Ranking[c 7] 2021 16 1
Times Higher Education[c 8] 2022 117 4

Recherche

modifier

AgroParisTech comprend 22 laboratoires ou unités de recherche (la plupart sont des unités mixtes de recherche). Elles sont regroupées en 5 départements[a 7] :

  • Sciences et ingénierie agronomiques, forestières, de l’eau et de l’environnement
  • Sciences de la vie et Santé
  • Modélisation Mathématique, Informatique et Physique
  • Sciences économiques, sociales et de gestion
  • Sciences et procédés des aliments et bioproduits.

Anciens élèves

modifier

Les anciens élèves suivants contribuent à la renommée de l'école :

Notes et références

modifier
  1. « Décret n° 2020-1748 du 28 décembre 2020 modifiant le décret n° 2006-1592 du 13 décembre 2006 portant création de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (Agro Paris Tech) », sur legifrance.gouv.fr (consulté le )
  2. Arrêté du 25 février 2021 fixant la liste des écoles accréditées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé.
  3. « Projet AgroParisTech / INRA »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), sur epps.fr (consulté le )
  4. « L’Etat renonce à vendre le domaine de Grignon au promoteur Altarea Cogedim », sur Le Monde,
  5. Guillaume Paris, « Informations relatives à la rentrée académique 2022 », sur agroparistech.fr (consulté le )
  6. Décret no 2002-262 du 22 février 2002 relatif au statut particulier du corps des inspecteurs de la santé publique vétérinaire.
  7. Arrêté du 18 janvier 2010 fixant la liste des écoles habilitées à délivrer un titre d'ingénieur diplômé
  8. « Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter (verbatim) », sur Mediapart (consulté le ).
  9. « “Nous refusons de servir ce système” : des ingénieurs diplômés d’AgroParisTech appellent à déserter », Basta !,‎ (lire en ligne).
  10. A. Dms, « Des jeunes diplômés lancent un appel à déserter le secteur agro-industriel : “Vous pouvez bifurquer maintenant” », La Libre Belgique,‎ (ISSN 1379-6992, lire en ligne).
  11. a et b Amélie Poinssot, « Après l’« appel à déserter » à AgroParisTech, l’onde de choc sur les formations d’ingénieurs agronomes », sur Mediapart, (consulté le ).
  12. « La révolte écolo dans les grandes écoles, "une lame de fond" », sur arretsurimages.net, (consulté le ).
  13. Julie Richard, « Environnement : huit étudiants d’AgroParisTech appellent leurs camarades à “déserter” », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne).
  14. « Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )

Références site officiel

modifier
  1. « Rapport d’Activité Recherche p. 11 » (consulté le )
  2. « Structure & Fonctionnement », sur agroparistech.fr (consulté le )
  3. a et b « Chiffres clés », sur agroparistech.fr (consulté le )
  4. a b c et d « Histoire d’AgroParisTech », sur agroparistech.fr (consulté le )
  5. « Signature du protocole d’accord pour la mise en œuvre de l’implantation d’AgroParisTech et de l’Inra sur le Campus de Saclay », sur agroparistech.fr (consulté le )
  6. « Doctorat », sur agroparistech.fr (consulté le )
  7. « La recherche à AgroParisTech », sur agroparistech.fr (consulté le )

Références classements

modifier

Liens externes

modifier