Maison de Neufville de Villeroy

(Redirigé depuis Duc de Villeroy)

Neufville de Villeroy
Armes de la famille.
Armes de la famille : Neufville de Villeroy

Blasonnement D'azur au chevron d'or accompagné de trois croisettes ancrées du même
Devise Per ardua surgo
Période 1554–1794
Pays ou province d’origine Lorraine
Allégeance Drapeau du royaume de France Royaume de France
Fiefs tenus Villeroy, Alincourt, Magny, Retz et Beaupréau
Demeures Hôtel de Villeroy (Paris, 1er arrondissement)
Hôtel de Villeroy (Paris, 7e arrondissement)
Château d'Ombreval
Charges Grand maître de France, chef du Conseil royal des finances, Secrétaire d'État (Ancien Régime)
Fonctions militaires Maréchal de France, lieutenant général, maréchal de camp, brigadier, gouverneur
Fonctions ecclésiastiques Archevêques de Lyon
Récompenses civiles Pairs de France
Récompenses militaires Ordre de Saint-Michel, ordre du Saint-Esprit

La maison de Neufville de Villeroy est une famille de la noblesse française originaire de Lorraine. Elle est issue d'un secrétaire des finances anoblie par Louis XII au XVIe siècle. Elle a été élevée au titre ducal en 1651. Elle est éteinte de nos jours.

Elle compte parmi ses membres de nombreuses personnalités qui ont occupé de hautes charges sous les derniers rois de France.

PersonnalitésModifier

Parmi les principaux membres notables de la maison de Neufville, on trouve :

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

GénéalogieModifier

TitresModifier

La famille de Neufville a détenu deux duchés : le duché de Villeroy (où ils ont été pairs de France), et le duché d'Alincourt.

Elle a aussi acquis les duchés, alors dépourvus de titulaires, de Beaupréau et de Retz (1716) : avant de devenir duc de Villeroy en titre, Louis François Anne de Neufville de Villeroy se faisait appeler « le duc de Retz », titre de pure courtoisie.

Seigneurs, marquis et ducs de VilleroyModifier

Seigneurs de VilleroyModifier

Marquis de VilleroyModifier

Ducs de VilleroyModifier

Seigneurs, marquis et ducs d'AlincourtModifier

Les 8 premiers seigneurs et marquis d'Alincourt se confondent avec ceux de Villeroy.

Seigneurs d'AlincourtModifier

  • 1524-1553 : Nicolas II de Neufville de Villeroy, seigneur d'Alincourt.
  • 1553-1598 : Nicolas III de Neufville de Villeroy, dit « Legendre » (1525-1598), fils du précédent, seigneur d'Alincourt.
  • 1598-1610 : Nicolas IV de Neufville de Villeroy (1542 à Paris – à Rouen), fils du précédent, seigneur d'Alincourt.

Marquis d'AlincourtModifier

  • 1610-1617 : Nicolas IV de Neufville de Villeroy (1542 à Paris – à Rouen), marquis d'Alincourt.
  • 1617-1642 : Charles Ier de Neufville de Villeroy (1566- à Lyon), fils du précédent, marquis d'Alincourt.
  • 1642-1685 : Nicolas V de Neufville de Villeroy (- à Paris), fils du précédent, marquis d'Alincourt.
  • 1685-1730 : François de Neufville de Villeroy ( à Lyon – à Paris), fils du précédent, marquis d'Alincourt.
  • 1730-1729 : Louis Nicolas VI de Neufville de Villeroy ( à Paris – à Paris), fils du précédent, marquis d'Alincourt.

Ducs d'AlincourtModifier

Le titre de duc d'Alincourt est créé le au profit de François Camille de Neufville de Villeroy, fils cadet de Louis Nicolas VI de Neufville de Villeroy.

  • 1729-1732 : François Camille de Neufville de Villeroy (1700-), fils du précédent, marquis puis duc d'Alincourt.
  • 1732-1794 : Gabriel Louis François de Neufville de Villeroy (- à Paris), fils du précédent, duc d'Alincourt.

Ducs de RetzModifier

En 1716, Paule-Marguerite Françoise de Gondi ( à Machecoul – à Paris), duchesse de Retz et dame de Machecoul, meurt. Le duché de Retz passe alors à la famille de Neufville : Louis Nicolas VI de Neufville de Villeroy est le fils de Marguerite Marie de Cossé-Brissac (1648-), cousine germaine de Paule-Marguerite Françoise de Gondi. Les ducs de Retz de la famille de Neufville sont les 3 derniers ducs de Villeroy :

  • 1716-1734 : Louis Nicolas VI de Neufville de Villeroy ( à Paris – à Paris), duc de Retz et seigneur de Machecoul.
  • 1734-1766 :Louis-François Anne de Neufville de Villeroy ( à Paris – à Paris), fils du précédent, duc de Retz et seigneur de Machecoul.
  • 1766-1778 : Gabriel Louis François de Neufville de Villeroy (- à Paris), neveu du précédent, duc de Retz et seigneur de Machecoul. Il vend le duché de Retz au marquis Alexandre de Brie-Serrant en 1778. Il meurt sur l'échafaud, guillotiné le à Paris.

Barons de Pouancé et de La GuercheModifier

En 1662, Marguerite Marie de Cossé-Brissac (1648-20/10/1708), héritière des baronnies de Pouancé et de La Guerche-de-Bretagne, épouse François de Neufville de Villeroy. La famille des Neufville-Villeroy hérite donc du titre de baron de Pouancé jusqu'en 1794, date de la mort de Gabriel Louis François de Neufville de Villeroy sur l'échafaud[7]. Les barons de Pouancé et de La Guerche de la famille de Neufville sont les quatre derniers ducs de Villeroy :

  • 1662-1730 : François de Neufville de Villeroy (07/04/1644 à Lyon – 18/07/1730 à Paris), baron de Pouancé et de La Guerche ;
  • 1730-1734 : Louis Nicolas VI de Neufville de Villeroy (24/12/1663 à Paris – 22/04/1734 à Paris), fils du précédent, baron de Pouancé et de La Guerche ;
  • 1734-1766 : Louis François Anne de Neufville de Villeroy (13/10/1695 à Paris – 22/03/1766 à Paris), fils du précédent, baron de Pouancé et de La Guerche ;
  • 1766-1794 : Gabriel Louis François de Neufville de Villeroy (08/10/1731-28/04/1794 à Paris), neveu du précédent, baron de Pouancé et de La Guerche.

EmblèmesModifier

HéraldiqueModifier

  Blasonnement :
D'azur au chevron d'or, accompagné de trois croisettes ancrées du même.
Commentaires : La commune de Neuville-sur-Saône a adopté ces armes en 1890, empruntées à l'archevêque Camille de Neufville de Villeroy (1606-1693). On trouve aussi ce blason sur de nombreux édifices : sur le château d'Ombreval (aujourd'hui mairie de Neuville-sur-Saône), sur la tour de l'abbatiale de Saint-Méen-le-Grand, sur l'Auditoire de la mairie de Machecoul, etc.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

DeviseModifier

La devise de la famille de Neufville de Villeroy est : Per ardua surgo. On peut traduire cette maxime latine par « Debout face à la tempête » ou encore « Je me dresse par passion ».

PatrimoineModifier

La famille Neufville de Villeroy a construit et/ou possédé plusieurs bâtiments historiques.

Hôtel de Villeroy, Paris IModifier

Hôtel de Villeroy, 34 rue des Bourdonnais et 9 rue des Déchargeurs, à Paris I.

Construit vers 1370 par Richard Neufville, commerçant aux Halles de Paris, puis agrandi et étendu vers le 9 rue des Déchargeurs par ses descendants, qui prennent le nom de Neufville de Villeroy.

Le bâtiment devient progressivement un haut lieu du royaume de France.

À partir de 1565, l'hôtel devient un salon littéraire animé par la poète Madeleine de l'Aubespine, épouse de Nicolas IV de Neufville de Villeroy et dame de cour de Catherine de Médicis. À ce cercle littéraire ont participé de nombreux écrivains de l'époque comme Pierre de Ronsard.

En 1640, Nicolas V de Neufville de Villeroy, futur éducateur du jeune roi Louis XIV fait raser la maison pour reconstruire sur ses fondements une demeure plus prestigieuse. Enfant, Louis XIV y venait régulièrement.

Pendant son enfance, Louis XIV se crée une amitié dans la cour de l'hôtel de Villeroy (maison de François de Neufville de Villeroy, enfant) et les jardins du Palais-Royal (maison de Louis XIV, enfant), qui durera toute une vie. Dans son testament, Louis XIV nomme François de Neufville de Villeroy, éducateur de son successeur, Louis XV.

L'hôtel de Villeroy est vendu en 1671 pour devenir la première Poste de Paris.

Aujourd'hui le plus vaste ensemble immobilier XVIIe siècle du centre rive droite de Paris abrite essentiellement des logements et les espaces exposition de la Crémerie de Paris[8].

L'hôtel de Villeroy a été le centre et le lieu d'ascension sociale de la famille pendant 300 ans. En 1671 l'hôtel de Villeroy est devenu un haut lieu des Telecommunications qui joue toujours un rôle aujourd'hui ` grâce au nom de domaine VB.com, une des adresses les plus courtes du web et au Phonebook of the World, enracine dans l' histoire de la maison..

Château d'Ombreval, Neuville-sur-SaôneModifier

Château d'Ombreval, à Neuville-sur-Saône.

Construit en 1458 par Monsieur d'Ombreval, et acquis en 1630 par Camille de Neufville de Villeroy.

En 1961, le château est offert à la ville par Monsieur Bertrand Vergnais et sa sœur.

Aujourd'hui, il abrite la mairie de Neuville-sur-Saône[9].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Hôtel de Villeroy, Paris VIIModifier

Hôtel de Villeroy, 78 rue de Varenne, Paris VII.

Hôtel construit entre 1713 et 1724 par François Debias-Aubry pour le baron Antoine Hogguer à l'intention de sa maîtresse Charlotte Desmares. Transformé pour Louis François Anne de Neufville de Villeroy, qui lui a laissé son nom, par Jean-Baptiste Leroux, avec une participation possible de Nicolas Pineau. Très remanié au XIXe siècle. On mentionne une intervention d'Étienne-Louis Boullée qui n'est pas discernable.

Il abrite aujourd'hui le ministère de l'Agriculture[10].

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Autres possessionsModifier

Liste non exhaustive des possessions tenues en nom propre ou en fief par la famille de Neufville de Villeroy :

  • Le château de Lignieux, à Saint-Jean-de-Thurigneux (1665-????).
  • Le château de Bourgon, à Montourtier (53) : Marguerite de Louvois (morte en 1711), épouse Louis Nicolas VI de Neufville de Villeroy, marquis d'Alincourt. Fille de Louvois qui a épousé Anne de Souvré, marquise de Courtanvaux et de Messei, descendante de Gilles de Souvré. Née posthume, Anne de Souvré a été élevée dans la famille du second mari de sa mère, Urbain II de Montmorency-Laval, marquis de Bois-Dauphin et de Sablé, le fils de la célèbre "Madame de Sablé" propriétaire de Bourgon.
  • L'hôtel de Villeroy, 34 rue de la Charité, Lyon II : cet hôtel particulier du XVIIIe siècle, ancienne résidence du gouverneur du Lyonnais, abrite aujourd'hui le célèbre Musée des Tissus et des Arts décoratifs de Lyon.
  • Le château de Villeroy, sur la commune actuelle de Mennecy. Les fondations du château sont toujours visibles in situ, et l'emprise du parc est conservée.

SouvenirsModifier

 
Église Saint-Bruno-les-Chartreux - Plaque de la famille Neufville de Villeroy

Certains des Villeroy furent inhumés à Lyon dans la chapelle des carmélites fondée en 1618 par Jacqueline de Harlay. En 1821, à la destruction de celle-ci, leurs restes furent regroupés dans la chapelle Sainte-Philomène de l'église Saint-Bruno de Lyon[11].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Fille de Jean Le Gendre, seigneur de Villeroy, d'Alincourt, de Conflans, des Moncelets, trésorier des Guerres, et de Catherine Dampont, dame de Frémainville, et sœur de Pierre Le Gendre, seigneur de Villeroy, d'Alincourt et de Magny, Trésorier de France et des Finances, prévôt des marchands de Paris et qui, sans héritier, teste en faveur de son petit-neveu Nicolas II de Neufville.
  2. Fille de Marc Morlet du Museau, seigneur de Champrond et de Monbrillais, maître d'hôtel du roi, et de Marie Briçonnet.
  3. Fille de Guillaume Prud'homme, seigneur du Grand-Panfou et de Fontenay-Trésigny, trésorier de l'Épargne puis trésorier de France, et de Marie Cueillette, dame de Freschines.
  4. Fille de Claude II de L'Aubespine (1500-1567), baron de Châteauneuf-sur-Cher, secrétaire d'État, et de Jeanne Bochetel, poétesse.
  5. Fille de François de Mandelot (????-1588), vicomte de Châlon, chevalier des ordres du roi, gouverneur de Lyon, et d'Éléonore Robertet.
  6. Fils de Gilles de Courtenvaux de Souvré (1542-1626), marquis de Courtanvaux, et de Françoise de Bailleul (1562-????), dame de Renouard.
  7. Fils de Nicolas Brulart de Sillery (1544-01/10/1624), marquis de Sillery, garde des sceaux puis chancelier de France, et de Claude Prudhomme.
  8. Fille de Nicolas de Harlay de Sancy (1546- à Maule), baron de Maule, seigneur de Sancy, colonel général des Suisses, chevalier de Saint-Michel et du Saint-Esprit, et de Marie Moreau (1555-1629), dame de Grosbois.
  9. Fille de Charles II de Créquy (1573 à Canaples à Breme), seigneur de Créquy, de Blanchefort, de Canaples, de Lanches, de Caromb et de Fressin, marquis de Vizille et de Treffort, comte de Sault, baron de Vienne-le-Château et de La Tour-d'Aigues, prince de Poix, duc de Lesdiguières, pair et maréchal de France, chevalier du Saint-Esprit, lieutenant-général des armées du roi, colonel des Gardes-Françaises, gouverneur du Dauphiné, ambassadeur à Rome puis à Venise, et de Madeleine de Bonne (1575-1621).
  10. Fils de Just-Henri de Tournon, comte de Tournon, chevalier des ordres du roi, et de Charlotte de Lévis-Ventadour.
  11. Fils d'Henri de Lorraine-Harcourt (- à Asnières-sur-Oise), comte d'Harcourt, Grand écuyer de France, et de Marguerite Philippe du Cambout (1622- à Paris), duchesse de Puylaurens.
  12. Fille de Louis de Cossé-Brissac ( à Brissac-Quincé à Paris), duc de Brissac, baron de Coëtmen, seigneur de La Guerche, de Châteaugiron et de Landegonnec, pair et grand panetier, et de Marguerite Françoise de Gondi (- à Paris), duchesse de Beaupréau, comtesse de Chemillé.
  13. Fille de François Michel Le Tellier de Louvois ( à Paris – à Versailles), marquis de Louvois, ministre, secrétaire d'État, commandeur des ordres du roi, et d'Anne de Souvré (1646-1715), marquise de Courtanvaux et de Messei.
  14. Fille de Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg (-), duc de Piney-Luxembourg, de Beaufort puis de Beaufort-Montmorency, prince d'Aigremont et de Tingry, comte de Bouteville et de Lassé, baron puis comte de Dangu, pair de France, maréchal de camp, lieutenant général, et de Marie Gilonne Gillier de Clérembault (1677-), dame de Bellenave.
  15. Fille de Louis-François de Boufflers (1644-1711), duc de Boufflers, pair et maréchal de France, gouverneur de Flandre, et de Catherine Charlotte de Gramont (1670-1739), dame d'honneur de la reine.
  16. Fille de Louis Marie Victor Augustin d'Aumont (1709-1782), duc d'Aumont, pair de France, et de Victoire Félicité de Durfort (1706-1753).
  17. Fils de Charles Ier Frédéric de Montmorency-Luxembourg (-), duc de Piney-Luxembourg, de Beaufort puis de Beaufort-Montmorency, prince d'Aigremont et de Tingry, comte de Bouteville et de Lassé, baron puis comte de Dangu, pair de France, maréchal de camp, lieutenant-général, et de Marie Gilonne Gillier de Clérembault (1677-15/09/1709), dame de Bellenave.
  18. Fils d'António Luís de Sousa (1644-), comte de Prado, marquis des Minas, seigneur de Beringel, et de Maria Manoel.
  19. Fils d'Étienne de Bonne, capitaine de 50 hommes d'armes, chevalier des ordres du roi, et de Madeleine Rosset.
  20. Fille de Raymond Phélypeaux d'Herbault (1560- à Suse), et de Claude Gobelin.
  21. Fille de Guillaume Alard, conseiller au Parlement, et de Valentine de Reillac.
  22. Veuve de Jean de La Pace, conseiller au Parlement.
  23. Fille de Jean de Feugerais, seigneur de Néron, conseiller, et d'Antoinette Le Chambellan.
  24. Veuf de Madeleine de Thou, fille de Jacques de Thou, avocat du roi en la Cour des Aides.

RéférencesModifier

  1. Histoire générale de Paris : topographie historique du vieux Paris Par Adolphe Berty, 1866, p. 336
  2. racineshistoire.free.fr
  3. François Bluche (in Louis XIV, Paris, Fayard, 1986, p. 43) donne pour date le .
  4. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne : 1519-1790, Paris, Maisonneuve et Larose, 1996, p. 983, note 6, et 984, note 6.
  5. Christophe Levantal, op. cit., p. 984, notes 6 et 7.
  6. Christophe Levantal, op. cit., p. 374 et 984, note 7.
  7. À travers l'histoire, au pays de Pouancé; A. Racineux; 1983
  8. Histoire de l'hôtel de Villeroy aux Halles
  9. Histoire du Chateau d'Ombreval
  10. Histoire du ministère de l'Agriculture
  11. Louis David et Dominique Saint-Pierre (dir.), « Villeroy, François Paul de Neufville de », dans Dictionnaire historique des Académiciens de Lyon : 1700-2016, éd. ASBLA de Lyon, , 1369 p. (ISBN 978-2-9559-4330-4, présentation en ligne), p. 1337-1338

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier